Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Liens sur les Cactus de Noel et de Pâques

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3417
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Liens sur les Cactus de Noel et de Pâques   Dim 10 Fév 2008 - 15:42



J'ai eu mon premier Schlumbergera très jeune mais je n'ai pas su m'en occuper et je l'ai perdu, dommage qu'à l'époque je n'ai pas eu le net.
J'ai fait ce post il y a longtemps et je ne me rappelle plus la source de certains messages.



Connaissez vous la différence entre les Epiphyllum et les Schlumbergera?
Ces plantes vertes résistantes qui peuplent les cuisines de presque toutes nos grands-mamans ont des fleurs magnifiques. Il est temps de les redécouvrir en compagnie de Pierre Cardinaux.

Les appellations populaires voire même professionnelles ont généralement tendance à intervertir les deux espèces, ou à simplement toutes les nommer «Epiphyllum» ou «Cactus de Noël», ce qui n’est pas correct au sens botanique. Mais où sont donc les différences?
De prime abord, les deux espèces font partie de la famille des cactées ou cactacées. Elles n’ont généralement pas d’épines et sont plus à rapprocher des succulentes par leurs feuilles épaisses et charnues.

Les noms exacts sont:
Schlumbergera: Cactus de Pâques ou Cactus de Noël
Epiphyllum: Cactus orchidée
Autres noms aussi utilisés: Zygocactus, Phyllocactus

Le Cactus de Pâques ou de Noël
Le Schlumbergera se compose de feuilles vertes, très ramifiées et de petites dimensions (env. 5 à 6 cm de longueur et 2 cm de largeur). La plante est assez touffue et compacte. Les fleurs, tubulaires, de 4 à 5 cm de longeur sont le plus souvent rouges, mais de nouvelles obtentions ont très largement enrichi la palette des couleurs: violet, rose, mauve, blanc, saumon. La particularité de cette espèce est sa floraison abondante et longue, alors que la fleur elle-même ne dure que quelques jours. Il n’est pas rare de voir des plantes fleurir en permanence pendant plusieurs mois. Il faut classer le Schlumbergera dans les plantes en pot à fleurs, d’intérieur. Il peut cependant très bien passer la bonne saison en extérieur en situation un peu ombragée, mais n’hiverne pas dehors sous notre climat.

A la fin de chaque année, la grande question se pose: va-t-il fleurir entre Noël et le printemps?
Ainsi que nous le répétons à chaque occasion, les plantes doivent avoir une période «d’oubli et de soins très restreints» dès la fin de l’été, de façon à stimuler l’induction florale. Cela peut être fait lorsque la plante est encore en extérieur ou, pour les sujets restant en appartement, dans un local frais mais éclairé.
A l’apparition des boutons floraux, quelques semaines ou mois plus tard, on replacera la plante en situation favorable avec des arrosages plus fréquents et une reprise de la fumure liquide. On évitera les courants d’air et les excès d’eau dans la soucoupe. On ne tournera pas le pot afin de prévenir la chute des boutons.
En fin de floraison, il faut laisser la plante se reposer quelques semaines avant de recommencer les arrosages et la fumure liquide de façon à permettre à la plante de reprendre de l’énergie et de la végétation en vue de sa prochaine période florale.

Le Cactus orchidée
L’Epiphyllum se compose de feuilles nettement plus grandes (jusqu’à 50 cm de longueur et 3 à 4 cm de largeur), de couleur vert pâle à vert foncé. Ces feuilles sont plus ligneuses, plutôt rondes, bordées de 3 «ailerons» longitudinaux. Certaines espèces ont quelques épines. L’Epiphyllum se comporte très bien en appartement mais également sur un balcon ou au jardin. A part dans certaines situations très protégées, il n’hiverne pas chez nous à l’extérieur.

Les fleurs sont spectaculaires, nettement plus grandes que celles du Schlumbergera. Elles apparaissent dès la fin du printemps et pendant l’été. Certaines variétés donnent des inflorescences de plus de 10 cm de diamètre. Les multiples obtentions horticoles, principalement par hybridation, présentent un grand nombre de coloris: blanc, rose, rouge, jaune, saumon, violacé, en fleurs simples ou doubles. La vie d’une fleur est très éphémère, de l’ordre de 2 à 3 jours, mais les inflorescences se succèdent à un bon rythme. Ce sont des fleurs presque plus nocturnes que diurnes. Très souvent elles donnent naissance à des fruits d’une belle couleur rouge, ressemblant à de petits œufs.

La plante a une croissance rapide et il peut être nécessaire de la tailler quelque peu de temps en temps. A cette occasion, il suffit simplement de couper entre deux feuilles. La partie coupée pourra facilement être bouturée après une attente de quelques jours en laissant simplement la coupe se cicatriser.

Les soins en bref
Epiphyllum et Schlumbergera demandent une terre riche, comme du terreau pour cactées. Il vaut mieux éviter les conteneurs trop compactés où il y a excès de terre végétale.
Sur le plan des parasites et des maladies, ces deux espèces sont sensibles aux cochenilles à carapace et aux cochenilles farineuses, ainsi qu’aux morsures de coîtrons lorsqu’elles sont en extérieur. On risque aussi grandement une pourriture des racines lors d’arrosages trop intensifs en périodes plus fraîches ou lorsqu’on laisse de l’eau stagner dans la soucoupe.



Ils sont 3 de la même famille, les cactées epiphytes à être appelés communément cactus de Noël, cactus de Pâques et patte de crapaud : l’epiphyllum, le schlumbergera et le zygocactus.

Epiphyte, cela signifie qui pousse sur les arbres dans sa région d’origine. Chez nous, on les trouve en pots au moment de Noël notamment, souvent sans nom précis et avec bien peu de conseils de culture.
Ces plantes forment une touffe de tiges aplaties et charnues, au bord sinueux et ondulé, marquées d’une forte nervure centrale et dont la forme et la couleur verte évoquent des feuilles.
Dans les créneaux de ces tiges apparaissent des fleurs tubuleuses dont la corolle se déploie en rosace très pleine, faite de nombreux pétales. Ceux-ci rayonnent autour du cœur où s’épanouit un bouquet composé du pistil et de nombreuses étamines dont la couleur contraste généralement avec celle de la corolle. Ces fleurs sont en principe de très grande taille par rapport à la plante.

Ces plantes de culture facile ne redoutent que le gel et un excès d’humidité en hiver. Durant cette saison, ces cactus orchidées affectionnent une ambiance très claire et une température modérée de 8 à 12 degrés.
Ils doivent alors recevoir juste assez d’eau pour empêcher le dessèchement des tiges. Mais il est normal que celles-ci se dessèchent suite à une déshydratation. Durant la floraison, protégez les plantes des courants d’air et évitez de les déplacer sous peine de chute des boutons.

Les racines de ces plantes sont fragiles, surtout chez les espèces tropicales. Ils prospèrent de préférence dans une terre riche en humus, non glaiseuse mais riche en tourbe. Pour obtenir le Ph de 5 qui convient à la plante (donc une bonne acidité), on mélange à la terre de la tourbe ou encore de la terre à conifères, des copeaux, de la terre de bruyère et du terreau de feuilles non tamisé.
Dans une terre trop lourde, les racines pourrissent facilement. En été, évitez le plein soleil, l’emplacement doit être clair, à mi-ombre ou à l’ombre, si la plante manque de lumière, les pousses seront très minces et petites.
Durant la période de croissance, arrosez-les copieusement en leur distribuant de l’engrais soluble 3 à 4 fois par mois et pulvérisez de l’eau pure sur le feuillage.
L’epiphylum a de magnifiques fleurs de toutes les couleurs, du blanc au rose et du rouge au rouge violacé ou au jaune, qui peuvent atteindre 20 cm de diamètre et s’épanouissent d’avril à juin.
Le schlumlbergera (cactus de Pâques), originaire du Brésil, peut atteindre 1 m de haut et fleurit en avril/mai. Les fleurs d’un rouge très vif sont solitaires ou groupées par deux. Elles sont formées d’une corolle régulière de pétales pointus, au centre duquel le bouquet des étamines tranche par sa couleur jaune vif.
Pour le différencier de l’epiphyllum, les rameaux sont formés d’une succession d’articles étranglés à leur point d’attache et tronqués au sommet au lieu d’être d’une largeur constante.
Le zygocactus se distingue du schlumlbergera par ses fleurs plus longues atteignant 7 à 8 cm de long et auxquelles une partie des pétales plus longue que l’autre donne une forme irrégulière. Elles apparaissent en fin d’automne, début d’hiver. Selon les variétés elles sont rouge carmin, écarlate, violacé, rose ou blanc. Elles durent une semaine, mais se succèdent pendant plus d’un mois.



source http://www.aujardin.info/plantes/hatiora-gaertneri.php
Cactus de Pâques Hatiora gaertneri, Rhipsalidopsis gaertneri

Famille : Cactacées
Origine : Brésil
Période de floraison : printemps
Couleur des fleurs : rouge
Exposition : lumière vive, soleil
Type de sol : mélange de terreau et de sable, bien drainé
Acidité du sol : neutre à acide
Humidité du sol : normal
Utilisation : pot, jardinière, suspension
Hauteur : 30 cm
Type de plante : fleur
Type de végétation : vivace épiphyte succulente
Type de feuillage : persistant
Rusticité : 10°C minimum en hiver
Plantation, rempotage : rempotez après la floraison
Méthode de multiplication : semis au chaud en mars, bouturage de segments de tige après la floraison, greffage en fente
Taille : pas de taille nécessaire. Notez que les fleurs se développent sur les feuilles de l'année précédente
Espèces, variétés intéressantes :
Le genre comprend 6 espèces
- Hatiora gaertneri , l'espèce type
- Hatiora rosea une espèce voisine aux fleurs roses et au port retombant
Maladies et insectes nuisibles : les aleurodes, les limaces, les cochenilles, les araignées rouges

Les cactus de Pâques apprécient la lumière, et contrairement aux autres membres de la famille des cactus, ils aiment l'humidité. Vous pouvez les placer dans votre salle de bain, du moment que celle-ci est suffisamment lumineuse. En se développant, le cactus de Pâques a un port retombant.
Sortez-les de mi-mai à fin septembre en lui apportant de l'engrais tous les quinze jours. Pour stimuler la floraison, réduisez les arrosages et la température trois mois avant.

Ne déplacez pas et ne tournez pas votre plante si les boutons floraux sont apparus, vous risqueriez de les faire tomber.

Pourquoi mes boutons de fleurs tombent-ils ?

Les raisons de leur chute peut être un déplacement de votre plante, une température excessive ou un manque d'eau.

Espèces et variétés de Hatiora
Le genre comprend 6 espèces
- Hatiora gaertneri , l'espèce type
- Hatiora rosea une espèce voisine aux fleurs roses et au port retombant



Voila celui d'une copine bretonne




Dernière édition par Libellule le Jeu 8 Nov 2018 - 21:08, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3417
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Liens sur les Cactus de Noel et de Pâques   Dim 10 Fév 2008 - 15:43

liens

source http://lecactusheuristique.over-blog.com/article-rhipsalideae-et-autres-cactees-epiphytes-80619024.html
Rhipsalideae et autres cactées épiphytes
Même si l’image attachée aux cactées est celle de plantes massives et épineuses habitant des contrées arides et inhospitalières, beaucoup d’espèces dérogent à cette règle.

Parmi les cactées, plusieurs genres ont opté pour les forêts plus ou moins humides d’Amérique du Sud et vivent en suspension au dessus du sol, accrochées aux branches des arbres (cactées épiphytes) ou coincées en hauteur dans des rochers (cactées lithophytes), à la manière des orchidées et des broméliacées. Ces espèces épiphytes représentent 11 genres avec environ 150 espèces (Hunt et al., 2006), soit environ 10 % des espèces de cactées, faisant de la famille un des groupes de plantes épiphytes les plus importants.

Ces cactées ont perdu une partie de la succulence qui caractérise la tige des cactées globulaires et colonnaires des milieux arides. Ces plantes se caractérisent par de longues branches pas ou peu épineuses, généralement pendantes et ramifiées, et une exposition ombragée. Abreuvées par la pluie et agrippées par des racines spécialisées à des supports assez organiques, elles ont des conditions de vies très différentes des cactées des milieux arides.

Dés le départ, et comme souvent en matière de taxonomie des cactées, la classification des cactées épiphytes a été très mouvementée, et elle reste encore loin d’être stabilisée.

L’histoire mouvementée de la classification des cactées épiphytes
Les différents genres de cactées sont répartis au sein de 4 à 5 sous-familles, suivant les auteurs, et c’est la sous-famille Cactoideae qui est la plus vaste (80% des espèces de cactées), regroupant les cactées globulaires, colonnaires et épiphytes. Elle est actuellement divisée en 9 tribus (Anderson, 2001) ou 7 tribus (New Cactus Lexicon, Hunt et al., 2006). Les cactées épiphytes sont diverses et se répartissent actuellement dans plusieurs des tribus de la sous-famille Cactoideae.

Au sein des Cactoideae, une des tribus est d’une composition très particulière. Celle-ci regroupe uniquement des espèces épiphytes et lithophytes de forêts tropicales et subtropicales humides : c’est la tribu des Rhipsalideae. Cette tribu a été assez bien définie par Barthlott et Taylor dans les années 1980 et 1990, puis revue et affinée par Doweld en 2001. Les Rhipsalideae se présentent comme des cactées épiphytes aux aréoles quasiment dépourvues d’épines, et aux fleurs et fruits de taille réduite par rapport aux autres cactées.

Une complication particulière de la classification des Rhipsalideae est que des genres ont fait la navette entre la tribu des Rhipsalideae et celle des Hylocereeae, qui regroupe beaucoup d'espèces de cactées épiphytes. En 1970, Buxbaum avait d’ailleurs positionné les Rhipsalideae (alors appelés Rhipsalinae, groupe au périmètre légèrement différent) comme un sous-groupe des Hylocereeae, avant qu’ils en soient détachés par Barthlott en 1987. En tout cas les 2 tribus sont considérées comme très proches, les plantes des 2 groupes présentant de nombreux points communs et, surtout, une palette de caractères morphologiques qui sort du périmètre des caractères utilisés pour définir chaque groupe. Le découpage des genres et sous-genres de cactées épiphytes reste très discuté et des ensembles de plantes sont passés des Rhipsalideae aux Hylocereeae suivant les critères des auteurs. Bref, une grosse pagaille règne chez les cactées épiphytes.

La longue errance de Pfeiffera
Les plantes du genre Pfeiffera présentent de longues tiges retombantes plates ou côtelées, et de petites fleurs colorées ressemblant à celles des Rhipsalis ou des Hatiora (photo de gauche : Pfeiffera monacantha, anciennement Acanthorhipsalis monacantha).

Le genre Pfeiffera est sans doute celui qui a été le plus controversé et qui a le plus voyagé au sein de différents groupes taxonomiques, voici son épopée :

- En 1899, Schumann classe l’actuel Pfeiffera monacantha sous Rhipsalis, dans le sous-genre Acanthorhipsalis.

- En 1923 Britton et Rose positionnent toutes les cactées épiphytes dans la tribu Cereeae et placent le genre Pfeiffera dans la sous-tribu Rhipsalidanae. Trois espèces de Pfeiffera sont classées sous le nom de Acanthorhipsalis, qui acquiert le statut de genre.

- En 1970, Buxbaum positionne la sous-tribu Rhipsalidanae dans la tribu Hylocereeae, et crée la lignée Pfeifferae qui contient les genres Pfeiffera et Acanthorhipsalis.

- Dans la classification de Endler et Buxbaum de 1974, Pfeiffera est dans la tribu Hylocereeae.

- Dans la classification de Gibson et Nobel de 1986, Pfeiffera est déplacé dans la tribu Notocacteae. Le genre est considéré comme transitionnel entre Corryocactus et les autres membres de la tribu des Rhipsalideae.

- En 1987, Barthlott sépare les 2 tribus Rhipsalideae et Hylocereeae. Pfeiffera est dans la tribu Rhipsalideae.

- Dans la classification de Barthlott et Hunt de 1993, Pfeiffera est dans la tribu Rhipsalideae.

- En 1995, dans la classification de Barthlott et Taylor, le taxon Pfeiffera n’était pas considéré comme un genre à part entière mais comme un sous-genre de Lepismium, au sein des Rhipsalideae.

- En 2000, une étude moléculaire préliminaire de Nyffeler montre que Pfeiffera est plus proche des Corryocactus, aujourd’hui dans la tribu des Echinocereeae, que des Lepismium.

- Dans la classification de Anderson de 2001, Pfeiffera reste dans la tribu Rhipsalideae.

- En 2001, Doweld a redéfini les 2 tribus Rhipsalideae et Hylocereeae de Barthlott et Taylor. Le taxon Pfeiffera a acquit le statut de genre et a été transféré des Rhipsalideae aux Hylocereeae, à l’intérieur d’une sous-tribu, celle des Pfeifferinae, qui comprenait également les Acantorhipsalis et les Lymanbensonia.

- L’étude moléculaire de Nyffeler de 2002, avec 3 espèces de Pfeiffera, a confirmé la classification des Rhipsalideae de Barthlott et Taylor en 4 genres, à l’exception du genre Pfeiffera qui a été redéfini et également retiré des Rhipsalideae. L’étude montre que le placement des Pfeiffera dans les Lepismium, comme le proposaient Barthlott et Taylor en 1995, constitue un groupe au mieux paraphylétique. Les Pfeiffera forment un groupe homogène localisé dans un gros embranchement qui contient des Hylocereeae et des Echinocereeae.

- En 2006, Hunt et al. ont conservé la classification des Rhipsalideae de Barthlott et Taylor de 1995 mais, sur la base de l'étude de Nyffeler, ont exclu les espèces Lepismium subg. Pfeiffera, Lepismium subg. Acanthorhipsalis, Lepismium subg. Lymanbensonia et une partie des Lepismium subg. Houlletia de la tribu des Rhipsalideae pour les inclure dans le genre Pfeiffera au sein des Echinocereeae.

- En 2010, Nyffeler et Eggli définissent une grosse tribu, celle des Phyllocacteae, qui contient la sous-tribu Corryocactinae dans laquelle se positionnent les Pfeiffera.

- Toujours en 2010, une grosse étude moléculaire analysant la presque totalité des espèces de Pfeiffera est publiée : coup de théâtre, le genre est polyphylétique et constitué de 2 groupes distincts et très éloignés phylogénétiquement. Le premier groupe, qui conserve le nom de genre Pfeiffera sensu stricto, est restreint à 6 espèces et divisé en 2 clades (clade Pfeiffera boliviana et clade Pfeiffera ianthothele). Etant donné que le second groupe contient Pfeiffera micrantha, originellement considéré comme l’espèce type du genre Lymanbensonia, les auteurs proposent la réinstallation de ce second groupe sous le genre Lymanbensonia, à l’intérieur d’une nouvelle tribu nommée Lymanbensonieae.
(voir schéma sur le site)

Les rares études moléculaires, principalement celle de Nyffeler en 2002, ont confirmé que les tribus des Rhipsalideae et des Hylocereeae, même si elles sont proches, représentent 2 lignées phylogénétiques distinctes. En ce qui concerne les Rhipsalideae, les plantes analysées par Nyffeler se regroupent bien ensembles sur les arbres phylogénétiques construits (Rhipsalis floccosa, Lepismium cruciforme, Hatiora salicornoides et Schlumbergera truncata), à l’exception des Pfeiffera (Pfeiffera monacantha, Pfeiffera ianthoyhele et Pfeiffera miyagawae) qui forment un groupe homogène hors de la tribu. En ce qui concerne la tribu des Hylocereeae, l’homogénéité du groupe semble plus problématique, et elle est fortement liée aux Echinocereeae, et à d’autres tribus. En 2006 (Hunt et al.), les cactées épiphytes ont été réparties dans 3 tribus : les Rhipsalideae, les Hylocereeae et les Echinocereeae.

Dans leur synthèse de 2010, qui fait le point sur toutes les études moléculaires sur la famille des cactées, Nyffeler et Eggli définissent une grosse tribu Phyllocacteae qui rassemble des plantes de plusieurs anciennes tribus et qui se découpe en 3 sous-tribus : Corryocactinae, Hylocereinae et Echinocereinae. La sous-tribu Hylocereinae est conforme à la tribu Hylocereeae (Anderson, 2005), à l’exception de certaines espèces de Selenicereus qui ont été exclues et transférées dans les Strophocactus, eux même dans la tribu traditionnelle des Echinocereeae. Toutes les plantes de cette sous-tribu Hylocereinae sont des épiphytes, la plupart avec de grosses fleurs nocturnes sphingophiles, sauf certains Disocactus avec des fleurs diurnes et colorées pollinisées par les oiseaux.

La tribu des Rhipsalideae
Du fait des multiples analyses moléculaires qui ont confirmé la délimitation de la tribu des Rhipsalideae, celle-ci est maintenant bien définie et fait une relative unanimité chez les auteurs. Cependant, la tribu reste à géométrie variable et quelques espèces voyagent d’un genre à l’autre au sein de la tribu suivant les avis des uns et des autres. Les 4 genres que l'on trouve dans les Rhipsalideae, suivant la classification de Barthlott et Taylor de 1995 reprise et modifiée par Hunt et al. (New Cactus Lexicon 2006), sont donc :
● Schlumbergera : plante bien connue par le célèbre et classique Zygocactus des grand-mères (photo de droite : Schlumbergera truncata). De culture facile, la plante se présente comme une grosse touffe de branches acrotoniques vertes sombres, semi-érigées, très segmentées et ramifiées, aux articles glabres, larges, plats et courts. De très loin la plus cultivée des cactées épiphytes, elle illumine en hiver ou au printemps les intérieurs d’une profusion de fleurs terminales et pendulaires, colorées, souvent roses, actinomorphes ou zygomorphes. Le tube floral est plus ou moins présent, avec les éléments du périanthe fins et pointus. Dans son habitat les fleurs sont pollinisées par les oiseaux.

Les hybrides horticoles des espèces botaniques sont nombreux et répandus, et seul le plus rare S. opuntioides présente des difficultés de culture pour le néophyte. A première vue le genre semble assez simple et bien défini, au point que Barthlott et Taylor n’ont crée aucun sous-genre, tandis que Hunt et al. l’ont divisé en 2 groupes : l’un correspondant aux cactus de Noël et l’autre aux Epiphyllanthus, qui se différencient principalement par le dernier segment des tiges et ses aréoles.

● Hatiora : genre qui ne fait pas l’unanimité et dont les espèces voyagent entre Rhipsalis et Hatiora suivant les auteurs. Dans ce genre Barthlott et Taylor ont placé les sous-genres Hatiora et Rhipsalidopsis.

Les plantes sont assez variables suivant les espèces. Les tiges acrotoniques, souvent minces, peuvent être pendantes ou érigées, mais toujours très ramifiées. Elles sont cylindriques, plates, en massue ou côtelées. Elles sont glabres et avec une segmentation bien visible. Les fleurs actinomorphes, érigées ou pendulaires, sont très colorées. Le tube floral est court ou réduit, avec des éléments du périanthe plutôt courts.

● Rhipsalis : genre confus et très découpé. Les sous-genres Rhipsalis, Erytrorhipsalis, Calamorhipsalis, Epallagogonium et Phyllarthrorhipsalis ont été inclus dans le genre par Barthlott et Taylor et ont été conservés par Hunt et al. en 2006.

Les plantes sont très variables suivant les nombreuses espèces du genre (photo de droite : Rhipsalis heteroclada). Les tiges acrotoniques ou mésotoniques, souvent minces, peuvent être pendantes ou érigées, de pas du tout à très ramifiées, plates, cylindriques ou côtelées. Elles peuvent être totalement linéaires ou d’apparences très segmentée (même s'ils ne sont pas toujours visibles, les segments sont long (> 7cm) et bien présent). Les tiges varient suivant les espèces d’une apparence totalement glabre à pubescente. Les petites fleurs actinomorphes, latérales ou terminales, sont généralement ternes, plus rarement colorées. Cette multitude de caractères explique les multiples sous-genres.

● Lepismium : Genre proche des Rhipsalis et dont le nombre d’espèces est également assez variable suivant les auteurs. Suite aux travaux de Nyffeler, en 2006 Hunt et al. ont fortement réduit le genre Lepismium : les sous-genres Pfeiffera, Acanthorhipsalis, Lymanbensonia et Houlletia qui avaient été définis par Barthlott et Taylor ont été exclus des Rhipsalideae et placés dans les Echinocereeae, à l’intérieur du genre Pfeiffera.

Les plantes se présentent comme des touffes de longues tiges pendantes, mésotoniques, plates ou côtelées, ou cylindriques chez L. lumbricoides. Elles sont peu ou pas ramifiées. La segmentation est peu ou pas déterminée. Les petites fleurs latérales et actinomorphes, ternes, apparaissent dans les creux souvent échancrés des aréoles, parfois légèrement laineuses.

La première analyse moléculaire d’envergure des Rhipsalideae
Du fait des fortes ressemblances entre de nombreux genres et espèces de cactées épiphytes qui brouillent la classification de ces plantes, un groupe de biologistes (Calvente et al.) a entrepris une vaste étude de génétique moléculaire des Rhipsalideae de manière à clarifier la taxonomie de la tribu. Les résultats de cette étude ont été publiés en 2011. Les chercheurs ont étudié 35 des 55 espèces décrites au sein des Rhipsalideae (Hunt et al., 2006), soit 63% des espèces du groupe, ainsi que 4 espèces issues d'autres tribus pour établir une base de comparaison.

Leur étude est allée plus loin que la simple cladistique des cactées épiphytes : à partir de la classification phylogénétique obtenue ils ont essayé de faire une corrélation avec les caractères morphologiques des plantes, et de définir à quoi pouvait ressembler l’ancêtre des Rhipsalideae.

L’étude est basée sur les comparaisons des séquences de 4 marqueurs génétiques : les 3 séquences chloroplastique trnQ-rps16, rpl32-trnL et psbA-trnH, ainsi que la séquence nucléaire ITS. Ces marqueurs ont été sélectionnés au sein d’une série de 13 marqueurs chloroplastiques, nucléaires ou mitochondriaux qui ont été préalablement testés pour leur utilité dans la classification de ce groupe de plantes.

Rappelons que les chloroplastes sont des organites cytoplasmiques de transmission maternelle exclusive, leurs génomes ne subissent donc pas de recombinaison au moment de la méiose, à la différence du génome nucléaire, ce qui les rends très utiles pour des analyses phylogénétiques.

Les constructions des arbres phylogénétiques avec les différentes espèces de cactées étudiées ont été effectuées à partir d’analyses de maximum de parcimonie, d’analyses de probabilité et d’analyses bayésiennes des séquences d’ADN alignées manuellement.

- L’analyse de parcimonie (ou maximum de parcimonie), ainsi que l’analyse de probabilité, permettent de construire un arbre phylogénétique qui requiert le plus petit nombre possible de changements génétiques pour passer d’une branche à l’autre, c'est-à-dire un arbre de moindre coûts (ou optimal) en matière « d’efforts évolutifs ». C’est la méthode principale en matière d’inférences phylogénétiques.

- L’analyse bayésienne (ou inférence bayésienne) part de quelques suppositions ou probabilités statistiques posées au départ sur les similarités des séquences génétiques, ces suppositions sont ensuite testées, révisées et affinées progressivement en utilisant de plus en plus de données génétiques disponibles.

Dans cette étude, une analyse bayésienne particulière a également été effectuée avec une contrainte qui forçait toutes les espèces assignées au genre Hatiora à former un groupe monophylétique, pour tester cette hypothèse de monophylie par rapport aux résultats qui montraient un éclatement du groupe en cas d’analyse non contrainte.

Les analyses séparées des 3 séquences chloroplastiques permettent d’aboutir à des résultats similaires, où seul varie le niveau de résolution dans le découpage des différents clades. Du fait de cette congruence dans les résultats des analyses séparées des séquences chloroplastiques, celles-ci ont été largement analysées en combinaison.

L’analyse phylogénétique des données obtenues à partir du marqueur nucléaire ITS est peu concluante et montre une absence de congruence fine avec les données obtenues avec les marqueurs cytoplasmiques, aussi bien analysées séparément que combinées. De plus, quelques contradictions sont notées entre les arbres « cytoplasmiques » et « nucléaires », principalement au niveau de 5 espèces de Rhipsalis. Les raisons possibles des divergences entre données nucléaires / cytoplasmiques (recombinaison, paralogie, hybridation et introgression) ne sont pas discutées ici. Les grands groupes taxonomiques révélés avec les données nucléaires sont cependant en accord avec ceux révélés par les données cytoplasmiques.

Toutes les analyses moléculaires chloroplastiques confirment la monophylie de la tribu Rhipsalideae et sa division en 4 genres. L’analyse des séquences chloroplastiques fait émerger 2 clades majeurs au sein des Rhipsalideae :

● un gros clade fortement étayé incluant toutes les espèces de Rhipsalis.
Dans ce clade regroupant les Rhipsalis une large polytomie est cependant obtenue avec le marqueur trnQ-rps16, et le marqueur psbA-trnH fait apparaitre une division en plusieurs petits clades à l’intérieur du groupe des Rhipsalis. Le clade Rhipsalis peut être divisé en 4 groupes dont 2 transgressent les divisions en sous-genres précédemment établies. Seuls les sous-genres Calamorhipsalis et Erythrorhipsalis sont chacun monophylétiques et peuvent constituer chacun un groupe.

Une seconde étude des mêmes auteurs, publiée en 2011 et axée uniquement sur les Rhipsalis, a affiné ces résultats : les Rhipsalis constituent un groupe hautement monophylétique mais les sous-genres Epallagogonium et Rhipsalis sont paraphylétiques. Dans cette analyse 3 groupes principaux sont retrouvés au sein du genre Rhipsalis : un clade au péricarpe creux, un clade constitué des Erythrorhipsalis et un dernier constitué par le sous-genre Rhipsalis.

● un petit clade faiblement étayé regroupant les 3 genres restant de la tribu : Schlumbergera, Hatiora et Lepismium.
Dans ce clade, la monophylie de Lepismium est fortement confirmée alors que Schlumbergera et Hatiora sont paraphylétiques. A l’intérieur de Lepismium le sous-genre Houlletia apparait comme paraphylétique. Trois espèces de Hatiora forment un groupe homogène bien étayé, nommé ici Hatiora sensu stricto ou Hatiora subgenus Hatiora. Le clade Schlumbergera inclut à la fois des espèces de Schlumbergera et de Hatiora subgenus Rhipsalidopsis. Ce clade Hatiora subgenus Rhipsalidopsis est paraphylétique, avec H. rosea et H. gaertneri regroupés ensembles alors que H. epiphylloides apparait comme une espèce sœur des Schlumbergera.

(voir schéma sur le site)
schéma : cladogramme simplifié des Rhipsalideae basé sur l’analyse bayésienne des marqueurs cytoplasmiques. La localisation géographique des taxons est indiquée sur la droite. Chez les Rhipsalis le groupe floccosa contient : R. dissimilis, R. floccosa et R. trigona. Chez les Schlumbergera, en plus des plantes classiquement inféodées au genre, le groupe contient les Hatiora suivant : H. rosea, H. gaertneri et H. epiphylloides.

L’analyse effectuée avec une contrainte qui force toutes les espèces assignées au genre Hatiora à former un groupe monophylétique produit un arbre assez différent des analyses non contraintes, qui produisent un arbre dans lequel les espèces du genre Hatiora forment 3 lignées indépendantes.

Il y a donc nécessité de revoir la classification actuelle des genres Schlumbergera et Hatiora, qui se révèlent paraphylétiques. La classification actuelle, issue de celle de Barthlott en 1987, a séparé les Hatiora des Schlumbergera sur la base de la zygomorphie des fleurs de ces derniers, hors ce caractère s’avère être homoplastique, avec une évolution parallèle de la zygomorphie dans plusieurs lignées indépendantes : la zygomorphie n’est donc pas adéquate pour une assignation des plantes à un genre. Les auteurs proposent donc de transférer les espèces appartenant à Hatiora subg. Rhipsalidopsis vers le genre Schlumbergera, ce qui réduit le genre Hatiora à seulement 3 espèces (Hatiora sensu stricto) : H. cylindrica, H. herminiae et H. salicornioides.

Toutes les espèces de Hatiora subg. Rhipsalidopsis et Schlumbergera regroupées dans un genre commun sont similaires au niveau végétatif et caractérisées par des segments de tiges courtes, plates (à doubles ailes) et à croissance déterminées (ou à tiges côtelés chez S. microsphaerica), tandis que Hatiora sensu stricto (Hatiora subg. Hatiora) a des segments de tige cylindriques. Un autre critère permet de différencier le genre Hatiora s. str. du nouveau groupe élargi des Schlumbergera : alors que les espèces de ce dernier groupe ont des tiges et des fleurs généralement pendulaires, un périanthe avec un grand nombre de segments et des pointes aigües ou apiculées, le genre Hatiora s. str. présente des tiges et des fleurs généralement érigées, un périanthe qui comporte moins de segments et avec des pointes obtuses.

(voir schéma sur le site)
schéma : cladogramme des genres Hatiora sensus stricto (Hatiora subg. Hatiora) et Schlumbergera basé sur l’analyse bayésienne des marqueurs cytoplasmiques.

Les résultats de l’étude indiquent que certains caractères morphologiques traditionnellement utilisés pour classifier les Rhipsalideae sont homoplastiques et ne sont pas adéquats pour définir les différents genres, par exemple la zygomorphie et l’apparence du tube floral, caractères qui sont pourtant au centre de la classification des angiospermes.

A l’opposé, certains caractères morphologiques sont de bons outils de classification des genres : la structure du branchage et la croissance des tiges sont utiles pour la classification de Lepismium (mésotonique et indéterminée) versus Hatiora et Schlumbergera (acrotonique et déterminée). Par contre ces caractères sont inutilisables chez Rhipsalis. La forme de la tige permet également de différencier Schlumbergera de Hatiora s. str, et la couleur des fleurs permet la séparation de Lepismium et Rhipsalis versus Hatiora et Schlumbergera.

En ce qui concerne les Rhipsalis, il est très difficile de trouver des synapomorphies à l’intérieur du genre : ceci laisse penser que l’évolution des Rhipsalis a été importante et complexe.

Suite à leur étude, les auteurs proposent un algorithme pour l’identification des différents taxons : (voir schéma sur le site)

En 2010, une étude phylogénétique a montré qu’un groupe d’espèces du genre Pfeiffera inclut en son sein une espèce habituellement enregistrée sous le genre Lepismium : il s’agit de Lepismium incachacanum. C’est une plante bolivienne avec des tiges plates et larges, ramifiées, retombantes ou érigées. Elle se caractérise par des touffes de poils jaunes ou bronze hérissés qui jaillissent des aréoles très crénelées. Les petites fleurs sont rouges à violet-pourpre.

Hélas cette espèce de Lepismium n’avait pas été utilisée dans l’étude sur les Rhipsalideae publiée en 2011. Il s’avère donc que cette espèce doit être sortie de la tribu des Rhipsalideae, et les auteurs proposent de renommer Lepismium incachacanum en Lymanbensonia incachacana du fait que le groupe auquel elle appartient contient l’espèce type de l’ancien genre Lymanbensonia. Ce groupe est placé au sein d’une nouvelle tribu nommée Lymanbensonieae. Les caractéristiques de la plante sont cohérentes avec l’ancien genre Lymanbensonia, surtout du fait des fleurs très colorées à périanthe à peine élargi.

Les ancêtres des cactées épiphytes
La présence d’espèces de Rhipsalis en Afrique tropicale, Madagascar et Sri Lanka avait conduit certains auteurs à penser que cette distribution était le signe d’une vieille vicariance entre Amérique du Sud et Afrique (par exemple Backeberg en 1942), ou même l’indication d’une origine des cactées hors de l’Amérique (Croizat, 1952). Cela impliquerait une origine des cactées antérieure à la période du crétacé tardif, avant la séparation de l’Amérique et de l’Afrique, et que toutes les cactées africaines aient ensuite disparues, à l’exception des Rhipsalis. D’autre part, la similitude des Rhipsalis de l’ancien et du nouveau monde impliquerait que ces plantes constituent des cactées ancestrales, ou bien une évolution fortement convergente des taxons de Rhipsalis des 2 continents.

Des études suggèrent cependant que l’origine des cactées est plus récente que le crétacé tardif et se place au tertiaire moyen, et se situe dans le nord de l’Amérique du Sud, après le partage du Gondwana. De plus, la large distribution de Rhipsalis baccifera serait due à une ou plusieurs dispersions récentes des graines par les oiseaux du nouveau vers l’ancien monde (Gibson et Nobel, 1986 ; Barthlott et Hunt, 1993).

Les études moléculaires, notamment celle de Nyffeler en 2002, ont montré que le caractère épiphyte des cactées est hautement dérivé : même si elles sont réunies en groupes taxonomiques, les cactées épiphytes sont mélangées au sein des cladogrammes avec des espèces de milieux plus ou moins arides qui n’ont aucun caractère épiphyte.

La tribu des Echinocereeae comporte essentiellement des genres terrestres mais aussi un genre épiphyte, Pfeiffera, apparenté aux Corryocactus. Nyffeler a montré que cette tribu est fortement liée, voire intriquée, à la tribu des Hylocereeae, qui contient un assemblage de plantes grimpantes et épiphytes sous forme d’un continuum dans lequel on passe graduellement d’espèces complètement terrestres à des espèces totalement épiphytes (Epiphyllum, Disocactus et Pseudorhipsalis).

Tout montre que le caractère épiphyte des cactées est un attribut d’apparition récente, et qui a évolué indépendamment chez plusieurs lignées distinctes de plantes succulentes, possiblement de cactées colonnaires côtelés ou des plantes grimpantes, et poussant à l’origine dans des milieux semi-arides et relativement boisés. Ces plantes auraient subies des modifications structurales au cours du temps : développement de racines adventices, développement de tiges en forme de feuilles, réduction de la taille des côtes et du diamètre des tiges, pertes des structures et tissus internes permettant un port érigé, et réduction ou perte de la spination.

Si 2 lignées épiphytes ont été vite identifiées chez les Rhipsalideae et des Hylocereeae, le genre Pfeiffera a ensuite semblé être issu d’une 3ème lignée à la suite des travaux de Nyffeler de 2002. Cependant ce genre doit être divisé en 2 groupes distincts (Pfeiffera et Lymanbensonia) suite aux travaux de Korotkova publiés en 2010, et on considère aujourd’hui qu’il existe donc au moins 4 lignées indépendantes de cactées épiphytes :

- Rhipsalideae
- Lignée au sein des Hylocereeae
- Pfeiffera
- Lymanbensonia
La distribution des différents genres épiphytes en Amérique du sud est variée, avec des habitats isolés ou qui se chevauchent. Les Rhipsalideae ont leur centre de distribution dans le sud-ouest du Brésil, tout en s’étendant vers le Paraguay, le nord de l’Argentine et l’est des Andes boliviennes, alors que ni Pfeiffera sensu stricto ni Lymanbensonia n’existent au Brésil. Il est possible de penser que les Rhipsalideae ont vu le jour au Brésil et ont gagné les Andes par la suite, alors que Pfeiffera sensu stricto, qui est distribué de l’est des Andes boliviennes au nord de l’Argentine, et Lymanbensonia, qui est distribué du sud de l’Equateur au sud Pérou et l’est des Andes boliviennes, ont évolué dans les Andes boliviennes et au Pérou. Enfin la lignée épiphyte des Hylocereeae serait d’origine mésoaméricaine.

Même si elles vivent dans des milieux beaucoup plus humides que les plantes succulentes terrestres, les cactées épiphytes ont gardé une partie du caractère succulent de leurs ancêtres, ce qui leur permet de résister à une relative sécheresse en dehors des périodes de pluie, et qui a sans doute facilité leur évolution sur des positions en hauteur, parfois sèches, avec peu ou pas de substrat : la succulence est sans doute l’explication de la multiplicité d’apparitions de lignées de plantes épiphytes au sein des cactées.

voir la suite sur le lien
http://lecactusheuristique.over-blog.com/article-rhipsalideae-et-autres-cactees-epiphytes-80619024.html



http://nature.jardin.free.fr/succulente/ft_schlumbergera.html





Dernière édition par Libellule le Jeu 8 Nov 2018 - 21:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3417
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Liens sur les Cactus de Noel et de Pâques   Dim 10 Fév 2008 - 15:44

source http://brimbelle.forum-actif.net/t211-cactus-de-noel-schlumbergera
Cactus de Noel .....
Dans la série des cactus dont je sais le nom scientifique (schlumbergera)
Ces plantes viennent du Brésil ; là-bas, on les appelle "fleurs de mai", (c'est le début de l'hiver dans l'hémisphère sud).
La diminution de la luminosité provoque donc leur floraison, au Brésil comme chez nous.
Comme toutes les plantes épiphytes, elles aiment la mi-ombre. Le plein soleil fait rougir leurs tiges.
Une tige est composée de plusieurs segments que l'on nomme articles.
Le Schlumbergera russelliana fait une fleur en bout d'articles, ceux-ci sont comme festonnés sur le côté. Il fleurit le premier.
Le Schlumbergera truncata  se nomme couramment "cactus crabe" (ou Zygocactus).
Il fait aussi une fleur en bout d'articles mais elle se positionne à l'horizontale et les articles sont dentés et terminés par deux pics, d'où le nom de "cactus crabe". Il fleurit plus tard car il a besoin, pour cela, de jours plus courts que le précédent.
Leur multiplication est simple :
- prélever 2 ou 3 articles,
- laisser sécher la plaie un ou deux jours,
- piquer dans une terre à cactées, ne pas trop arroser au début,
- ensuite arroser, à l'eau de pluie, modérément,
- ne jamais déplacer une plante en boutons à fleurs, la brusque variation de luminosité provoque la chute des boutons floraux.

voila les fleurs épanouies.... bon jeudi par chez vous...


Dernière édition par Libellule le Mer 4 Jan 2017 - 23:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3417
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Liens sur les Cactus de Noel et de Pâques   Dim 10 Fév 2008 - 15:44

source http://passion-horticoles.over-blog.com/2015/03/le-schlumbergera.html

Cactus de Noël- Schlumbergera
Carte d'identité:
De la famille des Cactaceae, le Schlumbergera dans son milieu naturel (le Brésil) est une plante vivace épiphyte succulente.

Feuillage: Ses tiges plates et segmentées forment une touffe retombante persistante.

Hauteur: 30 cm - encombrement variable jusqu'à 50 cm+.

Floraison: Le Schlumbergera fleurit sur les feuilles de l'année précédente dans la maison entre le milieu de l'automne et le début d'hiver d'où son nom vernaculaire de cactus de Noël.

Les fleurs apparaissant à l'extrémité des articles sont formées de pétales allongés.
Ses fleurs sont régulières à la différence du Zygocactus, très proche.

Couleurs: Les Cactus de Noël présentés ici ont des fleurs rouge-vif ou rose-pâle. Mais il existe également des variétés aux fleurs blanches et même oranges.

Une autre variété nommée Rhipsalis ou Rhipsalidopsis est aussi appelé Cactus de Pâques, sa floraison étant plus tardive que les précédents.

Fiche de culture:
Plantation: En pot, en jardinière ou en suspension, après la période de floraison, au printemps dans un substrat pour cactées (mélange de terreau, de sable et de tourbe pour l'acidifier un peu), bien drainé et frais.

Rusticité: Le schlumbergera est non seulement gélif, mais il est frileux en dessous de 10°C minimum.
Ses tiges plates et segmentées sont à peine enracinées et réclament des bassinages en été.

Exposition: beaucoup de lumière sans soleil direct mais chaleur raisonnables (18-20°C le jour et 15-18°C la nuit).
A noter que les tiges de ces cactus sont fragiles, pensez à les éloigner des zones de passage.

Arrosage: Il ne formera ses fleurs que s’il est soumis à un stress hydrique. Donc pour provoquer “l’induction florale” diminuez les arrosages dès octobre - et faites-le "un peu souffrir", n’entreprenez de l’arroser que lorsque les tiges montrent des signes de flétrissement.
A partir de l’apparition de boutons, reprenez progressivement les arrosages avec de l'eau non calcaire et à température ambiante.
Ne laissez jamais d'eau stagner dans la soucoupe ou le cache-pot car leur racine pourrissent facilement.
Néanmoins, le terreau doit être toujours humide pendant la période de floraison.
Apportez éventuellement de l'engrais pendant le période de floraison pour la stimuler.
Par contre supprimez tout engrais en dehors de la floraison.
Il est déconseillé de déplacer ou de tourner la plante pendant toute sa période de floraison ce qui provoque la chute des fleurs dans la plupart des cas.
Après la floraison, laissez sécher le substrat entre deux arrosages.
Un séjour estival à l'extérieur jusqu'à fin octobre, à mi-ombre avec beaucoup de lumière et peu d'eau est bénéfique pour provoquer le fleurissement en automne.
Le rempotage dans une terreau spécial cactées est à faire au printemps seulement si le pot devient trop petit et instable selon la taille de la plante

La multiplication se réalise, après la floraison, de préférence entre fin mars et juillet, en coupant des extrémités de tiges non fleuries comportant de 3 à 4 segments souvent nantis de petites racines aériennes.

Laissez sécher quelques heures, puis plantez en pot en enterrant un segment au moins dans 3/4 de sable et 1/4 de tourbe.
On peut confectionner des potées plus fournies en groupant plusieurs boutures.
Le repiquage n’est pas utile tant que le pot initial n’est pas trop petit.





Dernière édition par Libellule le Mer 4 Jan 2017 - 23:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3417
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Liens sur les Cactus de Noel et de Pâques   Dim 10 Fév 2008 - 15:45

SCLUMBERGERA ou CACTUS DE NOEL

C'est le temps des CACTUS DE NOEL, les SCHLUMBERGERA.

Ces plantes nous viennent du Brésil ; là-bas, on les appelle "fleurs
de mai", (c'est le début de l'hiver dans l'hémisphère sud).
La diminution de la luminosité provoque donc leur floraison, au
Brésil comme chez nous.
Comme toutes les plantes épiphytes, elles aiment la mi-ombre.
Le plein soleil fait rougir leurs tiges.

Une tige est composée de plusieurs segments que l'on nomme : articles.

Le Schlumbergera russelliana fait une fleur en bout d'articles,
ceux-ci sont comme festonnés sur le côté. Il fleurit de février à avril.

Le Schlumbergera truncata se nomme couramment "cactus crabe" (ou Zygocactus).
Il fait aussi une fleur en bout d'articles mais elle se positionne à l'horizontale et les articles sont dentés et terminés par deux pics,
d'où le nom de "cactus crabe".
Il fleurit d'octobre à décembre car il a besoin, pour cela, de jours plus courts que le précédent.

Le Schlumbergera x buckleyi est un hybride entre les deux précédents et la plupart des plantes que l'on trouve dans le commerce sont ses hybrides.

Il existe beaucoup d'autres espèces, moins courantes, sauf chez le collectionneur.

Une petite précision quant aux cultivars de couleur blanche et jaune. Leur couleur se modifie en fonction de la température et au-dessous de 14°c, ils prennent une couleur rosée.

Leur multiplication est simple :
- prélever 2 ou 3 articles,
- laisser sécher la plaie un ou deux jours,
- piquer dans une terre à cactées, ne pas trop arroser au début,
- ensuite arroser, à l'eau de pluie, modérément,
--- ne jamais déplacer une plante en boutons à fleurs, la brusque variation de luminosité
provoque la chute des boutons floraux.
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Liens sur les Cactus de Noel et de Pâques   

Revenir en haut Aller en bas
 
Liens sur les Cactus de Noel et de Pâques
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Liens (hors musique)
» Philippe Rombi - Joyeux Noel
» Si vous savez pas quoi demander pour noel.
» [Fraispertuis City 2008] Cactus & Chevauchée
» joyeux noel!!!!!!!!!!!!!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: PLANTES :: Epiphytes et Epiphyllums-
Sauter vers: