Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Céropegias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Céropegias   Ven 6 Jan 2017 - 16:38



J'aime de plus en plus ces plantes plus robustes qu'on ne pourrait penser.

Merci tout d'abord a ce premier amoureux des Ceropegias, de partager son avoir et son expérience
  source http://ssf.info.free.fr/articles/page522.htm
Ceropegia de mon coeur
Bizarre ! … J’ai dit « Bizarre » ? Comme c’est étrange !
Commencer ainsi pour traiter des Ceropegias peut paraître … bizarre … Et pourtant, je souhaite montrer que cela est tout à fait approprié. Je ne suis d’ailleurs pas le seul : en tête d’un article intitulé « Intriguing Ceropegia » de la défunte revue CACTUS FILE (n° de mai 1995), on peut lire : … « these beautiful and yet bizzarely flowered plants »… ces belles plantes aux fleurs si bizarres. J’ajouterai : si diverses … J’aimerais aussi montrer à quel point il est dommage qu’à part une ou deux espèces elles soient si mal connues.

UN DEBUT DANS MA SERRE
Je me souviens qu’un jour j’y ai découvert une sorte de chandelier à sept branches qui se serait évadé d’on ne sait quelle synagogue … Kekcékça ? Doukcétivnu ?… Ca ressemblait en plus rigide à Senecio anteuphorbium, vous savez cette espèce de grosse ficelle verte, avec ou sans feuilles, ou encore à Senecio articulatus, sauf que ses articulations étaient bien moins marquées et que ça n’avait pas les ravissantes feuilles mauves découpées de Senecio articulatus. Et un jour, elle a décidé de faire des fleurs couleur chocolat, ma judische chandelle, sans avoir auparavant condescendu à donner naissance à quelques feuilles, comme toute plante bien née se le doit. Ces feuilles sont venues ensuite, rares et timides ; la chandelle s’est alors muée en cierge, grandissant jusqu’à avoisiner le mètre et augmentant le nombre de ses branches, tout autant érigées que les premières. J’ai alors appris, grâce à quelques livres, que cela s’appelait Ceropegia fusca, et que cela venait des Canaries.

En grec ancien « ceros » = la cire et « pege » la fontaine, la cascade. C’est sans doute l’aspect de ces tuyaux cireux qui a donné l’idée de cette racine «Cero- » ; pour la cascade, j’en reparlerai plus loin. Quant à « fusca », c’est le féminin de l’adjectif « fuscus » qui signifie « brun sombre » en latin. Et là, ce sont les fleurs dont la couleur a suggéré l’adjectif.

A la même époque, j’ai également fait la connaissance d’une liane filiforme à caudex qui s’appelle Ceropegia woodii et vient d’Afrique du Sud. Misley Wood à qui cette plante fut dédiée, fut le fondateur et le directeur d’un institut botanique à Durban, capitale du Natal. Du caudex de Ceropegia woodii partent plusieurs filaments de moins d’un millimètre de diamètre et qui s’étirent en pleurant. Voilà « pege », la cascade, du moins je le pense en voyant à quel point Ceropegia woodii se développe bien en suspention. Des feuilles en forme de cœur, mesurant moins d’un centimètre, légèrement succulentes, vert clair grisâtre, tachetées et bordées de vert foncé, leur envers étant rose, foisonnent sur ces filaments, accompagnées de fleurs … bizarres. Ca y est ! Je l’ai dit ! Qu’on en juge : un tube blanc rosâtre, dont la base est enflée, quasi-sphérique, d’un diamètre nettement supérieur à celui du tube qui la suit sur environ 15 mm de long et 2 à 3 mm de diamètre ; à l’extrémité de ce tube, 5 petits pétales grenat qui se séparent puis se regroupent à leur extrémité. Ils forment ainsi une sorte de petite cage. L’intérieur du tube et des pétales est garni de poils gluants dont nous verrons bientôt l’utilisation. Les graines sont à l’intérieur d’une longue gousse qui passe du vert au beige très clair en séchant et que les graines mûrissent. Ces graines sont d’ailleurs pourvues d’un duvet soyeux qui leur permet, lorsque la gousse se fend et les libère, d’être emmenées en voyage par le moindre souffle d’air, tout comme un vulgaire pissenlit.

Les fleurs de Ceropegia fusca sont brunes, celle de woodii sont violacées, mais elles se ressemblent dans leur caractéristiques. Par contre, les plantes présentent de telles différences morphologiques qu’on n’a pas envie de les classer comme faisant partie d’une même espèce. Ce que j’ai découvert en lisant ce qui a été écrit sur les Ceropegias et en faisant la connaissance de quelques autres espèces n’a fait que renforcer cette première constatation : les Ceropegias développent un nombre considérable de formes. Je vais en passer quelques unes en revue, mais auparavant il convient de bien les identifier et d’analyser quelques caractéristiques qui leur sont communes.

IDENTITE ET REPARTITION
Les Ceropegias sont des Asclepiadacees, comme les Stapelias, Huernias, et autres Carallumas. Elles ont des cousines proches, les Brachystelmas.

On en a pour l’instant identifié plus de 180 espèces et sous-espèces. Je dis « pour l’instant » car les chercheurs font fréquemment des découvertes, telles celles des nouvelles espèces malgaches ; on consultera à ce sujet la revue SUCCULENTE (n° 4/96, 2/97, 3 et 4/98). Comme on trouve des Ceropegias dans toutes les zones tropicales et sub-tropicales du globe, continent américain excepté, je laisse à imaginer ce qu’il reste à découvrir.

Cette découverte n’est d’ailleurs pas facilitée par le mode de vie des Ceropegias. Ce sont des plantes discrètes qui croissent à l’abri des buissons et dont les teintes les font facilement se confondre avec la grisaille des plantes qui les abritent et les supportent. On dirait bien qu’elles se camouflent, à part, il est vrai les Ceropegias des Canaries dont le port tubulaire érigé les fait repérer de loin. Il est vrai qu’elles n’ont pas de prédateurs dans ces îles. Quoi qu’il en soit, on les trouve outre aux Canaries, en Afrique Centrale et australe, à Madagascar et aux Comores, en Arabie tropicale, en Inde, au Pakistan et au Sri Lanka, en Chine du Sud, aux Philippines, en Nouvelle-Guinée et en Australie. On m’a même parlé d’une Ceropegia europea qui pousserait à Gibraltar.

DES FORMES A FOISON
Tout ceux qui ont étudié les Ceropegias et écrit sur elles ont insisté sur le haut degré de variabilité de l’espèce. De la tige liane d’à peine 1 mm de diamètre de Ceropegia woodii à celle du plus robuste Ceropegia fusca ou de Ceropegia dichotoma (10 à 12 mm) et surtoutr de Ceropegia krainzii ou Ceropegia ceratophora (plus de 25 mm), en passant par celle très souple de Ceropegia sandersonii qui atteint 4 à 5 mde long pour un diamètre de 4 à 5 mm, les unes sont caudicifornes, d’autres ont des racines fasciculées ou tubéreuses ; certaines ont des feuilles succulentes, d’autres pas ; Dans certaines espèces, les feuilles ont des pétioles, d’autres en sont dépourvues ; certaines sont érigées, d’autres sont rampantes ou grimpantes, volubiles ou non, d’autres enfin sont pleureuses, sans compter celles qui s’adaptent à l’un ou l’autre statut suivant les opportunités de leur environnement.

Quant aux fleurs –« une invraisemblable diversité » dit Gordon Rawley-, certaines ont des pétales qui s’épanouissent comme toute honnête fleur se le doit, mais d’autres ont des pétales qui, après avoir entamé un épanouissement, ont comme un remord et rejoignent leurs extrémités, formant ainsi une cage ou un baldaquin. Pour plus de sûreté dans ce bouclage, Ceropegia filifera, Ceropegia haygarthii ssp distincta et Ceropegia insignis le prolongent par une torsion spiralée des extrémités des lobes rassemblés.

Dans un tel contexte, les coloris des fleurs ne peuvent manquer de souligner leurs différences : brun pour fusca, violacé pour woodii on l’avait vu ; j’ajouterai que Ceropegia dichotoma a des fleurs jaunes, que celles de Ceropegia ampliata sont blanches, Ceropegia sandersonii a des fleurs blanches rayées de vert et tachetées de vert à l’extremité des lobes et Ceropegia stapeliiformis a les siennes blanches, tachetées de violet très foncé, et ce ne sont là que quelques exemples.

DES FAUX CARNIVORES
A l’intérieur des cages, tube et pétales sont tapissés de poils gluants de nectar. Cela permet à nos Ceropegias de faire semblant d’être carnivores. En effet, les insectes attirés par l’odeur du nectar pénètrent dans la cage et s’y engluent en butinant ce nectar. Mais cet emprisonnement est de courte durée : au bout de quelques heures, au maximum de deux à trois jours, les poils sèchent et les insectes qui se sont couverts de pollen en se débattant, sont libres … d’aller se faire engluer ailleurs où ils pollinisent leur nouvel hôte qui s’empresse de les recharger de son propre pollen … et ainsi de suite … Je ne sais si cela consolerait les insectes d’apprendre qu’ils ont eu de la chance de rencontrer un faux carnivore et d’être ainsi des précurseurs en matière d’insémination artificielle.

Comme vu plus haut, presque 200 espèces ont été découvertes. Dans le cadre de cet article, il ne peut être question de les passer toutes en revue. Je me contenterai d’en décrire quelques unes, classées d’après leur lieu d’origine.

LES CEROPEGIA DES CANARIES
Les endémiques des Canaries sont au nombre de six ; elles se distinguent des espèces venues d’ailleurs par leur port érigé et la robustesse de leur tige.

Ceropegia fusca, dichotoma et chrysantha sont originaires de l’île de Ténériffe. J’y ai souvent rencontré les deux premières, mais jamais la dernière que je ne connais donc que par la documentation.

Ceropegia krainzii et ceratophora sont originaires de l’île de la Gomera. Elles y sont rares et c’est grâce à une aimable cabaretière que j’ai pu en ramasser un exemplaire de chaque dans son jardin.

Je n’ai jamais vu Ceropegia hians, originaire de l’île de la Palma, car je n’y suis pas encore allé ; cela ne tardera pas.

Il n’est pas facile de distinguer ces diverses espèces l’une de l’autre au premier coup d’œil lorsqu’elles sont en période de dormance et qu’elles se réduisent alors à un ou plusieurs bâtonnets. Par contre, dès qu’elles fleurissent, l’identification devient plus aisée. Les fleurs de fusca sont brunes, réunies par deux ou trois, leurs pétales sont jointifs à leurs extrémités. Celles de dichotoma, également en forme de cage, sont jaunes, souvent isolées ou par deux ou trois. Les fleurs de krainzii vivent en groupe de 20 à 50 sujets, leur couleur est jaune-citron ; celles de ceratophora sont également en forme de cage, mais celles de krainzii s’épanouissent sans se joindre. D’après ma documentation, les fleurs de Chrysantha sont également jaunes groupées par environ 20 sujets. Leurs pétales se joignent en cage à leur extrémités.

LES CEROPEGIAS D’AFRIQUE DU SUD
Dans son ouvrage cité en bibliographie, R. Allen Dyer décrit une soixantaine d’espèces et de sous-espèces de Ceropegias sud-africaines. Il les classe en quatre groupes :

Groupe A : racines fusiformes, charnues ou fibreuses, extrémités des lobes de la corolle non jointifs.

Groupe B : racines comme groupe A, mais lobes jointifs

Groupe C : racines caudiciformes, lobes non jointifs

Groupe D : racines caudiciformes, lobes jointifs.

Le groupe A :
Ceropegia stapeliiformis est la plus connue du groupe A ; elle a trois sous-espèces :

Ceropegia stapeliiformis ssp stapeiliformis

Ceropegia stapeliiformis ssp serpentina

Ceropegia stapeliiformis ssp Gordon Rawley

Les différences entre ces deux premières sont peu convaincantes. On peut dire que ssp stapeliiformis engendre de nombreuses branches sur sa tige principale alors que ssp serpentina n’en fait pas ou très peu. Toutes les deux ont une tige brun-verdâtre à peu près cylindrique, d’un diamètre d’environ 8 millimètres ; son aspect rugueux et même faussement épineux fait songer à une stapelia, ce qui justifie l’appellation de l’espèce. Par contre, la sous-espèce décrite par Gordon Rawley possède une tige lisse, vert franc, d’un diamètre légèrement inférieur à celui des deux autres ssp. Les fleurs des trois ssp sont semblables ; leur tube mesure jusqu’à 70 mm ; leurs cinq pétales très effilés s’ouvrent en se recourbant vers l’extérieur ; la couleur est blanchâtre, très tachetée de violet très foncé.

Les autres espèces du groupe A :
Ceropegia bowkeri, tomentosa, scabriflora, barbosa, sont peu répandues en collection, a part peut-être Ceropegia cimiciodora. Cimex (génitif : cimicis) désigne en latin la punaise, ce qui ne pousse pas à avoir envie de renifler ses fleurs, lesquelles justifient effectivement leur appellation !

Le groupe b :
Il comprend davantage d’espèces ; j’en ai extrait trois, plus courantes que les autres : Ceropegia ampliata, Ceropegia sandersonii, Ceropegia radicans.

Ceropegia ampliata est une grimpante aux feuilles quasi-inexistantes. Sa fleur est caractéristique : de couleur blanc verdâtre, son tube est très large ; c’est lui qui a suggéré le qualificatif « ampliata » en lui donnant la forme d’une petite outre. Ceropegia ampliata se rencontre également en Afrique Tropicale où elle est appelée ssp oxylola, et à Madagascar où Lavranos a décrit une ssp madagascariensis.

Dyer semble d’ailleurs penser que d’autres sous-espèces seront bientôt décrites, tant sont nombreuses les variantes déjà constatées : robustesse, taille des fleurs, forme de la couronne. La jonction des extrémités des lobes semble également fragile, voir sujette à caution chez certains échantillons.

Ceropegia sandersonii est également grimpante à tige lisse, vert pâle, dépassant souvant 4 mètres. Le tube de ses grandes fleurs mesure jusqu’à 70 mm ; il est blanc vertdâtre, rayé longitudinalement de vert soutenu ; son sommet, tacheté de vert soutenu a une forme qui a stupéfié ses découvreurs. En 1807, J.D. Hooker l’a ainsi décrite : « le tube s’évase comme une trompette qui serait surmontée d’une sorte d’ombrelle frangée de poils et raccordée à la trompette par cinq petites jambes », description imagée à laquelle je ne peux rien ajouter.

Ceropegia radicans se présente également sous la forme d’une liane grimpante ainsi nommée à cause de sa tendance à lancer des racines adventives à partir de ses nœuds (radicans, participe présent du verbe latin ‘radicor’ : prendre racine). Elle connaît deux sous-espèces :
Ceropegia radicans ssp radicans
Ceropegia radicans ssp smithii

La fleur de ssp radicans mesure jusqu’à 80 mm ; sa cage est pointue à son extrémité, blanchâtre, marbrée de violet sombre. Celle de ssp smithii a la même dimension, mais sa cage terminale est arrondie ; elle est beaucoup moins marbrée de violet, le blanc-vert y domine.

Le groupe C :
Il ne comprend pour sa part que quelques esoèces naines peu connue des collectionneurs : pygmea, makefingensis, dinteri et antennifera.

Le groupe D :
Dans celui-ci, j’ai retenu Ceropegia rendallii, Ceropegia conrathii et Ceropegia woodii.

A la taille près, la fleur de Ceropegia rendallii ressemble tout à fait à celle de Ceropegia sandersonii ; mais son tube ne mesure que 15 à 20 mm. Les 5 jambes de liaison « trompette-ombrelle » sont proportionnellement plus longues, la couleur est violacé clair, tout à fait comparable à celle de la fleur de Ceropegia woodii. Ceropegia rendallii possède une tige grimpante et volubile, très vigoureuse malgré la minceur de son diamètre (moins de 2 mm). Elle est très velue.

Ceropegia conrathii est une plante de petite taille qui semble compenser cette petitesse par une vigueur considérable. Elle engendre de nombreuses branches quasi-buissonnantes et surtout énormément de fleurs de taille tout à fait réduite : 25 à 30 mm environ. Les lobes des pétales sont très étroits, jointifs à leurs extrémités.

Ceropegia woodii est la plus répandue des Ceropegias. On la trouve la plupart du temps en suspension. Son port pleureur et fourni fait alors songer à une cascade ; c’est lui qui est vraisemblablement à l’origine de la racine « pegia » du nom de l’espèce. C’est elle qui semble ne pas se contenter de son caudex. Elle a en effet pris l’habitude de développer de petits caudex à l’air libre, sur les racines adventives poussant le long de ses branches au droit des nœuds. Ces caudex s’enracinent très facilement, même sans qu’on les y aide, et engendrent de nouvelles plantes dans des délais très courts : quelques semaines. Les branches sont filiformes : 1 mm de diamètre ; elles poussent à partir du caudex et des nœuds des branches principales ; Ceropegia woodii se développe très bien en suspension ; j’ai déjà parlé plus haut des feuilles et des fleurs.

LES CEROPEGIAS MALGACHES
Durant son inlassable exploration de la flore malgache, Werner Rauh a bien entendu rencontré de nombreuses Ceropegias, il en même découvert plusieurs. Dans son ouvrage : »Succulent and xerophitic Plants of Madagascar », les descriptions qu’il en fait, les photos qui les accompagnent sont tellement talentueuses que je me garderai bien d’y ajouter celles que je pourrais faire. Je me contenterai ici de quelques remarques :

* Ceropegia armandii ressemble beaucoup à Ceropegia stapeliiformis sa cousine africaine.

* Comme vu haut, Ceropegia ampliata ssp madagascariensis est étroitement apparentée à Ceropegia ampliata d’Afrique du sud.

Toutes les autres Ceropegias malgaches sont endémiques de la Grande Ile.

Voici les noms de quelques unes de ces endémiques décrites dans l’ouvrage de Werner Rauh mentionné ci-dessus.

Ceropegia dimorpha, peseudo-dimorpha, albisepta ssp truncata, ssp viridis, ssp albisepta, hofstaeterii, robivelonea, gicki, hermanii, bosserii, razafindratsirana, ambovobensis, leroyii ; petignatii.

Enfin, pour Ceropegia simoneae, une petite histoire à raconter. Lorsque j’ai acquis Ceropegia simoneae, je me suis trouvé en possession d’un sarment d’une dizaine de centimètres, d’un diamètre de 5 à 6 mm, à la teinte assez indéfinissable, dans les gris-vert-brun, garni de protubérances se donnant l’air d’être des épines molles, et prolongé par une liane très fine d’à peu près 1 mm de diamètre garnie de place en place des mêmes fausses épines molles. Pour tout dire, cela n’avait pas l’air très vivant et je me demandais si j’avais fait une affaire intelligente… Je l’ai tout de même empotée et quelque peu oubliée dans ma revue quotidienne des habitants de la serre. Et un beau jour, j’ai constaté qu’elle s’était allongée, ramifiée et révélée volubile ; et surtout elle a engendré la fleur la plus extraordinaire des Ceropegias , lesquelles pourtant ne le cèdent en rien sur ce plan à quelque fleur que ce soit.

Pour leur part, les fausses épines ont donné naissance à de minuscules feuilles totalement insignifiantes et qui s’empressèrent de tomber.

Mais la fleur est loin d’être insignifiante. Je viens de la traiter d’extraordinaire pour ne pas paraître par trop radoteur en la disant « bizarre » ; et pourtant…

Un petit pédoncule est suivi du tube dont la base très large et quasi-sphérique -10 mm de diamètre- précède le tube lui-même, beaucoup plus mince -2 à3 mm de diamètre- Cinq pétales prolongent le tube, d’abord soudés puis s’écartent en s’évasant ; pris de remords ils se rejoignent pour former la cage traditionnelle. Mais ils sont eux-mêmes prolongés par cinq sortes de fouets long de 40 à 50 mm sur à peine 1 mm de large, garnis de poils grenat sombre. Ces fouets sont réunis en torsade durant la croissance de la fleur ; quand celle-ci a atteint sa taille, ils se détorsadent et sont alors libres, pendants et parfois agités par le vent. Peut-être cette agitation leur permet-elle de diffuser une phéromone prometteuse. La couleur penche vers le gris vert très clair, fortement tachetée de grenat.

LES CEROPEGIAS D’AILLEURS
De très nombreuses espèces vivent dans les zones tropicales et sub-tropicales du globe, à l’exception du continent américain. J’ai quelques noms, glanés ici et là, mais aucune description approfondie :
Ceropegia nilotica, Ceropegia africana : Kenya, soudan
Ceropegia somaliensis : Somalie
Ceropegia bulbosa, Ceropegia barbigera, Ceropegia ballyana : Ethiopie
Ceropegia gemmifera : Ghana
Ceropegia arabica : Yémen, Oman
Ceropegia pregonium, Ceropegia gracilipes, Ceropegia variegata : Inde, Pakistan
Ceropegia candelabrum : Sri Lanka.

Il faudra donc quelques voyages supplémentaires pour que je puisse rassembler la matière d’un autre article sur les Ceropegia de mon cœur

BIBLIOGRAPHIE
R. Allen Dyer

Ceropegias : Brachystelmas and Riocreuxias in Southern Africa (1984)
-Ed. A.A.Balkerna, Rotterdam Holland

Edgar and Brian Lamb : The illustrated reference on Cactae and other succulents
Ed. Blandford Press, Poole, Dorset, GB
- Vol I (1955) p. 173 sq.
- Vol II (1959) p. 450 sq
- Vol III (1963) p. 742 sq
- Vol V (1978) p. 1423 sq

Werner Rauh : Succulent and xerophitic plants of Madagascar,
Ed Strawberry Press, Mill Valley, California USA
- Vol I (1995) p. 101
- Vol II (1998) p. 228 à 246

Gordon Rowley : Encyclopédie des plantes grasses, Bordas, Paris, 1985
- p. 212 sq
- p. 232 sq

Revues :
CACTUS FILE : articles dans les n° 4, 5, 9 et 11 du vol II
SUCCULENTES : articles dans les n° 4/79, 2/81, 4/96, 2/97, 3 et 4/98

Louis LAPOUMEYROULIE (Laurent)
membre de la Société Succulentophile Francilienne (S.S.F.)
16bis, avenue de la Motte-Piquet
75007 PARIS



 source http://www.cactuspro.com/encyclo/Ceropegia/woodii
Ceropegia woodii (Schlechter)

Description
Espèce succulente à caudex et racines tubéreuses. Formation de petits tubercules aériens qui constituent autant de réserves d'eau supplémentaires.
Feuilles charnues, en forme de cœur, accrochées par pair sur de longues tiges retombantes et filiformes. Les feuilles sont généralement tachetées gris-vert au-dessus et légèrement pourpre au-dessous.
Longues fleurs en forme de calice munies de poils vibratiles en leurs sommet. Peut fleurir dès la première année.

Culture
Répandue sous des climats divers, cette plante s'adapte bien dès lors que le drainage est efficace (pas d'eau stagnante) et qu'il n'y a pas de soleil direct. Apprécie quelques pulvérisations par les fortes chaleurs.
Se plaît en appartement, pas trop chauffé l'hivers, et même un peu frais l'été. On pourra mettre en valeur ses longues tiges filiformes en la plaçant dans un pot surélevé.

Le bouturage est enfantin: en été, couper un morceau de tige au-dessus d'un noeud de feuilles (de préférence avec un tubercule). Placer la bouture dans un verre d'eau le temps d'avoir quelques racines (1 à 2 semaines), puis repiquer.
Le sol doit être léger et avec un bon drainage (les pots en terre semblent mieux appréciés).
Astuce pour l'arrosage: les feuilles du Ceropegia woodii sont charnues et normalement bien ferme, si les feuilles ramollissent c'est qu'il manque d'eau.

Étymologie
Ceropegia : du Grec kêros, cire, et pêgê, fontaine ; allusion à l'aspect de la fleur.

Habitat
Originaire d'Afrique du sud, mais répandu dans de nombreux pays (Madagascar, Inde, Iles Canaries, et bien d'autres).

Anecdotes
Les fleurs seraient de véritables pièges pour les mouches, qui seraient attirées par les poils vibratiles et resteraient emprisonnées tant que la fleur n'est pas pollinisée.
Les Ceropegia woodii s'appellent communément "chaine de coeurs".

Exposition
Lumineuse (beaucoup de lumière, mais pas de soleil direct)

Température: mini 10°C

Arrosages
Hiver : Faible.
Eté : Moyen.

Substrat
Organique

Dimensions maximales
Hauteur : 1 m. Largeur : 5 cm.

Couleur des fleurs
rose et pourpre.



 source:http://www.jardinbrico.com/index.phtml?srub=4&iart=201
Les ceropegias à port retombant sont cultivés en suspension, les espèces grimpantes étant palissées ou munies d’un tuteur.
Famille des Asclépiadacées                                
Exposition : soleil
Type : fleur annuelle ou vivace
Origine : Afrique, Asie, Madagascar,
Canaries et région chaude du continent européen

Caractéristiques :
Le genre Céropegia, important quantitativement, regroupe 160 espèces . Sur toutes ces espèces, une cinquantaine environ sont des plantes grasses et sont assez fréquemment cultivées en Europe.
Ce sont des espèces herbacées ou suffrutescentes, vivaces, volubiles ou retombantes, souvent charnues, dont la racine est parfois tubéreuse.
Les feuilles sont opposées, pétiolées, et font presque défaut chez certaines espèces. Les fleurs, étranges, ont des corolles tubuleuses renflées à la base, à lobes parfois soudés au sommet. Certaines affectent une forme de lanterne japonaise.

Espèces et variétés :
Parmi les nombreuses espèces existantes, on rencontre surtout Ceropegia dichotoma, à tiges dressées de plus de 1 m de haut, grosses comme un doigt, à feuilles caduques, linéaires, dont les fleurs jaune citron, groupées en faisceau, s’épanouissent de l’été à l’automne.
C. fusca, cette espèce ressemble beaucoup à la  précédente, si ce n’est par les fleurs brunes à intérieur jaune.
C. gardneri, espèce volubile cultivée en serre tropicale, donnant en octobre des fleurs crème, ciliées et maculées de pourpre.
C. sandersonii, liane à croissance rapide, à fleurs bizarres ressemblant à de petits parachutes vert clair à taches vert foncé.
C. stapeliæformis, à tiges traînantes tachées de gris, à fleurs blanchâtres marbrées de pourpre groupées par deux.
C. woodii, prisée pour son opposition entre des tiges grêles et des feuilles en cœur et d’étonnantes fleurs rose violacé à lobes cohérents au sommet, étalant leur floraison sur une bonne partie de l’année.
Cette espèce à souche tubéreuse est utilisée comme porte-greffe pour les Asclépiadacées de culture délicates.

Culture :
Parfois cultivés dans des rocailles abritées, les ceropegias sont surtout utilisés comme plantes d’appartement.
Leur culture, assez semblable à celle des Cactées, se fait en pots, dans un mélange de sable, terreau et terre de bruyère.
Ils demandent une humidité moyenne en été, que l’on diminue encore en hiver.

Multiplication :
On multiplie les Ceropegias par semis des graines, mais aussi, au mois d’avril, par bouturage à chaud des pousses latérales que l’on met dans du sable humide, sous abri.



source http://viedejardin.pagesperso-orange.fr/nouvellepage22.htm
Les ceropegias (chaîne-des-coeurs) sont des plantes grasses, rampantes et à tubercules.

Seul Ceropegia woodii est très souvent cultivé en appartement. Cette espèce est de culture facile et produit un bel effet suspendue en corbeille. La souche tubéreuse, qui affleure le sol, est dure, ligneuse, ridée et grise et peut mesurer 5 cm de diamètre. Il en émerge plusieurs tiges filiformes pourpres qui peuvent atteindre 2,50 à 2,75 m, mais ne dépassent habituellement pas 90 cm. Les feuilles charnues, cordiformes et opposées sont espacées de 7,5 cm sur la tige. Longues de 2,5 cm, elles sont vert foncé, panachées de blanc argenté sur la face supérieure et de pourpre au revers. De petites fleurs roses de 2,5 cm, composées d'un tube étroit niché dans une base ronde et pourpre, naissent à l'aisselle des feuilles vers la fin de l'été.

Lumière. Le ceropegia exige au moins trois ou quatre heures de plein soleil par jour. Sous un éclairage insuffisant, la couleur des feuilles ternit et elles deviennent très clairsemées.
Température. La température normale d'une pièce lui convient toute l'année.
Arrosage. En période de croissance, arroser parcimonieusement pour que le mélange soit à peine humide. Laisser sécher les deux tiers de la motte avant d'arroser de nouveau. En période de repos, réduire encore la quantité d'eau : en donner juste assez pour empêcher le mélange de se dessécher complètement.
Engrais. En période de croissance, donner une fois par mois un apport d'engrais liquide ordinaire, mais seulement aux plantes adultes et en bonne santé.
Empotage et rempotage. Utiliser un mélange à volume égal de terreau et de sable grossier ou de perlite. Pour améliorer le drainage, couvrir le fond des pots d'une couche de tessons de grès de 2,5 cm. Rempoter les jeunes plants au printemps ; les vieilles plantes se plairont pendant plusieurs années dans des pots de 8 à 10 cm ou des demi-pots. Si l'on groupe plusieurs ceropegias dans une corbeille, laisser un espace de 4 ou 5 cm entre les tubercules pour que la plante ait meilleure apparence.
Multiplication. Elle peut se faire en tout temps durant la période de croissance au moyen des bulbilles qui se forment le long des tiges. Prélever la bulbille et la planter dans un petit pot contenant le mélange recommandé, sur la surface duquel on aura déposé 1 cm de sable grossier ou de perlite. Placer la bulbille sur cette couche de sable ou de perlite, elle risquera moins de pourrir. On peut aussi utiliser des boutures de tige de 5 à 7,5 cm et les planter dans le même mélange. Pour empêcher les boutures de pourrir, verser un peu de sable dans le trou qui les recevra. Arroser modérément et laisser sécher la motte aux deux tiers entre les arrosages. L'enracinement peut prendre jusqu'à huit semaines, à la suite desquelles la croissance se poursuivra rapidement. Une fois les jeunes plants bien établis, les exposer progressivement à la lumière du soleil et leur donner tous les soins recommandés pour les ceropegias adultes.



Liste des variétés
 source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Ceropegia
Quelques espèces
Ceropegia africana (Afrique du Sud)
   Ceropegia ampliata (Afrique du Sud)
   Ceropegia antennifera (Afrique du Sud)
   Ceropegia arabica (Arabie)
   Ceropegia arenaria
   Ceropegia aristolochoides (Sénégal à Éthiopie)
   Ceropegia armandii (Madagascar)
   Ceropegia ballyana (Kenya)
   Ceropegia barbarta (Afrique du Sud)
   Ceropegia barkleyi (Afrique du Sud)
   Ceropegia bonafouxii (Namibie)
   Ceropegia bosseri (Madagascar)
   Ceropegia cancellata (Afrique du Sud)
   Ceropegia carnosa (Afrique du Sud)
   Ceropegia ceratophora (îles Canaries)
   Ceropegia chrysantha (îles Canaries)
   Ceropegia cimiciodora (Afrique du Sud)
   Ceropegia crassifolia (southern Africa)
   Ceropegia debilis
   Ceropegia decidua (eastern Africa)
   Ceropegia denticulata (tropical Africa)
   Ceropegia devecchii (eastern Africa)
   Ceropegia dichotoma (îles Canaries)
   Ceropegia dimorpha (Madagascar)
   Ceropegia distincta (Zanzibar)
   Ceropegia elegans
   Ceropegia filiformis (Afrique du Sud)
   Ceropegia fimbriata (Afrique du Sud)
   Ceropegia fusca (îles Canaries)
   Ceropegia galeata (Kenya)
   Ceropegia gemmifera - Togo tangle
   Ceropegia halei
   Ceropegia haygarthii (Afrique du Sud)
   Ceropegia hians (îles Canaries)
   Ceropegia juncea
   Ceropegia krainzii (îles Canaries)
   Ceropegia leroyi (Madagascar)
   Ceropegia linearis (Afrique du Sud)
   Ceropegia lugardae (eastern Africa)
   Ceropegia multiflora (southern Africa)
   Ceropegia nilotica (eastern Africa)
   Ceropegia pachystelma (southern Africa)
   Ceropegia racemosa (tropical Africa)
   Ceropegia radicans (Afrique du Sud)
   Ceropegia rendallii (Afrique du Sud)
   Ceropegia robynsiana (Congo)
   Ceropegia rupicola (Arabia)
   Ceropegia sandersonii (southern Africa)
   Ceropegia senegalensis (Sénégal)
   Ceropegia seticorona (eastern Africa)
   Ceropegia somaliensis (eastern Africa)
   Ceropegia stapeliiformis (Afrique du Sud)
   Ceropegia stentii (Afrique du Sud)
   Ceropegia succulenta
   Ceropegia superba (Arabia)
   Ceropegia turricula (Afrique du Sud)
   Ceropegia variegata (Arabia)
   Ceropegia verrucosa
   Ceropegia viridis (Madagascar)
   Ceropegia woodii - string of hearts
   Ceropegia zeyheri (Afrique du Sud)



Autres liens sur les Céropégias qui sont de la famille des Asclepiadaceae
  http://fr.wikipedia.org/wiki/Asclepiadaceae



 http://www.aujardin.info/plantes/ceropegia-woodii.php

 http://nature.jardin.free.fr/succulente/nmauric_ceropegia_woodii.html

 http://nicola.d.free.fr/Photos/Asclepiadaceae/Page%20des%20Asclepiadaceae-ceropegias1.html

   source http://dwaittaleb.free.fr/dwaittaleb/fleurs/ceropegia.htm
Pour discuter de ceropegia : http://hoyas.monforum.fr/index.php et http://www.carookee.com/forum/ceropegia-forum

  http://www.ceropegia.minks-lang.de/ceropegia.dateien.english/ceropegia.startseite1.html

 http://fjpower.forumgratuit.org/t4115-asclepiadaceae-arrosages-en-periode-de-floraison

  http://www.xeroflore.net/categorie-1157071.html

  http://www.orchidouxdingues.info/1-vt9258.html?postdays=0&postorder=asc&start=0

 http://aob.oxfordjournals.org/content/103/9/1501/F1.expansion

  http://www.kuentz.com/bt/index.php?module=categories&code_cat=20c010

 http://www.asclepidarium.de/



Les premières années mes Ceropegias woodii passaient l'été sur les balcons et fleurissaient beaucoup.
Année 2005
en février à leur arrivée
01

tout le mois de juin
02  

03

04

aout
05

octobre, j'ai du les changer de place car ils avaient beaucoup poussé
06

fleurs
07




Dernière édition par Libellule le Sam 7 Jan 2017 - 22:50, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Céropegias   Ven 6 Jan 2017 - 16:41

Année 2006
Le premier hiver, je n'ai pas osé laisser la plante sur le balcon, et je l'ai rentré dans une pièce lumineuse et assez fraîche.

En février j'ai eu mes premières gousses de graines.
08

de petits caudex se forment sur les tiges
09

ce sont les mêmes en plus gros qui forment la base d'où sortent les tiges
10

Au printemps la plante est dehors, en juin, elle apprécie une exposition nord dans le midi de la France.
11

Voila  d'autres Céropégias linéaris (2 et 3) à leur arrivée à la maison début juin
12

ils poussent vite les voila le 27juin  
13

en aout, les feuilles de chacun d'eux
14

15

les fleurs de 2 et 3 ressemblent beaucoup à celles du C. woodii mais sont un peu plus longues et moins poilues
16

en septembre ils posent avec mes premières boutures de C. woodii
17

le pied mère de C. woodii
18

qui fleurit beaucoup
19

je surface tous mes pots avec de la pouzzolane, cela ralentit l'évaporation de l'eau, mais aussi la germination de graines apportées par les oiseaux.
20

en octobre
j'ai toujours des fleurs sur les pots bien exposés
21

j'ai les premières graines sur mes boutures de woodii
22

23

les voila à gauche
24

le pied mère aussi m'offre une belle floraison
25

en octobre, les boutures se préparent à passer l'hiver dans une petite serre sur le balcon
26

27

en novembre, le pied mère retourne dans la maison
28

en décembre, les boutures continuent de fleurir au chaud dans la serre fermée par une housse.
29





Dernière édition par Libellule le Ven 6 Jan 2017 - 16:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Céropegias   Ven 6 Jan 2017 - 16:48

Année 2007

en mai, après la taille de printemps, je sors le pied mère , côté nord
30

un mois plus tard
31

il poussait tellement que j'ai du le changer de place, exposé à l'est, il n'arrête pas de fleurir
32

en mai les variétés 2 et 3, avant la taille
33

après
34  

ça repousse très vite, les voila en juin
35

36

37

en juillet, ils recommencent à être beaux
38

les boutures et le pied mère de C. woodii toujours en juillet
39

je n'ai jamais mis d'engrais, le terreau cactées que j'utilise leur convient
40

41

nouvelles boutures pour offrir, en juillet elles font déjà des gousses de graines
42

je ne me lasse pas de prendre cette plante en photos
43

les trois variétés
44

45

cette année les variétés 2 et 3 ont beaucoup poussé, les voila en aout
46

47

qui gagnera la course?
48

C. woodii qui se fait de plus en plus beau
49

50

51

52

tous ensemble en aout
53

en septembre, il reste encore de la marge avant d'arriver par terre
54

ça pousse toujours et ça fleurit à tout va
55

les variétés 2 et 3 en octobre
56

fin octobre on rentre au chaud, mais c'est difficile de nous trouver de la place, au milieu des travaux
57

à l'extrême gauche mon premier Gynura aurantiaca, au milieu une belle bouture de Pereskia grandifolia offerte par un formidable jardinaute
58

nouvelles boutures au chaud
59

Comme pour beaucoup de plantes, plus on arrose plus la distance entre les feuilles est grande, donc si vous voulez qu'ils restent petits, arrosez modérément.





Dernière édition par Libellule le Ven 6 Jan 2017 - 17:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Céropegias   Ven 6 Jan 2017 - 16:53

Mes deux Céropégias inconnus africains, et les C. woodii fleurissent à tout va, je ne les ai pas rentrés en novembre car ils ont l'air de se porter comme un charme.

Année 2008

Les voila au fil des mois
juillet


octobre


novembre




J'ai fait des boutures des deux premiers, car ils avaient trop poussé, et elles aussi sont en pleine forme.



Liens pour identification
http://www.cactuspro.com/forum/read.php?1,125439,125439

https://www.flickr.com/groups/ceropegia/

http://www.sciencephoto.com/media/40540/view

http://toptropicals.com/catalog/uid/Ceropegia_debilis.htm

http://en.wikipedia.org/wiki/Ceropegia

 http://www.lapshin.org/succulent/plants.php?id=agen&s=Ceropegia

  http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ceropegia_linearis_ssp._woodii3.jpg



Ceropegia 2


Ceropegia 3


Le 2 pourrait être un
un Ceropegia gemmifera
source: http://www.desert-tropicals.com/Plants/Asclepiadaceae/Ceropegia_gemnifera.html
traduction
Nom scientifique: Ceropegia gemmifera K. Schum.
Synonyme:
Famille: Asclepiadaceae

Zone de température recommandée: USDA: 10b-11

Tolérance au gel: Garder au chaud en hiver

L'exposition au soleil: Ombre légère

Origine: Afrique tropicale (Togo, Ghana)

Habitudes de croissance: la vigne Twining, légèrement succulente souches

Arrosage des besoins: besoins excellent drainage, conserver le sol humide en été

Propagation: sans serrer rameaux connecté à fond gonflées qui s'enracinent facilement.

le 3 pourrait être
un Ceropegia linearis ssp. debilis
ou un Ceropegia hastata.
ou un Ceropegia radicans
http://www.aujardin.org/confirmation-des-noms-plantes-identifiees-t32543.html



Dernière édition par Libellule le Ven 6 Jan 2017 - 17:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Céropegias   Ven 6 Jan 2017 - 17:02

Pied mère de Ceropégias woodii

Année 2008

Février dans la maison




Juin sur la terrasse




Aout




Début aout, il est temps de régénérer le pot et en profiter pour faire des boutures




le pied mère fin aout






Novembre


les fleurs


les gousses






Dernière édition par Libellule le Ven 6 Jan 2017 - 17:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Céropegias   

Revenir en haut Aller en bas
 
Céropegias
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: PLANTES :: CACTUS- Plantes grasses- Succulentes- Caudex etc :: PLANTES à CAUDEX-
Sauter vers: