Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Diététique et s'alimenter autrement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2704
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Diététique et s'alimenter autrement   Mer 22 Mar 2017 - 19:45



source http://www.thierrysouccar.com/bien-etre/info/7-aliments-contre-la-depression-saisonniere-1054
7 ALIMENTS CONTRE LA DÉPRESSION SAISONNIÈRE
Dans La diététique anti-dépression
http://www.thierrysouccar.com/nutrition/livre/la-dietetique-anti-depression-145

ou dans Un cerveau à 100%
http://www.thierrysouccar.com/sante/livre/un-cerveau-100-139

vous trouverez des programmes nutritionnels complets pour faire remonter le taux de sérotonine, un messager chimique du cerveau dont la baisse entraîne l'apparition de symptômes dépressifs. Boostée par la lumière du soleil, la production de sérotonine peut chuter en hiver au point de provoquer une dépression légère dont les symptômes fondent comme neige au soleil dès que les beaux jours reviennent. Voici 7 aliments qui permettent de relever le niveau de sérotonine naturellement, sans attendre le printemps.





Dernière édition par Libellule le Sam 25 Mar 2017 - 17:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2704
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Diététique et s'alimenter autrement   Jeu 23 Mar 2017 - 9:13



source http://www.reponsesbio.com/2017/03/22/alerte-a-la-banane/
Alerte à la banane
22 mars 2017


Si vous êtes consommateur de bananes, vous avez certainement dû entendre parler du problème des bananes bio.

Bien que ces dernières soient exemptes de la plupart des traitements chimiques Monsanto-Bayer, elles sont régulièrement traitées avec des épandages d’huile de paraffine, un antifongique étrangement toléré par le label bio.

Au début du mois de mars se tenait à Paris la dernière édition du salon de l’agriculture.

A cette occasion les importateurs de bananes bio non françaises et ceux la cultivant en Guadeloupe et en Martinique, se livraient discrètement une guerre sans merci.

La banane bio française représentée par l’UGPBAN (Bananes de Guadeloupe et Martinique) dénonçant une concurrence déloyale due à une importante différence de réglementation du label bio en fonction du pays dans lequel il est appliqué.

Elle titrait notamment sa campagne de presse : « La banane française, mieux que bio c’est possible ! »

Quoique les producteurs de l’UGPBAN ne proposent pas encore de productions bio, celles-ci sont tout de même largement raisonnées, si bien qu’ils pensent faire mieux que leurs concurrents labellisés en bio.

Se basant sur le plan de la Banane Durable numéro 2 en vigueur depuis 2016, lequel donne une importance spécifique :
→ au maintien de plus de 10 000 emplois,

 → à l’abandon progressif de l’utilisation des pesticides,

 → à l’attention particulière portée à la régénération des sols, des matières organiques, de la biodiversité ainsi que la qualité des eaux…

Cependant, bien que le label bio européen réglemente les résidus de Chlordécone, un pesticide ultra puissant dont les ravages sont encore bien présents dans les mémoires guadeloupéennes, à moins de 20 µg/kg, qui s’inquiète de savoir comment est gérée cette réglementation dans le pays même où elle est instaurée ?

Et cette mesure est-elle même suffisante si l’on considère une importante consommation à long terme ?  

Selon certains témoignages, l’utilisation du Chlordécone qui était censé ne plus être utilisé depuis 1993, a été prolongée si longtemps que les nappes phréatiques et les sols en ressentent encore le fardeau.

La contre-attaque des agences bio
Réagissant à leur tour en envoyant un dossier de presse à tous les organes spécialisés dans la bio, l’Agence bio, groupement d’intérêt public sous la tutelle des Ministères de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire, de la Forêt, de l’Environnement et de l’Energie ainsi que celui de la Mer, entend rappeler que le bio européen est un gage de qualité s’appliquant également aux produits importés.

Ils précisent qu’en « cas de menace avérée pour une culture, des produits de traitement peuvent être utilisés.

Ces substances sont listées à l’annexe II du règlement européen, il s’agit de :
→ Substances actives d’origine animale ou végétale (cire d’abeille, huiles végétales, substances de base) ;

 → Micro-organismes utilisés dans la lutte biologique ;

 → Autres substances traditionnellement utilisées comme le cuivre, le soufre, le bicarbonate de potassium, et… l’huile de paraffine… »

Mais cela est-il bien raisonnable ?

Les dangers de l’huile de paraffine
Bien que la paraffine soit issue de la distillation et du raffinage des pétroles bruts, et d’autres produits tout aussi inadaptés à la santé humaine, cet hydrocarbure semble toutefois toléré par le label bio « en cas de force majeure ».

Elle est, selon sa composition, soit :
→ d’aspect solide avec la consistance d’une cire,

 → d’aspect huileux.

Même s’il arrive encore aux allopathes de la prescrire aux femmes désireuses de perdre du poids ou ayant des problèmes de transit intestinal, l’huile de paraffine provoque indéniablement des effets désastreux sur la muqueuse intestinale.

Mais tandis que certains médecins la pensent sans danger, on est en droit de se demander si cette substance est vraiment tolérée, et correctement expulsée de l’organisme après son absorption.

Or, il se trouve qu’au niveau de la muqueuse intestinale l’huile de paraffine, réputée pour se déposer sous forme de film indigeste, perturbe la perméabilité de cette dernière pouvant mener à une hyperperméabilité intestinale ou Leakey Gut syndrome, signifiant littéralement « syndrome de l’intestin qui fuit ».

Sans atteindre ce niveau d’intoxication, la seule présence d’une pellicule de paraffine dans les intestins empêche en soi l’absorption d’un grand nombre de nutriments essentiels.

A ce stade, le problème est tel que la plupart des vitamines liposolubles seront presque entièrement éliminées par les selles.

Sachant qu’une carence en vitamine K peut être à la source de syndromes hémorragiques, et un déficit en vitamines A et E provoquer des maladies oculaires et génitales comme :
→ la stérilité,

 → la frigidité,

 → ou l’impuissance.

Par ailleurs, il a été récemment prouvé qu’à l’instar de tous les dérivés du pétrole, l’huile de paraffine est fortement cancérigène.

Où va la bio ?
De nombreux consommateurs ayant autrefois espéré que l’agriculture bio puisse préserver le monde de la grande industrialisation, sont de plus en plus choqués par les compromis que les représentants de ce label sont prêts à faire.

Plus inquiétant encore, si on pouvait penser logique une diminution naturelle de l’utilisation d’intrants pétroliers comme la paraffine, au profit des fongicides naturels comme l’huile de neem, qui elle, s’avère être interdite en dépit de tout bon sens, c’est le processus inverse qui semble se produire.

L’Agence Bio précise dans son communiqué qu’au-delà de l’huile de paraffine et des autres fongicides cités plus haut, elle évoluera « régulièrement pour prendre en compte les innovations techniques développées en agriculture biologique. »

Souhaitons que ces « innovations » soient un jour plus enclines à proposer des solutions non toxiques.

Jean-Baptiste Loin

A PROPOS DE NOUS
Réponses Bio est un magazine en ligne proposant une formule 100% santé naturelle, 100% pratique et 100% gratuite ! Profitez de deux lettres d'information par semaine animées par Jean-Baptiste Loin, des actus, des reportages vidéo et de nombreux guides numériques. Vous avez des questions ? Nous avons des réponses !





Dernière édition par Libellule le Sam 25 Mar 2017 - 17:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2704
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Diététique et s'alimenter autrement   Ven 24 Mar 2017 - 10:53



source https://www.santenatureinnovation.com/ble-noir-victime-dun-apartheid-alimentaire/#comment
Le blé noir victime d’un apartheid alimentaire
24/03/2017


Pilier de l’alimentation des paysans européens au Moyen Âge, essentiel encore jusqu’à la Première Guerre mondiale des États-Unis jusqu’à la Russie, le blé noir, ou sarrasin, ne sert quasiment plus qu’à faire des crêpes, et encore !
Il est victime d’un apartheid alimentaire aussi radical qu’injuste au profit de son faux cousin : le blé blanc, aussi appelé « blé tendre » ou « froment ».

À moins que vous ne soyez breton, cher lecteur, avez-vous mangé une seule crêpe au sarrasin au cours de ces six derniers mois ?

Condamné aux oubliettes
On estimait dans les années 1970 et 1980 que la disparition du sarrasin n’avait au fond aucune importance.

Qu’importe si les gens préfèrent le blé tendre ! Ce blé qui donne une farine bien blanche, avec laquelle on fait les baguettes, les croissants, des brioches croustillantes ! Les gens ont bien le « droit » de ne plus manger cet affreux « blé noir » primitif, bon marché !

Nous avons donc laissé le sarrasin disparaître de nos champs, de nos étalages et de nos assiettes, sans plus nous poser de questions. La production est passée de 400 000 tonnes à 20 000 tonnes entre 1918 et 1964 aux États-Unis, soit une baisse de 95 %.

Et ce n’est qu’au bout de plusieurs décennies qu’on s’est aperçu pourquoi nos aïeux cultivaient et consommaient du sarrasin plutôt que du blé.

Les avantages auraient dû nous sauter aux yeux. Mais nous n’avons rien vu !

Le sarrasin, aux sources de l’agriculture biologique authentique
Les vertus du sarrasin deviennent évidentes dès qu’on le sème :

Le sarrasin a la propriété d’« ouvrir » le sol et de le nettoyer de ses mauvaises herbes. Les plaines agricoles infinies de la Russie et surtout des États-Unis furent défrichées sans Round-Up mais avec des semences de sarrasin, que les premiers colons américains avaient pris le soin d’emporter avec eux, et qui leur sauvèrent la vie.

Le sarrasin enrichit naturellement le sol en phosphate. Cela évite de déverser des engrais chimiques avec le risque d’empoisonner rivières et nappes phréatiques. C’est ce qui a permis de cultiver, et de mettre en valeur, des millions de kilomètres carrés de terres arides : dans les steppes de Russie, de Chine, du Kazakhstan, et dans les zones montagneuses où les céréales ne poussent pas, on cultive le sarrasin (qui, sur le plan botanique, n’est pas une céréale, mais une pseudo-céréale comme le quinoa et l’amarante).

Nos modernes « agriculteurs biologiques » découvrent une autre raison à l’antique popularité du sarrasin : il réduit les populations de Verticillium dahliae, une bactérie qui casse le rendement et la qualité des pommes de terre. Le sarrasin permet donc d’éviter les traitements modernes contre cette maladie, la verticilliose, qui sont peu efficaces et très polluants. On comprend enfin pourquoi nos grands-parents, qui pratiquaient l’assolement des cultures, semaient du sarrasin avant de planter des pommes de terre l’année suivante !

Enfin, le sarrasin attire les pollinisateurs et nourrit une faune diversifiée : c’est le garant d’une saine biodiversité dans les campagnes. Les abeilles l’adorent et en font un des meilleurs miels qui soient, sombre et très goûtu.

Peut-être est-ce la raison pour laquelle le sarrasin ne fut pas seulement populaire en Occident.

Les peuples asiatiques en raffolent, puisque c’est avec lui qu’on fabrique les délicieuses nouilles japonaises appelées soba, très populaires aussi en Corée. Dans les pays himalayens, on en fait une sorte de bouillie (gruau). En Europe de l’Est et en Russie, on en fait de la kacha : grains décortiqués et rôtis.

D’un point de vue nutritif et culinaire, également, le sarrasin est bien plus intéressant que le blé.

Il a une riche saveur de noisette. Il ne contient aucun gluten. Il peut donc être consommé par les personnes souffrant de maladie cœliaque (intolérance au gluten) comme par toutes les personnes hypersensibles ou malades qui cherchent à réduire leur niveau d’inflammation.

Vertus du blé noir pour la santé
Les vertus de santé prêtées au sarrasin sont innombrables : remplacez une partie de votre farine de blé par de la farine de sarrasin et vous allez maigrir, car le sarrasin rassasie plus vite. Il contient plus de fibres solubles et a donc un effet bienfaisant sur les intestins. Le sarrasin est beaucoup plus digeste que le blé.

Les populations qui mangent du sarrasin à la place du blé ont d’ailleurs moins de problèmes de poids, moins de diabète, moins de cancers.

De nombreuses études ont cherché à déterminer pourquoi. Néanmoins, il semble que ce soit la synergie entre les nombreux composants du sarrasin qui expliquent cela : le sarrasin contient beaucoup de minéraux (notamment du magnésium, 200 mg pour 100 g de sarrasin seulement, mais aussi du phosphore, du manganèse, du zinc), de vitamines B et beaucoup d’antioxydants.

Il contient deux à douze fois plus de phénols, des antioxydants, que le blé, l’orge, le seigle et l’avoine, et est très riche en flavonoïdes, des dérivés de la catéchine et de l’épicatéchine (anticancer). L’industrie pharmaceutique extrait des fleurs et des feuilles du sarrasin des antioxydants divers, dont la rutine, la quercétine et les proanthocyanes – cela vaut la peine de le savoir, car je recommande régulièrement des compléments alimentaires qui contiennent ces produits.

Conservation
Très peu de personnes veillent à cela, mais la farine de sarrasin est beaucoup plus fragile que les autres. Elle se conserve au réfrigérateur ou, mieux, au congélateur.

Recettes
Il existe de nombreuses recettes de crêpes ou de galettes au sarrasin. En Bretagne, on se bat pour savoir s’il faut parler de « crêpe » ou de « galette », et les discussions vont bon train au sujet de la recette : faut-il uniquement mélanger la farine avec de l’eau et du sel, ou peut-on, sans trahir, ajouter des œufs et de l’huile ?

Dans le reste de la France, l’usage est de mélanger la farine de sarrasin à de la pomme de terre, des oignons, des œufs et du lait.

En Belgique, les « bouquettes liégeoises » sont des crêpes épaisses où l’on mélange farines de sarrasin et d’avoine à parts égales, avec des œufs, de l’huile, du cognac, de la levure et, bien entendu, de la bière pour mouiller, et des raisins secs. On les sert avec de la confiture.

En Inde, les chapatis sont de grosses galettes de sarrasin. Au Canada, une des spécialités est la « ploye », qui est, elle aussi, une grosse crêpe.

Mais il serait dommage de s’arrêter là. Il existe toute une gamme de nouilles chinoises, coréennes, japonaises à base de sarrasin, et même italiennes : les pizzocheri.

Le sarrasin, enfin, ne se mange pas qu’en farine : comme je l’expliquais ci-dessus, on le mange dans toute l’Europe de l’Est sous forme de grains entiers qu’on appelle « kacha ». Il entre dans les préparations de boulettes, de feuilles de chou et de papillotes en tout genre et comme base de salades. Je vous recommande fortement d’explorer cette tradition culinaire qui fut durant des siècles le principal pilier de notre alimentation. C’est aussi une question de justice !

À votre santé

Jean-Marc Dupuis



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France





Dernière édition par Libellule le Sam 25 Mar 2017 - 17:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2704
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Diététique et s'alimenter autrement   Sam 25 Mar 2017 - 18:07



source https://theconversation.com/moins-de-phytosanitaires-dans-les-vignes-cest-possible-57989
Moins de phytosanitaires dans les vignes, c’est possible
25 avril 2016


Les cultures sont victimes des bioagresseurs – adventices, insectes, champignons, virus – partout dans le monde. La lutte contre ces ravageurs est aussi ancienne que l’agriculture elle-même : la Grèce antique recourt au soufre (1 000 ans avant J.-C.), l’arsenic est recommandé comme insecticide par le naturaliste romain Pline dès le début de notre ère et l’aconit est employé au Moyen-Âge contre les rongeurs.

En France, après la Seconde Guerre mondiale, les progrès dans la protection des plantes liés au développement de la chimie organique de synthèse ont largement contribué à l’augmentation des rendements et à la régularité de la production. Faciles d’accès et d’emploi, relativement peu chers, les produits phytosanitaires de synthèse se sont révélés très efficaces et fiables dans un nombre important de cas sur de grandes surfaces.

Une agriculture française dépendante
L’agriculture française a développé des systèmes de production fondés sur l’utilisation de ces produits dont elle apparaît aujourd’hui très dépendante. Selon les données Eurostat 2013 relatives aux quantités de substances actives vendues annuellement, la France occupe le deuxième rang européen avec 66 659 tonnes, après l’Espagne (69 587 tonnes) et devant l’Italie (49 011 tonnes). En termes d’utilisation, la France apparaît au 9e rang européen, selon le nombre de kilogrammes de substances actives vendues rapporté à l’hectare avec 2,3 kg/ha.

À noter que l’Hexagone est au premier rang européen au regard de la surface agricole utile (SAU), elle compte 28,98 millions d’hectares, devant l’Espagne (23,65 millions d’hectares) et l’Allemagne (16,70 millions d’hectares), elle est ainsi 4e consommateur au niveau mondial derrière les États-Unis, le Brésil et le Japon pour le tonnage de substances actives vendues.

Aujourd’hui, l’utilisation systématique de ces produits est remise en question ; on a pris conscience des impacts qu’ils génèrent sur l’environnement et la santé de l’homme.

Des contaminations multiples
Ces produits affectent en effet la qualité des eaux (souterraines, de surface, littorale…) : selon Eau France, la présence des pesticides a été détectée pour l’année 2011 sur 93 % des 2 360 stations de surveillance de la qualité des cours d’eau. Si 70 % ont une concentration totale en pesticides inférieure à 0,5µg/l, 30 % ont une concentration comprise entre 0,5µg/L et 5µg/l.

Les eaux souterraines sont également contaminées : sur les 1 922 points de surveillance de la qualité de l’eau dans les eaux souterraines, 21,2 % présentent une concentration totale en pesticides comprise entre 0,1 et 0,5µg/l et 4,9 % présentent une concentration totale comprise entre 0,5µg/l et 5µg/l.

Les substances les plus quantifiées dans les eaux sont les herbicides ou leurs dérivés (glyphosate, AMPA, atrazine desethyl…), mais des fongicides et certains insecticides sont également identifiés. Des produits phytosanitaires ont également été retrouvés dans l’air (extérieur, intérieur et poussières).

Depuis 2001, les associations agrées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA) réalisent des suivis à l’échelle régionale. L’ensemble de leurs travaux établit clairement l’existence d’une contamination, sinon généralisée du moins récurrente de l’air par les produits phytosanitaires. Elle porte de façon très nette l’empreinte des usages agricoles tant par la nature des molécules retrouvées que par l’allure des variations géographiques et saisonnières des teneurs. Les sols sont également contaminés.

La biodiversité menacée
Les produits phytosanitaires ont également un impact très important sur la biodiversité, car ils ont un effet sur les organismes cibles et non cibles et sont responsables du déclin de la biodiversité dans les espaces agricoles. Concrètement, l’usage des insecticides est particulièrement invoqué comme facteur du déclin constaté de l’abondance et de la diversité des populations d’insectes et d’oiseaux. Ils détruisent notamment les insectes auxiliaires qui peuvent permettre de combattre les insectes nuisibles.

Qu’en est-il pour la santé humaine ? Les risques sanitaires peuvent être directs, essentiellement pour les « opérateurs » (personnes qui appliquent les produits phytosanitaires) ou indirecte, via l’environnement (alimentation, eau, air) pour le reste de la population. Une expertise collective a été menée par l’Inserm en 2013 concernant les risques de maladies pour les personnes exposées professionnellement aux pesticides.

Face à ce constat et pour répondre à l’enjeu majeur de nourrir 9 milliards de personnes en 2050, soit 2 milliards de plus qu’aujourd’hui, tout en réduisant son impact environnemental, l’agriculture doit repenser ses pratiques. En France, l’objectif du plan Ecophyto est de réduire de 50 % l’utilisation des produits phytosanitaires à l’horizon 2025 avec un premier objectif de 25 % en 2020. Pour y parvenir il convient de combiner plusieurs moyens, dont certains nécessitent encore des travaux de recherche et développement.

On peut citer en particulier l’utilisation de variétés résistantes aux bioagresseurs, le biocontrôle, les méthodes permettant de faire évoluer les cultures vers des systèmes économes en pesticides, les agroéquipements innovants ou encore les capteurs et outils d’aide à la décision. Les chercheurs d’Irstea contribuent très activement à ce dernier volet par des développements méthodologiques et technologiques tout en intégrant la question de l’accompagnement nécessaire au changement des pratiques.

Des essais encourageants en viticulture
Des chercheurs de Montpellier ont ainsi mené des expérimentations, de 2007 à 2009, pour mesurer les pertes de produits phytosanitaires dans l’environnement lors des applications avec des pulvérisateurs utilisés couramment dans le vignoble. Les résultats sont éloquents : en début de végétation, lorsque la vigne est très peu développée les pertes environnementales (sol et air) s’élèvent à 80 % (seulement 20 % du produit pulvérisé atteint le végétal) et sont encore de 40 % lorsque la vigne est pleinement développée.

L’optimisation des technologies de pulvérisations et des pratiques d’utilisation (réglages, modes de passages dans les parcelles…) constitue l’un des leviers majeurs en viticulture pour réduire l’utilisation de produits phytosanitaires. Les équipes d’Irstea ont collaboré dans ce cadre avec l’Institut français de la vigne et du vin (IFV) pour développer une vigne artificielle (EvaSprayViti) qui permet de mesurer les quantités de produits déposées sur les feuilles et les pertes environnementales lors des applications pour évaluer les performances agroenvironnementales des pulvérisateurs actuellement disponibles sur le marché.

Les résultats de ces mesures laissent entrevoir des perspectives très intéressantes en termes de réduction d’usage des produits phytosanitaires grâce à l’utilisation de pulvérisateurs innovants et performants. Autre exemple, le développement de Picore – un système connecté intégrant un logiciel et des capteurs embarqués sur le tracteur qui analyse les données de pulvérisation en temps réel. En guidant l’agriculteur via son smartphone dans les réglages du pulvérisateur, le dispositif permet de réduire les quantités utilisées. Les principales initiatives et avancées dans le domaine de la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires sont consultables sur le portail EcophytoTopic.
http://ecophytopic.fr/Portail



source https://theconversation.com/pesticides-et-sante-ne-pas-ignorer-ce-que-lon-sait-56405
Pesticides et santé : ne pas ignorer ce que l’on sait
18 mars 2016


Diffusé au début du mois de février sur France 2, le magazine Cash Investigation, consacré aux effets des pesticides sur la santé humaine, n’en finit pas de faire parler de lui. Il met en scène des éléments inquiétants : présence de substances toxiques interdites depuis longtemps dans les cours d’eau, pollution de l’air par des molécules fortement suspectées d’avoir un impact sur le développement infantile (même à faible dose), difficulté d’accès aux informations sur les ventes et l’utilisation des produits.

L’intérêt du documentaire provient moins de la révélation d’informations nouvelles que de l’effet de sidération que crée la mise en série de tous ces éléments. Ce faisant, l’émission contribue à la prise de conscience publique des enjeux sanitaires liés aux pesticides au-delà des cercles les plus spécialisés.

Entretenir le doute
Le reportage attire notamment l’attention sur certaines pratiques développées par les firmes qui commercialisent les pesticides pour dissimuler le plus longtemps possibles les dangers de ces produits. Il met en avant les piliers principaux de cette stratégie de « production du doute ». Il s’agit de contester la validité des études scientifiques qui mettent en cause les risques associés à un produit en attaquant la robustesse de leurs protocoles ou l’indépendance de leurs auteurs, en finançant des études qui produisent des résultats contradictoires ou qui mettent en avant des facteurs de confusion et en faisant la promotion des contraintes réglementaires dans le champ de l’évaluation de risque, de façon à en exclure les données produites par les communautés académiques.

Depuis quelques années, plusieurs travaux de sciences sociales ont exploré le recours à ces stratégies du doute par des industriels dans de multiples dossiers : effets nocifs du tabac, réchauffement climatique, amiante… Ces travaux ont bénéficié d’une large audience et sont aujourd’hui bien connus des associations environnementales et, dans une certaine mesure, du grand public, qui a pu y être sensibilisé via des investigations journalistiques dans le prolongement desquelles s’inscrit le documentaire de Cash Investigation.

La mise au jour des stratégies du doute soulève des enjeux importants pour les gestionnaires du risque, ministères ou agences d’expertise en charge d’évaluer et de réglementer les produits chimiques qui nous environnent. Elle les pousse ainsi à réfléchir à des critères de sélection des connaissances scientifiques devant être prises en compte dans les processus d’expertise qui ne soient ni trop restrictifs, ni trop extensifs, et qui permettent de « décider en incertitude ». Elle pose avec acuité la question des éventuels conflits d’intérêt qui traversent ces processus.

Des faits bien connus mais marginalisés
Cet intérêt des sciences sociales, des journalistes et des associations environnementales pour les stratégies de production volontaire de doute dans le champ de l’environnement et de la santé ne doit toutefois pas faire perdre de vue ce qu’on sait des risques induits par les produits toxiques. Sur les pesticides, en particulier, il existe de nombreuses données préoccupantes du point de vue de la santé publique, qui ne font l’objet d’aucune controverse, et qui demeurent pourtant marginalement prises en compte par les pouvoirs publics.

Voici un exemple : depuis bientôt dix ans, les autorités en charge de l’évaluation et de la gestion des risques liés aux pesticides (l’Agence nationale de sécurité sanitaire et le ministère de l’Agriculture) se posent des questions sur l’efficacité des équipements de protection que doivent porter les agriculteurs lors de l’épandage des pesticides les plus dangereux. Cette inquiétude trouve son origine dans des données produites au milieu des années 2000 par une équipe d’épidémiologistes menant des campagnes de mesures d’exposition des travailleurs viticoles dans le Bordelais.

Ces données indiquaient notamment que les opérateurs portant une combinaison étaient davantage contaminés que ceux qui n’en portaient pas. Elles ont donné lieu à une succession d’expertises destinées à mesurer l’efficacité des « équipements de protection individuels » (EPI) dont le port est recommandé sur l’étiquette des produits phytopharmaceutiques commercialisés, et de réflexions collectives (groupes de travail nationaux, engagement d’un processus de normalisation, etc.) visant à proposer des EPI réellement protecteurs.

Sans remettre en cause l’utilité de toutes ces initiatives, notons qu’elles ont contribué à occulter une donnée préoccupante et bien connue : efficaces ou non, les EPI ne sont que rarement portés par les agriculteurs suivant les prescriptions portées sur l’étiquette des produits. Les explications de ce phénomène sont nombreuses : faible lisibilité des étiquettes, inconfort des équipements, inadaptation des EPI au travail agricole, coût, manque de formation… Elles ouvrent des pistes pour imaginer que les EPI soient mieux portés. Toutefois, alors que l’horizon d’une protection efficace des travailleurs agricoles grâce aux EPI reste lointain, ces équipements demeurent un pivot de l’autorisation de mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques.

Cet exemple donne à voir une forme assez classique d’hypocrisie organisationnelle par laquelle des autorités et – in fine – des industriels affichent des valeurs et des objectifs tout en faisant reposer leur effectivité sur des règles qui sont peu applicables et rarement contrôlées. La sociologie et la science politique ont bien montré qu’une telle situation peut se maintenir durablement sur la seule base du respect de routines, de procédures en place, et de phénomènes de diffusion de responsabilité.

Les incertitudes relatives aux effets des pesticides sur la santé des populations exposées sont nombreuses et elles sont parfois volontairement entretenues par des stratégies de fabrique du doute. Mais il existe aussi beaucoup de certitudes – parfois assez triviales – dont la prise en compte permettrait de mieux protéger la santé humaine des effets délétères de ces produits.



Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2704
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Diététique et s'alimenter autrement   Sam 25 Mar 2017 - 18:38



source https://theconversation.com/les-perturbateurs-endocriniens-une-menace-pour-notre-intelligence-74216
Les perturbateurs endocriniens, une menace pour notre intelligence
19 mars 2017


L’expérience a été menée sur le cerveau de grenouilles. De têtards même, pour être précis. Elle a consisté à exposer des embryons de l’espèce Xenopus laevis à un mélange de produits chimiques comparable à celui trouvé dans le liquide amniotique de la plupart des femmes enceintes. Parmi lesquels le plus connu est le bisphénol A présent, par exemple, dans les tickets de caisse. Le résultat, publié le 7 mars dans le journal Scientific Reports, montre que les neurones, chez ces têtards, sont plus petits.

Réalisée dans notre laboratoire du Muséum d’histoire naturelle, à Paris, cette expérimentation pourrait paraître bien éloignée de nos préoccupations d’humains, nous qui ressemblons si peu à des batraciens. Mais contrairement aux apparences, nous avons un important point commun : l’hormone produite par la thyroïde, cette glande du cou située au-dessus du sternum. L’hormone thyroïdienne est identique, à l’atome près, chez les humains, les grenouilles, ou encore les requins, les oiseaux, les souris. Et elle joue un rôle clé dans le développement du cerveau.

Ainsi, nos travaux permettent d’établir, scientifiquement, le fait suivant : quand des substances interfèrent avec l’hormone thyroïdienne chez les têtards, elles font planer également une menace sur l’intelligence chez les humains.
Par quel raisonnement notre équipe a-t-elle conçu cette expérience, et dans quel but exactement ? On observe aujourd’hui plusieurs signes inquiétants, à travers le monde, d’effets néfastes touchant le cerveau. La progression des troubles du spectre autistique (TSA), pour commencer. Ils affectent, aux États-Unis, un garçon sur quarante-deux, avec une nette augmentation de l’incidence depuis le début des années 2000. Ce phénomène coïncide avec une augmentation d’un autre trouble neurodéveloppemental, celui du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Or les facteurs génétiques et l’élargissement des critères de diagnostic du TSA et du TDAH n’expliquent qu’en partie la progression. L’impact de facteurs environnementaux, qui sans doute exacerbent dans bien des cas des prédispositions génétiques, doit être examiné.

Une baisse des QI à travers le monde
Au même moment, on constate une baisse significative des QI dans plusieurs populations suivies de longue date par les chercheurs, comme des conscrits finlandais, des écoliers britanniques ou des adultes français. La publication régulière de données issues de ces différents pays en atteste.

De nombreux scientifiques cherchent aujourd’hui l’explication de ces changements dans l’exposition des individus, tôt dans la vie, aux produits chimiques en général, et aux « perturbateurs endocriniens » en particulier. Le terme désigne les molécules de synthèse qui peuvent interférer avec notre système endocrinien, c’est-à-dire brouiller le message des hormones voyageant par la circulation sanguine pour contrôler le fonctionnement de l’organisme.

Tandis que le fœtus devient un enfant puis un adolescent, les hormones adressent des signaux clés qui contribuent au bon développement de son cerveau. L’hormone thyroïdienne est l’une des plus importantes à jouer ce rôle.

Sans hormone thyroïdienne, l’enfant devient « crétin »
Si cette hormone n’est pas sécrétée au bon moment – surtout dans la période périnatale, avant et après la naissance –, l’enfant devient « crétin », au sens médical du terme. Peu de gens ont entendu parler de la pathologie qui se cache derrière ce terme utilisé couramment comme une injure. Le crétinisme se caractérise par un retard mental sévère, avec un QI inférieur à 35 – sachant qu’il se situe chez la plupart des gens entre 85 et 115. Seules quelques personnes âgées se souviennent avoir côtoyé des individus souffrant de cette terrible maladie, dont les causes sont connues depuis plus d’un siècle. Aujourd’hui, nous veillons à ce que chaque nouveau-né sécrète ou reçoive suffisamment d’hormone thyroïdienne.

Il n’est pas rare d’entendre que le cerveau humain est la structure la plus complexe sculptée par l’évolution. En effet, il a fallu 450 millions d’années depuis la première apparition des vertébrés – des poissons cartilagineux tels les requins et les raies – pour arriver à l’homme avec ses capacités de raisonnement uniques. Et dès les premiers vertébrés, l’hormone thyroïdienne – toujours elle ! – jouait déjà un rôle majeur dans plusieurs processus de la formation du cerveau.

Pour n’en retenir qu’un, citons la myélination, cette formation d’une couche de lipides autour des nerfs qui, à la façon d’une gaine sur un fil électrique, permet d’accélérer la transmission du signal nerveux. La glande thyroïde et la myélination sont apparues simultanément dans l’évolution des vertébrés. Et il faut savoir que l’hormone thyroïdienne n’a pas changé d’un iota sa structure au cours de ces 450 millions d’années. Elle est demeurée la même chez l’homme… et chez la grenouille.

Des produits chimiques dans le liquide amniotique
Or la signalisation induite par l’hormone thyroïdienne est la plus vulnérable, parmi toutes, aux produits chimiques présents dans l’environnement. Ceci est particulièrement inquiétant pour trois raisons. Premièrement, la production mondiale de l’industrie chimique a été multipliée par 300 en volume depuis 1970, selon le Fonds environnement des Nations unies. Des pesticides, des plastifiants et autres produits sont retrouvés en quantité non négligeable dans l’organisme de la plupart des enfants à travers la planète. Et dans celui des femmes enceintes. Une grande proportion de ces molécules passe la barrière du placenta, se retrouve dans le liquide amniotique et peut donc interférer, chez le fœtus, avec l’action des hormones thyroïdiennes.

Deuxièmement, l’étude d’une équipe néerlandaise publiée en 2016 a montré que les taux maternels d’hormones thyroïdiennes pendant les trois premiers mois de grossesse affectent le QI de l’enfant à venir. Pas assez d’hormones, ou trop d’hormones, ont également des effets néfastes, soulignant l’importance de la bonne quantité d’hormones au bon moment. Ces taux agissent même sur la structure du cerveau, diminuant la quantité de matière grise – les neurones – au profit de celle de la matière blanche – le tissu de soutien des neurones.

Il existe une troisième source d’inquiétude. Une équipe américaine a observé que les enfants nés de mères fortement exposées à des substances chimiques tels les PCBs (un liquide huileux longtemps utilisé dans les transformateurs électriques), connues pour interférer avec l’action des hormones thyroïdiennes, perdent en moyenne 6 points de QI par rapport à ceux dont les mères sont faiblement exposées.

Un effet « cocktail » tout sauf festif
Aujourd’hui, nous sommes tous contaminés par un mélange de produits chimiques produisant un effet « cocktail » qui, contrairement à ce que son nom suggère, n’a rien de festif. Déjà, les effets sur l’organisme de chaque molécule prise isolément ont généralement été peu évalués. Alors s’agissant des effets produits par leurs interactions… le problème est plus complexe encore.

C’est pourquoi le biologiste Jean-Baptiste Fini et moi-même, avec les étudiants de notre équipe spécialisée dans l’évolution des régulations endocriniennes, avons conçu l’expérience impliquant des têtards.

Le « cocktail » auquel nous avons exposé ces futures grenouilles se compose de 15 produits chimiques courants dans notre quotidien, notamment le bisphenol A, le triclosan, le benzophénone-3 et le perchlorate de sodium, à des concentrations mesurées fréquemment dans le liquide amniotique humain.

Les têtards ont été exposés pendant seulement trois jours à ce mélange. Nous avons montré que cela a affecté non seulement le fonctionnement des hormones thyroïdiennes mais aussi l’expression de plusieurs gènes de leur cerveau. Au final, cette exposition a réduit le volume de leurs neurones et inhibé leurs mouvements.

L’urgence d’une révision de la réglementation
Ces résultats suggèrent que l’exposition à ces produits chimiques courants peut nuire au développement du cerveau des fœtus humains. Ils plaident pour une révision urgente de leur réglementation.

Pour conclure, un constat ironique. On conseille aux femmes enceintes de ne prendre aucun médicament, sauf en cas d’absolue nécessité. Or, chaque femme enceinte, à la ville comme à la campagne, quel que soit son mode de vie, est exposée dans son quotidien à des centaines de produits chimiques, sans rien y pouvoir. Qu’attend-on pour agir ?



Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Diététique et s'alimenter autrement   

Revenir en haut Aller en bas
 
Diététique et s'alimenter autrement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Test de micro (magnétique) Barcus Berry
» alimenter plusieurs pédales
» [sondage] TH et un hypothétique album sous forme immatérielle (pas de CD)
» papier peint magnétique
» Pour vous, quelle est la solution énergétique du futur ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: SANTE- DIETETIQUE- HYGIENE- BEAUTE- :: Dossiers pour réfléchir à notre manière de vivre et se nourrir-
Sauter vers: