Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Diététique et s'alimenter autrement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2965
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Diététique et s'alimenter autrement   Dim 19 Mar 2017 - 19:30



source https://www.sante-corps-esprit.com/
Jetez-vous sur les œufs ! (si vous les tolérez)
16 novembre 2016


À votre avis, laquelle de ces deux médecines a vu juste :
La médecine chinoise, et ses milliers d’années d’expérience, qui a toujours considéré l’œuf entier comme un excellent aliment pour la santé (« bon tonique du sang et du Yin») ;
ou la médecine « moderne » qui a soudainement décrété dans les années 1980 que le jaune d’œuf conduisait droit à la crise cardiaque, car trop riche en cholestérol ?
Si vous choisissez la réponse (2), c’est que vous êtes victime de la désinformation médicale qui frappe les œufs depuis 40 ans.

Car les œufs – et les jaunes d’œuf en particulier – sont en réalité l’un des aliments les plus sains qui existent !

Il n’y a que dans un cas très particulier que vous devez absolument les éviter.

Voyons pourquoi les œufs sont bons pour la santé en détail – en commençant par un peu d’histoire :

Les Européens ont longtemps eu un problème avec les œufs
Cela fait des millénaires que les œufs sont dégustés et valorisés en Asie. Certains écrits indiens datant de 3 200 avant notre ère parlent déjà de la domestication des poules !

En Europe, au contraire, l’œuf reste peu consommé jusqu’à la fin du Moyen-Âge. Si l’on en croit les superstitions traditionnelles, il y avait même une forme d’hostilité à cet aliment :

quand un œuf contenait deux jaunes, c’était de très mauvais augure (un décès, par exemple) ;
les marins anglais refusaient de prononcer le mot « œuf » en mer, considéré comme un mauvais présage ;
et depuis l’époque romaine, on associe les coquilles d’œufs… aux sorcières !
Un premier tournant a eu lieu sous le règne de Louis XIV. Il raffolait tellement des œufs à la coque qu’il a fait installer de nombreuses poulettes dans les greniers de Versailles.

Mais c’est surtout au 19ème siècle que les Français se sont mis à manger des œufs en grande quantité. Avec l’aide des poules chinoises, importées sur notre territoire car meilleures « pondeuses », la consommation d’œufs s’envole… jusqu’à ce que naisse une nouvelle superstition : le « mythe » du mauvais cholestérol.

Quand le cholestérol est devenu (à tort) le diable incarné
La peur du cholestérol des années 1980-1990, c’est un peu comme la peur de l’an 1 000 qui a frappé le Moyen-Age dans les années 980-990 : irrationnelle et démentie par la réalité !

J’ai expliqué en détail dans une autre lettre pourquoi avoir du cholestérol dans le sang est généralement une bonne nouvelle – et à quel point il est dangereux d’en manquer.

Mais je voudrais vous parler ici du cholestérol alimentaire, celui qui est contenu dans les aliments comme le jaune d’œuf.

Des chercheurs de l’Université du Connecticut ont épluché la totalité des études scientifiques pour essayer de savoir si la consommation d’œufs faisait grimper le cholestérol sanguin. [1]

Leur conclusion est claire : avaler 3 œufs par jour n’augmente pas d’un pouce le cholestérol sanguin dans la grande majorité des cas.

Pourquoi ? Tout simplement parce que le cholestérol est régulé avec précision par notre foie. Lorsque nous en avalons beaucoup, le foie réduit sa propre production de cholestérol.

À l’inverse, lorsque nous n’avons pas assez de cholestérol dans notre alimentation, notre foie en produit davantage (une preuve de plus, soit dit en passant, de l’importance du cholestérol pour le bon fonctionnement de notre organisme).

Et pour les quelques personnes qui voient leur cholestérol sanguin augmenter avec 3 œufs par jour, il faut savoir que cette hausse est équilibrée entre le « bon » (HDL) et le « mauvais » (LDL) cholestérol, ce qui est considéré comme inoffensif, même parmi ceux qui diabolisent le cholestérol.

Voilà pourquoi les autorités de santé américaine ont modifié leurs recommandations en 2016. Après avoir conseillé pendant des années de limiter les aliments riches en cholestérol (comme les œufs), elles ont reconnu noir sur blanc qu’il était inutile de se restreindre! [2]

Et si vous avez encore le moindre doute, sachez qu’une étude publiée dans le British Medical Journal en 2013 a montré que la consommation de jaunes d’œufs n’augmentait pas le risque de maladies cardiaques chez les personnes en bonne santé (et réduisait même le nombre d’AVC). [3] [4]

Mais attention à bien choisir vos œufs, car tous ne se valent pas.

Pourquoi vous devez choisir des œufs de qualité
Ce n’est pas seulement par respect de la souffrance animale qu’il faut fuir les œufs issus d’élevages intensifs, produits dans des cages contenant 18 poules au mètre carré.

C’est aussi votre santé qui est en jeu. Car ce que l’on donne à manger à ces poules impacte directement la qualité des acides gras contenus dans les œufs.

Dans les élevages intensifs, on nourrit les poules avec des tourteaux de maïs ou de soja, riches en oméga-6. Résultat, les œufs sont eux-mêmes remplis d’omega-6, des acides gras néfastes pour le cœur lorsqu’ils sont avalés en excès.

Au contraire, les éleveurs qui donnent à leurs poules des graines de lin ou de lupin enrichissent les œufs en omega-3, qui sont excellents pour éloigner les maladies cardio-vasculaires et réduire l’inflammation.

Voilà pourquoi il faut toujours choisir ses œufs bio ou certifiés Bleu-Blanc-Cœur, un label qui garantit que les poules ont eu une alimentation enrichie en graines de lin.

Lorsque vous mangez des œufs de qualité, vous pouvez sans problème en avaler plusieurs par jours. La doyenne de l’humanité, l’Italienne Emma Morano (116 ans), en consomme même 3 par jours depuis l’âge de vingt ans !

Il faut dire que, d’un point de vue nutritionnel, l’œuf a tout pour plaire :

Des protéines « idéales »
Les œufs regorgent de bonnes protéines, essentielles à l’entretien des muscles, des os, de la peau et de tous vos organes, ainsi qu’au bon équilibre hormonal.

Il est pourtant devenu de plus en plus difficile de trouver des protéines animales de bonne qualité (les viandes d’élevage sont bourrées d’antibiotiques, la majorité des poissons sont pollués, etc.).

Mais les protéines de l’œuf (blanc + jaune) ont la caractéristique étonnante de rassembler les 9 acides aminés essentiels à l’être humain, dans des proportions idéales !

Elles sont tellement « parfaites » qu’elles servent de référence à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour évaluer la qualité des protéines des autres aliments.

Des vitamines en cascade, et une substance rare (la choline)
Qui pourrait imaginer qu’un si petit aliment puisse renfermer autant de bonnes choses ?

Et pourtant, on sait aujourd’hui que les œufs sont d’excellentes sources de vitamine A, de vitamines B2, B5, B9 (folates) et B12.

Les œufs sont aussi une très bonne source de sélénium. Ils contiennent du calcium et du zinc.

Mais le plus important est probablement que le jaune d’œuf renferme une substance précieuse qui améliore le fonctionnement du cerveau : la choline.

Or 90 % des gens manquent de choline ! [5]

La choline permet notamment de produire l’acétylcholine, qui joue un rôle important dans l’apprentissage et la mémoire ainsi que, la phosphatidylcholine, une molécule qui entre dans la composition des membranes de nos neurones et des autres cellules.

Et ce n’est pas fini !

Les micronutriments qui pourraient sauver vos yeux
Un des graves problèmes qui vient avec l’âge, c’est que votre vue se dégrade, parfois au pas de course.

Cela s’appelle la « dégénérescence maculaire liée à l’âge » (DMLA), une maladie qui peut toucher tout le monde. La cataracte est une autre maladie fréquente en vieillissant.

Heureusement, certains micronutriments contenus dans les œufs sont une des meilleures protections qui existe contre ces problèmes.

Il s’agit en particulier de la lutéine et de la zeaxanthine, de puissants antioxydants que l’on trouve dans le jaune d’œuf… et dans la rétine de l’œil. [6] [7] [8]

Notez aussi que la vitamine A contenue dans les œufs protège vos yeux indirectement, dans la mesure où une carence en vitamine A peut rendre aveugle. [9]

Et comme si cela ne suffisait pas, les œufs sont aussi votre meilleur allié minceur.

L’aliment parfait pour maigrir… surtout au petit-déjeuner !
La raison est simple : les œufs ont beau ne pas contenir beaucoup de calories (environ 80 pour un gros œuf), ils sont incroyablement nourrissants.

Lorsque je suis pressé, il m’arrive de me faire un déjeuner de 3 œufs à la coque avec une grosse portion de brocolis vapeur (arrosés d’huile de colza), ce qui me permet de « tenir » sans problème jusqu’au soir sans avoir faim !

Mon épouse Jade, elle, prend deux œufs tous les matins au petit-déjeuner… et elle a bien raison !

Plusieurs études ont montré que remplacer le pain par des œufs au petit déjeuner était excellent pour perdre du poids ou garder la ligne. [10]

Le matin, les œufs vous apportent de surcroît les protéines dont vous avez besoin pour fabriquer la dopamine, un neuromédiateur qui vous donne l’entrain et la motivation pour bien commencer la journée.

Attention toutefois, il y a une petite erreur à éviter pour être sûr de profiter de tous ces bienfaits :

Ne pas les manger crus… ni trop les cuire !
Le problème des œufs crus, c’est que les protéines du blanc d’œuf sont deux fois moins bien absorbées. [11]

Voilà pourquoi il faut toujours veiller à ce que le blanc de l’œuf soit coagulé et non liquide.

A l’inverse, le jaune d’œuf, lui, doit rester liquide… et pas seulement parce qu’il est délicieux sous cette forme !

En fait, les fabuleux nutriments contenus dans le jaune d’œuf risquent d’être partiellement détruits par une cuisson excessive.

Même chose pour les excellentes graisses contenues dans les œufs (cholestérol, oméga-3) : elles sont fragiles et peuvent s’oxyder à la chaleur.

La meilleure manière de manger vos œufs est donc de les faire au plat ou à la coque, cuit à faible température (80 °C).

Personnellement, je les mange toujours à la coque, cuits pendant 5 minutes à température limitée (j’avoue que j’ai mis un peu de temps à les cuire comme cela sans les « rater », mais une fois qu’on prend le coup de main, le taux de succès est de 100 % !).

Et n’oubliez pas de les manger avec des légumes ou en salade : la graisse des œufs améliore la biodisponibilité des vitamines et minéraux contenus dans les légumes !

C’est un régal pour vos papilles… et pour votre santé !

A une condition, toutefois, c’est de les tolérer.

Faites-vous partie de ces « malchanceux » ?
C’est malheureux, mais l’œuf de poule est la source la plus fréquente d’intolérances alimentaires sévères… juste devant le lait de vache et le gluten !!

J’ai appris cela en lisant l’excellent livre du Dr Mussi, Je mange ce qui me réussit, qui a fait un recensement des principaux aliments mal tolérés.

Le drame est que les intolérances alimentaires sont très pernicieuses : contrairement aux allergies, qui provoquent une réaction immédiate, votre corps met du temps à réagir.

Il est possible d’être intolérant aux œufs et de n’avoir des symptômes (migraines, problèmes digestifs, etc.) que trois jours après en avoir mangé !

C’est l’ovalbumine, une protéine du blanc d’œuf qui est le plus souvent responsable de ces intolérances.

On ne sait pas vraiment pourquoi ni comment on peut devenir intolérant à un aliment aussi sain que l’œuf, mais on a de bonnes raisons de suspecter notre mode de vie… chimique.

Ainsi les chercheurs de l’INRA ont montré récemment qu’il suffisait d’être exposé au bisphénol A (BPA) pendant la grossesse et l’allaitement pour développer une intolérance alimentaire à l’ovalbumine, la protéine du blanc d’œuf ![12]

Et devinez avec quoi étaient construits la plupart des biberons, jusqu’à il y a quelques temps ? Avec du bisphénol A !

Voilà donc ma seule réserve : jetez-vous sur les œufs, oui, mais restez toujours à l’écoute de ce que vous dit votre corps, il reste votre meilleur guide.

Si les œufs ne vous réussissent pas, mettez-les de côté pendant quelques mois, puis essayez d’y revenir, petit à petit.

Bonne santé,

Xavier Bazin

sources
[1] Dietary cholesterol provided by eggs and plasma lipoproteins in healthy populations. Fernandez ML. Curr Opin Clin Nutr Metab Care. 2006 Jan

[2] Dietary Guidelines. USDA 2015-2020

[3] Egg consumption and risk of coronary heart disease and stroke: dose-response meta-analysis of prospective cohort studies. Ying Rong et all. BMJ 2013

[4] Il est par ailleurs inutile de supprimer les œufs si vous êtes diabétique : Egg consumption and risk of incident type 2 diabetes in men: the Kuopio Ischaemic Heart Disease Risk Factor Study. Jyrki Virtanen. American Society for Nutrition 2015

[5] Choline in the diets of the US population: NHANES, 2003–2004. Helen H Jensen et all. FASEB 2007

[6] Plasma Lutein and Zeaxanthin and Other Carotenoids as Modifiable Risk Factors for Age-Related Maculopathy and Cataract: The POLA Study. Cecile Delcourt et all. Clinical and Epidemiologic Research. June 2006

[7] Lutein and Zeaxanthin Status and Risk of Age-Related Macular Degeneration. Catherine R. Gale et all. Clinical and Epidemiologic Research. June 2003

[8] Lutein and zeaxanthin in eye and skin health. Richard L. Roberts, Justin Green, Brandon Lewis. Clinics in Dermatology 2009

[9] Vitamin A Deficiency. Alfred Sommer Wiley Online Library 2001

[10] Egg breakfast enhances weight loss. JS Vander Wal, A. Gupta, P Khosla, N V Dhurandhar. International Journal of Obesity August 2008

[11] Digestibility of cooked and raw egg protein in humans as assessed by stable isotope techniques. Evenepoel P. et all. J Nutr Oct 1998

[12] Une étude réalisée sur des rats : Food intolerance at adulthood after perinatal exposure to the endocrine disruptor bisphenol A. Menard S. FASEB 2014

*****************************************************



Dernière édition par Libellule le Dim 28 Mai 2017 - 21:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2965
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Diététique et s'alimenter autrement   Dim 19 Mar 2017 - 19:32



source https://www.pure-sante.info/constipation-remede-insoupconne/
Constipation : LE remède insoupçonné
Par Gabriel Combris/5 septembre 2016


La constipation, c’est LE sujet qui fait rigoler tout le monde (avec la diarrhée et les bruits embarrassants qui sortent d’où vous savez…). Une source d’inspiration inépuisable pour les comiques du monde entier.

Vous vous rappelez du sketch de Coluche sur les dragées Fuca [1] ? C’est Coluche qui parle, en monologue :
«  Les dragées Fuca… Voyez ??? – Chlaf ! Faut tes prendre par deux. Ça fait : un, deux, trois ! Chlafff !
– Les dragées Fuca c’est un peu comme les Bisons Futés, c’est pour éliminer les bouchons, mais les Bisons Futés c’est sur les routes, les dragées Fuca c’est dans les chiottes quoi.
– Alors, pendant trois semaines, ils font les dragées Fuca. Chlafff ! Chlafff ! Deux le matin, rien le soir.
– Pardon, monsieur, la pharmacie siou plaît ?
– Suivez la ligne jaune ! »


Bref, la constipation, c’est la franche rigolade.

Jusqu’au jour où ça vous arrive.

Non seulement cette retenue forcée est extrêmement inconfortable, mais elle fait planer une menace assez pénible : il ne s’agit pas de rater le moment où « ça va sortir ».

Dans ces conditions, il n’est pas facile :
De suivre efficacement une réunion de travail
De prendre les transports en commun en toute liberté
De partir faire les courses au supermarché en famille
D’emmener sa nouvelle fiancée en promenade
Etc.

Un remède insoupçonné
Il se trouve que la nature nous offre le plus efficace des remèdes pour un retour rapide à un transit agréable.

Mais contrairement au pruneau, à l’huile de ricin ou au pissenlit qui vous sont certainement familiers, il est probable que vous n’avez jamais entendu parler de ce remède.

Cette plante est pourtant notre meilleur allié pour soulager la constipation : le séné.

Après une infusion de séné, il suffit en effet de quelques heures pour que les muscles intestinaux se contractent et poussent les selles vers la sortie. C’est le temps que ses actifs soient transformés au contact de notre flore intestinale.

Cet effet est expliqué par deux des constituants du séné :
Les sennosides, qui modifient l’équilibre des cellules intestinales en sodium/potassium et limitent l’absorption de l’eau contenue dans les aliments en phase d’être digérés.
Les mucilages, qui retiennent également cette eau nécessaire à un bon transit. Les selles deviennent plus molles et sont ainsi plus facilement évacuées.
L’autre très bonne nouvelle est que cet effet n’a absolument rien d’irritant.

Mais alors quoi ? Si cette plante pousse vraiment « tout le monde dehors » sans douleur, pourquoi l’utilise-t-on si peu ?

C’est que l’infusion de séné suppose un dosage subtil. Il suffit d’abuser pour que la situation dérape en diarrhée. Et une vraie !

Vous comprenez mieux maintenant pourquoi le séné fait rarement partie des traitements qu’on préconise en cas de constipation.

Mais à moins de vraiment préférer être constipé, il est très dommage de se passer de ses précieux services. Le tout est d’être précis.

Passons maintenant aux travaux pratiques.
Il suffira de ne pas dépasser 3 à 4 g par jour et de limiter son usage à 10 jours maximum.

Si aucun résultat n’apparaît dans les quatre premiers jours, une consultation médicale s’impose. Ses seules contre-indications seront pour les femmes enceintes et pour les enfants de moins de 12 ans.

En pharmacie, vous trouverez le séné sous forme de comprimés ou en vrac pour faire des infusions. Dans ce cas, mettre 2 à 6 gousses ou quelques folioles par tasse, à boire 1 à 2 fois par jour.

Commencez a minima et augmentez progressivement au besoin.

Pour adoucir et accompagner ses effets, vous pouvez associer le séné à des fleurs de bourrache, de mauve et des graines de fenouil que vous mélangerez à parts égales à raison de 1 cuillerée à café par tasse.

Et l’affaire, normalement, est entendue.

Secrets de santé d’un drôle de médecin
Je vous ai déjà parlé du Dr Gérard Leborgne. C’est un médecin diplômé des facultés tout ce qu’il y a de plus « régulières ». Sauf qu’il dégage quelque chose en plus, qu’on n’apprend pas sur les bancs de l’université : une joie de vivre, une soif d’apprendre et d’observer, et surtout il pratique des thérapies pas comme les autres pour se soigner. En voici quelques-unes, tirées de son livre « Le bonheur s’apprend, la santé aussi » [2]. Ça vaut le détour :

La cure d’eau au réveil : 2/3 de litre tiède et attendre ¾ d’heure avant le petit-déjeuner
L’amaroli : l’urine utilisée comme un médicament
Les bains dérivatifs : douches froides sur les aines, les fesses et les bains de siège
Raconter mes rêves au petit-déjeuner comme les Sénoï des îles Andaman
S’exposer dix minutes au soleil, tout nu, fenêtre ouverte, même en hiver quand le ciel est dégagé
Dormir dans une chambre sans chauffage, mais avec une bonne couverture de laine bien chaude, ou un édredon – je recommande même le bonnet de nuit pour les plus frileux et les chauves.
Monter sept étages à pied plusieurs fois par jour et lentement au commencement, comme les chasseurs alpins
Ne jamais mentir sauf en temps de guerre
Un jour de diète par semaine, et le carême une fois par an (40 jours de jeûne ; cette année, la période a commencé le mercredi 10 février).
La cure de raisin en automne
Le vin rouge (avec modération)
Des figues « ficelles », séchées au soleil de Turquie ou d’Iran, réhydratées une à deux journées dans un verre d’eau pour les revitaliser. Idem pour tous les fruits secs.
Rire, chanter, danser, crier en forêt
Dire bonjour dans l’escalier de mon immeuble sans attendre de réponse
Choisir des films qui font rire
Boire du plasma de Quinton, l’eau de mer stérilisée
Manger de la moelle osseuse, du cartilage de poisson
Oser sourire
Fuir les fumeurs et les buveurs, les « emmerdeurs », les embobineurs, les menteurs et les manipulateurs.

Alerte info : les statines multiplient par deux le risque de diabète
Une étude publiée dans le Journal of General Internal Medicine a montré que les personnes qui prenaient des statines (médicaments anticholestérol) avaient deux fois plus de risques d’avoir du diabète et ses complications (insuffisance rénale, risque cardiovasculaire, cécité etc.) et d’être en surpoids [3] : Le Pr Ishak Mansi, de l’Université du Texas, qui a conduit l’étude, a qualifié les résultats « d’alarmants » !!!

Pour en savoir plus sur le cholestérol et les statines, vous pouvez relire la lettre PureSanté  « Cholestérol : lettre à ceux qui n’y comprennent rien » .

Et souvenez-vous du proverbe : à la fin de la partie, le roi et le pion retournent dans la même boîte.

Santé !

Gabriel Combris

sources
[1] Coluche dragées Fuca – Youtube
https://www.youtube.com/watch?v=XWuMiICOc3w

[2] Gérard Leborgne, Le bonheur s’apprend, la santé aussi, Editions Ductus

[3] Statins DOUBLE the risk of diabetes according to ‘alarming’ 10-year study
http://www.dailymail.co.uk/news/article-3425192/Heart-drug-statins-DOUBLES-risk-diabetes-according-alarming-10-year-study.html



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

PureSanté est un service d'information gratuit de SNI Editions.
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France



Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2965
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Diététique et s'alimenter autrement   Mer 22 Mar 2017 - 18:11



source http://www.thierrysouccar.com/nutrition/info/petit-guide-pour-manger-moins-pollue-2387
PETIT GUIDE POUR MANGER MOINS POLLUÉ
Chaque jour un déluge de produits toxiques, nichés dans nos assiettes, colonise notre corps avec des conséquences encore inconnues sur la santé et le vieillissement. Quels sont les dangers de ces polluants alimentaires ? Comment en absorber moins ?
Quelques conseils pratiques d'Elyane Lèbre, auteure de La diététique anti-âge.
http://www.thierrysouccar.com/nutrition/livre/la-dietetique-anti-age-2394

Nous absorbons avec appétit en une année à peu près 5 à 6 kg de polluants alimentaires sous forme d’additifs, de colorants et de produits chimiques censés « améliorer » tant la saveur et les couleurs que la durée limite de consommation de nos aliments. S’il est séduisant pour les agriculteurs de récolter vite et beaucoup et pour l’industrie alimentaire de produire à moindre coût, les résultats sur notre santé de ce type de production se révèlent lourds de conséquences. En principe, nous sommes équipés pour éliminer ces polluants extérieurs (appelés xénobiotiques) qui noyautent nos cellules. Pour cela, notre corps appelle à la rescousse ses propres détoxificateurs : l’intestin, le foie et les reins. Mais l’accumulation est telle que parfois nos organes ne suffisent plus. Le cocktail de xénobiotiques s’amoncelle alors et peut devenir cancérigène. On constate, en effet, depuis les années 1960 une augmentation des cancers de 62 % et 30 % d’entre eux seraient dus à une nourriture polluée.

ZOOM SUR LES POLLUANTS ALIMENTAIRES
Les polluants qui se comportent comme des hormones

Ce sont essentiellement les métaux lourds (mercure, plomb, aluminium, arsenic…).

-Pourquoi ils sont dangereux : ils se comportent comme des estrogènes (hormones féminines) ce qui favorise le surpoids et certains cancers hormono-dépendants. Ils s’accumulent aussi aux autres contaminants.

-Où on les trouve : essentiellement dans l’eau, les amalgames dentaires, les poulets élevés industriellement et les poissons.

-Pour les éviter : consommer de l’eau pure, des viandes et des poissons bio et faire retirer les amalgames dentaires anciens.

La dioxine
http://www.thierrysouccar.com/sante/info/les-dioxines-quest-ce-que-cest-2413
La dioxine est une substance cancérigène issue de la famille des composés aromatiques tricycliques chlorés.

Pourquoi elle est dangereuse : elle se comporte comme un agent hormonal qui interagit avec l’ADN et cause toxicité, troubles du système nerveux, de l’immunité, de fertilité et cancer.
Où on la trouve : dans les produits animaux riches en graisse, les poissons d’élevage et ceux des mers polluées, le lait.
Pour l’éviter : manger moins de protéines animales.

Les PCB
http://www.thierrysouccar.com/sante/info/les-pcb-quest-ce-que-cest-674
Les polychlorobiphényls sont des dérivés chimiques chlorés. Ce sont des polluants persistants, dits bio-accumulables.

Pourquoi ils sont dangereux : ils se cumulent avec la dioxine pour déclencher des cancers et s’accumulent dans les graisses.
Où on les trouve : dans les poissons de l’océan, les graisses animales.
Pour les éviter : éviter les graisses animales et manger du poisson bio.

Les pesticides
Insecticides, herbicides, fongicides… ce sont des composés chimiques dotés de propriétés toxicologiques.

Pourquoi ils sont dangereux : ils sont à l’origine de cancers, de perturbations du système hormonal et de problèmes de reproduction.
Où on les trouve : bien que les pesticides persistants (comme le DDT) aient été bannis depuis une trentaine d’années, on les retrouve encore dans l’environnement ainsi que dans les gras des animaux et les poissons d’élevage. La peau des végétaux, spécialement les espèces racine, contient également un taux important de pesticides.
Pour les éviter : manger bio.

Les antibiotiques
Pourquoi ils sont dangereux : ils peuvent provoquer des allergies chez les personnes sensibles ainsi qu’une résistance aux microbes.
Où on les trouve : surtout dans les aliments d’origine bovine.
Pour les éviter : manger bio.

Les nitrates
Polluants, ce sont des résidus de vie végétale, animale et humaine qui entrent dans la composition des engrais chimiques et naturels.

Pourquoi ils sont dangereux : transformés en nitrosamines dans le corps, ils sont liés au cancer et modifient, même à faible dose, l’ADN des cellules.
Où on les trouve : dans les résidus de lisiers (les engrais se retrouvent dans les eaux fluviales et dans les eaux en bouteille). Mais aussi en additif dans les charcuteries pour changer leur couleur et augmenter la conservation, dans les viandes en conserve, les salaisons, les poissons fumés, les laitages et les produits lyophilisés.
Pour les éviter : diminuer les charcuteries et éviter tout produit fumé.

Les mycotoxines
Ce sont des toxines élaborées par diverses espèces de champignons microscopiques.

Pourquoi elles sont dangereuses : selon le dosage, elles peuvent être toxiques pour le foie, les reins et aussi le cerveau
Où on les trouve : ce sont des moisissures qui colonisent les céréales et les produits alimentaires, y compris les bio. La plus connue est l’aflatoxine qui envahit les cacahuètes.
Pour les éviter : difficile.

QUELQUES CONSEILS POUR MANGER MOINS POLLUÉ
Après cette lecture, on peut sentir son estomac serré et se demander comment et quoi manger… Pas de panique, on trouve encore des aliments dont la contamination reste faible : les protéines animales sans gras ont une contamination basse en dioxine, pesticides et hormones. Au choix : volailles bien élevées (en plein air a minima), œufs, jambon, protéines végétales (céréales + légumineuses) et certains poissons. Diminuer la consommation de produits et de graisses animales (laitages, viande bovine) permet donc de réduire l’accumulation de toxiques.

Les bons poissons
Les poissons ont d’importants bénéfices nutritionnels et il serait dommage de s’en passer.
- Les moins contaminés à consommer sans problème : le haddock, la morue, la sole, la sardine, la truite, le hareng, la perche, le tilapia et les coquillages.
- À consommer plus rarement : le saumon d’élevage, le thon, le requin, l’espadon, le carrelet, le King mackerel.
Lire aussi : combien de poisson manger par semaine, et lesquels ?
http://www.thierrysouccar.com/nutrition/info/combien-de-poisson-manger-par-semaine-et-lesquels-2303

-Le bio, bien que non exempt de polluants inéluctables (voisinage avec les cultures non bio), demeure la seule réelle alternative, en particulier dans le cas des protéines animales.

-Essayez d’éliminer les arômes, conservateurs et additifs de vos menus, tout ce qui est censé donner du « goût »
http://www.thierrysouccar.com/sante/info/cancer-14-additifs-eviter-943

-Conduisez-vous dans votre boutique d’alimentation comme dans une bibliothèque : lisez, lisez – même avec une loupe – les étiquettes afin d’y déceler tous les additifs.

-Enfin, boire de l’eau pure dépourvue de métaux lourds, phosphates et nitrates vendues dans des bouteilles de verre de préférence.

Petit guide conso des végétaux
Les légumes et fruits les moins contaminés par l’environnement sont ceux issus de l’agriculture biologique. Ils sont certes chers mais plus les acheteurs seront nombreux, plus le prix baissera. En attendant définissons les priorités.

Les végétaux les moins contaminés qu’il est possible d’acheter dans un circuit courant : asperge, banane, avocat, petits pois, mangue, kiwi, oignon, brocoli, chou-fleur, papaye, ananas.
Les plus contaminés, à acheter bio en priorité : pomme, céleri, poivron, cerise, raisin, pêche et nectarine, poire, pommes de terre, épinards, fraises et framboises, tomates, laitue, endive.
Épluchez les légumes, en particulier les racines : radis, navets, carottes… Lavez et brossez soigneusement les légumes bio (on lave toujours les légumes).

À lire aussi : 4 règles à suivre pour réduire sa charge toxique
http://www.thierrysouccar.com/sante/info/reduire-sa-charge-toxique-4-regles-suivre-827





Dernière édition par Libellule le Sam 25 Mar 2017 - 17:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2965
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Diététique et s'alimenter autrement   Mer 22 Mar 2017 - 19:45



source http://www.thierrysouccar.com/bien-etre/info/7-aliments-contre-la-depression-saisonniere-1054
7 ALIMENTS CONTRE LA DÉPRESSION SAISONNIÈRE
Dans La diététique anti-dépression
http://www.thierrysouccar.com/nutrition/livre/la-dietetique-anti-depression-145

ou dans Un cerveau à 100%
http://www.thierrysouccar.com/sante/livre/un-cerveau-100-139

vous trouverez des programmes nutritionnels complets pour faire remonter le taux de sérotonine, un messager chimique du cerveau dont la baisse entraîne l'apparition de symptômes dépressifs. Boostée par la lumière du soleil, la production de sérotonine peut chuter en hiver au point de provoquer une dépression légère dont les symptômes fondent comme neige au soleil dès que les beaux jours reviennent. Voici 7 aliments qui permettent de relever le niveau de sérotonine naturellement, sans attendre le printemps.





Dernière édition par Libellule le Sam 25 Mar 2017 - 17:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2965
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Diététique et s'alimenter autrement   Jeu 23 Mar 2017 - 9:13



source http://www.reponsesbio.com/2017/03/22/alerte-a-la-banane/
Alerte à la banane
22 mars 2017


Si vous êtes consommateur de bananes, vous avez certainement dû entendre parler du problème des bananes bio.

Bien que ces dernières soient exemptes de la plupart des traitements chimiques Monsanto-Bayer, elles sont régulièrement traitées avec des épandages d’huile de paraffine, un antifongique étrangement toléré par le label bio.

Au début du mois de mars se tenait à Paris la dernière édition du salon de l’agriculture.

A cette occasion les importateurs de bananes bio non françaises et ceux la cultivant en Guadeloupe et en Martinique, se livraient discrètement une guerre sans merci.

La banane bio française représentée par l’UGPBAN (Bananes de Guadeloupe et Martinique) dénonçant une concurrence déloyale due à une importante différence de réglementation du label bio en fonction du pays dans lequel il est appliqué.

Elle titrait notamment sa campagne de presse : « La banane française, mieux que bio c’est possible ! »

Quoique les producteurs de l’UGPBAN ne proposent pas encore de productions bio, celles-ci sont tout de même largement raisonnées, si bien qu’ils pensent faire mieux que leurs concurrents labellisés en bio.

Se basant sur le plan de la Banane Durable numéro 2 en vigueur depuis 2016, lequel donne une importance spécifique :
→ au maintien de plus de 10 000 emplois,

 → à l’abandon progressif de l’utilisation des pesticides,

 → à l’attention particulière portée à la régénération des sols, des matières organiques, de la biodiversité ainsi que la qualité des eaux…

Cependant, bien que le label bio européen réglemente les résidus de Chlordécone, un pesticide ultra puissant dont les ravages sont encore bien présents dans les mémoires guadeloupéennes, à moins de 20 µg/kg, qui s’inquiète de savoir comment est gérée cette réglementation dans le pays même où elle est instaurée ?

Et cette mesure est-elle même suffisante si l’on considère une importante consommation à long terme ?  

Selon certains témoignages, l’utilisation du Chlordécone qui était censé ne plus être utilisé depuis 1993, a été prolongée si longtemps que les nappes phréatiques et les sols en ressentent encore le fardeau.

La contre-attaque des agences bio
Réagissant à leur tour en envoyant un dossier de presse à tous les organes spécialisés dans la bio, l’Agence bio, groupement d’intérêt public sous la tutelle des Ministères de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire, de la Forêt, de l’Environnement et de l’Energie ainsi que celui de la Mer, entend rappeler que le bio européen est un gage de qualité s’appliquant également aux produits importés.

Ils précisent qu’en « cas de menace avérée pour une culture, des produits de traitement peuvent être utilisés.

Ces substances sont listées à l’annexe II du règlement européen, il s’agit de :
→ Substances actives d’origine animale ou végétale (cire d’abeille, huiles végétales, substances de base) ;

 → Micro-organismes utilisés dans la lutte biologique ;

 → Autres substances traditionnellement utilisées comme le cuivre, le soufre, le bicarbonate de potassium, et… l’huile de paraffine… »

Mais cela est-il bien raisonnable ?

Les dangers de l’huile de paraffine
Bien que la paraffine soit issue de la distillation et du raffinage des pétroles bruts, et d’autres produits tout aussi inadaptés à la santé humaine, cet hydrocarbure semble toutefois toléré par le label bio « en cas de force majeure ».

Elle est, selon sa composition, soit :
→ d’aspect solide avec la consistance d’une cire,

 → d’aspect huileux.

Même s’il arrive encore aux allopathes de la prescrire aux femmes désireuses de perdre du poids ou ayant des problèmes de transit intestinal, l’huile de paraffine provoque indéniablement des effets désastreux sur la muqueuse intestinale.

Mais tandis que certains médecins la pensent sans danger, on est en droit de se demander si cette substance est vraiment tolérée, et correctement expulsée de l’organisme après son absorption.

Or, il se trouve qu’au niveau de la muqueuse intestinale l’huile de paraffine, réputée pour se déposer sous forme de film indigeste, perturbe la perméabilité de cette dernière pouvant mener à une hyperperméabilité intestinale ou Leakey Gut syndrome, signifiant littéralement « syndrome de l’intestin qui fuit ».

Sans atteindre ce niveau d’intoxication, la seule présence d’une pellicule de paraffine dans les intestins empêche en soi l’absorption d’un grand nombre de nutriments essentiels.

A ce stade, le problème est tel que la plupart des vitamines liposolubles seront presque entièrement éliminées par les selles.

Sachant qu’une carence en vitamine K peut être à la source de syndromes hémorragiques, et un déficit en vitamines A et E provoquer des maladies oculaires et génitales comme :
→ la stérilité,

 → la frigidité,

 → ou l’impuissance.

Par ailleurs, il a été récemment prouvé qu’à l’instar de tous les dérivés du pétrole, l’huile de paraffine est fortement cancérigène.

Où va la bio ?
De nombreux consommateurs ayant autrefois espéré que l’agriculture bio puisse préserver le monde de la grande industrialisation, sont de plus en plus choqués par les compromis que les représentants de ce label sont prêts à faire.

Plus inquiétant encore, si on pouvait penser logique une diminution naturelle de l’utilisation d’intrants pétroliers comme la paraffine, au profit des fongicides naturels comme l’huile de neem, qui elle, s’avère être interdite en dépit de tout bon sens, c’est le processus inverse qui semble se produire.

L’Agence Bio précise dans son communiqué qu’au-delà de l’huile de paraffine et des autres fongicides cités plus haut, elle évoluera « régulièrement pour prendre en compte les innovations techniques développées en agriculture biologique. »

Souhaitons que ces « innovations » soient un jour plus enclines à proposer des solutions non toxiques.

Jean-Baptiste Loin

A PROPOS DE NOUS
Réponses Bio est un magazine en ligne proposant une formule 100% santé naturelle, 100% pratique et 100% gratuite ! Profitez de deux lettres d'information par semaine animées par Jean-Baptiste Loin, des actus, des reportages vidéo et de nombreux guides numériques. Vous avez des questions ? Nous avons des réponses !





Dernière édition par Libellule le Sam 25 Mar 2017 - 17:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Diététique et s'alimenter autrement   

Revenir en haut Aller en bas
 
Diététique et s'alimenter autrement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» Test de micro (magnétique) Barcus Berry
» alimenter plusieurs pédales
» papier peint magnétique
» Pour vous, quelle est la solution énergétique du futur ?
» Les clubs français (par ordre alphabétique) !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: SANTE- DIETETIQUE- HYGIENE- BEAUTE- :: Dossiers pour réfléchir à notre manière de vivre et se nourrir-
Sauter vers: