Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le foie et les organes d'élimination: reins, intestins, poumons, peau, allergies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2891
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Le foie et les organes d'élimination: reins, intestins, poumons, peau, allergies   Jeu 11 Mai 2017 - 22:41



source http://www.reponsesbio.com/2017/05/10/solutions-naturelles-a-cystite/
Les solutions naturelles à la cystite
10 mai 2017


Bien que les troubles urinaires soient généralement issus d’un épuisement hépatique, la cystite, elle, peut trouver son origine dans de nombreuses autres causes telles que la pause d’un cathéter, des troubles du diabète, un affaiblissement immunitaire…

Il existe cependant des solutions naturelles s’avérant particulièrement efficaces et durables.


Si les femmes sont les plus sensibles aux troubles de la cystite, il ne faut pas croire pour autant que cette infection ne puisse pas toucher les hommes.

Causée par l’apparition de germes pénétrant dans l’urètre et atteignent la vessie, elle peut être le résultat :
 → des suites d’une opération chirurgicale,

 → de la pause d’un cathéter,

 → de troubles de la prostate,

 → d’une déficience immunitaire,

 → d’un diabète avancé,

 → d’une ménopause problématique,

 → ou, bien évidemment, de tous types d’affaiblissements hépatiques.

Quoi qu’il en soit, si vous contractez une cystite, il conviendra avant tout d’être attentif à ne pas la laisser se propager vers les reins.

Et pour ce faire, la première mesure à prendre est bien évidemment d’adapter intelligemment votre alimentation.

La diététique anti-cystite
Contre la cystite et d’ailleurs la plupart des autres infections urinaires, il faut bien souvent envisager un drainage à la fois rénal et hépatique.

Toutefois la qualité du sang et la pression sanguine peuvent également être un facteur déterminant de ce mauvais filtrage rénal.

Dans cette hypothèse, des cures de stimulation de la circulation et de fluidification sanguine s’avéreront elles aussi nécessaires.

Dans tous les cas, l’usage d’une eau très pure et peu minéralisée servira à drainer reins et voies urinaires ; eau que l’on boira pure ou dont on se servira pour faire des tisanes ou bouillons diurétiques à raison de plusieurs litres par jour.

Parmi ces tisanes, certaines sont précieuses pour leur double action drainante des reins et du foie.

C’est le cas de :
→ l’aubier de tilleul,

 → la bugrane,

 → du pissenlit,

 → des cheveux de maïs,

 → et de la reine des prés.

D’autres allient des vertus diurétiques à une désinfection efficace des voies urinaires, comme l’échinacéa, la busserole ou la verge d’or.

Par ailleurs, il est bon de savoir que de nombreux fruits provoquent la diurèse, surtout en jus, citons parmi eux :
→ le melon,

 → la cerise,

 → la pomme,

 → la pêche…

Enfin, les meilleurs légumes drainant les reins sont :
→ le poireau, et surtout le bouillon de poireau,

 → l’oignon, également en bouillon, ou en jus à raison d’un doigt au fond d’un verre mélangé avec de l’eau,

 → le chou cru,

 → la chicorée sauvage,

 → la citrouille,

 → le cresson,

 → la laitue,

 → et le pissenlit.

D’une manière générale, on évitera :
→ les produits et sous-produits animaux,

 → le sel,

 → les excitants,

 → l’alcool,

 → le tabac…

Mais aussi :
 → l’asperge,

 → l’oseille,

 → et la rhubarbe.

En revanche, ne vous privez pas de probiotiques et de produits lactofermentés exempts de lait de vache, à moins que ce ne soient de véritables yaourts bulgares.

Une bonne consommation de persil et de vitamine C augmentera pour sa part les chances de guérison, et évitera à elle seule la propagation de l’infection.

Trois plantes ultra efficaces pour en finir avec la cystite

En dehors des mesures d’ordre diététique et de ces quelques simples, il existe bien évidemment des formules de santé naturelle irréprochables dans ce domaine.

Cependant, puisque j’ai déjà abondamment parlé des compléments nutritionnels prévenant les troubles urinaires et dans la mesure où il est aujourd’hui bien plus difficile de savoir quel type d’enrobage pratiquer, approfondissons à présent l’usage de trois plantes particulièrement puissantes, que vous pourrez facilement vous procurer sous forme d’extraits de plantes fraîches.

৩ La busserole
La busserole ou raisin des ours, est un anti-inflammatoire des voies urinaires hors pair aux vertus anti-bactériennes.

Cette cousine de la canneberge s’avère par conséquent souveraine pour résoudre non seulement la cystite, mais aussi la grande majorité des affections des voies urinaires telles que :
→ l’hypertrophie de la prostate,

 → l’inflammation de l’urètre,

 → l’inflammation du bassinet du rein…

Par ailleurs, bien qu’elle soit empiriquement connue, des chercheurs ont récemment prouvé l’efficacité de la busserole sur les troubles de la sphère urogénitale, mais aussi en tant qu’antiseptique et bactériostatique, c’est à dire ayant la faculté d’empêcher les bactéries de s’agripper à la paroi urinaire.

Cette découverte repose essentiellement sur l’arbutine, le principe actif de la busserole métabolisé dans les voies urinaires où il se dégrade en glucose et hydroquinone, une substance aux vertus antiseptiques très proche du phénol.

Qui plus est, le processus de dégradation du glucose et de l’hydroquinone contenus dans le végétal, permet à la plante de libérer ses principes actifs exactement là où ils sont utiles et par la même occasion d’optimiser son efficacité.

৩ L’échinacéa
Principale plante de la pharmacopée amérindienne qui l’utilisait aussi bien contre les morsures de serpent que pour calmer de nombreux maux, l’échinacéa est un remède à conserver dans sa pharmacie naturelle pour tout un tas de raisons.

Redécouverte par les Occidentaux qui étendirent ses indications à la syphilis et à la purification du sang, la renommée de la plante franchit finalement l’Atlantique et fit l’objet de diverses études scientifiques en Allemagne et en Italie vers le milieu du 20ème siècle.

C’est alors qu’on lui découvrit aussi des propriétés immunostimulantes et anti-allergiques.

Elle est avant tout prescrite lorsqu’il s’agit de renforcer les défenses immunitaires, mais aussi comme :
→ antiviral,

 → antibiotique,

 → anti-inflammatoire,

 → vulnéraire…

 → et même insecticide.

৩ La verge d’or
Bourrée d’huiles essentielles, d’agents astringents, de tanins, de quercétine et de rutine, la verge d’or est la plante idéalement complémentaire aux deux précédentes.

Le solidago ou verge d’or, fut longtemps utilisé pour combattre les infections urinaires ainsi que pour tonifier les reins.

Ses vertus astringentes lui sont procurées par des acides tanniques ayant la propriété de renforcer tissus et muqueuses.

D’une part, lorsque la muqueuse est enflammée les tanins vont resserrer les tissus, les rendre moins flasques, réduire l’arrivée de liquides et finalement calmer l’inflammation.

D’autre part, son pouvoir antiseptique va aider le corps à se débarrasser des agents pathogènes dans le système urinaire.

Ce qui fait de la verge d’or la plante par excellence de la cystite comme des néphrites.

Jean-Baptiste Loin



A PROPOS DE NOUS
Réponses Bio est un magazine en ligne proposant une formule 100% santé naturelle, 100% pratique et 100% gratuite ! Profitez de deux lettres d'information par semaine animées par Jean-Baptiste Loin, des actus, des reportages vidéo et de nombreux guides numériques. Vous avez des questions ? Nous avons des réponses !



Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2891
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Le foie et les organes d'élimination: reins, intestins, poumons, peau, allergies   Ven 2 Juin 2017 - 23:15



source https://www.neo-nutrition.net/le-regime-qui-prend-soin-de-votre-intestin/
FODMAP : Pour en finir avec les flatulences
Par Eric Müller/20 septembre 2015


Les flatulences, ballonnements, etc., sont le signe d’une flore intestinale de mauvaise qualité.

Votre flore intestinale rassemble des centaines de milliers de milliards de bactéries qui prolifèrent naturellement. Elles participent à vos défenses immunitaires mais peuvent aussi avoir des effets néfastes comme celui de produire des gaz qui, tôt ou tard, devront être évacués.

Les bactéries de fermentation
Comme tout être vivant, les bactéries ont besoin de nourriture pour vivre et se développer. Or, les bactéries qui fabriquent le plus de gaz, appelées bactéries de fermentation, ont une nette préférence pour les FODMAP, des sucres à chaîne courte qui se trouvent dans certains fruits et légumes.

En grandes quantités, les FODMAP favorisent une prolifération anormale des bactéries de fermentation. D’où des dégagements de gaz difficiles à gérer pour l’intestin.

Ce nom improbable – FODMAP – est l’acronyme de :
Fermentable Oligo-saccharides Disaccharide Monosaccharide And Polyols

Où se cachent les FODMAP ?
Les FODMAP ne sont pas toujours évidents à identifier. Ce sont souvent des aliments bons pour la santé qu’il faut arrêter de consommer : avocats, légumes verts, etc. Le plus simple est de vous référer au protocole complet publié ici sur le site de Passeport Santé .http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/Dietes/Fiche.aspx?doc=diete-fodmap

Les FODMAP se décomposent en 4 groupes, correspondant aux lettres du mot :

Les oligosaccharides (FODMAP)
Ce sont les fibres sucres qui fermentent le plus. On les trouve dans le blé, l’orge, le seigle, les poireaux, l’ail, l’échalote, l’artichaut, la betterave, le fenouil, les petits pois, la chicorée, les pistaches, les noix de cajou, les légumineuses, les lentilles et les pois chiches [7].

Les disaccharides (FODMAP )
Ce sont des sucres doubles, comme le lactose du lait. On trouve aussi du lactose dans les fromages frais non affinés comme la mozzarella, la ricotta, etc. Les fromages comme le gruyère ou le parmesan, en revanche, contiennent peu de disaccharides, tout comme le beurre. Ils ne devraient donc pas provoquer de flatulences.

Les monosaccharides (FODMAP)
Monosaccharide est un mot compliqué qui, en pratique, désigne un sucre simple. Ici, essentiellement le fructose. Le fructose est un sucre que l’on trouve dans les fruits, mais surtout dans les sirops sucrés industriels utilisés dans les boissons gazeuses, bonbons et sucreries. Dès que vous mangez

plus de fructose que de glucose, vous peinez à l’absorber dans l’intestin. Il passe alors dans le côlon où il fermente et provoque des gaz.En dehors des sucreries industrielles, on trouve le plus de fructose dans les pommes, les mangues, les cerises, la pastèque, les asperges, le sucre de table, les pois mange-tout, le miel et le sirop de glucose-fructose.

Les polyols ou polyalcools (FODMAP)
Ce sont les édulcorants utilisés pour remplacer le sucre dans de nombreux aliments industriels car ils sont très sucrants et faibles en calories. Par exemple le sorbitol, le mannitol, l’isomalt, le maltitol et le xylitol [8].On trouve aussi des polyols dans la nature : abricots, prunes, cerises, chou-fleur et poivrons verts.

Le régime pauvre en FODMAP
En 2005, Sue Shepard, une nutritionniste australienne a développé le régime pauvre en FODMAP.

Il est indiqué pour soulager les symptômes du côlon irritable : flatulences, ventre gonflé et douloureux, excréments irréguliers ou diarrhéiques, odeur insupportable, etc.[1].

Les études ont montré que limiter les FODMAP est efficace pour réduire les symptômes dans 75 % des cas [3-6].

C’est sans doute pourquoi le régime pauvre en FODMAP a connu un succès fulgurant.

Comment suivre le régime pauvre en FODMAP
Voici comment pratiquer le régime pauvre en FODMAP :

Vous devez d’abord supprimer les FODMAP de votre alimentation autant que possible pendant 2 mois.
Si les symptômes disparaissent, testez la réintroduction de chaque sucre, un par un. Vous identifierez ainsi les coupables et les aliments que vous tolérez. Ainsi, vous reconstituez peu à peu une alimentation variée. Il est rare de ne digérer aucun FODMAP. Selon les bactéries dominantes dans sa flore intestinale, chaque personne est capable de bien digérer certains FODMAP, avec un minimum de gaz.
Ce régime reste donc accessible : il n’impose pas de renoncer entièrement aux FODMAP sur le long terme.

Attention, le régime FODMAP affame la flore intestinale
Attention à bien respecter la durée du régime. Autrement, il finirait par perturber fortement votre flore intestinale et épuiser vos réserves en minéraux [1, 9].

Bien que certaines bactéries aient l’effet gênant de fabriquer beaucoup de gaz, elles ont néanmoins une utilité dans le côlon et les priver totalement, définitivement de nourriture, les ferait disparaître, ce qui n’est pas souhaitable.

De nombreuses autres solutions aux problèmes de digestion
Le problème des gaz ayant été résolu, cela ne signifie pas que tous les problèmes digestifs soient terminés.

Les personnes qui souffrent du syndrome du côlon irritable, en particulier, devront aller chercher plus loin.

C’est pour elles que nous avons répertorié les approches complémentaires dans le numéro spécial côlon irritable des Dossiers de Santé & Nutrition. Vous y trouverez également tous les conseils pratiques concernant les points suivants :
-Le côlon irritable est très souvent le résultat d’une mauvaise flore intestinale. Il est indispensable de vous intéresser aux probiotiques pour réensemencer votre intestin avec de bonnes bactéries.

-Certains patients ont trouvé satisfaction en éliminant le gluten et le lactose. Tout le monde devrait faire l’essai (vous aussi !)

-Comment utiliser les graines de psyllium qui régulent le transit intestinal (diarrhée ou constipation)

-Découvrir les effets étonnants de l’huile essentielle de menthe qui soulage des douleurs au ventre

-Exploiter la force du curcuma dont l’efficacité contre les indigestions, les douleurs abdominales et les flatulences a été démontrée lors d’un essai clinique (page 7)

-Comment utiliser l’extrait de feuille d’artichaut pour soulager des crampes et de la constipation

-Comprendre pourquoi les « tests d’intolérance alimentaire » coûtent cher mais n’apportent pas toujours de solution au syndrome du côlon irritable (page 5)

-Connaître les 6 livres à lire pour mettre toutes les chances de votre côté dans votre lutte contre le syndrome du côlon irritable

Bien à vous,

Eric Müller

sources
[1] LaNutrition.fr, Diminuer les FODMAPs : utile ou non ?, 31 mars 2015 http://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-assiette/bien-manger/les-regimes-sante/diminuer-les-fodmaps-utile-ou-non.html

[3] Shepherd SJ, et al., A Diet Low in FODMAPs Reduces Symptoms of Irritable Bowel Syndrome. Gastroenterology. 2014 Jan;146(1):67-75.e5.

[4] Gibson PR, Shepherd SJ. Evidence-based dietary management of functional gastrointestinal symptoms: The FODMAP approach. J Gastroenterol Hepatol. 2010 Feb;25(2):252-8.

[5] Gibson PR et al., Dietary triggers of abdominal symptoms in patients with irritable bowel syndrome: randomized placebo-controlled evidence. Clin Gastroenterol Hepatol. 2008 Jul;6(7):765-71.

[6] Barrett JS, et al., Dietary poorly absorbed, short-chain carbohydrates increase delivery of water and fermentable substrates to the proximal colon. Aliment Pharmacol Ther. 2010 Apr;31(8):874-82

[7] Jean-Marc Dupuis, Le régime australien dont personne n’ose parler, Santé Nature Innovation https://www.santenatureinnovation.com/le-regime-australien-dont-personne-nose-parler/

[8] PasseportSante.net, FODMAP http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/Dietes/Fiche.aspx?doc=diete-fodmap

[9] Halmos EP, et al. Diets that differ in their FODMAP content alter the colonic luminal microenvironment. Gut 2015; 64 :93 –100.



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Néo-nutrition est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France



6 réponses à “FODMAP : Pour en finir avec les flatulences”
Découvrez en plus ici : https://www.neo-nutrition.net/le-regime-qui-prend-soin-de-votre-intestin/#QZd4RR1DWE6YoE9O.99



Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2891
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Le foie et les organes d'élimination: reins, intestins, poumons, peau, allergies   Sam 8 Juil 2017 - 17:31



source https://www.neo-nutrition.net/
5/7/2017
Prostate : l’astuce des chauffeurs routiers


Chère lectrice,
Cher lecteur,

Pour la prostate, les conseils la prosate de la médecine actuelle sont stupéfiants – limite scandaleux.

Il faudrait :
arrêter de boire dès 6 heures du soir

uriner assis (facile avec un urinoir !)

porter des couches !

« Mais cher Monsieur, je vous assure que l’on trouve de nos jours des couches pour adultes très confortables. »

Et de toute façon, vous devriez renoncer définitivement à l'idée de pouvoir :
vider votre vessie d'un coup, sans faux-départ, sans arrêt imprévu, ni caleçon mouillé ;

dormir d’une traite, sans interruptions sauvages pendant la nuit ;

aller au cinéma ou au théâtre, sans avoir besoin de vous lever pendant la séance ;

retrouver un jet normal, puissant, bien soutenu.

Tout cela, alors que la Nature a tout prévu : elle a le secret pour restaurer un fonctionnement normal de la prostate, et de notre capacité d'uriner.

Encore faut-il évidemment s'être intéressé au problème, avoir compris quelles sont les plantes et nutriments qui marchent, et comment combiner les meilleurs pour maximiser leurs effets.

En effet, le problème est qu'il ne suffit pas de prendre une plante. Vous pouvez obtenir un petit effet, si vous avez des problèmes de prostate mineurs, en prenant du palmier scie (saw palmetto), que vous retrouvez dans la plupart des compléments alimentaires pour la prostate.

Mais le moins qu'on puisse dire est que l'efficacité n'est pas fracassante.

Le palmier scie (saw palmetto) ne suffit pas
La prochaine fois que vous allez en pharmacie ou en magasin bio, regardez la composition des produits naturels pour la prostate. Vous verrez qu'ils utilisent quasiment tous du palmier scie (ou saw palmetto, ou sabal).

On vous a sans doute déjà raconté que les hommes l'utilisent depuis des siècles, etc, etc.

C'est très bien… mais…

Une simple pilule de palmier nain ne fait qu'un effet médiocre.

Pour retrouver vos capacités maximales, aux toilettes comme au lit, vous avez surtout besoin du principe actif puissant qui est à l'intérieur, et sous forme concentrée.

Ce principe a été identifié depuis longtemps. Son nom scientifique est compliqué donc appelons-le BTA pour le moment.

Le principe actif dans le palmier scie
Le BTA est le principe actif présent dans le palmier scie. Lorsqu'il est concentré, il vous permet de vider votre vessie du premier coup, ce qui vous évite de retourner aux toilettes encore et encore.

Dans la plupart des produits pour la prostate vendus dans le commerce, vous trouverez des feuilles, des racines, de l'écorce de palmier nain… mais ça ne suffit pas.

En plus du produit entier (le « totum », disent les herboristes), il est nécessaire d'ajouter une bonne dose de BTA concentré.

Une étude majeure a montré que le BTA augmente fortement le flux d'urine – 3,5 fois plus qu'un placebo.

Cette étude était randomisée, en double-aveugle, contrôlée contre placebo et multicentre. 200 hommes ayant une hypertrophie bénigne de la prostate ont reçu de façon aléatoire quotidiennement 180 mg de BTA ou un placebo. Six mois de supplémentation ont amélioré les symptômes de l'hypertrophie de la prostate. Le flux urinaire, entre autres, est passé de 9,9 ml/s à 15,2 ml/s, tandis que chez les sujets témoins, il ne passait que de 10,2 à 11,4 ml/s. De plus, l'urine résiduelle dans la vessie est passée de 65,8 ml à 30,4 ml, soit une réduction de presque 65 % [1].

C'était la première fois qu'une étude de qualité montrait un tel effet d’un produit naturel pour la prostate.

Vous pourriez même craindre que l'effet ne soit trop fort ! Mais ne vous inquiétez pas… vous ne risquez pas d'être transformé en lance à incendie incontrôlable. Au lieu d'uriner quelques gouttes à la fois, le BTA vous permet de vous soulager de plusieurs décilitres d'un coup, ce qui pourrait vous permettre de diviser par deux le temps que vous passez aux toilettes.

Vous n'aurez plus à rester de longues minutes devant l'urinoir, à regarder le mur, en attendant que tombent finalement quelques misérables gouttes.

Quel est votre score de prostate ?
Il existe un test qui mesure les problèmes de prostate, appelé « International Prostate Symptom Score » ou IPSS. Il mesure la fréquence à laquelle vous allez aux toilettes la nuit, le taux de vidage de la vessie et la puissance du jet d'urine.

En à peine six mois, les hommes qui prennent du BTA ont connu une amélioration de 50 % de leur score.

Un an plus tard, les chercheurs ont refait les mesures, et les hommes qui avaient continué leur traitement avaient encore un jet plus puissant et parvenaient à mieux vider leur vessie.

C'est seulement avec ce type de résultats que vous pourrez arrêter de passer votre temps à chercher des toilettes.

Vous pouvez l'obtenir dès 130 mg de BTA par jour, mais je recommande d'en prendre 200 mg par jour, par sécurité. À noter que le BTA est un produit naturel sans effet indésirable.

À cette dose, il ne s'écoulera pas beaucoup de temps avant que vous n'obteniez :
un flux urinaire plus puissant, sans vous forcer ;

une meilleure capacité de vidage, pour vider votre vessie d'un coup ;

des nuits de sommeil complètes sans être interrompu par une « horloge biologique » déréglée ;

une prostate en bonne santé – et donc une conscience apaisée.

Le nom officiel du BTA est le béta-sitostérol.

Vous en trouvez à haute dose (200 mg) dans le ProstaNatural Formula, un produit commercialisé par les laboratoires Super Smart, que je recommande régulièrement dans cette lettre à cause de leurs produits très en pointe.

Les 320 mg de palmier scie qui se trouvent dans ce produit, plus les 200 mg de béta-sitostérol, devraient en principe produire un effet supérieur aux produits que vous trouvez dans les magasins.

Mais il contient aussi une longue liste d'extraits de plantes et de co-facteurs pour potentialiser (augmenter) l'effet du palmier scie et du BTA.

Combiner les secrets de la nature pour la prostate
La nature recèle de nombreux autres secrets pour la prostate.

Pour bénéficier des effets additionnés de tous ces composants et de leur synergie (les effets qui se renforcent mutuellement en agissant ensemble), il est préférable de les prendre dans un seul produit. C'est moins cher, mais cela vous évite surtout d'avoir à avaler 6 ou 10 pilules à chaque repas, rien que pour votre prostate.

C'est pourquoi ProstaNatural Formula contient les produits naturels suivants.

Le Pygeum africanum contre « la maladie du vieil homme »
Aussi connu sous le nom de prunier d'Afrique, il s'agit du produit traditionnel de base du traitement de la prostate, déjà utilisé au XVIe siècle par les voyageurs européens.

Les tribus d'Afrique du Sud utilisaient son écorce pour traiter des troubles de la vessie qu'ils appelaient « la maladie du vieil homme ». Car il aide la vessie à se contracter, ce qui permet d'uriner plus facilement.

D'autre part, le Pigeum africanum ralentit la croissance des cellules de la prostate. Or, les problèmes de prostate viennent du fait que la prostate grossit trop, et bloque l'urètre, le canal qui permet à l'urine de sortir de la vessie. Ralentir la croissance des cellules de la prostate est central dans une stratégie pour rétablir une bonne « miction » (terme médical qui signifie uriner).

Ce remède n'a toutefois pas seulement un usage traditionnel : en Europe, l'extrait d'écorce de Pygeum africanum est aussi utilisé dans le cadre médical pour le traitement de l'hypertrophie bénigne de la prostate depuis le milieu des années 1960 [2].

Chaque comprimé contient la dose active nécessaire de Pygeum africanum, autrement dit 100 mg.

La plante de référence en phytothérapie moderne
ProstaNatural Formula contient aussi un extrait de la plante de référence pour les problèmes de prostate en phytothérapie, la médecine par les plantes.

En 1975, la Communauté économique européenne a émis des directives pour que ses pays membres effectuent une révision systématique des produits médicaux sur le marché. En Allemagne, le gouvernement a mis en place en 1978 une série de comités scientifiques ayant chacun une spécialité. La « Commission E » était consacrée à la phytothérapie.

Les 24 membres de la Commission E constituaient un panel interdisciplinaire exceptionnel qui comptait des experts reconnus en médecine, en pharmacologie, en toxicologie, en pharmacie et en phytothérapie. De 1978 à 1994, ces spécialistes ont évalué 360 plantes en se basant sur une documentation très fournie comprenant, entre autres, des analyses chimiques, des études expérimentales, pharmacologiques et toxicologiques ainsi que des recherches cliniques et épidémiologiques.

Parmi les plantes qu'ils ont retenues, on trouve l'extrait de racine d'ortie Urtica dioica, pour traiter les troubles urinaires causés par l'hypertrophie de la prostate.

Plus de 20 études cliniques ont démontré que, seul ou combiné à d'autres plantes, il améliore les symptômes cliniques de l'hypertrophie bénigne de la prostate et de la prostatite.

Chaque comprimé contient une dose active de 100 mg de racine d'ortie Urtica dioica.

La substance qui supprime la cause des problèmes de prostate
Mais au-delà d'une stratégie qui vise à faire disparaître les symptômes et l'inconfort, grâce aux produits naturels cités jusqu'ici, il est nécessaire de traiter la cause sous-jacente du gonflement de la prostate.

Or, justement, dans ce domaine, d'importantes découvertes ont été faites dans l'étude des effets thérapeutiques de certains pollens de fleurs.

Le pollen, comme la gelée royale, la propolis, ou d'ailleurs le miel lui-même, est bien connu pour ses nombreuses vertus pour la santé. Actuellement, le pollen est parmi les produits de la ruche celui qui fait l'objet du plus grand intérêt de la part des scientifiques.

La médecine connaît bien les causes de l'hypertrophie (gonflement) de la prostate chez les hommes à partir de 50 ans : le problème est que les hommes vieillissants ont leur testostérone qui est transformée en dihydrotestostérone (DHT), une substance qui stimule la croissance des cellules de la prostate.

Or, certains pollens ont la capacité d'empêcher la formation de DHT et d'accélérer l'élimination de la DHT et de ses produits dérivés des cellules de la prostate.

Des études croisées en double-aveugle ont été menées, et elles démontrent l'utilité de ces extraits de pollen dans la prévention et le traitement de prostatites et d'hypertrophie bénigne de la prostate.

Mais l'effet du pollen ne s'arrête pas là :
On a montré que l'un de ces pollens a de plus la capacité de relâcher les muscles qui entourent l'urètre (le canal urinaire) [3], et qu'il inhibe la croissance des cellules de la prostate [4].

Dans un essai, 3 comprimés par jour d'extrait de ce pollen réduisaient significativement les symptômes chez 78 % des sujets atteints d'une inflammation de la prostate [5].

Le pollen est la semence mâle produite par les étamines des fleurs. Il est constitué de particules, dont la taille est de l'ordre du micron (un millième de millimètre). Il est utilisé depuis de nombreuses années dans différents pays d'Europe et d'Asie, mais on sait aujourd'hui concentrer les principes actifs du pollen, à une échelle de 20:1 (1 gramme d'extrait contient les principes actifs présents dans 20 grammes de pollen).

ProstaNatural Formula contient 100 mg d'un extrait breveté de ces pollens spécifiques.

Avec cette formule, vous auriez déjà ce que la nutrithérapie moderne offre de plus abouti comme produit avancé contre les problèmes de prostate. Mais la liste des ingrédients actifs contenus dans ce produit n'est pourtant pas encore finie.

Compléter le traitement de fond des problèmes de prostate
À partir de 50 ans, les hommes voient leur testostérone, l'hormone masculine, transformée également en œstradiol, l'hormone féminine.

Ce phénomène explique pour partie la fonte musculaire, la prise de poids, mais surtout la croissance des cellules de la prostate, facteur d'hypertrophie et donc de problèmes urinaires.

Cette transformation de la testostérone en œstradiol est provoquée par une enzyme appelée « l'aromatase ».

Eh bien, encore une fois, la nature a la solution ! Il existe un arbre canadien, le Collinsonia canadensis dont la racine est riche en di-indolylméthane, qui inhibe (empêche) la synthèse de l'aromatase, ce qui diminue la conversion de la testostérone en œstradiol.

Chaque dose de ProstaNatural Formula contient 100 mg d'extrait concentré de racine de Collinsonia canadensis, riche en di-indelylméthane.

Pour renforcer l'effet, elle contient aussi 100 mg d'extrait purifié de di-indolylméthane

À noter que cette molécule aurait aussi des effets anticancéreux, selon certaines études (c'est toujours bon à prendre).

Diminuez le volume de votre prostate avec du zinc
Enfin, on a montré que plus il y a de zinc dans les cellules de la prostate, moins elles grossissent. Le zinc entraîne aussi un phénomène d'apoptose (suicide des cellules) qui permet de diminuer légèrement le volume de la prostate.

Cet effet apoptotique est dû à l'induction par le zinc d'une autorégulation des gènes de croissance cellulaire dans les mitochondries [6].

C'est pourquoi 4,5 mg de zinc sont présents dans chaque dose de ProstaNatural Formula.

À noter que le zinc participe lui aussi à inhiber la transformation de la testostérone en DHT (la substance qui cause la croissance de la prostate). Le zinc complète donc l'effet du pollen expliqué plus haut.

Mais il y a une chose en plus que vous devez savoir au sujet du zinc…

Peut-être avez-vous déjà entendu parler des effets très particuliers qu'ont les aliments riches en zinc sur la vie intime…

L'huître, qui est l'aliment le plus riche en zinc qu'on trouve dans la nature, est aussi considérée comme « le champion des aphrodisiaques » [7].

Cet effet s'explique parce que le zinc stimule la production de testostérone et la fabrication de semence masculine, très riche en zinc.

Mais de toute façon, le fait est qu'une prostate en meilleure santé implique forcément une vie intime plus intense et beaucoup plus satisfaisante.

Donc ne soyez pas surpris si vous vous apercevez que les moments que vous passez au lit sont plus agréables, lorsque vous dormez mais aussi quand vous êtes… éveillé.

Pour vous procurer ProstaNatural Formula, rendez-vous sur le site du fabricant ici.
https://secure.cellinnov.com/FPRBR02/MCINS521/index.htm?pageNumber=2&utm_source=NNT_Mention&utm_medium=FPRBR02&utm_campaign=NNT_FPR

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

PS : Bien entendu, nous ne touchons aucune commission ni rémunération en échange des produits que nous recommandons. Ceux-ci sont sélectionnés selon des critères stricts de composition, d'ingrédients et de qualité de fabrication.

Sources :
[1] Berges R.R. et al., Treatment of symptomatic benign prostatic hyperplasia with beta-sitosterol: a 18-month follow-up, BJU Int., May, 85(7):842-6, PMID 10792163.

[2] Szolnoki E. et al., The effect of Pygeum africanum on fibroblast growth factor (FGF) on transforming growth factor beta (TGF beta 1/LAP) expression in animal model, Acta Microbiol. Immunol. Hubg., 2001, 48(1):1-9. 2. Yablonsky F. et al., Antiproliferative effect of pygeum africanum extract on rat prostatic fibroblasts, J. Ur., 1997 Jun, 157(6):2381-7. 3. Levin R.M. et al., Low dose tadenan protects the rabbit bladder from bilateral ischemial/reperfusion-induced contractile dysfunction, Phytomedicine, 2005 Jan, 12(1-2):17-24.

[3] Nakase K. et al., Inhibitory effect and synergism of cernitin pollen extract on the urethral smooth muscle and diaphragm of the rat, Nippon Yakurigaku Zasshi, 1988 Jun, 91:385-92 (in Japanese).

[4] Habib F.K. et al., In vitro evaluation of the pollen extract, cernitin T-60 extract in the regulation of prostate cells growth, Br. J. Urol., 1990, 66:393-7.

[5] Rugendorff E.W. et al., Results of treatment with pollen extract (Cernilton N) in chronic prostatitis and prostatodynia, Br. J. Urol., 1993, 71:433-8.

[6] Feng P. et al., Direct effect of zinc on mitochondrial apoptogenesis in prostate cells, Prostate, 2002 Sep. 1st, 52(4):311-8.

[7] Huîtres aphrodisiaques

************************************************

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Néo-nutrition est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).

************************************************

Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2891
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Le foie et les organes d'élimination: reins, intestins, poumons, peau, allergies   Sam 22 Juil 2017 - 18:50



source http://www.reponsesbio.com/2017/07/19/colon-sain-pour-sante-fer/
Un côlon sain pour une santé de fer
19 juillet 2017


Les naturopathes le répètent depuis plus de 70 ans : vos intestins sont à l’origine de toutes vos maladies… car ils sont le lieu des fermentations, des putréfactions, et donc des infections et des intoxications.

Voilà pourquoi leur mauvais état menacera toujours votre bien-être, votre santé et votre moral


Pourriez-vous affirmer n’avoir jamais eu mal au ventre ?

Ou n’avoir jamais connu aucun trouble digestif ?

Soyons honnêtes : personne ne le peut !

Il est vrai qu’on ne lésine pas sur les moyens de maltraiter son tube digestif :
→ café,

 → alcool,

 → tabac,

 → stress,

 → sédentarisme,

 → pilule,

 → anti-inflammatoires et antibiotiques,

 → repas pris dans la précipitation…

L’alimentation, d’ailleurs, est aujourd’hui franchement déséquilibrée, souvent trop grasse et presque toujours épouvantablement intoxicante…

Aussi rien d’étonnant à ce que :
→ votre flore soit totalement déréglée,

 → votre tube digestif se retrouve périodiquement dans un état d’inflammation, d’irritation ou de spasmes,

 → la candidose s’installe quelquefois profondément,

 → vos intestins risquent de s’acheminer, avec l’âge, vers des lésions ou des tumeurs.

Bien sûr, tout le monde ne finit pas avec un cancer du côlon.

En revanche, comme tout le monde, vous êtes certainement d’ores et déjà concerné par :

 → de mauvaises digestions,

 → des brûlures d’estomac,

 → des remontées acides,

 → des gaz,

 → des diarrhées ou des constipations,

 → la tourista,

 → etc.

Ce n’est pas normal !
D’autant que ces dysfonctionnements s’accompagnent bien souvent de douleurs diverses.

N’avez-vous jamais mal dans les articulations, les muscles, le dos, le cou, les genoux ou les épaules ?

Et que dire de :
→ vos allergies,

 → vos fatigues matinales,

 → vos baisses de libido,

 → vos infections aux virus ou aux champignons,

 → vos problèmes de peau,

 → votre stress ou de votre mauvaise humeur,

 → vos difficultés de concentration ?

« Tous ces troubles, toutes ces gênes », nous affirment les naturopathes, « proviennent très fréquemment d’un état d’auto-intoxication intestinale » qui retentit directement sur la composition de votre sang, sur votre circulation sanguine et votre circulation lymphatique, et par conséquent sur l’état de vos reins, de votre foie, de votre peau, de vos poumons….

Trouvez-vous ce constat « exagéré » ?
Jugez-en plutôt…
Saviez-vous que les endoscopies révèlent très souvent d’incroyables déformations anatomiques du côlon, emmagasinant jusqu’à plusieurs kilos de matières résiduelles dans les coudes et les rétrécissements formés ?

Inutile de dire que, dans de telles conditions, les toxines, bactéries, mycoses et virus n’ont aucun mal à passer massivement dans vos circulations sanguine et lymphatique pour engorger à plus ou moins long terme votre foie et vos ganglions lymphatiques.

Inutile de dire, également, que cela débouche très vite sur une saturation de votre capacité immunitaire et un déséquilibre constant de votre flore intestinale dû à une réduction du diamètre de vos intestins.

Voilà pourquoi il est indispensable de conserver votre côlon dans le meilleur état possible !

N’oubliez jamais que votre côlon se trouve au carrefour des fonctions :
→ de l’absorption des nutriments,

 → de l’hydratation de votre corps,

 → de la synthèse des vitamines,

 → de l’élimination des déchets,

 → et de la défense contre les toxines.

Il est aussi précieux que la prunelle de vos yeux !

Réduisez les nuisances

Votre côlon mérite indéniablement l’application d’une diététique de bon sens, avec réduction ou suppression des :
→ produits animaux et sous-produits animaux,

 → sucres,

 → céréales raffinées,

 → farineux,

 → alcools,

 → excitants,

 → et sodas.

Mais ce n’est tout de même pas suffisant !

Faites aussi régulièrement des cures de fruits et de légumes crus tels que :
→ carotte,

 → chicorée sauvage,

 → chou,

 → laitue,

 → mâche,

 → pissenlit,

 → tomate,

 → abricot,

 → cerise,

 → figue,

 → fraise,

 → framboise,

 → melon,

 → myrtille,

 → olive,

 → orange,

 → pêche,

 → prune,

 → raisin,

 → et, bien sûr, pruneau.

Buvez des tisanes de :
→ pissenlit,

 → artichaut,

 → bourdaine,

 → capucine,

 → chicorée,

 → fucus

 → et mauve.

Consommez également :
→ des algues,

 → du pollen,

 → de l’argile,

 → du charbon végétal,

 → de la chlorelle,

 → du chitosan

 → ou de la mégamine

qui vont chercher les toxiques, toxines et bactéries aussi profondément que possible dans votre tube digestif.

Mais rien de tout cela ne deviendra réellement efficace si vous ne procédez pas, au préalable, à un véritable nettoyage à grande eau.

Exactement comme pour n’importe quelle plaie externe !

Le bon vieux lavement
L’usage de purges, de jeûnes, de diètes et surtout de lavements était une constante dans toutes les grandes traditions thérapeutiques et religieuses de l’antiquité.

Les sages de l’Egypte pharaonique et les Esséniens ont notamment laissé de nombreux témoignages prouvant que le lavement était une pratique religieuse courante.

Aujourd’hui encore, les yogis des Indes disposent de nombreuses techniques de nettoyage intestinal… dont certaines vous sembleraient d’ailleurs assez barbares.

Fort heureusement, ces pratiques ont prodigieusement évolué… même si la plus simple, le lavement, reste en principe ce qu’elle a toujours été.

Pour pratiquer, chez vous, de bons lavements, procurez-vous un bock à lavement d’une contenance d’au moins deux litres ; les poires étant nettement insuffisantes.

Utilisez une eau de source ou une eau filtrée bouillie et amenez-la à une température proche de 37°.

Vous pouvez éventuellement y ajouter un peu de sel de mer brut dans une proportion équivalente au sérum physiologique (9g/l).

Une fois l’eau prête, étendez-vous sur le côté gauche, en ayant pris soin de placer le bock à une hauteur d’un mètre.

Introduisez la canule et ouvrez le robinet de manière à ce que l’eau pénètre lentement dans votre gros intestin.

Ne forcez jamais ni le débit ni la quantité d’eau.

Dès la première sensation de besoin d’évacuer, coupez l’eau quelques secondes et attendez d’être habitué, avant de reprendre.

Enfin, lorsque la quantité d’eau n’est vraiment plus tenable, il est temps de vous présenter aux toilettes et de tout évacuer.

Un deuxième lavement suivra immédiatement, pendant lequel vous vous efforcerez de retenir une plus grande quantité d’eau.

Si besoin, un troisième terminera la séance, durant lequel vous essayerez de retenir l’eau au moins dix minutes, en vous étendant sur le dos et en vous massant le ventre dans un mouvement circulaire de droite à gauche.

Prolongez cette cure une dizaine de jours ; et renouvelez-la après une semaine de repos.

Etant donné que ces séances sont assez fatigantes, faites- les plutôt le soir, et au moins quatre heures après votre dernier repas.

Bien entendu, vous soutiendrez toujours de telles cures avec une alimentation à tendance végétarienne riche en fruits et légumes assaisonnés d’huile d’olive, d’ail et de plantes aromatiques afin d’assainir votre flore et de chasser les parasites intestinaux.

(suite sur le site)

Jean-Baptiste Loin



A PROPOS DE NOUS
Réponses Bio est un magazine en ligne proposant une formule 100% santé naturelle, 100% pratique et 100% gratuite ! Profitez de deux lettres d'information par semaine animées par Jean-Baptiste Loin, des actus, des reportages vidéo et de nombreux guides numériques. Vous avez des questions ? Nous avons des réponses !



Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le foie et les organes d'élimination: reins, intestins, poumons, peau, allergies   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le foie et les organes d'élimination: reins, intestins, poumons, peau, allergies
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» Rôti d'autrûche au foie gras et girolles
» YUSSUF JERUSALEM + DESCENTE D'ORGANES/MECANIQUE ONDULATOIRE
» Foie gras mi-cuit au gros sel.
» Foie de veau ou de génisse aux champignons sauce au porto
» Nouveauté 2009 Foire de Mulhouse !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: SANTE- DIETETIQUE- HYGIENE- BEAUTE- :: Dossiers pour réfléchir à notre manière de vivre et se nourrir-
Sauter vers: