Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

 

 BLOBS

Aller en bas 
AuteurMessage
Libellule
Admin
Libellule


Messages : 10171
Date d'inscription : 27/01/2008

BLOBS Empty
MessageSujet: BLOBS   BLOBS EmptyLun 29 Nov 2021 - 15:22

BLOBS 889353133

BLOBS 3209990655
Revenir en haut Aller en bas
https://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
Libellule


Messages : 10171
Date d'inscription : 27/01/2008

BLOBS Empty
MessageSujet: Re: BLOBS   BLOBS EmptyLun 29 Nov 2021 - 15:25

C'est par un camarade de forum, que j'ai appris l'existence des blobs.

source https://fr.wikipedia.org/wiki/Physarum_polycephalum
Physarum polycephalum, plus couramment appelé blob, est une espèce unicellulaire de myxomycète de l'ordre des Physarales, vivant dans les milieux frais et humides tels que les tapis de feuilles mortes des forêts ou le bois mort.
Cet amibozoaire est classé depuis 2015 parmi les mycétozoaires1.

BLOBS 3209990655


Dernière édition par Libellule le Lun 29 Nov 2021 - 15:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
Libellule


Messages : 10171
Date d'inscription : 27/01/2008

BLOBS Empty
MessageSujet: Re: BLOBS   BLOBS EmptyLun 29 Nov 2021 - 15:30

source https://www.simplyscience.ch/fr/jeunes/decouvre/blob-vous-avez-dit-blob?r=1
Blob, vous avez dit blob?
Créé: 31.07.2013

Il se reproduit par spores et vit dans les sous-bois pourtant ce n’est pas un champignon, il se déplace et résout des problèmes pourtant ce n’est pas un animal, il a l’apparence d’une mousse pourtant ce n’est pas un végétal.
Mais qui est le blob?
Cet unicellulaire géant aux propriétés hors du commun fascine les chercheurs du monde entier.


Tu as déjà certainement croisé son chemin dans les forêts, il ressemble à une grosse mousse jaunâtre qui prolifère lorsque le temps est humide.
Son nom scientifique est Physarum polycephalum.
C’est un myxomycète apparu sur Terre il y a environ un milliard d’années.
Le blob est constitué d’une cellule géante qui comporte plusieurs noyaux dont la taille peut atteindre plusieurs mètres carrés.
Dans la nature, il se nourrit de bactéries et de champignons.
Pour se déplacer il déploie des veines appelées pseudopodes dans lesquelles le mouvement de va et vient du cytoplasme lui fait atteindre des vitesses allant de 1 à 4 centimètres par heure.

Rien n’arrête le blob
Le blob tire son surnom du film de science-fiction The Blob (1958) dans lequel une masse gélatineuse à la croissance exponentielle colonise la planète en avalant tout sur son passage.
Pas d’inquiétude, Physarum polycephalum n’est pas un envahisseur menaçant, il est absolument inoffensif.
Cependant, il partage certaines propriétés avec son homonyme cinématographique.
Par exemple  Physarum polycephalum a une croissance exponentielle: il peut doubler de taille tous les deux jours.
Par ailleurs, le blob est pratiquement immortel.
Lorsque les conditions environnementales lui sont défavorables il entame un processus d’assèchement et se maintient en état de dormance sous la forme d’un sclérote.
Cet état de dormance peut durer plusieurs années avant que les paramètres d’humidité et de disponibilité des nutriments soient à nouveau réunis pour que le blob reprenne sa croissance exponentielle.
Le blob détient également le record dans la catégorie cicatrisation.
Si on le découpe en morceaux, il se régénère en seulement deux minutes et forme plusieurs blobs clonaux.

Sans cerveau il apprend et enseigne
Cet organisme extrêmement simple et dépourvu de système nerveux est néanmoins doté de capacités d’apprentissage étonnantes.
Pour l’illustrer des chercheurs ont développé une expérience dans laquelle une substance répulsive et inoffensive, la quinine, est placée entre un blob et sa source de nourriture.
D’abord le blob est réticent.
Puis en quelques jours il intègre qu’il est possible d’accéder à la nourriture en traversant la quinine sans se mettre en danger.
Ce procédé d’apprentissage s’appelle l’habituation et c’est la première fois qu’on l’observe chez un organisme unicellulaire.
Il nécessite une forme de mémoire.
Le blob en effet, tire des leçons de ses expériences et adapte son comportement à son environnement.
De plus, il a été démontré que les blobs ayant appris par habituation à surmonter un obstacle peuvent transmettre leurs informations à des blobs naïfs, les rendant à même de surmonter ledit obstacle sans l’avoir jamais rencontré.
Le blob est aussi capable de résoudre des problèmes complexes, il sait trouver le chemin le plus court entre plusieurs sources de nourriture séparées par des obstacles.
Ainsi, des chercheurs ont voulu comparer la capacité du blob à optimiser son réseau veineux avec notre capacité à optimiser des voies de communication.
En plaçant un blob sur la reconstitution d’une carte de la région de Tokyo - sur laquelle chaque ville est matérialisée par un flocon d’avoine - le blob développe un réseau veineux plus efficace que le réseau de chemin de fer actuel de la région de Tokyo!

Ci-dessus, la vidéo de la classe du gymnase Bäumlihof (BS) lauréate du concours Science on the move 2017.
Les élèves ont étudié le comportement du blob dans un labyrinthe.

Un système reproductif optimal
La reproduction du blob est étonnante.
Chez l’homme il y a deux compositions génétiques qui définissent le sexe: XX (femme) ou XY (homme).
Le blob n’est ni mâle ni femelle, il se reproduit par spores et peut avoir 720 types sexuels.
Les spores germent et libèrent des cellules amiboïdes qui ont 719 chances sur 720 d’être de sexe «opposé» et de pouvoir fusionner pour former un nouvel individu quand elles se rencontrent.

Une source d’inspiration pour les chercheurs
Notre corps compte 100’000 milliards de cellules qui coopèrent pour assurer la survie dans notre environnement.
Certaines sont spécialisées dans l’apprentissage ou la communication, d’autres dans la reproduction, d’autres encore dans la digestion.
Physarum polycephalum est capable d’assurer toutes ces fonctions en une seule cellule.
Il constitue ainsi un modèle d’étude très intéressant pour les chercheurs.
Le réseau veineux de Physarum polycephalum a été étudié pour développer des algorithmes capables d’optimiser nos réseaux de télécommunication.
Le blob pourrait aussi avoir des applications en médecine humaine.
Il produit par exemple un petit polymère qui peut être utilisé dans le transport ciblé de médicaments et participer à l’optimisation des chimiothérapies actuelles.

Longtemps méconnu du grand public, le blob a pris sa revanche.
Il fascine par ses propriétés inédites et suscite un intérêt grandissant.
Un ouvrage entier lui est déjà consacré et des kits de culture sont désormais vente libre.

Dans la rubrique faits divers: 1973 Texas, une femme découvre dans son jardin une énorme masse jaune qui ressemble à une éponge.
La femme effrayée appelle les policiers qui interviennent et tentent de découper, de brûler puis de tirer sur la masse en question.
Le lendemain, stupéfaite, la propriétaire découvre que non seulement la masse est toujours bien implantée dans son jardin mais qu’elle a également doublé de taille!
Certains ont d’abord pensé qu’il s’agissait d’un organisme extraterrestre mais les scientifiques ont rapidement découvert qu’il s’agissait d’un blob gigantesque.


Texte: Rédaction SimplyScience.ch

Sources:
Habituation in non-neural organisms: Evidence from slime moulds. Boisseau R.P et al. Proceedings of the Royal Society B. 2016.  
Brainless but Multi-Headed: Decision Making by the Acellular Slime Mould Physarum polycephalum. Beekman M. & Latty T. Journal of molecular biology. 2015.  
Le blob, cet étrange génie visqueux, ni plante, ni animal, ni champignon, Nathaniel Herzberg, Le monde.fr/sciences.  
Communiqué de presse du CNRS du 27 avril 2016.  

BLOBS 3209990655


Dernière édition par Libellule le Lun 29 Nov 2021 - 15:54, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
Libellule


Messages : 10171
Date d'inscription : 27/01/2008

BLOBS Empty
MessageSujet: Re: BLOBS   BLOBS EmptyLun 29 Nov 2021 - 15:30

source https://www.cnrs.fr/fr/le-blob-capable-dapprendre-et-de-transmettre-ses-apprentissages
Le « blob » : capable d'apprendre… et de transmettre ses apprentissages
21 décembre 2016

Ni animal, ni plante, ni champignon, le « blob » (Physarum polycephalum) est un curieux être rampant composé d'une unique cellule géante.
Bien que dépourvu de cerveau, il est capable d'apprendre de ses expériences, comme l'avaient déjà montré des biologistes du Centre de recherches sur la cognition animale (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier)1.
Les mêmes chercheurs ont fait un pas de plus en prouvant qu'il peut transmettre ses apprentissages à un congénère en fusionnant avec lui.
Ces nouveaux résultats sont publiés dans la revue Proceedings of the Royal Society B le 21 décembre 2016.

Imaginez que vous ayez la capacité de fusionner temporairement avec un autre individu et qu'à l'issue de cette expérience, vous ayez acquis toutes ses connaissances.
Eh bien, chez les blobs, c'est possible !
Le blob, Physarum polycephalum pour les scientifiques, est un être composé d'une seule cellule, qui vit dans les sous-bois à l'état naturel et dans des boîtes de Pétri en laboratoire.
Audrey Dussutour et David Vogel lui avaient déjà appris à passer outre des substances répulsives mais inoffensives (café, quinine ou sel) pour atteindre leur nourriture 1.
À présent, ils montrent qu'un blob ayant appris à ignorer le sel peut transmettre son apprentissage à l'un de ses congénères, tout simplement en fusionnant avec lui !

Pour cela, les chercheurs ont appris à plus de 2 000 blobs que le sel était inoffensif – les blobs devaient traverser un pont couvert de sel pour rejoindre leur nourriture.
Pendant ce temps, 2 000 blobs devaient eux franchir un pont vierge de toute substance (blobs « naïfs »).
Au terme de cet apprentissage, les chercheurs ont formé des paires de blobs « expérimentés », des paires de blobs « naïfs » et des paires mixtes, qui fusionnaient au niveau de leur zone de contact 2.
Les blobs fusionnés devaient ensuite à leur tour traverser un pont couvert de sel.
À la surprise des chercheurs, les blobs mixtes étaient aussi rapides que les blobs expérimentés, et surtout bien plus rapides que les blobs naïfs – comme si l'apprentissage du caractère inoffensif du sel avait été partagé.
Le résultat fut le même avec des trios et des quatuors, quel que soit le nombre de blobs naïfs dans le nouveau blob – il suffisait d'un blob expérimenté pour que l'information circule.

Afin de vérifier qu'il y avait bien eu transfert d'information, l'expérience a été refaite en séparant les blobs une heure ou trois heures après leur fusion.
Seuls les blobs naïfs qui étaient restés en contact trois heures avec un blob expérimenté ignoraient le sel, les autres montrant une forte aversion.
Le blob naïf avait donc bel et bien reçu l'information.
Au microscope, les chercheurs ont remarqué qu'une veine se formait entre les blobs à l'endroit même où ils fusionnaient, et qu'elle nécessitait trois heures pour s'établir.
C'est sans doute par ce biais que circule l'information.
Prochaines étapes : trouver sous quelle forme elle est transmise, mais aussi tenter de faire des apprentissages croisés.
En apprenant à un blob A à ignorer la quinine et à un blob B à ignorer le sel, les biologistes se demandent s'ils peuvent s'échanger et retenir les deux informations.

....suite sur le lien plus haut...

BLOBS 3209990655

https://lejournal.cnrs.fr/videos/le-blob-la-cellule-qui-apprend

BLOBS 3209990655


Dernière édition par Libellule le Lun 29 Nov 2021 - 15:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
Libellule


Messages : 10171
Date d'inscription : 27/01/2008

BLOBS Empty
MessageSujet: Re: BLOBS   BLOBS EmptyLun 29 Nov 2021 - 15:46

source https://www.lejdd.fr/Societe/Sciences/a-la-rencontre-du-blob-cet-organisme-ni-animal-ni-vegetal-ni-champignon-3347009
A la rencontre du blob, cet organisme ni animal, ni végétal, ni champignon
11h59 , le 31 mai 2017, modifié à 12h15 , le 31 mai 2017
Par Juliette Demey

INTERVIEW - Le blob est un incroyable organisme primitif qui se déplace, double de taille chaque jour et peut apprendre.
Audrey Dussutour, spécialiste du comportement des fourmis au CNRS, l'a rencontré par hasard.

Le blob, qu'est-ce que c'est?
Cet organisme primitif doit son surnom au film américain The Blob (1958) dans lequel une gelée extraterrestre colonise la planète en avalant les habitants.
Les Anglais l’appellent "vomi de chien".
Un blob de 1 km² – soit la ville de Monaco – a été observé aux États-Unis, dans les Appalaches, en Virginie-Occidentale.
Selon les espèces, le blob a un système de reproduction sexuée, asexuée, ou par clonage.
Un assemblage de 5 gènes détermine son sexe.
Soit 720 combinaisons et autant de types sexuels.
Dans ses veines, le sens de circulation du sang change toutes les deux minutes.
En contractant ce réseau, il déplace sa membrane en faisant un pas en avant, un demi-pas en arrière.

La vie du blob? "Ramper derrière la nourriture"
Le blob n’est ni un animal, ni un végétal, ni un champignon. Qu’est-ce?
C’est un organisme vivant d’une seule cellule, un primitif qui a peu évolué depuis son apparition, il y a un milliard d’années.
Physarum polycephalum – son nom scientifique – a des pigments comme les plantes, mange comme un animal et se reproduit comme un champignon.
Grâce à la génétique, on a enfin pu le classer dans une famille, celle des amibozoaires où l’on trouve le parasite du paludisme.

Comment le reconnaître?
Il est souvent jaune orangé, gélatineux, couvert d’une membrane gluante, mais il est parfois blanc, gris, rose…
Il existe mille espèces différentes, de toutes formes.
En général, il est plat.
Sauf quand il a très faim : il peut alors pousser en hauteur ou former des excroissances, des "pseudopieds" qui s’étendent en forme d’étoile.

La vie du blob, c’est ça : ramper derrière la nourriture.
Peut-on le croiser en France?
Oui, il faut fouiller dans les forêts humides sur les écorces ou dans la litière.
Ou dans le compost.
On en trouve sur toute la planète, sous la neige, les tropiques…
Celui de mon labo, venu d’Australie, aime vivre à 25°C.
Il n’a pas apprécié que je l’emporte dans une boîte en rando à la montagne ce week-end.
Je n’avais pas le choix : les blobs doivent manger tous les jours pour bien se porter!

Un blob nourri double de taille chaque jour.

Comment arrivent-ils à manger sans bouche?
Ils enveloppent leur nourriture (bactéries et champignons) puis la digèrent grâce à des substances chimiques.
Un blob nourri double de taille chaque jour.
En labo, on lui donne des flocons d’avoine et il peut mesurer jusqu’à 10 m².
Une cellule unique grande comme un homme qui en a 100.000 milliards!
Deux blobs génétiquement identiques fusionnent si vous les rapprochez l’un de l’autre.
À l’inverse, on peut créer des clones en coupant un blob en morceaux d’un millimètre.
Ils saignent puis cicatrisent en moins de deux minutes.
Ensuite, en trois heures, ils réorganisent tout leur système veineux.

Comment se déplacent-ils?
Ils étendent leurs "pseudopieds" et contractent leur membrane avec leur réseau veineux.
Un blob affamé atteint la vitesse maximale de 4 cm par heure.
En labo, on le garde dans des boîtes de Petri percées [boîte transparente cylindrique, à diamètre variable et peu profonde, munie d’un couvercle].
Comme il prend toutes les formes et passe par les trous, au retour d’un week-end, j’ai retrouvé mes boîtes vides.
Les blobs avaient tous fusionné et exploré les murs pour finir au plafond !
Avec ce livre, je veux faire connaître cet être extraordinaire*, que certains prennent encore pour un canular.
Dans l’évolution, c’est un chaînon manquant entre les organismes unicellulaires et nous.
Une fois fécondés, ses noyaux se divisent sans former de cellules distinctes.
Ils restent tous dans une seule cellule qui possède au final des milliers de noyaux.

Depuis dix ans, la chercheuse du CNRS Audrey Dussutour multiplie les expériences sur le blob.
Ici, cet organisme unicellulaire étend ses "pseudopieds" et choisit à distance parmi plusieurs régimes alimentaires celui qui est idéal pour sa croissance. (Cyril FRESILLON/CRCA/CNRS Photothèque)

Pourquoi n’a-t-il pas envahi la planète?
Il n’est pas invasif.
À maturité, il disparaît en se transformant en millions de spores qu’il envoie dans l’environnement pour se reproduire, mais très peu se développeront.
Le blob a deux handicaps : il n’aime pas la lumière et a besoin d’humidité en permanence.
Placé sur un papier, il se dessèche en trois jours et ressemble à un lichen.
C’est ainsi que, hors expérience, on le conserve en labo.

Il ne meurt pas?
En labo, jamais.
Pour le raviver, il suffit de quelques gouttes d’eau.
En une heure, il redevient jaune vif.
Je travaille sur le même blob depuis dix ans, celui d’une société américaine qui le vend depuis cinquante ans.
Le plus fou, c’est que, lorsqu’il sèche, il supprime toute la toxicité accumulée.
On le ravive et il est comme neuf.
Ce processus de "reset" intéresse beaucoup les chercheurs en cosmétique.
Vous avez montré que le blob est capable d’automédication.
On a d’abord déterminé son régime alimentaire idéal.
Puis on a essayé de voir si le blob réussit à le composer lui-même à partir de différents menus.
Pour schématiser : manger moitié de pommes et moitié de burgers.
Il y est très bien arrivé!
Puis on l’a placé face à 11 régimes différents, sans que préalablement il puisse les goûter.
Il a choisi le plus proche de son régime optimal.
Il "sent" à distance grâce à des récepteurs chimiques.
Et il communique avec ses congénères.
S’il est affamé, il secrète une substance répulsive.
Quand il se nourrit, il secrète du calcium en déféquant.
Ce signal attire les autres blobs qui viennent fusionner.

Le réseau que le blob a créé était plus efficace que celui de l’homme.

Ils sont aussi capables de résoudre des problèmes…
Le chercheur japonais Toshiyuki Nakagaki a placé deux sources de nourriture aux extrémités d’un labyrinthe et mis des blobs à l’intérieur.
Ils ont vite trouvé le chemin et fusionné en formant le réseau le plus court possible.
Quand un blob trouve de la nourriture, il crée une veine pour s’y relier et en supprime d’autres, c’est magique.
Plus incroyable : ce chercheur a reproduit le réseau ferroviaire entourant Tokyo sur de petites cartes, où chaque pétale d’avoine représentait une ville.
Le réseau que le blob a créé était plus efficace que celui de l’homme.
Un chercheur anglais a en a tiré un algorithme.

Peut-on imaginer des applications thérapeutiques?
Je l’espère.
Le réseau veineux du blob se forme selon les mêmes lois physiques que la vascularisation des tumeurs cancéreuses, il pourrait donc servir de modèle.
Il a aussi des propriétés anticancéreuses pour certaines lignées de cellules.
C’est surtout un grand recycleur, capable d’accumuler des métaux lourds, comme le zinc, dans des proportions 1.000 fois supérieures à tout autre être vivant.

Le blob peut apprendre et transmettre son savoir

Votre plus célèbre expérience prouve que le blob, dénué de cerveau, peut apprendre…
C’est le premier stade de l’apprentissage : le processus d’habituation.
Nous l’utilisons au quotidien lorsqu’on, par exemple, on rentre dans une pièce où l’odeur est désagréable : on finit par s’y habituer et à l’oublier.
Pour le blob, l’expérience a consisté à lui faire ignorer une substance amère qu’il n’aime pas, la quinine.
On en a couvert un pont de 1,5 cm qu’il devait traverser pour accéder à des pétales d’avoine.
D’abord très réticent, il a mis douze heures avant d’y poser un pseudopode.
Mais à peine a-t-il accédé à la nourriture que, en un éclair, il a transféré tout son organisme.
Après six jours, il n’a plus montré la moindre aversion.
Ce comportement, qui repose en temps normal sur un système nerveux ou un réseau de cellules, est très surprenant chez un unicellulaire.

Ils savent même transmettre leur savoir!
Oui. Nous avons entraîné 2.000 blobs à s’habituer au sel, qu’ils n’aiment pas.
De l’autre côté, nous avions 2.000 blobs "naïfs".
Nous avons testé toutes les associations possibles - un expérimenté avec un naïf, deux naïfs, deux expérimentés…
Conclusion, il suffit d’un blob expérimenté dans le groupe pour diffuser l’info aux trois autres.
En filmant de très près la fusion, on a découvert qu’une veine se forme à l’endroit de la jonction, en trois heures.
L’information transite par là, mais sous quelle forme?
Ces jours-ci, nous testons l’apprentissage associatif.
Comme Pavlov a conditionné son chien, on donne de la nourriture salée au blob pour qu’il associe le sel à la récompense.
Au bout de dix jours, sur 90 blobs testés, 30 ont choisi le pont salé.
Un élément répulsif est devenu attractif!
Mais les 60 autres n’ont rien compris.
Pourquoi, alors que ce sont tous des clones?
C’est l’un des mystères qu’il nous reste à percer.

*Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le blob sans jamais oser le demander, Équateurs sciences, 180 p., 18 euros.
https://editionsdesequateurs.fr/aParaitre/oo/ToutCeQueVousAvezToujoursVoulu

BLOBS 3209990655



Dernière édition par Libellule le Lun 29 Nov 2021 - 16:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
Libellule


Messages : 10171
Date d'inscription : 27/01/2008

BLOBS Empty
MessageSujet: Re: BLOBS   BLOBS EmptyLun 29 Nov 2021 - 15:46

BLOBS 2595565655


Dernière édition par Libellule le Lun 29 Nov 2021 - 15:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
Libellule


Messages : 10171
Date d'inscription : 27/01/2008

BLOBS Empty
MessageSujet: Re: BLOBS   BLOBS EmptyLun 29 Nov 2021 - 15:47

À la rencontre du blob, cette étonnante créature unicellulaire
6 octobre 2017
Mis à jour le 23 mai 2019
https://theconversation.com/a-la-rencontre-du-blob-cette-etonnante-creature-unicellulaire-85164

BLOBS 3209990655  

Le Blob, la nouvelle star du Parc zoologique de Paris
Mise à jour le 21/10/2019
source https://www.paris.fr/pages/le-blob-la-nouvelle-star-du-parc-zoologique-de-paris-18919

BLOBS 3209990655

Le blob : qu'est-ce que cette créature, ni animale ni végétale ?
Par Hervé Ratel le 08.09.2020
https://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/biologie-cellulaire/le-blob-qu-est-ce-que-cette-creature-ni-animale-ni-vegetale_138553

BLOBS 3209990655

Les enfants l'adorent : quand le blob devient une créature de compagnie
https://www.lci.fr/sciences/video-le-blob-la-nouvelle-creature-de-compagnie-des-enfants-2200479.html

BLOBS 3209990655

Audrey Dussutour, spécialiste du blob : « le blob peut montrer une certaine forme d’intelligence »
13 Avr 2021
https://www.goodplanet.info/2021/04/13/audrey-dussutour-specialiste-du-blob-le-blob-peut-montrer-une-certaine-forme-dintelligence/

BLOBS 3209990655

Le blob, cette créature "quasi immortelle", que vont étudier Thomas Pesquet et 350 000 élèves
Le blob, organisme inclassable au cœur des fascinations des biologistes, s'envole mardi vers la Station spatiale internationale.
Publié le 10/08/2021
https://www.francetvinfo.fr/sciences/espace/thomas-pesquet/le-blob-cette-creature-quasi-immortelle-que-vont-etudier-thomas-pesquet-et-350-000-eleves_4733501.html

BLOBS 3209990655

Une expérience sur le blob entre les écoliers français et le spationaute Thomas Pesquet
https://www.sudouest.fr/france/une-experience-sur-le-blob-entre-les-ecoliers-francais-et-le-spationaute-thomas-pesquet-6483901.php

BLOBS 3209990655

Élève ton blob, l'expérience éducative de la mission Alpha
Groupe Public
https://www.facebook.com/groups/eleve.ton.blob/

BLOBS 3209990655

Revenir en haut Aller en bas
https://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
Libellule


Messages : 10171
Date d'inscription : 27/01/2008

BLOBS Empty
MessageSujet: Re: BLOBS   BLOBS EmptyLun 29 Nov 2021 - 16:11

Dommage, j'ai trouvé cette annonce trop tard.

source https://www.cnews.fr/france/2021-10-21/le-cnrs-cherche-10000-passionnes-pour-etudier-le-blob-1140651
LE CNRS CHERCHE 10.000 SCIENTIFIQUES AMATEURS POUR ÉTUDIER LE BLOB
Par CNEWS avec AFP -
Publié le 21/10/2021 à 12:11
Mis à jour le 04/11/2021 à 15:52

Le CNRS a lancé ce jeudi 21 octobre un projet de science participative ouvert à 10.000 volontaires pour mener des expériences sur le blob, cet organisme unicellulaire «hors normes» dont les capacités fascinent les biologistes.

Les apprentis chercheurs sélectionnés se verront confier un blob et une espèce cousine.
Ils devront les nourrir, les exposer à la chaleur et documenter leur croissance.
L'expérience durera entre une semaine et un mois et «demandera environ une heure de manipulation quotidienne».

Le but est de voir comment le blob, qui évolue habituellement dans les sous-bois des pays tempérés, pourrait réagir au réchauffement climatique.

INSCRIPTION JUSQU'AU 12 NOVEMBRE
La seule condition pour participer est d'avoir plus de 8 ans.
Les pré-inscriptions sont ouvertes jusqu'au 12 novembre.
Pour être sélectionné, il faut remplir un formulaire sur le site du CNRS.

Intitulé «Derrière le blob, la recherche», le projet sera chapeauté par Audrey Dussutour, biologiste du CNRS au Centre de recherches sur la cognition animale de l'Université Toulouse III Paul Sabatier.
Ses travaux de vulgarisation avaient révélé l'organisme au grand public.

UN ORGANISME FASCINANT
De son nom scientifique «physarum polycephalum», le blob est apparu sur Terre bien avant les dinosaures.
Ni animal, ni végétal, ni champignon, il n'est formé que d'une seule cellule et de plusieurs noyaux pouvant se multiplier à volonté.
Sa capacité à se mettre en dormance le rend quasiment immortel.

Bien que dépourvu de pattes, de bouche, d'estomac, il se déplace et mange.
Et malgré son absence de cerveau, il sait résoudre des problèmes complexes et transmettre des informations.

ment le 12 octobre de l'expérience éducative «Elève ton blob» dans plus de 4.500 établissements scolaires.
Sous la houlette du Centre national d'études spatiales (CNES), elle vise à comparer le comportement de l'organisme sur Terre et en apesanteur, à bord de la Station spatiale internationale.

À SUIVRE AUSSI

DANS L'ISS, THOMAS PESQUET MÈNERA DES EXPÉRIENCES SUR DES BLOBS
Par CNEWS - Mis à jour le 21/03/2021 à 11:10
Publié le 21/03/2021 à 11:10
https://www.cnews.fr/science/2021-03-21/dans-liss-thomas-pesquet-menera-des-experiences-sur-des-blobs-1060965

1 MILLION D'OISEAUX TUÉS PAR UN «BLOB» DANS L'OCÉAN PACIFIQUE
Par CNEWS - Mis à jour le 20/01/2020 à 12:42
Publié le 20/01/2020 à 12:42
https://www.cnews.fr/monde/2020-01-20/1-million-doiseaux-tues-par-un-blob-dans-locean-pacifique-919205

BLOBS 3209990655


Revenir en haut Aller en bas
https://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé





BLOBS Empty
MessageSujet: Re: BLOBS   BLOBS Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
BLOBS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: Météo, Alertes , Sciences , Vie pratique et juridique, INFORMATIQUE :: SCIENCES et DIVERS-
Sauter vers: