Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cactus de Pâques, Hatiora gaertneri, Rhipsalidopsis gaertneri

Aller en bas 
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3417
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Cactus de Pâques, Hatiora gaertneri, Rhipsalidopsis gaertneri   Dim 4 Nov 2018 - 17:13



Différence entre les fleurs du Cactus de Paques, et celles du Cactus de Noel
http://www.aujardin.info/fiches/mcbx-cactus-paques.php

http://www.aujardin.info/plantes/hatiora-gaertneri.php



source https://cactus-epiphytes.eu/page_cactus_noel_paques_jardinerie_culture_01.html
** CACTUS DE PÂQUES ** OU DE NOËL** ACHETÉS EN JARDINERIE **

* COMMENT EN PROFITER * ET LES GARDER DURABLEMENT *
Page 1/10
Les jardineries proposent souvent avant Noël (ou Pâques) des Cactus de Noël (Schlumbergera) ou de Pâques (Rhipsalidopsis).
Ces plantes proviennent de l'Europe du Nord (Danemark en particulier), elles ne sont malheureusement jamais identifiées et ont été cultivées industriellement. Elles ont été enracinées dans une tourbe quasiment stérile et nourries par des engrais incorporés à haute dose dans l'eau des arrosages.
Ce mode de culture est parfait pour l'enracinement et la culture et floraison rapides, mais il pose le sérieux problème du suivi lorsque nous les achetons, à moins de considérer la plante comme un objet jetable à usage unique, ce qui n'est pas mon point de vue.

Lorsque nous les achetons, elles sont en pleine forme mais deux problèmes se posent :
1-) Comment faire pour éviter la chute massive des boutons et profiter jusqu'au bout de la première floraison ?

2-) Comment garder ces plantes plusieurs années en bonne santé avec toujours des floraisons alors qu'elles sont dans un sol stérile ?

****
Ce ne sont ni des Epiphyllum, ni des Schlumbergera, c’est pourtant, à tort, souvent sous un de ces deux noms, qu’ils vont bientôt faire leur apparition dans beaucoup de jardineries. N’hésitez pas à en acheter car ce sont des plantes peu exigeantes et à la floraison splendide, parmi les plus précoces des cactus, au printemps.

Les cactus de Pâques sont les descendants de deux cactus épiphytes poussant dans les forêts du Sud du Brésil, non loin des parents botaniques des Cactus de Noël. Les deux ancêtres botaniques s’appellent « Rhipsalidopsis rosea » (fleurs roses) et « Rhipsalidopsis gaertneri » (fleurs rouges). Ceux que vous achèterez sont des hybrides, issus de ces deux plantes après de multiples croisements : ce sont donc des Rhipsalidopsis (on dit aussi Hatiora) hybrides.

La forme des fleurs des cactus de Pâques est très différente de celle des cactus de Noël, cette différence étant un bon critère de reconnaissance, car les plantes non fleuries ont des tiges qui se ressemblent vaguement. Depuis la découverte des deux ancêtres, fin 19ème siècle, début vingtième siècle, de nombreux hybrides ont été créés au Royaume-Uni, en Australie, au Japon, au Danemark, en Allemagne et aux Pays-Bas notamment. Nous pouvons recenser aujourd’hui largement plusieurs centaines de cultivars différents, et la palette des couleurs florales comprend : le blanc, l’orange, le rose, le rouge, le violet, ces couleurs figurant dans toutes leurs nuances. Il y a même certains hybrides bicolores comme le spectaculaire « Parnell », d’obtention américaine.

La culture des cactus de Pâques est aisée : les exigences sont les mêmes que pour les cactus de Noël : compost acide bien drainé maintenu en permanence légèrement humide, situation ensoleillée sans plus, température minimale nocturne en hiver d’environ 10°C (Cette descente de température est nécessaire, mais attention, les plantes craignent le gel). En dehors des nuits hivernales, la température sera maintenue entre 10°C et 25°C.

La multiplication est très facile par bouturage des segments. J'obtiens des floraisons généreuses qui, suivant les hybrides, s’étalent d’avril à juillet. Il ne faut pas oublier, après la floraison, de couper les nombreux fruits, pour ne pas épuiser inutilement les plantes.

Comme indiqué précédemment, les cactus de Pâques sont très faciles à trouver en jardinerie. En France, ce sont surtout les hybrides d’origine danoise qui sont vendus. Le plus difficile (quasiment impossible même) est d’obtenir les noms des hybrides achetés, car les producteurs en gros ne jugent pas utile de les étiqueter avec l’identité de chaque cultivar. Les producteurs spécialisés de cactus pour cactophiles ont, quant à eux, des plantes identifiées, mais l’éventail proposé est souvent , hélas réduit à trois ou quatre hybrides différents. Je me suis, pour ma part, approvisionné il y a quelques années, sur le marché américain, aujourd’hui difficile d’accès, par suite des tracasseries douanières et phytosanitaires.

Si vous voulez en savoir plus sur les cactus de Pâques et regarder les fleurs des nombreux hybrides de ma collection, je vous invite à les découvrir sur mon site personnel.
http://perso.orange.fr/cactusepiphytes/[



Renseignements ce que j'ai trouvé à son sujet sur "Le Grand Livre des Cactées" que je me suis offert il y a quelques années
https://livre.fnac.com/a774689/Miles-Anderson-Le-grand-livre-des-Cactees

avis sur ce livre
https://www.cactuspro.com/livres/le-grand-livre-des-cactees-miles-anderson

HATIORA
Ce petit genre d'épiphytes brésiliens ne comporte qu'une seule espèce couramment cultivée.
Les petites fleurs s'épanouissent à l'extrémité des tiges et varient du jaune au rouge.

Hatiora salicornioides: les noeuds de cet épiphyte forment des tiges pendantes à l'aspect de bouteille, de plus de 16 cm de long.
En été, de petites fleurs orange, de 1 cm de long, s'ouvrent à l'extrémité des tiges.
La plante demande une certaine hygrométrie, mais ne tolère ni la chaleur intense, ni le froid.
On la multiplie par boutures ou semis.
Habitat naturel: Brésil

Pour le bouturage, prendre des morceaux que l'on plante  directement dans le substrat qu'il faut maintenir humide, l'enracinement se fait rapidement .



http://www.kuentz.com/noms/hatiora.php
http://kuentz.com/noms/hatiora%20salicornioides.php

https://cactus-epiphytes.eu/esp_galerie_2006_hatiora_rhipsalidopsis.htm
http://pagesperso-orange.fr/cactusepiphytes/photo_1017h_p12.htm

http://www.cactusland.fr/viewtopic.php?t=6363&sid=4b39a3963a4ceb5578e988d0a20c3cc4



Source: http://www.cactuspro.com/encyclo/Hatiora/salicornioides
Hatiora salicornioides (Haworth) Britton & Rose ex L.H. Bailey
Description
Un cactus épiphyte commun en culture et facilement reconnaissable à ses segments en forme de bouteille, avec une première moitié de segment beaucoup plus fine que l'autre, et ses petites fleurs jaunes.
Cactus épiphyte ou saxicole aux segments érigés puis retombants, ramifiés en verticilles de 2 à 6 jusqu'à une longueur totale de 1m et plus. Segments en forme de bouteille, beaucoup plus fins à la base, verts foncé devenant avec l'âge ligneux et marrons, de 1,5-5cm de long sur 4-7mm d'épaisseur.
Aréoles minuscules portant de courtes soies.
Fleurs de petite taille naissant à l'extrémité des segments, jaune or à orange, de 1,2cm de long et de diamètre.
Fruits blancs et translucides.

Culture
Plante de culture facile, sans difficultés particulières, à cultiver en pot suspendu sans excès d'arrosage.
Reproduction par semis mais surtout et presque toujours par boutures.

Etymologie
Hatiora : anagramme du nom du scientifique anglais Thomas Hariot (1560-1621).
salicornioides : de salicorne, plante de la famille des Chenopodiaceae, et du grec eidos, aspect: semblable à la salicorne.

Habitat
Brésil (Bahia, Espirito Santo, Minas Gerais, Paraná, Rio de Janeiro, São Paulo).

Anecdotes
Noms vernaculaires : drunkard's dream.

Exposition
Lumineuse (beaucoup de lumière, mais pas de soleil direct)
Température mini: 10°

Arrosages: Hiver : Aucun. Eté : Moyen.

Substrat: Standard (3 tiers)

Dimensions maximales
Hauteur : 1 m. Largeur : 50 cm.

Couleur des fleurs: jaune

Site spécialisé
http://www.rhipsalis.com



source http://perso.wanadoo.fr/cactusepiphytes/
Hatiora rosea (Lagerheim) Barthlott 1987
Description
Plante épiphyte à port retombant, articles plats allongés non dentelés ou parfois à section triangulaire ou même quadrangulaire, verts ou rougeâtres suivant l'exposition, d'une longueur de 2 à 3 cm, d'une largeur de 1 cm au plus. Petites soies à l'extrémité des articles et sur les aréoles latérales. Fleurs circulaires évasées, de couleur rose, actinomorphes, d'un diamètre de 2 à 4 cm, situées en bout des articles. En Europe, la plante fleurit au printemps.

Culture
Exposition lumineuse sans excès, compost acide bien drainé, à cultiver en suspension, multiplication essentiellement par bouturage des articles.

Etymologie
Hatiora : anagramme du nom du scientifique anglais Thomas Hariot (1560-1621).
rosea : de la couleur rose de la fleur.

Habitat
Brésil (Paraná, Santa Catarina, NE de Río Grande do Sul) vit dant les forêts humides entre 1000 et 2000m d'altitude.

Anecdotes
Plante classée autrefois dans le genre Rhipsalidopsis, aujourd'hui considéré comme sous-genre de "Hatiora".
Hatiora rosea et Hatiora gaertneri ont donné naissance à des centaines d'hybrides appelés Cactus de Pâques (Easter cacti en anglais).
Nombreuses photos sur le lien cité plus haut

Exposition
Lumineuse (beaucoup de lumière, mais pas de soleil direct)

Température mini: 10°

Arrosages: Hiver : Faible. Eté : Moyen.

Substrat: Standard (3 tiers)

Couleur des fleurs: rose



Dernière édition par Libellule le Jeu 8 Nov 2018 - 19:41, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3417
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Cactus de Pâques, Hatiora gaertneri, Rhipsalidopsis gaertneri   Dim 4 Nov 2018 - 17:15

Hatiora gaertneri, Rhipsalidopsis gaertneri
source: http://www.aujardin.info/plantes/hatiora-gaertneri.php

Famille : Cactacées

Origine : Brésil

Période de floraison : printemps

Couleur des fleurs : rouge

Exposition : lumière vive, soleil

Type de sol : mélange de terreau et de sable, bien drainé

Acidité du sol : neutre à acide

Humidité du sol : normal

Utilisation : pot, jardinière, suspension

Hauteur : 30 cm

Type de plante : fleur

Type de végétation : vivace épiphyte succulente

Type de feuillage : persistant

Rusticité : 10°C minimum en hiver

Plantation, rempotage : rempotez après la floraison

Méthode de multiplication : semis au chaud en mars, bouturage de segments de tige après la floraison, greffage en fente

Taille : pas de taille nécessaire. Notez que les fleurs se développent sur les feuilles de l'année précédente

Espèces, variétés intéressantes :
Le genre comprend 6 espèces
- Hatiora gaertneri , l'espèce type
- Hatiora rosea une espèce voisine aux fleurs roses et au port retombant

Maladies et insectes nuisibles : les aleurodes, les limaces, les cochenilles, les araignées rouges

Toxicité : -



Voila ce qui reste d'un de mes premiers Cactus de Pâques qui a souffert d'une attaque d'araignées rouges.

année 2007












On voit bien l'attaque des araignées rouges sur le bord des feuilles






Dernière édition par Libellule le Mer 7 Nov 2018 - 17:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3417
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Cactus de Pâques, Hatiora gaertneri, Rhipsalidopsis gaertneri   Mer 7 Nov 2018 - 17:14

Renseignements que j'ai dans ma doc:
Plus communément appelé cactus de Pâques, le rhipsalidopsis est l'une des deux espèces de cactus éphiphytes (vivant de l'air du temps, accrochés aux arbres sans toutefois les parasiter) originaires des forêts du Bresil.

Ses longues tiges pendantes font office de feuilles.
Elles sont composées de plusieurs segments reliés entre eux par un noeud et portant le nom d'articles.
D'un beau vert vif, chaque article a les bords dentelés et leurs aréoles portent des poils duveteux.
On peut donc manipuler la plante sans danger.

Dès le début du printemps éclosent, au bout du dernier article de chaque tige, de ravissantes fleurs campanulées.
Ce cactus fleurira longtemps chez vous.

Exposition
Si vous n'avez pas de serre chaude, placez la plante près d'une fenêtre tamisée.

Soins
Le repos hivernal est capital pour ce cactus si vous voulez le voir fleurir dès le printemps.
Il vous faut donc impérativement le maintenir sous une température comprise entre 7 et 10°C et une durée de jour inférieure à 12h de décembre à fin février.

Gourmande d'humidité en été, bassinez la plante tous les jours dès que la température est supérieure à 18°C.
Arrosages et bassinages se font à l'eau non calcaire et tiède.
Tous les 15j au printemps et en été, ajoutez un engrais riche en potassium.
Cessez l'apport d'engrais dès la fin de la floraison.

Multiplication
Au printemps détachez un ou deux articles terminaux
Astuce
Pour avoir de jeunes plantes aussi  belles et florifères  que les pieds-mères, coupez la feuille (qui en réalité est une portion de tige) dans sa partie la plus large.
Laisser séchez  quelques jours, puis plantez profondément dans un mélange  de sable et de tourbe maintenue humide.
En période estivale l'enracinement est rapide.

Pour le mettre en valeur
Groupez plusieurs plantes vertes autour du cactus, ses fleurs n'en seront que plus belles.

Voila le mien










Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3417
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Cactus de Pâques, Hatiora gaertneri, Rhipsalidopsis gaertneri   Mer 7 Nov 2018 - 17:57

Encore  liens

source https://www.monaconatureencyclopedia.com/hatiora-rosea/?lang=fr
Hatiora rosea (Lagerh.) Barthlott (1987) est originaire des forêts de montagne, denses et humides, du sud-est du Brésil (États du Parana et du Rio Grande do Sul) entre 1000 et 2000 m d’altitude.

Le nom du genre est une anagramme du nom du genre Hariota, dédié au botaniste Thomas Harriot (1560-1621) ; le nom de l’espèce est le mot latin « rosea » = rose, en référence évidente à la couleur des fleurs.

Noms communs : “dwarf Easter cactus”, “Easter cactus”, “pink star cactus”, “rose Easter cactus”, “spring cactus” (anglais); “cactus de Pâques” (français); “cactus di Pasqua”, “pasqualina” (italien); “flor-de-outubro” (portugais du Brésil); “cactus de Pascua” (espagnol); “osterkaktus”, “quellerkaktus”, « rosenkaktus (allemand).

Espèce épiphyte inerme, ramifiée, compacte, habituellement dressée, parfois courbée ou pendante, mesurant jusqu’à 30 ou 40 cm, à segments plats ou présentant de 3 à 6 côtes marquées, surtout à la base, d’abord rougeâtres puis vert foncé bordés de rouge.

Les segments mesurent de 2 à 4 cm de long et environ 1 cm de large avec, sur les bords, des aréoles munies de fins poils brunâtres, tout comme la grande aréole apicale oblongue à partir de laquelle se développent les fleurs et les nouveaux segments. Les fleurs, légèrement parfumées et en forme d’entonnoir, en étoiles, sont symétriques (actinomorphes). Elles mesurent 3 ou 4 cm de long et de large, avec des pétales légèrement rétroflexes roses ; l’ovaire est court et anguleux. Elles sont produites en abondance, habituellement seules ou par paires à l’extrémité des articles, au début du printemps, donc approximativement aux environs de Pâques dans l’hémisphère nord, ce qui est à l’origine de plusieurs des noms communs ; chaque fleur dure pendant quelques jours, s’ouvrant le matin et se fermant le soir, mais la plante reste fleurie pendant plusieurs semaines.

Hatiora rosea est à l’origine de nombreux hybrides avec Hatiora gaertneri © Giuseppe Mazza

Les fruits sont globuleux-déprimés, jaunâtres et légèrement anguleux, contenant plusieurs graines brunes ; la fructification nécessite la présence d’une autre plante, ne provenant pas de la division de la même plante, pour fournir le pollen, car les fleurs, tout en étant hermaphrodites, sont auto-incompatibles. La reproduction par bouturage est très facile ; les boutures sont, de préférence, constituées de deux segments, que l’on aura pris soin de bien laisser sécher pendant quelques jours et qui seront mises à enraciner dans un substrat sableux, à 20 °C ; l’enracinement a lieu au bout d’une vingtaine de jours.

L’hybridation facile avec une autre espèce appartenant au même genre, Hatiora gaertneri, qui fleurit à la même époque, a donné lieu à un grand nombre de cultivars, dont le nom scientifique est Hatiora x graeseri (photo), tous communément appelés, dans l’hémisphère nord (en différentes langues), cactus de Pâques ; le fait que les deux espèces et leurs hybrides soient connus sous le même nom commun, est la cause d’une certaine confusion.

L’espèce est rarement cultivée, tandis que ses nombreuses variétés et hybrides ont pris une importance considérable depuis la seconde moitié du siècle dernier, y compris économique, en particulier dans l’hémisphère nord, comme plante à fleurs offerte à Pâques. L’espèce et ses hybrides ont les mêmes exigences culturales : un substrat très légèrement acide, parfaitement drainant et très aéré, une bonne luminosité diffuse mais sans exposition directe au soleil ; les racines étant très sensibles à la pourriture causée par l’humidité stagnante, le substrat doit être constitué de terre ordinaire de jardin, de terreau de feuilles ou, à défaut, de tourbe grossière, et de sable siliceux ou de perlite, en proportions égales, avec addition éventuelle de pierre concassée afin d’améliorer le drainage.

En plein air, les plantes, qui doivent être installées à l’ombre, comme épiphytes sur des arbres ou dans des suspensions, ne seront cultivées que sous des climats caractérisés par une forte humidité atmosphérique et des températures hivernales minimales généralement supérieures à 10 °C, même si, au sec, elles peuvent supporter, pendant une très courte période, des températures à peine inférieures à 0 °C. Ailleurs, elles doivent être cultivées en pots afin de pouvoir les abriter en hiver, et de pouvoir les déplacer à l’extérieur, si possible, de la fin du printemps à l’automne. En été, les arrosages doivent être réguliers, tout en laissant sécher la surface du sol entre les arrosages ; des pulvérisations avec de l’eau non calcaire seront effectuées si l’air ambiant est trop sec. L’hiver, l’arrosage devra être plus espacé, tout en gardant le substrat légèrement humide et la température sera abaissée au voisinage de 10 °C ; cette période plus froide et plus sèche favorise une floraison abondante. A partir de l’apparition des bourgeons floraux il faudra éviter les déplacements ainsi que les changements brusques d’environnement qui pourraient provoquer leur chute. Une fertilisation légère sera apportée deux fois par mois, de l’apparition des bourgeons jusqu’à l’automne.

L’espèce est inscrite à l’Annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes: Rhipsalis rosea Lagerh. (1912); Rhipsalidopsis rosea (Lagerh.) Britton & Rose (1923).



https://jardinierparesseux.com/tag/hatiora-rosea/

https://davesgarden.com/guides/pf/showimage/72373/#b

https://worldofsucculents.com/hatiora-x-graeseri-easter-cactus/



Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cactus de Pâques, Hatiora gaertneri, Rhipsalidopsis gaertneri   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cactus de Pâques, Hatiora gaertneri, Rhipsalidopsis gaertneri
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fraispertuis City 2008] Cactus & Chevauchée
» Pâques
» Pâques
» petit pot de cactus
» Cactus tube amps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: PLANTES :: Epiphytes et Epiphyllums-
Sauter vers: