Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La vie secrète des arbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: La vie secrète des arbres    Lun 8 Mai 2017 - 15:43



Le titre de cet article m'a interpellé car j'adore l'idée que les arbres se parlent.

source de la photo http://www.images-fr.com/wallpapers_fonds_ecran/wallpapers.php?image=3658


source https://theconversation.com/les-arbres-se-parlent-ils-66779
Les arbres se parlent-ils ?
10 octobre 2016,


Un livre récemment paru au Royaume-Uni, The Hidden Life of Trees, affirme que les arbres se parlent. Mais est-ce vraiment le cas ? On pourrait commencer par répondre en disant que les plantes échangent en effet des informations entre elles et avec d’autres organismes, comme les insectes.

Prenons, par exemple, les odeurs qui montent de l’herbe fraîchement coupée ou de la sauge broyée. Certains des éléments chimiques qui composent ces odeurs avertiront les autres plantes d’une attaque ou appelleront les insectes à les défendre. Ces effluves peuvent ainsi être considérées comme autant de cris d’alerte ou d’appels à l’aide.

Lorsque les plantes sont affaiblies par une infection ou dévorées, elles libèrent toute une série de molécules dans l’air et autour d’elles. Après avoir reçu ces éléments chimiques, les plantes à proximité de la même espèce, ou même d’une espèce différente, deviennent moins vulnérables, en produisant par exemple des toxines ou d’autres substances qui les rendent difficiles à digérer. Ces changements ne se produisent en général pas de manière instantanée, mais les gênes concernés réagissent bien plus vite quand ils sont sollicités.

Il y existe aussi des preuves selon lesquelles les éléments chimiques libérés par les plantes en un lieu précis diffèrent légèrement de ceux relâchés ailleurs par la même espèce. Il semble dès lors que si les plantes parlent, elles ont même des langues et même des accents régionaux !

Plantes parlantes ?
Mais s’agit-il pour autant d’une authentique communication ? Il est vraiment difficile de déterminer si une plante qui libère des éléments chimiques le fait de manière intentionnelle pour transmettre des informations à une autre plante. Je réagis moi-même aux éléments chimiques dégagés par des oignons en train de frire… ce qui ne signifie pas pour autant que les oignons sont en train de me parler. A-t-on affaire à de véritables messages ou est-ce plutôt une manière opportuniste d’utiliser les informations chimiques disponibles dans l’environnement ?

Il semble que ces signaux étaient, au départ, non un moyen d’envoyer de l’information aux autres arbres mais d’adresser, rapidement et efficacement, des messages à d’autres parties de la même plante. Des ravageurs ou des infections se déplacent le plus souvent d’une branche à l’autre. Mais un avertissement qui dirait à ces branches de se préparer à une attaque imminente devrait parcourir tout l’arbre d’un bout à l’autre. Une distance qui peut s’étendre sur des dizaines de mètres lorsque l’arbre est grand.

À l’opposé, un signal voyageant dans l’air peut atteindre directement les branches les plus exposées à l’attaque. En conséquence de quoi, ces signaux volatiles peuvent être comme « attrapés au vol » par des plantes se trouvant à proximité. Donc, quand des arbres répondent en intensifiant leur système de défense, s’agit-il de communication ou du simple fait d’écouter aux portes ?

Il s’agit certainement d’un peu des deux. Peut-être que ce système de messagerie interne est devenu capable d’aider d’autres plantes, assez proches pour percevoir ces signaux, étant souvent liées à l’arbre émetteur dans ce qui ressemble à un cas classique d’évolution de sélection parentale. Toutefois, libérer de tels composés chimiques dans l’environnement est fait sans discernement et les autres plantes et organismes peuvent en tirer profit. Parfois, de tels signaux peuvent même attirer les ravageurs ou les parasites. L’odeur de sauge broyée ne protège pas la plante des hommes… bien au contraire.

source de la photo http://www.photo-paysage.com/displayimage.php?pid=5127


Rendez-vous sous terre
Les échanges d’informations entre les plantes ne se font pas tous par voie aérienne. La grande majorité des plantes vivent en effet de manière symbiotique avec les champignons du sol. Et si nous avons tendance à penser que les champignons que l’on observe en forêt sont ceux qui sont présents en surface, ceux-ci n’émergent qu’après la reproduction. Les vrais champignons composent, eux, un ensemble de cellules allongées qui se répandent à travers tout le tapis forestier.

Les arbres fournissent aux champignons du sucre et ces derniers aident les arbres à recueillir l’eau et les éléments nutritifs du sol. De nombreuses plantes peuvent être ainsi liées sous terre via le réseau de champignons. Parfois, lorsqu’une plante a subi un dommage, les autres qui lui sont connectées par ce réseau de champignons se protègent de futures attaques alors même que d’autres, à même distance mais non connectées, ne le font pas. Ce réseau est un autre support pour acheminer l’information. Un authentique Wood Wide Web !

Mais qui contrôle cette communication ? Les messages sont relayés par les champignons et peut-être que ce sont ces derniers qui en tirent le plus grand bénéfice, en collectant et en passant des informations vitales à leur hôte ; ils peuvent ainsi veiller sur leur capital… Les champignons aident les plantes à communiquer, soit, mais peut-être le font-ils dans leur propre intérêt, en privilégiant certains plutôt que d’autres, qu’ils soient ou non reliés à l’arbre qui émet le message. En ce sens, les champignons sont un peu comme un média social, qui écoute et se sert des messages de ses utilisateurs.

Et nous revoici revenus à la question de savoir si ces exemples concernent bien la « communication » au sens où nous l’entendons. Tout ce qui peut amener les gens à s’intéresser à la flore est bienvenu, mais attribuer aux arbres des qualités humaines, c’est certainement un peu rapide. Pour ma part, ce qui m’a attiré vers la botanique concernait la manière dont les arbres et les autres plantes s’adaptent de manière fluide à leur environnement. Peut-être que la diffusion de ces éléments chimiques n’est qu’un aspect supplémentaire de cette merveilleuse faculté d’adaptation…

source de la photo http://fr.gde-fon.com/download/fort_arbres_sentier_cerf_paysage/544787/4839x3205


*****************************************************

Quelques liens sur le même sujet
http://www.santenaturellemag.com/maison-et-jardin/les-saisons-au-jardin/les-arbres-se-parlent.html

http://www.reforestaction.com/blog/video-les-arbres-communiquent-entre-eux

http://www.slate.fr/story/125580/les-arbres-se-parlent-ils

http://www.matierevolution.org/spip.php?article2006

http://lareleveetlapeste.fr/les-arbres-communiquent-entre-eux-et-partagent-leurs-ressources-alimentaires/

*****************************************************


Dernière édition par Libellule le Ven 12 Mai 2017 - 23:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: La vie secrète des arbres    Lun 8 Mai 2017 - 15:45

source https://www.pure-sante.info/champignons-mycelium/#comment
La vie secrète des arbres (OSS 117 en forêt de Rambouillet !)
Par Gabriel Combris/
7 mai 2017


Imaginez une seconde. Vous êtes dans un bois, seul, sous de grands hêtres, des chênes, des charmes ou des trembles, tous ces arbres dont les feuilles bruissent doucement avec le souffle du vent.

Fermez les yeux. Quelques cris d’oiseaux, quelques craquements d’écorce mais sinon, rien qui perturbe le silence.

Et pourtant…ce n’est pas un silence « de mort », ce vide lugubre, un de ces instants angoissants où la vie semble avoir été « aspirée ».

La forêt offre un fabuleux silence de vie.

Et pour cause…

Le mycélium, c’est l’internet des sous-bois !
L’essentiel – invisible pour les yeux, comme l’écrivait Saint-Exupéry – se passe ici en sous-sol. Ce sont les champignons qui sont à l’oeuvre, en toute discrétion.

Car si on remarque bien sûr leur pied ou leur chapeau, on sait moins que les champignons se prolongent sous la terre par des racines ultrafines, innombrables filaments qu’on appelle le mycélium

Grâce au mycélium, les champignons forment un véritable réseau souterrain, en contact avec les racines et les plantes. Et ce réseau peut parfois prendre des dimensions à peine croyables :
En Suisse, on a découvert une armillaire âgée de plus de 1000 ans et  dont le mycéllium couvrait près de 40 hectares [1]!

Pour quoi faire, vous allez me dire ?
La première utilité de ces filaments de mycélium, c’est de chercher et d’absorber des nutriments pour alimenter le champignon qui émerge à la surface.

Mais le mycélium, dans ses infinies ramifications, se dévoue bien au-delà de lui-même.

Ce que fabriquent les champignons avec leur immense réseau souterrain, c’est le mécanisme reposant sur des principes qu’on croyait purement humains et qui s’appellent solidarité, coopération, entraide.

Toutes ces grandes idées, qu’on lit sans plus trop y croire sur les tracts des partis politiques, la nature les applique depuis des millions d’années[2] !

Et pour rendre possible cette coopération au sein du vivant, tout commence par la communication.

Ce mycélium, c’est comme “l’Internet des sous-bois”. Grâce à ce réseau, tous les organismes vivants communiquent et échangent.

Pour commencer, le mycélium digère toute la cellulose des végétaux morts et distribue à l’ensemble des plantes l’eau et les micronutriments (azote, phosphore, oligoéléments). L’échange n’est évidemment pas à sens unique et, de leur côté, les champignons reçoivent des plantes, grâce à la photosynthèse, la matière carbonée pour se nourrir.

Dans le livre « La vie secrète des arbres », voici ce que décrit le forestier allemand Peter Wohlleben :
«  Le champignon non seulement pénètre et enveloppe les racines de l’arbre, mais il développe son réseau de filaments dans le sol alentour. Il s’étend bien au-delà des racines de sons hôte pour se mêler aux racines des autres arbres et il se connecte avec les champignons partenaires et les racines de chaque nouvel arbre rencontré. Il en résulte un vaste réseau d’échanges aussi bien de nutriments que d’informations, par exemple sur l’imminence d’une attaque d’insectes. »

On ne discute pas le tarif
Attention, ce n’est pas gratuit ! Il faut savoir qu’un maillage d’une telle efficacité a son prix.

Et sur le sujet le champignon est intraitable : en échange de leurs services, les champignons exigent que leur « arbre partenaire » les rétribue sous forme de sucre et de glucides. « 30 % de la production minimum », dit Wollheben. (Et pas question de discuter le tarif ! ).

Pour ce prix là s’ajoutent, il faut le dire, un certain nombre de prestations non tarifées comme par exemple le filtrage des métaux lourds (nocifs pour les racines, mais peu dangereux pour les champignons).

Et ce partenariat « gagnant-gagnant » peut aller très, très loin, comme l’explique le forestier :
« Le champignon peut parfois prendre des mesures radicales. Ainsi, « le clitocyte laqué bicolore, qui vit en symbiose avec le pin de Weymouth, emploie les grands moyens. Quand l’azote vient à manquer, il émet une substance toxique qui provoque la mort des minuscules animaux qui vient dans le sol, parmi lesquels les collemboles, dont les cadavres, en se décomposant, libèrent de l’azote et les transforment ainsi  en engrais pour l’arbre et le champignon. »

Le champignon, prêt à tuer pour assurer la survie de ses partenaires !! C’est James Bond sous les arbres centenaires, OSS 117 en forêt de Rambouillet !

Et dire qu’il ne s’agit là que d’un tout petit aperçu de ce qui se trame à chaque instant dans les forêts, les bois, les bosquets, les prairies, dans cette Nature qu’on croit endormie.

Le monde qu’on y découvre est en réalité fascinant, troublant. L’organisation du vivant y est parfois sensiblement la même que dans nos sociétés humaines, et on mesure à quel point son destin et le nôtre sont liés.

Pourquoi je vous raconte tout ça ?
Parce qu’il me semble que cela souligne à quel point la prudence, l’humilité et le respect du vivant devraient guider les choix de développement humains. Nous avons beaucoup, beaucoup encore à apprendre de la nature qui a, elle, énormément à nous offrir.

Pour revenir aux champignons, la science occidentale commence tout juste à s’intéresser à leur potentiel thérapeutique. Avec des perspectives immenses.

Une étude publiée dans la revue prestigieuse The Lancet a démontré le bénéfice de l’association de la krestine, issue du karawataké Coriolus versicolor, à un traitement conventionnel standard de chimiothérapie sur des patients ayant subi une ablation de l’estomac après cancer.

Selon cette étude, l’ajout de l’extrait de karawataké améliore significativement le taux de survie à 5 ans. Une augmentation de survie à 10 ans de 15% a été aussi constatée dans une méta-analyse chez les sujets atteints d’un cancer du sein, de la prostate, de la thyroïde et du côlon ayant consommé des extraits de karawataké.

Ce même karawataké Coriolus versicolor a montré dans de nombreuses études être probablement le champignon le plus immunostimulant, ainsi qu’un puissant antiviral. Certains auteurs préconisent le mycélium de karawataké en association avec des huiles essentielles comme alternative sérieuse aux antibiotiques de synthèse.

D’une façon générale, la consommation régulière de champignons comestibles est réputée renforcer les défenses immunitaires de par leur concentration singulière en polysaccharides. Et je ne parle pas du shiitaké, du cordyceps, du reishi, du meshima, etc. ces champignons dont la science souligne le potentiel dans des maladies parfois extrêmement lourdes (Alzheimer, diabète, candidose, etc.)

Etonnant, n’est-ce pas ? On croit entrer dans simple sous-bois, on a en réalité mis les deux pieds dans une gigantesque pharmacie naturelle. Ouverte à tous, 24h sur 24, 7 jours sur 7. Pas besoin d’y montrer sa carte vitale ou de donner son numéro de sécurité sociale…

Alors pour finir cette lettre, je voulais aussi vous dire que je suis en train de mettre la dernière touche à un projet totalement nouveau pour faire découvrir cette pharmacie secrète qui est là, dehors sous nos yeux, mystérieuse autant qu’elle est généreuse…

Un projet qui intéressera tout le monde, malade ou bien-portant, de 7 à 77 ans (et plus).

Je vous en dirai plus très prochainement, alors surveillez bien votre boîte e-mail.

Santé !

Gabriel Combris

Sources :
[1] L’impressionnant champignon vieux de mille ans

[2] Revue Plantes & Bien-Etre

*****************************************************

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

PureSanté est un service d'information gratuit de SNI Editions.

*****************************************************




Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
 
La vie secrète des arbres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» émission conversation secrète
» La vie secrète des jouets
» Aux arbres citoyens
» LE CUEILLEUR D'ARBRES
» Les Ogres de Barback - Pitt Ocha au pays des mille collines

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: PLANTES :: ARBRES-
Sauter vers: