Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Acacia -Mimosa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Acacia -Mimosa   Mer 15 Mar 2017 - 19:53



source http://site.plantes-web.fr/cavatore/789/un_peu_de_botanique_.htm
Mimosa par-ci, Acacia par-là…Qui suis-je ?

"Mimosa"  c’est en fait mon nom commun, celui que nous employons tous pour me nommer.

Mon nom botanique et Français est Acacia.
J’appartiens a la grande famille des FABACEES (anciennement LEGUMINEUSES) et à la sous-famille des MIMOSOIDEES (MIMOSACEAE).
                     
                          L’arbre que nous appelons couramment à tort   " Acacia ",originaire d’Amérique du nord,  muni d’épines, au feuillage caduque et a la floraison en grappes de fleurs blanches au printemps est botaniquement un Robinia ou Pseudo-acacia au nom français de Robinier, introduit en Europe en 1601 par le botaniste Jean ROBIN 1550/162

De même, ce qui est dit botaniquement pour le  mot Mimosa a pour nom français « Mimeuse » et pour nom commun  « Sensitive »  Ex : Mimosa pudica.

Historique.
L’origine des fleurs et des plantes remonte au travers des siècles, vers leur zone d’élection ou elles se sont développées à l’état spontané, avant de subir des transplantations puis des hybridations. Ces opérations dues a la main de l’homme ou parfois au hasard sont étroitement liées à la vie de notre planète. Les voyages, les conflits armés, les expéditions scientifiques, les tractations commerciales, les convoitises, les recherches de toute nature ont bouleversés la vie des végétaux d’ornement. Ils ont été et sont encore chaque jour mêlés a l’aventure humaine.

Avant 1788, les botanistes qui débarquèrent en Australie avec le capitaine James COOK, furent les premiers a ramener des graines de ce pays.
Il semblerait que les premiers échantillons rapportés furent donnés au «Royal Garden de KEW» (Angleterre). C’est à KEW, en effet, qu’apparurent les premiers plants. On sait que des plants d’Acacia verticillata, recueillis en Tasmanie lors d’un voyage du capitaine COOK ont été cultivés en Angleterre en 1780.

En 1788, alors que commence la colonisation des NEW SOUTH WALES (état du Sud-Est de l’Australie), de grosses quantités de graines de multiples espèces de plantes Australiennes furent expédiées en EUROPE. La plupart furent réparties entre plusieurs jardins botaniques et jardins privés très impatients d’avoir quelques unes de ces plantes rares et totalement nouvelles, venues de l’autre hémisphère.

Au début du 19ème siècle, les Acacias étaient cultivés en serre et en extérieur dans des régions plutôt tempérées. A cette époque, ont avait déjà répertorié quatre cent espèces, quelques unes provenant de jardins botaniques Européens. Robert SWEET (1783 / 1835) dans son «hortus» en déclarait deux cent vingt six espèces comme cultivées en Angleterre.

C’est l’emballement des Anglais pour certaines villes du Sud de la France : HYERES les Palmiers, SAINT RAPHAEL, CANNES, NICE et leurs environs, qui nous a apporté le «MIMOSA», qui représente l’un des plus beau fleuron de la Cote d’Azur. Il fut introduit dans le Sud-Est de la France aux alentours de 1850 pour décorer les jardins des somptueuses résidences des riches hivernants amoureux de cette région. L’ère des inventeurs de la Côte d’Azur, Alphonse KARR et Lord BROUGHAM, a été le point de départ d’une étonnante floraison subtropicale, à laquelle pourvoient les recherches accomplies en vue de l’acclimatation par des botanistes réputés ( THURET, NABONNAND, PROCHOWSKI, JARREY-DESLOGES, JAHANDREZ...).Lords, têtes couronnées, milliardaires et autres quittaient leur brume pour profiter du doux hiver de la côte.

Dès lors, certaines espèces s’acclimatèrent parfaitement à l’état sauvage, les conditions climatiques et la nature du sol étant très favorables. Parmi ces espèces, figurèrent notamment, l’Acacia dealbata, l’Acacia decurrens et l’Acacia baileyana. Leurs hybrides poussent d’ailleurs de nos jours dans ces régions, à l’état spontané. C’est le cas pour les versants sud des collines des Maures et de l’Esterel, le massif du Tanneron et jusqu’à Nice et à la Riviera Italienne.

Concernant l’Acacia dealbata, originaire de Tasmanie, cette espèce fut introduite en Angleterre en 1818 et en France en 1824. C’est en 1847 qu’elle fut essayée en pleine terre dans la ville d’Angers par deux horticulteurs, Messieurs HANNON et RONFLIER d’après les travaux du «Comice Horticole» (séance du 3 Mars 1849). Sur la côte méditerranéenne, le premier Acacia dealbata aurait été planté a Cannes en 1864 dans les jardins du Château de la Bocca par l’horticulteur NABONNAND. Les premières plantations d’Acacias comme arbre d’ornement ont été faites vers 1880. Il faudra attendre la fin du 19eme siècle pour que des plantations d’Acacia dealbata voient le jour pour la production destinée à la fleur coupée. Peu a peu, cette espèce va se naturaliser dans les sols silicieux de ces régions ou elle forme de vastes bosquets et cette zone propice va s’étendre aux régions plus avant citées.

Comment les reconnaître?
http://site.plantes-web.fr/cavatore/1334/comment_les_reconnaitre_.htm

Méthodes de multiplication.
http://site.plantes-web.fr/cavatore/1335/methodes_de_multiplication_.htm

Le saviez-vous ?
En Australie, on nomme les Mimosas "Wattle".
Le 1er septembre est le premier jour du printemps dans ce pays. Chaque année, ce jour là, c'est le 'Wattle day', jour de fête nationale dédiée au Mimosa.

James COOK naviguateur et cartographe anglais (1728-1779)

La plupart des Acacias portent des "phyllodes" (du grec phyllos, feuille).
Ce terme, donné pour la première fois par Alphonse DE CANDOLLE (1806-1893), s'applique au pétiole aplati qui s'élargit ou s'allonge en limbe pour simuler une feuille entière.

Un "mimosiste" est un professionnel qui cultive certaines variétés horticoles de mimosa, uniquement pour l'exploitation de la fleur coupée.

Certains Acacias dégagent un parfum par leur feuillage, c'est le cas pour Acacia redolens que l'on nomme aussi "mimosa vanille".

PH du sol:
Sur une échelle de 1 à 14
Un sol est acide si son pH se situe entre 0 et 6,5.
Neutre, s’il est compris entre 6,5 et 7,5.
Alcalin ou calcaire de 7,5 à 14.

Le pH idéal à la culture des mimosas est de 6 à 6,5.

Rôle des éléments majeurs d’un engrais :
L’AZOTE (N) active la croissance, augmente la quantité de feuilles.
Le PHOSPHORE (P) amplifie le développement des racines (et accélère la maturité des fruits).
La POTASSE (K) favorise la floraison (et la fructification), aide au durcissement des tissus et une meilleure résistance aux maladies.

« Côte d’Azur » :  Zone côtière comprise entre Hyères les Palmiers et Menton. Cette appellation revient au poète Stephen LIEGEARD qui en fit, en 1887, le titre d’un de ses ouvrages.

Description
L’écorce est en général lisse, quelquefois duveteuse ou encore formée de petites lamelles ourlées. Sa couleur, très esthétique pour le jardin, va de l’argenté bleu-vert et gris-vert au brillant, opaque ou vert foncé, quelquefois pourpre (A. terminalis).

Le feuillage est très varié : sans feuilles, avec des écailles ou des épines, avec des feuilles en forme « d’aileron » ou encore des feuilles souvent composées, bipennées dont la grâce, la légèreté les ont fait, avec justesse, comparer à des plumes ou semblables aux fougères, de couleur vert ou gris-vert à bleuté ou pourpre, alternes et le plus fréquemment persistant.

La plupart des Acacias toutefois, ont ce qu’on appelle des « phyllodes ». Ces derniers sont de forme variée. Leur fonction est la même que celle des feuilles d’autres plantes.
Ils réagissent par photosynthèse, permettant ainsi l’alimentation de la plante et la transformation du dioxyde de carbone en oxygène.
Cette évolution des phyllodes a permis à l’Acacia de conserver l’humidité en limitant la surface qu’ils exposent aux rayon du soleil.
Ils sont irréguliers et affectent des aspects triangulaires à trapézoïdaux chez quelques espèces (A. cultriformis, A. truncata).
Ils sont ovales, arrondis, plus ou moins asymétriques chez quelques autres ( A. rotundifolia).
Enfin, dans la majorité des cas, ils sont lancéolés à linéaires , fréquemment falciformes
( A. retinodes, A. saligna). Les phyllodes sont parfois rigides et piquants
( A. juniperina, A. verticilatta), quelquefois junciformes (A. calamifolia).
Chez quelques rares espèces , ils sont longuement décurrents sur la tige donnant aux rameaux aplatis un aspect ailé simulant des feuilles et dénommé
« cladode », du Grec kladôdês.

Les phyllodes peuvent-être uninervés ou plurinervés. Dans ce dernier cas les nervures sont généralement parallèles.
Leurs bords sont parfois limités par une nervure marginale et souvent munis d’une ou plusieurs glandes parfaitement visibles.
Les rameaux et les phyllodes peuvent-être glabres ( sans duvet) , parfois visqueux (A. verniciflua, A. dodonaeifolia) ou plus ou moins velus blanchâtres( A. podalyriifolia) velus glanduleux (A. lineata) ou soyeux (A. argyrophylla).
Les feuilles ou phyllodes sont pourvues en base de stipules (appendices de forme variable) lesquelles sont souvent petites et caduques.
Chez certaines espèces, elles sont transformées en épines (A. paradoxa, A. farnesiana), pouvant devenir très longues (8 à 12 cm) et acérées (A. karroo).
Il faut voir réunis sous les yeux un grand nombre d’Acacias afin de juger combien la nature est inépuisable et féconde pour avoir diversifié à l’infini la forme de ces phyllodes selon chaque espèce et d’après leur région de prédilection.
La longueur moyenne des phyllodes de l’A. minutifolia est en général autour de 1,5 mm, alors que celle de l’A. stenophylla peut atteindre 60 cm de long. Les phyllodes sont habituellement considérés comme une adaptation au climat aride, mais en Australie, les phyllodes se sont développés de toute sortes de façon, indépendamment du climat.
Quand les graines d’Acacia germent, les premières feuilles qui apparaissent sont appelées « cotylédons », puis viennent les feuilles adultes,
qui ressemblent à de la fougère. Dans la plupart des espèces, ces feuilles font ensuite place à des phyllodes.
Ces « cotylédons » ne réapparaissent jamais. Toutefois dans les espèces telles que l’A. baileyana, dealbata et terminalis, les feuilles type « fougère » restent inchangées.
D’autres espèces comme l’A. rubida, conservent leurs premières feuilles plusieurs années de suite. Les phyllodes apparaissent lorsque l’Acacia atteint un ou deux mètres de hauteur.
Dans bien d’autres espèces comme l’A. melanoxylon on revient au processus initial si l’arbre a été abîmé, on aperçoit au bout des phyllodes, de petites feuilles rappelant celles des fougères. Certains possèdent les deux types de feuilles.

Les fleurs sont de formes et de tailles variées : petites, peluchées , régulières, solitaires ou en grappe, actinomorphes, c’est à dire sphériques ou cylindriques.
Le calice a généralement 4 ou 5 dents, parfois 4 ou 5 sépales libres. La corolle
peu visible, parfois absente, réunit 4 ou 5 pétales, soudées ou non. Ce sont les très nombreuses étamines, ordinairement dans un camaïeu infini de jaunes,
parfois blanches (Acacias africains) ou crème, quelquefois orange, exceptionnellement mauves a rouge ( A. purpureapetala, A. leprosa « scarlet blaze ») qui donnent à la plante toute sa valeur décorative.

Les inflorescences denses et globuleuses regroupent les fleurs sessiles. Etroitement rapprochées, elles forment des petites têtes sphériques, les
« glomérules» ( du latin glomus « boule »), petites pelotes réunissant de moins de 10 à plus de 100 fleurs. Certaines sont en épis comme celles de
A. denticulosa ou d’A. longifolia, souvent dénommé « mimosa chenille ». Les glomérules peuvent être solitaires, géminés ou fasciculés à l’aisselle des phyllodes ( A. armata, A. farnesiana) ou réunis en grappes axillaires et en panicules terminales ( A. dealbata, A. podalyriifolia). Les boutons floraux sont rapidement en formation dès que les nouvelles pousses se développent et peuvent mettre plusieurs mois avant de s’épanouir.

La floraison des Acacias, souvent généreuse, se détermine à differentes époques de l’année et dure en moyenne de 3 à 6 semaines, suivant espèces et variétés. Certaines d’entre elles ne fleurissant que quelques jours, d’autres plusieurs mois(A .uncinata, A. retinodes).
Liée aux conditions climatiques du moment elle peut être décalée, en avance ou en retard par rapport à la date initialement prévue ou encore écourtée ou abimée en période pluvieuse ou anéantie par grand froid.
Certains Acacias fleurissent dès la deuxième année à partir du semis, d’autres peuvent mettre plusieurs années avant de fleurir. Tout est fonction de l’espèce mais aussi des différents modes de reproduction et de culture que nous verrons plus loin. La meilleure époque pour les voir s’épanouir dans la nature se situe entre décembre et mars/avril.

Le parfum de ces fleurs, spécifique au « mimosa », peut être plus ou moins prononcé, doux et suave rappelant l’odeur de violette, de miel, quelquefois de jasmin ou de vanille ( A. suaveolens, A mearnsii, A. fimbriata, A. cardiophylla). Certains mimosas n’ont pas d’odeur ( A saligna, A. longifolia.). Souvent les mimosas à fleurs jaune-pâle sont très parfumés (A. mearnsii « aestivalis »).
Là aussi, plusieurs critères interviennent concernant cette senteur : l’espèce, l’exposition, le vent, la pluie, le froid etc…

Les cosses et les graines :
Les cosses de graines, surtout avant maturité, donnent aux Acacias un aspect très décoratif.

Leurs formes sont très variées : petites, semblables à des feuilles ou grandes, plates, ou comme de petits morceaux de bois..Certaines sont recouvertes d’une croûte d’aspect rugueux, d’autres sont couvertes de petites veines, quelques-unes sont droites et allongées, d’autres sont renflées, charnues ou tordues en forme de
« scoubidou », en petites bottes serrées et à bord plus ou moins contractés entre les graines . Ces dernières sont nombreuses, uniformes ovées, oblongues, assez petites, brunes à noires. Certaines de couleur très vive attirent oiseaux et insectes. Recouvertes d’une enveloppe souvent très dure, les graines d’acacia restent viables pour un temps plus ou moins long en fonction de la dureté de cette enveloppe qui varie suivant les espèces. Leur funicule est souvent replié sous la graine, parfois il l’entoure complètement. La germination, à l’état sauvage, a souvent lieu après un feu ou des pluies.

Les racines des Acacias, peu profondes, sont souvent traçantes et ont le pouvoir de retenir terres et talus. Pour quelques-uns d’entre eux, elles sont envahissantes et émettent de nombreux rejets. C’est le cas pour l’A. dealbata , A. melonoxylon, A. saligna et quelques autres. Ces racines, comme toutes celles des légumineuses, ont la capacité magique de fixer l’azote atmosphérique. Le rhizobium (bactérie), induit sur la racine des mimosas, la formation de nodosités, véritables organes spécialisés dans la fixation de l’azote au sol.

Le port, la forme, la taille:
A maturité, la forme et la taille des Acacias ne sont pas à négliger quant à l’effet de décoration. Quelques-uns ont un port érigé assez droit et d’un grand développement A. melanoxylon ,A. dealbata qui font partie des plus hauts Acacias en Australie (25 à 30 M). D’autres restent arbustifs cultriformis, boormanii . Certains sont retombants et gracieux : howittii, vestita…, pleureurs comme A. dealbata « pendula ». D’autres encore, son très petits et peuvent former un tapis de sol A. cometes ou prostrés à rampant couvre-sol comme certaines hybridations de A .dealbata, cultriformis, baileyana, cardiophylla, longifolia…Enfin, il existe dans les fôrets tropicales de la péninsule du Cap York en Australie, deux espèces grimpantes dont l’Acacia albizioïdes.

De très grands écarts de taille sont présents entre les espèces : par exemple
l’A . depressa est un arbuste compact, prostré, ayant la forme d’un coussin de 2 à 5 cm de haut, alors que l’A. bakeri est un arbre des forêts tropicales, atteint 35 m de haut. Ils ont en général un développement rapide en rapport avec leur port.

Il est important de préciser que la taille de certaines espèces cultivées dans nos régions, est souvent inférieure à celle qu’ils peuvent obtenir dans leur milieu d’origine.

Durée de vie:
Les Acacias sont souvent donnés pour avoir une vie courte avec un éventail de durée allant de 5 ans pour un Acacia pulchella, appelé aussi « moïse piquant », à 10 à 15 ans pour l’A. baileyana et l’A. podalyriifolia… Il faut tenir compte que des conditions défavorables de climat (sècheresse) ou de situation peuvent réduire la vie des plantes. L’attaque par des insectes est aussi à considérer comme un facteur de mort prématurée. Il existe de nombreuses espèces bien connues pour vivre de longues années et certaines jusqu’à un grand âge tel que
l’A . melanoxylon, l’A. aneura, et l’A. peuce du désert intérieur de l’Australie. Certaines espèces africaines deviennent souvent centenaires

Rusticité des Acacias :
Un mimosa n’est ni un « géranium » ni une bougainvillée », même si ceux-ci transmettent une image de plantes méditerranéennes, voire exotiques pour certains et bien qu’il se développe également en Bretagne, il ne fait pas partie de ces végétaux gélifs à 0°C.
-5° à -8° centigrade pour les espèces et variétés à feuilles entières appelées, « phyllodes », quelque soit leur couleur, vert ou bleuté et la grande diversité de leur forme : petite, étroite ,allongée, triangulaire, arrondie, filiforme, etc.…
-8° à –10°C pour les espèces et variétés à feuilles composées-bipennées et pour celles à feuilles composées et entières à la fois (A. hanburyana) , de couleur vert, bleuté ou gris- bleuté ressemblant à de petites feuilles de « fougère ».Malgré tout certaines espèces à feuilles composées bipennées restent plus sensibles au froid que ces températures données (A. mearnsii, A. glaucocarpa)

Sachez-le, ces températures représentent une moyenne générale relative et sont données à titre indicatif, quant au fait que plusieurs facteurs et conditions interviennent concernant la résistance au froid d’une plante et d’un mimosa en particulier :
-Etat physiologique et âge de la plante.
-Situation et emplacement.
-Hygrométrie et nature du sol.
-Vent, lumière et température
-Durée et intensité du froid.

Certains professionnels ou autres sites internet affirment des rusticités avoisinantes des -15° C… ???
Confirmé par des naturalistes et botanistes Australiens, les Acacias ne supportent pas des températures au delà de -12° C.Exceptionnellement, l’A. greggii des hauts plateaux du Mexique est résistant à – 14°.
L’A. dealbata « subalpina », des Blue Mountains (Australie) n’est qu’une hybridation de l’A. dealbata, sans peu d’intérêt (sinon commercial) et pas plus résistant.

*********************

Conseils de culture
Destiné à la pleine terre ou cultivé en pot, concernant l’achat d’un mimosa, il est conseillé, comme pour beaucoup d’autres plantes, de s’adresser à des spécialistes ou des professionnels bien informés sur le sujet qui vous donnerons, avant tout, renseignements, savoir et compétence, en partageant avec vous toute leur passion.

Les Acacias poussent dans les terrains les plus variés, mais préfèrent les sols drainants. Les terres sableuses ou caillouteuses leurs conviennent parfaitement. La plupart des espèces n’apprécient pas les terres calcaires ou trop lourdes et humides.
Ils se cultivent aussi, aisément en potée fleurie en respectant certaines règles.

Culture en pleine terre
http://site.plantes-web.fr/cavatore/1362/culture_en_pleine_terre.htm

Culture en pot
http://site.plantes-web.fr/cavatore/1363/culture_en_pot.htm

Symptômes, maladies et ravageurs
http://site.plantes-web.fr/cavatore/1368/maladies_et_ravageurs_.htm



Voila un bel exemplaire d'Acacia aneura planté prés de chez moi
http://www.mimosa-cavatore.com/cavatore/725/boutique/41686/acacia_aneura.htm#.WMmNc2_hCpp









Dernière édition par Libellule le Mer 15 Mar 2017 - 20:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Acacia -Mimosa   Mer 15 Mar 2017 - 20:39

Et voila une autre variété, plantée dans la même rue
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
 
Acacia -Mimosa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Beignets aux fleurs d'acacia.
» fétes des mimosas le 08 FEVRIER 09
» la guitare de mes reves
» Murder Of The Seventh Son At The 22th Acacia Avenue
» Fête des mimosas St Trojan (17)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: PLANTES :: ARBRES-
Sauter vers: