Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Oiseaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2780
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Oiseaux   Ven 8 Jan 2016 - 21:28

Bonjour, voila quelques renseignements sur les oiseaux

Ligue de la protection des oiseaux
source https://www.lpo.fr/
Forte d'un siècle d'engagement avec plus de 42 000 adhérents, 5000 bénévoles actifs, 400 salariés sur le territoire national et d'un réseau d'associations locales actives dans 79 départements, la LPO est aujourd'hui la première association de protection de la nature en France. (Consultez la carte du réseau d'associations locales LPO)

Elle œuvre au quotidien pour la protection des espèces, la préservation des espaces et pour l'éducation et la sensibilisation à l'environnement.

Elle est le partenaire officiel en France du réseau BirdLife International (120 représentants et près de 2,8 millions d'adhérents dans le monde).

La LPO a été créée en 1912 pour mettre un terme au massacre du macareux moine en Bretagne, oiseau marin devenu, depuis, son symbole. Elle a été reconnue d’utilité publique en 1986. Elle est dirigée par Yves Verilhac et présidée par Allain Bougrain Dubourg.

Protection des espèces
La LPO met en œuvre des plans nationaux de restauration d’oiseaux parmi les plus menacés de France, coordonne des programmes européens de sauvegarde d’espèces et gère la réintroduction d’oiseaux menacés.

L’association participe à de grandes enquêtes nationales et internationales. Elle propose à l’État, aux collectivités régionales et locales, son expertise sur le patrimoine naturel, et concourt ainsi à la protection d’espèces et d’habitats menacés, notamment lors de projets d’infrastructures.

La LPO accueille chaque année des milliers d’oiseaux blessés, tombés du nid ou mazoutés dans ses centres de sauvegarde.

Préservation des espaces
Avec son réseau de délégations, la LPO est l’un des principaux conservatoires nationaux d’espaces naturels, notamment en zone humide, dont elle est un des gestionnaires historiques majeurs. Elle gère plus de 20 000 hectares de milieux naturels répartis sur 130 sites dans 21 régions françaises, dont 15 000 ha en réserves naturelles terrestres et maritimes, et 1 350 ha en propriété.

La LPO offre l’opportunité aux particuliers, aux associations et aux collectivités d’inscrire leurs terrains dans le réseau des Refuges LPO, premier réseau français de jardins écologiques en faveur de la biodiversité. Depuis sa création, plus de 19 491 Refuges ont vu le jour sur plus de 30 000 ha. Grâce à ce réseau, il est possible d’accueillir la faune et la flore, tout en apprenant à réduire son impact sur l’environnement et jardiner nature.

La LPO bénéficie de l’agrément « Protection de l’environnement », ce qui lui permet de porter plainte et de se constituer partie civile contre les infractions aux dispositions législatives relatives à la protection de la nature et de l’environnement, par la biais de sa Mission juridique.

Éducation et sensibilisation
Acteur essentiel de l’éducation à l’environnement, la LPO bénéficie de l’agrément « Éducation Nationale », de l'agrément « Jeunesse et Education populaire » ainsi que de l'agrément au titre de l'engagement de Service Civique . Elle propose à tous les publics, et plus particulièrement aux scolaires, des ateliers, des visites guidées, des conférences, des expositions… Ainsi, chaque année, plus de 5 000 animations ou programmes éducatifs sont proposés aux scolaires, soit à plus de 100 000 enfants par an.

Par ailleurs, la LPO développe une activité de tourisme de nature dans les régions. Toute l’année, elle accueille le public dans de nombreux sites naturels comme les réserves ou les cols de migration. Cette offre est présentée dans une vingtaine de guides régionaux de sorties nature et un catalogue national de séjours nature. La LPO diffuse des informations auprès des médias dans un souci de vulgarisation scientifique et édite ses propres revues : L’OISEAU magazine, l'OISEAU MAG junior, Rapaces de France et Ornithos. Elle dispose d’un service conseils pour les particuliers et les collectivités.

Chiffres clés 42 000 membres
Environ 5 000 bénévoles actifs
Présence dans 21 régions et 79 départements, 7 centres de sauvegarde et 13 réserves naturelles nationales et 10 réserves naturelles régionales
Plus de 5 000 animations ou programmes éducatifs proposés aux scolaires
chaque année à plus de 300 000 personnes, dont 80 000 scolaires.
139 actions en justice pour faire sanctionner les attientes à la biodiversité
Des milliers d'oiseaux blessés ou mazoutés accueillis chaque année dans les 7 centres de sauvegarde
Environ 19 000 abonnés à la revue trimestrielle L'OISEAU magazine, 6 700 au Hors-Série Rapaces de France, 2 000 à L'OISEAU MAG junior, 2 800 à Ornithos.

Détails
Publication : 28 octobre 2010
Mis à jour : 12 septembre 2016



Ligue pour la protection des oiseaux Provence Alpes Côte-d'Azur
  source https://paca.lpo.fr/

source https://paca.lpo.fr/protection/especes/oiseaux
Protéger les oiseaux
Présents dans pratiquement tous les habitats, particulièrement visibles et populaires, les oiseaux forment un groupe idéal à suivre par le biais de la mobilisation de citoyens bénévoles et de manière peu onéreuse. De plus, il a été démontré qu'il s'agit de bons indicateurs de l'état de l'environnement.

source https://paca.lpo.fr/soins-animaux/conseils/aider-les-oiseaux-en-hiver
Aider les oiseaux en hiver
L'hiver est la saison la plus meurtrière pour les oiseaux qui résistent moins bien au froid en raison du manque de nourriture et de boisson. Vous pouvez venir en aide à nos amis ailés des jardins, en leur installant des mangeoires et des abreuvoirs. Pour aider les oiseaux, hivernants ou migrateurs de passage sur notre territoire, la LPO et son réseau demandent une suspension de la chasse dans tous les départements dès qu'il gèle.

Sommaire
Pourquoi nourrir les oiseaux en hiver ?
À quelle période commencer le nourrissage ?
Quelle nourriture donner aux oiseaux de votre jardin ?
Pour ou contre le nourrissage des oiseaux à l'année ?
Quelles sont les règles d'or à respecter pour commencer le nourrissage chez soi ?
Mémo des 8 règles d'or pour un bon nourrissage


Pourquoi nourrir les oiseaux ?
Pour les oiseaux présents sur notre territoire, l'hiver est la saison la plus difficile même s'ils craignent moins le froid que le manque de nourriture. La nourriture est indispensable pour affronter les basses températures or, c'est souvent à cette époque que les aliments sont les plus rares. Les sols durs et gelés les empêchent d'attraper les vers qui se sont profondément enfouis dans le sol et les graines se font rares. L'énergie qu'ils dépensent pour trouver leur nourriture (quand ils en trouvent) est considérable et n'est pas toujours compensée par leurs maigres repas.

Nous pouvons donc les aider en leur fournissant une nourriture d'appoint. Mais attention, une aide maladroite peut causer du tort aux oiseaux, il y a des règles à respecter. Et puis, nourrir les oiseaux, c'est aussi l'assurance d'un beau spectacle toute la journée !

À quelle période commencer le nourrissage ?
Vous pouvez commencer le nourrissage aux premières gelées et l'étendre jusqu'au mois de mars lorsque l'hiver se prolonge. Réduisez petit à petit les rations quand le temps se radoucit et que les oiseaux commencent à montrer des signes de territorialité. Vous devez leur donner à manger uniquement pendant cette période sensible, afin que leur comportement naturel soit respecté.

Une fois le nourrissage commencé, ne l'interrompez pas jusqu'à l'arrivée des beaux jours, car les oiseaux seraient perturbés par ce changement alors qu'ils se sont peu à peu habitués à un point d'alimentation fixe.

Quelle nourriture donner aux oiseaux de votre jardin ?
Vous pouvez leur donner différents types de nourriture, adaptés à leur régime alimentaire, suivant les oiseaux qui peuplent votre jardin en hiver. Vous veillerez toujours à mettre la nourriture hors de portée des prédateurs tels que les chats.

La graine de tournesol biologique est la meilleure pour les oiseaux granivores, les mésanges en raffolent. Tous les matins, mettre une quantité suffisante des graines dans les mangeoires pour une alimentation jusqu'en milieu d'après-midi. Avoine, blé, maïs et cacahuètes non salées conviennent aussi pour les passereaux.

Les oiseaux insectivores se nourriront de matières et corps gras tels que des pains de graisse. Vous pouvez également ajouter des fruits blets, récupérés auprès des commerçants locaux par exemple. A cela, ajouter quelques croutons de pain sec que vous émiettez en petite quantité et qui sont dévorés en quelques minutes.
En cas de vague de froid, augmenter la quantité de postes de nourrissage.

L'eau est essentielle aussi en hiver pour la survie des oiseaux, pourtant on aurait tendance à l'oublier. Elle peut être donner légèrement tiède, à l'aide d'un récipient peu profond, pour éviter les baignades mortelles.

Attention : Une erreur fréquente consiste à leur donner les restes des repas. Or ils sont souvent trop salés, trop sucrés ou trop cuits pour de tels organismes.

Pour ou contre le nourrissage des oiseaux à l'année ?
Le nourrissage toute l'année n'est pas une pratique fréquente en France. En Grande-Bretagne et dans de nombreux autres pays anglo-saxons, c'est chose courante, y compris dans les centres d'accueil de nombreuses réserves naturelles!

En France, on limite classiquement le nourrissage aux périodes de froid, notamment pour limiter la mortalité durant les périodes de gel prolongé. L'alimentation des oiseaux à ces périodes difficiles peut avoir un impact positif sur les populations de nombreuses espèces de passereaux et de turdidés.

Au printemps, les oiseaux deviennent territoriaux. L'installation d'un poste de nourrissage peut alors provoquer de violentes interactions entre les oiseaux qui viennent se nourrir et ceux dont le territoire comprend la zone de nourrissage. Sur ce plan, les mésanges sont particulièrement irascibles. L'intrusion répétée de concurrents dans leur domaine peut se traduire par un échec des nichées.

À l'inverse, un apport alimentaire aidera de nombreux adultes à relever le challenge de l'élevage des jeunes. Une mésange charbonnière élève en moyenne entre 6 et 11 petits. Les deux adultes passent tout leur temps à chercher des insectes pour leurs petits. Un apport en graine leur permet de consacrer moins de temps à leur propre alimentation et donc, vraisemblablement, d'obtenir un meilleurs succès reproductif.

Quelles sont les règles d'or à respecter pour commencer le nourrissage chez soi ?
Tout d'abord, il faut savoir que lorsque vous commencez à mettre des mangeoires dans votre jardin, vous ne pourrez pas arrêter brusquement de nourrir les oiseaux. Ils seraient perturbés par ce changement alors qu'ils se sont peu à peu habitués à un point d'alimentation fixe. Lorsque vous nourrissez les oiseaux, pensez également à leur mettre un point d'eau. En effet, même en hiver, les oiseaux ont un besoin hydrique important, non seulement pour se désaltérer mais aussi pour nettoyer leur plumage.

Autre élément clé du nourrissage des oiseaux : la mangeoire. Le mieux est d'installer des mangeoires en hauteur, sur un poteau ou dans un arbre, toujours hors de portée des prédateurs (des chats par exemple), et dans des endroits découverts pour que les oiseaux ne soient pas attaqués par surprise. Si vous habitez en zone urbaine et que vos mangeoires sont placées près des vitres, collez des silhouettes anti-collision pour éviter les accidents mortels.

Il est important de nettoyer et désinfecter les mangeoires régulièrement afin d'éviter la transmission de maladies par les fientes ou les restes d'aliments. Les lieux de nourrissage étant des zones de contact entre les oiseaux, ceux-ci contractent plus facilement des pathologies (salmonellose...). Les mangeoires tables ou plateaux sont plus exposées aux risques d'infection que les distributeurs automatiques.

Le développement de certaines pathologies est foudroyant et peut en quelques heures se traduire par la mort de dizaines d'oiseaux. La présence d'oiseaux morts ou malades près d'un site d'alimentation devrait inciter son propriétaire à cesser temporairement de nourrir les oiseaux afin d'éviter la propagation de la maladie. Dans ce cas, les mangeoires doivent être désinfectées (avec des gants) et les graines répandues au sol doivent être ramassées et éliminées.
Pour éviter la sur fréquentation des mangeoires, installez plusieurs postes de nourrissage de type plateaux et silos dans votre jardin.

Mémo des 8 règles d'or pour un bon nourrissage
Ne jamais mettre la nourriture en trop grande quantité pour éviter qu'elle ne moisisse et empoisonne les oiseaux. Installer des distributeurs à graines en cas d'impossibilité de nourrissage quotidien;
Changer l'eau des abreuvoirs régulièrement, les oiseaux ont soif même en hiver et ils ont besoin de se nettoyer le plumage ;
Nettoyer très régulièrement les mangeoires ;
Tenir les graines à l'abri de l'humidité ;
Ne pas donner d'aliments salés ;
Placer les graines et les mangeoires hors de portée des prédateurs, il ne faut pas que les chats aillent s'y nourrir... d'oiseaux !
Privilégier l'apport de nourriture pendant les grands froids et ne pas arrêter le nourrissage tant que le froid perdure;
En cas de découverte de mortalité suspecte, stopper immédiatement tout apport de nourriture et désinfecter la mangeoire et ses environs.

Si vous voulez participer au quotidien à la protection de la vie sauvage sur votre terrain et favoriser l'environnement en adoptant chez vous des gestes écocitoyens, vous pouvez rejoindre notre réseau de Refuges LPO.





Dernière édition par Libellule le Mar 22 Nov 2016 - 17:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2780
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Oiseaux   Ven 8 Jan 2016 - 21:28

Identifier des espèces d'oiseaux
Identifier une espèce d'oiseau sur la base d'observations de taille, couleur, etc.
http://www.luontoportti.com/suomi/fr/linnut


Dernière édition par Libellule le Ven 8 Jan 2016 - 21:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2780
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Oiseaux   Ven 8 Jan 2016 - 21:37

Nichoirs

source http://www.lepanierbio-info.fr/238+construire-soi-meme-des-nichoirs.html
Le site 'Nichoirs' est avant tout destiné aux passionnés d'oiseaux mais il s'adresse aussi aux amoureux de la nature qui désirent donner un coup de pouce à nos amis à plumes.
Il faut dire qu'avec le disparition des bocages dans nos campagnes, la disparition de nombreux vergers, les épandages d'insecticides et de nombreuses autres raisons les lieux de nidification se sont raréfiés à une vitesse effrayante.
Les jardiniers sont sans doute les premiers observateurs de ces chamboulements et peuvent offrir le gîte à des oiseaux qui se révèlent être de précieux auxiliaires. Les mésanges par exemple seront de précieuses chasseuses de pucerons.
Vous trouverez tous les conseils pour construire des nichoirs quatre étoiles. Vous apprendrez à choisir le matériau, à poser les nichoirs de manière à ce que les oiseaux soient à l'abri des intempéries et des prédateurs et vous découvrirez tous les conseils d'entretien et d'observation.
Plusieurs plans sont proposés : le nichoir pour rouges-gorges qui doit posséder une large ouverture, le nichoir à moineaux qui peut accueillir plusieurs couples et constitue un véritable HLM ou le nichoir pour les merles qui s'apparente plus à un support pour permettre aux merles d'ériger leur nid. Bien d'autre plans sont à découvrir gratuitement sur le site.
Des plans de nichoirs multi-spécifiques sont également proposés, il s'agit de nichoirs aux formes plus classiques et qui pourront abriter des espèces d'oiseaux différentes.
A vos scies ! Vous verrez que construire des nichoirs est une tâche très gratifiante et quelle plaisir d'observer les oiseaux se complaire dans son jardin !



Petit aperçu des conseils et renseignements précieux trouvé sur ce site
source http://www.nichoirs.net/page10-0.html
Bref historique des nichoirs

Le premier nichoir a sans doute été un pigeonnier.
Les plus anciens témoignages de la domestication du pigeon datent de plus de 5000 ans. L'intérêt porté à ces oiseaux était avant tout d'ordre alimentaire : non seulement le pigeon s'accommode très bien de la présence humaine, mais il a la faculté de se reproduire jusqu'à 10 fois par an.

La construction de pigeonniers, ou colombiers, a pris son essor dans l'antiquité, en Grèce notamment, et s'est poursuivie jusqu'au XIXe siècle. Ils retrouvent aujourd'hui une raison d'être, mais plutôt dans un objectif de limitation de population.

Le nichoir tel que nous le connaissons a pour ancêtre le « pot à moineaux » ou « pot à étourneaux », qui semble s'être répendu au XVe siècle.
Là encore, l'intérêt était purement culinaire.
Il semble que l'installation de nichoirs pour des raisons de préservation ou d'esthétique ait été initiée par Charles Waterton (1782-1865), naturaliste et explorateur britannique. Ce châtelain qui tansforma son domaine en réserve naturelle, construisit différents types de nichoirs pour favoriser la reproduction « des hiboux et des étourneaux ».

J.F. Dovaston (1782-1854), autre naturaliste britannique et ornithologue de terrain, utilisa également des nichoirs, mais uniquement dans le cadre d'expériences.

Le baron Hans von Berlepsch (1850-1915), ornithologue allemand, avait pour objectif la lutte contre les insectes, ravageurs de ses forêts. Il mit au point un type de nichoir calqué sur les loges de pics. Ces loges sont en effet occupées, après le pic lui même, par d'autres espèces cavernicoles : sittelles, mésanges, étourneaux, chouettes, etc... Il considéra donc que ce devait être le lieu de reproduction idéale de toutes ces espèces. Ayant fait abattre plusieurs centaines d'arbres porteurs de trous de pics, il constata que la configuration des loges était toujours semblable quel qu'en soit l'auteur (pic vert, pic épeiche, pic épeichette ou pic noir).
Les nichoirs qu'il fit fabriquer étaient l'exacte reproduction des loges de pics. Il en installa plus de 2000 dans une même forêt.
Les nichoirs du baron von Berlepsch eurent un grand succès et se vendirent en grande quantité dans plusieurs pays européens.

Etymologie et définition
(source : Wiktionnaire et dictionnaire Larousse)
Nichoir : nom masculin, de nicher (du latin nidus, nid), faire son nid. Boîte percée d'un orifice et servant aux oiseaux à faire leur nid.
Prononciation : [niʃwa:ʀ]
Synonyme : Nid artificiel.



: source http://www.nichoirs.net/page10-0.html
Acheter un nichoir ?
L'achat d'un nichoir est souvent source de déception. Beaucoup de nichoirs (vendus en jardinerie par exemple, mais aussi par quelques boutiques « spécialisées ») sont inadaptés et n'ont aucune chance d'être un jour adoptés par les oiseaux. Les critères qui doivent guider votre achat sont :

Le diamètre du trou d'envol : environ 30mm. Bien souvent, ce trou est beaucoup trop grand.
La position du trou d'envol : à 15cm du fond ou tout au moins dans la moitié haute du corps du nichoir. L'oiseau doit avoir la place d'accumuler ses matériaux tout en laissant la profondeur nécessaire pour éviter la chute des oisillons.
L'absence de perchoir ! Un perchoir est non seulement inutile, mais parfois nuisible.
L'épaisseur du matériau (jamais inférieur à 10mm).
La possibilité d'ouverture pour le nettoyage annuel.
La couleur : les mésanges ne dédaignent pas les nichoirs décorés, mais les chances d'occupation sont plus grandes si les couleurs sont naturelles.
On trouve sur le web des nichoirs de bonne facture et bien adaptés aux oiseaux auquels ils sont destinés à cette adresse :
http://www.vivara.fr/
(Une partie des bénéfices des ventes réalisées par Vivara est reversée à des organismes de protection de la nature)

Ou bien à celle-ci :
 http://www.nichoir.fr/index.cfm

Nichoirs originaux du web
 http://www.nichoirs.net/page10-03.html



 source http://www.nichoirs.net/
Bienvenue au pays du nichoir !
Tout sur la construction des mangeoires, leur installation, leur approvisionnement et sur l'aménagement d'un jardin attractif pour les oiseaux.

Vous désirez
Construire un nichoir pour les oiseaux de votre jardin (mésanges, sittelle, troglodyte, etc...) sans vouloir privilégier une espèce particulière : rendez vous sur "Plans de nichoirs multi-spécifiques"
Construire un nichoir destiné à une espèce déterminée : rendez vous sur "Plans de nichoirs spécifiques"
Like a Star @ heaven http://nichoirs.net/page4.html
Ce sont les nichoirs les plus communs, ceux que l'on installe généralement au jardin. Leur forme et leurs dimensions conviennent en effet à toutes les espèces qui vivent près de l'homme. On pourra simplement donner la préférence à certains oiseaux en adaptant la taille du trou d'envol (se reporter au tableau "dimensions des nichoirs").

Les modèles de nichoirs "fermés" sont toujours présentés avec un trou d'envol circulaire. C'est, d'une part, pour une raison esthétique et , d'autre part, parce que ces trous sont plus proches de ceux rencontrés dans la nature.
Mais le bricoleur ne dispose pas toujours du matériel nécessaire (mèche, scie cloche). Un trou d'envol carré ou rectangulaire pratiqué dans l'angle du nichoir est aussi efficace et plus simple à réaliser.

La hauteur du trou d'envol par rapport au plancher ne figure que rarement sur les plans ci après. Il sont généralement à percer dans le tiers supérieur du corps du nichoir.

Avertissement à propos des dimensions figurant sur les plans
Les dimensions sont calculées en fonction d'une épaisseur de bois déterminée, presque toujours 18mm (l'épaisseur conseillée figure au bas de chaque plan au format PDF).
Si vous devez utiliser une épaisseur différente, il sera nécessaire de recalculer les cotes.
Merci de bien vouloir me signaler toute erreur ou omission.



 source http://www.nichoirs.net/page2.html
Bois
On utilise le sapin ou le peuplier de préférence. L'aggloméré (ou panneau de particules) et le contreplaqué sont à proscrire pour les nichoirs ordinaires car même le contreplaqué "marine" n'a pas une longévité comparable à celle du bois bien entretenu. Les planches de sapin dites "à coffrage" sont de qualité suffisante pour le type de travail envisagé. Leur prix est modique chez les marchands de matériaux de construction.
On peut également utiliser le mélèze, le cèdre rouge ou le robinier faux-acacia qui sont des bois imputrescibles.
Epaisseur conseillée : 18mm, ce qui correspond à une épaisseur commerciale courante. Tous les plans présentés sur ce site tiennent compte des dimensions commerciales des matériaux. Ne jamais utiliser une épaisseur inférieure à 10mm : un nichoir thermiquement bien isolé favorise une reproductiopn précoce.
Le contreplaqué est à réserver pour les nichoirs devant prendre place à l'intérieur d'un bâtiment ou pour des modèles de taille imposante où les parois ne pourraient être composées d'une seule planche. Si le nichoir doit être posé à l'extérieur, il y aura lieu de choisir un contreplaqué « marine ».

Préservation du bois
Beaucoup de poseurs de nichoirs en traitent le bois par un badigeonnage à l'huile de vidange car celle-ci a la réputation de rendre le bois imputrescible. Mais on prétent parfois que les contacts répétés avec ces huiles sont cancérigènes. Cette seule suspicion me conduit à ne pas préconiser un tel traitement. Pour ma part, j'emploie depuis de nombreuses années l'huile de lin avec les meilleurs résultats. Certains de mes nichoirs restent fonctionnels après plus de 30 ans de service.
Lors d'un premier traitement, il est possible d'appliquer l'huile de lin chaude. Ainsi, elle se fluidifie et pénêtre le bois. Je préfère cette pratique à l'adjonction d'essence de térébenthine.

Il n'est nullement utile de traiter l'intérieur du nichoir.
La peinture n'est conseillée que si :
- elle conserve au bois sa rugosité
- aucun de ses composants n'est toxique.



source http://www.nichoirs.net/page7.html
visite et entretien
En période de nidification, l'ouverture du nichoir est à éviter, sauf cas d'absolue nécessité ou si la visite entre dans le cadre d'une étude scientifique.

Malgré cela, voici quelques conseils que les plus curieux auront à respecter impérativement : le nichoir ne doit être ouvert que le moins souvent possible et jamais lorsque les jeunes sont proches de l’envol.
La visite sera rapide. On choisira de préférence, une journée ensoleillée.
En aucun cas on ne touchera aux nid, aux œufs ou aux oisillons.

La période la plus appropriée pour visiter un nichoir est le début du nourrissage. En effet, un couveur surpris risque d’abandonner ses œufs alors que l’abandon d’oisillons, chez les espèces concernées, ne se produit qu’en cas de fort dérangement.

Lors de ces visites de contrôle, n’approchez pas du nichoir avec trop de discrétion : il faut que les oiseaux soient avertis de votre arrivée.
Si une visite est un peu tardive dans le déroulement de la reproduction et que les jeunes sont proches de l’envol, il se peut que ceux-ci quittent prématurément le nichoir à votre arrivée. Dans ce cas, c’est l’unique cas où il est nécessaire d’intervenir, prenez les oisillons (que vous mettez ensemble dans un tissus, par exemple) et replacez les dans le nid. Puis obturez l’ouverture pendant une dizaine de minutes, le temps qu’ils aient retrouvé leur calme.

Un nichoir construit aux proportions idéales et installé dans le meilleur des endroits offre le plus de chance de réussite des nichées. Malgré cela, il peut arriver que les oisillons meurent avant l'envol. Si vous constatez un tel incident, ne vous sentez pas coupable pour autant, vous n'êtes en rien responsable. Il existe des quantités de causes possibles de mortalité des jeunes oiseaux au nid (oisillons et parfois adultes) et beaucoup sont imprévisibles :

l'abandon du nid par les parents en raison d'un dérangement,
la mort des parents (prédation, automobile, etc.)
la maladie, l'empoisonnement, le parasitage,
des conditions climatiques inadéquates,
etc...

l'oisillon « tombé » du nid
Il arrive que l'on trouve un oisillon que l'on pense tombé du nid. Il s'agit bien souvent d'un envol prématuré plutôt que d'une chute.
Chez les espèces nidicoles, celles qui nous intéressent et fréquentent les nichoirs, les jeunes sont nourris par les parents pendant un temps variable suivant la sortie du nid. Ceux-ci se tiennent donc à proximité et il est suffisant de percher l'oisillon à l'ombre, hors de portée des chats et de laisser aux parents le soin d'achever l'élevage. Replacer le poussin dans le nichoir, c'est aussi risquer de provoquer l'envol du reste de la nichée.
Il n'y a aucun inconvénient à toucher un jeune oiseau et à y déposer ainsi notre odeur : l'odorat est, chez les oiseaux, un sens très peu développé.

Entretien
Un nichoir doit être débarrassé des matériaux du nid après chaque saison de reproduction. Ces matériaux abritent toujours des parasites en grand nombre. De plus, les oiseaux ne réutilisent pas les nids d’une année sur l’autre, mais reconstruisent toujours.
Après décrochage du nichoir (la meilleure période est celle ou les hyménoptères cessent leur activité), évacuation des matériaux du nid et quelques jours de séchage, on peut brûler au chalumeau la paroi interne afin d’éliminer totalement les parasites.
On traite les parois externes afin d’assurer une bonne étanchéité et la préservation du bois : peinture ou badigeonnage à l’huile (voir au chapitre « matériaux à utiliser »). L’étanchéité du toit est contrôlée et on débouche les trous d’évacuation pratiqués dans le fond.
On profite de l’occasion pour une inspection générale de l’état du nichoir et, le cas échéant, pour procéder aux réparations. On veille, par exemple, aux planches fendues et aux assemblages défaillants. Les fentes peu importantes peuvent être rebouchées avec un joint de silicone ou une pâte d’étanchéité quelconque. Les nichoirs trop endommagés sont réformés et remplacés.

Il est parfois conseillé de procéder à l'entretien du nichoir en février, juste avant la période de nidification, de façon à laisser aux occupant hivernaux l'isolation constituée par les matériaux du nid. Mais le risque de parasitage est toujours possible, même en hiver, surtout si le temps est doux.

Lors du décrochage d’un nichoir, assurez vous qu’il n’est pas occupé par une autre espèce animale : les Chauves souris, les abeilles, etc... doivent être respectées !



 source http://www.bluemarguerite.com/Loisirs-creatifs/tuto-2815-nichoir-a-oiseaux-en-bois.deco
Un tuto pour fabriquer un nichoir à oiseaux en bois
Envie d'être proche des oiseaux ? Construisons un nichoir en bois pour notre jardin ou notre terrasse : nous pourrons ainsi observer de petits oiseaux discrètement pendant qu'ils mèneront leur vie de famille.

NB : Pour les balcons, du fait de leur dimension étroite, seule l'hirondelle habituée à construire son nid sous les corniches des maisons sera susceptible d'y nidifier.

"Nichoir en bois" est  une création extraite de "J'accueille et je protège les oiseaux de mon jardin", d'Elisabeth Gismondi, édition De Vecchi.

Fournitures
Matériel
Marteau
Scie
Crayon à papier

Consommables
Des nids artificiels sont exposés dans les oiselleries ; mais, comme pour les mangeoires, les passionnés de bricolage peuvent les réaliser eux-mêmes. Il suffit de vous procurer des planches de 2 cm d’épaisseur environ. Le bois doit résister à l’humidité ; c’est pourquoi utilisez de préférence le pin, le mélèze ou le sapin.
Il est plus aléatoire de construire un nichoir avec un bois dur car, à la longue, celui-ci travaille et se fend. De même un bois jeune, exposé aux intempéries, gauchit. Des fissures se créent alors et occasionnent des tracas à vos nouveaux locataires.
Le plastique, le métal ou le fer-blanc sont déconseillés également dans la construction des nichoirs ; ces matériaux n’assurent pas une bonne isolation thermique et accentuent la présence de l’humidité. Il en est de même du polystyrène ; ce matériau s’effrite trop facilement. En outre, s’ils en absorbent par mégarde quelques morceaux, les oiseaux peuvent mourir.
Clous
Crochet (si l'on veut le suspendre)

Comment faire ?
Les nichoirs doivent être suffisamment éloignés les uns des autres. En effet, les oiseaux délimitent précisément leur territoire et y tolèrent difficilement une intrusion de leurs congénères. Font exception à cette règle les oiseaux qui nidifient en colonie, telles les hirondelles.
Le nombre idéal de nichoirs à placer dans un jardin est difficile à déterminer. De nombreux facteurs sont à prendre en compte. Dans un espace de dimension moyenne et où peu de sites naturels sont adaptés à la nidification des oiseaux, placez une dizaine de nichoirs. Comme les volatiles préfèrent les nichoirs fermés, vous pourrez en disposer six de cette sorte plus quatre ouverts.
Les moineaux apprécient ce nid simple en forme de coupe, cloué à une corniche.



Vous n'avez que l'embarras du choix
 https://www.youtube.com/watch?v=xcMRzWDW__o

 https://www.youtube.com/watch?v=NuWF-Q6yJcU

https://www.youtube.com/watch?v=82QQ17MGJcg

 https://www.youtube.com/watch?v=QvIYUcGX-vc



 source http://oiseauxisere.free.fr/activites/fabriquer_nichoir.htm
Citation :
Ligue pour la Protection des Oiseaux de l'Isère
Association d'étude et de protection des animaux sauvages et de leurs milieux.

Quel bois ? Evitez les contre-plaqués et lamélisés qui gonflent à l'humidité. Privilégiez des bois résistants comme le pin, le sapin ou le mélèze. Le bois non raboté permet aux oiseaux de s'accrocher aux parois. L'épaisseur idéale pour les planches est de 18 mm. Le nichoir ne doit pas être raboté

Où et comment l'installer ? La hauteur conseillée pour la pose du nichoir est de 2 à 5 m. L'orientation vers le sud-est est idéale, car elle protège la nichée de la pluie et des vents froids, protection renforcée si le nichoir est légèrement incliné vers le bas. Lorsque le nichoir est occupé, la tentation est grande de soulever le toit pour voir à l'intérieur. Résistez-y ! Vous risquez de voir les adultes abandonner la nichée !

Ne pas fixer de perchoir à l'entrée du trou d'envol et ne pas poser le nichoir sur une branche car ceux-ci servent d'appui aux prédateurs.

Pas de support à l'entrée du nichoir !

  Veillez à faire en sorte que le fil de fer qui permet de fixer le nichoir, ne blesse pas l'arbre en glissant un bout de bois entre le fil de fer et l'arbre. Percez le fond de quelques trous afin d'évacuer l'humidité et de permettre l'aération du nichoir. Ne traitez pas le bois avec des produits toxiques ou répulsifs. Utilisez simplement de l'huile de lin.

Quand ? Certains oiseaux cherchent un endroit idéal pour s'installer dès l'automne et tout au long de l'hiver, c'est donc au cours de cette période qu'il faut poser le nichoir. Nettoyer le nichoir en automne (fin octobre, début novembre). Enlevez l'ancien nid (les oiseaux en reconstruiront un nouveau l'année suivante). Débarrassez-le des parasites qui s'y sont installés en le nettoyant avec un peu d'eau javellisée.

suite sur le site........



 sourcehttp://bricobistro.com/fabriquer-un-nichoir-facile-le-guide/
Fabriquer un nichoir facile – Le guide
Comment Fabriquer un nichoir ? Voici un guide et plan facile :
Faire un nichoir est un projet parfait pour un débutant, il peut être construit à partir de bois recyclé et de la construction n’a pas à être exact.

Matériaux et outils:

Bois recyclé ou débris de bois, coupé à la taille, marteau, clous, ou cloueuse à air comprimé, perceuse sans fil avec fixation tournevis, vis à bois…

Étapes à suivre pour fabriquer un nichoir :

Dans ce projet, un bois massif traité a été utilisé pour le dos. Deux planches plus courtes sont coupées à un angle de sorte que le toit angle vers le bas permettant l’eau de pluie de s’écouler.

Deux pièces latérales identiques coupées sont attachées au panneau arrière à l’aide d’un pistolet à clous à air comprimé ou d’ une visseuse classique ou fixés à l’aide d’un marteau et des clous. Trois clous sont utilisés pour fixer chacune des deux pièces latérales.

Après avoir fixé les deux parties, utiliser la même technique pour fixer le fond à l’aide de deux clous pour fixer chaque côté de la pièce de fond.

Avec le dos, les côtés et le fond tous attachés, installer le toit. Le morceau du toit devrait être légèrement plus large que le corps du nichoir pour offrir une protection adéquate contre la pluie. Fixer le toit sur les pièces latérales obliques à l’aide de deux clous de chaque côté.

Le dernier élément de la volière est l’avant de la porte d’entrée circulaire. La taille de la porte circulaire est important. Une ouverture de 5 cms de diamètre est assez grand pour oiseaux bleus, pinsons et autres oiseaux chanteurs plus petits, tout en étant assez petit pour tenir étourneaux d’entrer ou de nidification dans la boîte.

Installez le panneau avant en utilisant seulement deux vis reliant aux côtés de la structure, près du sommet. Cela permettra à l’avant d’être renversé ouvert pour nettoyer le nichoir entre les saisons de nidification. Percer des trous pilotes dans chacun des côtés – chacune à la même hauteur.

Installez une vis dans chacun des deux trous, résultant en  “charnières” qui peuvent s’ouvrir pour le nettoyage.

Enfin, l’installation d’un seul clou de fixation au fond d’un côté s’étendant dans la porte battante. Fixez le clou en vrac dans un trou pré-percé pour servir de verrou pour maintenir la pièce  sécurisée quand elle est fermée.

Plan du nichoir sur le site.

Alerte de sécurité: Les outils électriques ne doivent jamais être utilisés par les jeunes menuisiers, sauf avec la surveillance étroite d’un adulte.  Toujours porter des lunettes de sécurité pour protéger vos yeux lorsque vous travaillez avec du bois et avec des outils électriques.

Note: Sauf pour le diamètre de l’orifice d’entrée, les dimensions d’un nichoir ne sont pas critiques. Certaines dimensions pour les panneaux sont utilisés dans ce projet, mais vous n’aurez pas forcément besoin de suivre ces dimensions à la lettre.

Comment Fabriquer un nichoir facile  -Conseils:

Il est préférable d’ ajouter de la colle àa bois lors de l’ assemblage pour les jonctions fixes et d’ utiliser une bonne lasure de type SIKKENS est d’ en badigeonner 2 couches la niche abondamment surtout sur les jointures, ce qui paufinera l’ étanchéité de l’ ouvrage.



source http://www.leblogdici.fr/un-nichoir-a-oiseaux/
Les oiseaux vont bientôt prendre leurs quartiers d’hiver. Et si on leur construisait un gîte tout confort ? Avec quelques brins d’osier et de paille, réalisez ce nichoir à oiseaux des plus solides !

Toutes les saisons et les occasions sont bonnes pour mettre la main à la pâte et réalisez soi-même ses créations, comme par exemple ce nichoir à oiseaux. Les magazine d’Ici, que ce soit Esprit, Jardin ou Cuisine, regorgent de pas-à-pas, tutoriels qui vous aiderons à créer objets et outils utiles et authentiques !





Dernière édition par Libellule le Mar 22 Nov 2016 - 18:10, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2780
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Oiseaux   Ven 8 Jan 2016 - 21:45

source https://www.lpo.fr/communique/en-hiver-les-oiseaux-ont-plus-que-jamais-besoin-de-vous
En hiver, les oiseaux ont plus que jamais besoin de vous !
Depuis quelques jours, le gel et la neige ont fait fuir des milliers d’oiseaux dont la survie s’avère menacée. C’est pourquoi, la LPO demande au Ministère de l’Ecologie le déclenchement immédiat du protocole national Vague de froid.

La LPO invite également le grand public à installer des mangeoires et des abreuvoirs dans les jardins ou sur les balcons. Difficile, en effet, pour nos amis ailés de résister au froid quand la nourriture et l’eau se font rares !

La chute des températures et la généralisation de la neige dans de nombreux départements ont déjà contraint des milliers d’oiseaux à se réfugier plus au sud et à l’intérieur des terres.

Ainsi, 56 000 grives et alouettes ont survolé l’Ardèche le 1er décembre ; 1 200 buses variables ont été observées au-dessus de Besançon (Doubs) le 29 novembre ; des bruants des neiges ont été aperçus à l’intérieur des terres ; des arrivées massives de pinsons et d’autres petits passereaux ont été enregistrées sur le littoral méditerranéen et l’intérieur de notre territoire ; de nombreux passages de vanneaux ont été notés dans toute la France ; des oies (principalement cendrées) ont effectué des mouvements dans le nord de la France et le long de la vallée du Rhône.
Face à ces phénomènes exceptionnels à cette époque de l’année, la LPO réclame la mise en œuvre, sans plus attendre, du protocole national Vague de froid*.

De votre côté, vous pouvez également aider nos amis ailés à résister aux conditions climatiques difficiles.
En hiver, c’est le manque de nourriture qui menace les oiseaux, bien plus que le froid. Pour maintenir une température corporelle constante (40-42°C), ils disposent d’un système élaboré de thermorégulation, et mettent en action des stratégies de rassemblement.

Pourtant, malgré ces techniques de résistance, ils doivent inlassablement chercher de la nourriture pour ne pas mourir de froid. Or, les jours raccourcissent, les ressources alimentaires se raréfient et sont masquées par la neige et le verglas. Les oiseaux ont donc plus que jamais besoin de vous.

Pour les aider à se nourrir, vous pouvez installer des mangeoires (disponibles sur la boutique LPO*) dans votre jardin ou sur votre balcon, hors d’atteinte des prédateurs.

Vous y placerez des aliments riches en hydrates de carbone et en graisse, de préférence le matin de bonne heure et le soir avant le rassemblement des oiseaux en dortoir. Ils pourront ainsi reconstituer leurs réserves de lipides indispensables pour résister aux longues et froides nuits d’hiver. Ces mangeoires doivent être régulièrement nettoyées afin d’éviter la propagation des maladies, et permettre le maintien de la nourriture à l’abri de l’humidité et des intempéries.

Attention, cependant, les oiseaux ne doivent être nourris que pendant la période sensible, à savoir de fin novembre à fin mars, afin de respecter leur comportement naturel. Et comme la nourriture artificielle ne suffit pas, il convient de préserver tout au long de l’année, dans votre jardin, une végétation indigène, source d’insectes, de fruits et de baies.

Pour permettre aux oiseaux de se désaltérer et de se baigner (l’entretien du plumage étant primordial pour lutter contre le froid), vous pouvez leur fournir un abreuvoir. Vous veillerez à renouveler l’eau deux fois par jour et à la maintenir libre de glace en ajoutant simplement et uniquement de l’eau tiède.

En aidant les oiseaux en hiver, nous pouvons tous participer à la sauvegarde du vivant tout en continuant à admirer à loisir ces acrobates ailés.

Allain Bougrain Dubourg
Président de la LPO

Le protocole national Vague de froid
Ce protocole intervient quand des températures négatives sans dégel sont enregistrées dans la journée sur les 2/3 du territoire national et une aggravation dans les 3 jours suivants est prévue. Il a pour objet de rappeler les conditions dans lesquelles les mesures de suspension de la chasse en cas de gel prolongé sont susceptibles d’être prises au niveau de chaque département.
L’article R. 424-3 du code de l’environnement, prévoit que « en cas de gel prolongé, susceptible de provoquer ou de favoriser la destruction du gibier, le préfet peut, sur tout ou partie du département, suspendre l’exercice de la chasse soit à tout gibier, soit à certaines espèces de gibier. La suspension s’étend sur une période de dix jours maximum et renouvelable. L’arrêté du préfet fixe les dates et heures auxquelles entre en vigueur et prend fin la période de suspension. » La suspension de la chasse doit être proportionnelle aux risques de pertes dans les populations d’oiseaux concernées.

Au menu des mangeoires
Les meilleurs aliments
Mélange de graines : le mélange optimal reste composé de tournesol noir, cacahuètes non salées et maïs concassé ;
Pain de graisse végétale simple ;
Pain de graisse végétale mélangé avec des graines, fruits rouges ou insectes ;
Graines de tournesol (non grillées et non salées), si possible non striées, les graines noires sont meilleures et plus riche en lipides ;
Cacahuètes (non grillées et non salées) ;
Amandes, noix, noisettes et maïs concassés (non grillés et non salés) ;
Petites graines de millet ou d'avoine ;
Fruits décomposés (pomme, poire flétrie, raisin).

Les aliments à donner en petites quantités seulement
Lard, suif, saindoux ;
Margarine, végétaline ;
Pâtée pour chat ou chien, excellent substitut aux insectes ou vers;
Croûtes de fromage (souvent trop salée) ;
Miettes de pain, biscottes ou gâteaux ;
Pomme de terre, pâtes ou riz cuits.

Les aliments à ne pas donner
Biscottes, pain sec, noix de coco desséchée, riz cru et restes de pâtisseries ;
Le lait qui n’est pas digéré par les oiseaux (seuls les dérivés cuits comme le fromage le sont) ;
Les larves de mouches (asticots) qui risquent de perforer l’estomac ;
Les graines de ricin ou lin qui sont toxiques pour les oiseaux.

Créer un refuge LPO
La LPO offre l’opportunité aux particuliers et aux personnes morales (écoles, collectivités, entreprises) d’inscrire leurs terrains dans le réseau des Refuges LPO. L’objectif de tous étant de mieux protéger l’environnement, le cadre de vie et plus largement la biodiversité de proximité. Ce premier réseau de jardins écologiques en France s’inscrit au cœur de la trame verte et des corridors écologiques, en constituant un véritable maillage sur notre territoire. Depuis la création du premier Refuge en 1921, dans le Nord, plus de 16 000 ont vu le jour sur plus de 36 000 hectares. Aujourd’hui, le réseau compte 9180 refuges répartis sur 15 000 ha.
Les propriétaires de Refuges LPO bénéficient de conseils pratiques de la LPO, notamment sur le nourrissage des oiseaux.

La boutique LPO
Elle propose une large gamme de mangeoires et d’abreuvoirs pour oiseaux : http://www.lpo-boutique.com/

Document
Communiqué de presse en PDF

Contacts :
Claire Lux, Attachée de presse
01 42 73 56 10 / 06 34 12 50 69
Anne-Laure Dugué, Responsable de Programme Oiseaux en détresse
05 46 82 12 34 / anne-laure.dugue@lpo.fr
Nicolas Macaire, Animateur du programme Refuges LPO
05 46 82 12 34 / nicolas.macaire@lpo.fr

Détails
Publication : 2 décembre 2010
Mis à jour : 3 avril 2012

Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2780
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Oiseaux   Ven 8 Jan 2016 - 21:46

source https://www.lpo.fr/actualite/nourrir-les-oiseaux-de-son-jardin-en-hiver
Nourrir les oiseaux de son jardin en hiver
La LPO vous donne tous les trucs et astuces pour un nourrissage réussi.
Le nourrissage des oiseaux des jardins est une activité répandue en hiver, toutefois, certaines règles sont à respecter.

Quand nourrir les oiseaux ?
La LPO préconise un nourrissage seulement durant la mauvaise saison, en période de froid prolongé. Le nourrissage peut globalement être pratiqué de la mi-novembre à fin mars. Il n'est pas conseillé de nourrir les oiseaux au printemps et en été car beaucoup d'entre eux deviennent insectivores à cette saison et cela peut créer une relation de dépendance vis-à-vis des jeunes oiseaux de l'année qui doivent apprendre à se nourrir par eux-mêmes.

Où placer le poste de nourrissage et d'abreuvage ?
Nous vous conseillons de le placer au centre du jardin, dans un endroit dégagé, éloigné des murs, buissons et branches latérales afin d'éviter l'accès aux prédateurs.

Astuce : placez le poste de nourrissage de manière à ce qu'il soit visible depuis une fenêtre afin de pourvoir profiter du spectacle !

Le nourrissage des oiseaux en hiver engendre des rassemblements d'oiseaux, parfois conséquents. Afin d'éviter la propagation de maladies chez les oiseaux, nous vous conseillons de dispersez vos mangeoires : les types de mangeoires sont nombreux (à poser, à suspendre, sur pieds avec système de plateau, de distributeur…), n'hésitez pas à mélanger les genres. Consultez les mangeoires et abreuvoirs disponibles à la Boutique LPO. Et pour une hygiène irréprochable, pensez à nettoyer régulièrement les abreuvoirs.

Quelle nourriture donner aux oiseaux ?
Les oiseaux étant des animaux à sang chaud, il n'est pas conseillé de leur donner trop de graisse animale (lard, suif, saindoux…). Privilégiez plutôt les graisses d'origine végétale, si possible à base d'huile de colza.

Attention, ne donnez jamais de lait aux oiseaux : ils ne peuvent pas le digérer et celui-ci peut être responsable de troubles digestifs mortels. Seuls les dérivés laitiers cuits, tels que le fromage, peuvent être donnés en très petite quantité.

Les mélanges de graines très bon marché composés de pois, de lentilles et de riz doivent aussi être évités ainsi que les biscuits pour animaux domestiques.

Les meilleurs aliments
Mélanges de graines : le mélange optimal étant composé d'1/3 de tournesol noir, de cacahuètes et de maïs concassé ;
Pain de graisse végétale simple ;
Pain de graisse végétale mélangé avec des graines, fruits rouges ou insectes ;
Graines de tournesol (non grillées et non salées), si possible non striées, les graines noires sont meilleures et plus riches en lipides ;
Cacahuètes (non grillées et non salées) ;
Amandes, noix, noisettes et maïs concassés (non grillées et non salées) ;
Petites graines de millet ou d'avoine ;
Fruits décomposés (pomme, poire flétrie, raisin).
Si vous voulez participer au quotidien à la préservation de la vie sauvage sur votre terrain (jardin, cour, terrasse, balcon…) et agir en faveur de la biodiversité en adoptant chez vous des gestes écocitoyens, vous pouvez rejoindre notre réseau de Refuges LPO.

En vous inscrivant au programme Refuges LPO, vous bénéficiez de nombreux conseils techniques sur la connaissance des hôtes de votre Refuge, sur les aménagements à entreprendre dans votre jardin ou sur votre balcon mais aussi d'un suivi personnalisé par un spécialiste de la faune et de la flore sauvage.

Détails
Publication : 22 décembre 2014
Mis à jour : 29 décembre 2014



source http://www.lpo-boutique.com/dossiers-thematiques/le-nourrissage-des-oiseaux-en-hiver-conseil-d-expert/
Le nourrissage des oiseaux en hiver : conseil d’expert
C'est reconnu : l’observation des oiseaux autour d’une mangeoire est un spectacle procurant du bien être ! C’est aussi bien souvent comme cela que commence la "passion des oiseaux". Pour nous parler de ce sujet, nous avons rencontré Philippe Jourde, naturaliste au Service Etude du Patrimoine Naturel à la LPO France. Il s’est prêté au jeu des questions-réponses pour partager son expérience et nous transmettre les bons gestes à adopter pour nourrir les oiseaux au jardin.

Pourquoi nourrir les oiseaux ?
Pour les oiseaux présents sur notre territoire, l’hiver est la saison la plus difficile même s’ils craignent moins le froid que le manque de nourriture. La nourriture est indispensable pour affronter les basses températures or, c’est souvent à cette époque que les aliments sont les plus rares. Les sols durs et gelés les empêchent d’attraper les vers qui se sont profondément enfouis dans le sol et les graines se font rares. L’énergie qu’ils dépensent pour trouver leur nourriture (quand ils en trouvent) est considérable et n’est pas toujours compensée par leurs maigres repas.

Nous pouvons donc les aider en leur fournissant une nourriture d’appoint. Mais attention, une aide maladroite peut causer du tort aux oiseaux, il y a des règles à respecter. Et puis, nourrir les oiseaux, c’est aussi l’assurance d’un beau spectacle toute la journée ! Je pratique le nourrissage dans mon propre jardin depuis 1981, c’est l’occasion d’effectuer des observations passionnantes sur le comportement des oiseaux et de les observer à très courte distance.

À quelle période commencez-vous le nourrissage ?
Je commence le nourrissage aux premières gelées et l’étend jusqu’au mois de mars lorsque l’hiver se prolonge. Je réduis petit à petit les rations quand le temps se radoucit et que les oiseaux commencent à montrer des signes de territorialité.

Quelle nourriture donnez-vous aux oiseaux de votre jardin ?
Je leur donne principalement du tournesol biologique . Tous les matins, je mets environ 3 kilos de graines dans les mangeoires, ce qui permet une alimentation jusqu’en milieu d’après-midi. En cas de vague de froid, j’augmente la quantité de postes de nourrissage et ajoute également des pains de graisse et des fruits blets, récupérés auprès des commerçants locaux. A cela s’ajoutent quelques croutons de pain sec que j’émiette en petite quantité et qui sont dévorés en quelques minutes.
Une vingtaine d’espèces fréquentent les mangeoires et j’ai sur la plus grande une cinquantaine d’oiseaux en permanence, ce qui doit représenter plusieurs centaines d’individus au total.

Pour ou contre le nourrissage des oiseaux à l’année ?
Le nourrissage toute l’année n’est pas une pratique fréquente en France. En Grande-Bretagne et dans de nombreux autres pays anglo-saxons, c’est chose courante, y compris dans les centres d’accueil de nombreuses réserves naturelles !

En France, on limite classiquement le nourrissage aux périodes de froid, notamment pour limiter la mortalité durant les périodes de gel prolongé. L’alimentation des oiseaux à ces périodes difficiles peut avoir un impact positif sur les populations de nombreuses espèces de passereaux et de turdidés.

Au printemps, les oiseaux deviennent territoriaux. L’installation d’un poste de nourrissage peut alors provoquer de violentes interactions entre les oiseaux qui viennent se nourrir et ceux dont le territoire comprend la zone de nourrissage. Sur ce plan, les mésanges sont particulièrement irascibles. L’intrusion répétée de concurrents dans leur domaine peut se traduire par un échec des nichées.

À l’inverse, un apport alimentaire aidera de nombreux adultes à relever le challenge de l’élevage des jeunes. Une mésange charbonnière élève en moyenne entre 6 et 11 petits. Les deux adultes passent tout leur temps à chercher des insectes pour leurs petits. Un apport en graine leur permet de consacrer moins de temps à leur propre alimentation et donc, vraisemblablement, d’obtenir un meilleurs succès reproductif.

Quelles sont les règles d’or à respecter pour commencer le nourrissage chez soi ?
Tout d’abord, il faut savoir que lorsque vous commencez à mettre des mangeoires dans votre jardin, vous ne pourrez pas arrêter brusquement de nourrir les oiseaux. Ils seraient perturbés par ce changement alors qu’ils se sont peu à peu habitués à un point d’alimentation fixe. Lorsque vous nourrissez les oiseaux, pensez également à leur mettre un point d’eau. En effet, même en hiver, les oiseaux ont un besoin hydrique important, non seulement pour se désaltérer mais aussi pour nettoyer leur plumage. Mon abreuvoir est alimenté automatiquement par gravité à partir d’un petit réservoir qui collecte l’eau de pluie de ma toiture.

Autre élément clé du nourrissage des oiseaux : la mangeoire. Le mieux est d’installer des mangeoires en hauteur, sur un poteau ou dans un arbre, toujours hors de portée des prédateurs (des chats par exemple), et dans des endroits découverts pour que les oiseaux ne soient pas attaqués par surprise. Si vous habitez en zone urbaine et que vos mangeoires sont placées près des vitres, collez des silhouettes anti-collision pour éviter les accidents mortels.

Quelle que soit la saison, il est important de nettoyer et désinfecter les mangeoires régulièrement afin d’éviter la transmission de maladies par les fientes ou les restes d’aliments. Les lieux de nourrissage étant des zones de contact entre les oiseaux, ceux-ci contractent plus facilement des pathologies (salmonellose...). Les mangeoires tables ou plateaux sont plus exposées aux risques d’infection que les distributeurs automatiques, et d’autant plus si vous nourrissez au printemps ou en été. Le nourrissage estival exige en effet une hygiène parfaite, la chaleur accélérant la dégradation de la nourriture, il faut être extrêmement vigilant à la prolifération des bactéries.

Pour éviter la sur fréquentation des mangeoires, j’ai installé plusieurs postes de nourrissage de type plateaux et silos dans mon jardin. J’insiste volontairement sur le nettoyage des mangeoires car le développement de certaines pathologies est foudroyant et peut en quelques heures se traduire par la mort de dizaines d’oiseaux. La présence d'oiseaux morts ou malades près d'un site d'alimentation devrait inciter son propriétaire à cesser temporairement de nourrir les oiseaux afin d'éviter la propagation de la maladie. Dans ce cas, les mangeoires doivent être désinfectées (avec des gants) et les graines répandues au sol doivent être ramassées et éliminées.

Mémo des 8 règles d’or pour un bon nourrissage
1) Ne jamais mettre la nourriture en trop grande quantité pour éviter qu’elle ne moisisse et empoisonne les oiseaux. Installer des distributeurs à graines en cas d’impossibilité de nourrissage quotidien;
2) Changer l’eau des abreuvoirs régulièrement, les oiseaux ont soif même en hiver et ils ont besoin de se nettoyer le plumage ;
3) Nettoyer très régulièrement les mangeoires ;
4) Tenir les graines à l’abri de l’humidité ;
5) Ne pas donner d’aliments salés ;
6) Placer les graines et les mangeoires hors de portée des prédateurs, il ne faut pas que les chats aillent s’y nourrir... d’oiseaux !
7) Privilégier l’apport de nourriture pendant les grands froids et ne pas arrêter le nourrissage tant que le froid perdure;
8) En cas de découverte de mortalité suspecte, stopper immédiatement tout apport de nourritureet désinfecter la mangeoire et ses environs.

Si vous voulez participer au quotidien à la protection de la vie sauvage sur votre terrain et favoriser l’environnement en adoptant chez vous des gestes écocitoyens, vous pouvez rejoindre notre réseau de Refuges LPO.





Dernière édition par Libellule le Mar 22 Nov 2016 - 18:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oiseaux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oiseaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Génération 5 : Les oiseaux des parcs et jardins.
» Les Oiseaux De Passage Swing
» Parc des oiseaux villars les dombes
» un défenseur des oiseaux tue un chat
» Oiseaux...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: ANIMAUX :: Sauvages et autres animaux-
Sauter vers: