Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Calcium, alimentation, ostéoporose, silicium organique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2704
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Calcium, alimentation, ostéoporose, silicium organique    Mer 15 Mar 2017 - 22:12

J'avais lu ce truc sur un livre de Rika Zaraï, mais le trempage ne durait qu'une nuit
source http://astucito.com/16-astuces-originales-pour-utiliser-des-coquilles-doeufs/12/
Un complément alimentaire astucieux
Faites tremper vos coquilles d’œufs dans de l’eau additionnée de jus de citron pendant quelques semaines, puis ajoutez-en une petite quantité à vos jus de fruits ou de légumes pour obtenir un complément minéralisant efficace et bon marché.
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2704
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Calcium, alimentation, ostéoporose, silicium organique    Mer 22 Mar 2017 - 17:14

Je suis en train de relire ce livre et je voulais partager quelques renseignements avec vous
http://www.thierrysouccar.com/sante/livre/lait-mensonges-et-propagande-201


source http://www.thierrysouccar.com/nutrition/info/les-laits-de-chevre-et-de-brebis-sont-ils-preferables-au-lait-de-vache-2913
L'avis de Thierry Souccar dans Lait, mensonges et propagande. Extrait.
"Je n'ai abordé que la question du lait de vache, parce que c'est lui qui a fait l'objet d'études scientifiques, alors que ces études manquent sur le lait de chèvre et de brebis.
Les laits de ces animaux contiennent beaucoup de calcium (le lait de brebis en renferme 50 % de plus) ainsi que des facteurs de croissance comme le lait de vache. Mais comme la taille de ces animaux est plus petite et qu'ils n'ont pas fait l'objet des sélections à outrance que je décris pour les vaches, on peut imaginer qu'il y a moins de facteurs de croissance dans les laitages de chèvre et de brebis que dans ceux des vaches, ce qui est probablement une bonne chose.

Côté lactose, les laits de chèvre et de brebis en renferment presque autant que le lait de vache, donc les intolérances sont probablement similaires. Malgré tout, quelques études ont trouvé que des enfants qui ne tolèrent pas le lait de vache peuvent consommer un peu de lait de chèvre sans être affectés. Ceci pourrait s’expliquer par le fait qu’il y a moins de caséines dans le lait de chèvre et en particulier peu de caséine alpha-S1, qui est très allergénique. Donc les enfants qui réagissent plus précisément à cette protéine dans le lait de vache s’accommoderaient du lait de chèvre. En revanche, le lait de chèvre contient plus de bêta-lactoglobuline que le lait de vache, ce qui n’est pas une bonne nouvelle pour les enfants allergiques à cette fraction protéique. Des tests récents permettent d’ailleurs de distinguer le type de protéine laitière auquel on est allergique.

En résumé, je pense que les problèmes potentiels décrits dans mon livre lorsqu'on consomme 3 à 4 laitages de vache par jour sont susceptibles d'apparaître avec le même niveau de consommation de laitages de chèvre ou de brebis.
Mais encore une fois, chez une personne non allergique, exempte d'auto-immunité, tolérant bien le lactose, je pense qu'il n'y a pas ou peu de problèmes lorsqu'on mange un voire deux laitages (y compris de vache) par jour. C'est l'excès que je dénonce."

*****************************************************
source http://www.thierrysouccar.com/nutrition/info/laitages-les-alternatives-sans-lactose-ni-caseine-2531
LAITAGES : LES ALTERNATIVES SANS LACTOSE NI CASÉINE
Par quoi remplacer le beurre, le lait, la crème, les yaourts et le fromage quand on suit une alimentation sans lactose ou sans caséine ? Voici des alternatives assorties de conseils d’utilisation.

En France, une fraction de la population est allergique aux protéines du lait. Une autre encore souffre de maladies auto-immunes qui sont améliorées par l’exclusion ou la diminution des laitages, comme le diabète de type 1. Enfin une portion considérable de la population française ne tolère pas le lactose, le sucre du lait.
Pour digérer le lactose, le sucre du lait, il faut une enzyme digestive appelée lactase. Sans lactase, le lactose n’est pas transformé et il provoque des douleurs intestinales et des diarrhées et d’autres manifestations désagréables. Or la majorité des habitants de la planète – environ 75 % – n’est pas capable de digérer le lait de vache ou celui d’autres espèces après l’âge de 3 ans, puisque l’activité de la lactase chute et devient inexistante après cet âge.
Lorsqu’une personne qui n’exprime plus de lactase, ou très peu, boit du lait ou mange des yaourts contenant du lactose (ou des aliments dans lesquels on a ajouté du lactose), celui-ci est transformé par les bactéries intestinales en hydrogène, produits de fermentation et agents toxiques comme l’acétaldéhyde, l’éthanol, l’acide formique, le méthane. Ces toxines peuvent agir sur le système nerveux, le système cardiovasculaire, les muscles et le système immunitaire. Si vous-même ou vos enfants éprouvez des troubles digestifs, des maux de tête, des douleurs en buvant du lait, alors il y a de grandes chances que vous ne digériez pas le lactose.

Lire aussi :
Qu’est-ce que l’intolérance au lactose ?
http://www.thierrysouccar.com/nutrition/info/quest-ce-que-lintolerance-au-lactose-517

Comment savoir si on est intolérant au lactose ?
Vous pouvez en avoir la confirmation par un test d’ADN ou plus communément par un test qui mesure l’hydrogène expiré après ingestion de 50 g de lactose (1 g/kg chez l’enfant).
Si le test est positif, quelle attitude adopter ? Suivre un régime sans lactose pendant 12 semaines. Si les symptômes se sont améliorés significativement, alors on peut affirmer l’intolérance au lactose. Il faut alors l’éliminer de son alimentation.

Lire aussi : Êtes-vous intolérant au lactose ?
http://www.thierrysouccar.com/sante/info/etes-vous-intolerante-au-lactose-518

Où trouve-t-on du lactose ?
Dans le beurre, le lait, les fromages, la crème fraîche ou les yaourts peut-on répondre à première vue. Mais le problème, c’est qu’il y a du lactose partout : du lactose est ajouté aux aliments et boissons industriels, dans le pain, les produits de boulangerie, les gâteaux industriels, les préparations pour gâteaux, les chips et pommes de terre frites, les pâtes, charcuteries, saucisses, saucissons, hamburgers, la viande de poulet. On en trouve dans les confiseries, les sodas et la bière, et comme excipient dans les médicaments. Des substituts de repas, des préparations instantanées contiennent autant de lactose que le lait. Une seule chose à faire : bien lire les étiquettes.
Pour tous les produits à base de lait de vache, explorons maintenant les alternatives.

Quels substituts au lait ?
C’est le plus simple des produits laitiers à remplacer : les laits végétaux représentent de bonnes alternatives au lait de vache. Lait de soja, d’amandes, de riz, d’avoine, de coco peuvent être utilisés comme le lait classique. Au petit déjeuner dans les boissons chaudes ou avec les céréales, comme dans les entremets lactés. Pour les recettes « salées », il vaut mieux utiliser du lait de soja. Lait de riz et d’amandes contiennent souvent du sucre ajouté. Globalement, sauf en ce qui concerne le lait de coco, les laits végétaux sont moins gras et plus liquides que le lait de vache. Il peut donc être de bon aloi d’ajouter un peu de d’huile à un lait de soja pour faire une béchamel par exemple.

Pour savoir quel lait végétal utiliser dans quel type de plat, lisez 60 grands classiques de la cuisine, sans gluten et sans lait de Christine Calvet.
http://www.thierrysouccar.com/nutrition/livre/60-grands-classiques-de-la-cuisine-sans-gluten-et-sans-lait-2496

Par quoi remplacer le beurre ?
Margarine sans lait, ni crème (bien lire les étiquettes). S’utilise comme le beurre, en mêmes quantités (vous pouvez mettre jusqu’à un quart de moins de margarine que la quantité de beurre recommandée)
Huile d’olive pour la cuisson et même en pâtisserie (pâtes à tarte, cakes, etc.). Il faut mettre ¾ de la quantité recommandée de beurre (75 g d’huile au lieu de 100 g de beurre).
Beurre de coco (produit différent de l’huile de coco, à dénicher en magasin diététique ou sur Internet).
http://www.thierrysouccar.com/nutrition/info/les-vertus-sante-de-lhuile-de-noix-de-coco-2509

Beurre clarifié
http://www.thierrysouccar.com/nutrition/info/beurre-clarifie-pourquoi-et-comment-en-manger-2544

Les alternatives à la crème fraîche
Il existe désormais en supermarchés et magasins diététiques des crèmes végétales liquides ou épaisses conçues pour la cuisine à partir de laits végétaux, d’huiles et d’épaississants naturels. Vous trouverez ainsi des crèmes de soja, d’avoine, de riz notamment.
Un mélange de 2/3 de lait végétal avec 1/3 d’huile d’olive peut aussi remplacer de la crème fraîche.

Des fromages sans lait ?
Remplacer le fromage est le défi le plus grand des végans et de ceux ayant une alimentation sans laitages. Certains choisissent, comme Christine Calvet, l’auteure de 4 saisons sans gluten et sans lait
http://www.thierrysouccar.com/nutrition/livre/4-saisons-sans-gluten-et-sans-lait-125
et de 60 grands classiques de la cuisine sans gluten et sans lait,

de ne pas les remplacer par des substituts mais de modifier leur manière de cuisiner. D’autres en profitent pour développer leur créativité culinaire en imaginant des manières de remplacer le parmesan ou le fromage râpé des gratins.

Quelques idées de substituts au fromage :
la levure de bière en paillettes pour remplacer le parmesan
le tofu fumé découpé en cubes pour remplacer la feta ou la mozarella dans les salades
le tofu soyeux ferme, mixé avec du jus de citron, pour faire office de ricotta ou de cottage cheese
une recette de fromage vegan pour remplacer le fromage râpé
http://www.thierrysouccar.com/nutrition/info/fromage-vegetal-rape-2533

une recette de fromage vegan à tartiner
http://www.thierrysouccar.com/nutrition/info/fromage-vegetal-aux-noix-3303

Et les yaourts ?
Des yaourts nature ou aromatisés à base de soja sont disponibles dans le commerce. De même que des desserts de type crème au chocolat ou au caramel (à base de soja).
Utiliser du lait de soja et/ou de la crème de soja pour faire des yaourts maison est également possible.

Pour les crèmes glacées, la plupart des sorbets ne contiennent pas de lait et les remplacent donc avantageusement.

Et le calcium dans tout ça ?
Les laitages sont connus pour apporter du calcium dont nos os auraient si cruellement besoin d’après les industriels et certains médecins. En réalité en adoptant une alimentation riche en végétaux (respectant l’équilibre acide-base) telle que celle décrite dans Le Mythe de l’ostéoporose par Thierry Souccar,
http://www.thierrysouccar.com/sante/livre/le-mythe-de-losteoporose-18

vos os auront probablement moins de risque de se fracturer que ceux des personnes qui se gavent de laitages.
Mais si vous êtes inquiet de vos apports en calcium, lisez : Où trouver du calcium en dehors des laitages ?
http://www.thierrysouccar.com/sante/info/ou-trouver-du-calcium-en-dehors-des-laitages-730

Lire aussi : L'alimentation sans gluten et sans lait en pratique
http://www.thierrysouccar.com/nutrition/info/t-souccar-c-calvet-lalimentation-sans-gluten-et-sans-lait-en-pratique-357

Vous trouverez plein de recettes de substituts aux laitages mais aussi de plats et desserts sans lait dans l'excellent livre de Rabia Combet : Sans lait - 101 recettes saines et gourmandes
http://www.thierrysouccar.com/nutrition/livre/sans-lait-101-recettes-saines-et-gourmandes-3279

*****************************************************
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2704
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Calcium, alimentation, ostéoporose, silicium organique    Mer 22 Mar 2017 - 18:17

source http://www.thierrysouccar.com/nutrition/info/les-mineraux-de-leau-sont-ils-absorbes-2351
OS, ÉQUILIBRE ACIDE-BASE
LES MINÉRAUX DE L’EAU SONT-ILS ABSORBÉS?

La réponse de Thierry Souccar dans Le mythe de l’ostéoporose.
http://www.thierrysouccar.com/sante/livre/le-mythe-de-losteoporose-18

Pour certains naturopathes (dont les conseils sont par ailleurs très souvent pertinents), les minéraux de l’eau ne seraient pas du tout ou peu absorbés. Pour qu’ils le soient, il faudrait qu’ils aient d’abord été assimilés par des végétaux. Il faudrait donc manger des végétaux pour se procurer les minéraux dont on a besoin. Un mystère de la biologie ! En effet, les minéraux disponibles dans l’alimentation sont issus de la roche-mère. Ils sont apportés initialement par le lessivage des sols lors de l’écoulement des eaux de pluie. Il faut bien alors que les êtres vivants (végétaux comme animaux) aient les moyens de les capter, de les assimiler et de les utiliser dans des processus biologiques.

Bien qu’il soit lui aussi un être vivant, l’homme serait pourtant, selon cette théorie, exclu du « circuit » par lequel l’eau fournit des minéraux aux créatures de cette planète, sans que l’on sache très bien pourquoi. Surtout, un tel phénomène n’a jamais été mis en évidence au plan scientifique. Au contraire, ce qui est démontré, c’est que l’eau est un excellent vecteur pour les minéraux. Ces minéraux tracés se retrouvent dans les tissus biologiques, ce qui est la preuve qu’ils ont été absorbés. Ils exercent également une fonction physiologique. Par ailleurs, des études expérimentales ont montré que le magnésium de l’eau était mieux et plus rapidement absorbé que le magnésium des aliments solides. Au plan épidémiologique, de nombreuses études attestent de l’importance des minéraux de l’eau pour la santé. Leurs résultats montrent que les personnes qui consomment une eau riche en magnésium ont un risque moins élevé de maladies cardiovasculaires que celles qui consomment une eau pauvre en magnésium. Des travaux conduits en France ont à l’inverse montré qu’une eau riche en aluminium et pauvre en silice augmente le risque d’Alzheimer. Comme quoi non seulement les minéraux de l’eau sont bien absorbés mais en plus ils ne le sont pas toujours pour notre bien.

Quelques marques d’eaux riches en magnésium
Eaux plates : Hépar, Contrex
Eaux gazeuses : Rozana, Quézac, Badoit.
Quelques marques d’eaux riches en calcium

Eaux plates : Hépar, Courmayeur et Contrex
Eaux gazeuses : Rozana, Salvetat, Quézac
Pour en savoir plus sur les eaux minérales à consommer, lire Le bon choix au supermarché.

**********************************************************

lire aussi le débat fort intéressant entre les lecteurs et Thierry Souccar
http://www.thierrysouccar.com/nutrition/info/les-mineraux-de-leau-sont-ils-absorbes-2351


Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2704
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Calcium, alimentation, ostéoporose, silicium organique    Ven 28 Avr 2017 - 22:51



source http://www.reponsesbio.com/2012/10/04/quoi-sert-le-silicium/
A quoi sert le silicium organique ?
4 octobre 2012


Le silicium est un des principaux composants structurels des différents tissus du corps humain, dont il assure la formation et la régénération.

A quoi sert le silicium ?
En vieillissant la quantité de silicium produite par l’organisme, diminue de manière irréversible et cela pour tout être vivant.

Afin de prévenir les altérations des tissus conjonctifs et du collagène, l’ostéoporose, tous les affaiblissements des os ainsi que les maladies osseuses liées à la décalcification, il est crucial d’assurer de bons apports en silicium.

A partir de 40 ans, on peut considérer cela comme indispensable.

Il est important de savoir qu’un déficit de silicium dans l’organisme peut entraîner : frilosité, ongles mous et fragiles, chute des cheveux, rides prématurées, faiblesse, fragilité des os et ostéoporose.

Qui plus est le silicium intervient de manière déterminante dans l’assimilation du magnésium et du calcium.

Sur quoi agit-il ?
Le silicium exerce donc plusieurs actions importantes :

En usage interne :
→ Il renforce l’élasticité des tendons, des articulations et de la peau par le biais de l’enzyme prolyhydroxylase, responsable de la formation de collagène et d’élastine dans les tissus conjonctifs.

→ Il solidifie les os, soutenant les processus d’ossification, de calcification et de reminéralisation osseuse.

→ Il participe au renforcement des vaisseaux et des artères, et donc à la prévention des varices.

→ Il joue un rôle majeur dans l’amélioration de l’artériosclérose et de l’hypertension, étant le garant de la bonne santé de tout le système cardio-vasculaire et inhibant les maladies coronariennes.

→ Il est indiqué dans le traitement des arthrites et arthroses.

→ Il participe de façon déterminante à la guérison des fractures et des fissures osseuses, comme des déchirures musculaires, de cartilage ou de ligaments.

→ Et il est aussi d’une aide précieuse dans le traitement des tendinites, contractures et douleurs musculaires, fréquentes chez les sportifs.

En usage externe :
Outre l’usage interne, on peut aussi l’utiliser sous forme de gel directement sur les lésions, ses bienfaits sur les tissus étant complétés par une action antalgique et anti-inflammatoire.

Pour ce qui est des problèmes de peau, le silicium soulage irritations, démangeaisons, boutons, eczéma, escarres, écorchures, morsures, brûlures par ébouillantage, piqûres d’insectes et coups de soleil.

Un cataplasme de gel d’acide silicique placé sur les brûlures et les coups de soleil, renouvelé deux fois par heure, calme, rafraîchit et guérit les lésions.

Plus généralement :
→ Il participe à la bonne santé des phanères, favorisant la pousse des ongles et des cheveux, ralentissant le vieillissement cutané et prévenant efficacement les rides et les vergetures.

→ Il résout les troubles gastriques nerveux, et de façon plus générale les problèmes liés au système digestif : hyper-acidité et brûlures d’estomac, gastrites, ulcères, infections ou inflammations du système digestif, flatulences, constipation et diarrhées.

→ Il fixe l’eau dans les cellules, permettant leur nutrition, leur bon développement et leur protection. Sa capacité d’absorption des toxines en fait un détoxifiant puissant, favorisant la respiration cellulaires.

→ Il s’avère être un soutien capital pour l’organisme subissant des infections à répétition, qu’elles soient bactériennes ou virales.

Lutte-t-il contre le cancer ?
Depuis peu, la fonction du silicium organique dans le système immunitaire a été constatée au cours de différentes études mettant en évidence son rôle à l’origine de la formation des antigènes et des anticorps : les lymphocytes et les immunoglobulines.

Plus encore, il semblerait que le silicium joue un rôle important dans la prévention du cancer, ayant la propension à aider les cellules saines à créer des zones de clivages entre elles et la zone tumorale, tout en agissant positivement sur le système immunitaire.

L’apport en silicium a effectivement entraîné de nettes diminutions des tumeurs chez de nombreux patients, ainsi qu’une meilleure tolérance aux traitements lourds que sont la chimiothérapie et la radiothérapie.

Des analyses plus approfondies doivent encore confirmer cette action du silicium sur le cancer.

Quel rôle a-t-il dans l’assimilation du calcium et du magnésium ?
Omniprésent dans l’organisme, le silicium agit sur le métabolisme de nombreux minéraux, potentialise l’action du zinc et du cuivre et permet la fixation du calcium et du magnésium.

L’idée est encore répandue selon laquelle le lait de vache assure un bon apport en calcium.

Il est pourtant avéré qu’il est bien souvent à l’origine des processus de décalcification, d’arthrose invalidante et de nombreux autres troubles liés à une carence en calcium.

Les protéines contenues dans le lait de vache, parfaitement adaptées au veau, se trouvent à long terme en inadéquation avec le métabolisme humain et la fabrication d’osséine.

Regardez cette vidéo pour en savoir plus sur le calcium, ses sources et sa bonne assimilation.
https://www.youtube.com/watch?v=S_qZK0h_htA&feature=plcp

Une alimentation riche en céréales complètes, amandes, fruits et légumes frais apporte une quantité suffisante de calcium pour un organisme capable de le fixer convenablement.

Pour en revenir au silicium, c’est principalement grâce à lui que le stockage du calcium est assuré, renforçant ainsi la structure des tissus.

En rhumatologie par exemple, le rapport Silice/Calcium au niveau des muscles, des os, des articulations et des tendons, est un indicateur capital de l’intégrité des tissus.

Ne pas oublier que la vitamine D est également indispensable pour la fixation du calcium.

Quant au magnésium, outre la vitamine C qui est absolument indispensable pour sa bonne assimilation, le calcium et le silicium sont tous deux déterminants.

Si avec l’âge, la capacité de fixation du magnésium diminue, cela est directement lié à la baisse progressive du taux de silice.

Ce sont alors des symptômes aussi variés que la fatigue, l’insomnie, l’anxiété, les palpitations, l’hyperémotivité, les migraines, les douleurs articulaires et musculaires, les infections à répétition, les tics, l’hyperthyroïdie, la spasmophilie, l’insuffisance hépatique, les déséquilibres nerveux, le vieillissement prématuré, les dermatoses, etc… qui apparaissent et s’installent si les carences en magnésium, calcium et silicium, qui en sont l’origine, ne sont pas comblées.

Comment prendre du silicium ?
On trouve de la silice à l’état naturel dans l’enveloppe des fruits et des céréales complètes, l’ail, les fraises, les pois frais, et surtout dans la prêle, l’os de seiche, l’oignon et le fenugrec.

Pour ce qui est de la complémentation, le silicium organique est plus assimilable sous forme soluble.

La formule « G5 » de Loïc Le Ribault est une des seules qui soit restée parfaitement organique. Vous n’aurez aucun mal à en trouver sur Internet.  

Natacha Lange



A PROPOS DE NOUS
Réponses Bio est un magazine en ligne proposant une formule 100% santé naturelle, 100% pratique et 100% gratuite ! Profitez de deux lettres d'information par semaine animées par Jean-Baptiste Loin, des actus, des reportages vidéo et de nombreux guides numériques. Vous avez des questions ? Nous avons des réponses !



Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2704
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Calcium, alimentation, ostéoporose, silicium organique    Ven 28 Avr 2017 - 23:07



source https://www.santenatureinnovation.com/arthrose-la-solution-silicium-organique/
Arthrose : la solution « silicium organique »

Le silicium organique est une des « tartes à la crème » de la santé naturelle.
lundi 23 septembre 2013 - par Jean-Marc Dupuis

Dans tous les salons bio, vous trouvez des stands animés par des commerciaux professionnels vantant ce produit « miracle » pour soigner à peu près toutes les maladies.

La vérité, comme toujours, est plus compliquée. Peu de recherches scientifiques ont été faites sur les vertus thérapeutiques du silicium, et même ceux qui croient en ses bienfaits sont incapables d’expliquer comment il agit ou pourquoi il ferait du bien à l’organisme.

Le résultat est une guerre de l’information sur Internet.
D’un côté, des journalistes balayent d’un revers de la main les fabricants comme les utilisateurs de silicium organique, accusant le produit d’être inutile voire dangereux. Un exemple fort est celui du journal Sciences & Avenir (1), qui, manifestement, ne croit pas du tout aux vertus du silicium… Mais le journaliste ne fait que répéter le discours des autorités sanitaires françaises (AFFSAPS) et européennes (EFSA), ce qui est un peu court quand on connaît leur degré d’ouverture intellectuelle.

En face, vous avez une prodigieuse abondance de témoignages personnels attestant des effets incroyables de ce produit. Vous en avez un aperçu en allant lire les commentaires de ce même article de Sciences & Avenir, où le journaliste se fait assaillir de critiques par ses propres lecteurs, qui semblent, eux, avoir bel et bien essayé le produit, et en avoir bel et bien observé les bienfaits !

En tout cas, le silicium organique est un produit sulfureux, notamment du fait des nombreuses affaires liées à ses inventeurs, le chimiste Norbert Duffaut et le géologue Loïc Le Ribault, qui fut l’un des premiers utilisateurs en France du microscope à balayage électronique. Le premier a été retrouvé mort en 1993 (la police conclura à un suicide), le second a été emprisonné et accusé de toutes sortes de fraudes, en particulier d’avoir prétendu améliorer le produit créé par Norbert Duffaut et l’avoir commercialisé en multipliant son prix par douze, sous le nom de G5. Pour tout savoir au sujet de cette ténébreuse affaire, lire « Loïc Le Ribault et le G5 : l’aventure du silicium organique ». (2)

Il n’en reste pas moins que le silicium organique est peut-être une solution très intéressante pour les personnes soignant l’arthrose, et pourrait soigner de nombreuses autres maladies, comme l’ostéoporose, l’athérosclérose (lésions des artères augmentant le risque d’infarctus), de nombreux problèmes de peau et de cheveux, et renforcer le système immunitaire. C’est pourquoi nous lui consacrons aujourd’hui un article approfondi.

Les origines du silicium organique
Le sable, le quartz, et de nombreuses roches sont faites à base de silicium, qui est le deuxième élément le plus abondant dans la croûte terrestre, après l’oxygène et avant l’aluminium.

Or, il se trouve que vous avez aussi du silicium dans votre corps, et singulièrement dans vos tissus conjonctifs, c’est-à-dire les os, le cartilage, la peau et les tissus de soutien.

Le silicium est même un des principaux minéraux présents dans le corps humain : l’organisme en contient environ 7 grammes, contre 2 grammes pour le zinc et 4 grammes pour le fer, pourtant très importants eux-aussi.

Avec l’âge, les réserves de silicium diminuent de façon inquiétante. Et l’alimentation moderne, comme d’habitude, aggrave les choses puisque nous ne consommons plus beaucoup d’aliments riches en silicium : enveloppe des céréales, fruits et légumes de qualité, eau de source. L’eau du robinet, en particulier, est aujourd’hui systématiquement floculée par l’aluminium qui enlève une grande partie des silicates.

Or, le silicium est nécessaire pour la biosynthèse de nombreuses molécules comme le collagène, l’élastine et l’acide hyaluronique, éléments essentiels des cartilages, des os, de la peau et du système immunitaire. Le silicium intervient également dans la constitution des cheveux et des ongles.

Passons en revue brièvement ses effets sur les différentes maladies :

Comment le silicium pourrait soigner plusieurs maladies
Arthrose : le silicium est indispensable à la synthèse des glucosaminoglycanes, qu’on trouve en abondance dans le cartilage. Le déficit en silicium peut donc provoquer de l’arthrose, qui est causée par un problème de régénération du cartilage. Des études sur les cartilages embryonnaires montrent que leur croissance est liée à la présence de silicium, qui catalyse la prolyl-hydroxylase, indispensable à la biosynthèse du collagène et des glucosaminoglycanes.

Maladies cardiovasculaires : le silicium intervient dans la synthèse et l’arrangement des fibres d’élastine et de collagène constitutives des parois artérielles, dont elles améliorent la souplesse. Il serait donc un excellent protecteur contre l’athérosclérose, une maladie cardiovasculaire pouvant provoquer l’infarctus, et diminue l’hypertension. Les analyses de la composition d’artères saines et d’artères fortement lésées par l’athérome ont clairement montré une baisse du taux de silicium dans les artères malades.

Problèmes de peau : plus la peau est riche en silicium, plus elle est souple, épaisse, peu ridée, et cicatrise facilement. En effet, le derme, tissu qui se trouve sous la peau et la nourrit, comporte une matrice extracellulaire qui est constituée de fibres de collagène, d’élastine et de glycosaminoglycanes. Comme nous l’avons vu, le silicium est indispensable à la constitution et au renouvellement de ces fibres. Une faible teneur en silicium est aussi associée aux problèmes de peau comme le psoriasis.

Cheveux : le silicium prévient la chute des cheveux et pourrait favoriser la repousse, en intervenant sur les phanères.

Une substance intéressante contre le vieillissement
Le silicium est donc un outil clé pour lutter contre le vieillissement :
le vieillissement au niveau articulaire avec l’arthrose ;
le vieillissement osseux avec l’ostéoporose ;
le vieillissement de la peau, avec les rides et les problèmes de cicatrisation ;
le vieillissement des artères avec l’athérosclérose.

Différentes études ont montré qu’il y a décroissance importante des taux de silicium, pouvant atteindre 80 %, notamment au niveau de la peau et des artères avec l’âge, et en particulier à partir de la ménopause chez les femmes.

Faut-il pour autant vous jeter sur le premier tas de sable venu, pour reconstituer vos réserves de silicium ?

Suffit-il de manger du sable pour rétablir l’équilibre ?
Hélas non, ce n’est pas si simple. Le sable contient énormément de silicium, mais il s’agit de silicium minéral, c’est-à-dire oxydé et inerte. Il n’a probablement aucune valeur thérapeutique puisqu’il ne peut pas être assimilé par l’organisme.

J’écris « probablement » car, curieusement, il existe en Afrique du Nord une vieille tradition d’enterrer dans le sable les personnes souffrant de rhumatismes. Or, selon Loïc Le Ribault, les grains de sable auraient justement à leur surface une petite couche de silicium organique, c’est-à-dire actif et assimilable par le corps, et notamment efficaces contre l’arthrose, l’ostéoporose, les problèmes de peau et l’athérosclérose.

Ces affirmations n’ayant cependant jamais été prouvées par des recherches indépendantes, nous les laisserons de côté ici. Revenons au sable, donc.

Si vous mangez du sable, vous n’avez aucun effet bénéfique à attendre car celui-ci sera de toutes façons évacué par votre corps sans être assimilé.

Mais le silicium se trouve également dans la nature sous forme « colloïdale », c’est-à-dire par microparticules en suspension dans un liquide, comme la sève de certaines plantes : l’ortie, la prêle, le bambou.

Toutefois, même sous forme « colloïdale », il s’agit toujours d’une forme minérale, très mal assimilée par l’organisme. Seul 1 à 10 % parviendra à passer la barrière intestinale. Pour la faible partie qui arrivera à passer dans votre sang, l’essentiel n’entrera jamais au niveau des cellules et du tissu conjonctif. Il sera éliminé par vos reins, dans les urines. Vous avez beau en manger 15 à 40 mg par jour, si vous avez une alimentation normale, vous ne pourrez atteindre les 2 mg par jour qui sont nécessaires.

Mais le silicium existe également sous forme organique, c’est-à-dire non oxydée (on dit « réduite »), soluble, et donc active et hautement assimilable par l’organisme, y compris au niveau cellulaire.

Pour les lecteurs qui ont des notions de chimie, il est intéressant de savoir que le silicium organique est constitué d’un groupement méthyl (1 atome de carbone et 3 d’hydrogènes), attaché à un atome de silicium, lui même attaché à une, deux ou trois liaisons alcools (-OH). Plus il y a de liaisons alcools, plus le silicium est actif.

La molécule principale utilisée en complémentation alimentaire, et développée par Norbert Duffaut, est le monométhyl Silane Triol (MMST), qui compte trois groupements alcools (le maximum).

A noter que la façon dont le silicium organique apparaît dans la nature est un mystère. Il n’existe à ce jour aucune publication abordant cette question.

Intérêt pour la santé du silicium organique MMST
Cette molécule est dotée, grâce à sa structure, d’une double polarité : elle est à la fois hydrophile, grâce à ses liaisons alcool, ce qui lui donne une bonne solubilité dans l’eau, indispensable au passage dans le sang. Mais elle est également hydrophobe, grâce à son groupement méthyle, ce qui lui donne une affinité pour les graisses, et permet le passage à travers le film protecteur de la peau.

Lorsqu’il est suffisamment dilué dans l’eau, et on ne le trouve de toutes façons dans le commerce que sous forme liquide, le MMST associé aux acides aminés ne se polymérise pas et donc ne précipite pas, ce qui garantit sa très grande biodisponibilité. Une étude rigoureuse des travaux de Duffaut conduit à choisir une concentration de l’ordre de 0,03 % pour garantir cette absence de précipitation, qui neutraliserait les effets du silicium organique.

Il reste néanmoins fragile, y compris sous cette forme. Le silicium organique MMST ne doit entrer en contact ni avec le verre, ni avec le métal. On doit éviter de l’exposer à de trop grandes chaleurs, au froid et à la lumière. Il doit être conservé à température ambiante, dans un flacon opaque, bouché, et doit être dosé directement avec le bouchon ou un doser plastique.

Dans ce cas, l’assimilation dans le sang est estimée entre 50 et 70 %, contre 5 % pour le silicium colloïdal.

Seuls 5 % de la partie assimilée sera éliminée par les urines, le reste étant utilisé par les cellules et les tissus conjonctifs, contre 50 % pour le silicium colloïdal.

Une cure apportant environ 2 mg de silicium organique par jour permettra de reconstituer les réserves, et de redémarrer la production des tissus conjonctifs, en particulier du cartilage dans le cas de l’arthrose (lorsque la destruction de celui-ci est liée à un déficit de silicium bien sûr).

Utilisation
L’usage alimentaire du silicium organique a été interdit depuis le 1er janvier 2010 sur avis de l’agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA). Il était toutefois autorisé auparavant sans effets indésirables notoires et sa commercialisation reste autorisée à condition de ne pas le présenter comme un produit alimentaire.

Le MMST peut-être utilisé sous forme de lotion. On l’applique sur la peau en imbibant une compresse. Comme il pénètre très bien dans la peau, il rejoint le tissu conjonctif le plus proche. C’était le moyen utilisé par Norbert Duffaut.

Il existe aussi sous forme de gel, plus facile d’utilisation, mais il est alors mélangé à des excipients, dont il faut vérifier qu’ils répondent aux exigences de la charte « Cosmébio » pour avoir un produit optimal.

Il est aussi diffusé sous le nom de Conjonctyl, qui est un produit à usage injectable, et qui dispose d’une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) dans tous les pays européens.

Mise en garde
Les effets très divers relatés par témoignages, le manque de connaissances sur la forme réellement active sur les cellules, et l’absence d’études sur les effets de la complémentation en silicium organique laissent une grande zone de mystère sur la manière dont agit le silicium organique.

Un aspect qui semble évident est que le silicium a une action nutritive, surtout chez les personnes âgées. Un organisme qui manque de silicium disponible perd une partie de son potentiel et certaines de ses fonctions s’affaiblissent. Lui apporter du silicium assimilable peut avoir des conséquences dans divers domaines (articulations, os, artères, peau, cheveux, système immunitaire, yeux) car le silicium intervient dans de nombreuses structures et fonctions.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

PS : Les progrès actuels de la recherche contre l’arthrose sont saisissants. C’est un sujet qui me passionne et j’y reviens régulièrement dans mes chroniques Santé Nature Innovation. Si vous n’êtes pas encore abonné à La Lettre Santé nature Innovation, je vous invite à faire l’essai ci-dessous en inscrivant votre adresse de messagerie électronique dans la case prévue à cet effet.

Sources :
(1) Pour consulter l’article de Sciences & Avenir, voici le lien ici.

(2) Jean-Daniel Metzger, « Loïc Le Ribault et le G5 : l’aventure du silicium organique », éditions Ambre, 2010.

Pour les spécialistes qui souhaitent en savoir plus, je recommande fortement la lecture de la monographie complète sur le silicium organique ci-après, d’où sont puisées l’essentiel des informations de cette lettre (lien cliquable).
http://www.sante-vivante.fr/IMG/pdf/SV-SILICIUM.pdf



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France

En savoir plus et lire des témoignages
https://www.santenatureinnovation.com/arthrose-la-solution-silicium-organique/#moz



Voila mon expérience

Jusqu'à l'an dernier j'avais régulièrement des douleurs cervicales, et j'étais obligée de consulter très souvent un ostéopathe.
C'est pour des ongles qui s'effritent que j'ai commencé une cure d'ortie silice, et depuis le début de l'année je ne suis pas encore retournée chez l'ostéopathe, j'en conclue donc que la cure a été bénéfique pour mes douleurs.
Pour les ongles, il faut que j'attende qu'ils repoussent pour savoir si ça a marché.
Voila la marque que je trouve au biocoop
http://www.biofloral.fr/doc/Depliant_ortie-silice_2015_web.pdf

Libellule

Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Calcium, alimentation, ostéoporose, silicium organique    

Revenir en haut Aller en bas
 
Calcium, alimentation, ostéoporose, silicium organique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Alimentation jamman ---> pédales effet
» Alimentation de pédales d'effet
» barre d'alimentation
» Alimentation bruyante
» Alimentation T REX ou autres ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: SANTE- DIETETIQUE- HYGIENE- BEAUTE- :: Dossiers pour réfléchir à notre manière de vivre et se nourrir-
Sauter vers: