Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le lait vache fumisterie ou produit formidable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Le lait vache fumisterie ou produit formidable    Lun 19 Déc 2016 - 22:20

Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Le lait vache fumisterie ou produit formidable    Mar 10 Jan 2017 - 20:03

Pour celles et ceux que ça intéresse, ce soir sur Arte il y a une soirée théma sur le sujet  
http://www.arte.tv/guide/fr
source http://www.arte.tv/guide/fr/062280-000-A/le-lait-mensonges-et-verites
COMMENT (RE)VOIR CE PROGRAMME
Le lait, ami ou poison ? Indispensables à une alimentation équilibrée et source de nombreux nutriments pour les uns, associés au développement de maladies pour les autres, les produits laitiers suscitent aujourd’hui une vive controverse. Enquête sur le lait et ses dérivés, sujet qui déchaîne aujourd'hui les passions.

Le lait est-il vraiment aussi sain que le prétendent ses défenseurs ? Depuis plusieurs années, le débat fait rage chez les nutritionnistes, les professionnels de la santé ou les industriels du secteur agroalimentaire. Indispensables à une alimentation équilibrée et source de nombreux nutriments pour les uns, associés au développement de maladies pour les autres, les produits laitiers suscitent aujourd’hui une vive controverse. L’industrie laitière, bien entendu, ne cesse de vanter leurs vertus et ils figurent au menu de tous les programmes de nutrition mais, parallèlement, ils sont de plus en plus critiqués.

Vertus ou dangers
Certains scientifiques et médecins s’appuient sur les résultats d’études récentes et sur le cas de patients pour démontrer que le lait joue un rôle dans l’apparition de nombreuses pathologies, telles que les allergies ou le diabète. Dans ce contexte, difficile pour le consommateur d’y voir clair. Le lait et ses dérivés peuvent-ils réellement rendre malade ou faut-il continuer de les consommer  régulièrement ? En Allemagne, en France et dans d’autres pays européens, ce documentaire part à la rencontre de scientifiques, médecins, producteurs et représentants du secteur laitier pour tenter d’apporter des réponses.

Le lait est-il aussi sain qu’on le prétend ?
http://www.arte.tv/guide/fr/055917-018-A/xenius

Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Le lait vache fumisterie ou produit formidable    Jeu 8 Juin 2017 - 22:02

Bonjour, une amie m'a prêté le livre du Docteur Souccar et je suis encore retournée par ce que j'y ai appris, si vous le trouvez d'occasion n'hésitez pas à l'acheter car vous y apprendrez beaucoup choses importantes pour votre santé.

source http://www.thierrysouccar.com/sante/livre/lait-mensonges-et-propagande-201
La parution de la première édition de Lait, Mensonges et Propagande en 2007 avait suscité de nombreuses questions parmi les lecteurs, de nombreuses réactions de l’industrie agro-alimentaire, des émissions de télévision et de radio et même un trouble certain dans les ministères et les agences sanitaires. Entre-temps, de nouvelles études sont parues. Cette riche actualité explique la nouvelle édition revue et augmentée de Lait, Mensonges et Propagande.

Dans cette édition mise à jour et augmentée de près de 100 pages, Thierry Souccar conforte son enquête sur le lobby laitier et sur les effets réels du lait sur la santé.
Il montre comment l’industrie a réussi à faire d’un aliment marginal et mal considéré un pilier incontournable de l’alimentation moderne. Présentés comme «indispensables à la santé des os», les laitages cachent une réalité moins glorieuse, largement occultée par les pouvoirs publics et les industriels.

On y trouvera :
Toutes les nouvelles données confirmant que "nos amis pour la vie" ne protègent pas des fractures ;
Les preuves qu’aux doses officiellement conseillées ils sont associés à une augmentation du risque de cancers de la prostate et des ovaires, ou de maladie de Parkinson ;
L'histoire méconnue de 80 ans de lobbying et de manipulations ;
De nouvelles preuves de la collusion entre les nutritionnistes en vue et l'industrie laitière ;
La réponse aux arguments de l’industrie agro-alimentaire et des médecins qui travaillent pour elle ;
La réponse aux questions des lecteurs, comme par exemple les différences entre laits de vache, de chèvre et de brebis, où trouver du calcium...;
Les situations dans lesquelles on peut consommer sans risque des laitages.
Comme dans tous les livres de Thierry Souccar, tout est solidement argumenté et référencé.

**********************************************************

J'ai reçu cette newletter sur le même sujet
source https://www.neo-nutrition.net/6-choses-qui-arrivent-a-votre-corps-lorsque-vous-arretez-les-produits-laitiers/#comments
6 choses qui arrivent à votre corps lorsque vous arrêtez les produits laitiers
Par Eric Müller/31 mai 2016

Quand je conseille autour de moi d’arrêter le fromage, tout le monde me dit que c’est impossible :
« C’est dans notre culture. »

« C’est dans notre patrimoine (!) »

« C’est un des plaisirs de la vie. »

« Qu’allons-nous donc manger ? »

Je partage ces inquiétudes, mais je vous invite à considérer les consolations que Dame Nature réserve à ceux qui oseront franchir le pas.

1. Vous allez maigrir
Les produits laitiers sont très caloriques. Ceux qui réduisent leur consommation observent que leur poids se stabilise [1].

Plus vous mangez de fromage aujourd’hui, plus vous pourriez perdre de kilos demain.

Si vous avez déjà un poids normal, vous observerez sans doute que vos muscles deviendront plus saillants, et votre corps plus tonique.

2. Vous aurez plus d’énergie
C’est inouï ce qu’on gagne en énergie quand on arrête les produits laitiers. Beaucoup témoignent qu’ils sont capables de faire beaucoup plus en une journée [2].

Il y a une explication : le lait contient du tryptophane, un neurotransmetteur qui, couplé à une alimentation riche en glucides et en protéines, produit beaucoup de… bâillements.

Préparez-vous car lorsque vos collègues iront faire une pause-café, vous ressentirez le besoin de vous dépenser. N’hésitez pas à faire des étirements, des tractions, des pompes en petites séries… vous verrez que vous serez beaucoup plus productif après.

3. Moins d’asthme
Les chercheurs ne sont pas encore sûrs que l’asthme ait un lien avec les produits laitiers, mais il existe de nombreux témoignages allant dans ce sens [3]  [4]  [5]  [6]. Je peux aussi en témoigner.

J’ai l’habitude de transporter un spray de Ventoline partout. Mais désormais, ma respiration est plus profonde et plus dégagée.

Avant, je détectais en quelques instants si un chat habitait les lieux ou si l’on avait secoué la couette d’un lit. Mais aujourd’hui, je revis.

4. Vous aurez la digestion plus légère
Arrêter les produits laitiers est un soulagement pour vos intestins. Beaucoup témoignent qu’ils subissent moins de ballonnements, moins de gaz, et que leur transit est plus équilibré [7].

Les produis laitiers appartiennent à notre patrimoine, mais en réalité la plupart des gens digèrent mal le lactose des produits laitiers (souvent sans le savoir).

Notre corps ne produit l’enzyme nécessaire à la digestion du lait (la lactase) que pendant la durée de l’allaitement (jusqu’à l’âge de 3 ans).

Mais les adolescents et les adultes ne sont plus censés manger des produits laitiers.

Il se trouve que par le jeu de l’évolution, les peuples nordiques continuent de produire l’enzyme lactase qui leur permet de bien digérer le lait. Mais cela n’a rien de normal.

Ce sont d’ailleurs ces mêmes peuples qui sont paradoxalement les plus touchés par l’ostéoporose et le diabète de type 1 (maladie auto-immune dans laquelle les protéines de lait ont été identifiées comme élément déclencheur).

Parmi les peuples d’Afrique et d’Asie, jusqu’à 80 % de la population est intolérante au lactose.

5. Votre peau sera plus belle
Attendez-vous à ce que votre entourage vous complimente sur la douceur de votre peau.

En effet, le lait est un aliment ultra calorique, conçu pour assurer les besoins de croissance du veau. Il doit permettre au jeune veau de grossir de 900 grammes par jour !

Le lait contient des doses importantes d’hormones de croissance, dont IGF-1 (Insulin-like Growth Factor 1).

Le problème est que ces hormones de croissance surstimulent votre production de sébum (huile de peau). Cette huile bouche les pores de votre peau et favorise le développement des bactéries (dont P. acnes). C’est ainsi qu’apparaissent les boutons d’acné.

De nombreuses études confirment que les produits laitiers aggravent l’acné [8]. Si vous souffrez d’acné, ou que vous connaissez un adolescent qui est fortement touché, consommer moins de produits laitiers peut faire la différence.

6. Vous sentirez bon
Beaucoup s’en étonnent, mais votre odeur corporelle dépend aussi de ce que vous mangez.

Si vous arrêtez le fromage, attendez-vous à ce qu’on vous fasse souvent remarquer que vous sentez bon (c’est agréable de recevoir des compliments comme ça).

Cela veut dire que vous pourrez utiliser moins de déodorant et de parfum pour couvrir votre odeur naturelle.

Bien sûr, ces améliorations ne sont pas garanties pour tout le monde. Peut-être observerez-vous d’autres avantages à manger moins de produits laitiers ?

Je vous encourage à faire l’essai et à me faire part de vos observations. Vous pouvez laisser un commentaire ci-dessous qui profitera à tous les lecteurs de Néo-nutrition.

Bien à vous,

Eric Müller

Sources :
[1] 5 Reasons A Dairy Free Diet May Help Your Weight Losshttp://goodfoodeating.com/673/dairy-free-diet/

[2] 6 Things That Happen To Your Body When You Cut Out Dairyhttp://elitedaily.com/wellness/cut-dairy-out-what-happens/1412210/

[3] HOW I REVERSED MY SON’S ASTHMA.https://www.weedemandreap.com/how-i-reversed-my-sons-asthma/

[4] How I Cured My Asthma With One Simple Lifestyle Change
http://www.jdmoyer.com/2010/07/17/how-i-cured-my-asthma-with-one-simple-lifestyle-change/

[5] Is Diet the Cure for Asthma? It was for some.
http://www.thedeliciousday.com/asthma-cure-14-people-who-cured-asthma/diet-cure-for-asthma/

[6] How Ditching Dairy Cured My Asthma
https://www.mindbodygreen.com/0-13405/how-ditching-dairy-cured-my-asthma.html

[7] Bloating 101: Why You Feel Bloatedhttp://www.webmd.com/a-to-z-guides/features/bloated-bloating

[8] Milk and Acne: Does Milk Cause Acne? https://www.clearskinforever.net/milk-acne-does-milk-cause-acne/

*****************************************************

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L'éditeur n'est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L'éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s'interdit formellement d'entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Néo-nutrition est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France

*****************************************************

Découvrez les 144 commentaires d'internautes ici :
https://www.neo-nutrition.net/6-choses-qui-arrivent-a-votre-corps-lorsque-vous-arretez-les-produits-laitiers/#ytPFODe40vpFRkIc.99

*****************************************************

Blog trouvé justement dans ces commentaires
source https://www.natanea.fr/alimentation-saine
Alimentation saine ?
Pourquoi changer mes habitudes ?

Selon le professeur Henri Joyeux
(Éminent cancérologue) , Plus de 70% des maladies trouvent leurs origines dans notre alimentation !
1 cancer sur 2 aussi !

Alors, pour nous en préserver et donner toutes les chances à nos enfants de conserver une bonne santé, donnons leurs toutes les bonnes habitudes alimentaires dès leurs plus jeunes âges !

D'accord ! Mais par où commencer ? Cela va-t-il me couter plus cher ?
Mes enfants vont-ils aimer ? Comment être certain de consommer un bon produit, ou un produit sain ?

Ce sont toutes ces questions que nous nous sommes posées à nos débuts, alors nous souhaitons partager avec vous nos expériences, nos tests de produits et nos recettes.

Les dangers du lait de vache et des produits laitiers
Consommer des produits laitiers à tout âge de la vie est essentiel pour entretenir sa masse osseuse et ne pas se déminéraliser… Qui n’a pas déjà entendu cela ? Et pourtant, le lait de vache et les produits laitiers dérivés sont loin de n’avoir que des bienfaits selon le professeur Henri Joyeux, cancérologue à la Faculté de médecine de Montpellier.
Le lait de vache convient parfaitement aux besoins du veau mais pas à ceux du petit humain !
« Votre nouveau-né va prendre 5 à 6 kg dans sa première année. Alors que le veau pourra prendre plus de 300 kg ». Pour lui permettre de prendre tant de poids en si peu de temps, le lait de vache contient des facteurs de croissance TGF (TGF de l'anglais transforming growth factor), c’est-à-dire des hormones favorisant la multiplication cellulaire et le développement de l’organisme. Or, nos bébés n’ont pas du tout les mêmes besoins de croissance que le veau !
Nos ainés allaient chercher le lait à la ferme, le lait était bouilli au moins 10 mn par mesure d’hygiène et sans le savoir nos ainés détruisaient ces hormones de croissance si néfaste pour l’homme. Aujourd’hui le lait qui est consommé est traité à ultra haute température (UHT) 140 à 160°c pendant quelques secondes et ce traitement rend le lait consommable mais ne détruit pas ces facteurs de croissance.
Nous venons de dire que ce lait de vache n’est pas adapté pour l’enfant mais alors cela est encore plus vrai pour l’adulte qui a fini sa croissance ! La consommation de lait de vache et de produits laitiers dérivés (beurre, crème fraîche, yaourt, fromage blanc, fromage, crème glacée) toute la vie durant apparaît normale, voire même banale en Occident. Mais comme tous les mammifères, l’être humain n’est pas censé consommer de lait une fois sevré… « Avez-vous vu une vache boire du lait ? Si vous voyez cela un jour, appelez-moi, cela m’intéresse beaucoup ! », souligne le professeur Joyeux.
En plus de provoquer une croissance supérieure en taille chez l’humain, elle est évoquée comme cause supplémentaire de cancer et d'autres maladies du à l’augmentation du taux d'IGF-1 dans notre organisme.
L'effet-croissance est également observé chez le nouveau-né puis l'enfant si la mère consomme du lait liquide pendant la grossesse. D'autre part l'hormone de synthèse rBST (La somatotropine bovine, ou rBGH), qui faisait augmenter le niveau d'IGF-1 dans le lait, n'a pas été autorisée au Canada et dans l'Union européenne, mais principalement pour des raisons de santé animale, et pas à cause du niveau d'IGF-1.

Les hormones de croissance du lait de la vache sont au nombre de 3 :
Facteur de croissance épidermique (epidermal growth factor) pour le développement de la peau de l’enveloppe (le cuir de la vache est très résistant)
Facteur de croissance de la transformation des articulations muscles et tendons (Transforming growth factor)
Facteur de croissance de l’insuline pour le développement du pancréas et du tube digestif [ ()]

Les hormones de croissance du lait maternel sont au nombre de 7 !

On lui connaît près de six fois plus d’éléments que dans les autres laits de mammifères : de nombreux effets biologiques s’entrecroisent dans un système multifactoriel complexe, faisant intervenir en synergie hormones et enzymes du plasma maternel avec celles du tube digestif du bébé.

Les graisses, par exemple :
- sont des constituants essentiels des membranes cellulaires ;
- permettent l'absorption de vitamines et d'autres substances liposolubles ;
- modulent l'appétit de l'enfant, donc son rythme d'éveil ;
- interviennent dans les mécanismes immunitaires, donc dans la protection contre les allergies et la défense contre les infections.

C’est pourquoi aucun lait artificiel, quelle que soit sa composition, ne peut être valablement comparé au lait maternel.

Les vaches sont gestantes pendant plus de la moitié de leur période de lactation, dans la conduite moderne des élevages. Certaines hormones de synthèse, administrées à l'animal pour augmenter la production lactée' se retrouvent dans les laits. Cette pratique devrait donc être proscrite ! Mais certains pays de l’UE n’ont pas interdit cette pratique. D'où un taux d'œstrogènes passant dans le lait élevé, surtout en à l'approche de la mise-bas. Le lait contient en particulier les estrogènes suivants: estrone, estradiol et progestérone qui sont en partie ingérés sans dégradation et passent dans le sang. Or ces dernières années on s'intéresse de plus en plus aux effets (probables) de la présence d'estrogènes dans l'environnement et dans l'alimentation, y compris l'eau potable, sur la fertilité masculine. Selon une étude de l'École de santé publique de Harvard, la qualité du sperme serait inversement corrélée avec la consommation de produits laitiers.
Les aliments d'origine végétale, comme le lait de soja, peuvent aussi apporter des phyto-œstrogènes, cependant ces produits (des isoflavones) ne seraient pas la cause de l'augmentation du taux d'IGF-1. Il semble que les isoflavones pourraient avoir des effets sur la fertilité masculine.

A la lecture de tout cela, il ne faut donc pas s’étonner que cette consommation soit lourde de conséquences chez de nombreux consommateurs de lait.
Car si les facteurs de croissance contenus dans le lait de vache favorisent le développement cellulaire, ils entraînent la prolifération des cellules saines et celle des cellules précancéreuses et cancéreuses… Le risque de cancer est donc beaucoup plus élevé pour les consommateurs de produits laitiers ! « En cancérologie, pour traiter les cancers nous utilisons des anti-facteurs de croissance très puissants », remarque le cancérologue Henri Joyeux. L’explosion du nombre de cancers de la prostate et du sein ces dernières décennies est d’ailleurs étroitement liée à la consommation de produits laitiers.
Les lobbies du lait se gardent également bien de préciser lors de leur matraquage publicitaire que seulement 40 % du calcium présent dans le lait de vache est absorbé par l’organisme. Le reste va irriter l’intestin, se déposer dans le sein, la prostate… ou encore se fixer dans les articulations et entraîner de l’arthrose comme le note le professeur Joyeux. Car c’est du calcium d’origine animal. Le calcium végétal est par-contre assimilé par notre corps à 75 % !
À titre d’exemple, c’est dans les pays scandinaves que l’on consomme le plus de produits laitiers en Europe et où l’on dénombre le plus de cas d’ostéoporose (fragilisation des os) ! À l’inverse, au Japon où l’on consomme peu de produits laitiers animaux, les femmes sont très peu touchées par cette maladie…
Comment arrêter le lait de vache et les produits laitiers sans être carencé en calcium ?
Nous venons de comprendre que nous devons avoir une préférence pour le calcium d’origine végétal, alors en consommant des fruits secs (amande, noix et noisette), des fruits frais et des légumes car ils contiennent du calcium végétal assimilé, lui, à 75 % par notre organisme et le surplus n’est ni stocké et ni transformé en maladies dans notre corps…
Si toutefois Vous souhaitez consommer du lait, préférez le lait de petits animaux comme le lait de chèvre dont la taille est plus petite que le veau et donc moins chargé en facteurs de croissance.
Pour les enfants de moins de 1 an les parents doivent être informés du fait que les boissons courantes qu’elles soient d’origine végétale ou animale ne conviennent pas aux nourrissons (âgés de moins d’un an) : elles ne peuvent se substituer au lait maternel et/ou aux laits infantiles 1er et 2ème âge, cette pratique pouvant être à l’origine d’accidents graves. L’alternative est donc le lait infantile bio dans lequel il n’est pas ajouté de TAURINE !

En résumé, essayons de vivre sans produits laitiers de vache et préférons les produits laitiers de chèvre. Consommons plus de fruits secs (amande, noix et noisette), de fruits frais et de légumes et votre corps vous dira merci !

​E. BAHU

​Réf : Professeur Henri Joyeux
Écoutez un extrait de la conférence sur le lait (9mn) :
https://www.youtube.com/watch?v=fPlqVmmd-Fg

****************************************************

Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Le lait vache fumisterie ou produit formidable    Jeu 15 Juin 2017 - 16:20



source https://www.neo-nutrition.net/comment-eviter-le-lactose-dans-les-produits-laitiers/#comment
Comment choisir des produits laitiers sans lactose
Par Eric Müller/22 décembre 2015


Le lactose est le principal sucre dans le lait. Quand on fabrique des produits laitiers, comme des yaourts ou du fromage, on introduit des bactéries (lactobacilles) qui se nourrissent du lactose.

C’est pourquoi plus un fromage est vieux et fermenté, moins il contient de lactose. Le lactose a été mangé par les bactéries !

Théoriquement, les bactéries qui servent à fabriquer le fromage et le yaourt pourraient manger tout le lactose. Les personnes intolérantes au lactose pourraient donc en consommer sans crainte.

En réalité, les bactéries ne parviennent jamais à faire disparaitre entièrement le lactose. Les produits laitiers étiquetés sans lactose en contiennent malgré tout jusqu’à 0,1 %.

Le but de ce message est de vous aider à comprendre quelles sont les sources de lactose dans l’alimentation, afin d’en diminuer votre consommation si vous êtes hypersensible ou intolérant au lactose.

Les fromages industriels et les fromages frais contiennent le plus de lactose
Des fromages comme le Kiri, le Caprice des Dieux, le Boursin, le Tartare, le Carré Frais, le Philadelphia sont particulièrement mis en avant dans le marketing de l’industrie agro-alimentaire.

Ce sont eux que vous voyez le plus souvent à la télévision, dans la publicité, et qui sont mis en avant dans des emballages chatoyants qui attirent l’œil dans les rayons des supermarchés.

La raison est simple.
Ces fromages sont fabriqués en quelques heures et ne font l’objet d’aucun affinage (ou à peine quelques jours). Cette opération est rapide et rentable pour le fabricant puisqu’elle supprime la lente maturation nécessaire à la fabrication d’un véritable fromage traditionnel.

Ce n’est pas un hasard non plus si ces fromages n’ont aucun goût. Ce sont les bactéries et micro-organismes qui se développent sur les fromages qui leur donnent leur saveur si recherchée et appréciable.

Et vous l’aurez deviné : les bactéries n’ayant pas eu le temps de faire leur travail, ces fromages sont les plus riches en lactose. Ils en contiennent 4 %, soit presque autant que le lait entier sorti du pis de la vache [1]. Ils sont donc les plus néfastes pour les personnes sensibles au lactose.

Si vous me demandez mon avis, je vous dirai que ces fromages n’en méritent pas le nom. Vous constaterez d’ailleurs qu’ils sont de plus en plus souvent présentés sous le nom de « spécialité laitière », ou « spécialité fromagère »… les autorités sont elles-mêmes conscientes de la supercherie et interdisent aux producteurs d’utiliser le nom de « fromage », qui induirait le consommateur en erreur.

Toutefois, plusieurs fromages bien traditionnels comme la mozzarella, la ricotta, le cottage cheese, ou autres fromages frais d’Europe centrale, contiennent eux aussi beaucoup de lactose. Eux aussi ont été peu transformés par les bactéries.

La règle pour les reconnaître
La règle pour reconnaître un fromage pauvre en lactose est donc très simple :

Plus il est dur, plus son goût est puissant, plus il est vieux, moins il contient de lactose.

Ainsi un parmesan de 30 mois, dur comme la pierre et que vous ne pouvez attaquer qu’avec une râpe bien affutée, contient moins de lactose qu’un parmesan jeune et tendre.

D’autres, comme le Roquefort et les vieux fromages de chèvre, ne contiennent que 2 % de lactose. C’est pourquoi ils sont souvent recommandés aux personnes intolérantes au lactose. À noter que le fait que les laits de brebis ou de chèvre sont pauvres en lactose est une légende urbaine. Ils en contiennent pratiquement autant que le lait de vache.

La Vache Qui Rit : un cas à part
La Vache Qui Rit n’est pas un fromage frais. C’est un fromage fondu fabriqué à partir de fromages qui ont eu le temps de maturer. Malgré son apparence (et le marketing qui l’accompagne), c’est donc bien un véritable fromage qui contient un peu moins de lactose que les « spécialités fromagères » citées plus haut.

Vous remarquerez d’ailleurs que la Vache qui Rit a un goût beaucoup plus fort que les « spécialités fromagères ».

Faite à partir de fromages jeunes, elle reste toutefois assez riche en lactose pour être déconseillée aux personnes qui y intolérantes.

Pourquoi certains sont-ils intolérants au lactose ?
Le corps des nouveau-nés produit une enzyme, la lactase, pour digérer le lactose du lait maternel. C’est pourquoi les tout-petits enfants digèrent bien le lait…

Mais après le sevrage, vers 3-4 ans, notre corps cesse sa production de lactase. Cette enzyme devenait autrefois inutile à l’homme qui, comme les autres mammifères, arrêtait entièrement de boire du lait en grandissant.

D’ailleurs aucun animal dans la nature, hormis l’homme, ne continue à consommer du lait à l’âge adulte [2] et encore moins le lait d’une autre espèce animale que la sienne – vache, brebis, chèvre, jument.

Seules quelques peuplades continuent à produire suffisamment de lactase à l’âge adulte pour digérer le lactose. C’est le cas des Européens du Nord, comme les Scandinaves. Mais au fond c’est une anomalie, un fruit de l’évolution.

Cela explique qu’en Europe, une personne sur quatre est fortement intolérante au lactose, souvent sans le savoir. En Asie, c’est pratiquement toute la population qui digère mal le lactose. Dans le monde, trois personnes sur quatre sont intolérantes au lactose.

Mais au fond, tous les adultes sont intolérants au lactose dans une certaine mesure.

Si vous mangiez 2 cuillerées à soupe de pur lactose, votre estomac le supporterait mal, qui que vous soyez.

Toutefois, il n’existe pas de règle générale qui s’applique à toutes les personnes intolérantes au lactose. Chacun a son propre seuil de tolérance…

Risques associés à la consommation de produits laitiers
On soupçonne que la consommation de produits laitiers acidifie l’organisme et entraîne des inflammations à bas bruit qui débouchent sur un risque augmenté de :
Cancer de la prostate
Maladies cardiaques
Dépression…
… en plus de l’ostéoporose et des autres maladies du squelette.

Scott Rankin, professeur de nutrition à l’université de Wisconsin-Madison, conseille donc de privilégier les fromages vieux et en quantité modérée [3]. Il semblerait qu’une consommation de tels formages permette, même aux personnes intolérantes au lactose, de se réhabituer progressivement et de pouvoir augmenter, à terme, leur consommation de produits laitiers.

Ce n’est pas forcément un but en soi, mais c’est tout de même utile de le savoir si vous aimez beaucoup le fromage.

Bien à vous,

Eric Müller

PS : Je vous donne ci-dessous un tableau qui précise la quantité de lactose dans plusieurs produits laitiers courants. Toutefois, n’oubliez pas que la règle est simple : plus un fromage est vieux et transformé par les bactéries, moins il contient de lactose.

Les pourcentages indiqués sont les valeurs hautes [4]. Selon les producteurs, deux fromages de même appellation ne contiendront pas toujours la même quantité de lactose.

Petit-lait 75 %
Opercule de crème à café 55 %
Lait en poudre 52 %
Lait concentré (sucré) 16 %
Yaourt écrémé 7 %
Lait entier et écrémé (vache, chèvre, brebis), ricotta 5 %
Yaourt entier, babeurre (buttermilk) 4 %
Mozzarella, fromage frais, cottage cheese, fromage à râper (jeune) 3 %
Beurre, camembert, brie, parmesan (jeune), gruyère (jeune), gouda (jeune) 1 %
Féta 0,5 %
Parmesan (vieux), gruyère (vieux), gouda (vieux), fromage de brebis (vieux), fromage de chèvre (vieux)
0,1 %

Sources :
[1] Tableaux d’aliments: lactose
http://foodintolerances.org/fr/teneur-des-aliments-en-lactose/

[2] Are humans the only animal to drink milk from other species?
https://www.thenakedscientists.com/articles/questions/are-humans-only-animal-drink-milk-other-species

[3] Why Can Lactose-Intolerant People Eat Some Cheeses and Not Others?
https://www.chowhound.com/food-news/53922/why-can-lactose-intolerant-people-eat-some-cheeses-and-not-others/

[4] Tableaux d’aliments: lactosehttp://foodintolerances.org/fr/teneur-des-aliments-en-lactose/

Découvrez en plus et commentaires d'internautes ici :
https://www.neo-nutrition.net/comment-eviter-le-lactose-dans-les-produits-laitiers/#7BQx0ss9Wtus7FMq.99



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L'éditeur n'est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L'éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s'interdit formellement d'entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Néo-nutrition est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France




Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le lait vache fumisterie ou produit formidable    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le lait vache fumisterie ou produit formidable
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La vache qui rit
» Arnaque en tout genre sur les objets en rapport avec Mike ou ne soyons plus "vache à lait"
» Un peu de pub pour un produit bien utile
» Bruce Dickinson:" les fans ne sont pas des vaches à lait"
» croissants et café au lait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: SANTE- DIETETIQUE- HYGIENE- BEAUTE- :: Dossiers pour réfléchir à notre manière de vivre et se nourrir-
Sauter vers: