Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ce ne sont pas des mauvaises herbes mais des adventices

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Moa

avatar

Messages : 534
Date d'inscription : 05/02/2011

MessageSujet: Ce ne sont pas des mauvaises herbes mais des adventices   Jeu 1 Sep 2011 - 19:19



Je suis d'accord avec l'affirmation ci dessous, il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises herbes, il y a juste des plantes qui ont envahis des surfaces car l'équilibre a été perturbé, par l'homme ou des dérèglements écologiques.

Les "mauvaises-herbes" ça n'existe pas!
La Cabane de Tellus: Le refuge des "Mauvaises herbes"
source http://cabanedetellus.free.fr/index.htm
Bienvenue dans la "Cabane de Tellus", le site qui va vous faire aimer les “mauvaises-herbes”. Il y a tellement de gens qui s’appliquent à les éradiquer, et tant de produits destinés à les détruire, que malgré toute leur bonne volonté, certaines sont menacées. Découvrez au pas de votre porte, un monde attachant, plein de surprises, et adoptez votre "herbe folle" préférée grâce à la banque de graines.

Pourquoi ce site?
Quand on parle de "Mauvaise-herbes", les plantes concernées sont souvent des végétaux méprisés, ou pire, que l'on cherche à systématiquement à détruire. Et après tout qui viendrait vous le reprocher?

Elles semblent si banales, si anodines et gênantes plutôt qu'autre chose. Pourtant, à quoi ressembleraient nos villes, nos chemins, nos terrains vagues, nos décombres et nos bords de routes si elles n'étaient pas là?

Il y a toujours une foule d'amateurs éclairés pour étudier l'orchidée sauvage rarissime, mais qu'en est-il de nos compagnes de tous les jours, nos "mauvaises-herbes"?

Est-ce le terme "mauvaises" qui nous conditionne à ne pas nous y intéresser autrement que pour chercher à les détruire? Essayez de taper les mots "Mauvaises-herbes" dans un moteur de recherche et vous serez certainement impressionnés de voir la quantité d'information proposé à propos de :
*
         Produits herbicides de tous genres, méthodes d'éradications, conseils pour s'en débarrasser, nuisances engendrées, pertes de rendements...

Si on prend le temps de s'y intéresser, on découvre rapidement toutes les qualités dont peuvent faire preuve ces végétaux si méprisés :

Comestible, médicinale, mellifère, couvre-sol, engrais-vert, insecticide, décorative, dépolluante...

Il y a toujours une "mauvaise-herbe" capable de répondre à nos besoins. Pourtant nous continuons à avoir le réflexe automatique de les détruire et les publicités nous y encouragent fortement.

Il était grand temps que ces braves végétaux aient un endroit où l'on ne parle pas d'eux en cherchant à les détruire et même un site web qui leur soit spécialement dédié : la Cabane de Tellus

       Nota bene : A travers le site, le terme "mauvaise-herbe" sera volontairement utilisé, mais ironiquement, gardé en italique et entre guillemets.
De même, les noms latins "vulgare" et "vulgaris" seront traduits par "commun" ou "commune" et non par "vulgaire", terme trop péjoratif aux yeux du petit Web-master et que l'on peut hélas lire parfois dans les livres.

De bonnes raisons pour s'intéresser aux "mauvaises herbes"
* Parce qu'elles nous accompagnent au quotidien sans que nous sachions forcément beaucoup de choses sur elles.

* Parce qu'elles offrent refuge à tout un écosystème, parfois très riche et jusqu'au cœur des villes, là où nous pensions ne pas avoir laissé de place à la Nature.

* Parce la plupart d'entre elles sont douées de propriétés très intéressantes : comestibles, médicinales, tinctoriales, décoratives...

* Parce que certaines ont été si persécutées qu'elles sont entrain de disparaitre.

* Parce qu'elles symbolisent la Nature refusant la domination humaine.

*... pour plein d'autres raisons!

* Et simplement parce qu'on peut les trouver attachantes et passionnantes!

Jeter un regard nouveau sur celles que l'on nomme injustement "mauvaises-herbes", apprendre à les connaître et les apprécier d'une façon ludique et originale, tout en restant le plus scientifique possible, tel est le modeste objectif de la Cabane de Tellus.



Pour moi il n'y a pas de bonnes ou mauvaises herbes, il y a des plantes qui ont survécu parce qu'elles avaient un rôle à jouer.
http://plantes-passion.forumactif.fr/les-mauvaises-herbes-f25/

Revenir en haut Aller en bas
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2965
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Ce ne sont pas des mauvaises herbes mais des adventices   Ven 14 Avr 2017 - 22:57

source http://www.reponsesbio.com/2013/04/07/comment-gerer-les-mauvaises-herbes/
Comment gérer les mauvaises herbes ?
7 avril 2013

Bonjour, je m’appelle Yannick Hirel, auteur du blog « Au potager bio ».

Passionné par le jardinage responsable, pour un meilleur respect de notre environnement, j’aime cueillir de bons fruits et légumes depuis mon potager pour les cuisiner et les partager avec des amis.

Je vais vous parler aujourd’hui d’une façon de considérer et de gérer « les mauvaises herbes », que je préfère appeler « adventices ».

Nous allons voir ensemble dans cet article pourquoi de nombreux jardiniers voient encore, à tort, ces adventices d’un mauvais œil.

Lorsque nous commençons à jardiner dans le respect de l’environnement, notre regard sur les herbes folles change, surtout lorsque nous comprenons leur importance dans les jardins, même pour les plus modestes d’entre eux.

A quoi servent les « mauvaises herbes » ?
Faisant partie intégrante de la biodiversité, c’est à dire des organismes végétaux naturellement présents dans un milieu donné, elles permettent d’abriter de nombreuses espèces et nourrissent intégralement le jardin.

Pour illustrer cela je vais tout simplement vous parler de l’équilibre naturel et du fonctionnement de ces adventices.

L’équilibre naturel
Lorsque j’ai commencé à jardiner, j’ai rapidement pensé : « Tiens, pourquoi ne pas laisser un petit coin sauvage dans mon jardin, un endroit dans lequel la nature pourra librement prendre le dessus ? »

Je me suis donc attelé à cette tâche en faisant en sorte qu’il ne soit pas trop éloigné de mon potager principal, mais tout de même suffisamment éloigné pour garder ce dernier à l’abri de ces mauvaises herbes que l’on m’avait souvent conseillé d’éliminer purement et simplement.

Après quelques semaines, alors que mes légumes se portaient à merveille, je suis allé voir ce coin de jardin et vous savez quoi ?

Et bien il grouillait de vie : je pouvais voir des coccinelles, des syrphes et bien d’autres bestioles, il y avait même de nombreux oiseaux (en majorité des mésanges).

La vivacité que j’observais m’a bien entendu encouragé à prolonger l’expérience.

Ce faisant j’ai noté la présence de la plupart de ces espèces au cœur même de mon potager, qui contenait lui aussi quelques rangées d’adventices volontairement laissées.

J’ai donc finalement décidé de bâtir de part et d’autre de mes légumes de puissants abris d’adventices permettant d’attirer, de nourrir et d’abriter ces alliés du jardinier que j’ai pris la liberté de nommer « les auxiliaires », auxquels j’ai donné le grade de « protecteurs du potager ».

Afin de bien comprendre pourquoi cette biodiversité protège réellement le potager, nous allons voir ici certains de ses rouages :

Les insectes ayant trouvé refuge mon potager par le biais des adventices, se nourrissent essentiellement d’autres insectes que nous considérons comme des ravageurs.

C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles je ne considère plus aucun insecte/animal… comme « nuisible », puisqu’ils permettent le plus souvent de nourrir d’autres espèces.

J’ai ainsi pris l’habitude de favoriser toutes les espèces présentes dans mon jardin, même les limaces, en leur installant de vieilles planches de bois humide qui leurs servent d’abris.

De cette manière je peux « les contrôler », en prenant soin de les écarter en cas d’attaque du potager jugée trop importante.

Et, en plus de prendre soin de mon potager, cette impressionnante biodiversité installée dans mon modeste jardin, nourrit certains oiseaux que j’ai pris l’habitude d’attirer dans des nichoirs.

Voilà ce que représente l’équilibre naturel à mes yeux : laisser se faire les choses.

Dès que nous intervenons dans ce processus se suffisant à lui-même, en détruisant par exemple une des espèces naturellement présentes, les autres ne disposeront bientôt plus de cette source de nourriture, n’engendrant d’abord que de petits déséquilibres, mais provoquant ensuite des attaques plus importantes, des maladies, etc.

Mon mot d’ordre : « Laisser faire la diversité. »
Cependant me direz-vous, si nous laissons la nature reprendre ses droits, la croissance et la santé des plantes nous nourrissant peut être fortement compromise.

Effectivement, mais il suffit pour éviter cela de savoir gérer cette biodiversité et tout simplement la réutiliser à l’avantage du potager.

C’est pourquoi je gère les herbes trop envahissantes sans pour autant désherber.

Dès qu’elles dépassent mon « seuil de tolérance », c’est à dire qu’elles commencent à être envahissantes et poussent au détriment de la plante, je fauche ce surplus pour simplement l’étaler aux pieds de mes cultures : on appelle cela un mulch ou mulching.

Les avantages du mulch
En fabriquant une couverture pour le sol qui évitera son matraquage, je protège la terre d’une exposition directe au soleil et aux intempéries, évitant la formation d’une croûte en surface.

Bien que cette croûte puisse être cassée à l’aide de quelques coups de bêche, cette méthode permet d’éviter de sortir cet outil.

Autre avantage lié au premier, nous allons de cette manière avoir un effet de paillage qui permettra de limiter l’évaporation de l’eau que nous apportons et qui sera entièrement destinée aux plantes.

En bref, le sol conservera sa fraîcheur et son humidité, ce qui sera bénéfique pour les plantes, surtout lors de chaudes journées d’été.

Parmi les nombreux avantages du mulch on peut aussi compter l’apport en matière organique.

En effet, ces « mauvaises herbes », une fois coupées, vont entrer en décomposition et de ce fait, nourrir la terre et la plante par le biais de la micro-faune.

En tant que jardinier bio, il faut nourrir la terre qui à son tour, nourrira la plante.

Et non l’inverse.

Comme nous l’avons vu dans cet article, le potager d’un jardiner bio est plein de vie ; que ce soit au cœur du potager ou bien autour, mais aussi sous nos pieds.

Tout ce petit monde trouve sa place !

Dès lors que nous favorisons cette vie, nous disposons d’un jardin-potager qui avec le temps, se protégera seul des attaques de certains nuisibles, des maladies et tout ce qui s’en suit, et qui produira des fruits et légumes bio, parfaitement adaptés à nos besoins énergétiques.

Pour cela, il suffit de laisser l’équilibre se faire naturellement.

Yannick Hirel

Retrouvez d’autres conseils de potager bio sur mon blog :
Au potager bio https://au-potager-bio.com/

Sur Le Même Sujet :
Prendre soin de son jardin bio
Les vertus des herbes et épices chinoises
La ferme Sainte-Marthe cultive l’intelligence verte
Claude Bourguignon : Alerte sur l’état des sols
La biodynamie, qu’est-ce que c’est ?

Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
 
Ce ne sont pas des mauvaises herbes mais des adventices
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (M) + Liam Hemsworth (négociable) - Un couple, ce sont deux personnes qui s'aiment, avec les hauts mais aussi les bas
» [Recherche] Chaussures clip "oui mais non"
» Remix Oui mais non
» Comparatif vraies/fausses TN1 (rekin/requin/rek1)
» Que sont-ils devenus ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: PLANTES :: Plantes sauvages, champignons-
Sauter vers: