Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Circulation du sang, Menstruations, Tampons et serviettes hygiéniques, Ménopause et bouffées de chaleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3005
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Circulation du sang, Menstruations, Tampons et serviettes hygiéniques, Ménopause et bouffées de chaleur    Ven 10 Mar 2017 - 23:13



Bonjour

source http://www.thierrysouccar.com/sante/info/comment-fonctionne-le-cycle-feminin-2031
COMMENT FONCTIONNE LE CYCLE FÉMININ ?
Dans Syndrome prémenstruel, les solutions naturelles
http://www.thierrysouccar.com/sante/livre/syndrome-premenstruel-les-solutions-naturelles-1163
le Dr Bérengère Arnal donne toutes les clés pour reprendre le contrôle de ces insaisissables hormones qui malmènent les femmes en fin de cycle menstruel. Dans cet extrait, elle explique comment fonctionne ce cycle et par quoi il est régi.

Les trois phases du cycle
Le cycle menstruel se met en place à la puberté, vers l’âge de 12-13 ans en général, assure sa pleine fonction pendant environ 35 ans avec des cycles réguliers, puis commence à se perturber vers 47-48 ans, à la préménopause, pour cesser définitivement à la ménopause.

Le cycle menstruel dure en moyenne 28 jours et débute le premier jour des règles.
La première partie du cycle dure environ 14 jours. Cette première partie est la phase préovulatoire ou folliculaire : elle correspond au développement d’un follicule, et va aboutir à la libération de l’ovule au moment de l’ovulation. Elle est sous l’influence d’hormones œstrogènes.
L’ovulation a lieu 14 jours avant la date des règles à venir. Elle est précédée d’une sécrétion abondante du col de l’utérus, la glaire cervicale, dont l’aspect filant et transparent comme du blanc d’œuf signe l’imminence de l’ovulation et aide les spermatozoïdes à monter le long de l’utérus.
Après l’ovulation survient la deuxième partie du cycle, appelée phase postovulatoire ou lutéale, avec la sécrétion conjointe d’œstrogènes et de progestérone. En l’absence de grossesse, l’apparition des nouvelles règles signe la fin du cycle et le commencement d'un autre.

Sous le contrôle du cerveau, des hormones et de l’âge
La commande centrale du cycle menstruel se situe dans le cerveau, en particulier au niveau de deux petites structures : l’hypothalamus et l’hypophyse. Le cerveau reçoit et gère toutes les informations émotionnelles par l’intermédiaire de la sécrétion de divers messagers : les neuromédiateurs. Ceux-ci ont une influence sur le système hormonal par l’intermédiaire de substances appelées neurohormones. L’une d’elles, la LHRH (appelée aussi GnRH), va agir sur la production de deux substances :
une hormone qui stimule les ovaires tout le long du cycle, appelée FSH ou hormone folliculinostimulante,
et une hormone lutéostimulante, appelée LH, qui est secrétée en abondance juste avant le 14e jour du cycle et qui déclenche l’ovulation.

Le cycle féminin en résumé
Voir croquis sur site
http://www.thierrysouccar.com/sante/info/comment-fonctionne-le-cycle-feminin-2031



Dernière édition par Libellule le Ven 14 Avr 2017 - 18:31, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3005
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Circulation du sang, Menstruations, Tampons et serviettes hygiéniques, Ménopause et bouffées de chaleur    Mer 22 Mar 2017 - 18:04



source http://www.thierrysouccar.com/sante/info/syndrome-premenstruel-4-programmes-naturels-selon-vos-symptomes-2043
SYNDROME PRÉMENSTRUEL : 4 PROGRAMMES NATURELS SELON VOS SYMPTÔMES
Dans Syndrome prémenstruel, les solutions naturelles, le Dr Bérengère Arnal explique que ce syndrome peut se classer en quatre catégories selon les symptômes qui dominent.
http://www.thierrysouccar.com/sante/livre/syndrome-premenstruel-les-solutions-naturelles-1163
Elle donne pour chacun de ces types un programme phyto-nutritionnel particulier.

Le syndrome prémenstruel (SPM) se définit comme un ensemble de modifications physiques et neuropsychiques dont le point commun est le caractère cyclique par rapport aux règles. Au niveau physique, il peut s’agir de céphalées, de maux de ventre, de douleurs aux seins, de rétention d’eau. Au niveau psychique, on peut être facilement irritable, déprimée ou ressentir une fatigue générale. Ces modifications surviennent avant les règles et disparaissent normalement avec leur survenue. Leur durée varie généralement de deux à quinze jours mais peut dans certains cas se prolonger jusqu’à trois semaines avant les règles.
Plus la durée des perturbations est longue, plus celles-ci sont invalidantes. Par définition, il doit exister une période libre de tout symptôme d’au moins une semaine par cycle menstruel qui se situe juste après l’apparition des règles. Le syndrome prémenstruel touche au moins 40 % des femmes au cours de leur vie.

La classification du Dr Guy Abraham
Présentant de très nombreux symptômes, ce syndrome est souvent divisé en différentes catégories afin d’une part de ne pas s’inquiéter face aux situations physiologiques de SPM et d’autre part de faire le choix de la meilleure thérapeutique à mettre en place en fonction du type de SPM. Parmi les classifications classiques figure celle du Dr Abraham, selon le type de symptômes prédominants :
Le SPM de type A, comme anxiété : irritabilité, troubles de l'humeur
Le SPM de type H comme hydratation : gonflement, rétention d'eau
Le SPM de type C comme craving (fringales en anglais) : fringales, envies d'aliments sucrés avec malaise, faiblesse
Le SPM de type D comme dépression : tristesse, envie de pleurer, confusion, voire idées suicidaires

SPM de type A : causes et traitements naturels
Une déficience en vitamine B6, nécessaire à la synthèse de la dopamine, perturberait la dégradation des œstrogènes par le foie, générant une hyperœstrogénie. Cette dominance des œstrogènes serait responsable d’une activation des neurotransmetteurs excitateurs du cerveau (noradrénaline, adrénaline, sérotonine) et d’une diminution de la dopamine, neurotransmetteur inhibiteur. Un manque de magnésium entraîne également une diminution de la dopamine. Cette situation est favorisée en cas d’excès de :
– produits laitiers (l’excès de calcium empêcherait l’absorption du magnésium) ;
– sucres raffinés, qui favorisent la fuite de magnésium dans les urines.

Les plantes amies : gattilier, alchémille et achillée millefeuille.

Les vitamines et minéraux utiles : prendre 300 à 400 mg de magnésium par jour et privilégier les aliments qui en sont riches ; prendre 50 à 100 mg de vitamine B6 par jour et privilégier le son et germes de blé, l'avoine, l'avocat qui en renferment de bonne quantités.

Les conseils nutritionnels :
Diminuer les produits laitiers : à remplacer éventuellement par ceux à base de "laits" végétaux et en trouvant le calcium en dehors des laitages.
Diminuer les sucres raffinés, donc ceux à index glycémique élevé et privilégier les glucides à IG bas.

SPM de type H : causes et traitements naturels
La rétention d’eau et de sel dans les tissus est sous l’influence d’un excès d’aldostérone elle-même stimulée par une hyperœstrogénie. Une diminution de la dopamine serait aussi en cause, car elle stimule l’élimination de l’eau et du sel. Une déficience en vitamine B6, une carence en magnésium entreraient également en jeu.

Les plantes amies : frêne, pissenlit, gattilier, alchémille et achillée millefeuille.

Les vitamines et minéraux utiles : magnésium et vitamine B6 (voir les recommandations ci-dessus pour les SPM de type A), vitamine E (aliments qui en sont riches et complémentation à raison de 100 à 400 UI par jour).

Les conseils nutritionnels : diminuer les sucres raffinés, donc ceux à index glycémique élevé et privilégier les glucides à IG bas.

SPM de type C : causes et traitements naturels
La consommation alimentaire exagérée de sucres rapides (craving) serait liée à des phases d’hypoglycémie en relation avec une sensibilité accrue des cellules à l’insuline (l’hormone hypoglycémiante) en phase prémenstruelle. Des carences en chrome, magnésium, vitamine B6 et prostaglandines E1 issues d’acides gras essentiels (PGE1) seraient des éléments essentiels de cette perturbation métabolique. Cette situation est favorisée en cas d’excès de sucres raffinés (pain blanc, riz blanc, pâtes, etc.).

Les vitamines et minéraux utiles : magnésium et vitamine B6 (voir les recommandations ci-dessus pour les SPM de type A), chrome (200 μg de chrome par jour, soit 2 à 3 g de levure de bière ou 1 à 5 g  de spiruline (Arthrospira platensis))

Les compléments alimentaires : huile d’onagre (1 à 3 gélules de 500 mg par jour, tout au long du cycle ou une partie du cycle), huile de bourrache (PGE1) à raison de 1 à 3 gélules (parfois plus) de 500 mg par jour, tout au long du cycle ou une partie du cycle.

Les conseils nutritionnels : diminuer les sucres raffinés, donc ceux à index glycémique élevé et privilégier les glucides à IG bas.

SPM de type D : causes et traitements naturels
Un taux élevé de progestérone (hyperprogestéronémie) aurait une action dépressive sur le système nerveux central. Le plomb pourrait jouer un rôle, en générant une hypo-œstrogénémie. On sait en effet qu’il existe une contamination par du plomb d’origine industrielle ou dans des habitations insalubres (peintures au plomb). Cette situation est favorisée en cas de déficience en magnésium et en vitamines C et du groupe B.

Les plantes amies : sauge sclarée, houblon.

Les vitamines et minéraux utiles : magnésium (voir les recommandations ci-dessus pour les SPM de type A), vitamines B sous forme de levure de bière à raison de 2 à 3 g par jour.

Les substances détoxifiantes : chlorelle (Chlorella pyrenoidosa), spiruline (Arthrospira platensis), complexes d’antioxydants (plantes, minéraux, vitamines), vitamine C, zinc, sélénium

commentaires et liens explicatifs sur le site
http://www.thierrysouccar.com/sante/info/syndrome-premenstruel-4-programmes-naturels-selon-vos-symptomes-2043





Dernière édition par Libellule le Ven 24 Mar 2017 - 20:34, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3005
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Circulation du sang, Menstruations, Tampons et serviettes hygiéniques, Ménopause et bouffées de chaleur    Mer 22 Mar 2017 - 18:06



source https://www.lettre-beaute-au-naturel.com/
Tampons, serviettes, éponges… Comment faire si je n’aime pas la cup ?
Par Manon Lambesc/6 février 2017


Je vous ai déjà parlé de la révolution qui s’était mise en marche au rayon « protections hygiéniques ». La coupe menstruelle, ou cup, s’impose comme l’alternative naturelle n° 1 aux tampons et serviettes hygiéniques conventionnels. À l’origine de ce cataclysme, une prise de conscience générale quant à la composition des tampons et des serviettes hygiéniques et à leurs dangers pour notre santé. Dans l’article « La cup : la révolution pour les menstruations », je vous vantais les mérites de la célèbre petite coupelle, mais je vous promettais aussi de ne pas faire l’impasse sur les autres méthodes naturelles. Chose promise, chose due…

Pour celles qui n’aiment pas la cup
La cup par-ci, la cup par-là… la coupe menstruelle a su convaincre une grande partie de la gent féminine avec des arguments forts – économie, écologie et surtout santé – si bien que bon nombre d’entre nous ne peut désormais plus s’en passer (et j’en fais partie !). Oui mais voilà, la cup, ça ne convient pas à tout le monde. Primo, son application en rebute plus d’une. Secundo, il faut la faire bouillir lorsque nous la sortons du tiroir, un geste absolument nécessaire au premier jour des règles (pour les applications suivantes, il suffit de la rincer à l’eau). Certes, ce n’est pas beaucoup demander, mais il arrive que nous soyons dans l’urgence et une serviette ou un tampon sont alors plus pratiques. Tertio, la cup est contre-indiquée suite à un accouchement et pendant une infection urinaire. Nous devons alors faire appel à d’autres protections hygiéniques.

Les serviettes et les tampons bio
Ils sont faits avec du coton naturel qui n’a pas été blanchi, un procédé qui implique généralement le recours aux substances chimiques. On a tendance à penser que ce qui est bio est bon… Mais en réalité, ce n’est pas toujours le cas.

En effet, le tampon, qu’il soit bio ou non, va absorber aussi bien le sang que les sécrétions de la paroi vaginale. C’est le principe même du tampon. En les absorbant, il ouvre la porte à nos pires cauchemars : infections à répétition, mycoses ou irritations. Alors c’est vrai que les tampons bio sont moins absorbants et plus respectueux de notre flore vaginale mais malgré tout, ils peuvent eux aussi provoquer l’effondrement de notre barrière naturelle et permettre ainsi au germe Staphylococcus aureus (que nous sommes tous susceptibles de porter) de proliférer, ce qui peut déclencher le syndrome du choc toxique (SCT).

Je ne sais pas si vous vous souvenez, dans ma précédente lettre, je vous invitais à faire le test suivant avec un tampon conventionnel : Plongez-le dans un verre d’eau pendant plusieurs heures et regardez le résultat. Le constat était le suivant : si les fibres se détachent et se mélangent à l’eau, il se passe la même chose dans notre vagin. J’ai réalisé le même test avec un tampon bio et j’avoue que j’ai eu une bonne surprise : aucune fibre ne s’est détachée !

Quant aux serviettes bio, c’est un peu le même topo que pour les serviettes conventionnelles : elles favorisent la macération du sang ainsi que la prolifération bactérienne et déséquilibrent la flore vaginale. Donc oui, les serviettes et tampons bio sont « moins pires » que leurs homologues conventionnels mais ne sont pas pour autant irréprochables.

Les + : Ils sont bio et donc dénués de toutes substances chimiques. Ils ne bouleversent pas trop nos habitudes. Il existe des modèles avec ou sans applicateur. Ils peuvent bien nous dépanner dans certaines situations.

Les – : Ils sont souvent plus chers que les tampons classiques : on débourse environ 5 euros pour une boîte de 40 tampons non bio et à peu près 4 euros pour 16 tampons bio, soit 10 euros pour 40 tampons, autrement dit le double du prix ! Qui plus est, ces tampons ne sont pas du tout écologiques ! Il faut une quantité d’eau faramineuse pour les produire et ils génèrent finalement beaucoup de déchets pour nos poubelles et surtout pour la planète !

Écolo d’accord, mais jusqu’où ?
Parmi les méthodes naturelles présentées par les amateurs de protections hygiéniques naturelles, il y en a une contre laquelle je souhaiterais vous mettre en garde. Il s’agit de l’éponge de mer naturelle. C’est clair qu’il est dur de faire plus écolo en termes de protection hygiénique. Mais cette méthode reste à l’heure actuelle peu plébiscitée par la gent féminine, car elle est un peu hasardeuse. L’éponge menstruelle ne possède pas de filet de sécurité et pour la retirer, il faut – vous me pardonnerez le jeu de mots – aller à la pêche. On a connu plus pratique…

Je vous glisse un mode d’emploi assez détaillé que j’ai trouvé sur ce site pour illustrer mes propos : https://www.ma-feminite-nature.fr/content/11-usage-eponges-de-mer. Mais ce n’est pas ce qui me dérange le plus : de la même manière que les tampons, l’éponge de mer absorbe les menstruations et les sécrétions vaginales et participe ainsi à la prolifération des bactéries et donc au syndrome du choc toxique.

Nous avons très peu de recul sur cette méthode de protection hygiénique, du coup, j’appelle à la vigilance pour toutes celles qui souhaiteraient s’y essayer. La seule étude dont j’ai connaissance à l’heure actuelle indique que l’usage de l’éponge menstruelle expose davantage au risque du syndrome du choc toxique [1] que les tampons classiques. Notez au passage que l’éponge menstruelle est contre-indiquée en cas de port de stérilet.

Les serviettes hygiéniques lavables
Parlons finalement des serviettes hygiéniques lavables. Elles sont généralement faites à partir de matières naturelles absorbantes et « respirantes », ce qui permet d’éviter l’humidité, la macération et son flot de désagréments. Elles sont confortables et leur mode de fonctionnement est plutôt sympa : elles sont équipées de boutons-pressions et se « clippent » sous la culotte comme un body. Elles se lavent à la main ou en machine à faible température (30°). Je préfère la cup, mais c’est encore selon moi la seule solution qui puisse lui faire de l’ombre.

Les + : La plupart sont en coton bio. Il existe tout un tas de serviettes au design plutôt sympa avec des tailles, des épaisseurs et des formes différentes. Parmi les marques les plus connues, Plim, Party In My Pants ou encore Lunapads.

J’ai d’ailleurs pu essayer celles d’une enseigne sympa que m’avait conseillée Julien Kaibeck et que j’utilise parfois en complément de la cup :
Les Tendances d’Emma. ICI

Elle propose des serviettes à base de bambou certifiées Oeko-tex (un système international de contrôle et de certification sur les substances nocives dans les textiles), dont la fabrication est moins gourmande en eau que celle du coton bio et donc plus écolo ! Autre avantage de la marque : les serviettes sont moins chères que les serviettes lavables standards (10 euros contre 17 euros en moyenne pour une grande marque).
Si ça vous intéresse, n’hésitez pas à aller jeter un œil en cliquant  ICI

En bref, vous avez l’embarras du choix. Ces serviettes offrent un bon compromis entre écologie – puisqu’elles sont réutilisables – et praticité.

Seule ombre au tableau, si la serviette doit être changée pendant la journée, il va falloir se la trimballer dans le sac. Je vous conseille donc de prévoir une pochette hermétique prévue à cet effet (on a connu plus glamour, je vous l’accorde). Autre bémol : il faut prévoir assez de serviettes de rechange pour ne pas avoir besoin de faire la lessive tous les jours, sinon ce n’est plus très écologique…

Dernière possibilité : Vous pouvez les fabriquer vous-même. Il existe même des tutos sur le net ! Je vous en ai déniché un sympa à découvrir ici.

Amicalement,

Manon Lambesc





Dernière édition par Libellule le Ven 7 Avr 2017 - 0:31, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3005
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Circulation du sang, Menstruations, Tampons et serviettes hygiéniques, Ménopause et bouffées de chaleur    Mer 22 Mar 2017 - 18:50



source http://www.thierrysouccar.com/sante/info/syndrome-premenstruel-nous-ne-sommes-pas-condamnees-souffrir-2317

SYNDROME PRÉMENSTRUEL : NOUS NE SOMMES PAS CONDAMNÉES À SOUFFRIR
Caroline F, 38 ans, a consulté le Dr Bérengère Arnal, auteure de Syndrome prémenstruel, les solutions naturelles,
http://www.thierrysouccar.com/sante/livre/syndrome-premenstruel-les-solutions-naturelles-1163
pour mettre fin aux symptômes qui faisaient de sa vie un enfer tous les mois.
Voici son histoire, doublée du point de vue du Dr Arnal et de ses prescriptions.

L’histoire de Caroline
"J'ai été réglée assez jeune vers l'âge de 10 ans. Très vite j'ai ressenti des symptômes assez invalidants qui apparaissaient parfois dès l'ovulation c’est-à-dire parfois 10 jours après mes règles et qui duraient jusqu'aux règles prochaines. C'est dire qu'il ne me restait que très peu de périodes de calme. Ces symptômes ont augmenté considérablement à la naissance de mon premier enfant à l'âge de 25 ans : fatigue, douleurs aux seins, maux de tête, maux de ventre, angoisse, dépression, irritabilité, etc.
Mon gynécologue (au demeurant particulièrement compétent) n'avait comme seule et unique réponse : la pilule contraceptive. Je refusais à chaque fois ses réponses « hormonales ». Je restais donc avec ce syndrome prémenstruel invalidant. Un jour n'en pouvant plus je me décide à 38 ans à consulter le Dr Arnal (il était temps !).

Dès mon entrée dans son cabinet, je me suis sentie comprise, enfin on prenait en compte ce syndrome avec sérieux et compréhension. Le Dr Arnal a su me rassurer et ne m'a nullement jugé sur ma décision de refuser les hormones, au contraire.
Nous avons donc détaillé tous mes symptômes et tenté d’y remédier. Le Dr Arnal a réalisé une ordonnance et a toujours été présente et réactive dès que je la tenais au courant de l'évolution. Elle a su adapter et modifier son ordonnance en fonction de ma réponse thérapeutique. 25 ans de souffrance ne peuvent disparaître en un mois !"

La prescription du Dr Arnal
Caroline F., 38 ans, me consulte pour un syndrome prémenstruel codifié à 3 croix (0 à 3 croix) donc le maximum et durant 15 jours avant les règles. Elle présente :
douleurs et gonflements des seins
prise de poids et gonflement
ballonnements
maux de tête
envie de manger
douleurs pelviennes et lombaires
agressivité et irritabilité
déprime
frilosité et bouffées de chaleur
acné
fatigue
En un mot : l’enfer.

Je lui prescris :
Échelle de folliculinum en homéopathie pour situation d'hyperoestrogénie
Folliculinum, 2 tubes de chaque dilution, 5, 7, 9, 15, 30CH, 5 granules du 1er au 5e jour des règles, dans l'ordre croissant des dilutions, une à deux délivrances pour l'année.

Granules homéo à prendre à la demande si douleurs et ou gonflements des seins
Lac caninum 30 CH 2t, 3 granules le matin tous les jours du mois, que si douleurs et/ou gonflements des seins.

Granules homéo pour une meilleure gestion des stress
Passiflora composé,  5 tubes, 2 granules matin, midi et soir sous la langue et 5 granules à la demande quand anxiété ou trac, tous les jours du mois.

Plantes phyto-progestatives (gattilier alchemille, achillée) pour freiner l’hyperoestrogénie et traiter la carence en progestérone
Prépause (Inebios), 2 comprimés matin et soir tous les jours du mois.

Huile d’onagre pour son action spécifique sur les seins, et qui va permettre de synthétiser des prostaglandines anti-inflammatoires
Bioléine (Nutergia), 2 gélules matin et soir tous les jours du mois.

Magnésium et vitamines dont vitamine B6 et acides aminés contre tous types de fatigue et régulation de neuromédiateurs de l'humeur
D-Stress (Synergia), 2 comprimés matin et soir tous les jours du mois, à prendre en continu ou par cures d'un mois quand fatigue.

Probiotiques
Ergyphilus Plus (Nutergia), 2 gélules le matin tous les jours du mois, garder au réfrigérateur si possible.

Vitamine D car carence et pour l’aide au métabolisme du calcium
ZYMAD 10000 sol buv, 35 gouttes dans un peu d'eau une fois par semaine (le dimanche)

Homéopathie contre les migraines
Phapax (Lehning), 20 gouttes dans de l'eau aux 3 repas, tous les jours du mois, plus souvent si migraine.

Le bilan, par Caroline
"Cela fait 4 mois que le traitement a débuté et certains symptômes ont totalement disparu (douleurs mammaires) et d’autres ont considérablement diminué (angoisses, déprime, fatigue, etc.) et au lieu de débuter 3 semaines avant mes règles ces symptômes arrivent, diminués, seulement 3 jours avant les règles !  J'ai souffert durant plus de 25 ans et désormais je sais que si ma propre fille (9 ans et déjà en puberté avancée) venait à souffrir elle aussi, je pourrais prendre une décision rapide et efficace pour la soulager au plus vite.

Ce qui est assez rassurant c’est de se dire que ces désagréments sont « normaux » pour une femme qui n'a jamais été soumis aux hormones, c’est une réponse plutôt saine que de ne pas masquer les symptômes par de la chimie. Néanmoins la femme n'est pas condamnée à souffrir durant toute sa vie de femme et réduire les symptômes de façon naturelle  afin qu'ils deviennent supportables me paraît judicieux.

Le Dr Arnal a une expérience assez surprenante dans ce domaine (et dans bien d'autres), on voit qu'elle est en constante recherche sur le sujet même si sa pratique est particulièrement au point, on sent qu'elle est en  recherche permanente pour améliorer le confort des femmes."





Dernière édition par Libellule le Ven 24 Mar 2017 - 20:40, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3005
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Circulation du sang, Menstruations, Tampons et serviettes hygiéniques, Ménopause et bouffées de chaleur    Mer 22 Mar 2017 - 18:50



source http://www.thierrysouccar.com/sante/info/les-hormones-sexuelles-feminines-2399
LES HORMONES SEXUELLES FEMININES
Pour connaître intimement son cycle, améliorer un syndrome prémenstruel ou les symptômes de la ménopause, il est important d'en savoir un peu plus sur les hormones sexuelles féminines : les estrogènes et la progestérone. Tour d'horizon avec le Dr Dalle, spécialiste des hormones.

LES ESTROGÈNES, QU’EST-CE QUE C’EST ?
Les estrogènes sont des hormones très présentes chez la femme et qui sont au centre de tous les passages de sa vie : règles, fertilité, ménopause. Les estrogènes regroupent trois hormones :
l’estradiol, produite pendant les années de reproduction
l’estriol, qui est produit seulement pendant la grossesse
l’estrone, qui est l’estrogène dominant de la ménopause.
L’estradiol est la plus importante des trois hormones par ses effets.

L’estradiol
L’estradiol est très présent dans le corps humain. Environ 300 tissus ont des récepteurs aux estrogènes, ce qui signifie que de nombreux organes en dépendent (cerveau, foie, os, peau). L’estradiol est produit en petites quantités mais possède de grands effets.
L’estradiol ralentit le vieillissement cérébral en stimulant la croissance nerveuse, le fonctionnement des neurones et en favorisant la cicatrisation. Il inhibe aussi l’enzyme qui dégrade l’acétylcholine, ce neuromédiateur tellement impliqué dans la maladie d’Alzheimer.
L’estradiol est également un antioxydant majeur. Il est deux fois plus puissant que les vitamines E et C réunies. À tel point que l’on se demande si l’une des raisons du vieillissement accéléré des femmes à partir de la ménopause n’est pas lié en partie à la perte de cet antioxydant majeur. Il se produit alors un excès de radicaux libres, avec des conséquences sur le risque cardiovasculaire (thromboses en particulier) et un risque accru de démence et de pathologies cérébrales.
Aux alentours de quarante ans, les femmes ressentent ce déclin progressif en estradiol lié à l’atrophie des ovaires. Quand les ovaires ne produisent plus d’estradiol, on assiste ainsi à l’arrêt complet des règles qui signe la ménopause. Mais cette baisse peut être lente ou rapide et peut prendre entre 10 et 15 ans. Chaque femme a son évolution, très personnalisée. Dès que le taux d’estradiol baisse, une femme ressent des symptômes déplaisants comme des bouffées de chaleur ou des insomnies. Le corps cherche à s’adapter à ce manque.
Si la privation d’estrogènes est brutale (opération chirurgicale par exemple), les symptômes sont beaucoup plus sévères.
La bonne nouvelle c’est que plus le corps s’habitue au manque d’estrogènes, plus les symptômes tendent à disparaître.

L’estrone
Bien qu’il soit sans danger quand il est sécrété en petite quantité, de grandes quantités d’estrone peuvent inhiber l’effet de l’estradiol en l’empêchant de se lier à son récepteur et en le rendant inopérant.
Ceci a pour premier impact de priver le cerveau des formidables bénéfices de l’estradiol.
L’estrone est très largement associé à la ménopause. C’est souvent l’estrogène dominant de cette période. L’estrone est principalement fabriqué par les cellules graisseuses et cette fabrication continue bien longtemps après l’arrêt de production d’estradiol par les ovaires. Mais ses effets n’ont rien à voir avec ceux de l’estradiol. Son seul atout est d’être en partie converti en estradiol.
Bien qu’un taux élevé d’estrone soit utile contre la perte du capital osseux, c’est malheureusement lui aussi qui aggrave les symptômes de ménopause comme les bouffées de chaleur, l’insomnie, les changements d’humeur ou les pertes de mémoire.

Les signes de déficience en estrogènes
bouffées de chaleur
sueurs nocturnes
sommeil perturbé
dépression
anxiété
moins de réponse sexuelle
moins de coordination
accélération du vieillissement musculaire et cutané
perte de dents
appétit accru, gain de poids
perte de mémoire
perte de densité osseuse
yeux secs
envie de sucres
vertiges
perte d’audition
perte de cheveux
sécheresse vaginale
moins d’odorat

Les taux de références
Femme de moins de 50 ans :  180 -200 pg/ml  pour le taux d'estrogènes  et  2,5 ou moins pour le ratio estrogènes/estradiol
Femme de plus de 50 ans  :   70 -120 pg/ml  pour le taux d'estrogènes et  2,5 ou moins pour le ratio estrogènes/estradiol

LA PROGESTÉRONE, QU’EST CE QUE C’EST ?
La progestérone est une hormone équilibrant les estrogènes dans une interaction dynamique. Elle est présente avec les estrogènes pendant les cycles menstruels et la reproduction. Entre 30 et 40 ans apparaissent souvent déjà les signes d’un déséquilibre, la balance penchant trop du côté des estrogènes.
La progestérone évite le syndrome prémenstruel. Elle a pour autre effet d’apporter des bénéfices importants pour le sein et les os.
La progestérone prévient ainsi la prolifération excessive des cellules normales et cancéreuses du sein et réduit les kystes mammaires bénins.
C’est une hormone agissant aussi fortement sur le système nerveux, notamment en protégeant les neurones et en favorisant les connexions neuronales.
La progestérone a un effet particulier sur le GABA, un neuromédiateur auquel les médicaments anxiolytiques doivent leurs effets. C’est pourquoi elle est sédative, anxiolytique et antidépressive. C’est une hormone apaisante de par ses effets sur le système nerveux parasympathique.
Enfin, un des effets trop méconnu de la progestérone est sa fonction diurétique. Elle évite les œdèmes que beaucoup de femmes connaissent à l’approche des règles, surtout en pré-ménopause.

Quel est le taux optimal de progestérone ?
Les fourchettes que donnent les laboratoires sont très larges, souvent de 2000 à 14 000 pg/ml, ce qui est peu utilisable. En fait, ce qui compte c’est le rapport entre progestérone et estrogène : idéalement, il doit y avoir 10 à 20 fois plus de progestérone que d’estrogène, pas moins et ce, quel que soit l'âge.

Pour les femmes de moins de 50 ans  : le taux de référence se situe entre 300 et 26 000 pg/ml et le taux optimal entre 2000 et 14 000 pg/ml
Pour les femmes de Plus de 50 ans  : le taux de référence se situe entre 300 et 26 000 pg/ml et le taux optimal entre 2000 et 8000 pg/ml





Dernière édition par Libellule le Ven 24 Mar 2017 - 20:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Circulation du sang, Menstruations, Tampons et serviettes hygiéniques, Ménopause et bouffées de chaleur    

Revenir en haut Aller en bas
 
Circulation du sang, Menstruations, Tampons et serviettes hygiéniques, Ménopause et bouffées de chaleur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Coffret promo Sang pour Sang
» Groupe NUIT SANG OMBRe recherche :
» HÜRLEMENT De sang et d'acier (2009)
» Une opération de l'appendicite vire au bain de sang
» Don du sang: je donne! Et vous?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: SANTE- DIETETIQUE- HYGIENE- BEAUTE- :: Dossiers pour réfléchir à notre manière de vivre et se nourrir-
Sauter vers: