Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'arthrose - l'Arthrite ou Polyarthrite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2316
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: L'arthrose - l'Arthrite ou Polyarthrite   Mar 31 Jan 2017 - 19:05



Bonjour

source http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=prevenir-arthrose
L'arthrose est l'une des principales causes de handicap dans le monde. Genou, hanche, dos, mains.
Toutes les articulations peuvent être touchées. Comment peut-on la prévenir ?

L'arthrose, un fléau articulaire
L’arthrose est une maladie articulaire qui touche environ 10 à 15% des personnes de plus de 60 ans, selon l’OMS. Bien qu’elle puisse aussi affecter les plus jeunes, sa prévalence augmente fortement avec l’âge : elle atteint environ 80 % des plus de 75 ans, entraînant des symptômes de gravité variable.

D’ici 2050, on estime que 130 millions de personnes dans le monde souffriront d’arthrose, et 40 millions d’entre elles seront fortement handicapées par la maladie. Une catastrophe sanitaire et socioéconomique ! Il y a donc urgence à prévenir cette maladie, souvent considérée comme une « dégénérescence » des articulations liée à l’âge.

Bien souvent, ce sont les genoux qui sont le plus endommagés. Les hanches, les doigts, les pieds et les vertèbres (cervicales et lombaires) sont également fréquemment touchés. Ainsi, chez les femmes de 65 à 75 ans, on peut voir des lésions d’arthrose à la radiographie dans 65% des cas au niveau des vertèbres lombaires et dans 75% des cas au niveau du genou… Est-ce inéluctable?

L'arthrose : plus complexe qu'il n'y paraît
Plus qu’une simple « usure » du cartilage, l'arthrose est une maladie complexe. C’est ce que réalisent les chercheurs depuis quelques années. Le processus pathologique est encore mal compris. En fait, il semble que l’arthrose soit liée à un déséquilibre entre les mécanismes naturels de destruction et de réparation des articulations.

L’arthrose est une maladie qui affecte en réalité toute l’articulation : l’os sous-jacent, le liquide synovial, les ligaments et les tendons, etc. Le cartilage est toutefois le tissu le plus atteint : il se détruit peu à peu, ce qui entraîne un frottement des os douloureux et une limitation des mouvements articulaires (le cartilage joue justement un rôle de « coussin » pour amortir les frottements dans l’articulation).

Les causes précises de l’arthrose étant encore largement méconnues, il est difficile de mettre au point des traitements pour prévenir la maladie. D’ailleurs, il n’existe aucun traitement vraiment efficace contre l’arthrose. Les antidouleurs permettent de limiter la gêne, certains traitements « de fond » soulagent également les malades, mais aucun médicament ne permet de retarder la dégradation des articulations.

Faute de pouvoir agir sur les causes de l’arthrose, il reste possible d’influencer certains facteurs environnementaux pour limiter le risque de développer de l’arthrose sévère.

Prévention de l'arthrose : le poids avant tout !
Si les causes ne sont pas claires, on sait que plusieurs facteurs augmentent le risque d’arthrose, dont des facteurs génétiques contre lesquels on ne peut rien faire.

On sait notamment que l’obésité est fortement associée à ce trouble articulaire. Le surpoids Plus on bouge, moins on souffrejoue un rôle bien sûr, puisque les genoux et les hanches sont davantage sollicités et « s’usent » plus vite. Mais ce n’est pas tout : l’obésité augmente même le risque de souffrir d’arthrose des doigts ! Pourquoi ? Probablement à cause de mécanismes liés à l’inflammation chronique, qui est associée à l’obésité et qui pourrait endommager également les cartilages.

Premier point pour la prévention, donc : le poids. En maintenant tout au long de sa vie un poids « santé », ou en perdant quelques kilos superflus lorsqu’on est en surpoids, on soulage les articulations et on limite ainsi leur usure. Plusieurs études ont montré qu’une perte de poids modérée, de seulement 5%, permettait de soulager considérablement la pression sur les genoux, les hanches et le bas du dos.

Plus on bouge, moins on souffre
Toutes les études sur les douleurs articulaires soulignent l’importance de l’exercice physique pour la prévention de l’arthrose, en particulier l’arthrose du genou, la plus fréquente et la plus handicapante.

En renforçant les muscles qui entourent les articulations (par exemple les quadriceps et les autres muscles des jambes pour le genou), on les protège et on les rend plus résistantes aux blessures et aux contraintes. Les personnes qui maintiennent une activité physique régulière sont moins sujettes à l’arthrose.

Et même une fois que la maladie est déclarée et que les douleurs sont présentes, il est important de continuer de bouger. Plus on immobilise l’articulation, plus celle-ci se dégrade vite. En dehors des crises (lorsque les articulations sont très douloureuses et gonflées), il est donc fortement conseillé de bouger ! Il n’est jamais trop tard pour commencer la marche, le vélo, la gymnastique aquatique ou la natation…

Éviter les blessures articulaires
Plus facile à dire qu’à faire ! Mais on sait que les personnes qui se sont souvent blessées au cours de leur vie, par exemple les sportifs qui ont beaucoup sollicité certaines articulations (le coude au tennis, les épaules en gymnastique, les genoux en course à pied, etc.) ont tendance à souffrir d’arthrose plus rapidement.

Une étude menée aux Etats-Unis à Johns Hopkins Medical School sur plus de 1000 étudiants a montré que ceux qui se blessaient un genou pendant l’adolescence étaient 3 fois plus susceptibles de souffrir d’arthrose dans ce même genou que ceux ne s’étant jamais blessés.

Si la blessure survient à l’âge adulte, le risque d’arthrose est 5 fois plus grand ! Idem pour les personnes qui travaillent à la chaîne, qui font des gestes répétitifs, qui portent des charges lourdes ou qui subissent des vibrations (marteau-piqueur ou outils à air comprimé par exemple). Leurs articulations sont plus fragiles et plus sujettes à l’arthrose.

Pour autant, l’exercice physique « raisonnable » (sportifs de haut niveau mis à part) reste indispensable pour protéger les articulations. Tout est question de modération !

Bien manger pour protéger ses articulations
L’alimentation aussi pourrait jouer un rôle dans la prévention de l’arthrose, comme le montrent de plus en plus d’études.

Ainsi, les phytoflavonoïdes, les polyphénols et les bioflavonoïdes, qui sont des composés naturellement présents dans les fruits, les légumes les épices ou le thé vert, ont montré leur capacité à limiter les symptômes d’arthrose et la dégradation du cartilage. Ils possèdent des vertus anti-inflammatoires et protègent l’organisme contre le stress oxydatif. De même, la consommation de vitamine C permettrait de freiner la progression de l’arthrose.

Certaines plantes médicinale ou produits naturels sont déjà utilisés pour combattre l’arthrose, en particulier la boswellie (Boswellia serrata), la « griffe du diable » (Harpogophytum procumbens), l’écorce de saule, les glucosamines, le chondroïtine sulfate, les insaponifiables de soja ou d’avocat, et les acides gras oméga 3.

À l’inverse, les aliments transformés et riches en sucre et en gras pourraient contribuer à aggraver les symptômes. Une alimentation saine et équilibrée est donc un bon garant de la santé des articulations.

Sources :
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23756344
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3856106/
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24452819
http://www.em-consulte.com/article/194134/generalites-sur-l-arthrose-epidemiologie-et-facteu
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3788203/
http://www.webmd.com/osteoarthritis/guide/osteoarthritis-prevention-1



source http://www.rhumatologie.asso.fr/04-rhumatismes/grandes-maladies/0b-dossier-arthrose/sommaire-arthrose.asp
A. Qu'est-ce que l'arthrose ?
Comment ça vient ?
   Pourquoi ai-je de l'arthrose, aurai-je pu l'éviter ?
   Mes enfants auront-ils de l'arthrose ?
   La pratique d'un sport peut-elle donner de l'arthrose ?
   Si je suis en surpoids : dois-je maigrir ?
   Existe t'il un lien entre arthrose et ménopause ?
   Existe t'il un lien entre arthrose et ostéoporose ?

B. Comment va évoluer mon arthrose ?
Mon arthrose va t'elle s'aggraver inéluctablement ?
   Pourquoi l'arthrose fait elle mal ?
   La douleur de l'arthrose est-elle la même que celle des autres "rhumatismes" ?
   Plus j'ai mal, plus ça s'aggrave ?

C. Comment fait le médecin pour poser le diagnostic d'arthrose ?
Mes douleurs sont elles vraiment en rapport avec l'arthrose ?
   Faut il faire une prise de sang ?
   Faut il faire des radiographies, lesquelles et à quelle fréquence ?
   Est ce que l'on verra mieux si je fais un scanner ou une IRM (imagerie par résonance magnétique) ?

D. J'ai une arthrose...
de la main
   du genou
   de la hanche
   du dos
   partout

E. Comment traiter l'arthrose ?
Peut on guérir l'arthrose aujourd'hui ?
   Que dois je faire pour éviter que cela s'aggrave ?
   Faut il se reposer le plus possible ?
   Faut il faire des exercices physiques ?
   Quels sont les sports à privilégier ?
   Comment combattre la douleur ?
   Comment lutter contre l'inflammation ?
   Comment soigner l'articulation elle-même ?
   Médicaments : les grands principes à respecter
   Comment faire la part des choses entre tous les traitements : recommandations de l'EULAR ?
   Quand a t'on besoin d'une prothèse ?
   Les cures thermales (ou crénothérapie) ont elles un intérêt ?
   Le port d'une canne est il vraiment utile ?

En savoir plus :
fiche 1 = auto-exercices
   fiche 2 = calcul de l'Indice de Masse Corporelle
   fiche 3 = info patient ponction du genou
   fiche 4 = info patient infiltrations corticoïdes
   fiche 5 = info patient lavage articulaire du genou

F. Où trouver de l'info ?
Pour vous aider à vous documenter sur ce sujet, nous vous proposons une liste qui ne se veut pas exhaustive. :

Livres :
Tous les moyens pour vaincre l'arthrose - Dr P.Jacquemart - Ed Trajectoire 1998
L'arthrose et les affections rhumatismales - Dr Bernard Saal - Ed Albin Michel 1993
L'arthrose - Pr. E. Vignon ; Dr C. Mansat - Ed Privat 2001
Mieux vivre avec une arthrose - Dr A. Chabot - Ed Arnaud Franel
Arthrose en 100 questions - Pr M.Dougados et coll. - Assistance Publique Hôpitaux de Paris- Ed NHA Communication

Sites Internet pour le grand public :

Arthrolink : http://www.arthrolink.com
Associations :
- Association Française de Lutte Anti-Rhumatismale (AFLAR)
2 rue Bourgon - 75013 PARIS - France
tél. : 01 45 80 30 00 - fax : 01 45 80 30 31

e-mail : aflar@wanadoo.fr - site : http://www.aflar.org

http://www.stop-arthrose.org : la plateforme officielle des solutions anti-arthrose



source http://www.arthrite.ca/page.aspx?pid=5898
Le saviez-vous
L'arthrose est la forme la plus courante d'arthrite; elle touche un adulte canadien sur dix.
   Autant de femmes que d'hommes en sont atteints (après 60 ans).
   L'arthrose peut survenir à tout âge, mais le risque d'en être atteint augmente à mesure que l'on vieillit.

Il n'existe aucun moyen de guérir l'arthrose, mais grâce à un diagnostic précoce et à un traitement approprié, on peut maîtriser la maladie et retarder ou même prévenir les lésions articulaires graves.

La plupart des personnes atteintes d'arthrose peuvent mener une vie active et productive si elles suivent un traitement approprié qui combine médicaments, intervention chirurgicale (dans certains cas), exercice, repos et techniques de protection des articulations.
Qu'est-ce que l'arthrose?
Le mot « arthrite » veut dire inflammation de l'articulation (« arthr » signifie articulation et « ite », inflammation). « Inflammation » est un terme médical qui désigne un état caractérisé par la douleur, la raideur, la rougeur et l'enflure.

Il existe plus de cent formes d'arthrite. L'arthrite est une des principales causes d'invalidité au Canada, touchant près de 4,5 millions de personnes de tous âges, de tous niveaux de condition physique et de toutes origines ethniques.

L'arthrose est la forme la plus courante d'arthrite, touchant plus de trois millions de Canadiens. Elle se caractérise par une usure graduelle du cartilage, tissu souple et résistant qui recouvre et protège les extrémités des os. Le cartilage est un élément essentiel de l'articulation, car il agit comme un amortisseur et assure la fluidité du mouvement articulaire. Dans l'arthrose, le cartilage s'amenuise peu à peu, ce qui avec le temps entraîne dans les articulations atteintes de la douleur, une raideur, une enflure et le frottement des os les uns contre les autres.

En général, la personne qui souffre d'arthrose présente le matin une raideur des articulations atteintes qui dure environ 15 à 20 minutes. À mesure que la journée avance et que les articulations sont sollicitées, la douleur et la gêne peuvent s'accentuer. Le repos des articulations procure d'ordinaire un certain soulagement. Les articulations atteintes peuvent afficher une inflammation, état caractérisé par la douleur, la chaleur et l'enflure. À cause de la douleur et de la raideur, la personne a moins tendance à utiliser ses articulations atteintes, ce qui entraîne un affaiblissement progressif des muscles voisins.

Avec le temps, à mesure que le cartilage se désagrège, les articulations atteintes peuvent grossir peu à peu sous l'effet d'une ossification attribuable aux mécanismes de cicatrisation de l'organisme. Dans les cas graves, le cartilage peut finir par disparaître complètement. Les os frottant alors les uns contre les autres, la douleur s'en trouve accrue.

Il existe également une forme rare d'arthrose dite « inflammatoire » qui est plus grave et présente une évolution plus rapide. Elle touche de nombreuses articulations et se caractérise par une raideur matinale plus prononcée ainsi qu'une enflure des articulations accompagnée de chaleur et de rougeur. Ce type d'arthrose est plus difficile à diagnostiquer, étant souvent confondu avec la polyarthrite rhumatoïde (PR). Un rhumatologue peut aider à poser le bon diagnostic et proposer un traitement approprié.

Quels sont les signes avant-coureurs de l'arthrose?
L'arthrose connaît ordinairement une évolution lente pouvant durer des mois ou des années :
Des douleurs apparaissent peu à peu dans les articulations ordinairement touchées par l'arthrose.
   Aux premiers stades, seules les activités très exigeantes provoquent des douleurs.
   Par la suite, dans les cas de faible gravité, les douleurs sont provoquées par des activités ordinaires, soulagées par le repos et peuvent s'accompagner de symptômes comme le blocage articulaire.
   Les douleurs s'accentuent quand les articulations sont sollicitées et s'atténuent au repos. Les articulations peuvent être raides au lever ou après une période de repos, mais cette raideur est ordinairement passagère, ne durant pas plus de 15 à 20 minutes.
   Des douleurs plus ou moins intenses peuvent persister la majeure partie de la journée et même gêner le sommeil la nuit.
   On note parfois une enflure, une perte de souplesse et un affaiblissement des articulations. Les articulations atteintes peuvent émettre un bruit de craquement quand elles sont sollicitées.

Comment le diagnostic d'arthrose est-il établi?
Il n'existe pas de test de dépistage spécifique de l'arthrose. Si vous présentez des signes et symptômes d'arthrose, votre médecin vous posera probablement des questions plus ciblées, examinera vos articulations et vous fera peut-être subir des radiographies pour l'aider à confirmer son diagnostic.

Que faire si votre médecin de famille pense déceler une arthrose?
Si votre médecin de famille croit que vous avez de l'arthrose, il est important de bien vous renseigner au sujet de cette maladie. Le médecin de famille vous orientera peut-être vers d'autres professionnels de la santé, par exemple un physiothérapeute, un ergothérapeute ou un diététiste, qui vous fourniront des outils pour vous aider à maîtriser votre état. Si le médecin de famille n'est pas certain du diagnostic à poser ou des traitements à prescrire, il peut vous adresser à un rhumatologue. Le rhumatologue est un médecin spécialiste de l'arthrite. Si votre arthrose évolue au point que votre médecin de famille juge opportun de vous faire subir une intervention chirurgicale, il vous aiguillera vers un chirurgien orthopédiste.

Pourquoi est-il si important de traiter l'arthrose?
En général, l'arthrose s'aggrave avec le temps à mesure que le cartilage s'amenuise. Il n'existe aucun moyen de guérir l'arthrose, mais si vous suivez un traitement approprié, vous pouvez maîtriser votre maladie et garder vos articulations dans le meilleur état possible le plus longtemps possible. Le traitement vise principalement :
-à maîtriser la douleur;
-à accroître les capacités fonctionnelles.

Quelles sont les causes de l'arthrose?

Il existe deux catégories d'arthrose, dites « primitive » et « secondaire ».

L'arthrose est qualifiée de primitive quand elle n'est attribuable à aucune cause évidente, quels que soit les facteurs de risque présents. En général, l'arthrose primitive touche plusieurs articulations, par exemple celles des doigts, de la racine des pouces, des gros orteils et de la colonne vertébrale.

L'arthrose est qualifiée de secondaire lorsqu'elle peut être attribuée à une cause probable. La cause la plus fréquente d'arthrose secondaire est une blessure antérieure de l'articulation, mais il peut également y avoir d'autres facteurs de risque. L'arthrose secondaire est très courante chez les athlètes professionnels (p. ex., les joueurs de football et de hockey), mais tout le monde peut en être atteint.

Les principaux facteurs de risque de l'arthrose sont présentés ci-dessous.
Âge : Le risque d'apparition de l'arthrose augmente avec l'âge. Si nous vivons assez vieux, la plupart d'entre nous aurons tôt ou tard de l'arthrose, mais ceci ne veut pas dire que cette maladie est inévitable.
Antécédents familiaux : La recherche indique de plus en plus clairement que des facteurs génétiques jouent un rôle dans l'apparition de l'arthrose. Cette incidence est le plus prononcée dans l'arthrose des petites articulations de la main (arthrose nodale). Les chercheurs ignorent le rôle exact des facteurs génétiques dans ce processus, mais certains avancent l'hypothèse d'un lien avec la forme et l'emboîtement des os ou avec la capacité de formation et de réparation du cartilage.
Excès de poids : Le fait d'avoir du poids en trop soumet pieds, genoux et hanches à une surcharge considérable. La bonne nouvelle, c'est qu'en perdant ne serait-ce que 5 kilos, vous pouvez réduire la pression exercée sur vos genoux. Même une fois l'arthrose du genou (ou gonarthrose) déclarée, perdre du poids peut diminuer les douleurs et le risque de devoir subir un jour une intervention chirurgicale. En éliminant votre excès de poids, vous diminuez la pression exercée sur vos articulations et, dans bien des cas, vous atténuez votre douleur.
Blessures : L'arthrose peut survenir dans une articulation lésée à la suite d'une blessure. En effet, si la blessure initiale endommage le cartilage ou modifie façon de bouger de l'articulation, elle peut entraîner une arthrose secondaire.
Complications découlant d'autres formes d'arthrite :
L'arthrose peut survenir dans des articulations lésées par d'autres formes d'arthrite. Par exemple, chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde ou de goutte, on peut voir apparaître une arthrose secondaire dans les articulations endommagées par l'inflammation.
Usure attribuable à l'usage : L'usage intense des articulations ne peut à lui seul mener à l'arthrose. En effet, parmi un groupe de personnes ayant des emplois et des modes de vie semblables, on observe par exemple l'apparition d'une arthrose des petites articulations des mains chez certains mais non chez les autres. La recherche indique maintenant qu'un usage d'intensité normale ne cause pas la dégénérescence des articulations. Pratiqués avec modération, l'activité physique et l'exercice n'entraînent pas l'arthrose et sont même bénéfiques aux articulations.

Que faire pour maîtriser les symptômes de l'arthrose?
Une fois le diagnostic confirmé, de nombreux traitements peuvent contribuer à soulager la douleur et à accroître la mobilité articulaire. Les traitements non médicamenteux – par exemple la physiothérapie, l'ergothérapie, l'éducation, l'activité physique et les techniques de relaxation – sont très importants dans la prise en charge de l'arthrose. Bien qu'on puisse les pratiquer seul, il est recommandé de consulter d'abord un professionnel de la santé.

Activité physique
L'activité physique protège les articulations en renforçant les muscles qui les entourent. Des muscles et des tissus forts procurent un plus grand support aux articulations lésées et affaiblies par l'arthrose. Un programme d'activité physique bien conçu réduit la douleur et la fatigue, améliore la mobilité et la forme physique générale et atténue la dépression. L'activité physique permet à la personne atteinte d'arthrose d'avoir une vie plus productive et agréable.
Différents types d'exercices peuvent atténuer la douleur et la raideur :
-Les exercices d'amplitude réduisent la douleur et la raideur et préservent la mobilité des articulations. Pour obtenir les meilleurs résultats possibles, il faut faire ces exercices chaque jour.
-Les exercices de renforcement maintiennent ou augmentent le tonus musculaire et protègent les articulations.
-Les étirements d'intensité modérée aident à soulager la douleur et à maintenir la souplesse des muscles et des tendons qui entourent les articulations touchées. Un physiothérapeute peut vous recommander des exercices de renforcement et des étirements appropriés et vous indiquer à quel moment il convient de les faire.
-Les exercices d'endurance renforcent le cœur, donnent de l'énergie, aident à maintenir un poids santé et procurent une sensation générale de bien-être. Ils comprennent la marche, la nage et le vélo. Il est préférable d'éviter les activités qui soumettent les articulations à des chocs répétés, comme la danse aérobique avec sauts, le jogging ou le kickboxing.

Pour en savoir plus, consultez le guide Activité physique et arthrite et le feuillet Les 10 meilleurs exercices de la Société de l'arthrite.
Traitements par la chaleur et le froid

Chaleur : Prendre une douche chaude ou appliquer des compresses chaudes sont d'excellentes façons d'atténuer douleur et raideur. Si vous utilisez des compresses chaudes, mettez toujours une couche de protection entre la compresse et la peau, par exemple une serviette.
La chaleur aide à :
-soulager la douleur;
-soulager les spasmes et la raideur musculaires;
-améliorer la mobilité articulaire.

Pour ne pas aggraver les symptômes, il faut éviter d'appliquer de la chaleur sur des articulations enflammées.
Froid : On peut utiliser une compresse froide du commerce ou « maison » (comme un sac de glace concassée, de glaçons ou de légumes congelés). Mettez toujours une couche de protection entre la compresse froide et la peau, par exemple une serviette.
Le froid aide à :
-diminuer l'enflure;
-atténuer la douleur;
-réduire l'afflux de sang vers une articulation enflammée.
   
Pour en savoir plus sur les traitements par la chaleur et le froid, consultez votre équipe soignante.

Protection des articulations
Ayez toujours soin de ne pas soumettre vos articulations à des efforts excessifs. Ainsi, vous vous épargnerez de la douleur, vous accomplirez vos tâches plus facilement et vous éviterez les lésions articulaires. Voici quelques mesures de protection recommandées :
Ménagez vos forces en faisant en alternance vos tâches exigeantes ou répétitives et des activités plus reposantes. En faisant des pauses, vous réduirez le niveau d'effort imposé à vos articulations douloureuses, vous permettrez à vos muscles affaiblis de se reposer et vous préserverez votre énergie.
   Maintenez un bon alignement corporel dans tous vos gestes afin de ne pas soumettre vos articulations à des efforts excessifs. Évitez de rester accroupi ou à genoux trop longtemps, car dans ces positions, une forte pression est exercée sur les hanches et les genoux. Quand vous soulevez ou transportez des objets lourds, tenez-les à la hauteur de la taille. Évitez de monter ou descendre des escaliers en portant une charge.
   Utilisez des appareils et accessoires fonctionnels afin de préserver votre énergie et de faciliter vos tâches quotidiennes. Pour réduire la pression exercée sur vos hanches et vos genoux, rehaussez vos sièges, appuyez-vous sur une canne en marchant et utilisez une pince longue pour ramasser des objets au sol. Pour réduire la pression exercée sur les articulations délicates de vos mains, utilisez des poignées surdimensionnées sur les ustensiles comme les cuillères ou le couteau-éplucheur. D'autres accessoires peuvent également vous être utiles, par exemple un chariot pour transporter les objets, un ouvre-bocal et un ouvre-robinet.
   Demandez à votre médecin s'il serait utile que vous consultiez un ergothérapeute ou un physiothérapeute pouvant vous prescrire des orthèses ou des semelles orthopédiques afin de mieux aligner et soutenir vos articulations.

Moyens de détente et stratégies d'adaptation
Acquérir des moyens de détente efficaces et de bonnes stratégies d'adaptation peut vous aider à mieux maîtriser vos symptômes d'arthrose, à préserver un certain équilibre dans votre vie et à cultiver l'optimisme. Le fait de détendre les muscles qui entourent une articulation endolorie atténue la douleur ressentie. Les moyens de détente sont nombreux. On peut par exemple faire des exercices de respiration profonde, écouter de la musique ou des enregistrements de relaxation ou visualiser mentalement une activité agréable, comme se prélasser sur une plage.

Saine alimentation
Le lien le plus déterminant entre l'alimentation et l'arthrose est le poids corporel. Saviez-vous que 90 pour cent des personnes qui subissent une arthroplastie du genou et 80 pour cent de celles qui subissent une arthroplastie de la hanche sont en surpoids ou obèses? Le fait d'avoir du poids en trop ajoute une charge supplémentaire sur les articulations porteuses (celles du dos, des hanches, des genoux, des chevilles et des pieds). Si c'est votre cas, sachez que maintenir un poids santé vous sera plus utile que de prendre des suppléments alimentaires, quels qu'ils soient. Si vous avez des kilos en trop et souffrez d'arthrose, adopter un régime alimentaire équilibré vous aidera à retrouver votre poids santé et à le conserver. Quel que soit votre poids, une saine alimentation peut vous procurer l'énergie dont vous avez besoin pour accomplir vos activités quotidiennes. Acquérir de bonnes habitudes alimentaires est essentiel pour contrôler son poids et maîtriser les symptômes de l'arthrose.
Pour en savoir plus, consultez le guide Alimentation et arthrite de la Société de l'arthrite.
http://www.arthrite.ca/document.doc?id=166

Coup d'œil sur les thérapies complémentaires et parallèles de la Société de l'arthrite.
http://www.arthrite.ca/document.doc?id=168



source http://www.guide-arthrose.com/
Où avez-vous mal ? Choisissez et agissons ensemble.

Tous les professionnels de santé s’accordent à le dire : le meilleur des traitements contre l’arthrose est l’entretien physique. Les conseils et exercices que vous trouverez sur Guide-arthrose.com sont délivrés en vidéo par un Kinésithérapeute – Ostéopathe. Vous avez ainsi la certitude de faire des exercices vraiment adaptés à l’arthrose.

Hygiène de vie
source http://www.guide-arthrose.com/localisations-arthrosiques/arthrose-cervicale/hygiene-arthrose-cervicale/
Conseils d’hygiène de vie contre l’arthrose cervicale
Pour résumer :
1 - Veillez à protéger vos cervicales en gardant une posture correcte en particulier devant votre ordinateur.
  2 - Pensez à pratiquer des mouvements relaxants et des étirements réguliers.
  3 - Soignez votre couchage avec une bonne literie et un oreiller adapté à vos positions de sommeil habituelles.
  4 - Faites de l’exercice en piscine en évitant la brasse.
  5 - Pratiquez des auto-étirements et des automassages sous l’eau chaude de la douche.
  6 - Faites des séances de physiothérapie et de balnéothérapie.
  7 - Mettez en application les conseils et exercices proposés sur guide-arthrose.com et guidedudos.com

http://www.guide-arthrose.com/localisations-arthrosiques/arthrose-genou/

http://www.guide-arthrose.com/localisations-arthrosiques/arthrose-dorso-lombaire/

http://www.guide-arthrose.com/localisations-arthrosiques/arthrose-main/

Dommage que certains conseils soient réservés au membres inscrits



source http://www.medisite.fr/soulager-les-douleurs-arthrose-de-la-main-comment-soulager-les-douleurs.486163.177290.html

Publié par Florence Massin, journaliste santé et validé par Pr Bernard Cortet, Rhumatologue au CHRU de Lille le Mardi 05 Novembre 2013 : 16h19
Mots clés Médisite:

Arthrose de la main : comment soulager les douleurs ?
Les doigts et mains étant particulièrement sollicités au quotidien, leurs articulations sont très fréquemment touchées par l'arthrose. Tour des solutions permettant de soulager les douleurs avec le Pr Bernard Cortet, rhumatologue au CHRU de Lille.

La kinésithérapie
Quand les mains sont touchées par l'arthrose, elles gonflent et se raidissent, rendant tout mouvement difficile et douloureux. Cependant, même en cas de crise, il ne faut jamais immobiliser complètement la main. Le renforcement musculaire*, d'abord en cabinet de kinésithérapie, puis de façon régulière chez soi, est la base de la lutte contre la douleur en arthrose.  
Les effets : le mouvement est bénéfique pour le cartilage et l’articulation en général. Il permet de maintenir la souplesse des doigts et de l'intégralité de la main, de renforcer la musculature et de soulager la douleur.
Contre-indications : ne pas forcer en portant des charges lourdes ou en réalisant des gestes répétitifs lors des crises d'arthrose.

* généralement, les douleurs s'améliorent au bout de quelques années et finissent par disparaître. Il est alors important de prévenir les déformations et la diminution de la force et de la mobilité notamment par la rééducation le plus tôt possible.

Le port d'une orthèse
L’arthrose de la main peut entraîner une déformation à moyen et long terme. Pour éviter cela, il est proposé de porter des attelles appelées "orthèses", qui reposent les articulations et luttent contre les déformations des doigts et surtout du pouce* qui se constituent pendant les poussées inflammatoires.
Comment : l'orthèse est un moulage du poignet et du pouce ou de certains doigts, réalisé sur-mesure en résine. On peut la mettre et l'enlever soi-même. Elles sont portées essentiellement la nuit et pendant les périodes d'inactivité dans la journée.
Il existe des orthèses "standard" en pharmacies qui peuvent être portées pour faciliter les gestes du quotidien.
Les effets : "L'orthèse est très efficace pour juguler la douleur et prévenir les déformations", explique le Pr Cortet. Encore faut-il qu'elle soit portée toutes les nuits !

* la rhizarthrose est l'arthrose des articulations de la base du pouce. Cette localisation est fréquente et particulièrement gênante car l'articulation concernée permet de mettre le pouce en opposition avec les autres doigts et de permettre les mouvements en pince.

Le thermalisme
Une étude réalisée à Aix-les-Bains en 1997 a permis de montrer qu'après 3 semaines de traitement, les patients atteints d'arthrose des mains avaient une forte diminution de la douleur, avec des résultats qui persistent dans le temps.
Les effets : "Les cures ont des effets bénéfiques sur la douleur et la mobilité des mains en raison de l'effet sédatif de l'eau, ainsi que les manipulations qui entretiennent la mobilité.", explique le Pr Cortet.
Les stations thermales les plus indiquées : Aix-les-Bains, Balaruc-les-Bains, Bourbon-L'Archambault , Bourbonne-les-Bains…
Comment s'y prendre : Pour être pris en charge, votre médecin traitant ou rhumatologue doit vous prescrire une cure d'au moins 18 jours. Vous aurez à envoyer à votre caisse d'assurance maladie le formulaire Cerfa n°11139*02. La cure est prise en charge à hauteur d'environ 65%*.

* Il est possible qu'une partie des frais de séjour et du transport puissent également être remboursés. Renseignez-vous.

La chirurgie
Le traitement chirurgical est envisagé dans les arthroses sévères, déformantes de la base du pouce, et lorsque la douleur devient insupportable et résistante aux médicaments.
2 principaux traitements :
La trapèzectomie : qui consiste à retirer le trapèze, l'os malade de l'articulation à la base du pouce, et à le remplacer par un ligament. La technique est très efficace sur la douleur et la mobilité après une rééducation de 3 à 6 mois.
La pose d'une prothèse : pour remplacer l'articulation malade s'avère parfois nécessaire. Les résultats sont probants sur la douleur, et permettent en quelques semaines de retrouver sa mobilité et sa force.
D'autres techniques comme l'arthrodèse* peuvent être proposées en fonction de la gêne, l'activité, et l'âge de la personne.
Les interventions se déroulent en ambulatoire sous anesthésie locale ou générale.

* qui consiste à souder les phalanges pour les maintenir en extension

Les astuces en plus
Le "chaud et froid" peuvent servir à soulager. L'application de chaleur aide à détendre les muscles de la main* et à soulager les douleurs articulaires. Vous pouvez envelopper vos doigts dans une serviette chaude. De la même manière, l'application de froid (sac de glace sur la peau protégé d'un linge) aide à réduire la douleur et l'inflammation.
Massez vos doigts au quotidien en prenant quelques minutes pour étirer chacun des doigts de la base jusqu'à l'extrémité.
Protégez vos articulations de la main en évitant de porter des charges trop lourdes ou d'effectuer des tâches trop répétitives.
Choisissez un matériel adapté en préférant les tasses à café avec deux anses, les verres à pied plus faciles à saisir...

* la personne atteinte d'arthrose a tendance à se crisper en cas de douleur

Sources
Remerciements au Pr Bernard Cortet rhumatologue au CHRU de Lille et secrétaire général du GRIO (Groupe de recherche et d'information sur les ostéoporoses) – www.grio.org
Graber-Duvernay B, Forestier R, Françon A. Efficacité du berthollet d'Aix-les-Bains sur les manifestations fonctionnelles de l'arthrose des mains ; essai thérapeutique contrôlé. Rhumatologie 1997.



Autres liens qui m'ont paru intéressants

http://www.rhumatismes.net/index.php?id_bro=9&rub=les100q

http://www.genou.com/arthrose/ttmedical.htm

http://www.creapharma.ch/arthrose.htm



source http://www.pourquoidocteur.fr/Arthrose-et-rhumatismes-019.html

Arthrose et rhumatismes
Qu'est-ce que l'arthrose ?
L'arthrose, couramment appelée rhumatismes, est un vieillissement des articulations qui est lié à l'usure. L’arthrose touche surtout la nuque, le dos, les hanches, les genoux, les pieds et les mains. Les femmes sont trois fois plus touchées que les hommes. L’arthrose est un réel problème de santé publique, qui représente l’une des principales causes de la perte d’autonomie des personnes âgées.

Quels sont les symptômes de l'arthrose ?
La personne qui souffre d’arthrose se plaint d’avoir mal aux genoux, à la hanche ou d’avoir des difficultés à bouger ses doigts. Les symptômes disparaissent en général pendant le sommeil. Les douleurs des articulations sont plus intenses au réveil (jusqu'à ce que les articulations s'échauffent) et après un exercice plus soutenu qu'à l'ordinaire (jardinage, bricolage, randonnée, etc.). La maladie évolue par poussées, des épisodes douloureux alternant avec des périodes d’accalmies. Dans les stades avancés, la mobilité des articulations devient limitée : difficultés à saisir et manipuler des objets, à se déplacer, à s'habiller, etc.

Quelles sont les causes de l'arthrose ?
L'utilisation excessive de certaines articulations pour des motifs sportifs ou professionnels, pendant de nombreuses années, favorise l'apparition de la maladie. L’obésité y contribue en surchargeant les articulations des hanches, des genoux et des chevilles.

Les cartilages qui protègent la surface des os à l’intérieur des articulations perdent leur souplesse au fil du temps ; de ce fait, leur capacité d’amortissement diminue. Ils se fissurent sous les contraintes de pression liées aux mouvements. Les surfaces articulaires sont moins bien lubrifiées, les ligaments deviennent fibreux. La souplesse et la flexibilité générale s’en trouvent affectées.

Comment protéger ses articulations ?
Chez les sportifs, le respect des règles d'échauffement et l'acquisition de bons gestes techniques vont éviter de surcharger les articulations. Chez les personnes obèses, perdre du poids réduit les risques d’arthrose des hanches et des genoux.

Pour les personnes atteintes d'un début d'arthrose, des moyens simples et efficaces permettent de retarder l'évolution de la maladie.

  Poursuivez ou commencez une activité physique adaptée à votre cas. La marche et la natation sont particulièrement recommandées. Préférez les sports pratiqués sur un sol élastique (sur terre battue, sur des chemins de terre, etc.).
  Chaussez-vous bien. Investissez dans des chaussures de sport avec de bonnes semelles et des talons qui amortissent les chocs.
  Évitez les journées entières de jardinage, de bricolage ou de randonnée intenses ; ne surmenez pas vos cartilages.
  Si une articulation est douloureuse, immobilisez-la avec une orthèse adaptée (un appareil destiné à limiter les mouvements, disponible en pharmacie). Toutefois, n'immobilisez pas une articulation au-delà de deux ou trois jours.

Comment soigne-t-on l'arthrose ?
L'arthrose est habituellement soulagée par des traitements antalgiques pris par voie orale. Les substances préconisées sont : le paracétamol, l'aspirine, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) à faible dose, comme l'ibuprofène.

Si le soulagement est insuffisant, le médecin peut également prescrire des AINS disponibles uniquement sur ordonnance. En raison de leurs possibles effets indésirables digestifs plus ou moins graves (brûlures d’estomac, ulcère de l’estomac ou du duodénum), ils ne doivent pas être utilisés de façon prolongée sans avis médical. On les associe parfois à des médicaments protecteurs de l’estomac (inhibiteurs de la pompe à protons). Le médecin peut parfois associer à ces substances des médicaments contre la douleur dérivés de l’opium (codéine, tramadol).

Certains anti-inflammatoires (AINS) peuvent également se présenter sous la forme de crème ou de gel pour usage local. Ils sont appliqués directement sur les petites articulations douloureuses (doigts, genoux, etc.). Ils n’exposent pas aux effets indésirables digestifs des AINS par voie orale.

Le médecin peut également faire appel à des orthèses, à la kinésithérapie ou à des cures thermales. Dans les cas graves, la pose d’une prothèse articulaire peut s’avérer nécessaire, par exemple au niveau de la hanche ou du genou.
Les infiltrations dans les articulations

Lors d'arthrose sévère, certains médicaments sont injectés directement dans l'articulation douloureuse : acide hyaluronique et corticoïdes. Les injections d'acide hyaluronique dans le genou permettent de soulager la douleur et de diminuer la gêne. L'infiltration de corticoïdes consiste à les injecter dans ou autour d'une articulation pour calmer la douleur et réduire l'inflammation. Pratiquée dans de mauvaises conditions d'hygiène, une infiltration peut provoquer la survenue d'une infection au point d'injection, provoquant l'infection de l'articulation ou un abcès. Si vous constatez un gonflement très douloureux et chaud accompagné de fièvre dans les jours qui suivent une infiltration, prévenez aussitôt votre médecin.



Dernière édition par Libellule le Lun 27 Fév 2017 - 7:46, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2316
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: L'arthrose - l'Arthrite ou Polyarthrite   Mar 31 Jan 2017 - 19:14

source http://arthrose.comprendrechoisir.com/comprendre/arthrose-et-homeopathie
Arthrose et homéopathie
Plusieurs types de médicaments et de traitements sont recommandés pour soigner l'arthrose :
les anti-inflammatoires,
les infiltrations et les injections,
l'homéopathie.
On conseille également le thermalisme pour soulager l'arthrose.

Arthrose et homéopathie : une option sans risque
La rhumatologie est l'un des domaines où les patients ont le plus souvent recours aux méthodes alternatives, dont l'homéopathie, pour réduire leurs douleurs chroniques.
C'est d'autant plus le cas chez les personnes souffrant d'arthrose qu'il n'y a pas de traitement vraiment efficace pour en guérir.
Malheureusement, peu de données scientifiques sont disponibles sur le traitement homéopathique de l'arthrose.
Quoi qu'il en soit, l'homéopathie peut s'avérer utile chez certaines personnes et peut être essayée sans risque et sans effet secondaire, en complément à des mesures non médicamenteuses.

Les traitements homéopathiques contre l'arthrose
Une étude menée en 1993 a évalué l'efficacité d'un traitement homéopathique, le Rhus toxicodendron (Rhus tox), dans l'arthrose au genou et aux hanches et l'a trouvé plus efficace que le placébo.
Voici quelques autres traitements homéopathiques fréquemment prescrits contre l'arthrose :
Synoviale 4 CH : 3 granules avant chaque repas, en cas de crise d'arthrose,
Bryonia : lorsque les articulations sont enflammées et gonflées,
Actea Spicata : surtout pour l'arthrose des mains avec déformations et oedèmes,
Ruta graveolens pour les douleurs articulaires.

Arthrose : consulter un spécialiste de l'homéopathie
Il est nécessaire de consulter un médecin homéopathe qui vous fera un examen complet.
Celui-ci vous interrogera sur vos symptômes et vos habitudes de vie, afin de prescrire un traitement adapté à votre cas.
Les traitements d'homéopathie sont en effet personnalisés et ce qui fonctionne chez une personne sera peut-être inefficace chez une autre.



source http://www.eurekasante.fr/maladies/appareil-locomoteur/arthrose-rhumatismes.html?pb=phytotherapie-plantes
Quelles plantes pour soulager l'arthrose ?
Certaines plantes diminueraient la fabrication par l’organisme des substances liées à l’inflammation.

L’harpagophyton dans le traitement de l'arthrose
Les racines d’harpagophyton contiennent des principes actifs (harpagosides, harpagoquinone et acide cinnamique) qui inhiberaient la synthèse de substances impliquées dans la réaction inflammatoire. L’harpagophyton est la plante qui a montré le plus grand intérêt dans le traitement des douleurs liées à l’arthrose. Il est également utilisé pour soulager les douleurs lombaires.

Le cassis dans le traitement de l'arthrose
Les feuilles et les baies de cassis renferment des flavonoïdes et des proanthocyanidols qui seraient dotés de propriétés anti-inflammatoires.

L’huile de graines de cassis est riche en acides gras essentiels de la famille des oméga-3 et de celle des oméga-6 qui posséderaient des propriétés anti-inflammatoires. Cependant, en 2012, les autorités européennes ont interdit aux compléments alimentaires contenant des acides gras oméga-3 ou oméga-6 de revendiquer un effet positif sur les articulations ou sur l'inflammation. Ces allégations de santé sont désormais interdites.

L’ortie dioïque dans le traitement de l'arthrose
Les feuilles d’ortie dioïque sont riches en sels minéraux, en acides caféique et chlorogénique, en sitostérol et en flavonoïdes, peut-être à l’origine de ses propriétés anti-inflammatoires.

Le saule blanc et la reine-des-prés dans le traitement de l'arthrose
L’écorce de saule blanc contient des tanins, des flavonoïdes et des composés salicylés (en particulier la salicine). Dans l’organisme, la salicine est transformée en acide salicylique, substance anti-inflammatoire et analgésique (contre la douleur). Cette substance se retrouve également dans la reine-des-prés (ou spirée).

Les autres plantes dans le traitement de l'arthrose
L’huile essentielle de romarin, l’huile essentielle de gingembre et la teinture d’arnica sont traditionnellement utilisées en application pour soulager les douleurs articulaires et musculaires.

Le bouleau est proposé dans le traitement des rhumatismes - sans preuve de son efficacité.

Existe-t-il des risques à utiliser des plantes contre l'arthrose ?
L’apparition soudaine d’un gonflement et d’une rougeur au niveau d’une articulation justifie une consultation médicale rapide, surtout en présence de fièvre, de frissons ou de douleurs musculaires.

  L’harpagophyton est déconseillé aux personnes qui souffrent de maladies cardiovasculaires, de reflux gastro-œsophagien ou d’ulcère de l’estomac ou du duodénum, ainsi qu’à celles souffrant de calculs biliaires.
   En cas d’insuffisance cardiaque ou rénale, il est recommandé de consulter avant de prendre des produits de phytothérapie contenant des feuilles ou des baies de cassis.
   Les personnes qui souffrent d’une crise de calculs urinaires (colique néphrétique), ou de troubles du cœur ou des reins doivent s’abstenir de prendre de l’ortie, du fait de ses propriétés diurétiques.
   L’écorce de saule blanc présente les mêmes contre-indications que l’aspirine.




Arthrose : 5 méthodes naturelles pour apaiser la douleur
source http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=arthrose-5-methodes-naturelles-apaiser-douleur
L’arthrose touche 1 Canadien sur 10 et plus de 4,6 millions de Français. Caractérisée par une usure graduelle du cartilage (= membrane recouvrant et protégeant l’os), l’arthrose fait apparaître une douleur dans les articulations touchées, une raideur, une inflammation et un frottement entre les os. Découvrez 5 méthodes naturelles qui permettent d’apaiser la douleur liée à l’arthrose…

Maintenir une alimentation saine et pratiquer une activité physique
Les études scientifiques ont démontré un lien clair entre le surpoids et l’arthrose, et plus particulièrement l’arthrose du genou. La surcharge pondérale qui appuie sur les articulations augmente considérablement le niveau de douleur ressentie. Tous les symptômes liés à l’arthrose sont décuplés : frottement, inflammation, raideur, etc. Il est primordial d’adopter une alimentation équilibrée composée des 4 groupes alimentaires : légumes et fruits, produits céréaliers, lait et substituts, viande et substituts. En plus de vous permettre de retrouver ou de maintenir un poids santé, manger sainement vous procurera également davantage d’énergie.

La pratique quotidienne d’une activité physique doit être combinée aux bonnes habitudes alimentaires. En activant vos muscles tous les jours, vous contribuerez à les développer et à les renforcer. Vous protégerez ainsi vos articulations, puisque les muscles et les tissus forts leur assurent un support important. L’activité physique permet de travailler 3 principaux aspects : la souplesse, la force musculaire et l’endurance. La souplesse comprend les exercices d’amplitude et les étirements qui aident à maintenir la mobilité régulière des articulations et à en atténuer la douleur, et qui permettent d’allonger les muscles et de travailler leur souplesse. Les exercices de renforcement musculaire favorisent la protection des articulations. Des muscles renforcés seront en mesure de mieux soutenir et stabiliser les articulations. Enfin, les activités d’endurance assurent le maintien du niveau d’énergie sur une plus longue période.

Chaleur et froid pour calmer la douleur
Le traitement par la chaleur et/ou le froid aide à calmer les symptômes de l’arthrose durant une courte période. Il peut être particulièrement efficace lorsque la douleur est très vive. Dans le cas de spasmes musculaires et de raideur, une douche ou l’application de compresses d’eau chaude sur certains endroits précis permet d’atténuer la douleur. Il faut cependant être vigilant et ne pas déposer les compresses sur des articulations particulièrement irritées, ce qui pourrait aggraver les symptômes.

Le froid est utilisé pour soulager la douleur, réduire l’inflammation et diminuer l’afflux de sang dans les articulations très enflammées. Vous pouvez tout simplement appliquer, sur les endroits les plus douloureux, des glaçons enveloppés dans une serviette. Il est important de ne pas appliquer les glaçons directement sur la peau afin de ne pas occasionner d’engelure.

La capsaïcine, le composé actif du cayenne
Approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) américaine, l’usage de crèmes, de lotions et d’onguents fabriqués à partir du composé actif du cayenne, la capsaïcine, permet d’apaiser la douleur causée par l’arthrose. La capsaïcine agit en tant qu’analgésique léger et active la production de la substance P qui déclenche la sensation de douleur lors d’une blessure. Comme les réserves de substance P sont épuisées, la personne ne ressent plus de douleur.1  Vous pouvez également consommer le cayenne par voie interne, soit en l’ajoutant à votre alimentation, soit en prenant des capsules de poudre, des teintures ou des oléorésines, une substance solide obtenue par distillation de la résine et de l’huile d’une plante.
Dosage des crèmes, des lotions et des onguents

Appliquer sur les parties atteintes, jusqu'à 4 fois par jour, une crème, une lotion ou un onguent renfermant de 0,025 % à 0,075 % de capsaïcine. Il faut souvent compter jusqu’à 14 jours de traitement avant que l'effet thérapeutique se fasse pleinement sentir. Attention, une sensation de brûlure peut être perçue lors de l’application.
Posologie des capsules, des teintures et des oléorésines

Prendre de 500 mg à 1 g de poudre de Cayenne (en capsules), 3 fois par jour, avant les repas, soit l’équivalent de 22 mg à 45 mg de capsaïcine par jour. Comme solution de rechange, on recommande d'épicer copieusement ses repas avec du piment fort.

La glucosamine et la chondroïtine
Produit naturellement par l’organisme à partir du glucose et de la glutamine (= un acide aminé), la glucosamine joue un rôle prépondérant dans le maintien de l’intégrité du cartilage de l’ensemble des articulations. Elle permet de ralentir la dégradation des cartilages et favorise l’action lubrifiante du liquide synovial, un lubrifiant naturel des articulations. Des études cliniques 1-2 ont démontré que la glucosamine permettrait également de freiner la progression de l’arthrose.

Les propriétés de la chondroïtine s’apparentent à celle de la glucosamine puisqu’elle est également un composé essentiel du cartilage naturellement produit par l’organisme. Les essais cliniques ont validé l’efficacité de la chondroïtine quant au soulagement de la douleur associée à l’arthrose et au ralentissement son évolution. Elle serait favorable à la reconstruction du cartilage et permettrait d’inhiber partiellement l’enzyme responsable de sa destruction, l’hyaluronidase.  

Comme ces deux substances, la glucosamine et la chondroïtine, présentent des propriétés différentes, certaines études ont conclu à leurs effets bénéfiques lorsqu’elles sont combinées pour soulager l’arthrose du genou.

Posologie de la glucosamine
Prendre 1 500 mg de sulfate de glucosamine, en une ou plusieurs doses, en mangeant. Prévoir de 2 à 6 semaines avant que les effets se manifestent pleinement.

Posologie de la chondroïtine
Capsules ou comprimés : Prendre de 800 mg à 1 200 mg par jour, en une ou plusieurs prises. Il faut compter de 2 à 8 semaines pour que l'effet se fasse pleinement sentir.

La griffe du diable
De nombreuses recherches portant sur la griffe du diable ont été effectuées, dont 3 essais cliniques concluants à l’efficacité de cette plante pour minimiser les maux liés à l’arthrose1. La griffe du diable permettrait, entre autres, de réduire la douleur, de diminuer la raideur et d’améliorer la mobilité des patients. Des recherches menées in vitro ont également révélé les effets anti-inflammatoires de la plante, en plus de ses propriétés analgésiques2.

Posologie
Comprimés ou capsules de poudre : Prendre de 3 g à 6 g par jour, en mangeant.
Extrait normalisé ou 5 :1 : Prendre de 600 mg à 1 200 mg par jour, en mangeant.



ARTHROSE SOULAGER ET GUERIR NATURELLEMENT
source http://www.santeonaturel.com/fiche-conseil-pathologie-arthrose,40.html
Définition - Causes - Symptômes
Qui dit arthrose dit usure. Et l'organisme ne peut pas réparer une usure rapidement et facilement. Il n’y a pas de traitement miracle de l’arthrose. La prévention par l’hygiène de vie est primordiale. L’arthrose a toujours une évolution lente et par poussées au fur et à mesure de l’usure du cartilage.

De nombreuses substances, compléments alimentaires, plantes « miracles » sont souvent proposés, mais rappelez-vous que l’arthrose se guérit dans le temps avec de la patience, « comme pour remonter une pente », descendue il y a longtemps. Les résultats sont souvent peu encourageants au début, compter toujours 2 à 3 mois pour les premières améliorations, et poursuivre aussi longtemps que nécessaire en ayant une alimentation saine et en pratiquant un minimum d'exercice.

Remarques
On peut soulager assez vite l’inflammation causée par l’usure et les frottements, et ce sans effets secondaires nocifs. De plus, on peut, patiemment, donner les moyens à l’organisme de régénérer les cartilages lésés surtout si l’usure n’est pas trop importante -on a longtemps affirmé que les neurones ne pouvaient pas se régénérer jusqu’à ce qu’on s’aperçoive du contraire-. Mais qui dit régénération dit traitement long et hygiène de vie meilleure pour supprimer les causes de l’arthrose tout en soulageant les douleurs inflammatoires causées par cette arthrose.

Pour les hyperactifs,  est-il nécessaire de « reposer » l’articulation quelques mois au minimum, en ayant des activités qui ménagent les articulations atteintes et ce, sous peine de résultats décevants.

Par contre, l’âge, le sport ne sont pas des obstacles à une récupération. Nous avons pu observer des résultats spectaculaires sur des arthroses du genou chez des personnes de plus de 80 ans. A cet âge, la volonté et l’hygiène de vie sont évidemment encore plus importantes. Les arthroses de la hanche sont les plus difficiles car trop souvent les personnes tentent les traitements naturels tardivement. La hanche est une grosse articulation, beaucoup sollicitée et liée aux douleurs du bas du dos. Lorsque l’usure et l’inflammation sont trop importantes, les personnes renoncent à un traitement naturel long, aux résultats aléatoires, alors que la prothèse est facile à poser et supprime immédiatement, ou presque, les douleurs importantes.

Les traitements naturels proposés ici devraient malgré tout être engagés pour protéger les autres articulations et éviter dans l’avenir la pause d’autres prothèses.

Adopter une alimentation peu acidifiante, très digeste. Manger plus de légumes verts, plus de crudités. Dissocier à des repas différents les poissons et viandes  des féculents à gluten comme les pâtes, le pain complet  ou non. Diminuer les laitages, surtout de vache, et ne les consommer que le matin ou l’après-midi. Pas de yaourt en fin de repas.

RAITEMENTS NATURELS
Traitements généraux, de terrain
SOULAGER
Utiliser les plantes anti-inflammatoires  comme l'harpagophytum, la racine secondaire, en extrait sec ou aqueux - ne pas hésiter à prendre de fortes doses, durant 6 à 8 semaines en cas de douleurs importantes -. En cas de fragilité gastrique, prendre après le repas.

L’extrait  dosé de racine de curcuma. Un extrait titré en curcumine, les principes actifs  (95%). Un extrait de pipérine de poivre est souvent ajouté pour en optimiser les effets anti-inflammatoires. La reine des prés et le cassis sont aussi conseillés. L’extrait de boswellia contre les douleurs

Les moules du pacifique appelées « Orles verts » contiennent des substances anti- inflammatoires et réparatrices. On utilise aussi un composé soufré dit MSM, en association avec les plantes citées.

Les huiles essentielles donnent d’excellents résultats et soulagent bien les inflammations. On les dilue dans une huile végétale ou associées à un gel de silicium organique  Huiles essentielles d’eucalyptus citriodora, de gaulthérie, de genévrier des montagnes, de pin sylvestre. Diluées à 20 ou 30% dans de l’huile végétale de callophylle, d’arnica, ou autre.

REGENERER  GUERIR
L’hydrolysat de collagène marin. Les protéines de la gélatine marine sont dissociées en acides aminés, comme prédigérées et donc mieux assimilées. C’est un vieux remède réparateur ayant fait ses preuves. Il était déjà conseillé en médecine chinoise de consommer des cartilages d’animaux. Maria Treben, au Moyen-âge, en parlait également. ,On utilise à ce jour principalement un collagène issu de gélatine de poisson L’hydrolyse de la gélatine est évidemment importante, pour une assimilation plus rapide des protéines essentiels à la régénération articulaire.  Ces protéines seront aussi utilisées par l’organisme pour le renouvellement des cartilages des ongles, des cheveux, de la peau, des yeux…

Cure de 3 mois minimum, pour une gêne légère sur une articulation, un sportif jeune par exemple, jusqu’à 1 an et bien plus pour une arthrose importante à un âge avancé.

Dans l’alimentation, on trouve du collagène dans la peau et les cartilages des os de volaille. C’est une viande blanche qui n’apportera pas trop d’acide urique et se digère facilement. A consommer presque seul avec des légumes surtout sans fromage, yaourts ou desserts lactés.  Le cartilage de poisson est également à recommander.

La glucosamine (sulfate) associée à la chondroïtine (sulfate), sont deux substances essentielles du cartilage articulaire. En complémentation, à forts dosages, elles donnent de bons résultats, quand elles sont apportées à l'organisme à raison de 1200 à 1500 mg  par jour de chacune

Citrates minéraux alcalinisant. Il est recommandé d'associer  également des minéraux basiques pour un bon équilibre acido-basique. Ou alors prendre  la prêle, riche en silice et l’ortie, riche en calcium.

Enfin le Silicium organique donne souvent d'excellents résultats pour soulager puis régénérer une arthrose légère. Il en existe différentes formes qui donnent des résultats plus ou moins constatés.

RESUME DES PRODUITS CONSEILLES
• Collagène marin
• Glucosamine chondroïtine
• Harpagophytum Curcuma
• Silicium organique





Dernière édition par Libellule le Mar 31 Jan 2017 - 19:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2316
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: L'arthrose - l'Arthrite ou Polyarthrite   Mar 31 Jan 2017 - 19:24

source http://www.pharmaciedelepoulle.com/arthrose_douleurs_rhumatismales.htm
Qu'est-ce que l'arthrose, que sont les rhumatismes?
L'arthrose est la maladie rhumatismale la plus fréquente dans les pays occidentaux. Elle toucherait 9 à 10 millions de Français (17% de la population).

Définition: Affection articulaire d'origine mécanique et non inflammatoire, caractérisée par des lésions dégénératives des articulations, associés à une prolifération du tissus osseux sous-jacent. L'arthrose est une maladie de l'articulation et pas seulement du cartilage. Environ la moitié des personnes touchées par l'arthrose sont symptomatiques. Elle est très fréquente après 65 ans et représente la 2ème cause d'invalidité après les maladies cardiovasculaires.

La gonarthrose ou arthrose du genou, avec l'arthrose digitale et l'arthrose de la hanche, représente l'une des 3 grandes localisations de l'arthrose. Elle peut concerner l'articulation entre la rotule et le fémur (arthrose fémoro-patellaire, 35% des cas) ou l'articulation entre le fémur et le tibia (arthrose fémoro-tibiale, 45 à 50% des cas), ces 2 formes étant parfois associées (15 à 20% des cas)

Rhumatisme
Toute affection douloureuse aigue ou chronique qui gène le bon fonctionnement de l'appareil locomoteur.

Les causes de l'arthrose
Même si plus on vieillit, plus on a de risques de souffrir de l'arthrose, le vieillissement n'en est pas la cause. L'arthrose peut se développer chez un sujet jeune, même chez les adolescents atteints d'anomalies du cartilage.
En plus de l'âge qui est un facteur aggravant de l'arthrose, différents facteurs favorisent la survenue ou l'aggravation de l'arthrose:
-Maladies osseuses ou articulaires. Ces maladies altèrent la qualité et la quantité de cartilage (maladie de Paget, maladies provoquant des dépôts dans les articulations.
-Malformations anatomiques: luxation congénitale de la hanche, déformation en X ou en tonneau des genoux, scolioses...
-Terrain génétique. Il existe des prédispositions familiales à développer de l'arthrose
-Surpoids, traumatismes (fractures, entorses, micro-traumatismes professionnels, certains sports intensifs...)

Modifications de l'articulation au cours de l'arthrose ou physiopathologie
Normalement, le cartilage forme un gel souple qui assure le glissement et la mobilité des extrémités des os entre eux dans l'articulation. Il se renouvèle tout au long de la vie. Mais quand le mécanisme d'élimination des débris de cartilage usé et de réparation par des cellules spécialisées (les chondrocytes) est déséquilibré, le cartilage se dégrade, perd son élasticité, se fissure et sécrète une substance provoquant une réaction inflammatoire de la membrane synoviale qui l'entoure et des douleurs.
-Lorsqu'il devient arthrosique, le cartilage brunit et disparait dans certaines zones laissant entrevoir l'os sous-chondral. Histologiquement, il devient fibrillaire voire fissuré avec diminution du nombre de cellules et perte de l'agencement. Les chondrocytes (cellules du cartilage) présentent des phénotypes très variés aboutissant parfois à la mort cellulaire.
-Parallèlement, après une phase initiale d'œdème, la quantité d'eau diminue et l'effet "poche d'eau" disparait expliquant l'altération du rôle biomécanique du cartilage.
-Un dérèglement du comportement des chondrocytes s'installe progressivement avec pour conséquence la survenue d'un déséquilibre entre la synthèse et la dégradation des composants de la matrice et les capacités de résistance du cartilage diminuent progressivement.
-On observe un amincissement des couches de cartilage qui finit par disparaitre.
-Une condensation de l'os sous-chondral est observée et cette ostéocondensation contribue à diminuer les capacités d'absorption des chocs auxquels l'articulation est soumise. La production d'excroissance osseuses aux marges de l'articulation (ostéophytes ou "becs de perroquets") pourrait correspondre à une tentative de l'organisme de réparation aberrante.
-Enfin la membrane synoviale est sujette à des épisodes d'inflammation qui peuvent se traduire cliniquement par la présence d'un épanchement intra-articulaire

Stade initial
Cartilage œdématié

Stade intermédiaire
Apparition de fissures superficielles
Perturbation des chondrocytes
Déséquilibre anabolisme/catabolisme du cartilage

Stade final
Destruction des couches profondes
Mise à nu de l'os sous-chondral

Quels sont les signes cliniques de l'arthrose?
Douleur
C'est le premier signe. Elle est déclenchée par la mise en charge ou le fonctionnement de l'articulation. Au début, elle apparait au mouvement seulement, cédant au repos. La douleur disparait la nuit et ne réveille pas le malade sauf aux changements de position. A un stade avancé, la douleur devient chronique.

Raideur
ou limitation du jeu articulaire: elle est variable selon l'articulation. Apparition d'une raideur matinale nécessitant quelques minutes de dérouillage (le plus souvent moins d'un quart d'heure)

Déformations et gonflement
Le gonflement est lié soit à l'accumulation de liquide synovial qui gonfle la cavité articulaire, soit à un épaississement des tissus de l'articulation et/ou apparition d'ostéophytes.

Craquements
Ils accompagnent la douleur. Au début, ils ne sont pas douloureux mais peuvent le devenir au fur et à mesure que le cartilage se dégrade.

Peut-on guérir de l'arthrose?
Une étude menée au Canada semblerait montrer qu'il est possible de voir les lésions du cartilage régresser. Il peut même guérir complètement (normalisation des examens microscopiques et biologiques)
Ce type de guérison a été presque constamment constaté avec un certain type de traitement: "le mouvement sans effort" (52% de guérison). Toutefois cette guérison prend du temps (au moins 12 semaines).

Comment prévenir et éviter l'arthrose?
L'architecture du cartilage peut être comparée à celle d'un matelas dont les ressorts lui assurent résistance, élasticité et compressibilité. A l'état physiologique, le cartilage est un tissu extrêmement quiescent (dont les cellules se divisent très peu). Son renouvèlement est quasi nul pour les fibres de collagène et prend plusieurs centaines de jours pour les protéoglycanes. C'est pourquoi il faut ménager ses articulations en suivant les conseils ci-dessous.

Conseils su l'arthrose en général
Adapter une bonne alimentation
Lutter contre le surpoids.
Favoriser une alimentation riche en antioxydants pour limiter les effets du vieillissement; Alimentation riche en fruits et légumes (antioxydants), en légumes secs (lentilles, petits pois, haricots blancs), en poissons, en huile d'olive (ne pas cuire avec du beurre) et en céréales complètes. Les aliments riches en oméga 3 ont des vertus analgésiques et anti-inflammatoires (Huile végétale d'Argan, huile de noisette, poissons gras...). Une supplémentation en Oméga-3 est intéressante: CardioConfort® Oméga-3, Huile de lin Arkogélules®
Diminuer les apports en protéines et les produits laitiers (riches en protéines et en oméga 6) qui acidifient le sang et qui augmentent les douleurs articulaires.

Adapter une bonne hygiène de vie
"Bougez-oui, surmener-non". L'activité physique permet d'entretenir la tonicité des muscles et des tendons et de stabiliser ainsi l'articulation malade. Elle permet aussi de favoriser la diffusion des éléments nutritifs à l'intérieur du cartilage. faites par exemple du vélo, nagez, marchez (au minimum 30 minutes tous les 2 jours). Évitez les activités sportives qui font exercer une forte pression sur les articulations (par exemple le jogging sur bitume, le tennis). Préférer les terrains réguliers aux terrains irréguliers. En cas de poussée, il faut mettre l'articulation au repos mais, dès qu'elle est terminée, il faut redevenir actif, y compris si quelques douleurs persistent.
Ne pas fumer car le tabac inhibe la prolifération cellulaire au sein du cartilage. Il engendrait un stress oxydatif qui, à terme, userait les articulations. De plus, le monoxyde de carbone résultant de la combustion de la cigarette circule dans les artères et contribue aussi à la perte du cartilage. Reumatology (Oxford), Octobre 2009; 48(10) : P. 1227-3

Adapter une bonne posture et une tenue vestimentaire adéquate
Changez régulièrement la position de votre corps. Évitez de rester longtemps dans les positions assise et debout ou dans toute autre position qui surcharge les articulations, comme lors de longs trajets en voiture. Éviter de se mettre à genoux
Au repos, mettez les articulations en position confortable : les genoux et les hanches en extension ; il peut être plus agréable d'être allongé avec les jambes fléchies (fauteuils de repos) Détendre les articulations douloureuses permet de réduire la douleur. En position assise, allonger les jambes
Évitez toute surcharge sur les articulations, qui ne ferait qu'augmenter la douleur. La douleur est le signe d'une surcharge sur l'articulation.
Ne pas porter de charges lourdes
Portez des chaussures confortables, qui maintiennent le pied sans le serrer, par exemple des chaussures avec des lacets élastiques et des semelles épaisses amortissantes. Préférer des talons larges et bas avec le bord terminal du talon biseauté (afin de faciliter le bon déroulement du pas).
Éviter les chocs lors de la marche: utiliser des absorbeurs de chocs au niveau du talon (talonnières en silicone), ayez une bonne semelle intérieure (semelle avec voute plantaire).
Préférer les vêtements chauds en laine de préférence. Il existe aussi des articles chauffants (chaussettes, ceintures, colliers, épaulières, coudières, genouillères, poignets: Gamme Thermotherapy de Gibaud, Pack chauffants (Géo® Pack Chaud/Froid)

Conseils spécifiques en cas d'arthrose du genou = gonarthrose
Lutter contre le surpoids: l'obésité est le facteur de risque majeur, 3 fois plus important que l'âge. Ce sur risque est double : action mécanique de l'excès pondéral sur les articulation, mais aussi par secrétions de cytokines par le tissu adipeux, aggravant l'arthrose. Une perte de 5 kg peut déjà beaucoup améliorer la symptomatologie douloureuse.
Choisissez bien vos chaussures! Une équipe de chercheurs a démontré que le port de chaussures (se rapprochant le plus des pieds nus) sans talon et à semelle souple permettait de soulager les patients souffrant de gonarthrose.*
Éviter les montées et les descentes. Privilégiez de manière générale les terrains plats, chaque fois que cela vous est possible
Éviter les terrains irréguliers et accidentés. Sinon utiliser une canne de marche (à tenir du côté sain)
Faites du vélo plutôt que la marche en roulant lentement et en évitant les montées. Réglez votre selle le plus haut possible afin de soulager l'articulation fémoro-patellaire.
Prenez systématiquement l'ascenseur
Aidez-vous des rampes d'escalier et monter toujours le pied valide en premier pour faire suivre la jambe malade
Ne restez pas debout trop longtemps (faites votre repassage, la cuisine en position assise si possible)
En position assise, étendre ses jambes. Avant de se relever après une station assise prolongée, penser à déplier et à replier trois fois le genou malade.
En se levant, toujours prendre appui des deux mains
Éviter les fauteuils profonds, privilégier les chaises confortables et si possible pourvues d'accoudoir
Éviter de vous agenouiller



source http://www.arthrolink.com/traitements/autres/les-medecines-alternatives
Soigner l'Arthrose avec les médecines alternatives
Même si peu osent en parler avec leur médecin, de nombreux patients ont recours aux médecines alternatives pour soulager les maux de l'arthrose et plus particulièrement la douleur (le terme de médecine douce étant à utiliser avec précaution car certaines médecines dites " douces " comportent de réels effets indésirables).

Parmi les différentes médecines alternatives utilisées dans l'arthrose, on peut citer l'homéopathie, la phytothérapie, l'oligothérapie, l'acupuncture, la mésothérapie, l'ostéopathie et la chiropraxie.

Une enquête réalisée en 2001 (enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) menée par Statistique Canada en 2000-2001) a montré que les types de médecine les plus couramment utilisés étaient les suivants (étude menée auprès de 10.000 personnes de plus de 60 ans) : - mésothérapie 15 %
- acupuncture 6 %
- phytothérapie 5 %
- homéopathie 5 %

Cependant, il faut préciser que la plupart de ces personnes poursuivaient un traitement médical traditionnel. Ces médecines parallèles étaient en supplément du traitement traditionnel.

Qu'est-ce que l'homéopathie ?
L'homéopathie se fonde sur le principe de similitude : une substance toxique responsable d'une maladie serait capable de traiter cette même maladie, si elle est utilisée à dose infinitésimale (infiniment petite). Un traitement pour une même pathologie peut varier d'un individu à l'autre en fonction de son mode de vie et de son environnement.

Aujourd'hui, plusieurs médicaments différents sont prescrits par les homéopathes pour soulager l'arthrose, en fonction du profil du malade. Cependant, les effets analgésiques de l'homéopathie dans le traitement de l'arthrose ne sont pas prouvés scientifiquement. De plus, ces remèdes ne remplacent pas la médication traditionnelle, ils doivent être considérés à titre de prévention ou de suppléments à la médication.

Qu'est-ce que la phytothérapie ?
La phytothérapie est une médecine qui utilise les plantes ayant des propriétés thérapeutiques (ou plus précisément la "partie active" de ces plantes, la plus riche en principes actifs). Une fois les plantes cueillies, on procède à leur extraction par différentes méthodes. Les extraits pourront ensuite être administrés sous forme de gélules, infusions, extraits, etc.

Quelles différences entre homéopathie et phytothérapie ?
La phytothérapie utilise des extraits de plantes obtenus selon les mêmes techniques de préparation que celles utilisées pour obtenir les composés servant de base aux dilutions homéopathiques. La différence porte sur l'origine des extraits utilisés en homéopathie qui sont d'origine végétale mais aussi animale et minérale.

Comme pour l'homéopathie, ces remèdes revendiquent la propriété de soulager certaines douleurs arthrosiques, mais leur efficacité n'est pas prouvée scientifiquement et ces remèdes ne remplacent pas la médication traditionnelle.

L'acupuncture : que peut-on en attendre ?
L'acupuncture, méthode thérapeutique qui fait partie de la médecine chinoise, est née plusieurs siècles avant Jésus-Christ. La technique d'acupuncture repose sur le placement d'aiguilles métalliques sur des points précis du corps humain, le long des méridiens, pour soulager des points douloureux ou des maladies.

L'effet antalgique et décontractant soulagerait certains patients souffrant d'arthrose.
Cependant, aucune preuve scientifique n'a été apportée pour prouver l'efficacité de l'acupuncture dans le soulagement des douleurs arthrosiques. La principale complication est l'irritation locale si votre peau est fragile.

Qu'est-ce que la mésothérapie et que peut-on en attendre ?
La mésothérapie est une technique de traitement local. Elle permet l'injection dans le derme (sous la peau) de petites doses de médicaments (antalgiques, anti-inflammatoires…) à l'aide d'un système constitué de plusieurs aiguilles très courtes (4 mm). Cette médecine parallèle est proposée dans le traitement symptomatique de l'arthrose.
Cependant, l'efficacité de la mésothérapie n'a pas été prouvée scientifiquement dans le traitement des douleurs de l'arthrose.

Si vous vous intéressez à ce type de traitement, il est souhaitable d'en parler tout d'abord avec votre médecin.

Certains terrains allergiques ou une peau très sensible peuvent conduire à prendre de grandes précautions avant d'envisager ce type de traitement.

Qu'est-ce que l'ostéopathie ?
L'ostéopathie est une méthode thérapeutique manuelle basée sur des techniques de mobilisation des articulations mais aussi des muscles et des tendons. Elle s'adresse essentiellement à l'arthrose rachidienne.

Elle comprend plusieurs champs d'application :
l'ostéopathie structurelle : cette partie traite des blocages articulaires du corps humain (appelés lésions ou dysfonctions ostéopathiques) par des techniques exclusivement manuelles (manipulations directes ou mobilisations par contractions musculaires);
l'ostéopathie viscérale ou ostéopathie fonctionnelle : elle concerne les organes internes ou viscères (foie, estomac, intestins, poumons…);
l'ostéopathie crânienne : cette branche de l'ostéopathie traite plus particulièrement la tête, en utilisant des techniques fonctionnelles spécifiques.
L'ostéopathie se trouve complètement séparée de la kinésithérapie du fait que leurs fondements, leurs capacités et leurs objectifs soient totalement différents. L'ostéopathie ne peut être exercée d'une manière sûre et compétente que par des ostéopathes. Les manipulations sont généralement indolores et ne se pratiquent jamais sans examen clinique approfondi et visualisation de clichés radiologiques. Elle peut soulager certaines douleurs arthrosiques, cependant son efficacité n'a pas été prouvée scientifiquement.

Depuis 2002, le diplôme d'ostéopathie est reconnu en France et la structuration de sa pratique se met en place. La situation reste cependant floue pour de nombreux manipulateurs non médecins, les formations n'étant actuellement pas toutes reconnues. Il n'y a pas de remboursement par la sécurité sociale excepté dans le cadre d'une consultation médicale. Enfin, il est souhaitable qu'un médecin connaissant votre situation établisse au préalable un diagnostic et vous conseille sur le traitement le plus adapté.

Qu'est-ce que la chiropraxie ?
Ostéopathes et chiropracteurs pratiquent par manipulations, mais ils utilisent des techniques différentes. La chiropraxie est née de l'ostéopathie.

La différence porte essentiellement sur le fait que la chiropraxie cherche presque toujours la cause des symptômes au niveau de la colonne vertébrale et agit au moyen de manipulations souvent plus brusques. L'ostéopathie tient également compte de tous les autres systèmes du corps.



source http://www.topsante.com/medecine/rhumatismes/arthrose/soigner/arthrose-ce-qui-soulage-bien-les-douleurs-10360/arthrose-l-homeopathie-pour-prevenir-les-crises-14658
Contre l'arthrose, les anti-inflammatoires sont efficaces mais pas toujours bien supportés. Ne vous privez pas des médecines douces. Elles ont beaucoup moins d'effets secondaires.
Arthrose: l’homéopathie pour prévenir les crises

En traitement de fond, on associe les produits selon les poussées, le type de douleurs, leur localisation et le terrain. Le médecin choisit un ou deux produits parmi Medorrhinum, Thuya, Sulfur, Sulfur iodatum, en 9 CH, 15 CH, ou 30 CH, à raison d’une dose par mois. Auxquels il ajoute un remède plus ciblé 
(5 granules, 3 fois par jour). Selon les cas :
-Natrum sulfuricum 30 CH : en cas d’arthrose de hanche aggravée par l’humidité et le changement de temps.
-Actaea spicata 5 CH : quand l’arthrose touche les articulations des doigts.
-Radium bromatum 15 CH : quand elle entraîne des douleurs cervicales.
-Radium bromatum 9 CH : lorsque les vertèbres lombaires sont concernées.

Arthrose: les plantes calmantes
La reine-des-prés : faire infuser 20 g de sommités fleuries dans 1 litre d'eau à boire dans la journée. Ou faire une décoction d’écorce de saule, sauf si l'on est allergique à l’aspirine.

Harpagophytum procumbens : en gélules sous forme d'extrait sec, à raison de 3 mg par jour. Les premiers résultats apparaissent au bout de trois semaines environ, à condition
de bien suivre le traitement.

Les huiles essentielles (HE) : masser les zones douloureuses avec un mélange de 2 g d'HE de gaulthérie et 2 g d'HE de romarin, diluées dans 1 c. à café d’huile végétale neutre.

Arthrose : les cures thermales pour s'assouplir
L'objectif : apaiser la douleur et récupérer de la mobilité.
Les soins : ils associent bains et jets hydromassants, boues antalgiques, massages et mobilisation en piscine, complétés par des exercices de renforcement musculaire. Les effets de la cure se font sentir pendant six à neuf mois, selon l’étude Thermarthrose sur l’arthrose du genou. « Les cures durent dix-huit jours et s'adressent à tous les stades de la maladie : débutante, évolutive ou avancée avec prothèse », précise le Dr Michèle Séchan, rhumatologue et médecin thermal à Cauterets.

Plus d'infos et liste des 75 stations sur www.medecinethermale.fr

Arthrose : l’acupuncture en complément

Le nombre de séances dépend de l’ancienneté de l’arthrose, de l’âge de la personne, du type de douleur…

En phase aiguë : 2 ou 3 séances de 30 minutes espacées d’une semaine, une autre 15 jours après.

Dans les douleurs chroniques : 3 ou 4 séances suffisent en principe. Sinon, inutile de poursuivre.

« Selon les facteurs favorisants (climat…), l’aspect de la langue et le terrain du patient, on intervient sur des points proches ou éloignés de l’articulation, explique le Dr Olivier Duhamel. Car, chez les arthrosiques, on note souvent une faiblesse d'un organe à distance, qui correspond à l’articulation douloureuse. »



source http://www.lasantenaturelle.net/103/la-sante-naturelle.html
Soigner naturellement l'arthrose
L'arthrose est une dégénérescence des cartilages, qui peut souvent se révéler plus ou moins invalidante.

Voilà ce que, du côté officiel, l'on lit ou entend couramment...: "Il n'existe aucun traitement contre l'arthrose et autres arthrites..."

Les médicaments chimiques anti-inflammatoires, dans un premier temps, peuvent parfois faire disparaître ou atténuer certains symptômes, mais, au bout d'un certain temps, les symptômes réapparaissent avec, en prime, de nombreux effets secondaires fâcheux et désordres digestifs tels que diarrhées, constipations, douleurs à l’estomac, et même saignements. Donc, le plus souvent, il sera raisonnablement préférable d'oublier ces non-solutions ou même anti-solutions.

Mais quelles sont les principales causes  à la base de l'apparition d'arthrose?

Les carences en nutriments !
Lorsqu'il y a des carences d'un ou plusieurs nutriments ci-dessous mentionnés, l'arthrose peut apparaitre:

- Le Magnésium: Il est indispensable à toutes les réactions chimiques qui gouvernent notre corps. Il est important de le prendre sous une forme bien assimilable, comme, par exemple, le magnésium marin en provenance des eaux-mères.

- La Vitamine C: La vitamine anti-scorbut, elle joue aussi un rôle fondamental dans toutes les interactions biochimiques de notre organisme.

- Les anti-oxydants: L'importance des anti-oxydants dans le soin de l'arthrose est bien réelle. L'arthrose étant une maladie de dégénérescence, la présence de dommages attribuables aux radicaux libres est incontestable. Exemple d'anti-oxydant bon à prendre: le curcuma, qui a un important effet anti-inflammatoire et aussi un effet anti-oxydant.

- Le silicium: La concentration de silicium chez l'être humain est supérieure à celle du fer ou du cuivre! Il potentialise l'action du zinc, du cuivre et permet la fixation du calcium.

- Les protéines: La nécessité absolue de consommer des protéines en quantité importante: Les protéines nous fournissent les acides aminés avec lesquels nous fabriquons le collagène, l'élastine, les lubrifiants du liquide synovial, les anti-corps et les enzymes, etc...

L’arthrose ou «usure des cartilages» provoque des douleurs dans les articulations, les sciatiques, les lumbagos, les «mal au dos».

Elle s’accompage, en général, d’une décalcification du squelette, mais cette décalcification est l'un des effets secondaires de l'arthrose et ne provient pas d’un manque de calcium.

L'on croyait, jusqu’à aujourd’hui, que l’arthrose était un dépérissement progressif et irréversible du squelette.

Il n’en est rien. Cette tendance peut se combattre et se renverser.

Ana Maria Lajusticia Bergasa, connue en Espagne pour ses livres sur la Diététique et l’Alimentation, explique les causes de cette affection d’une manière scientifique, mais compréhensible pour tous.

Elle en indique la solution, qui repose sur un régime alimentaire et non sur des médicaments.

Cette solution s’est déjà révélée efficace chez des milliers de personnes.

Les étapes de la cure intense:
1 - Stopper les carences en magnésium, vitamine C, silicium, acide hyaluronique:
Le magnésium
Le magnésium joue un rôle très important dans l'alimentation. De nombreux troubles peuvent être consécutifs à ue carence en magnésium: dépression et angoisse, diabètes, spasmes musculaires, arthrose, crampes, troubles cardio-vasculaires, pression artérielle élevée et ostéoporose.

Il participe activement à la transmission des données entre les neurones. L'apport journalier recommandé (AJR) est estimé à 300 mg de magnésium par jour (le double pour les sportifs ou les femmes enceintes) ou 6 mg par kg de poids. A noter que le corps ne produit pas de magnésium.

Les pidolates sont des transporteurs naturels, ils sont issus du monde végétal. Ils sont naturellement présents dans tous les tissus et fluides humains. Ils sont ionisés dans l'estomac et parfaitement assimilés, sans laisser de déchets dans les cellules. Ils permettent un taux d'assimilation des minéraux de l'ordre de 60% à 70% contre 15% à 20% pour un minéral classique...

La vitamine C
L'acérola est une petite cerise des Antilles naturellement riche en vitamine C. Elle en contient plus que le kiwi ou les agrumes comme orange ou citron.

Pour grands et petits (à partir de 8 ans) afin de renforcer les défenses naturelles en douceur.

Croquer une pastille ou prendre une cuillère par jour ou plus si besoin.

Le silicium
Anti-oxydant et détoxinant. Reconstituant et régénérateur du métabolisme cellulaire et osseux. Action durable à moyen et long terme, évidemment, du silicium organique sans parabène ni conservateur chimique, par exemple du laboratoire LLR-G5, fondé par Loïc Le Ribault.

Le silicium organique est impliqué dans les mécanismes fondamentaux de la Vie. Il peut donc jouer un rôle d'inhibiteur ou d'activateur dans la plupart des mécanismes biochimiques. L'une des propriétés les plus remarquables du silicium est d'être un anti-oxydant et un anti-vieillissement.

Utilisation: Une cuillère à café trois fois par jour et plus si nécessaire. Eviter tout contact avec le métal et le verre.

Un instructif témoignage:
"Bonjour,
Mon père avait de l’arthrose (oui, oui, il avait… il n’a plus (!!!) d’arthrose), et une amie lui avait conseillé le livre «L’arthrose et sa solution», de Ana Maria Lajusticia Bergasa… et ça a marché! en fait, il manquait de magnésium (comme beaucoup d’entre nous…), et depuis qu’il consomme des amandes, noix, etc… il va mieux… en fait, il avait un début d’arthrose dans les poignets, et 1 an et 1/2 après le petit changement dans l’alimentation… il n’avait plus aucun symptôme…

Grâce au même livre, nous avons pu sauver un cheval qui souffrait d’arthrose sévère due à un manque en protéines… en fait, il faisait partie d’une de ces races «super-rustiques» qui on été sélectionnées (en partie par l’Homme, en partie par Dame Nature) pour être capable de se nourrir de viande, poisson, etc en cas de manque d’herbe… si bien qu’ils ont, en fait, besoin d’un peu de protéines en complément alimentaire… un peu de (bonnes!) croquettes pour chien/chat font très bien l’affaire, et ce type de cheval les aime! Si, si, croyez moi! Bref, un peu moins de 2 ans après le diagnostic d’arthrose sévère chez ce cheval, il n’y avait plus aucun signe d’arthrose… à la radio comme à la manipulation et la souplesse des articulations!

En bref, pour vous résumer le livre (que je vous recommande cependant chaudement!), il faut manger suffisamment de (bonnes!) protéines, de magnésium et de vitamine C…

Bonne guérison à tous!"



source http://www.herboristerie.com/hygiene.php?ID=14&COND=4
Info symptôme
Processus inflammatoire entraînant un phénomène de dégénérescence des cartilages avec usure progressive des extrémités osseuses et formation de protubérances.

Hygiène de vie
Affectant souvent les même régions que l’arthrite, l’arthrose est un phénomène de dégénérescence altérant le cartilage articulaire.
Les arthrites peuvent apparaître très jeunes, les arthroses apparaissent le plus souvent pendant la deuxième partie de la vie.

Elle affecte surtout les articulations les plus sollicitées,
hanches, genoux, pied, rachis, la sénescence et la surcharge pondérale étant des facteurs favorisants.

Le cartilage dégénère progressivement, la région de l’os n’est plus protégé, la capsule articulaire et les ligaments s’ossifient, la synoide reste longtemps indemne, ce qui évite le risque immédiat d’ankylose.

Cette perte vitale se retrouve
dans tous les autres éléments de l’articulation, les tendons perdent leur tonicité, les muscles s’affaissent. Ce phénomène localisé a un disque intervetébral peut provoquer une compression d’un nerf, il en résulte névrite ou sciatique.

Si l’immobilisation n’est pas nécessaire
et même pas conseillés, il est indispensable de ménager l’articulation atteinte, donc de réduire les périodes d’activité et d’allonger celles de repos.

Appliquez des cataplasmes d’argile
sur les parties douloureuses, 2 heures minimum, toute la nuit si vous le pouvez.
Faites des massages légers avec l’huile romarin sarriette.

prenez soin de marcher
pour assurer bonne circulation sanguine, bien qu’il soit difficile de faire du sport quand on souffre.
Tenez compte qu’une bonne circulation permet de drainer par le sang les déchets de votre organisme donc d’en limiter l’encrassement.

Votre consommation des aliments
Boissons :
Supprimez les boissons alcoolisées et excitantes, café, thé.
Les boissons sucrées participent au surpoids, aux problèmes dentaires, aux troubles de l’humeur et du comportement. Une consommation trop importante de boissons sucrées provoque des maux de tête et des insomnies.
Boire de l’eau à volonté, surtout entre les repas, ou des tisanes légères, tisane de cassis ou de frêne par exemple.

Céréales :
Modifiez vos habitudes alimentaires, consommez un petit déjeuner conséquent avec entre autre des céréales, sucres lents qui vous permettront de passer une bonne journée. Choisissez du pain complet et biologique.

Corps gras :
Le beurre cuit est à éviter, en revanche toutes les huiles de première pression à froid sont les bienvenues ; olive, colza, mais, pépins de raisins, carthame. Il ne faut pas les cuire.

Desserts, sucreries :
A consommer avec modération.

Fruits frais :
A consommer à volonté, choisissez-les de saison et bien murs.

Fruits secs :
Vous pouvez en consommer selon votre goût, de préférence amandes et abricots très riches en minéraux, oubliez les dattes, figues, raisins.

Fromages, laitages, œufs :
Consommez les œufs deux fois par semaine, laitages et fromages à éviter. Si vous etes un amateur inconditionnel de fromages, choisissez ceux de chèvre et modérément.

Légumes, crudités :
Ils sont à consommer à volonté, crus ou cuits, en recherchant des recettes originales et goutteuses, un potage ou une salade le soir devait vous apporter la forme et l’équilibre.

Poissons :
Evitez les poissons gras, sardines, maquereaux, très lourds à digérer. Les fritures sont à « oublier « préparez la cuisson des poissons au court-bouillon parfumés aux aromates ou à la vapeur.
Consommez les crustacées avec modération, ils surmènent vite le foie.

Viandes :
Préférez les viandes blanches, à défaut la viande rouge doit être grillée sans corps gras, recouverte au moment de consommer avec du persil, de la sarriette.
Gibier et charcuterie sont à éviter.



Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2316
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: L'arthrose - l'Arthrite ou Polyarthrite   Ven 24 Fév 2017 - 22:14



source https://www.santenatureinnovation.com/arthrose-la-solution-silicium-organique/
Arthrose : la solution « silicium organique »

Le silicium organique est une des « tartes à la crème » de la santé naturelle.
lundi 23 septembre 2013 - par Jean-Marc Dupuis

Dans tous les salons bio, vous trouvez des stands animés par des commerciaux professionnels vantant ce produit « miracle » pour soigner à peu près toutes les maladies.

La vérité, comme toujours, est plus compliquée. Peu de recherches scientifiques ont été faites sur les vertus thérapeutiques du silicium, et même ceux qui croient en ses bienfaits sont incapables d’expliquer comment il agit ou pourquoi il ferait du bien à l’organisme.

Le résultat est une guerre de l’information sur Internet.

D’un côté, des journalistes balayent d’un revers de la main les fabricants comme les utilisateurs de silicium organique, accusant le produit d’être inutile voire dangereux. Un exemple fort est celui du journal Sciences & Avenir (1), qui, manifestement, ne croit pas du tout aux vertus du silicium… Mais le journaliste ne fait que répéter le discours des autorités sanitaires françaises (AFFSAPS) et européennes (EFSA), ce qui est un peu court quand on connaît leur degré d’ouverture intellectuelle.

En face, vous avez une prodigieuse abondance de témoignages personnels attestant des effets incroyables de ce produit. Vous en avez un aperçu en allant lire les commentaires de ce même article de Sciences & Avenir, où le journaliste se fait assaillir de critiques par ses propres lecteurs, qui semblent, eux, avoir bel et bien essayé le produit, et en avoir bel et bien observé les bienfaits !

En tout cas, le silicium organique est un produit sulfureux, notamment du fait des nombreuses affaires liées à ses inventeurs, le chimiste Norbert Duffaut et le géologue Loïc Le Ribault, qui fut l’un des premiers utilisateurs en France du microscope à balayage électronique. Le premier a été retrouvé mort en 1993 (la police conclura à un suicide), le second a été emprisonné et accusé de toutes sortes de fraudes, en particulier d’avoir prétendu améliorer le produit créé par Norbert Duffaut et l’avoir commercialisé en multipliant son prix par douze, sous le nom de G5. Pour tout savoir au sujet de cette ténébreuse affaire, lire « Loïc Le Ribault et le G5 : l’aventure du silicium organique ». (2)

Il n’en reste pas moins que le silicium organique est peut-être une solution très intéressante pour les personnes soignant l’arthrose, et pourrait soigner de nombreuses autres maladies, comme l’ostéoporose, l’athérosclérose (lésions des artères augmentant le risque d’infarctus), de nombreux problèmes de peau et de cheveux, et renforcer le système immunitaire. C’est pourquoi nous lui consacrons aujourd’hui un article approfondi.

Les origines du silicium organique
Le sable, le quartz, et de nombreuses roches sont faites à base de silicium, qui est le deuxième élément le plus abondant dans la croûte terrestre, après l’oxygène et avant l’aluminium.

Or, il se trouve que vous avez aussi du silicium dans votre corps, et singulièrement dans vos tissus conjonctifs, c’est-à-dire les os, le cartilage, la peau et les tissus de soutien.

Le silicium est même un des principaux minéraux présents dans le corps humain : l’organisme en contient environ 7 grammes, contre 2 grammes pour le zinc et 4 grammes pour le fer, pourtant très importants eux-aussi.

Avec l’âge, les réserves de silicium diminuent de façon inquiétante. Et l’alimentation moderne, comme d’habitude, aggrave les choses puisque nous ne consommons plus beaucoup d’aliments riches en silicium : enveloppe des céréales, fruits et légumes de qualité, eau de source. L’eau du robinet, en particulier, est aujourd’hui systématiquement floculée par l’aluminium qui enlève une grande partie des silicates.

Or, le silicium est nécessaire pour la biosynthèse de nombreuses molécules comme le collagène, l’élastine et l’acide hyaluronique, éléments essentiels des cartilages, des os, de la peau et du système immunitaire. Le silicium intervient également dans la constitution des cheveux et des ongles.

Passons en revue brièvement ses effets sur les différentes maladies :

Comment le silicium pourrait soigner plusieurs maladies
Arthrose : le silicium est indispensable à la synthèse des glucosaminoglycanes, qu’on trouve en abondance dans le cartilage. Le déficit en silicium peut donc provoquer de l’arthrose, qui est causée par un problème de régénération du cartilage. Des études sur les cartilages embryonnaires montrent que leur croissance est liée à la présence de silicium, qui catalyse la prolyl-hydroxylase, indispensable à la biosynthèse du collagène et des glucosaminoglycanes.

Maladies cardiovasculaires : le silicium intervient dans la synthèse et l’arrangement des fibres d’élastine et de collagène constitutives des parois artérielles, dont elles améliorent la souplesse. Il serait donc un excellent protecteur contre l’athérosclérose, une maladie cardiovasculaire pouvant provoquer l’infarctus, et diminue l’hypertension. Les analyses de la composition d’artères saines et d’artères fortement lésées par l’athérome ont clairement montré une baisse du taux de silicium dans les artères malades.

Problèmes de peau : plus la peau est riche en silicium, plus elle est souple, épaisse, peu ridée, et cicatrise facilement. En effet, le derme, tissu qui se trouve sous la peau et la nourrit, comporte une matrice extracellulaire qui est constituée de fibres de collagène, d’élastine et de glycosaminoglycanes. Comme nous l’avons vu, le silicium est indispensable à la constitution et au renouvellement de ces fibres. Une faible teneur en silicium est aussi associée aux problèmes de peau comme le psoriasis.

Cheveux : le silicium prévient la chute des cheveux et pourrait favoriser la repousse, en intervenant sur les phanères.

Une substance intéressante contre le vieillissement
Le silicium est donc un outil clé pour lutter contre le vieillissement :
le vieillissement au niveau articulaire avec l’arthrose ;
le vieillissement osseux avec l’ostéoporose ;
le vieillissement de la peau, avec les rides et les problèmes de cicatrisation ;
le vieillissement des artères avec l’athérosclérose.

Différentes études ont montré qu’il y a décroissance importante des taux de silicium, pouvant atteindre 80 %, notamment au niveau de la peau et des artères avec l’âge, et en particulier à partir de la ménopause chez les femmes.

Faut-il pour autant vous jeter sur le premier tas de sable venu, pour reconstituer vos réserves de silicium ?

Suffit-il de manger du sable pour rétablir l’équilibre ?
Hélas non, ce n’est pas si simple. Le sable contient énormément de silicium, mais il s’agit de silicium minéral, c’est-à-dire oxydé et inerte. Il n’a probablement aucune valeur thérapeutique puisqu’il ne peut pas être assimilé par l’organisme.

J’écris « probablement » car, curieusement, il existe en Afrique du Nord une vieille tradition d’enterrer dans le sable les personnes souffrant de rhumatismes. Or, selon Loïc Le Ribault, les grains de sable auraient justement à leur surface une petite couche de silicium organique, c’est-à-dire actif et assimilable par le corps, et notamment efficaces contre l’arthrose, l’ostéoporose, les problèmes de peau et l’athérosclérose.

Ces affirmations n’ayant cependant jamais été prouvées par des recherches indépendantes, nous les laisserons de côté ici. Revenons au sable, donc.

Si vous mangez du sable, vous n’avez aucun effet bénéfique à attendre car celui-ci sera de toutes façons évacué par votre corps sans être assimilé.

Mais le silicium se trouve également dans la nature sous forme « colloïdale », c’est-à-dire par microparticules en suspension dans un liquide, comme la sève de certaines plantes : l’ortie, la prêle, le bambou.

Toutefois, même sous forme « colloïdale », il s’agit toujours d’une forme minérale, très mal assimilée par l’organisme. Seul 1 à 10 % parviendra à passer la barrière intestinale. Pour la faible partie qui arrivera à passer dans votre sang, l’essentiel n’entrera jamais au niveau des cellules et du tissu conjonctif. Il sera éliminé par vos reins, dans les urines. Vous avez beau en manger 15 à 40 mg par jour, si vous avez une alimentation normale, vous ne pourrez atteindre les 2 mg par jour qui sont nécessaires.

Mais le silicium existe également sous forme organique, c’est-à-dire non oxydée (on dit « réduite »), soluble, et donc active et hautement assimilable par l’organisme, y compris au niveau cellulaire.

Pour les lecteurs qui ont des notions de chimie, il est intéressant de savoir que le silicium organique est constitué d’un groupement méthyl (1 atome de carbone et 3 d’hydrogènes), attaché à un atome de silicium, lui même attaché à une, deux ou trois liaisons alcools (-OH). Plus il y a de liaisons alcools, plus le silicium est actif.

La molécule principale utilisée en complémentation alimentaire, et développée par Norbert Duffaut, est le monométhyl Silane Triol (MMST), qui compte trois groupements alcools (le maximum).

A noter que la façon dont le silicium organique apparaît dans la nature est un mystère. Il n’existe à ce jour aucune publication abordant cette question.

Intérêt pour la santé du silicium organique MMST
Cette molécule est dotée, grâce à sa structure, d’une double polarité : elle est à la fois hydrophile, grâce à ses liaisons alcool, ce qui lui donne une bonne solubilité dans l’eau, indispensable au passage dans le sang. Mais elle est également hydrophobe, grâce à son groupement méthyle, ce qui lui donne une affinité pour les graisses, et permet le passage à travers le film protecteur de la peau.

Lorsqu’il est suffisamment dilué dans l’eau, et on ne le trouve de toutes façons dans le commerce que sous forme liquide, le MMST associé aux acides aminés ne se polymérise pas et donc ne précipite pas, ce qui garantit sa très grande biodisponibilité. Une étude rigoureuse des travaux de Duffaut conduit à choisir une concentration de l’ordre de 0,03 % pour garantir cette absence de précipitation, qui neutraliserait les effets du silicium organique.

Il reste néanmoins fragile, y compris sous cette forme. Le silicium organique MMST ne doit entrer en contact ni avec le verre, ni avec le métal. On doit éviter de l’exposer à de trop grandes chaleurs, au froid et à la lumière. Il doit être conservé à température ambiante, dans un flacon opaque, bouché, et doit être dosé directement avec le bouchon ou un doser plastique.

Dans ce cas, l’assimilation dans le sang est estimée entre 50 et 70 %, contre 5 % pour le silicium colloïdal.

Seuls 5 % de la partie assimilée sera éliminée par les urines, le reste étant utilisé par les cellules et les tissus conjonctifs, contre 50 % pour le silicium colloïdal.

Une cure apportant environ 2 mg de silicium organique par jour permettra de reconstituer les réserves, et de redémarrer la production des tissus conjonctifs, en particulier du cartilage dans le cas de l’arthrose (lorsque la destruction de celui-ci est liée à un déficit de silicium bien sûr).

Utilisation
L’usage alimentaire du silicium organique a été interdit depuis le 1er janvier 2010 sur avis de l’agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA). Il était toutefois autorisé auparavant sans effets indésirables notoires et sa commercialisation reste autorisée à condition de ne pas le présenter comme un produit alimentaire.

Le MMST peut-être utilisé sous forme de lotion. On l’applique sur la peau en imbibant une compresse. Comme il pénètre très bien dans la peau, il rejoint le tissu conjonctif le plus proche. C’était le moyen utilisé par Norbert Duffaut.

Il existe aussi sous forme de gel, plus facile d’utilisation, mais il est alors mélangé à des excipients, dont il faut vérifier qu’ils répondent aux exigences de la charte « Cosmébio » pour avoir un produit optimal.

Il est aussi diffusé sous le nom de Conjonctyl, qui est un produit à usage injectable, et qui dispose d’une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) dans tous les pays européens.

Mise en garde
Les effets très divers relatés par témoignages, le manque de connaissances sur la forme réellement active sur les cellules, et l’absence d’études sur les effets de la complémentation en silicium organique laissent une grande zone de mystère sur la manière dont agit le silicium organique.

Un aspect qui semble évident est que le silicium a une action nutritive, surtout chez les personnes âgées. Un organisme qui manque de silicium disponible perd une partie de son potentiel et certaines de ses fonctions s’affaiblissent. Lui apporter du silicium assimilable peut avoir des conséquences dans divers domaines (articulations, os, artères, peau, cheveux, système immunitaire, yeux) car le silicium intervient dans de nombreuses structures et fonctions.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

PS : Les progrès actuels de la recherche contre l’arthrose sont saisissants. C’est un sujet qui me passionne et j’y reviens régulièrement dans mes chroniques Santé Nature Innovation. Si vous n’êtes pas encore abonné à La Lettre Santé nature Innovation, je vous invite à faire l’essai ci-dessous en inscrivant votre adresse de messagerie électronique dans la case prévue à cet effet.

Sources :
(1) Pour consulter l’article de Sciences & Avenir, voici le lien ici.

(2) Jean-Daniel Metzger, « Loïc Le Ribault et le G5 : l’aventure du silicium organique », éditions Ambre, 2010.

Pour les spécialistes qui souhaitent en savoir plus, je recommande fortement la lecture de la monographie complète sur le silicium organique ci-après, d’où sont puisées l’essentiel des informations de cette lettre (lien cliquable).
http://www.sante-vivante.fr/IMG/pdf/SV-SILICIUM.pdf



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France

En savoir plus et lire des témoignages
https://www.santenatureinnovation.com/arthrose-la-solution-silicium-organique/#moz



Voila mon expérience

Jusqu'à l'an dernier j'avais régulièrement des douleurs cervicales, et j'étais obligée de consulter très souvent un ostéopathe.
C'est pour des ongles qui s'effritent que j'ai commencé une cure d'ortie silice, et depuis le début de l'année je ne suis pas encore retournée chez l'ostéopathe, j'en conclue donc que la cure a été bénéfique pour mes douleurs.
Pour les ongles, il faut que j'attende qu'ils repoussent pour savoir si ça a marché.
Voila la marque que je trouve au biocoop
http://www.biofloral.fr/doc/Depliant_ortie-silice_2015_web.pdf

Libellule

Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2316
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: L'arthrose - l'Arthrite ou Polyarthrite   Ven 24 Fév 2017 - 22:30



source https://www.santenatureinnovation.com/arthrose-ne-terminez-pas-en-chaise-roulante/
Arthrose : ne terminez pas en chaise roulante
mardi 28 octobre 2014 - par Jean-Marc Dupuis

Après 50 ans, l’arthrose est le plus fréquent des problèmes articulaires : 9 à 10 millions de personnes en France sont touchées [1] !
Cela commence un matin en vous réveillant : vous sentez une raideur dans une articulation. Une sorte de pointe en acier qui s’enfonce dans votre hanche, votre dos ou votre genou, en descendant les escaliers.

Brutalement s’effondrent certains de vos plus beaux rêves d’avenir.
Partir voyager en liberté ; jouer dans un jardin l’été avec vos petits-enfants ; ou simplement faire des activités manuelles, bricoler, vous promener près de chez vous sans cette douleur lancinante qui irradie dans votre corps et vous pousse à bout.

Mais l’arthrose peut aussi toucher la hanche, le coude, le poignet, les doigts, la colonne vertébrale.

La douleur s’éveille dès que vous pressez du doigt votre articulation. Peu à peu, votre flexibilité régresse. Vos articulations deviennent rouges, chaudes, enflées, parfois même déformées. Au moindre changement de température, vos souffrances empirent.

Problème : 76 % des arthrosiques traités par des médicaments jugent leurs douleurs handicapantes.

Dans les profondeurs de votre cartilage, une catastrophe se prépare
Lorsqu’on parle de « douleurs handicapantes » pour 76 % des personnes traitées, cela signifie déjà que les traitements médicamenteux ne sont pas efficaces.

Mais il y a pire : plusieurs études ont montré que les antidouleurs contre l’arthrose aggravent la situation.

Ils accélèrent la dégradation du cartilage.

Le phénomène est d’autant plus vicieux que, dans un premier temps, le patient est convaincu d’aller mieux.

Il ne se doute de rien parce que le médicament a provisoirement masqué sa douleur.

Mais c’est une dangereuse illusion. Dans les profondeurs de son cartilage, ses os, ses tendons, une catastrophe se prépare :
Des médecins d’Oslo, en Norvège, ont suivi 186 patients souffrant d’arthrose de la hanche. 58 d’entre eux prenaient un médicament contre l’inflammation et la douleur, de l’Indocin, un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS). Aux rayons X, ils se sont aperçus que les personnes prenant de l’Indocin souffraient d’une détérioration bien plus rapide de leur hanche que les autres.
Au Portugal, le Dr Antonio Lopez Vaz, de l’hôpital d’Oporto, a étudié un groupe de 48 patients souffrant d’arthrose du genou. Il a divisé le groupe en deux, donnant chaque jour, pendant 8 semaines, 1,5 g de glucosamine (un produit naturel dont je vais reparler) au premier groupe, et 1,2 g d’ibuprofène (un AINS) à l’autre groupe.
Au départ, les personnes qui prenaient de l’ibuprofène ont vu leurs douleurs diminuer plus vite que les autres. L’impression a persisté durant les deux premières semaines.

Mais au bout de huit semaines, non seulement leurs douleurs avaient recommencé à s’aggraver, mais elles étaient maintenant « significativement plus fortes » que celles du groupe « glucosamine » (le produit naturel) !!

Et ce n’était pas la fin du cauchemar pour eux.

Des trous dans l’estomac qui saignent
L’ibuprofène, comme les autres AINS, peut être extrêmement dangereux administré sur le long terme.

Utilisés de façon continue, les AINS provoquent des saignements dûs à des trous dans la paroi de l’estomac et de l’intestin.

C’est une conséquence fréquente. Plus de 20 000 personnes chaque année sont touchées, rien qu’en France, par ces graves effets indésirables.

L’arthrose n’est pas comme le rhume ou la jambe cassée. Ce n’est pas un problème temporaire. Le point crucial n’est pas de vous soulager quelques jours ni quelques semaines.

L’important est que, dans 6 mois, dans 2 ans, dans 10 ans, vous ne finissiez pas en chaise roulante, ou immobilisé sur un lit d’hôpital.

Solutions naturelles et efficaces contre l’arthrose
Heureusement, il existe des traitements naturels et sans effets indésirables contre l’arthrose.

Pas plus que les médicaments, ce ne sont des remèdes miracle.

Mais contrairement aux médicaments chimiques, ils permettent :
-de réduire significativement le risque de douleurs causées par l’arthrose ;
-de réduire significativement le risque de séquelles liées à l’arthrose ;
-et ils peuvent même contribuer à faire repousser votre cartilage, un effet qu’aucun médicament chimique ne peut vous laisser espérer (au contraire, comme vu plus haut, les médicaments les plus souvent utilisés contre l’arthrose, les AINS, accélèrent la destruction du cartilage).

Voici comment inverser l’arthrose
Contrairement à ce qu’on raconte un peu partout, l’arthrose n’est ni définitive, ni inéluctable.

Ce n’est pas une maladie qui progresse forcément dans le mauvais sens. Ce n’est pas le cartilage qui s’use comme les pneus d’une voiture.

Les choses sont beaucoup plus compliquées que cela. Mais je vais vous les expliquer de façon simple et brève.

Et vous verrez : quand vous aurez compris le vrai mécanisme de l’arthrose, vous comprendrez – tout naturellement – pourquoi il existe vraiment une solution naturelle qui marche, à base de simples compléments alimentaires, qui vous permet d’espérer inverser votre phénomène d’arthrose.

Et je vais vous donner tous les détails utiles, patiemment.

La véritable cause de l’arthrose (récemment découverte)
L’arthrose est un problème articulaire qui a longtemps été attribué à une usure du cartilage, cette substance blanche et légèrement élastique qui couvre les extrémités de vos os, leur permet de glisser les uns contre les autres sans frottement douloureux, et d’amortir les chocs.

Mais au début des années 2000, des chercheurs américains se sont aperçus que l’arthrose n’est pas  causée par une usure du cartilage. Si c’était le cas, les sportifs seraient beaucoup plus touchés que les reste de la population, alors que c’est l’inverse.

L’origine réelle du problème, ce sont des cellules du cartilage devenues folles.

Normalement, votre cartilage est constamment renouvelé. Vous avez pour cela des cellules spéciales, appelées chondrocytes. Elles « digèrent » constamment le vieux cartilage et fabriquent des briques neuves afin que votre cartilage soit toujours bien épais, bien élastique, bien irrigué, bien protecteur.

Je suis désolé car le mot « chondrocyte » est compliqué. Mais je suis obligé de vous demander de vous en souvenir, car je vais le réutiliser de nombreuses fois.

Retenez bien dans un coin de votre mémoire :
Les chondrocytes sont ces cellules essentielles qui vous débarrassent de votre vieux cartilage et vous fournissent les matériaux pour en produire du nouveau. C’est grâce à eux que vos articulations peuvent rester bien flexibles, bien élastiques pendant des décennies.

Mais lorsque nos chondrocytes sont mal traités, ils deviennent fous, et vous allez voir que les conséquences sont terribles.

Avant de passer aux mauvaises nouvelles, je dois vous indiquer comment prendre soin de vos chondrocytes, et cela vaut même et surtout si la maladie a déjà commencé.

Comment prendre soin de vos chondrocytes
Pour éviter que l’arthrose ne commence ou s’aggrave, il faut prendre soin de vos chondrocytes.

Pour cela, vous devez :
-Leur donner l’oxygène et les nutriments dont ils ont besoin pour vivre et faire leur travail de régénération du cartilage.
-Les protéger des agressions extérieures. Les chondrocytes détestent les coups violents, comme tout le monde, et ils détestent les substances inflammatoires (cytokines, leucotriènes). Ainsi, lorsqu’une inflammation s’installe dans votre corps de façon durable, à cause d’une intolérance alimentaire, de l’obésité, ou d’un mode de vie malsain, vos chondrocytes risquent de tomber malades et de devenir fous.

Bien nourrir vos chondrocytes
Commencer par l’alimentation. Les chondrocytes se situent dans votre cartilage. Or, le cartilage a une particularité : il n’est pas irrigué par des vaisseaux sanguins.

Cela veut dire que les cellules du cartilage ne reçoivent pas d’oxygène ni de nutriments par le sang, comme les autres cellules du corps.

Leur nourriture se trouve dans le liquide synovial, un liquide qui ressemble à du blanc d’œuf et dans lequel baigne l’articulation.

Pour oxygéner et nourrir vos chondrocytes, vous devez faire pénétrer votre liquide synovial dans votre cartilage. Et pour cela, il faut que vous bougiez régulièrement. Car le cartilage est un peu spongieux (comme une éponge). Chaque fois que vous pressez dessus, un peu de liquide synovial circule en dedans et en dehors. C’est ainsi que vos chondrocytes sont nourris et oxygénés.

Les problèmes commencent lorsque :
-Nous bougeons trop peu : télévision, travail de bureau, voiture, sédentarité. Nous ne sollicitons pas assez nos articulations. Les chondrocytes manquent alors d’oxygène et de nourriture, s’affaiblissent, tombent malades.
-Nous compressons excessivement notre cartilage : les personnes en surpoids écrasent leur cartilage. Comme une éponge mouillée sur laquelle on aurait posé un dictionnaire, notre cartilage s’écrase, expulse le liquide synovial et, à nouveau, les chondrocytes souffrent, manquent d’oxygène et de nourriture, et risquent de devenir fous.
C’est pourquoi il est important, pour prévenir l’arthrose, de faire fréquemment de l’exercice physique modéré, et de rester aussi proche que possible de votre poids idéal.

Mais nous avons vu que cela ne suffit pas forcément. Car il faut aussi éviter les coups et l’inflammation chronique.

Protéger vos chondrocytes des coups et de l’inflammation
Notre cartilage est fait pour « encaisser » de fortes pressions fréquentes.

Vous pouvez sauter, danser, courir sans craindre de l’abîmer, bien au contraire. Toutefois, le cartilage n’est pas fait pour être écrabouillé violemment. En cas d’entorse, de chute à ski, au football ou au rugby, d’accident de voiture, de vélo ou de roller, le choc est tel que le cartilage s’écrase et reste durablement abîmé.

Là encore, les chondrocytes souffrent et peuvent tomber malades et devenir fous.

Les personnes qui ont eu dans leur jeunesse un accident de ce type courent de forts risques de souffrir d’arthrose. Il est particulièrement important qu’elles suivent les conseils contre l’arthrose que je donnerai plus loin. Plus elles commenceront tôt, plus l’effet sera fort, jusqu’à éviter toute douleur gênante.

D’autre part, les chondrocytes sont très vulnérables aux substances inflammatoires, qui les rendent malades. Lorsqu’une intolérance alimentaire, un excès de poids, un mode de vie malsain, un stress chronique, ou toute autre cause provoquent chez vous une inflammation chronique, vos chondrocytes souffrent et risquent de devenir fous.

À noter enfin que lorsque nous vieillissons l’activité de nos chondrocytes diminue naturellement.

Tous ces phénomènes sont graves. Bien plus graves que la simple douleur passagère qu’ils provoquent au début.

Le terrible secret des chondrocytes devenus fous
En effet, un chondrocyte devenu fou ne cesse pas seulement de faire son travail.

Il se met, tel un forcené, à :
-tuer les autres chondrocytes,
-attaquer les cellules saines de cartilage,
-empêcher les nouvelles « briques » de cartilage d’être fabriquées et mises en place.

C’est la terrible vérité. Aussi choquant que cela puisse paraître, les chondrocytes, cellules normalement programmées pour renouveler le cartilage, se mettent à faire le contraire quand elles deviennent folles : elles détruisent le cartilage existant, et empêchent le nouveau de se reformer.

Un cercle vicieux se met alors en place : plus l’arthrose s’aggrave, plus vous avez d’inflammation. Et plus vous avez d’inflammation, plus vos chondrocytes deviennent fous, et aggravent votre arthrose !!

Erreur à ne pas commettre
Vous comprenez pourquoi la plus grave erreur est alors de prendre des antidouleur.

Ils vous empêchent de ressentir le grave problème qui se produit dans vos articulations.

Mais jour après jour, le travail de sape se poursuit. Et plus le temps passe, plus les chondrocytes fous s’emballent et crachent des substances inflammatoires, accélérant leur besogne de destruction !

Et tenez-vous bien : ce sont bientôt toutes les autres parties de l’articulation qui sont attaquées. Vos tendons, vos os, le liquide synovial lui-même – qui en temps normal permet de lubrifier l’articulation – s’enflamment sous l’effet des substances inflammatoires qui se concentrent.

D’où les rougeurs, les gonflements, la douleur qui finit par être paralysante.

L’arthrose n’est PAS un problème anodin.

Vous devez tout faire pour la prévenir, ou la maîtriser si elle s’est déjà déclenchée.

Des enjeux considérables pour votre avenir
Ceci est tellement important que je me permets de préciser, avec les termes techniques, l’engrenage diabolique qui s’est mis en place, et qui peut avoir de telles conséquences sur votre avenir.

Au lieu de fabriquer du nouveau cartilage, comme ils le font habituellement, vos chondrocytes devenus fous :
-Détruisent le cartilage existant, en sécrétant des métalloprotéinases, bien au-delà de leur travail normal qui consiste à vous débarrasser du vieux cartilage. Même les cellules saines et neuves sont attaquées.
-Empêchent la formation des briques qui permettent de renouveler le cartilage ; ces briques sont le collagène et les protéoglycanes.
-Attaquent les autres parties de l’articulation (tendons, os, liquide synovial) en produisant des substances inflammatoires agressives, les leucotriènes et les cytokines.

Maintenant que vous avez compris cela, vous réalisez l’importance cruciale d’un mode de vie sain, d’une activité physique régulière mais sans excès ; de conserver votre poids idéal. Il faut tout faire pour éviter que le cercle de l’inflammation ne se mette en route.

Et si ce processus est déjà enclenché chez vous, alors il faut :
-stopper l’inflammation avec un produit naturel bien supporté par l’organisme ;
-apporter à vos articulations les « briques » de cartilage que vos chondrocytes ont cessé de produire.

Le plan de bataille est donc clair !

Entrons maintenant dans le détail de ce que vous devez faire.

Stopper l’inflammation dans vos articulations
Première étape donc, éteindre l’incendie qui s’est déclenché dans vos articulations.
-Si vous bougez trop peu, reprenez une activité physique régulière pour relancer la circulation du liquide synovial dans votre cartilage.
-Si vous êtes en surpoids, soulagez vos articulations en perdant vos kilos en trop. La première mesure pour cela est de réduire votre consommation de farineux, féculents et sucreries.
-Si votre arthrose s’est déclenchée à cause d’un accident qui a touché vos articulations dans le passé, ou à cause de l’âge, passez directement à l’étape suivante.

La nutrition anti-arthrose
Les données scientifiques s’accumulent sur le rôle de la nutrition dans l’inflammation.

Pour limiter votre niveau d’inflammation et donc votre risque d’arthrose :
-Mangez plus de fruits et de légumes. Riches en antioxydants, ils aideront eux aussi à diminuer l’inflammation causée par les radicaux libres.
-Consommez autant que vous le pouvez des épices aux propriétés anti-inflammatoires : ajoutez chaque fois que vous en avez l’occasion du poivre, du curcuma, de la cannelle et du gingembre à votre cuisine.
-Augmentez vos apports en acides gras oméga-3 (huiles d’olive et de colza, graines de lin, sardines, thon, saumon, maquereau), diminuez vos apports en oméga-6 (huiles et margarines de tournesol, de maïs et de pépins de raisin). Les oméga-3 sont anti-inflammatoires, les oméga-6 sont pro-inflammatoires.
À noter que les oméga-3 issus d’huile de poisson ne sont pas seulement anti-inflammatoires. Ils bloquent aussi le fonctionnement des substances qui digèrent le cartilage, appelées aggrécanases.

Une fois toutes ces mesures prises, tournez-vous vers la reine des plantes anti-inflammatoires.

La plante anti-inflammatoire qui fait des flammes
La reine des plantes anti-inflammatoires est une plante originaire du désert du Kalahari, en Afrique.

Ses propriétés médicinales semblent avoir été découvertes par les différents peuples d’Afrique australe qui l’ont utilisée en décoction pour traiter les problèmes digestifs, les rhumatismes, l’arthrite, et pour réduire la fièvre.

Son nom est l’harpagophytum, ou « griffe du diable » [2]. Et comme son nom l’indique, elle « fait des flammes » contre l’arthrose.

Des études scientifiques ont montré qu’elle a la capacité unique de réduire le niveau de cytokines, les agents d’inflammation [3]. Une étude publiée en 2003 montre une forte réduction de la douleur et des symptômes de l’arthrose chez 75 patients traités avec de l’harpagophytum.

La douleur régresse de 25 à 45 % alors que la mobilité augmente d’autant [4]. De plus, comme les oméga-3, elle inhibe les enzymes qui digèrent le cartilage.

Ces propriétés exceptionnelles de l’harpagophytum en font l’outil incontournable de toute personne souffrant de problèmes d’arthrose.

Aussi efficace que le Vioxx, mais sans les effets indésirables
Il n’y a vraiment aucune raison de priver vos articulations douloureuses d’harpagophytum, une plante qui semble avoir été créée rien que pour elles.

Certains lecteurs se souviendront que l’industrie pharmaceutique avait inventé, au début des années 2000, des antidouleurs de nouvelle génération, les Coxib (Vioxx). Ils furent précipitamment retirés du marché quand on s’est aperçu qu’ils provoquaient des maladies cardiaques. Malgré tout, le Vioxx était vraiment efficace contre les douleurs.

Eh bien, les études ont montré que l’harpagophytum est au moins aussi efficace que les Coxib, mais avec bien moins d’effets indésirables[5] !

Une étude validée en 2007 [6] a montré que, sur 259 patients, une dose de 480 mg d’harpagophytum permettait de réduire de manière significative (24 %) les effets de l’arthrose.

Les briques de cartilage que les chondrocytes ne fabriquent plus
Une fois que vous avez stoppé l’incendie et éteint l’inflammation, vous avez gagné une bataille, mais vous n’avez pas (encore) gagné la guerre contre l’arthrose.

Tout le travail reste à faire : reconstruire votre cartilage.
Ceci est impossible si vous n’apportez pas à vos articulations les « briques » que vos chondrocytes fous ne sont plus capables de fournir.

Et vous avez encore une chance inouïe sur ce point.

Vous trouvez aujourd’hui des substances naturelles dont il est prouvé scientifiquement que, quand vous les avalez, elles se retrouvent dans le liquide synovial de vos articulations, « toutes prêtes » à pénétrer dans votre cartilage et servir à le reconstruire, et ainsi suppléer (remplacer) le travail des chondrocytes.

Ces substances naturelles sont au nombre de trois. Ce sont vos trois « armes » contre l’arthrose.

Arme n°1 contre l’arthrose : la substance naturelle qui reconstruit le cartilage endommagé
Votre arme n°1 contre les dégâts articulaires provoqués par l’arthrose s’appelle le sulfate de glucosamine.

Il se trouve naturellement dans la carapace de certains crustacés pêchés sur les plateaux océaniques.

La découverte du sulfate de glucosamine a été un choc pour la communauté scientifique mondiale. Il contribue à reconstruire le cartilage endommagé et à rendre ses qualités lubrifiantes au liquide synovial, une tâche que l’on croyait impossible jusque là.

Mais l’une après l’autre, les études ont confirmé que le sulfate de glucosamine atténue les symptômes de l’arthrose. Ses effets se font sentir après 2 à 6 semaines de traitement. À long terme également, il diminue la progression de l’arthrose.

C’est un avantage décisif par rapport aux médicaments AINS, dont on a vu qu’ils accélèrent la progression de l’arthrose. La biodisponibilité du sulfate de glucosamine dans l’intestin est de 90 %, ce qui signifie qu’il est très bien assimilé par l’organisme.

Le spécialiste de l’arthrose, le Dr Veroli, recommande dans ses livres 1500 mg par jour de sulfate de glucosamine. Selon lui, l’effet peut se faire sentir après seulement 2 semaines.

À cette dose, selon certaines études, la glucosamine peut être plus efficace que le paracétamol pour soulager les symptômes de l’arthrose, et toujours sans les effets indésirables.

Mais il est recommandé aux personnes souffrant des articulations de prendre de la glucosamine sur le long terme.

Deux études cliniques menées sur des personnes souffrant d’arthrose du genou ont montré que la prise quotidienne de 1500 mg de sulfate de glucosamine pendant 3 ans permet de bloquer la progression de la maladie [7] [8].

Il n’est donc pas étonnant que la Ligue européenne contre les rhumatismes EULAR (The European League Against Rheumatism) recommande l’utilisation du sulfate de glucosamine dans les compléments alimentaires [9].

Arme n°2 : reconstituer la matrice du cartilage et l’hydratation qui assure souplesse et flexibilité
Votre deuxième arme naturelle contre l’arthrose est le sulfate de chondroïtine.

Le sulfate de chondroïtine est un composant de la matrice du cartilage et il contribue à son hydratation, ce qui est une fonction essentielle si vous voulez que votre cartilage soit souple et élastique et qu’il permette à vos articulations de fonctionner sans douleurs.

Le sulfate de chondroïtine aurait un effet supplémentaire par rapport à la glucosamine : sa présence réduirait l’activité d’une enzyme qui détruit le cartilage, l’enzyme hyaluronidase.

Mais les recherches récentes indiquent surtout que glucosamine et sulfate de chondroïtine sont complémentaires.

Selon Jacqueline Lagacé, spécialiste québecoise d’immunologie et ancienne directrice d’un laboratoire de recherche à la faculté de médecine de l’université de Montréal :
« On estime que la prise de ces deux produits améliore l’état des arthrosiques dans environ 80 % des cas. »

Selon le site de référence passeportsante.net :
« L’association glucosamine-chondroïtine est pertinente puisque les mécanismes d’action de ces deux molécules sont différents et complémentaires. »

Selon une toute récente étude clinique internationale, l’étude « The Moves » [11], réalisée en 2014, les effets conjugués de la chondroïtine et de la glucosamine sont comparables à ceux obtenus avec des anti-inflammatoires – sans les effets indésirables.

Le Dr Veroli recommande une dose de sulfate de chondroïtine de 1200 mg par jour. Ce n’est toutefois qu’après 4 à 8 semaines de traitement que l’effet se fait sentir, soit un peu plus que la glucosamine.

Attention toutefois : la glucosamine et la chondroïtine ne conviennent pas à tous les patients.

On estime généralement qu‘elles ne sont efficaces que chez environ 80 % des personnes. Donc, 1 personne sur 5 n’obtiendra pas le soulagement espéré.

Réduire la douleur de 82 %
Mais je vous ai réservé le meilleur pour la fin : votre « arme n°3 » est un produit naturel qui, dans une étude en double-aveugle (l’étalon or de la recherche scientifique), a montré une réduction de 82 % de la douleur chez les patients arthrosiques après 6 semaines.

Il s’agit du méthyl-sulfonyl-méthane (MSM).

Le MSM est un produit qui renforce votre production naturelle de sulfate de chondroïtine, de sulfate de glucosamine et d’acide hyaluronique, les substances qui donnent leur élasticité aux articulations.

Selon le site lanutrition.fr, qui fait autorité en matière de substances naturelles pour soigner :
« Grâce au soufre qu’il renferme, le MSM contribuerait à maintenir en bon état les tissus conjonctifs (tendons, derme profond, collagène, cartilage, etc.). Le soufre est crucial à l’action du glutathion, un neutralisateur de radicaux libres très puissant, nécessaire pour la formation et la restauration de la matrice cellulaire du cartilage. »

Une étude publiée en 2011 démontre l’effet du MSM dans le cas de patients souffrant d’arthrose [12].

Attention, le taux de MSM dans l’organisme baisse lui aussi fortement avec l’âge. Il est donc conseillé aux personnes âgées souffrant d’arthrose d’en prendre sous forme de complémentation nutritionnelle, d’autant qu’une étude clinique a montré que, en association à la glucosamine (dont nous avons parlé plus haut), les résultats semblent meilleurs que chaque produit pris séparément.

Des produits non toxiques qui exercent d’autres bienfaits
Comme le sulfate de glucosamine et le sulfate de chondroïtine, le MSM n’est pas toxique et ne présente pas d’incompatibilité avec les médicaments. Il doit toutefois être pris quotidiennement sur une période prolongée pour exercer tous ses bienfaits. Les effets se font ressentir dès 3 semaines environ.

Il produit en outre d’autres bienfaits au niveau de l’organisme : il diminue le niveau d’allergie en bloquant les récepteurs dans les muqueuses de façon à ce que les allergènes ne puissent plus s’y fixer. Il agit positivement sur la digestion, réduisant les problèmes de diarrhée, de constipation et d’hyperacidification.

Le MSM agit lui aussi en synergie avec le sulfate de glucosamine : lors d’un essai clinique randomisé en double aveugle, 118 patients souffrant d’arthrose ont pris soit de la glucosamine, soit du MSM, soit une combinaison de glucosamine et de MSM, soit un placebo. Après 12 semaines de traitement, les participants auxquels on avait administré les deux produits en même temps ont éprouvé la plus grande diminution de l’indice de douleur [13].

Comment se soigner sans se ruiner
Fort bien, me direz-vous, mais quel budget faut-il pour se procurer tous ces produits hyperspécialisés, qui doivent forcément être très coûteux ??

Il est vrai qu’on ne trouve malheureusement pas de sulfate de glucosamine, de sulfate de chondroïtine, ni de MSM dans les rayons des supermarchés. Ce sont des substances qui restent aujourd’hui confidentielles (en Europe) et dont la fabrication, le transport et le stockage nécessitent d’importantes précautions pour ne pas les dénaturer.

Des petits malins s’amusent à en vendre sur Internet, parfois à des prix bradés. Mais quelles garanties offrent-ils vraiment sur la qualité, l’authenticité et le caractère non frelaté des produits que vous recevrez dans votre boîte aux lettres ? Aurez-vous le courage (l’audace !) de les avaler les yeux fermés ?

Il faut de plus se souvenir que le sulfate de glucosamine est fabriqué à partir de crustacés. Les personnes allergiques aux crustacés ne doivent donc jamais prendre de glucosamine, une mise en garde qui n’est évidemment pas toujours clairement affichée.

Concernant le sulfate de chondroïtine, c’est encore pire :
Les différences de qualité entre les compléments alimentaires sont énormes. La chondroïtine pure de bonne qualité exige un procédé de production très coûteux et complexe. Alors, pour réaliser des marges substantielles, iI arrive que les fabricants ajoutent du cartilage moulu dans leur produit et le commercialisent sous le nom de « Chondroïtine ». En 2007, de nombreux fabricants néerlandais ont été montrés du doigt lors d’un test en laboratoire : 5 compléments sur 7 ne contenaient aucune chondroïtine mais étaient composés de cartilage moulu.

Quant au MSM, les qualités sont là aussi très variables et je recommande un produit obtenu par distillation et non par cristallisation. La cristallisation implique l’utilisation de solvants impurs, laissant potentiellement des sous-produits toxiques (ex : métaux lourds, ou hydrocarbures chlorés). Le MSM pur doit également être très sec avec une teneur en eau inférieure à 0,1 %. (titrage Karl Fischer méthode). Se méfier des fabricants qui affirment que leur MSM est « pur à 99,9 % », mais qui ne se réfèrent pas à des tests de pureté volatile. Ces derniers tests se font par chromatographie en phase gazeuse à haute résolution, une méthode quantitative très spécifique qui détermine la pureté volatile du MSM.

Concernant l’harpagophytum, veillez à choisir un produit à teneur garantie de 5 % d’iridoïdes totaux, la substance active contre l’inflammation. C’est la concentration qui permet de bénéficier des bienfaits de manière optimale.

Concernant l’harpagophytum, veillez à choisir un produit à teneur garantie de 5 % d’iridoïdes totaux, la substance active contre l’inflammation. C’est la concentration qui permet de bénéficier des bienfaits de manière optimale.

Il est donc particulièrement risqué d’acheter ces produits à l’aveuglette. Je vous recommande de consacrer beaucoup de soin au choix de vos produits en boutique bio, et même de privilégier l’achat en pharmacie si vous avez une bonne pharmacie près de chez vous, ouverte aux produits naturels et dirigée par une personne vraiment compétente dans ce domaine.

A ma connaissance, il n’existe que 2 produits proposant les 4 composants souhaités (harpagophytum, sulfate de glucosamine, sulfate de chondroïtine, MSM) :
-Le premier produit, c’est Gluco-Chondro 2700 de Diet Horizon. Leur page précise qu’il se vend exclusivement en magasins diététiques. Ils conseillent de prendre au maximum 2 comprimés par jour. Gluco-Chondro 2700 est intéressant car il inclut aussi du curcuma. Cependant les dosages ne sont pas précisés. En visitant d’autres sites, on peut trouver les dosages précis qui se révèlent bien insuffisants par rapport aux études de référence. Attention, si vous êtes allergique, car certains de ses ingrédients proviennent de crustacés.

-Le deuxième produit, c’est la Formule Articulations de Cell’Innov. Il contient les 4 composants essentiels sous des formes respectant les critères des études de référence, et dans les doses exactes correspondant à leur meilleure efficacité. Ce produit ne contient pas de traces de crustacés. Sa glucosamine et sa chondroïtine sont élaborées à partir de boeuf.

Mise en garde importante
Attention, l’efficacité de ces substances anti-arthrose n’est pas garantie à 100 %. Comme dit plus haut, certaines personnes ne réagiront pas. Et bien entendu, plus votre arthrose est avancée, plus il sera long et incertain de faire disparaître les douleurs et de retrouver votre souplesse intacte.

De plus, gardez toujours à l’esprit qu’une meilleure alimentation est le premier pilier de tout traitement. Et que la prise de compléments alimentaires anti-arthrose sera plus efficace si vous la complétez par la prise de vitamine D, d’oméga-3 et d’un bon multivitamines.

Toutefois, ces mesures font partie de l’hygiène de base quel que soit votre mode de vie et vos éventuels problèmes de santé, donc j’espère que, à ce stade, la majorité de mes lecteurs les respectent déjà et que je n’ai pas besoin de répéter ces préconisations un peu « bateau ».

Enfin, merci de penser à moi si vous décidez de suivre ce conseil aujourd’hui. Dans 6 mois environ, écrivez-moi pour me dire quels sont les effets de vos produits : au niveau de la douleur, de la souplesse, des raideurs matinales et aux changements de météo.

Ce n’est pas obligatoire évidemment. Mais je vous en serais très reconnaissant car cela m’intéresse au plus haut point d’avoir ce retour d’expérience collective, et bien sûr de savoir si j’ai pu vous aider comme je l’espère.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

PS : Les progrès actuels de la recherche contre l’arthrose sont saisissants. C’est un sujet qui me passionne et j’y reviens régulièrement dans mes chroniques Santé Nature Innovation. Si vous n’êtes pas encore abonné à La Lettre Santé nature Innovation, je vous invite à faire l’essai ci-dessous en inscrivant votre adresse de messagerie électronique dans la case prévue à cet effet.

sources
[1] Épidémiologie des maladies rhumatismales

[2] Degenerative diseases of the musculoskeletal system–overview of current clinical studies of Devil’s Claw (Harpagophyti radix)].
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12244884?dopt=Abstract

[3] Fiebich BL : Inhibition of TNF-alpha synthesis in LPS-stimulated primary human monocytes by Harpagophytum extract SteiHap 69. Phytomedicine. 2001 Jan;8(1):28-30.

[4] Wegener T : Treatment of patients with arthrosis of hip or knee with an aqueous extract of Devil’s Claw (Harpagophytum procumbens DC.). Phytother Res 2003, 17(10):1165-1172.

[5] Chrubasik S : A randomized double-blind pilot study comparing Doloteffin and Vioxx treatement of low back pain. Rheumatology (Oxford). 2003, 42(1) : 141-148.

[6] Effectiveness and safety of Devil’s Claw tablets in patients with general rheumatic disorders. Author: Warnock M, McBean D, Suter A, Tan J, Whittaker P. Source: Phytother Res. 2007; 21(12):1228-33.

[7] Reginster JY, Deroisy R, Rovati LC, Lee RL, Lejeune E, Bruyere O, Giacovelli G, Henrotin Y, Dacre JE, Gossett C. Long-term effects of glucosamine sulphate on osteoarthritis progression: a randomised, placebo-controlled clinical trial.Lancet 2001 Jan 27;357(9252):251-6.

[8] Pavelka K, Gatterova J, Olejarova M, Machacek S, Giacovelli G, Rovati LC. Glucosamine sulfate use and delay of progression of knee osteoarthritis: a 3-year, randomized, placebo-controlled, double-blind study.Arch Intern Med 2002 Oct 14;162(18):2113-23.

[9] Zhang W, Doherty M, Leeb BF, et al. EULAR evidence-based recommendations for the diagnosis of hand osteoarthritis : Report of a task force of ESCISIT. Ann Rheum Dis 2009;68:8-17.

[10] Arthrose la chondroitine et la glucosamine sont-elles efficaces ?
http://www.thierrysouccar.com/sante/info/arthrose-la-chondroitine-et-la-glucosamine-sont-elles-efficaces-1016

[11] The Combination of Chondroitin Sulfate and Glucosamine Proves Effective for the Symptomatic Treatment of Knee Osteoarthritis
http://www.businesswire.com/news/home/20140613005013/en/#.VCLUHmo19WE

[12] Efficacy of methylsulfonylmethane supplementation on osteoarthritis of the knee: a randomized controlled study. Debbi EM1, Agar G, Fichman G, Ziv YB, Kardosh R, Halperin N, Elbaz A, Beer Y, Debi R.

[13] Meta-Analysis of the Related Nutritional Supplements Dimethyl Sulfoxide and Methylsulfonylmethane in the Treatment of Osteoarthritis of the Knee Sarah Brien,1 Phil Prescott,2 and George Lewith1, 1Department of Primary Medical Care, University of Southampton, Aldermoor Health Centre, Aldermoor Close, Southampton, Hindawi Publishing Corporation, Evidence-Based Complementary and Alternative Médicine 2009

En savoir plus et lire des témoignages sur cette méthode ou d'autres
https://www.santenatureinnovation.com/arthrose-ne-terminez-pas-en-chaise-roulante/#moz



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France



PS: le premier lien des sources ne marche pas alors je rajoute celui ci
http://www.edimark.fr/Front/frontpost/getfiles/4164.pdf


Dernière édition par Libellule le Lun 27 Fév 2017 - 14:08, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'arthrose - l'Arthrite ou Polyarthrite   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'arthrose - l'Arthrite ou Polyarthrite
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ronsard revu, corrigé... parodié.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: SANTE, BEAUTE :: SANTE- DIETETIQUE- HYGIENE- BEAUTE--
Sauter vers: