Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le lait vache fumisterie ou produit formidable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Le lait vache fumisterie ou produit formidable    Lun 19 Déc 2016 - 22:15

Comprendre le régime

source http://www.seignalet.fr/index.php/le-regime-seignalet/comprendre-le-regime-seignalet/les-principes-du-regime
Citation :
La méthode Seignalet
Mis au point en 1985, le regime Seignalet est d'abord un régime santé qui vise à soigner.  Il est totalement équilibré et ne comporte aucun danger. Il prône une alimentation diversifiée et la plus proche possible de celle de nos ancètres cueilleurs-chasseurs. C'est pourquoi on le nomme parfois régime ancestral.

La méthode de Jean Seignalet tient aussi  compte de la forme moléculaire des aliments, de leur qualité, et pas seulement de leur quantité comme dans la diététique classique.

Les aliments que nous consommons ont subi de nombreuses transformations moléculaires. Certains de ces aliments, classiquement considérés comme "sains", sont devenus totalement indigestes pour certains d'entre nous, en particulier:  De nombreuses céréales (dont le blé et le maïs)- Les laitages animaux (sous toutes leurs formes) - et les cuissons excessives (en particulier des graisses et des protéines animales).

La méthode est donc "sans gluten et sans caséine" et préconise du frais, du cru, et  des cuissons douces. Elle est totalement diversifiée et équilbrée. On la qualifie aussi de " hypotoxique",  car elle exclut des aliments "toxiques" à long terme pour certains.

Ce qui fait le succés de cette méthode , c'est son efficacité. Les résultats de la méthode se font sentir sur les  petits maux mais aussi sur de nombreuses maladies chroniques. (voir rubrique Efficacité du régime). Le délai d'action varie de 1 mois à 1 an, mais la plupart des gens ressentent des effets rapidement. Par exemple,  ils digèrent mieux, se reveillent reposés, et  ont un meilleur moral. Pour ceux qui ont beaucoup de toxines accumulées, une période temporaire d'aggravation  des  symptomes correspond à une phase d'élimination des toxines. Quand cette élimination est terminée, les bénéfices de la méthode sont ressentis.

Résultats et effets
Les patients du Dr Seignalet totalisent à eux tous plus de 115 maladies.

Parmi elles, 91 ont réagi favorablement au régime, ce qui représente un espoir pour de nombreux malades. Ces patients ont appliqué strictement la nutrition Seignalet et les effets ont été perceptibles au bout d'une durée variable. Les premiers effets du changement nutritionnel se font sentir de manière très variable, de quelques mois à 2 ans.

Voici les tableaux récapitulant, pour chaque maladies, les résultats obtenus sur plus de 2500 patients. De nombreuses autres personnes pratiquent aujourd'hui cette nutrition et vous pourrez constater, en surfant sur le web, que beaucoup de ceux qui l'ont essayée sont satisfaits.

Tableau 1 - Résultats du régime dans les maladies auto-immunes
Tableau 2 - Résultats du régime dans les maladies d'élimination
Tableau 3 - Résultats du régime dans les maladies d'encrassage

Les effets
Le Dr Seignalet a suivi gracieusement pendant presque 20 ans, plus de 2500 patients atteints de maladies parfois dites incurables. Parmi eux, 2250 se sont trouvés améliorés par sa méthode nutritionnelle.
« Pour les maladies où j'ai pu rassembler plus de 15 sujets, la fréquence des succés thérapeutiques paraît indubitable. C'est le cas pour la polyarthrite rhumatoîde, la spondylarthrite ankylosante, le syndrome de Gougerot-Sjogren, l'hypercholesterolémie, la colopathie fonctionnelle, les infections ORL à répétition chez l'enfant et l'acné. Pour les autres maladies ou peu de personnes ont été testées, il semble a priori raisonnable d'être plus réservé et d'attendre de disposer d'un nombre plus grand de patients et d'un recul important avant de prendre une position définitive. »

Les succés thérapeutiques, lorsqu'ils sont obtenus, sont francs. Il faut parler de rémissions et non de guérisons car l'abandon de la diététique est, en règle générale, suivie d'une rechute après quelques semaines ou quelques mois.
Quand le régime est efficace, une période d'élimination pouvant durer de quelques semaines à quelques mois, se manisfeste par différents désagréments qui correspondent à la sortie des molecules nocives de l'organisme: maux de tête, aphtes, diarrhée, amaigrissement... Cette période désagréable est passagère et aussi encourageante puisqu'elle correspond à la première phase de la thérapie: se débarasser des molécules qui encombrent l'organisme. Il faut cependant être vigileant, pour les personnes fragiles et affaiblies, à ne pas maigrir trop rapidement. Il convient alors d'arréter un temps la diététique et de la reprendre progressivement.
Le succés thérapeutique de la diététique permet souvent d'éliminer une grande part des médicaments. Cependant ceux -ci n'empêchent pas l'efficacité de la méthode, et ils seront éliminés progressivement, avec l' accord du medecin traitant, en cas d'amélioration de l'état de santé.

Ces patients ainsi que de nombreuses personnes qui ont pu constater par elles-mêmes ou sur leur patients, les effets positifs de cette diététique, sont aujourd'hui, les meilleurs communicants de la nutrition Seignalet.

La classification des maladies
La classification du Dr Seignalet différencie 3 mécanismes physiopathologiques, certaines maladies complexes pouvant cumuler plusieurs de ces processus.

La méthode hypotoxique découle de ce raisonnement scientifique. Il  explique, étapes après étapes, pourquoi, au niveau  microscopique, une alimentation mal choisie peut nuire à un certain nombre de personnes (prédisposition génétique), en particulier ceux qui subissent une maladie chronique.

Le premier de ces mécanismes, celui sur les maladies auto immunes,  prend en compte le fonctionnement des molécules HLA dont Jean Seignalet était un des grands spécialistes mondiaux. Ces molécules contribuent à la défense de l'organisme. Pour lui, les prendre en compte permet d'expliquer le dérèglement immunitaire de nombreux cas de maladies auto immunes.

La théorie de l'encrassage et la théorie de l'élimination découlent de cette première hypothèse tout en s'en différenciant: La méthode alimentaire connait aussi un grand succés dans ces pathologies,  le régime alimentaire est le même pour les 3 types de maladies, et la cause est une hyperperméabilité de l'intestin grêle. Mais les acteurs de ces mécanismes diffèrent et l'enchainement des évènements conduit à des pathologies dont l'expression est de 2 types:

les molécules nocives qui "divaguent", encombrent les cellules, gènent leur communication et peuvent même "pénétrer" dans les cellules. C'est ce qu'on appelle les maladies d'encrassage.
L'organisme tente d'éliminer les déchets qui ont pénétré dans l'organisme, en les "expulsant" par un des émonctoires (filtres) de l'organisme. Ce sont les maladies d'élimination.

Les maladies auto immunes
  "Je considère que les maladies auto-immunes vraies, comme on les définit classiquement, sont rares et ne forment qu’une petite minorité. Je place dans ce groupe le PTI et peut-être la myasthénie. Le régime alimentaire originel est ici impuissant et le seul recours reste les médicaments.

L’immense majorité de ces maladies sont en fait xénoimmunes. Elles correspondent à une réponse immunitaire normale, suivie d’une réponse inflammatoire normale, contre des tissus certes initialement sains, mais qui hébergent un hôte indésirable constitué par un peptide antigénique venu de l’environnement."

Les maladies d'encrassage
    " En 1991, une réflexion sur les déchets d'origine intestinale que j'incrimine dans le développement de nombreuses affections, m'a conduit à distinguer les peptides et les protéines pouvant générer un désordre auto immun, et les autres substances incapables de provoquer une réponse immunitaire et pourtant nocives quand elles se déposent dans les tissus. L'encombrement progressif du milieu extra cellulaire, des membranes plasmatiques et du milieu intra cellulaire finit par perturber le fonctionement de certaines cellules."

Les maladies d'élimination
"Les globules blancs, qui ont pour fonction classique de lutter contre les agresseurs du corps humain, en particulier les bactéries et les virus, ont probablement une autre mission en plus de la lutte contre les germes. Ils ont aussi vraisemblablement une fonction "d'éboueur", chargés d'épurer l'organisme des déchets indésirables"

source http://www.seignalet.fr/index.php/le-regime-seignalet/comprendre-le-regime-seignalet/l-hypothese-scientifique
L'hypothèse scientifique

Chercher la cause
La démarche de Jean Seignalet a pour ambitieux objectif de s'attaquer aux causes des maladies chroniques plus qu'à leur expression symptomatique. A la question "Pourquoi je suis malade ", les réponses tournent souvent autour  des symptômes : "Tel mécanisme ne fonctionne plus correctement" ou encore autour de la génétique:  "L'origine est héréditaire", ce qui sous entend qu'il n'y a rien a faire. Ces 2 affirmations sont réelles mais insuffisantes. Elles expriment l'incapacité de la médecine actuelle à répondre à la question essentielle: "Pourquoi mon organisme se met-il soudainement à dysfonctionner après des années de bons et loyaux services?".

Si la réponse était essentiellement dans la génétique, la maladie se déclencherait dés la naissance. Le terrain héréditaire est un facteur important puisqu'il détermine la suceptibilité de contracter telle ou telle maladie, mais les autres facteurs agissant sont nécessairement d'origine environnementale.

Il existe de nombreux facteurs environnementaux qui peuvent agir sur la santé (pollutions en tout genre, tabac, stress...) mais Jean Seignalet place l'alimentation moderne au centre de ses hypothèses de pathogénies. Il est le premier à proposer un mécanisme complet de la maladie chronique (91 maladies) allant de l'assiette aux premiers symptômes. Il s'appuie sur  les découvertes les plus récentes dans le domaine de la biologie,  de la génétique et de la l'immunologie dont il était un des plus grands spécialistes mondiaux.

Ses hypothèses scientifiques ne doivent pas être loin de la réalité car  sa méthode alimentaire  est très efficace.  Aucun médicament et aucune thérapeutique n'a réussi jusqu'a présent à endiguer le développement de ces maladies. Sur un panel de plusieurs centaines de personnes , une seule rémission, pour  une seule des maladies incurable qu'il traite, est déjà un tour de force. Les succés de sa thérapie, même si il existe des échecs sur des maladies pourtant réactives au régime hypotoxique, est bien supérieur à une simple réussite isolée et ponctuelle. L'efficacité de sa méthode est même bien supérieure aux résultats obtenus par la médecine conventionnelle sur un grand nombre de maladie. Elle est aussi aisément vérifiable et sans danger, compatible avec les traitements allopathiques comme avec la médecine alternative.

Hypothèse scientifique
Les 3 types de mécanismes des maladies chroniques que Jean Seignalet a découverts , font appel au fonctionnement  de l'intestin grêle, (hyper perméabilité de l'intestin) et des enzymes. Le stress a aussi son rôle a jouer. Voici, en quelques lignes les fondamentaux de ses théories. La vulgarisation d'hypothèses  complexes, comporte nécessairement des approximations.

Alimentation moderne et enzymes
La plupart des réactions chimiques dans notre corps dépend de 1500 enzymes dont nous disposons. Elles ont chacunes une forme et une fonction spécifique. Pour Jean Seignalet, le répertoire enzymatique de chaque individu est variable, inégal même.    Chez certaines  personnes génétiquement prédisposées , les enzymes  n'ont aucune chance de s'adapter à des molécules « contre nature ». Celles ci perdurent donc dans l'intestin grêle, entrainent une flore intestinale de putréfaction et fragilisent la paroi de ce qu'on appelle justement, "la barrière intestinale".  
Les enzymes humaines étaient bien adaptées à l'alimentation ancestrale naturelle, constituée de produits bruts. Nos ancètres l'ont d'ailleurs pratiquée pendant des millions d'années. L'alimentation moderne, instaurée depuis la sédentarisation et l'avènement de l'agriculture, a connu au 20° siècle plus de changements que ces 5000 dernières années. La proportion de substances "incassables" par les enzymes lors de la digestion s'est multipliée. Pour rétablir un intestin grêle sain, il est donc logique de revenir a une alimentation proche de celle de nos ancètres, en excluant,  à l'appui d'un raisonnement scientifique solide, les aliments potentiellement nuisibles.

    L'intestin grêle et hyperperméabilité
Pour que les agents venus de l'exterieur excercent leur action nocive, ils doivent pénétrer à l'intérieur de l'organisme humain. Or ils ne peuvent difficilement traverser  la peau, ou  la plupart des muqueuses, qui sont constituées de plusieurs couches de cellules et sont trop étanches.
Seules deux muqueuses apparaissent fragiles, parce que leur surface est très étendue et leur épaisseur très faible. Ce sont celles des alvéoles pulmonaires et de l'intestin grêle. La majorité des molécules nocives pénétre la muqueuse du grêle et une minorité pénétre par l'épithélium des alvéoles pulmonaires. Rappelons que la muqueuse du grêle a une superficie de 100 mètres carrés et une épaisseur de 1/40 de milimètre,correspondant à une seule couche de cellules.
La muqueuse de l'intestin grêle a ainsi une influence majeure sur notre santé. Selon que cette barrière aura conservé son étanchéité ou non, des molécules dangereuses passeront ou non dans notre circulation sanguine.
En effet, la muqueuse du grêle sert de barrière entre le milieu interieur de l'organisme humain et de dangereux facteurs de l'environnement, bactéries et mais aussi, pour Jean Seignalet, des aliments dénaturés
Chez certains individus, la barrière joue mal son rôle et se laisse traverser par trop de macromolecules. La muqueuse est transformée en passoire, à travers laquelle vont entrer dans la circulation générale des molécules dangereuses :
- des molécules bactériennes : peptides, ADN, lipopolysaccharides, polyamines,
- des molécules alimentaires : peptides, proteines, lipides, glucides, polyamines, composés de Maillard crées par la cuisson.

La composition de ces molécules est variable d'un sujet à l'autre, car elle dépend de la flore intestinale, du mode de nutrition et des enzymes qui coupent les protéines, les lipides et les glucides à des endroits différents. Selon leur structure, ces molécules auront une affinité, pour tel ou tel type de cellule ou de tissu de notre corps et chez certaines personnes, elles vont provoquer des maladies.

Le facteur stress
Les stress viennent aggraver l'hyper perméabilité du grêle, en provoquant la sécrétion d'interféron gamma. Ce médiateur se fixe sur les cellules de la muqueuse intestinale et les écarte les unes des autres. Les stress interviennent souvent dans le déclenchement de la poussée initiale et des poussées ultérieures de diverses affections observées par le Dr Seignalet.

Un des principaux mécanisme est donc le suivant: En cas de stress, les neurones libèrent des neuropeptides. Ces messagers vont activer des cellules productrices d'interféron gamma. Ce médiateur va se fixer sur la membrane des entérocytes et les écarte les uns des autres, laissant entrer ainsi dans l'organisme une quantité beaucoup plus importante de « déchets », ce qui provoque la poussée.

source http://www.seignalet.fr/index.php/le-regime-seignalet/comprendre-le-regime-seignalet/questions-les-plus-frequemment-posees
Les Questions les plus fréquemment posées
Le docteur Seignalet apporte des réponses aux questions les plus fréquentes concernant son régime.

1) La suppression des laits animaux n'entraîne-t-elle pas une carence en calcium et, par suite, une ostéoporose ?
Ces deux problèmes obsèdent beaucoup de gens, car la télévision, les journaux et la plupart des médecins répètent que la solidité des os dépend de leur teneur en calcium et seule la consommation journalière de produits laitiers peut leur apporter en quantité suffisante ce précieux calcium. Et pourtant, je dis fermement non à ces deux propositions. L'ostéoporose ne correspond pas à des os fragilisés par le manque de calcium, mais à une perturbation du remodelage osseux. Tout au long de notre vie, le tissu osseux se renouvelle. Il est détruit par des ostéoclastes et il est reconstruit par des ostéoblastes. A l'état normal, la destruction et la formation osseuse sont exactement équilibrées. Chez certains sujets, en particulier une importante fraction de femmes ménopausées, la destruction devient plus forte que la formation. Peut être que les ostéoblastes encrassés diminuent leur activité, peut être que les ostéoclastes, stimulés par la présence de molécules "déchets" dans le tissu osseux, augmente leur activité, ou même à cause des deux facteurs réunis. Dans l'ostéoporose, ce n'est pas le calcium qui disparaît mais l'ensemble de l'os.
C'est pourquoi l'administration de fortes doses de calcium, contrairement à une opinion très répandue, n'est pas capable de renverser l'ostéoporose. Le calcium ne peut pas se fixer sur une trame protéique qui n'existe plus. Les seules médications qui ont démontré un effet bénéfique sont les oestrogènes et les biphosphonates qui sont des inhibiteurs des ostéoclastes.

Par contre, le régime alimentaire hypotoxique, dépourvu de produits laitiers, accompagné de magnésium et de silice, bloque 70 fois sur 100 l'évolution de l'ostéoporose et permet même parfois de regagner une partie du terrain perdu.
Sans doute parce que ce mode nutritionnel décrasse les ostéoblastes, meneurs de jeu dans le remodelage osseux. Pour rassurer encore les réticents, rappelons que l'ostéoporose épargne les animaux sauvages, pourtant sevrés de lait dès leur enfance. Le changement nutritionnel diminue plutôt qu'il n'augmente le risque d'ostéoporose.

Le danger de manquer de calcium est également illusoire. Certes le lait de vache est très riche en calcium. Mais dans le tube digestif humain, l'immense majorité de ce calcium est précipité sous forme de phosphate de calcium et rejeté dans les selles. Seule une petite partie est absorbée. Du calcium assimilable est apporté en quantité largement suffisante par les végétaux : légumes secs, légumes verts, crudités, fruits secs et fruits frais. Le calcium est un minéral très abondant dans le sol où il est récupéré par les racines des plantes.
Finalement l'exclusion des laits animaux ne provoque aucune carence calcique et Fradin (1991) l'a constaté tout comme moi

2) Quel est le délai d'action du changement nutritionnel ?
Le temps à attendre avant d'enregistrer les premiers bénéfices nets est variable selon les cas. Tel sujet sera déjà amélioré au bout de 15 jours, alors que tel autre devra patienter 2 ans.
C'est pourquoi le régime originel doit être essayé pendant au moins 2 ans. Cependant, chez 90 % des individus, les effets favorables se font sentir rapidement, dès les 3 premiers mois.

3) En dehors de ses actions préventives et curative, le régime originel a-t-il des effets secondaires à court et à moyen terme ?

La grande majorité des volontaires tolèrent allègrement le changement nutritionnel. Chez une petite minorité peuvent survenir une ou plusieurs des manifestations suivantes : Fatigabilité, Diarrhée modérée, Douleurs musculaires intermittentes, maux de tête inhabituels, Écoulement du nez, Pellicules du cuir chevelu.
Ces troubles mineurs traduisent des processus d'élimination. En mangeant "moderne", le patient a accumulé dans son corps de nombreux déchets. En mangeant "à l'ancienne", il s'en débarrasse. Ces phénomènes durent rarement plus de quelque semaines. A plus long terme, la plupart des sujets ressentent un bien être, avec l'impression d'un véritable nettoyage corporel et cérébral.

4) Quelles sont les conséquences des entorses au régime ?
Rappelons que ma méthode ne guérit pas les patients, mais les met en rémission. Cette rémission est analogue à une guérison, tant que les prescriptions diététiques sont correctement suivies. Mais l'organisme conserve son ou ses points faibles.
L'abandon du régime ancestral est suivi de rechute après un délai plus ou moins long. Les entorses sont plus ou moins bien supportées selon les sujets et selon les maladies.
Elles ont de façon générale des conséquences néfastes. Tel ou tel symptôme de la maladie réapparaît.

Ces sanctions constituent une sorte de garde fou qui remet le patient dans le bon chemin. Quand le régime est pratiqué à 90 %, les bénéfices tombent en moyenne à 50 %.

5) Quelles sont les causes des échecs ?
Si le régime ancestral obtient souvent des succès remarquables, il enregistre aussi des échecs complets. la proportion de non répondeurs varie selon les maladies. Elle va de 45 % dans la polyarthrite rhumatoïde de l'homme à 2% seulement dans l'asthme ou la maladie de Crohn. Il est impossible au départ de prévoir qui répondra et qui ne répondra pas au régime. Aucune thérapeutique ne guérit 100 % de patients dans une pathologie donnée.
La nutrithérapie ne fait pas exception à la règle.
Ceci n'est pas surprenant, car de nombreux paramètres interviennent dans la réussite ou la non réussite d'un traitement, chaque paramètre offrant des variations d'un individu à un autre.
Pour expliquer les échecs, je retiens trois hypothèses principales :
* Impossibilité de récupérer une muqueuse du grêle normale et étanche, sans doute la cause la plus fréquente.
* Régime insuffisamment prolongé, car l'élimination des molécules nocives peut demander plus de 2 ans.
* Certaines structures cérébrales rencontrées chez certains patients (rare), qui favoriseraient la sécrétion fréquente d'interféron gamma.

6) En mangeant souvent des variétés de boeuf cru, n'existe-t-il pas un risque de contracter la maladie de la vache folle?
La maladie de la vache folle, dont le nom scientifique est l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) a surtout sévi au Royaume Uni. Elle a entraîné au total 221 décès, (Dormont 2003), dont seulement 4 en France, sauf erreur de ma part. Ces 4 morts sont certes de trop, mais elles montrent que le risque de contracter l'ESB est très faible. La transmission du prion, agent causal probable de l'ESB, se fait difficilement entre le boeuf et l'homme. La barrière d'espèce est malaisée à franchir. D'autre part, les mesures mises en oeuvre pour éradiquer l'ESB ont porté leurs fruits.
Même si on ne peut encore l'affirmer définitivement, la maladie semble en cours d'extinction. A mon avis, la viande cuite ou grillée, en favorisant le cancer ou l'athérosclérose, est fortement impliquée dans la disparition de 300 000 français, chaque année. Il est donc bien préférable de manger la viande crue. D'ailleurs la cuisson du boeuf ne met pas toujours à l'abri du prion qui n'est détruit qu'à une température supérieure à 136°C, appliquée pendant 18 minutes.
Au total, le danger représenté par l'ESB en France, n'est pas absolument nul, mais il est infime.

7) La consommation répétée de viandes et de poissons crus n'augmente-t-elle pas fortement les risques de parasitoses ?
On trouve parfois des parasites dans la viande (taenia, trichine) et dans le poisson (anisakis), qui sont annihilès par une cuisson suffisamment forte et prolongée. On pourrait donc a priori s'attendre à des ennuis dans ce domaine chez les sujets pratiquant le régime hypotoxique. Or il n'en a rien été. Les rares cas de parasitoses que j'ai rencontrés concernaient des patients qui n'avaient pas encore commencé ma méthode et qui mangeaient "moderne".

Chez les 2500 personnes qui appliquent mes prescriptions diététiques, depuis 1 à 5 ans, aucun accident ne m'a été signalé. Tout se passe comme si l'amélioration des parois et du contenu du tube digestif par une nutrition logique rendait cet habitat insupportable pour les parasites.

Je prends cependant quelques précautions systématiquement contre la douve du foie et la trichine qui sont rares en France, mais dangereuses : pour la douve du foie, écarter tout cresson, pissenlit ou mâche d'origine sauvage, non contrôlés. Pour la trichine, n'acheter que des viandes de cheval et de porc de bonne qualité, chez un commerçant de confiance.

8) Si les laits animaux et les céréales mutées sont dangereux, comment nourrir les enfants ?
Les bébés devraient être allaités par leur mère jusqu'à l'age de 6 mois, ou mieux, de un an. A partir de 6 mois, introduire progressivement une alimentation analogue à celle de l'adulte, avec les adaptations nécessaires (mixage, laits végétaux comme l'amande et le soja).
Les enfants ainsi nourris sont moins gras que les autres, mais toniques. Ils résistent beaucoup mieux aux infections ORL, si répandues dans les crèches et les écoles.
Leur intelligence est souvent bonne (Anderson et coll. 1999), car les gynolactoses et l'acide gammalinolénique, présents dans le lait de femme mais absents dans le lait de vache, favorisent un bon développement cérébral

9) Sur le plan thérapeutique, le régime hypotoxique est-il aussi efficace chez l'enfant que chez l'adulte ?
Les maladies d'encrassage étant, à de rares exceptions près, l'apanage de l'adulte, la comparaison se limite aux deux grands cadres pathologiques : pour les maladies d'élimination, la proportion de succès reste identique, quel que soit l'âge. Pour les maladies auto-immunes, les chances de guérison sont nettement abaissées chez l'enfant. On passe d'une moyenne de 85 % chez l'adulte à environ 50 % chez l'enfant. Une affection auto-immune à début infantile aura donc un pronostic réservé

10) Le régime originel est il compatible avec une vie sociale ?
Cette question se pose à plusieurs niveaux :
a) A l'intérieur de la famille, il est évident que la situation est facilitée pour le patient lorsque les autres membres de la famille adoptent sa façon de manger, ou du moins l'encouragent dans sa démarche. Les choses sont plus compliquées en cas d'hostilité des proches, parfois du médecin de famille, à la méthode nutritionnelle. Il faut pourtant tenir le cap.

b) Pour les repas au restaurant, les difficultés sont variables selon les établissements.
En général, les nombreux choix proposés pour les hors d'oeuvre, les entrées, le plat principal et les desserts, permettent d'être en accord avec la diététique. Dans les cantines, les options sont plus réduites. Il convient de consommer seulement les produits autorisés. Pour compléter le menu, on peut amener de son domicile charcuteries crues, fruits fraits et secs, chocolat noir.

c) Pour les invitations chez des amis, il faut prévenir ses hôtes afin qu'ils excluent les produits laitiers et les céréales mutées. On négligera la cuisson s'il s'agit d'une seule soirée dans un mois. Il n'y a aucune honte à expliquer à ses amis les règles de cette alimentation logique, pratiquée par de plus en plus de gens et qu'eux mêmes adopteront peut être un jour.

d) Sur le plan gustatif, le régime hypotoxique est parfaitement compatible avec la haute gastronomie. Les seuls produits à regretter pour le gourmet sont, il est vrai, les fromages.

11) Le régime ancestral fait il systématiquement maigrir et si oui, dans quelles proportions ?
L'impact du changement nutritionnel sur le poids varie selon les personnes. Selon mon expérience : 2 % grossissent, 20 % restent maigres, et 78 % maigrissent.
Dans la grande majorité des cas, l'amaigrissement n'est pas inquiétant. Il fait souvent disparaître des kilos superflus. Il est assez lent, au rythme d'1 à 2 kilos par mois. Lorsque 6 ou 7 kilos ont été perdus, le poids se stabilise et va même souvent remonter doucement à plus long terme.
Une fois sur 100, l'amaigrissement est sévère. Touchant des individus souvent pas très gros au départ. Il est trop rapide et trop marqué. Il convient d'arrêter la diététique pendant quelques semaines, puis de la reprendre en procédant par étapes : d'abord exclusion des laits animaux, puis des céréales mutées, enfin des substances trop cuites.





Dernière édition par Libellule le Lun 19 Déc 2016 - 22:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Le lait vache fumisterie ou produit formidable    Lun 19 Déc 2016 - 22:15

Pratiquer le régime

Citation :
source http://www.seignalet.fr/index.php/le-regime-seignalet/pratiquer-le-regime/les-grands-principes
Les grands principes
Régime hypotoxique, détox, ancestral, originel et même paléo sont les termes utilisés indistinctement  pour qualifier ce mode alimentaire.  Fondé sur un raisonnement scientifique mais aussi sur une étude clinique auprès de 2500 personnes, le choix des aliments du régime Seignalet s'appuie a la fois sur la recherche fondamentale et sur la recherche clinique. L'objectif est de imiter la porosité de l'intestin grêle (hyper perméabilité)..

Le régime quotidien exclut totalement
1.Tous les laits animaux (vache, chèvre, brebis) et de leurs dérivés : beurre, fromage, crème, yaourt, glace...        

Aucun animal a l'état sauvage ne consomme naturellement le lait d'une autre espèce.  Les laits animaux sont très différents du lait maternel humain, leur stucture moléculaire est, d'après Jean Seignalet, inadaptée aux enzymes digestives de nombreuses personnes.

2. Les céréales mutées ou indigestes (blé, maïs, seigle, orge, avoine, kamut, épeautre, petit épeautre, millet...).

Par contre,la consommation des céréales non mutées (riz, sarrasin, sésame) est autorisée.

Ces céréales ont subies de nombreuses mutations génétiques en 5000 ans et la structure moléculaire  est  très différente de la celle de la céréale initiale. Le blé par exemple est passé de 7 à 21 paires de chromosomes; le maïs initial mesure 7 cm, aujourd'hui les plants peuvent atteindre 6 mètres. Certaines céréales, comme le petit épeautre et le millet, se sont elles avérées nocives à de nombreux patients.

Ce premier principe d'exclusion est essentiel et il peut même suffir dans certains cas. Il doit être cependant respecter scrupuleusement. La réintroduction de ces aliments est envisageable quand l'amélioration de la santé est obtenue. Il devient alors facile de juger sa propre sensibilité à ces aliments: Si les symptomes indésirables reviennent, c'est que l'aliment n'est pas adapté au terrain génétique de la personne.  
Consommez des produits soit crus, soit cuits à une température inférieure à 110°C.

Ce deuxième principe est suivi de manière variable d'un individu à l'autre. Certains livres ou certains blogs "Seignalet" préconisent  des recettes avec des cuissons longues, vives, et même parfois des fritures. Leurs auteurs communiquent leur propre expérience du régime. Ils tolèrent bien ces cuissons, ce qui n'est pas le cas de tous.
Le répertoire enzymatique étant variable d'un individu à l'autre, certaines personnes sont très sensibles à la cuisson  en raison des modifications moléculaires engendrées par la chaleur qui rend indigestes , en particulier, les lipides, et les protéines animales. La cuisson excessive des huiles, des viandes, du jaune d'oeuf et des oléagineux peut être une entrave à l'efficacité du régime. Il convient donc de limiter la cuissson ou de les consommer crus jusqu'à l'obtention d'une amélioration. Une réintroduction est alors envisageable  pour juger de leur impact sur sa propre santé.

Enfin, une part quotidienne d'aliments doit etre consommée crue pour conserver la quantité   de vitamines et de minéraux (notamment le calcium) qu'ils contiennent et optimiser l'apport nutritionnel (fruits et crudités).

Consommez  quotidiennement des huiles vierges crues, extraites à froid.
Pour répondre aux différentes besoin de l'organisme, diversifier la consommation des huiles est important: l' huile d'olive, d'onagre (ou bourrache) et de noix crues (soja ou colza) apportent l'ensemble des acides gras nécessaires. Pour la cuisson des huiles quand elle est nécessaire, optez pour l'huile d'olive et l'huile d'arachide qui résistent mieux à la chaleur.
Autres conseils:

Consommez de préférence du sel et des sucres complets, même si la consommation de sucre raffiné n'est pas un obstacle à l'efficacité du régime.  
Ayez une préférence pour les aliments biologiques qui contiennent moins de produits toxiques de type pesticides.
Enfin une supplémentation en vitamines et en minéraux à doses physiologiques en proportions harmonieuses, est recommandée. C'est un utile adjuvant car les modes de production actuels fournissent souvent des aliments poussés trop vite, moins riches en nutri aliments.
De nombreuses autres recommandations diététiques existent, certainement justifiées, comme consommer les fruits en dehors des repas par exemple, ou l'exclusion totale des sucres blancs. Vous pouvez integrer ces notions à votre pratique mais le régime Seignalet reste efficace tel qu'il est.

Pour qu'il soit efficace, ces autres recommandations ne sont pas nécessaires même si elles peuvent constituer un "plus " dans le régime quotidien.

source http://www.seignalet.fr/index.php/le-regime-seignalet/pratiquer-le-regime/conseils-pratiques
Conseils pratiques
Manger autrement
Apprendre à manger autrement demande parfois un certain effort initial qui est de changer ses habitudes alimentaires.

La nutrition Seignalet permet aux gourmands et aux gourmets de ne pas se priver des plaisirs de la table à la maison ou au restaurant. Il ne s'agit pas non plus de manger tout froid, on peut chauffer (en dessous de 110°) les aliments, et vous verrez dans ces pages qu'il y a une grande diversité d'excellents aliments à manger tous les jours et de nombreuses recettes pour se régaler !

Nous abordons ici 3 des 6 principes fondamentaux de la méthode alimentaire. Vous trouverez tous les détails de cette méthode aux chapitres 6,7 et 32 du livre, 5° édition.
L'ensemble des principes de la nutrition Seignalet se trouve à notre rubrique principes et vous trouverez des livres de recettes dans notre rubrique livres de recettes.

La cuisson
La cuisson engendre un grand nombre de molécules complexes n'existant pas à l'état naturel (telles les molécules de Maillard). C'est pourquoi, la nutrition Seignalet exclut toutes les cuissons dangeureuses et demande la consommation d'un maximum de produits crus. Cependant la chaleur douce, inférieure à 110°C est autorisée, ce qui vous permet de pouvoir manger chaud et de préparer, avec un vitaliseur par exemple, des soupes, des poissons, des purées, des flans et même des gateaux...

Vous pouvez aussi pocher, cuire au bain marie, ou au four très doux. (Pour des meringues ou des macarons, par exemple)
Cependant, les viandes, elles , ne doivent pas être cuites du tout. Outre les carpaccios et tartares, il existe aussi des variétés de charcuteries crues (jambon cru, saucisson...) telles la figatelle qui embaume, dans l'assiette, en quelques minutes un bon plat de lentilles. Et rien ne vous empéche d'associer un carpaccio à un légume chaud !
Il est aussi très important de consommer des huiles vierges crues, et non des huiles raffinées. Ces huiles sont toutes interessantes du moment qu'elles sont consommées vierges et crues. L'huile d'olive, noix, noisette, soja, colza, onagre et bourrache par exemple... Quant aux légumineuses, laissez les tremper une nuit pour les cuire un miminum. On peut même les manger germées lorsqu'elles sont assez tendres.

Les légumes et les fruits quant à eux, sont délicieux en salade et il existe des centaines de préparations possibles. Quelques noix, noisettes ou graines de sesame les mettra à leur avantage. Quant aux citrons, à l'instar du vinaigre (balsamique ou pas), ils sont souvent utiles pour des « cuisson sans chaleur » de poissons, de legumes ou de fruits.
Vous verrez qu'il existe une grande variété de délices qui ne se cuisent pas ou peu !

Les céréales
La nutrition Seignalet exclut sous toutes leurs formes les céréales mutées telles que le blé, ( pain, gateaux, pâtes, pizza ...) le maïs, l'épeautre, le kamut, l'avoine, le seigle et l'orge et leurs dérivés . Nous ajoutons le  petit épeautre à notre liste car le Dr Seignalet émettait de sérieux doutes à l'égard de cette céréale. Dans la catégorie céréales, seuls le sarazin, le sésame et le riz peuvent être consommés. Mais la quinoa ou la chataigne par exemple, qui ne sont pas des céréales, présentent des alternatives intéressantes.
Les farines de sarazin, de pois chiche, de riz, de quinoa, de chataigne, la poudre d'amande ou de noisette, ainsi que la fécule de pomme de terre... peuvent être utilisés avantageusement dans les patisseries.

Pour vous passer du pain, vous pouvez faire des cakes au vitaliseur. Il existe des préparations sans blé (galettes de sarazin,...) qui peuvent remplacer le pain et qui, comme les galettes de riz vendues dans le commerce, sont autorisées mais non recommandées, en raison de leur cuisson à trop grande température. Il en est de même pour le riz soufflé. Il existe aussi des sortes de "cracottes" au sarazin qui sont une alternative interessante. Vous les trouverez en magazin bio sous le nom "Pain de fleurs".

N'hésitez pas à faire des plats contenant un aliment consistant du type riz, quinoa, pomme de terre, légumes secs (lentilles, pois chiches, haricots...) pour profiter de la saveur d'une sauce (crues ou faite à feux doux) ; ou encore , pour agrémenter une salade , des noisettes, des noix, ou des graines de sésame.
Les fruits (bananes, tranches de pomme, d'ananas...) ou les légumes (champignons de paris en lamelle, feuilles d'endives...) sont souvent des alternatives intéressantes à la tartine ou au toast. Les meringues, les macarons sont des gateaux cuits à feu très doux et tous les fruits secs sont délicieux en desserts (mendiants, pruneaux farcis à la pâte d'amandes...)

Le sirop de blé ainsi que l'amidon de mais qui ne contiennent pas ( officiellement) de protéines, sont autorisés dans la nutrition Seignalet. Cependant de nombreuses personnes coeliaques  tolèrent mal le sirop de blé,  certainement contient-il des traces de gluten auxquelles ces personnes, allergiques, réagissent. Soyez donc a l'écoute de votre intestin

Pas de laitages animaux !
Dans la nutrition Seignalet, il ne faut pas consommer de laits animaux :
Ni vache, ni brebis, ni chèvre...
En supprimant les laitages, ne vous rabattez pas sur une consommation effrénée de lait ou yaourts de soja. Diversifiez.
Il existe de nombreux laits végétaux et vous pouvez d'ailleurs les faire vous même (poudre d'amande, de noisette, de coco ...), c'est ainsi plus économique.
Essayez donc le lait de noisette avec du chocolat fondu pour les enfants ! Les desserts au soja sont de plus en plus variés et chaque marque a son goût particulier. Pensez aussi aux préparations aux fruits, telles la compote.
Pour la cuisine, il existe des crèmes au soja et au riz pour des liants crémeux et légers ainsi que de nombreux produits supplétifs. N'en abusez pas, équilibrez vos repas.
Pensez aussi à la crème de sésame (pour l'houmous par exemple) et à la crème d'amande (dans une soupe de lentilles par exemple) .
Ne prenez pas de margarine qui abonde en acide gras trans mais consommez des huiles crues aux saveurs variées et des « beurres » végétaux (cacahuette, caroube...). La graisse d'oie est aussi autorisée. Bien que plus chers à l'achat, ces produits se consomment en petites quantités.

Quelques conseils en plus!
Préférez les produits frais et de préférence biologiques,
Vérifiez toujours la composition des produits que vous consommez, c'est parfois surprenant !
Prenez un sucre complet et un bon sel non traité. Faciles à trouver dans le commerce, ils sont eux nourissants et bons au palais.
Vous pouvez congeler vos aliments sans problème.
Tous les alcools sont en principes autorisés sauf la bière qui provient d'une céréale. Préférez les alcools non cuits et consommez-les avec modération.
Les boissons chaudes, le thé et le café sans excés, ainsi que la chicorée, les tisanes, le chocolat...faites avec l'eau du robinet ou des eaux minérales
Si vous avez un doute reportez-vous au livre car il contient toutes les informations dont vous avez besoin. Chapitres 6-7 et 32 de la 5° édition.

Le régime Seignalet diffère du régime sans gluten proposé pour les maladies coeliaques :
Le sirop de blé est exclu du régime sans gluten mais admis dans le régime Seignalet.
Mais certaines céréales sans gluten, comme le millet, sont mutées et donc interdites dans le régime Seignalet.
De plus, les laitages animaux et leurs dérivés et les cuissons dangeureuses sont exclues du régime Seignalet, mais pas du régime sans gluten.

source http://www.seignalet.fr/index.php/le-regime-seignalet/pratiquer-le-regime/les-liens-utiles
Les Liens utiles sur le régime
Liens Scientifiques:

Des médecins et des scientifiques publient leur expérience et leur analyse sur le régime Seignalet.
http://jacquelinelagace.net/
http://www.docteur-michel-lallement.com
http://www.lanutrition.fr/
http://docteurpoinsignon.over-blog.fr
http://www.kousmine.fr/

Liens pratiques
Des conseils de santé, des astuces de cuisine, une communauté à votre écoute.

http://www.lappart-des-spasmos.fr/
http://masantenature.canalblog.com/
http://www.lafaimdesdelices.fr/
http://www.recettes-seignalet.com
http://www.biogourmand.info/
http://www.jemangemieux.com/
http://www.vitaregen.com/concept-vitaregen/
Internet est un vecteur formidable pour promouvoir les travaux marginalisés de Jean Seignalet auprès du grand public . Nombreux sont ceux qui y  participent, en consacrant du temps à travers leur site ou leur blog.C'est une mine d'infos et d'expériences partagées. N'hésitez pas à leur rendre visite.



Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Le lait vache fumisterie ou produit formidable    Lun 19 Déc 2016 - 22:20

Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Le lait vache fumisterie ou produit formidable    Mar 10 Jan 2017 - 20:03

Pour celles et ceux que ça intéresse, ce soir sur Arte il y a une soirée théma sur le sujet  
http://www.arte.tv/guide/fr
source http://www.arte.tv/guide/fr/062280-000-A/le-lait-mensonges-et-verites
COMMENT (RE)VOIR CE PROGRAMME
Le lait, ami ou poison ? Indispensables à une alimentation équilibrée et source de nombreux nutriments pour les uns, associés au développement de maladies pour les autres, les produits laitiers suscitent aujourd’hui une vive controverse. Enquête sur le lait et ses dérivés, sujet qui déchaîne aujourd'hui les passions.

Le lait est-il vraiment aussi sain que le prétendent ses défenseurs ? Depuis plusieurs années, le débat fait rage chez les nutritionnistes, les professionnels de la santé ou les industriels du secteur agroalimentaire. Indispensables à une alimentation équilibrée et source de nombreux nutriments pour les uns, associés au développement de maladies pour les autres, les produits laitiers suscitent aujourd’hui une vive controverse. L’industrie laitière, bien entendu, ne cesse de vanter leurs vertus et ils figurent au menu de tous les programmes de nutrition mais, parallèlement, ils sont de plus en plus critiqués.

Vertus ou dangers
Certains scientifiques et médecins s’appuient sur les résultats d’études récentes et sur le cas de patients pour démontrer que le lait joue un rôle dans l’apparition de nombreuses pathologies, telles que les allergies ou le diabète. Dans ce contexte, difficile pour le consommateur d’y voir clair. Le lait et ses dérivés peuvent-ils réellement rendre malade ou faut-il continuer de les consommer  régulièrement ? En Allemagne, en France et dans d’autres pays européens, ce documentaire part à la rencontre de scientifiques, médecins, producteurs et représentants du secteur laitier pour tenter d’apporter des réponses.

Le lait est-il aussi sain qu’on le prétend ?
http://www.arte.tv/guide/fr/055917-018-A/xenius

Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Le lait vache fumisterie ou produit formidable    Jeu 8 Juin 2017 - 22:02

Bonjour, une amie m'a prêté le livre du Docteur Souccar et je suis encore retournée par ce que j'y ai appris, si vous le trouvez d'occasion n'hésitez pas à l'acheter car vous y apprendrez beaucoup choses importantes pour votre santé.

source http://www.thierrysouccar.com/sante/livre/lait-mensonges-et-propagande-201
La parution de la première édition de Lait, Mensonges et Propagande en 2007 avait suscité de nombreuses questions parmi les lecteurs, de nombreuses réactions de l’industrie agro-alimentaire, des émissions de télévision et de radio et même un trouble certain dans les ministères et les agences sanitaires. Entre-temps, de nouvelles études sont parues. Cette riche actualité explique la nouvelle édition revue et augmentée de Lait, Mensonges et Propagande.

Dans cette édition mise à jour et augmentée de près de 100 pages, Thierry Souccar conforte son enquête sur le lobby laitier et sur les effets réels du lait sur la santé.
Il montre comment l’industrie a réussi à faire d’un aliment marginal et mal considéré un pilier incontournable de l’alimentation moderne. Présentés comme «indispensables à la santé des os», les laitages cachent une réalité moins glorieuse, largement occultée par les pouvoirs publics et les industriels.

On y trouvera :
Toutes les nouvelles données confirmant que "nos amis pour la vie" ne protègent pas des fractures ;
Les preuves qu’aux doses officiellement conseillées ils sont associés à une augmentation du risque de cancers de la prostate et des ovaires, ou de maladie de Parkinson ;
L'histoire méconnue de 80 ans de lobbying et de manipulations ;
De nouvelles preuves de la collusion entre les nutritionnistes en vue et l'industrie laitière ;
La réponse aux arguments de l’industrie agro-alimentaire et des médecins qui travaillent pour elle ;
La réponse aux questions des lecteurs, comme par exemple les différences entre laits de vache, de chèvre et de brebis, où trouver du calcium...;
Les situations dans lesquelles on peut consommer sans risque des laitages.
Comme dans tous les livres de Thierry Souccar, tout est solidement argumenté et référencé.

**********************************************************

J'ai reçu cette newletter sur le même sujet
source https://www.neo-nutrition.net/6-choses-qui-arrivent-a-votre-corps-lorsque-vous-arretez-les-produits-laitiers/#comments
6 choses qui arrivent à votre corps lorsque vous arrêtez les produits laitiers
Par Eric Müller/31 mai 2016

Quand je conseille autour de moi d’arrêter le fromage, tout le monde me dit que c’est impossible :
« C’est dans notre culture. »

« C’est dans notre patrimoine (!) »

« C’est un des plaisirs de la vie. »

« Qu’allons-nous donc manger ? »

Je partage ces inquiétudes, mais je vous invite à considérer les consolations que Dame Nature réserve à ceux qui oseront franchir le pas.

1. Vous allez maigrir
Les produits laitiers sont très caloriques. Ceux qui réduisent leur consommation observent que leur poids se stabilise [1].

Plus vous mangez de fromage aujourd’hui, plus vous pourriez perdre de kilos demain.

Si vous avez déjà un poids normal, vous observerez sans doute que vos muscles deviendront plus saillants, et votre corps plus tonique.

2. Vous aurez plus d’énergie
C’est inouï ce qu’on gagne en énergie quand on arrête les produits laitiers. Beaucoup témoignent qu’ils sont capables de faire beaucoup plus en une journée [2].

Il y a une explication : le lait contient du tryptophane, un neurotransmetteur qui, couplé à une alimentation riche en glucides et en protéines, produit beaucoup de… bâillements.

Préparez-vous car lorsque vos collègues iront faire une pause-café, vous ressentirez le besoin de vous dépenser. N’hésitez pas à faire des étirements, des tractions, des pompes en petites séries… vous verrez que vous serez beaucoup plus productif après.

3. Moins d’asthme
Les chercheurs ne sont pas encore sûrs que l’asthme ait un lien avec les produits laitiers, mais il existe de nombreux témoignages allant dans ce sens [3]  [4]  [5]  [6]. Je peux aussi en témoigner.

J’ai l’habitude de transporter un spray de Ventoline partout. Mais désormais, ma respiration est plus profonde et plus dégagée.

Avant, je détectais en quelques instants si un chat habitait les lieux ou si l’on avait secoué la couette d’un lit. Mais aujourd’hui, je revis.

4. Vous aurez la digestion plus légère
Arrêter les produits laitiers est un soulagement pour vos intestins. Beaucoup témoignent qu’ils subissent moins de ballonnements, moins de gaz, et que leur transit est plus équilibré [7].

Les produis laitiers appartiennent à notre patrimoine, mais en réalité la plupart des gens digèrent mal le lactose des produits laitiers (souvent sans le savoir).

Notre corps ne produit l’enzyme nécessaire à la digestion du lait (la lactase) que pendant la durée de l’allaitement (jusqu’à l’âge de 3 ans).

Mais les adolescents et les adultes ne sont plus censés manger des produits laitiers.

Il se trouve que par le jeu de l’évolution, les peuples nordiques continuent de produire l’enzyme lactase qui leur permet de bien digérer le lait. Mais cela n’a rien de normal.

Ce sont d’ailleurs ces mêmes peuples qui sont paradoxalement les plus touchés par l’ostéoporose et le diabète de type 1 (maladie auto-immune dans laquelle les protéines de lait ont été identifiées comme élément déclencheur).

Parmi les peuples d’Afrique et d’Asie, jusqu’à 80 % de la population est intolérante au lactose.

5. Votre peau sera plus belle
Attendez-vous à ce que votre entourage vous complimente sur la douceur de votre peau.

En effet, le lait est un aliment ultra calorique, conçu pour assurer les besoins de croissance du veau. Il doit permettre au jeune veau de grossir de 900 grammes par jour !

Le lait contient des doses importantes d’hormones de croissance, dont IGF-1 (Insulin-like Growth Factor 1).

Le problème est que ces hormones de croissance surstimulent votre production de sébum (huile de peau). Cette huile bouche les pores de votre peau et favorise le développement des bactéries (dont P. acnes). C’est ainsi qu’apparaissent les boutons d’acné.

De nombreuses études confirment que les produits laitiers aggravent l’acné [8]. Si vous souffrez d’acné, ou que vous connaissez un adolescent qui est fortement touché, consommer moins de produits laitiers peut faire la différence.

6. Vous sentirez bon
Beaucoup s’en étonnent, mais votre odeur corporelle dépend aussi de ce que vous mangez.

Si vous arrêtez le fromage, attendez-vous à ce qu’on vous fasse souvent remarquer que vous sentez bon (c’est agréable de recevoir des compliments comme ça).

Cela veut dire que vous pourrez utiliser moins de déodorant et de parfum pour couvrir votre odeur naturelle.

Bien sûr, ces améliorations ne sont pas garanties pour tout le monde. Peut-être observerez-vous d’autres avantages à manger moins de produits laitiers ?

Je vous encourage à faire l’essai et à me faire part de vos observations. Vous pouvez laisser un commentaire ci-dessous qui profitera à tous les lecteurs de Néo-nutrition.

Bien à vous,

Eric Müller

Sources :
[1] 5 Reasons A Dairy Free Diet May Help Your Weight Losshttp://goodfoodeating.com/673/dairy-free-diet/

[2] 6 Things That Happen To Your Body When You Cut Out Dairyhttp://elitedaily.com/wellness/cut-dairy-out-what-happens/1412210/

[3] HOW I REVERSED MY SON’S ASTHMA.https://www.weedemandreap.com/how-i-reversed-my-sons-asthma/

[4] How I Cured My Asthma With One Simple Lifestyle Change
http://www.jdmoyer.com/2010/07/17/how-i-cured-my-asthma-with-one-simple-lifestyle-change/

[5] Is Diet the Cure for Asthma? It was for some.
http://www.thedeliciousday.com/asthma-cure-14-people-who-cured-asthma/diet-cure-for-asthma/

[6] How Ditching Dairy Cured My Asthma
https://www.mindbodygreen.com/0-13405/how-ditching-dairy-cured-my-asthma.html

[7] Bloating 101: Why You Feel Bloatedhttp://www.webmd.com/a-to-z-guides/features/bloated-bloating

[8] Milk and Acne: Does Milk Cause Acne? https://www.clearskinforever.net/milk-acne-does-milk-cause-acne/

*****************************************************

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L'éditeur n'est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L'éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s'interdit formellement d'entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Néo-nutrition est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France

*****************************************************

Découvrez les 144 commentaires d'internautes ici :
https://www.neo-nutrition.net/6-choses-qui-arrivent-a-votre-corps-lorsque-vous-arretez-les-produits-laitiers/#ytPFODe40vpFRkIc.99

*****************************************************

Blog trouvé justement dans ces commentaires
source https://www.natanea.fr/alimentation-saine
Alimentation saine ?
Pourquoi changer mes habitudes ?

Selon le professeur Henri Joyeux
(Éminent cancérologue) , Plus de 70% des maladies trouvent leurs origines dans notre alimentation !
1 cancer sur 2 aussi !

Alors, pour nous en préserver et donner toutes les chances à nos enfants de conserver une bonne santé, donnons leurs toutes les bonnes habitudes alimentaires dès leurs plus jeunes âges !

D'accord ! Mais par où commencer ? Cela va-t-il me couter plus cher ?
Mes enfants vont-ils aimer ? Comment être certain de consommer un bon produit, ou un produit sain ?

Ce sont toutes ces questions que nous nous sommes posées à nos débuts, alors nous souhaitons partager avec vous nos expériences, nos tests de produits et nos recettes.

Les dangers du lait de vache et des produits laitiers
Consommer des produits laitiers à tout âge de la vie est essentiel pour entretenir sa masse osseuse et ne pas se déminéraliser… Qui n’a pas déjà entendu cela ? Et pourtant, le lait de vache et les produits laitiers dérivés sont loin de n’avoir que des bienfaits selon le professeur Henri Joyeux, cancérologue à la Faculté de médecine de Montpellier.
Le lait de vache convient parfaitement aux besoins du veau mais pas à ceux du petit humain !
« Votre nouveau-né va prendre 5 à 6 kg dans sa première année. Alors que le veau pourra prendre plus de 300 kg ». Pour lui permettre de prendre tant de poids en si peu de temps, le lait de vache contient des facteurs de croissance TGF (TGF de l'anglais transforming growth factor), c’est-à-dire des hormones favorisant la multiplication cellulaire et le développement de l’organisme. Or, nos bébés n’ont pas du tout les mêmes besoins de croissance que le veau !
Nos ainés allaient chercher le lait à la ferme, le lait était bouilli au moins 10 mn par mesure d’hygiène et sans le savoir nos ainés détruisaient ces hormones de croissance si néfaste pour l’homme. Aujourd’hui le lait qui est consommé est traité à ultra haute température (UHT) 140 à 160°c pendant quelques secondes et ce traitement rend le lait consommable mais ne détruit pas ces facteurs de croissance.
Nous venons de dire que ce lait de vache n’est pas adapté pour l’enfant mais alors cela est encore plus vrai pour l’adulte qui a fini sa croissance ! La consommation de lait de vache et de produits laitiers dérivés (beurre, crème fraîche, yaourt, fromage blanc, fromage, crème glacée) toute la vie durant apparaît normale, voire même banale en Occident. Mais comme tous les mammifères, l’être humain n’est pas censé consommer de lait une fois sevré… « Avez-vous vu une vache boire du lait ? Si vous voyez cela un jour, appelez-moi, cela m’intéresse beaucoup ! », souligne le professeur Joyeux.
En plus de provoquer une croissance supérieure en taille chez l’humain, elle est évoquée comme cause supplémentaire de cancer et d'autres maladies du à l’augmentation du taux d'IGF-1 dans notre organisme.
L'effet-croissance est également observé chez le nouveau-né puis l'enfant si la mère consomme du lait liquide pendant la grossesse. D'autre part l'hormone de synthèse rBST (La somatotropine bovine, ou rBGH), qui faisait augmenter le niveau d'IGF-1 dans le lait, n'a pas été autorisée au Canada et dans l'Union européenne, mais principalement pour des raisons de santé animale, et pas à cause du niveau d'IGF-1.

Les hormones de croissance du lait de la vache sont au nombre de 3 :
Facteur de croissance épidermique (epidermal growth factor) pour le développement de la peau de l’enveloppe (le cuir de la vache est très résistant)
Facteur de croissance de la transformation des articulations muscles et tendons (Transforming growth factor)
Facteur de croissance de l’insuline pour le développement du pancréas et du tube digestif [ ()]

Les hormones de croissance du lait maternel sont au nombre de 7 !

On lui connaît près de six fois plus d’éléments que dans les autres laits de mammifères : de nombreux effets biologiques s’entrecroisent dans un système multifactoriel complexe, faisant intervenir en synergie hormones et enzymes du plasma maternel avec celles du tube digestif du bébé.

Les graisses, par exemple :
- sont des constituants essentiels des membranes cellulaires ;
- permettent l'absorption de vitamines et d'autres substances liposolubles ;
- modulent l'appétit de l'enfant, donc son rythme d'éveil ;
- interviennent dans les mécanismes immunitaires, donc dans la protection contre les allergies et la défense contre les infections.

C’est pourquoi aucun lait artificiel, quelle que soit sa composition, ne peut être valablement comparé au lait maternel.

Les vaches sont gestantes pendant plus de la moitié de leur période de lactation, dans la conduite moderne des élevages. Certaines hormones de synthèse, administrées à l'animal pour augmenter la production lactée' se retrouvent dans les laits. Cette pratique devrait donc être proscrite ! Mais certains pays de l’UE n’ont pas interdit cette pratique. D'où un taux d'œstrogènes passant dans le lait élevé, surtout en à l'approche de la mise-bas. Le lait contient en particulier les estrogènes suivants: estrone, estradiol et progestérone qui sont en partie ingérés sans dégradation et passent dans le sang. Or ces dernières années on s'intéresse de plus en plus aux effets (probables) de la présence d'estrogènes dans l'environnement et dans l'alimentation, y compris l'eau potable, sur la fertilité masculine. Selon une étude de l'École de santé publique de Harvard, la qualité du sperme serait inversement corrélée avec la consommation de produits laitiers.
Les aliments d'origine végétale, comme le lait de soja, peuvent aussi apporter des phyto-œstrogènes, cependant ces produits (des isoflavones) ne seraient pas la cause de l'augmentation du taux d'IGF-1. Il semble que les isoflavones pourraient avoir des effets sur la fertilité masculine.

A la lecture de tout cela, il ne faut donc pas s’étonner que cette consommation soit lourde de conséquences chez de nombreux consommateurs de lait.
Car si les facteurs de croissance contenus dans le lait de vache favorisent le développement cellulaire, ils entraînent la prolifération des cellules saines et celle des cellules précancéreuses et cancéreuses… Le risque de cancer est donc beaucoup plus élevé pour les consommateurs de produits laitiers ! « En cancérologie, pour traiter les cancers nous utilisons des anti-facteurs de croissance très puissants », remarque le cancérologue Henri Joyeux. L’explosion du nombre de cancers de la prostate et du sein ces dernières décennies est d’ailleurs étroitement liée à la consommation de produits laitiers.
Les lobbies du lait se gardent également bien de préciser lors de leur matraquage publicitaire que seulement 40 % du calcium présent dans le lait de vache est absorbé par l’organisme. Le reste va irriter l’intestin, se déposer dans le sein, la prostate… ou encore se fixer dans les articulations et entraîner de l’arthrose comme le note le professeur Joyeux. Car c’est du calcium d’origine animal. Le calcium végétal est par-contre assimilé par notre corps à 75 % !
À titre d’exemple, c’est dans les pays scandinaves que l’on consomme le plus de produits laitiers en Europe et où l’on dénombre le plus de cas d’ostéoporose (fragilisation des os) ! À l’inverse, au Japon où l’on consomme peu de produits laitiers animaux, les femmes sont très peu touchées par cette maladie…
Comment arrêter le lait de vache et les produits laitiers sans être carencé en calcium ?
Nous venons de comprendre que nous devons avoir une préférence pour le calcium d’origine végétal, alors en consommant des fruits secs (amande, noix et noisette), des fruits frais et des légumes car ils contiennent du calcium végétal assimilé, lui, à 75 % par notre organisme et le surplus n’est ni stocké et ni transformé en maladies dans notre corps…
Si toutefois Vous souhaitez consommer du lait, préférez le lait de petits animaux comme le lait de chèvre dont la taille est plus petite que le veau et donc moins chargé en facteurs de croissance.
Pour les enfants de moins de 1 an les parents doivent être informés du fait que les boissons courantes qu’elles soient d’origine végétale ou animale ne conviennent pas aux nourrissons (âgés de moins d’un an) : elles ne peuvent se substituer au lait maternel et/ou aux laits infantiles 1er et 2ème âge, cette pratique pouvant être à l’origine d’accidents graves. L’alternative est donc le lait infantile bio dans lequel il n’est pas ajouté de TAURINE !

En résumé, essayons de vivre sans produits laitiers de vache et préférons les produits laitiers de chèvre. Consommons plus de fruits secs (amande, noix et noisette), de fruits frais et de légumes et votre corps vous dira merci !

​E. BAHU

​Réf : Professeur Henri Joyeux
Écoutez un extrait de la conférence sur le lait (9mn) :
https://www.youtube.com/watch?v=fPlqVmmd-Fg

****************************************************

Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le lait vache fumisterie ou produit formidable    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le lait vache fumisterie ou produit formidable
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La vache qui rit
» Arnaque en tout genre sur les objets en rapport avec Mike ou ne soyons plus "vache à lait"
» Un peu de pub pour un produit bien utile
» Bruce Dickinson:" les fans ne sont pas des vaches à lait"
» croissants et café au lait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: SANTE- DIETETIQUE- HYGIENE- BEAUTE- :: Dossiers pour réfléchir à notre manière de vivre et se nourrir-
Sauter vers: