Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Coffret Pokémon Ultra Premium Dracaufeu 2022 en français : où le ...
Voir le deal

 

 Tout sur les Gymnocalyciums

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Libellule
Admin
Libellule


Messages : 10171
Date d'inscription : 27/01/2008

Tout sur les Gymnocalyciums - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tout sur les Gymnocalyciums   Tout sur les Gymnocalyciums - Page 2 EmptyJeu 2 Déc 2021 - 15:14

On trouve beaucoup d'explications intéressantes sur ce site

source https://jardinierparesseux.com/2021/10/19/quand-un-cactus-boule-rouge-perd-la-boule/
Quand un cactus boule rouge perd la boule
Par Larry Hodgson

PAR JARDINIER PARESSEUX
19 OCTOBRE 2021
24 COMMENTAIRES

Question : J’ai reçu ce cactus et il avait uniquement une tige centrale avec un autre cactus coloré sur le dessus.
Cependant, le cactus coloré est mort et, depuis plusieurs années, il pousse tout de travers.
Que dois-je faire avec ce bizarre de cactus?
Lucie Dubreuil

Réponse : Les cactus greffés portant un deuxième cactus coloré au sommet de la tige verte d’un premier sont très populaires dans le commerce.
Le «cactus boule rouge» (Gymnocalycium mihanovichii friedrichii ‘Rubra’, aussi appelé Hibotan), un cactus boule de couleur rouge est le plus courant de ces cactus greffés, mais il en existe d’autres couleurs et formes.

Habituellement, ces cactus ne vivent pas très longtemps : rarement beaucoup plus qu’un an. Soit que le porte-greffe (la partie verte) meurt et alors toute la plante décède, soit le greffon — la partie colorée — meurt, vous laissant avec le porte-greffe, le cactus vert, beaucoup moins attrayant.
C’est ce qui est arrivé dans votre cas.

Quand le porte-greffe redevient une plante indépendante
Le porte-greffe traditionnel est le cactus reine de la nuit (Selenicereus undatus, syn. Hylocereus undatus ou S. triangularis, syn. H. trigonus), aux tiges triangulaires.
Dans la nature, c’est une grande plante grimpante portant des racines aériennes qui se fixent sur les troncs et les branches d’arbres dans la nature et sur les murs des maisons et des supports de pergola en culture.
Dans la maison, la «souche», si elle survit, produit des tiges triangulaires grimpantes… et c’est ce qui arrive avec votre plante.
Votre plante cherche à se fixer sur un support par les racines qu’elle produit.

En plus, votre cactus n’a pas l’air d’être en très bonne forme.
Je soupçonne qu’il ne reçoit pas assez de lumière.
Même si le cactus reine de la nuit pousse généralement dans un milieu partiellement ombragé par de grands arbres dans la nature, dans nos maisons, beaucoup plus sombres qu’on ne le pense, il lui faudrait idéalement le plein soleil, donc un emplacement tout près d’une grande fenêtre face au sud, pour bien pousser.

Aussi, il faudrait rempoter votre plante dans un pot plus gros, un qui est muni de trous de drainage.
Vous pouvez utiliser à cette fin un terreau pour cactus ou un terreau d’empotage ordinaire.
Mieux vaut faire le rempotage au printemps, au retour des jours plus longs.

Ajoutez à cela un arrosage régulier quand le terreau est sec (il n’est pas bon de traiter ce cactus de milieu mésique [au sol d’humidité moyenne] comme un cactus désertique en laissant le terreau sécher trop en profondeur), des températures normales d’intérieur et un peu d’engrais de temps en temps et votre cactus reine de la nuit devrait montrer une croissance beaucoup plus vigoureuse.

L’entretenir, c’est réveiller un dragon
Du moins, c’est l’entretien qu’il faut pour laisser la reine de la nuit grandir.
Mais est-ce que vous voulez vraiment réveiller le dragon qui dort dans cette plante?

Il faut savoir que la reine de la nuit est une très grande plante au comportement indiscipliné, envoyant de longues branches dans tous les sens et atteignant facilement 2 m de haut et autant de diamètre si vous ne la taillez jamais (même 10 m en plein air!).
Et elle n’est pas très attrayante. Typiquement, dans la maison, on la fixe sur un grand treillis du mieux que l’on peut ou on la laisse grimper sur un mur. Égalemement, il faudrait supprimer ou raccourcir les branches trop longues ou mal placées qu’elle produit.
Beaucoup de gens qui la cultivent ainsi lui consacrent sa propre pièce.
Oui, elle est vraiment de taille «dragonesque»!

Quelles fleurs extraordinaires!
Par contre, après plusieurs années de culture (habituellement 10 et plus), il se peut que votre «reine de la nuit» vous montre pourquoi on lui a donné ce nom quand elle produit d’énormes fleurs blanches en trompette exquisément parfumées qui s’ouvrent le soir et ferment pour toujours le lendemain matin.
Elles peuvent mesurer 20 cm ou même 30 cm de diamètre, selon la variété.
C’est vraiment spectaculaire!

Si la fleur ne dure qu’une nuit, au moins son épanouissement indique que la plante est arrivée à maturité.
Ainsi, à partir de ce moment, votre reine de la nuit fleurira sans doute tous les ans avec de plus en plus de fleurs chaque année.

Et le fruit?
Je ne vous avais pas dit que la reine de la nuit produit un fruit aussi : un gros fruit fort délicieux, vendu en supermarché sous les noms de fruit du dragon ou de pitaya.
Oui, ces gros fruits rouges à la chair blanche parsemée de petites graines noires proviennent d’un cactus grimpant!

À l’extérieur, sous un climat doux (zones de rusticité 10 à 11), des chauves-souris et des insectes s’occupent de la pollinisation.
Du moins, quand il y a deux spécimens ou plus dans le secteur, car une pollinisation croisée est normalement nécessaire pour féconder la fleur.
Mais les chances de voir votre reine de la nuit produire un fruit à l’intérieur sont presque nulles, car aurez-vous deux de ces énormes cactus en fleurs en même temps pour assurer la pollinisation croisée?
Et même si c’était le cas, il vous faudrait rester debout la nuit pour porter le pollen des anthères (au centre de la fleur) au stigmate, qui en ressort, car les chauve-souris et autres pollinisateurs nocturnes brillent par leur absence dans nos demeures.

Seulement alors pourriez-vous penser cultiver vos propres fruits du dragon… mais je ne connais personne qui l’ait réussi à l’intérieur d’un domicile.

Mes recommandations
Si vous aimez un défi et profitez de beaucoup d’espace, appliquez les informations ci-dessus pour essayer de dompter le dragon que deviendra cette plante!
Mais sinon, il est peut-être temps de mettre fin à l’agonie de la pauvre plante qui, visiblement, n’a pas les conditions qu’il lui faudrait pour une vie heureuse. Quand on jardine, il faut aussi savoir quand il est temps de dire au revoir à une plante qui ne nous donne pas les résultats désirés.

À PROPOS JARDINIER PARESSEUX
Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec.
Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants.
Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.
https://jardinierparesseux.com/

Tout sur les Gymnocalyciums - Page 2 262171387
Revenir en haut Aller en bas
https://libellule.superforum.fr
 
Tout sur les Gymnocalyciums
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» 1 TOUT SUR LES LEGUMES
» Coquillages: Tout savoir sur les huîtres
» Pommes de terre: à tout faire d'autre que la cuisine
» Café : tout sur le café et recycler le marc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: PLANTES :: CACTUS- Plantes grasses- Succulentes- Caudex etc :: Gymnocalyciums-
Sauter vers: