Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'arthrose - l'Arthrite ou Polyarthrite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3005
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: L'arthrose - l'Arthrite ou Polyarthrite   Sam 25 Fév 2017 - 17:55



source
https://www.santenatureinnovation.com/arthrite-rhumatoide-agir-vite-et-fort/
Arthrite rhumatoïde : agir vite et fort
vendredi 17 février 2017 - par Jean-Marc Dupuis

Chère lectrice, cher lecteur,
« Les douleurs sont plus fortes la nuit et au petit matin. Elles occasionnent souvent un réveil nocturne en deuxième partie de nuit. Elles peuvent être continuelles et jouer considérablement sur le moral. »

Voici comment sont décrites les douleurs d’arthrite rhumatoïde dans les fiches médicales. [1]

Cette description de la maladie me choque par sa froideur. Une telle neutralité ne reflète pas du tout le calvaire que vit le patient !

La vérité est que, historiquement, l’arthrite rhumatoïde n’était pas diagnostiquée en inspectant les articulations des patients, qui sont rouges, gonflées, douloureuses.

Elle était d’abord repérée en regardant son visage :

à Si celui-ci est blafard, étiré, témoin de nombreuses nuits sans sommeil…

à Si ses yeux cernés laissent paraître une lueur de désespoir…

à Si la personne, écrasée par la fatigue, manifeste la volonté d’en finir avec une vie devenue insupportable…

Alors, oui, il s’agit sans doute malheureusement de la terrible arthrite rhumatoïde, qui accable le malade et lui impose de longues et effroyables nuits de veille !

Arthrite ou polyarthrite
J’ai parlé d’arthrite rhumatoïde mais la médecine parle plus volontiers de polyarthrite rhumatoïde, même si c’est la même chose.

En effet, c’est une maladie où les tissus qui entourent les articulations s’enflamment, et cela se produit toujours à plusieurs endroits à la fois.

Ce n’est pas alors une, mais plusieurs articulations qui sont touchées, d’où l’appellation de « poly-arthrite » : si l’inflammation de l’articulation se manifeste dans le genou droit, elle sera aussi dans le genou gauche. Idem pour la main droite et la main gauche, le pied droit et le pied gauche. Cela permet de la distinguer de l’arthrose, qui commence dans un seul cartilage.

L’arthrite rhumatoïde attaque aussi des articulations rarement concernées par l’arthrose : petites articulations du pied, mâchoires, poignets, chevilles.

Cette inflammation est d’origine auto-immune : nos défenses naturelles s’attaquent à notre propre corps. Les articulations gonflent et fond des boules. On ne parvient plus à ouvrir un pot de confiture, puis un robinet, puis un tube de dentifrice. Enfin, tenir un stylo devient impossible et on est alors terriblement gêné, d’autant plus que les douleurs s’allument partout et vous empêchent de vous reposer, vous conduisant à petit feu au désespoir.

Pire encore, dans les arthrites les plus agressives, l’inflammation attaque d’autres tissus que ceux des articulations : cœur, poumons, yeux, reins. La vie est alors en danger. Au niveau du cœur, c’est le tissu qui enveloppe le cœur qui s’enflamme. S’appelant le « péricarde », on parle de péricardite.

C’est ainsi que la polyarthrite rhumatoïde peut être mortelle, quand ces inflammations provoquent une défaillance de l’organe. L’état d’inflammation chronique augmente le risque d’infarctus comme en cas de diabète.

Évolution
Le titre de cet article est qu’il faut « agir vite et fort » contre l’arthrite rhumatoïde.

Cependant, comme toujours en médecine, il faut à la fois avoir le courage de regarder la maladie en face, mais également être raisonnable et ne pas paniquer outre mesure.

De nombreux cas d’arthrite évolueront peu ou très lentement. Dans 10 à 15 % des cas, après une crise de 6 mois, la maladie s’éteint d’elle-même, et disparaît aussi mystérieusement qu’elle était apparue.

Parmi les personnes qui ne font rien, ne reçoivent aucun traitement, seule une sur deux aura un handicap au bout de 10 ans.

Ce qui signifie que, si vous agissez par l’alimentation, le mode de vie, les compléments nutritionnels tout de suite, et l’appui de la médecine dans les crises graves, cette maladie n’est pas comparable à d’autres comme le cancer, l’Alzheimer, le Parkinson et tant d’autres contre lesquelles il y a si peu à faire.

Agir des années avant la polyarthrite rhumatoïde
L’idéal bien sûr est de n’avoir encore aucun symptôme de la polyarthrite rhumatoïde.

Dans ce cas, vous pouvez agir de façon préventive de la façon suivante :
→ Avoir un bon taux de vitamine D (entre 45 et 60 ng/mL) va alors réduire fortement votre risque de poussée inflammatoire douloureuse, tout comme cela réduira votre risque de nombreux cancers, d’infections, de sclérose en plaques, de dépression. Réciproquement, le manque de vitamine D augmentera votre risque [2]. Pour cela, la meilleure stratégie est de sortir de chez vous et de vous exposer au soleil. S’exposer aux UVB, les rayons ultraviolets qui déclenchent la synthèse de la vitamine B dans la peau, améliore le moral, aide à réguler la mélatonine (une hormone vitale), augmente la production d’oxyde nitrique qui permet de réduire la tension artérielle et le risque cardiovasculaire. Si vous vivez dans une zone peu ensoleillée, vous devez prendre un complément alimentaire de vitamine D (4 000 UI par jour).

→ Surveillez vos apports en oméga-3 : les oméga-3 sont des acides gras anti-inflammatoires. Ils doivent être présents dans l’alimentation en proportion avec les oméga-6, des acides gras inflammatoires. Notre alimentation moderne est déséquilibrée en faveur des oméga-6, dans une proportion pouvant aller à 35 pour 1, alors que le bon équilibre est entre 1 pour 1 et 4 pour 1. Afin de rétablir l’équilibre, il est important de consciemment préférer les aliments riches en oméga-3, que sont les petits poissons gras des mers froides (harengs, sardines, anchois, maquereaux), les huiles de colza et de noix, et certains végétaux comme le pourpier et les graines de lin (à broyer avant de les manger).

→ Faut-il le préciser, arrêtez la cigarette, surtout si vous avez une personne de votre famille proche touchée par la maladie. En effet, cela signifierait que vous avez une prédisposition génétique possible, et il est d’autant plus important de ne pas favoriser le déclenchement par la fumée du tabac qui est fortement inflammatoire pour l’organisme.

→ Chez les femmes, qui ont trois fois plus de risques d’arthrite rhumatoïde que les hommes, le fait d’avoir des enfants réduit l’incidence de la maladie.

→ Un mode de vie sain impliquant une réduction de la consommation de sucre, de céréales raffinées, d’huiles végétales industrielles (maïs, tournesol, germe de blé), de bonbons, de biscuits, réduira les risques d’arthrite et les douleurs :
-Consommez beaucoup de légumes germés, riches en vitamines, en minéraux, en antioxydants, en enzymes, qui protègent votre corps des radicaux libres et des toxines. Mangez des crucifères (famille des choux) surtout des choux de Bruxelles, des brocolis, des choux-fleurs.

-Mangez des épinards et des légumes verts. Ils sont riches en potassium, en zinc, en sélénium, et en vitamine A.

-Mangez des légumes fermentés, comme la choucroute, le kimchi (chou fermenté coréen), le natto (soja fermenté). Ils nourrissent votre microbiote et apportent de grandes quantités de bonnes bactéries (probiotiques) protectrices dans votre tube intestinal.

Les aliments fermentés ont aussi l’avantage de :
contenir de fortes doses de vitamine K2, qui prévient la formation de plaque artérielle et renforce les os ;
produire des vitamines B ;
améliorer le système immunitaire ;
détoxifier l’organisme ;
améliorer le moral ;
inhiber l’obésité et le diabète.

→ Faire de l’exercice physique régulier contribue à réguler l’inflammation dans le corps et à la bonne santé des articulations.

Les articulations ont cette particularité qu’elles s’usent surtout quand on ne s’en sert pas. Loin de les user, les solliciter fait circuler le liquide lubrifiant et nutritif (synovie) dans le cartilage. Ce sont les coups, les chocs violents, les torsions brutales qui sont mauvais pour les articulations, pas l’exercice physique en tant que tel.

Les apports des médecines naturelles au traitement de la polyarthrite rhumatoïde
Une fois la maladie déclarée, les douleurs sont telles qu’il est difficile de résister aux apports de la médecine qui donne des médicaments antalgiques (antidouleur), de la cortisone (antidouleur et anti-inflammatoire) et des antibiotiques (l’arthrite, qui implique une inflammation de la membrane synoviale, a parfois une composante bactérienne, notamment suite à une infection comme la borréliose de Lyme).

Mais ces remèdes perdent de leur efficacité à long terme. Ils deviennent même très nocifs si on les poursuit trop longtemps (la cortisone en particulier, qui détruit le squelette).

Également, l’arthrite étant une maladie auto-immune, les médecins vont proposer dans les cas graves des traitements « immunosuppresseurs ».

Derrière ce terme se cachent des produits pour certains extrêmement violents qui vont détruire les défenses immunitaires du corps. En pratique, ce sont des poisons qui tuent les cellules de la moelle osseuse qui produisent les globules blancs. Ce sont les mêmes traitements utilisés en chimiothérapie contre le cancer, en particulier le fameux méthotrexate dérivé du « gaz moutarde » utilisé pendant la Première Guerre mondiale (aussi étonnant que cela puisse paraître, tout ceci est rigoureusement authentique et j’invite mes lecteurs qui auraient des doutes à vérifier sur Internet l’exactitude de ces informations).

Pour cette raison, les patients qui souhaitent réduire le risque de mauvaises ou très mauvaises surprises liées aux traitements médicaux se prennent en main et font tout leur possible pour limiter les effets de l’arthrite rhumatoïde par d’autres moyens.

Ils essayent aussi de réduire au maximum leurs doses de médicaments car moins vous en prenez, plus longtemps ils resteront efficaces. Surtout, vous les réservez pour les grosses crises où il faudra agir vigoureusement.

Dans la liste des approches naturelles intéressantes dans l’arthrite rhumatoïde, la plus en vogue actuellement est le régime hypotoxique du Dr Jean Seignalet qui a été remise à la mode par Jacqueline Lagacé, chercheuse en microbiologie et en immunologie. Accablée par l’arthrite et l’arthrose, elle découvre ce régime :

« Les résultats sont spectaculaires. En dix jours, la douleur a disparu et en seize mois, elle recouvre totalement l’usage de ses doigts. Elle constate parallèlement des améliorations sensibles dans les articulations de ses genoux et de sa colonne vertébrale, qui étaient affectés par de l’arthrose symptomatique depuis plusieurs années [3]. »

Il s’agit d’une alimentation proche de l’alimentation « paléolithique », sans produits laitiers de vache, éliminant le blé, la plupart des céréales, favorisant la cuisson douce, la viande à cuisson basse, les légumineuses et les légumes et fruits crus. Voir les livres de Jean-Marie Magnien pour tout savoir sur le régime Seignalet.

Les nutriments, plantes, produits et traitements naturels en cas d’arthrite rhumatoïde
La liste suivante recense les nutriments, plantes, produits et traitements naturels en cas d’arthrite rhumatoïde. L’idéal serait qu’ils constituent à eux seuls une stratégie thérapeutique naturelle globale, mais l’arthrite rhumatoïde étant particulièrement douloureuse, ils serviront le plus souvent en accompagnement des traitements médicaux. Néanmoins, ils peuvent apporter un important soulagement et entraîner une forte réduction de la prise de médicaments :

-La capsaïcine, la substance « qui pique » dans le poivre et le piment, soulage légèrement la douleur causée par la polyarthrite rhumatoïde. Il faut l’appliquer sous forme de crème. Il existe des crèmes qui vont de 0,025 % à 0,075 % de capsaïcine, à appliquer quatre fois par jour, pour un résultat au bout de deux ou trois jours de traitement [4].

-L’harpagophytum a un effet démontré pour réduire l’inflammation. Plusieurs essais cliniques ont montré une amélioration de la mobilité et un « soulagement sensible de la douleur ». À prendre en comprimés de 500 mg, trois fois par jour [5].

-Oméga-3 : les oméga-3 sous forme d’huile de poisson sont la substance naturelle ayant fait l’objet du plus grand nombre d’études cliniques dans le cadre du traitement de la polyarthrite [6]. Leur conclusion est que 3 à 4 g par jour d’EPA (un type d’oméga-3) permettent de réduire les raideurs le matin et de réduire les prises de médicaments anti-inflammatoires, un avantage important quand on connaît les dangers à long terme de ces médicaments.

-L’huile d’onagre et l’huile de bourrache, à raison de 5 à 6 g par jour, ont une « certaine utilité pour traiter la polyarthrite rhumatoïde [7]».

-L’astaxanthine, un caroténoïde antioxydant que l’on trouve dans le saumon et le krill (la nourriture des baleines), à prendre à une dose de 4 mg par jour [8]; très intéressant en particulier pour les patients prenant de la prednisone, un corticoïde souvent prescrit contre l’arthrite et qui endommage les yeux (l’astaxanthine protège les yeux).

-Phytothérapie (médecine des plantes) : il existe un mélange réputé efficace pour la polyarthrite rhumatoïde. Il s’agit d’une teinture (les plantes ont macéré dans l’alcool) de trois mesures de faux-tremble (Populus tremula) pour une mesure de frêne européen (Fraxinus excelsior) et une de verge d’or (Solidago virgaurea). L’ensemble des dix études réalisées indique une efficacité comparable aux anti-inflammatoires non-stéroïdiens pour soulager les douleurs. Ce produit est vendu en pharmacie sous la marque « Phytodolor [9]». On prend la teinture par voie interne (on l’avale diluée avec de l’eau).

-La principale plante réputée contre l’arthrite rhumatoïde est le cassis : 5 à 12 g de feuilles séchées dans 250 ml d’eau bouillante, infuser 15 minutes, boire deux tasses par jour, ou 5 ml d’extrait fluide (1 :1) deux fois par jour avant les repas [10].

-L’autre plante importante est le curcuma qui agit contre les maladies auto-immunes et a un effet anti-inflammatoire, à une dose de 500 mg de curcumine (le principe actif du curcuma) par jour. Une étude a montré une efficacité équivalente à une faible dose de diclofénac [11].

-Les autres plantes à consommer régulièrement sont la boswellia serrata, qui améliore l’irrigation dans les articulations, le gingembre lui aussi anti-inflammatoire et la réglisse.

-Le venin d’abeille diminuerait la douleur et les troubles inflammatoires, selon plusieurs témoignages [12]. En accompagnement des médicaments classiques, il renforce la réduction des symptômes.

-Les trois armes de la médecine traditionnelle chinoise : une plante, le tripterygium wilfordii [13], un traitement, l’acupuncture [14], et un sport, le taï-chi. [15] Des études scientifiques ont montré l’intérêt de ces trois approches contre l’arthrite rhumatoïde, contre les douleurs, pour améliorer l’amplitude de mouvement, la capacité fonctionnelle, et la qualité de vie.

Enfin, le Dr Joseph Mercola recommande l’EFT (technique de libération émotionnelle), proche de la médecine chinoise, qui consiste à stimuler avec les doigts certains points d’acupuncture, pour se libérer de la douleur et « court-circuiter les blocages émotionnels dans le système bioénergétique corporel [16] ».

Je pense avoir recensé toutes les approches naturelles crédibles ou étant confirmées par l’expérience de certains patients. Mais je reste conscient que cette maladie compliquée et douloureuse ne se laisse pas facilement dompter.

À tous mes lecteurs, et plus particulièrement mes lectrices, puisque ce sont les femmes les plus touchées, je tiens à vous dire toute ma compassion, et mes bonnes pensées dans votre vie avec cette maladie.

Si je peux me permettre un message d’espoir, la longue liste des approches naturelles vous laisse la chance de mettre en place dès les premiers symptômes une stratégie complète pour résister et contre-attaquer. Le fait est que c’est une maladie qui n’évolue pas toujours très vite.

Ne laissez toutefois pas le temps passer car l’inflammation de l’enveloppe synoviale se communique rapidement au cartilage qui, une fois abîmé ou détruit, sera très difficile à soigner. C’est pourquoi j’ai commencé ce message en insistant sur le fait qu’il faut agir vite et fort, dès le début. Merci de m’envoyer vos témoignages, et éventuellement vos autres approches alternatives si elles ne sont pas citées dans ma liste.

Et encore une fois, je vous envoie toutes mes bonnes pensées pour vous accompagner sur votre chemin de guérison.

À votre santé,

Jean-Marc Dupuis

Sources :
[1] Les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde (rhumatisme, arthrite)
http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=polyarthrite-pm-symptomes-de-la-polyarthrite-rhumatoide

[2] Vitamin D and rheumatoid arthritis
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3539179/

[3] Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation
https://jacquelinelagace.net/livres/livre/

[4] Evidence of effectiveness of herbal medicinal products in the treatment of arthritis. Part 2: Rheumatoid arthritis. Cameron M, Gagnier JJ, et al. Phytother Res. 2009 Dec;23(12):1647-62. Review.

[5] Wegener T. [Degenerative diseases of the musculoskeletal system-overview of current clinical studies of Devil's Claw (Harpagophyti radix)]. [Article en allemand, résumé en anglais]. Wien Med Wochenschr 2002;152(15-16):389-92.

[6] Cleland LG, James MJ. Fish oil and rheumatoid arthritis: antiinflammatory and collateral health benefits. J Rheumatol. 2000 Oct;27(10):2305-7. Editorial. Texte complet accessible à l’adresse suivante : http://jrheum.com

[7] Belch JJ, Hill A. Evening primrose oil and borage oil in rheumatologic conditions. Am J Clin Nutr 2000 Jan;71(1 Suppl):352S-6S. Texte complet accessible à l’adresse suivante : www.ajcn.org

[8] 5 Reasons to Take Astaxanthin Every Day
http://www.huffingtonpost.com/suzy-cohen-rph/astaxanthin_b_2750910.html

[9] Ernst E. The efficacy of Phytodolor for the treatment of musculoskeletal pain - a systematic review of randomized clinical trials. Natural Medicine Journal, 1999; 2(5):14-17. Étude mentionnée dans : Ernst E (Ed). The Desktop Guide to Complementary and Alternative Medicine : an evidence-based approach, Harcourt Publishers Limited, Angleterre, 2001, p. 339-344.

[10] Evidence of effectiveness of herbal medicinal products in the treatment of arthritis. Part 2: Rheumatoid arthritis. Cameron M, Gagnier JJ, et al. Phytother Res. 2009 Dec;23(12):1647-62. Review.

[11] Phytother Res. 2012 Nov;26(11):1719-25. doi: 10.1002/ptr.4639. Epub 2012 Mar 9. A randomized, pilot study to assess the efficacy and safety of curcumin in patients with active rheumatoid arthritis. Chandran B1, Goel A.

[12] Clinical randomized study of bee-sting therapy for rheumatoid arthritis. Liu XD, Zhang JL, et al. Zhen Ci Yan Jiu. 2008 Jun;33(3):197-200. Chinese (abstract in English).

[13] Tao X, Younger J, et al. Benefit of an extract of Tripterygium Wilfordii Hook F in patients with rheumatoid arthritis: a double-blind, placebo-controlled study. Arthritis Rheum. 2002 Jul;46(7):1735-43.

[14] Acupuncture for pain relief in patients with rheumatoid arthritis: a systematic review. Wang C, de Pablo P, et al. Arthritis Rheum. 2008 Sep 15;59(9):1249-56. Review.

[15] Exploring Tai Chi in rheumatoid arthritis: a quantitative and qualitative study. Uhlig T, Fongen C, et al. BMC Musculoskelet Disord. 2010 Mar 5;11:43.

[16] Basic Steps to Your Emotional Freedom
http://eft.mercola.com/

Pour en savoir plus :
https://www.santenatureinnovation.com/arthrite-rhumatoide-agir-vite-et-fort/#moz



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France

Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3005
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: L'arthrose - l'Arthrite ou Polyarthrite   Dim 12 Mar 2017 - 18:26



source https://www.santenatureinnovation.com/bouillon-os-a-moelle-abats-que-des-bonnes-choses/
Bouillon, os à moelle, abats : que des bonnes choses !

Chère lectrice, cher lecteur,

Les os à moelle, abats, cartilages et autres « bas morceaux » ont mauvaise presse.

Nous redoutons ce qui croque et résiste sous la dent, et plus encore ce qui est gluant.

J’évoquais récemment le triste destin de la cervelle. Mais le foie, les rognons, les pieds de cochon, se portent à peine mieux. Le jambon ne doit plus avoir de couenne. La viande ne doit plus avoir de gras et encore moins de gelée. Nous sommes écœurés par les tripes, les gésiers.

Conséquence : les « bas morceaux » ne se vendent plus.

Ils sont recyclés par l’industrie agroalimentaire qui les glisse, en les faisant passer pour des morceaux « nobles », dans les boulettes, raviolis en boîte, et autres viandes transformées et croquettes pour animaux.

Alors les associations de consommateurs dénoncent. Les autorités inspectent. Des « journalistes d’investigation » s’introduisent clandestinement dans les usines pour filmer ces pratiques présentées comme honteuses.

Et pourtant, cher lecteur, les jeter à la poubelle serait un énorme gâchis environnemental. Et c’est une erreur sur le plan nutritionnel.

Ce qui est bon dans les nuggets de poulet
Des scientifiques de l’université du Mississippi ont analysé des nuggets de poulet et ont découvert que plus de la moitié des protéines proviennent de vaisseaux sanguins, nerfs, tissus conjonctifs, peau et viscères.

Cela a fait scandale dans les médias. Pourtant, comme l’explique la nutritionniste Magali Walcowicz dans le prochain numéro d’Alternatif-Bien-Être (n° 126 – mars 2017) :
« Cette petite escroquerie est plutôt bénéfique pour la santé ! Les tissus conjonctifs sont en effet très riches en collagène, ce qui rend les nuggets bien plus intéressants nutritionnellement que s’ils n’étaient constitués que de viande musculaire. »

Elle note néanmoins que les nuggets de poulet n’en sont pas pour autant recommandables, à cause des « graisses oxydées, des additifs et du sucre ».

Ce qui est bon dans les « bas morceaux »
→ Les os, le cartilage, la peau et tout ce qu’on appelle en anatomie les « tissus conjonctifs », c’est-à-dire tous les ligaments, tendons et tissus qui permettent à nos organes de tenir ensemble, sont riches en collagène, en glycine et en proline, des protéines très importantes pour les os, la peau et les articulations, en particulier le cartilage.

Les personnes qui souffrent d’arthrite, d’arthrose, d’ostéoporose doivent en manger plus.

C’est avec eux qu’on fait les meilleurs bouillons. Cela consiste simplement à faire cuire dans l’eau frémissante les os, carcasses, cartilage et peau d’animaux, en général des volailles (mais je fais aussi à la fin de cet article la promotion du bouillon de queue de bœuf), avec des petits légumes, de l’ail, des aromates et du sel. Les nutriments ne sont pas perdus puisqu’ils se dissolvent dans le bouillon.

Le bouillon se consomme tel quel ou comme base pour une soupe ou des sauces. Le bouillon est bon pour le système immunitaire, très bien accepté par le système digestif. Il est reconstituant car riche en éléments nutritifs. C’est pourquoi on donne du bouillon à boire aux malades et on en consomme en hiver en prévention.

→ Os à moelle : l’importance nutritionnelle de la moelle est énorme. Elle est évidente lorsqu’on observe les animaux carnivores rivaliser d’ingéniosité pour récupérer la moelle. Les chiens sont célèbres pour les efforts qu’ils font à casser les os avec leurs crocs. Les vautours lâchent des os d’une grande hauteur dans l’espoir qu’ils se brisent sur les rochers.

Les hommes préhistoriques eux aussi étaient conscients du trésor caché au creux des os : ils utilisaient des pierres pour fracasser les os afin d’en récupérer la moelle.

Manger de la moelle offre une source riche d’éléments pour notre système immunitaire. En effet, les cellules de la moelle sont comme des usines biochimiques que le corps parvient à absorber, à démonter, puis à recycler, pour fabriquer des cellules sanguines et immunitaires à son tour.

Pour être consommé cru, l’os à moelle doit, comme les viandes, provenir d’animaux sains, élevés et nourris dans leur environnement naturel, ce qui n’est pas toujours le cas. C’est pourquoi il est préférable de s’approvisionner chez un boucher bio.

On peut aussi le faire réchauffer doucement au four et le manger sur des toasts, avec du gros sel.

→ Le foie est pauvre en lipides et constitue une bonne source de protéines (20 % environ). Il est très riche en vitamine B9, et toutes les vitamines du groupe B.

C’est une excellente source de vitamine A essentielle à la vision.

Il est une très bonne source de fer héminique bioassimilable et contient beaucoup de cuivre et de sélénium.

Le cœur et les rognons (reins) sont nutritionnellement proches.

C’est avec eux qu’on fait les meilleurs pâtés, mais les abats de volaille peuvent aussi être revenus dans une poêle, assaisonnés et mangés avec une salade verte.

→ Les tripes ne sont autres que les viscères (estomac et boyaux) de bœuf, de mouton ou de porc. Elles n’ont pas d’intérêt nutritionnel particulier, ce qui peut être vu comme un gros avantage par les personnes cherchant à perdre du poids. Elles sont pauvres en tout ! Et les spécialités gastronomiques sont innombrables : à la mode de Caen, gras double (qui n’est pas gras du tout), andouille, vous visitez ainsi toute la France.

Faites du bouillon de queue de bœuf
Le bouillon de queue de bœuf est une spécialité culinaire française tombée en désuétude. Elle avait pourtant l’immense intérêt de :
-produire un excellent bouillon ;

-valoriser une viande tout à fait délicieuse qui, autrement, aurait été jetée.

Le principe est simplissime.
La queue d’un animal est le prolongement de sa colonne vertébrale. Elle est donc structurée autour de vertèbres. Le boucher la coupe facilement en tronçons, entre chaque vertèbre. On fait revenir ces tronçons dans une poêle avant de les mettre à bouillir avec de petits légumes assaisonnés (voir sur Internet Google pour d’innombrables recettes).

Les vertèbres contiennent de la moelle, du collagène, et sont entourées de morceaux de chair qui vont s’attendrir pendant la cuisson.

On peut boire le bouillon en entrée, puis manger les morceaux de queue de bœuf avec des légumes bouillis, du gros sel, des câpres, une bonne moutarde de Dijon.

C’est le plat d’hiver idéal. Et c’est délicieux.

Car, j’avais omis de le préciser, délaisser tous ces aliments n’est pas seulement dommage sur le plan nutritionnel. C’est aussi un monde de saveurs, de textures complexes et stimulantes, dont nous nous privons.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France





Dernière édition par Libellule le Lun 20 Mar 2017 - 22:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3005
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: L'arthrose - l'Arthrite ou Polyarthrite   Lun 20 Mar 2017 - 22:31



source https://www.pure-sante.info/arthrose-genou-on-parle-de-operer/
Arthrose du genou : si on vous parle de vous opérer
Par Gabriel Combris/18 avril 2016


En cas d’arthrose sévère au genou, les médecins conseillent souvent une chirurgie qui consiste à enlever la partie du ménisque abimée (méniscectomie) ou de régulariser des lésions du cartilage (débridement).

La question trop souvent « oubliée » est : quels sont les bienfaits ?
Des chercheurs se sont posé cette question, et ils ont rassemblé plusieurs études portant sur des patients ayant subi ces opérations [1].

Les résultats, vous allez le voir, font froid dans le dos.
Après un soulagement de six mois, la douleur revenait à l’identique généralement un an après l’opération.

D’après les patients, cette opération chirurgicale n’avait pas plus d’effet que le paracétamol sur la douleur. En ce qui concerne la mobilité du genou, la chirurgie n’a apporté strictement aucune amélioration !

Des constatations d’autant plus fâcheuses que ces chirurgies ne sont pas sans danger : décès malheureux après l’anesthésie, thrombose veineuse, etc. De plus, enlever une partie du ménisque peut aggraver l’arthrose et donc la douleur sur le long terme.

Conclusion : réfléchissez-y à deux fois si votre médecin vous propose cette opération !

Santé !

Gabriel Combris

sources :
[1] Thorlund JB, Juhl CB, Roos EM, Lohmander LS. Arthroscopic surgery for degenerative knee: systematic review and meta-analysis of benefits and harms. BMJ. 2015 Jun 16;350:h2747



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France



Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3005
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: L'arthrose - l'Arthrite ou Polyarthrite   Ven 14 Avr 2017 - 19:30



source https://www.santenatureinnovation.com/arthrose-non-deremboursement-traitement-doux/#comment
Arthrose : non au déremboursement du traitement doux
13/04/2017

La France est-elle en train de devenir une dictature ?!
Associations, syndicats médicaux et rhumatologues protestent de façon désespérée contre le déremboursement par la Sécurité sociale des injections d’acide hyaluronique.

Mais le gouvernement s’en moque ! La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a signé, sourire aux lèvres, le décret de déremboursement le 28 mars dernier [1].

Ce traitement est pourtant le seul traitement allopathique ayant une petite action sur l’évolution de l’arthrose et le confort des patients.

Des dizaines d’articles sont parus ces derniers jours dans la presse. Tous disent la même chose : la décision de la ministre de la Santé Marisol Touraine de signer le décret de déremboursement a « sidéré l’ensemble de la profession [2] ».

« Selon des études récentes, ce traitement est le plus efficace pour soulager les patients atteints de gonarthrose, avec le meilleur rapport bénéfice-tolérance », s’indigne la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) [3].

« Ce déremboursement prétend faire économiser 68 millions d’euros à la Sécurité sociale. Mais il va provoquer une dépense ultérieure de 800 millions, selon les différentes organisations représentant les rhumatologues et les malades [4]. »

En effet, grâce à ce traitement simple (l’acide hyaluronique est une substance naturelle qui se trouve dans les articulations, et qui aide à lubrifier les cartilages), on pratique en France deux fois moins de prothèses du genou que dans les pays voisins.

S’attaquer à ce traitement, c’est s’exposer à un violent retour de bâton. Des centaines de milliers de patients, accablés de douleur, se tourneront vers les prothèses, lesquelles coûtent de 7 000 à 13 000 euros l’unité [5] ! Les injections d’acide hyaluronique, elles, coûtent 120 euros, soit cent fois moins !

L’Association française de lutte anti-rhumatismale (AFLAR) a lancé une grande pétition pour la défense des personnes souffrant d’arthrose. Cette pétition est relayée par l’Institut pour la protection de la santé naturelle.

Je vous invite à la signer et à la relayer partout autour de vous : http://petitions.ipsn.eu/scandale-deremboursement-arthrose/index.php

 Non seulement c’est une décision médicalement injuste.

 Mais c’est aussi une décision financièrement stupide, qui va nous coûter des centaines de millions d’euros de dépenses de santé supplémentaires !

C’est pourquoi j’en appelle à toute la population concernée par ces dépenses scandaleuses, pour protester en signant la pétition.

L’arthrose est une maladie qui touche dix millions de personnes en France. La plupart des personnes âgées en seront victimes : aux hanches, au genou, au poignet, au cou, à l’épaule, dans le dos… Les douleurs peuvent devenir insupportables et entraîner un handicap total.

Mais c’est une maladie compliquée : la médecine est démunie et ne propose aucun traitement définitif.

À court terme, on peut prendre des antidouleurs, des anti-inflammatoires ; mais leur effet ne dure pas.

Ces médicaments pris quotidiennement sont peu efficaces. Le 17 mars 2016, une grande étude publiée dans la plus prestigieuse revue médicale du monde, The Lancet, a montré que le médicament chimique le plus prescrit contre l’arthrose, le paracétamol,
« ne permet pas de calmer efficacement leurs douleurs ou d’améliorer leurs capacités physiques [6]. »

En revanche, ces médicaments provoquent de graves problèmes à l’estomac, aux intestins. Ils peuvent aussi causer des accidents aux reins et des empoisonnements (le paracétamol est la cause la plus fréquente de destruction du foie, ou hépatite fulminante [7]).

Pour éviter cela, on passe à des traitements plus lourds : les infiltrations de cortisone. Mais elles affaiblissent le système immunitaire et abîment les os, ce qui est exactement le contraire de ce qu’il faut aux personnes qui souffrent d’arthrose, maladie qui concerne autant les os que les cartilages.

Et, de toute façon, la cortisone non plus ne peut être donnée sur le long terme sans graves effets indésirables : destruction du squelette, perforation des viscères.

Quand le corps n’en peut plus, reste la chirurgie : prothèse de la hanche ou du genou principalement. Au-delà des douleurs et des risques de l’opération, il faut compter des semaines d’immobilisation et des mois de rééducation.

Les médecines douces sont donc la solution à privilégier contre l’arthrose :
-on maîtrise la douleur grâce à l’acupuncture, le qi gong, les automassages aux huiles essentielles, les techniques de visualisation ;

-on apporte aux tissus des articulations (tendons, cartilages, os sous-jacents) les nutriments riches en soufre (sulfate de glucosamine, de chondroïtine, MSM) et les protéines (collagène) nécessaires en supplémentation nutritionnelle ;

-on réduit l’inflammation grâce à des plantes naturellement anti-inflammatoires : harpagophytum, curcumine, teinture-mère de cassis, reine-des-prés, peuplier, ortie, saule blanc, vergerette du Canada.

Si rien de tout cela ne procure de soulagement suffisant, l’injection d’acide hyaluronique dans l’articulation est la première stratégie allopathique (médecine conventionnelle) à tenter.

Cette méthode se situe entre les médecines douces et la médecine dure.
L’acide hyaluronique, en effet, est un produit entièrement naturel et présent dans la synovie, le liquide où baignent normalement les articulations et qui les lubrifie. C’est lui qui permet aux cartilages de glisser naturellement et sans douleur l’un contre l’autre. Il augmente la viscosité du liquide synovial et rend le cartilage plus élastique.

Ce traitement est aussi appelé « visco-supplémentation ».

Piquer avec une seringue dans une articulation n’est pas ce qu’il y a de plus naturel ; mais il s’agit d’y introduire une certaine quantité d’un produit qui s’y trouve déjà.

La solution n’est ni radicale ni d’une efficacité assurée. Mais l’accumulation de témoignages de patients affirmant que les injections d’acide hyaluronique les ont sauvés est impressionnante. Rien que le 4 avril ont été publiés, sur le site de l’Aflar, les témoignages suivants (et il y en a des milliers d’autres [8]) :
« Voilà six ans que je reçois des injections. J’ai 56 ans. Mes genoux me faisaient énormément souffrir et depuis plus rien, et en plus sans aucun effet secondaire. Donc je confirme l’efficacité de ces injections : je marche, je fais du vélo tranquillement, je nage. Et tout ça sans douleurs, alors qu’avant je ne pouvais plus rien faire, sauf en me gavant d’antalgiques. Alors, les études bidon, je n’y crois pas, et vu le nombre de témoignages ici, je suis sûr du bienfait de ces traitements. »

« Je vais prendre ma retraite à presque 63 ans avec des genoux en compote. Il y en aurait eu des arrêts de travail si je n’avais eu ce traitement. Je n’accepte pas cette décision de déremboursement.

La prothèse, c‘est bien plus cher . Ce n’est pas du confort, encore moins de l‘esthétique, juste la possibilité de maintenir son activité.

Votre décision va multiplier les handicaps graves, les opérations, les fauteuils roulants… Elles seront où, les économies ? »

« Déjà 12 ans que des injections dans les deux genoux me permettent d’avoir une vie à peu près normale. Bien sûr, pas de randonnée, ni de longues promenades dans des sentiers escarpés, mais je conduis et je fais mes courses. Je viens d’avoir une arthroscopie qui sera suivie d’une injection. Après, c’est la première prothèse ! Je n’ai que 66 ans. Déjà le déremboursement du Flexea m’avait privé d’un produit qui me faisait du bien. Si les injections ne sont plus remboursées, à quel produit anti-arthrosique le gouvernement va-t-il s’attaquer ensuite ? »

Car, en effet, ce gouvernement a déjà déremboursé l’année dernière la glucosamine et la chondroïtine, des nutriments naturels très utilisés contre l’arthrose, ayant montré leur efficacité [9], aussi appelés AASAL (anti-arthrosiques d’action lente).

Cet acharnement à dérembourser des produits simples, bon marché et plus efficaces dans de nombreux cas, est incompréhensible.

C’est aussi inacceptable. Mais si nous ne faisons rien, le décret de déremboursement entrera en vigueur au 1er juin 2017.

Il nous reste quelques semaines pour faire monter notre clameur de protestation.

En politique, il y a un vieux dicton : « Qui ne dit mot consent. »

C’est pourquoi j’espère que vous signerez, des deux mains, la grande pétition de protestation, et que vous mobiliserez votre entourage.

Je vous redonne l’adresse pour signer : http://petitions.ipsn.eu/scandale-deremboursement-arthrose/index.php

Merci de votre mobilisation. C’est une question de bon sens, de bien commun, mais surtout d’élémentaire justice.

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis

Sources :
[1] Arthrose. L’acide hyaluronique déremboursé, les médecins en colère
http://www.ouest-france.fr/sante/arthrose-l-acide-hyaluronique-derembourse-les-medecins-en-colere-4903585

[2] Arthrose du genou : polémique autour du déremboursement
http://www.mutualistes.com/arthrose-du-genou-polemique-autour

[3] Déremboursement de la viscosupplémentation : mieux vaut être riche et bien portant
http://www.csmf.org/actualites/2017-03-30-000000/deremboursement-de-la-viscosupplementation-mieux-vaut-etre-riche-et

[4] Collège français des médecins rhumatologues, Société française de rhumatologie, Syndicat national des médecins rhumatologues, Association française de lutte anti-rhumatismale, Institut pour la protection de la santé naturelle.

[5] Les rhumatologues protestent contre le déremboursement de l’acide hyaluronique
https://www.actusante.net/actu/rhumatologues-protestent-contre-deremboursement-de-lacide-hyaluronique-7638

[6] Effectiveness of non-steroidal anti-inflammatory drugs for the treatment of pain in knee and hip osteoarthritis: a network meta-analysis

[7] Même faible, le surdosage de paracétamol est dangereux
http://sante.lefigaro.fr/actualite/2011/11/25/16133-meme-faible-surdosage-paracetamol-est-dangereux

[8] http://www.stop-arthrose.org/petition
http://www.stop-arthrose.org/petition

[9] Towheed TE, Maxwell L, et al. « Glucosamine therapy for treating osteoarthritis ». Cochrane Database Syst. Rev., 2005 Apr. 18, (2) : CD002946. Review.
Richy F, Bruyère O, et al. « Structural and symptomatic efficacy of glucosamine and chondroitin in knee osteoarthritis : a comprehensive meta-analysis ». Arch. Intern. Med., 2003 Jul 14, 163 (13) : 1514-1522.Bruyère O, Burlet N, et al. « Evaluation of symptomatic slow-acting drugs in osteoarthritis using the GRADE system ». BMC Musculoskelet. Disord., 2008 Dec. 16, 9 : 165. www.biomedcentral.comGregory PJ, Sperry M, Wilson AF. « Dietary supplements for osteoarthritis ». Am. Fam. Physician, 2008 Jan. 15, 77 (2) :177-184. Review. www.aafp.orgBlack C, Clar C, Henderson R, et al. « The clinical effectiveness of glucosamine and chondroitin supplements in slowing or arresting progression of osteoarthritis of the knee : a systematic review and economic evaluation ». Health Technol. Assess., 2009 Nov., 13 (52) : 1-148. Review. www.hta.ac.uk



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France

Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 3005
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: L'arthrose - l'Arthrite ou Polyarthrite   Ven 21 Avr 2017 - 14:32



source https://www.sante-corps-esprit.com/
Je vote pour...

Cher(e) ami(e) de la Santé,

Non, je ne vous parlerai pas de mon vote "officiel"...


Mais je voudrais vous dire qui je soutiens totalement pour une politique de santé favorable à la médecine naturelle et libérée des lobbys pharmaceutiques.

Face au silence de nos candidats, je vote d'abord pour Laura Azenard, une femme formidable, et hyper courageuse.

Laura a lancé un grand appel, qui est en train de créer un phénomène sur Internet.

C'est un appel à réhabiliter les médecines douces, contre le "tout médicament chimique".

Et croyez-moi, elle est bien placée pour vous en parler.

A 40 ans, Laura a été diagnostiquée souffrant d'une arthrose de stade 3. Elle ne pouvait plus monter ou descendre les escaliers sans se tordre de douleur.

Son rhumatologue lui a conseillé de se résigner, "d'oublier sa vie d'avant"... et de prendre ses médicaments.

Mais après avoir beaucoup pleuré, elle a relevé la tête et dit NON.

NON, elle ne voulait pas être condamnée à prendre des médicaments anti-inflammatoires toute sa vie.

NON, elle ne pouvait accepter la lente et douloureuse dégénérescence que la médecine lui promettait.

NON, elle ne pouvait pas croire qu'il n'existe pas d'autres solutions pour guérir.

Alors elle a essayé d'innombrables solutions.

Et à force de chercher, de tester, d'expérimenter... le miracle s'est produit.

Aujourd'hui, elle est totalement guérie de son arthrose, grâce à des remèdes naturels !

Elle raconte tout dans ce témoignage vidéo que je vous recommande vraiment de visionner et de transférer à tout votre entourage.  
http://petition-arthrose.com/

C’est plus qu’un témoignage : Laura en appelle aussi à la mobilisation citoyenne pour faire cesser les mensonges autour de l’arthrose, entretenus par les lobbys du médicament.  

Alors je compte sur vous pour répondre à son appel et le transférer à tous vos proches.  
A quelques jours de l’élection présidentielle en France, c’est le meilleur moyen de faire changer les choses pour notre santé à tous !

Bonne santé,

Xavier Bazin



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'arthrose - l'Arthrite ou Polyarthrite   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'arthrose - l'Arthrite ou Polyarthrite
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ronsard revu, corrigé... parodié.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: SANTE- DIETETIQUE- HYGIENE- BEAUTE- :: Dossiers pour réfléchir à notre manière de vivre et se nourrir-
Sauter vers: