Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dauphinelle Syn. : Delphinim consolida, Delphinium regalis

Aller en bas 
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3716
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Dauphinelle Syn. : Delphinim consolida, Delphinium regalis   Mer 5 Déc 2018 - 18:21



Ces plantes ont de jolies hampes bleues ou roses qui se ressèment chaque année dans mon jardin, et dont les graines ont été dispersées dans tout le quartier surement par les oiseaux ou le vent.



C'est bien sur sur ce site formidable que j'ai trouvé les premiers renseignements
source http://cabanedetellus.free.fr/03_Renonculac%C3%A9es_Tellus.html
Pied d'alouette
Synonymes : Dauphinelle, Bec d’oiseau, éperon de chevalier…
Nom latin : Consolida regalis L.
Syn. : Delphinim consolida, Delphinium regalis
Famille : Renonculacées
Étymologie : Du latin Delphinium = “dauphin” peut être par allusion à la forme des fleurs.

Cycle : annuel
Dissémination : Barochore
Floraison : Juin à Septembre
Hauteur : 20 à 50 cm
Statut : Assez rare, en régression, non protégé
Origine probable : Bassin Méditerranéen

Originaire d’Asie occidentale, le Pied d’alouette est aussi connu sous le nom de Delphinium, qui désigne aussi les espèces cultivées comme plantes ornementales. Le Pied d’alouette sauvage est une plante annuelle, discrète, qui affectionne les champs et les terrains dégagés. La plante est toxique comme toutes les Renonculacées, et était autrefois une plante médicinale bien connue. Comme beaucoup de plantes messicoles, elle était bien connue des paysans d'autrefois, mais les pratiques modernes l'ont fait disparaitre de nombreux endroits.

Le saviez-voussaviez-vous
Dans le langage des fleurs, le Pied d'alouette est synonyme de "guerre" et "d'inconstance". Car d'après la légende, la plante serait née du sang de Ajax, héros de la guerre de Troie, qui après avoir massacré un paisible troupeau par pur accès de colère, fut pris de remords et se frappa de son glaive.



source  http://cessenon.centerblog.net/6568672-Oui--oui--c-est-bien-un-Pied-d-alouette-
Oui, oui, c’est bien un Pied-d’alouette !
Evidemment cette plante a un nom plus savant, on l’appelle en effet Delphinium, le mot désignant d’ailleurs un genre et non une espèce. Un genre qui regroupe plus de 350 espèces et qui appartient à la famille des
Renoncules.
Mon espèce à moi croît spontanément dans mon jardin, là le sujet s’est développé dans une travée de fraisiers. Au risque de ne pas me voir attribuer le Mérite Agricole je l’ai laissé faire ! D’autres sont dans l’oseille… en fait il y en a un peu partout, je les tolère.
Il paraît que certaines espèces sont vivaces d’autres annuelles. Les miennes doivent être annuelles. Elles se ressèment sans que j’intervienne mais il fut un temps, quand ma mère s’en occupait, où c’était plus policé qu’aujourd’hui et on pouvait voir des plates-bandes de Pieds-d’alouette diversement colorés.
Le mot Delphinium, que l’on doit à un certain Dioscoride, médecin et botaniste vivant au début de notre ère, viendrait de ce que le bouton floral ressemble à un dauphin. Tiens il faudra vérifier !
Pourquoi Pied-d’alouette ? A cause de la forme très découpée des feuilles ? Je l’ignore. Mon oncle Aimé traduisait la chose en occitan de manière littérale et l’appelait « Pata-d’alauseta » ! Plus érudit, dans son dictionnaire français / occitan, Christian Laux donne comme acceptions « Flor de l’amor » et « Guilhaume ».
Ah, il paraît que les dauphinelles, l’autre nom par lequel on désigne les Pieds-d’alouette, contiennent un alcaloïde, la delphinine, particulièrement toxique, mortel même à forte dose. C’est peut-être pour cela qu’on l’appelle « Flor de l’amor » !
Qu’ajouter encore ? Eh bien j’ai appris en effectuant des recherches sur le sujet que le jus des fleurs du Delphinium, mélangé à de l’alun, donne une encre bleue.



J'ai copié le dossier complet du prochain lien car il est intéressant de connaitre les plantes dangereuses
source http://www.curiosit.com/bonnier/bonnier3.php
LES PLANTES UTILES ET NUISIBLES. Planche 3 Gaston BONNIER,
Professeur de Botanique à la Sorbonne. Membre de l'Académie des sciences.

Renonculacées
1. Aconit Napel. Noms vulgaires : Casque-de-Jupiter, Char-de-Vénus. Nom latin Aconitum Napellus. (Le nom d'Aconitum vient du mot grec aconé, rochers; plante poussant parmi les rochers.) L'Aconit est une très belle plante, souvent de plus d'un mètre de hauteur, qui développe en été ses grappes dressées de fleurs bleues ou violettes, dans les rochers humides, les bois des montagnes, et parfois dans les marais des plaines. On la cultive très souvent dans les jardins.
- vénéneuse; médicinale : les racines et les feuilles sont employées contre les névralgies et pour décongestionner.
- C'est une plante très dangereuse, à n'employer que sur ordonnance d'un médecin.
- plante recherchée par les abeilles. Lorsque les ruches sont dans une région où les Aconits fleurissent en très grand nombre, le miel provenant de ces fleurs peut être vénéneux.

2. Hellébore fétide. Noms vulgaires : Pied-de-Griffon, Rose-de-serpent. Nom latin : Helleborus fœtidus. (Helleborus vient des mots grecs aireo, je tue, et bora, nourriture ; c'est une nourriture qui tue, plante vénéneuse. L'Hellébore fétide est une plante robuste à feuilles en touffe, de 30 à. 70 centimètres de haut, qui épanouit ses fleurs vertes à la fin de l'hiver sur les côteaux pierreux ou dans les clairières des bois.
-vénéneuse;
-médicinale : la racine était employée autrefois comme vermifuge, dans la médecine vétérinaire. On a renoncé à son emploi en médecine comme trop dangereux. Dans l'antiquité, on attribuait à l'Hellébore des propriétés merveilleuses et, entre autres, celle de guérir de la folie. C'est pourquoi dans la fable de La Fontaine : "le Lièvre et la Tortue ", le Lièvre conseille à la Tortue de se purger avec "quatre grains d'Hellébore", pour lui indiquer ainsi qu'il la considère comme folle.
On peut voir dans la fleur de curieux petits godets, au nombre de 5 à 10, et qui sont en partie remplis d'un liquide sucré que recherchent avidement les abeilles dans leurs premières sorties, à la fin de l' hiver.
- On cultive dans les jardins l'Hellébore noir (Rose-de-Noël), à grandes fleurs blanches.

3. Dauphinelle Consolide. Noms vulgaires : Pied-d'Alouette, éperon-de-Chevalier, Bec-d'Oiseau. Nom latin: Delphinium Consolida. (Du mot latin delphinos, dauphin ; les fleurs en bouton ont un peu la forme d'un dauphin.). C'est surtout dans les champs de blé et de seigle qu'on voit fleurir les Dauphinelles sauvages en juin et juillet. Ce sont des plantes qui restent plus ou moins cachées au milieu des tiges des céréales, car leur taille ne dépasse guère 60 centimètres.
- médicinale : les graines étaient autre fois employées comme vermifuges et pour guérir les blessures.
Le long cornet qui prolonge la fleur par la base renferme un liquide sucré; les bourdons sauvages percent ce cornet pour y pomper le liquide, et les abeilles profitent de ces trous percés par les bourdons pour y butiner à leur tour.

4, 4 bis.Ancolie vulgaire. Noms vulgaires : Colombine, Cornette, Gants-de-Notre-Dame. Nom latin : Aquilegia vulgaris. (Vient du mot latin : aquila, aigle; les pétales ont la forme de griffes d'aigle,) L'Ancolie est une des plus jolies fleurs de nos bois; aussi la cultive-t-on souvent dans les jardins. C'est une grande plante, qui peut dépasser 80 centimètres de hauteur.
- les fleurs sont recherchées par les abeilles.



source http://viedejardin.pagesperso-orange.fr/delphiniums_annuels_ou_bisannuels.htm
DAUPHINELLE  -  DELPHINETTE  -  BEC D' OISEAU  -  ÉPERON DE CHEVALIER  -

PIED D' ALOUETTE
Ce sont des plantes vivaces, annuelles ou bisannuelles, à tiges dressées de 80 cm à 2 m de haut environ, portant sur toute leur longueur de larges feuilles vertes et découpées. Les fleurs, bleu clair, bleu foncé, roses ou blanches, éperonnées, réunies en épis terminaux très longs et très effilés, s'épanouissent de mai à septembre. Elles peuvent être simples ou doubles et souvent ornées d'une "mouche" de coloris différent de celui des pétales.

Répandus sur quatre des cinq continents, les ancêtres des delphiniums modernes ne sont autres que les espèces sauvages, découvertes à travers le monde généralement en montagne, où elles subissent un hiver long et rigoureux. Leur période végétative est donc très courte tout comme leur espérance de vie. Ces espèces demandent peu de soin, elles se multiplient facilement par semis et finissent par se naturaliser. Leur petite taille et leur grâce naturelle autorisent une large utilisation au jardin.



C'est cocasse de voir qu'il y a quelques années, on conseillait aux agriculteurs de la détruire
source http://bibdigital.rjb.csic.es/Imagenes/F%2844%29MAS_Atl_Pl_France_1/MAS_Atl_Pl_France_1_022.pdf
Pl. 16. — D A U P H I N E L L E CONSOUDE
DELPHTNIUM CONSOLIDA L. — N. Fl. p. 7.
Pied d'Alouette, Éperon de chevalier, Bec d'oiseau.
Plante annuelle, herbacée, haute de 2 à 6 décimètres, commune dans toute la France, dans les moissons des terrains maigres. — Fleurit de juin en août.

La Dauphinelle Consoude est :
I. nuisible. — Ses graines, à dose élevée, sont vénéneuses. Il faut la faire disparaître des moissons à l'aide de sarclages répétés et par le triage des graines de semailles.

II. utile. — Ses graines purgatives sont peu employées en médecine à cause de leurs propriétés toxiques. Leur solution alcoolique est quelquefois prescrite aux asthmatiques. On les utilise en poudre ou en lotions, pour détruire les parasites de la peau.

III. ornementale. — Semée dans les jardins,la Dauphinelle Consoude se modifie rapidement et produit de jolies variétés de fleurs doubles, bleues, blanches, roses, lilas ou panachées.



...alors que sur ce site ils parlent de plantes d'avenir
http://plantes-davenir.loncletom.fr/plants/consolida-regalis/



source  http://etienne.aspord.free.fr/delphiniumcon.html
Delphinium consolida. L. (Consolida regalis). Dauphinelle Consoude. Pied d'alouette.
Commun.
Habitats : Champs.
Fleurs bleues, roses ou blanches.
Taille : 0,1 à 0,4 mètre.
Fleurit du mois de juin à octobre.
Plante annuelle.

Delphinium Consolida L. Dauphinelle Consoude. [Synonymes : Consolida regalis S.F. Gray.] - C'est une des plus jolies plantes que l'on trouve dans les champs où elle épanouit, depuis le mois de juin jusqu'au mois d'octobre, ses élégantes grappes de fleurs bleues, violettes, plus rarement roses ou blanches. Sa tige, assez grêle, de 10 à 50 cm. de hauteur, porte des feuilles divisées en lanières très étroites. Le fruit est formé par un seul carpelle, dont le style persistant égale environ le quart, le tiers ou la moitié du reste du carpelle mûr. Les bractées qui accompagnent les fleurs inférieures sont ordinairement simples, non divisées. Les pétales sont soudés entre eux en une seule pièce florale ; les sépales situés de côté sont insensiblement amincis à leur base, et non brusquement. La plante est annuelle, à racine principale allongée et persistante. (On trouve parfois des exemplaires à fleurs anormales, presque régulières ou régulières, avec 5 sépales à éperons et 5 pétales à éperons ou à sépales sans éperons et à pétales éperonnés).-Le type principal se reconnaît à ses pédoncules étalés, écartés de la tige, à ses fruits sans poils, à ses graines mûres qui sont noires.

NOMS VULGAIRES.- En français : Pied-d'alouette-des-champs, Pied-d'alouette-sauvage, Eperon-de-chevalier, Bec-d'oiseau, Consoude-royale, Herbe-de-Sainte-Athalie. En allemand : Feld-Rittelsporn, Acker-Rittelsporn, Sankt-Otilien-Kraut. En flamand : Veld-Ridderspoor, Calkelrip. En italien : Capucci, Consolida-regale, Erba cornetta. En anglais : Lark's-heel.

USAGES ET PROPRIÉTÉS.- Les pétales, mélangés avec de l'alun fournissent une belle couleur bleu. - Cette espèce, et les nombreuses variétés auxquelles elle a donné naissance par la culture, à fleurs simples ou doubles, sont cullivées comme plantés d'ornement. - Les abeilles vont visiter les fleurs, parfois même encore en boutons, en profitant des trous percés dans l'éperon du sépale par les bourdons sauvages; elles prennent le nectar dans les éperons des pétales, parfois dans celui du sépale, lorsque le liquide sucré y déborde. - On a employé les grainés pour détruire les parasites de la tête. Perkin et Williamson ont extrait, des fleurs la matière colorante kampferol à laquelle ils donnent la formule C15 H10 O6 ; Wicke a trouvé dans cette plante de l'acide aconitique; Masing en a extrait un alcaloïde (calcatrippine). - Vénéneux.

DISTRIBUTION. - Préfère les terrains calcaires; peut se trouver aussi dans les terrains siliceux, par exemple dans le Sud-Ouest de la France ; s'élève parfois jusqu'à 1.400 mètres dans les montagnes; paraît avoir été introduit avec la culture des céréales. -France: Assez commun; rare sur le littoral méditerranéen et dans l'Ouest; manque en Bretagne; rare dans le Cantal. -Belgique : Assez commun dans les Régions jurassique et houillère; rare ailleurs. -Suisse : assez commun. Europe : Presque toute l'Europe, sauf les Îles britanniques et les régions boréales. - Hors d'Europe : Asie occidentale, Nord de l'Afrique. On a décrit 1 sous-espèce et 1 forme de cette espèce. La sous espèce est la suivante.



http://www.la-vie-du-jardin.com/pop-ups/dauphinelle/dauphinelle1.html

http://nature.jardin.free.fr/annuel/ft_delphinium_con.html
http://nature.jardin.free.fr/utilitaires/fic_ecrire.php?nomfic=annuel/ft_delphinium_con.html



Ces deux variétés proches sont protégées, et interdites de ramassage dans la nature
Delphinium requienii
Delphinium verdunense

source  http://faolex.fao.org/docs/pdf/fra69951.pdf







Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
 
Dauphinelle Syn. : Delphinim consolida, Delphinium regalis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: PLANTES :: PLANTES DIVERS :: C-D-
Sauter vers: