Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lutter contre le frelon asiatique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Moa

avatar

Messages : 538
Date d'inscription : 05/02/2011

MessageSujet: Lutter contre le frelon asiatique   Jeu 5 Mar 2015 - 15:15

   

On peut et on doit lutter pour essayer d'éradiquer ce nuisible

Like a Star @ heaven http://www.acqualys.fr/page/lutter-contre-le-frelon-asiatique-destructeur-d-abeille

Like a Star @ heaven source http://www.cg16.fr/developpement-local-environnement/patrimoine-naturel/lutte-contre-le-frelon-asiatique/

Piege Frelon Asiatique 2013
Like a Star @ heaven https://www.youtube.com/watch?v=KEREHw283g0

LUTTE CONTRE LE FRELON ASIATIQUE
Le dispositif d'aide à la destruction de nids de frelon asiatique est renouvelé du 1er juin au 31 octobre 2014. Les informations ci-dessous vous seront utiles pour vous aider à mieux comprendre et appréhender ce nuisible.

COMMENT LUTTER CONTRE LE FRELON ASIATIQUE ?
Le frelon asiatique est arrivé il y a plusieurs années en France. Ce n'est pas une espèce locale. Ce type de frelon se nourrit, entre autres, d'insectes pour assurer ses besoins en protéines. La prédation importante de ce frelon a une incidence sur les espèces autochtones (notamment les abeilles) et peut causer des dégâts plus ou moins lourds sur la biodiversité locale.
En l'état actuel des connaissances sur cette espèce et sa prolifération, le plan vise dans un premier temps à limiter le développement des nids en piégeant les fondatrices (mi-avril – mi-mai). Cela n'éradiquera pas cependant pas l'espèce. Les recommandations et actions proposées devraient évoluer au fil de l'amélioration des connaissances, mais aussi de l'adaptation des espèces autochtones au phénomène (évolution naturelle).

LES DIFFÉRENTES PHASES DU PLAN :
De mi-février à mi-avril : piégeage des fondatrices
De mars à octobre : signalement des nids
De avril à fin octobre : détruire les nids et / ou les signaler
De octobre à novembre : piégeage des fondatrices

QUEL TYPE DE PIÈGE UTILISER ?
En l'état actuel des recherches, nous préconisons l'usage de pièges "sélectif" dans les périodes adaptées, afin de limiter la capture d'espèces autochtones.
Schémas du piège :

Attiré par l’appât, l’insecte entre dans le piège. Le frelon reste bloqué à l’intérieur, tandis que les autres espèces peuvent sortir par le trou de 5.5 mm de diamètre.
Nous vous conseillons d’utiliser comme appâts (en attendant des produits plus adaptés) : un verre de bière brune de préférence, un verre de vin blanc et un trait de sirop (framboise ou cassis).

EN DEHORS DES PÉRIODES DE PIÉGEAGE, QUE FAIRE ?
Le signalement des nids au printemps et en été auprès de votre mairie est essentiel pour la pose des pièges l'année suivante. Dans la mesure du possible et si il représente un danger, faite détruire le nid par des professionnels.
Il semblerait que les pièges soient plus efficaces si ils sont situés près des anciens nids. D'où l'importance de connaître la position des nids d'une année sur l'autre.

FOIRE AUX QUESTIONS
Le frelon asiatique est-il dangereux pour l’homme ?
Quelle est la durée du dispositif départemental de destruction du frelon asiatique en 2014 ?
Qu'est-ce que le piégeage sélectif ?
Qui peut détruire des nids ?
Les désinsectiseurs ayant passé une convention avec le Conseil général peuvent-ils intervenir sur toutes les communes charentaises ?
Quelles conditions doivent remplir les désinsectiseurs pour pouvoir intervenir dans le cadre du dispositif départemental ?
Les désinsectiseurs agréés par le Conseil général peuvent-ils intervenir sur d'autres espèces que le frelon asiatique ?
Après un signalement, combien de temps mettent les désinsectiseurs avant d'intervenir ?
Pourquoi le plan de lutte départemental contre le frelon asiatique s'interrompt-il au début de l'automne ?
Quand et comment procèdent les désinsectiseurs pour détruire les nids de frelons asiatiques ?
Où le frelon a-t-il été le plus signalé en Charente ?
Peut-on encore éradiquer le frelon asiatique ?
Le nid est-il actif en hiver ?
Une fois le nid vide, les frelons vont-ils revenir dans le même habitat ?
Coût de l'intervention ?



Like a Star @ heaven source http://www.maxisciences.com/poule/les-poules-une-arme-efficace-pour-lutter-contre-le-frelon-asiatique_art31260.html
Les poules, une arme efficace pour lutter contre le frelon asiatique
Un apiculteur landais a eu l’idée d’utiliser des poulets pour lutter contre le frelon asiatique. Une technique d’une redoutable efficacité bénéfique aux abeilles, aux poules comme à l'apiculteur.

Le frelon asiatique est aujourd’hui parfaitement implanté en Europe. Il occupe 60 départements français et se retrouve en Belgique, en Espagne et au Portugal tout en continuant à se propager. Cet insecte attaque les abeilles et les tue pour s'en nourrir. L'espèce invasive est ainsi capable de décimer des ruches entières. Il faut dire que les ouvrières constituent pour lui une source abondante de protéines. Malheureusement, ce prédateur est difficile à combattre.

En septembre dernier, un arrêté est paru afin de fournir une nouvelle arme aux apiculteurs aux prises avec le frelon asiatique : le dioxyde de soufre. Un gaz jugé particulièrement efficace pour lutter contre les frelons, selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire. Injecté dans le nid, le dioxyde de soufre tue les insectes en les asphyxiant. Mais un apiculteur landais semble lui avoir déniché une toute autre méthode pour protéger ses abeilles de l'espèce invasive. Une méthode aussi naturelle qu'efficace : les poules.
 
Des patrouilleurs pour les abeilles
En effet, Francis Ithurburu, un jeune retraité passionné d’apiculture, a étudié de près l’insecte notamment grâce à des vidéos, et s'est souvenu qu’autrefois les poules côtoyaient les ruches. Il a ainsi eu l’idée de tenter l’expérience en mettant des poules à côté de ses ruches et en observant leur comportement tandis qu'elles se promenaient là (vidéo ci-dessus). Il a alors constaté que les volailles étaient une arme tout à efficace.

Cité par Sud Ouest, il raconte : "introduit dans le rucher, le jeune poulet vadrouille entre les ruches tout en se méfiant des attaques des abeilles gardiennes dont il se tient à distance mesurée". Or, si la volaille mange "quelques abeilles tombées à terre, malades ou en fin de vie", elle se nourrit surtout de "tous les frelons qui se présentent devant les ruches" et dont le vol bruyant est peu discret. Les gobant dans son bec, la poule ne fait qu'une bouchée des prédateurs.

Les mois suivant l'expérience, Francis Ithurburu a constaté qu’aux abords du rucher, le nombre de nids avortés de frelons était bien supérieur à la moyenne, allant jusqu’à l’absence de colonies proches. En poursuivant son expérience pendant trois ans, l’apiculteur s’est aperçu que le frelon asiatique ne représentait plus de véritable danger pour son rucher.

Un mets de choix pour les volailles
"L'intérêt est qu'au printemps, les poulets attrapent les premières fondatrices qui sont en train de construire leur premier nid. On a donc déjà des nids avortés en plus grand nombre autour d'un rucher", explique Francis Ithurburu à France 3 TV. Si les poules attrapent si facilement le frelon asiatique, c'est que contrairement au frelon commun, il est capable de rester en vol stationnaire.

Tout en se méfiant de la ruche, les poules peuvent donc d'un coup de bec, capter l'insecte. Et les avantages de cette méthode ne concernent pas que les abeilles et l'apiculteur car les poules aussi y trouvent leur compte. En effet, les frelons dont l'abdomen est plein de protéines constituent un "complément alimentaire particulièrement intéressant" pour les poulets, souligne le Landais.

Avec une telle efficacité, cette solution naturelle et écologique pourrait bien faire des émules chez les apiculteurs, parmi lesquels certains ont abandonné leur élevage face à l'invasion du frelon. Ils pourraient alors également adopter des patrouilleurs à plumes pour protéger leurs butineuses.



Like a Star @ heaven source http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2011/04/27/2477811_lutte-contre-le-frelon-asiatique-la-methode-qui-change-tout.html
Lutte contre le frelon asiatique, la méthode qui change tout !
Fallait y penser, la méthode de ce monsieur Ithurburu Francis, du coté de Biscarosse est un peu basée sur le principe de : faire avec et non contre ! Et il est malin !

A force d'observer la progression des colonies de frelons dans sa région, et sur tout le sud-ouest, un homme vient de trouver une idée qui pourrait bien faire évoluer la lutte de l'homme contre cette espèce invasive venue d'Asie !

Au départ, il est retraité, et possède quelques ruches, c'est sans doute son hobby.
Il a ce don d'observer autour de lui, en particulier, les habitudes d'une espèce indésirable : ce fameux frelon asiatique, dont beaucoup redoutent la présence.

Un détail qui change tout,
selon lui et contrairement aux méthodes de lutte proposées actuellement, c'est que le frelon a un territoire, c'est 500 mètre autour du nid, aucun autre frelon concurrent n'y viendra créer un nouveau nid, c'est une zone tampon.

Ensuite, plutôt que de s'acharner à les détruire un à un, quitte à obtenir à la fin une nouvelle race de super frelon resistant à tous les pièges que l'homme aura voulu créer pour le faire disparaître, selon la bonne vieille formule, qu'il finira tjrs par en rester quelques uns , à la fin, et ce seront les pires , les super resistants ... il vaut mieux en laisser un pour que les autres nous laissent tranquilles !

(note de ma part :ça m'a rappelé les virus et souches super resistantes et le trop plein d'antibiotiques absorbés par l'homme et les animaux ...)

Donc ce monsieur, plutôt que de lutter contre, fait avec.
Il laisse un nid de frelon s'installer ! Oui, vous avez bien lu !

Il préconise de le détruire uniquement si celui-ci présente un danger imminent par la proximité d'une maison, ou d'une école ou autre.

Il ouvre de nouveaux champs de recherche dans la lutte contre ce prédateur, d'ailleurs dans l'article source, un chercheur du muséum d'histoire naturelle de Bordeaux est très sensible à cette petite découverte, et méthodologie contre le frelon asiatique.

Actuellement ,
on piège le frelon par des bouteilles accrochées aux branches remplies de vinaigre (ou de bière ?) dans lesquelles on espère que le frelon viendra se noyer...

S'il doit y avoir destruction de nids dans la nature, il faut nécessairement le faire à une époque où le frelon sera incapable de recréer sa ruche et s'y reproduire !

Ce mois que vous devriez tous désormais retenir ,
C'est juillet, ce mois-là, on peut briser le cycle de vie du frelon. C'est donc en juillet , après les avoir repéré, qu'il faudra penser à une destruction totale, par la ruche et surtout les larves qui s'y trouveront.

Le début de l'été est selon ce monsieur la période cruciale pour remettre de l'équilibre à cette prolifération d'insectes prédateurs des abeilles.

C'est vrai qu'il vaut mieux s'accommoder d'un seul nid de frelon, dont on aura accepté la présence, plutôt que de devoir les détruire tous , jusqu'à sans fin,

puisqu'en détruisant une première colonie, comme c'est préconisé actuellement, c'est à dire dès le mois de février , le résultat est qu'un autre nid se refera quelque part sur la zone que vous vouliez protéger, jusqu'à augmenter la dangerosité puisque ce nouveau nid là n'aura pas été forcèment repéré, ou sera installé tout en haut d'un arbre, (par exemple)...jusqu'à mettre en péril la vie de celui qui voudra l'en faire tomber ....

Le bon vieil adage : tout simplement, la nature a horreur du vide !

On devra retenir la méthode même si elle risque de faire se hérisser les poils des apiculteurs, le frelon peut protéger l'homme du frelon, mais pas nos pauvres butineuses à miel , hélas !

à lire sur le journal Sud-ouest l'article source , l'article originel écrit par Yann Saint-Sernin
http://www.sudouest.fr/2011/04/26/frelon-contre-frelon-381173-3307.php



Dernière édition par MOA le Jeu 5 Mar 2015 - 15:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Moa

avatar

Messages : 538
Date d'inscription : 05/02/2011

MessageSujet: Re: Lutter contre le frelon asiatique   Jeu 5 Mar 2015 - 15:33



Like a Star @ heaven source http://anti-frelon-asiatique.com/
Piège à femelles fondatrices 100% sélectif – version AAAFA 2015
Posté le 22 février 2015
Présentation de la nouvelle version du piège AAAFA 2015, réputé 100% sélectif ! Fini la controverse sur le piégeage !
Voici la nouvelle version de pièges 100% sélectif pour femelles fondatrices de « vespa velutina« , à utiliser du 15 février au 1er mai.
C’est une version améliorée de la version précédente. Piège 100% sélectif

Il est équipé d’un dispositif de limitation en taille à l’entrée (9mm) : les femelles fondatrices de « vespa crabro » (frelon européen) et les papillons sont attirés mais ne peuvent pas entrer.
Un dispositif de limitation en taille à la sortie (5 à 6 mm) retient la femelle fondatrice « vespa velutina« , elle ne peut pas ressortir, sauf à remonter la nasse, chose qui peut arriver.
Le rond de mousse au fond de la bouteille est à imprégner jusqu’à saturation de l’appât alimentaire classique et bien connu : (bière brune + miel ou cidre + sirop ou jus de cirier), ce rond de mousse permet un réchauffement plus rapide de l’appât dès l’apparition d’un rayon de soleil, une évaporation accrue, un rayonnement plus large des arômes attractifs. Ce rond de mousse évite la noyade aux petits insectes attirés aussi dans le piège. Ils s’y régalent et repartent tranquillement par la fenêtre sélective, se faire croquer par les oiseaux des environs.
Le haut de la bouteille est articulé et peut être enlevé et remis (voir vidéo à venir) :
- Sa rotation avec la main, peut entraîner la fermeture de l’accès haut, enfermant assurément « vespa velutina » en attendant de s’en occuper.
- le basculement en tirant vers le haut permet d’ouvrir le piège, de refaire le plein d’appât, de sortir le cône renversé pour le nettoyage et faire le ménage, si vous n’y arrivez pas il est probable que les surfaces plastiques en contact soient collées par des coulures de l’appât qui est sirupeux et donc collant, il suffit de laver en trempant dans l’eau et d’appâter à nouveau avec précaution.

La vidéo montre comment manipuler la partie haute.
Pour l’élimination de « Vespa Velutina » : 1 heure au réfrigérateur ou au congélateur la fait entrer en hibernation permettant l’ouverture du piège afin d’accéder au spécimen en l’écrasant avec une pince ou en le découpant avec une paire de ciseaux.
Conseils et astuces d’utilisation :
1 – installer le piège dès qu’il fait + de 13°Celsius
2 – installer le piège près d’un tas de bois, d’un plan d’eau, ou / et dans des zones fleuries (fleurs riches en nectar ou butinent les abeilles et plus particulièrement dans les camélias d’hiver à fleurs simples très riches en nectar)
3 – installer le piège idéalement tous les jours entre 10h00 et 15h00, de façon à le vérifier, le recharger en appât et traiter les frelons asiatiques éventuellement capturés
4 – retirer impérativement les pièges au 1er mai, les femelles fondatrices restent au nid dès la naissance des premières ouvrières nouvelle génération, et n’en ressortent plus. Nettoyer le piège et son rond de mousse et l’entreposer en attendant le 15 février prochain.
5 – vous avez entre les mains, un piège à femelles fondatrices de frelon asiatique « vespa velutina« , n’éliminez que cette espèce, Dame Nature vous le rendra !

Attention !!! …
Toute copie ou plagiat est autorisé, sinon recommandé et encouragé !
Pour information sur la fabrication en série, voir « Le Blog de JP33″ :
http://anti-frelon-d-asie-jp33.over-blog.com/article-piege-tres-selectif-pour-la-grande-serie-67774423.html
Et pour ceux qui ont compris qu’on peut en commander des « tout fait » pour pas cher, mais en nombre :
http://anti-frelon-d-asie-jp33.over-blog.com/article-28822609.html
Posté dans Piégeage sélectif
L’aspirateur à la mode « Monsieur Propre anti frelons asiatiques »
Posté le 28 août 2014
Même autorisés, tous les pesticides restent des pesticides !
Les abeilles n’aiment pas ça !
Nous non plus !
Tous les jours, notre santé est agressée par des molécules !
Ça suffit ! Basta les insecticides !

Pourtant la dérogation de prolongation de l’utilisation du SO² (dioxyde de soufre ou anhydride sulfureux) pour détruire le plus proprement possible les grosses colonies de frelons asiatiques, cette dérogation se fait attendre !
En attendant, en Bretagne, l’aspirateur évite l’utilisation de pesticides. Propre, rapide, efficace et facile à trouver puisque souvent au domicile de chacun. Ne pas oublier de bien se protéger avec au moins 6 millimètres d’épaisseur de vêtement sous la veste d’apiculteur, double pantalon ample, bottes et gants latex épais sans oublier des lunettes larges pour éviter d’éventuelles projections de venin.

Denis se fait une joie de faire sa démonstration en présence des caméras de TF1 dans le reportage sur la lutte anti frelon asiatique : « le cri d’alarme des apiculteurs bretons » dans le Journal de 13h00 de Jean-Pierre PERNAUT, c’était le 28 août 2014.
Regardez la vidéo sur le site.

N’oubliez pas : « SANS INSECTICIDES !!! »
Chaque année, entre le 15 février et le 1er mai, dans les zones envahies par <<vespa velutina>>, vous pouvez utiliser votre aspirateur comme piège sélectif à 100%, mais aussi 100% propre. Voyez donc cet article du « Blog de JP33« .
http://anti-frelon-d-asie-jp33.over-blog.com/article-29084844.html

Construction du nid de frelon asiatique
Posté le 18 juin 2014
Chaque année au printemps ça recommence.
Une fois sortie d’hibernation, la femelle fondatrice « vespa velutina nigrithorax », née l’automne précédent, se refait une santé et, après avoir trouvé un endroit qui lui convient, démarre la construction de son nid.
Très opportuniste, le frelon asiatique est une espèce qui n’a peur de rien, j’irai jusqu’à dire qu’elle aime bien la proximité de l’Humain.

Les scolies sont de sortie !
Posté le 6 juin 2014
Ces jours ci les scolies sont de sortie !
Leur vol incessant et tournoyant à 50 centimètres du sol, autour de vieilles souches, et en nombre important, inquiète bon nombre d’entre nous ! Mais rassurez-vous la « Scolie des jardins » n’est pas dangereuse ! C’est le moment de l’accouplement !

En fait, en mai et juin, les individus que vous voyez tournoyer en nombre, sont des scolies mâles qui scrutent la sortie de la femelle qui se trouve dans les parages sous terre. Dès qu’elle sort de terre, elle se fait assaillir par une kyrielle de mâles qui vont tenter leur chance de participer à la continuation de l’espèce.

Facile à reconnaître : normalement les frelons ne tournoient pas sans cesse et en nombre, à cinquante centimètres du sol, en se posant de temps à autre, près d’une vieille souche.

Si cette vidéo correspond à ce que vous voyez dans votre jardin, regardez-la jusqu’au bout, pour voir ce que vous n’aurez peut-être pas l’occasion d’observer : la dance nuptiale. Le front jaune de la femelle permet de la reconnaître :

Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven

C’est le printemps ! Les frelonnes sont de retour ! Le piégeage de printemps aussi ! Sélectif bien sur !
Posté le 21 mars 2014
Cette année 2014, le printemps tombait le jeudi 20 mars ! Et dès que les températures dépassent les 13°Celsius, les femelles fondatrices de « vespa velutina nigrithorax » commencent leur sortie d’hibernation, suivant l’endroit de leur cachette, plus ou moins isolée, au soleil ou à l’ombre. Les premières sorties ont eu lieu le 24 février.
La première préoccupation des frelonnes rescapées de l’hiver, est la recherche de nectar (sucres naturels générés par les fleurs) dont elles se nourrissent. Il leur faut reprendre des forces et se refaire une santé. Les fleurs mellifères sont rares en fin d’hiver. Si la fleur est généreuse en nectar comme le camélia d’hiver à fleur simple, la régalade dure 15 à 30 secondes, et plusieurs minutes sur le laurier thym en fleur. Puis elle procède à une toilette minutieuse et finit par 5 minutes de sieste au soleil en position d’hibernation tant qu’elle n’a pas démarré son nid. Mais dès que le nid est commencé, la sieste n’est plus d’actualité et la vie s’accélère. Les allers-retours sont espacés de 10 à 20 minutes, en revenant sur la fleur déjà visitée, jusqu’à épuisement du stock de nectar de la fleur.

On comprend vite pourquoi le piégeage de printemps sera très efficace pour capturer les femelles fondatrices de frelon asiatique, avec appât aromatisé et sucré. En effet, si toutes les frelonnes du quartier sont piégées, il n’en restera aucune pour faire un nid dans les parages. Afin d’éviter les risques collatéraux sur la biodiversité, sélectivité et surveillance sont les règles principales à respecter. Le piège sélectif ci-contre est présenté sans appât.



Le rond de mousse évaporateur et anti noyade est essentiel. Ce n’est pas la mousse d’une bonne bière. C’est de la mousse à bulle ouverte, c’est à dire spongieuse. Elle absorbera l’appât liquide que vous mettrez dans le piège, offrant une surface presque sèche et facilitant l’évaporation et l’émanation des arômes. La fenêtre du bas de la bouteille et celle du haut génèreront une convection naturelle, augmentant ainsi le rayon d’attraction du piège et évitant la surchauffe dans le piège. Le rond de mousse anti noyade permet aux insectes de passer un agréable moment dans le piège, à s’y restaurer, y boire et chanter peut-être. Le soir venu, la hauteur (5.5 mm) de la fenêtre sélective autorise la sortie des insectes plus petits que « vespa velutina ». Les gros insectes seront relâchés, sauf le frelon asiatique qu’il suffira d’éliminer.

Appât alcoolisé et sucré : bière brune + miel, sirop fruits rouges ou jus de cirier

Règles à respecter pour que l’appât soit attractif et efficace :

- légèrement alcoolisé pour repousser les abeilles et bourdons,
- légèrement alcoolisé pour que les arômes soient plus volatiles,
- arômes de bière brune et cassis, fruits rouges, miel ou jus de cirier,
- piège placé au soleil pour favoriser l’évaporation augmentant ainsi le rayonnement,
- l’ajout de vin, a tendance à entrainer de la moisissure en surface,
- ajout de bière nécessaire dès que la mousse s’assèche (de 3 à 7 jours).
Petit détail qui fait le « plus » : Le peu de liquide (10 à 15 cl) contenu dans le rond de mousse spongieuse du piège (contrairement aux pièges basés sur une grande quantité de liquide trop long à réchauffer) s’évaporera assez vite et rayonnera dès les premiers rayons de soleil. S’il n’y a pas de rajout de bière, l’appât s’évapore en quelques jours, le piège perd son attractivité. Cette particularité viendra rattraper l’éventuel laxisme ou l’insouciance d’un « Poseur de piège » peu concerné par l’impact d’un piège insuffisamment surveillé !
La biodiversité n’en subira pas les conséquences longtemps.

Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven

Quand c’est l’hiver, les arbres sont nus, les nids apparaissent ! Que faire ?
Posté le 12 janvier 2014
Après les premiers gels sérieux, sans même attendre l’hiver et sa longue froidure, les feuilles tombent et les nids de frelon asiatique apparaissent en haut des arbres !
Mais alors que faire ?
http://anti-frelon-d-asie-jp33.over-blog.com/article-arbres-nus-et-nids-de-frelon-asiatique-121629272.html

SO² : Arme fatale anti frelon asiatique !
Posté le 3 décembre 2013
Peu de temps après la découverte de « vespa velutina nigrithorax » sur les terres d’Aquitaine, la prolifération inquiétante de cet envahisseur exterminateur d’abeilles a surpris tout le monde. Jean VIGNOLLES (ingénieur spécialisé) a eu l’idée d’injecter du SO² dans le nid de frelon asiatique afin d’en asphyxier les occupants. Cette formule utilise le SO² en biocide. Le SO² est aussi dénommé « anhydride sulfureux » ou « dioxyde de soufre » ou encore « E220″. Il est fréquemment utilisé dans l’agro-alimentaire et on le trouve chez les distributeurs spécialisés sur tout le territoire français. AAAFA ne trouve que des avantages dans cette « arme fatale anti frelon asiatique ».

Précaution préalable à l’utilisation du SO² de nuit :
- la nuit tout les chats sont gris ! Dit-on ! En fait, la nuit est le meilleur moment pour mener cette opération ! Cependant, il est souhaitable de :
- bien repérer les lieux,
- installer le matériel de jour, y compris la canne jusqu’à proximité du nid, de façon à n’avoir plus qu’à piquer le nid et injecter le SO²,
- le décrochage du nid avec récupération de tous les plateaux contenant des nymphes (cocons blancs) est à faire dès que possible le lendemain, rendant la destruction 100% réussie.

Précautions préalables à l’utilisation du SO² de jour :
- le diamètre du nid doit être supérieur à 25 centimètres, sinon trop fragile,
- protection corporelle des intervenants : combinaison intégrale d’apiculteur par dessus une double épaisseur de pull et de pantalon ample (justaucorps moulant s’abstenir sauf si d’épaisseur 6 millimètres minimum). La combinaison devra recouvrir des gants épais latex, des chaussures montantes épaisses et bien fermées. Mais il existe aussi une solution plus onéreuse mais dont le concept intègre l’ensemble des préconisations, c’est la « combinaison anti frelon »,
- plus le nid est gros, plus la canne télescopique est déployée afin d’éviter les attaques freloniques et le stress qu’elles entraînent immanquablement avec les risques de mauvais réflexes, même à basse altitude,
- plus le nid est gros, plus les spectateurs éventuels doivent se tenir à distance (15 mètres minimum et le double de la hauteur pour les gros nids hauts, protection intégrale des personnes allergiques)

Descriptif de la technique de destruction d’une colonie de frelon asiatique et de son nid :
- injection de SO² gazeux dans le nid à l’aide d’une canne télescopique de 10 mètres,
- enlèvement du nid en coupant la branche support, toujours à l’aide de la canne,
- pose d’un piège avec appât spécifique, installé à l’endroit même où se trouvait le nid, toujours à l’aide de la canne, afin d’éliminer les frelons absents du nid au moment de l’intervention,
- destruction complète de la colonie et du nid : 100% propre avec retour au compost.
- les nids bas (considérés dangereux) sont traités en urgence,
- le regroupement de la destruction des nids hauts (considérés non dangereux), permet de recourir à la location de nacelle à moindre coût (jusqu’à 8 nids par jour).

Petites explications et petits trucs :
Attention ! l’utilisation du SO² comporte des risques importants :
Le SO² est issu de la combustion du soufre (SO² = anhydride sulfureux = dioxyde de soufre = bisulfite = E220). Il est commercialisé sous forme liquide en bombonne sous pression avec doseur, tuyau souple et gicleur. Utilisé dans l’agro-alimentaire, il sert aussi en viniculture. On en trouve donc dans toutes les régions de France, et chez des fournisseurs spécialisés et heureusement pas dans les grandes surfaces !

Ce gaz liquide sous pression est ininflammable et nocif si inhalé ! ! !
Il est extrêmement irritant pour la gorge, les muqueuses et les voix respiratoires. Une surexposition grave peut entraîner œdème, lésions pulmonaires ou entraîner la mort en fonction de la concentration de SO² dans l’air inhalé.

Principe d’utilisation :
Injecté sous pression dans le nid de « vespa velutina nigrithorax », ce gaz SO² asphyxie instantanément les frelons adultes qui s’y trouvent, ainsi que tous ceux qui y pénètrent dans les minutes qui suivent. Les larves et les nymphes ne respirant pas, elles ne sont atteintes que par le froid généré par l’évaporation instantanée de la dépressurisation du gaz liquide.

Attention ! L’injection de SO² n’aura pas l’effet asphyxiant dans plusieurs cas :
- si le nid est trop petit, la coque risque fort de craquer dès la pénétration de la seringue,
- si la coque du nid est dégradée ou le nid éventré par des intempéries.

Attention ! Respirer les vapeurs de SO² est dangereux pour l’humain ! Ce gaz est irritant. Étant plus lourd que l’air, il descendra du nid.
Attention ! Si le nid est dans un lieu peu ventilé, le SO² peut stagner longtemps dans une cavité !

La canne télescopique de 10 mètres avec seringue d’injection (1 mètre) montée en bout, permet d’accéder du sol à des nids hauts jusqu’à 12 mètres, jusqu’à 20 mètres avec une échelle de 8 mètres et jusqu’à 34 mètres avec une nacelle 25 mètres version VL. Au-delà de cette hauteur, il faut recourir à des nacelles version PL (Poids Lourd). La canne télescopique est toujours utilisée. Elle permet de rester à distance du nid afin d’éviter :
- les attaques de frelons en nombre,
- le stress qui s’en suit,
- de respirer le SO² qui s’échappe du nid en descendant car plus lourd que l’air.

Après l’injection de SO², la pique ou seringue est laissée en place quelques minutes de façon à boucher le trou réalisé dans la coque du nid, le SO² s’en échappe doucement dès le retrait de la seringue. Puis vient le moment du démontage de la seringue et son remplacement par la scie d’élagueur en bout de canne.

Rester à distance pour couper la branche supportant le nid et le faire au plus vite est important ! Car le nombre de frelons de retour de butinage ne cessent d’augmenter. Ils n’apprécient guère la scie qui s’agite et fait tout bouger. Ils attaquent tout ce qui bouge.

Avant que de scier la branche support du nid pour le faire tomber, il est bon de couper les branches au delà du nid afin d’éviter qu’elles n’entravent la chute. Quand le nid tombe jusqu’au sol sur la bâche installée auparavant, c’est le soulagement ! Sinon il faudra faire descendre tous les morceaux afin d’éviter que les frelons ne s’agglutinent sur les restes de nid.

Récupération de tous les déchets de nid et mise en sac plastique épais en prévision de son exposition au soleil qui viendra à bout des œufs, larves et nymphes, avant que de finir au compost et retrouver le cycle naturel de la nourriture terrestre.

Le Bonus qui fait PLUS !
Quand l’opération de destruction est menée de nuit, le résultat est à 100% de réussite, car cette espèce passe la nuit dans le nid, contrairement au frelon européen ! Mais la nuit augmente énormément les difficultés et diminue le nombre de destructions possible (1 à la tombée de la nuit et 1 au lever du jour). Il faut être à la fois « couche tard » et « lève tôt », pas facile !

Mais AAAFA, confrontée au problème du nombre de nids très hauts à détruire et aux complications liées à la nuit, a mis au point une formule qui rend les interventions de jour tout aussi efficaces et réussies ! Elle vous livre son « Bonus » et vous invite à l’exiger des Entreprises de désinsectisation qui opèrent de jour et qui s’en vont en vous disant : « Des frelons roderont et tournoieront pendant plusieurs jours ! Mais c’est un passage obligé ! »

L’idée est peu coûteuse et simple à mettre en œuvre : elle consiste à poser un piège à l’endroit même ou se trouvait le nid avant de l’enlever ! Normalement les butineuses de retour au nid s’y vautreront dedans durant l’heure qui suit. Cela n’empêche pas la nuit qui suit, de fermer toutes les fenêtres des environs, car sans leur nid, les frelons pourraient chercher un endroit plus chaud et s’engouffrer là où ils pourront.

Ce piège (bouteille PET, coupée et assemblée en forme de nasse), est appâté avec des frelons vivants du même nid (5 à 6 frelons attrapés au filet à papillon suffisent). Un petit carré de mousse imbibé de miel fera craquer les frelons les plus méfiants. Puis il est suspendu à l’aide de la canne télescopique de façon à éviter au maximum les risques d’attaque des frelons. Ceux hors du nid au moment de l’injection de SO² ou tout simplement ceux de retour de butinage.

Crochet de suspension d'un piège à frelon, facile à poser.
Crochet de suspension d’un piège à frelon, facile à poser.

La suspension du piège est faite avec une ficelle biodégradable et un crochet en fil de fer (de forme particulière, mais simple). Le crochet (coté angulé en haut), est partiellement enfilé dans le trou de la scie d’élagueur pour la manipulation et pourra se dégager facilement quand le crochet arrondi aura attrapé une branche environnante. Le tour est joué, tous les frelons vont se vautrer dans le piège en moins d’une heure !

Il ne reste plus qu’à chercher et trouver les nids de frelons asiatiques !

Plus d’images en « Un CLIC ICI ! http://anti-frelon-d-asie-jp33.over-blog.com/article-destruction-d-un-gros-nid-bas-de-frelon-asiatique-la-technique-60091923.html

Savoir les reconnaître : frelon « asiatique » ou « européen » ?
Posté le 16 juin 2013
Savoir de quoi on parle et connaître les différences est essentiel en matière de frelons.

Le « frelon européen » du nom latin « vespa crabro » est un gros hyménoptère autochtone, une grosse guêpe si vous préférez. Il est implanté en Europe depuis plus longtemps que l’Humain. Il est protégé dans les pays plus au nord, mais il fait frémir dans les vergers car c’est un concurrent redoutable de l’Homme, régnant sur les fruits les plus murs. Les soirs d’été, il sait gâcher les festivités sur les terrasses proches des bois, les rendant inaccessibles aux personnes allergiques aux piqûres d’insectes. Autrefois, les « Anciens » disaient des piqûres de frelons (européens) << 3 piqûres tuent un Homme et 9 un Bœuf ! >> à l’époque on ne connaissait pas son cousin germain et envahissant le « frelon asiatique » du nom latin « vespa velutina nigrithorax » appelé aussi « frelon d’Asie », « frelon chinois » ou « frelon à pattes jaunes » et les effets de piqûres multiples n’étaient pas à craindre car le frelon européen n’attaque pas en groupe et ne pique que si vous entrez en contact en croisant son chemin.

Contrairement au « frelon européen », le « frelon asiatique » attaque systématiquement en rafale dès que l’on s’approche trop près du nid qu’il sent menacé et s’acharne tant que l’on reste à proximité. Plus le nid est gros et plus la distance de sécurité à respecter est grande. Toujours contrairement au frelon européen, de nuit, l’asiatique n’est pas attiré par la lumière, toute la colonie reste au nid et vous laissera profiter de votre terrasse. Au butinage et loin du nid, il n’est pas agressif mais plutôt fuyant.

Eh oui, savoir faire la différence est la première des choses à considérer quand on parle des frelons et de sélectivité !

Ici les photos montrent des femelles fondatrices photographiées au printemps. On dit que la nuit, tous les chats sont gris, cependant pour les frelons en plein soleil les différences de couleurs sont caractéristiques, ainsi que la grosseur s’ils sont disposés cote à cote !
photos sur le lien: http://anti-frelon-asiatique.com/

A noter
- les pattes du « frelon asiatique » ou « frelon à pattes jaunes » sont bicolores : noires près du thorax, et jaune citron en moitié extrême. Les pattes du « frelon européen » sont entièrement marron.

- le thorax de « vespa velutina nigrithorax » est comme son nom latin l’indique : noir et velu. Celui de « vespa crabro » est bicolore : marron et roux, et tout aussi velu.

- l’abdomen du « frelon asiatique » comporte un gros anneau orangé vers son extrémité vue de dessus. Celui de l’européen est entièrement jaune citron, ciselé finement de noir avec de fines gouttes noires.

- la tête du « frelon asiatique » est noire avec la face orange plus allongée, alors que celle de l’européen est brun roux avec la face jaune et plus arrondie.

- la femelle fondatrice « vespa crabro » (jusqu’à 4 cm) est franchement plus grosse que la femelle fondatrice « vespa velutina nigrithorax » (environ 3 cm).

Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven

Sélectivité et atractivité, c’est à l’intérieur du piège !
Posté le 10 avril 2013
Le frelon asiatique a du nez, c’est sûr !

L’essentiel est à l’intérieur du piège ! C’est l’appât, ses arômes et le rond de mousse !

Le plus important, c’est le rond de mousse à bulle ouverte, flottant et absorbant comme l’éponge. Il permet à tous les insectes entrés dans le piège de ne pas s’y noyer, ni même de s’y engluer !

Ce rond de mousse augmente la surface d’évaporation de l’appât liquide (bière + miel), rendant le piège plus attractif et rayonnant largement les arômes dégagés par l’appât !

En fin d’hiver les températures sont, en général, peu élevées. Le moindre rayon de soleil peut être mis à profit pour le réchauffement rapide de l’appât liquide seulement si sa quantité est faible. La formule du rond de mousse avec peu de liquide rend le piège bien plus attractif et plus rayonnant que ceux contenant une grande quantité de liquide trop long à réchauffer.

Ces arômes se dissiperont d’autant plus, si le corps de la bouteille comporte une entrée d’air en bas et une sortie haute : une convection naturelle s’établira, entraînant les effluves vers le goulot de la bouteille ! La cerise sur le gâteau est que la température à l’intérieur de la bouteille ne sera pas excessive et les gourmands s’en porteront que mieux !

Un rajout régulier de bière brune sera nécessaire, sinon le piège s’asséchera vite et perdra toute attractivité ! Les laxistes qui oublieront leurs pièges sans surveillance ne feront pas de dégâts collatéraux très longtemps !

La constitution de l’appât est importante ! En février et mars, les sucres sont rares dans la nature ! Or les femelles fondatrices frelon asiatique se nourrissent de sucres et en ont besoin pour retrouver un peu de vigueur, il faut donc que l’appât soit sucré ! L’ajout d’alcool servira à repousser : abeilles et bourdons qui ont horreur de ça ! ! !

La recette est donc simple : liquide alcoolisé (bière brune ou blonde ou vin blanc) y ajouter du miel ou un sirop aromatisé (cassis, Picon ou autre encore). La recette la plus courante est : bière brune « Pelfo-th brune » pour ses arômes qui semblent plaire énormément à « vespa velutina » et du miel, car très prisé aussi ! Et ça marche très très bien pour le piégeage de printemps !

Le revers de cette médaille très attrayante de ce piège si sélectif est que : si le frelon ne se noie pas, il a tout à loisir de faire fonctionner ses méninges pour trouver la sortie ! Eh oui le frelon asiatique est malin, pour ne pas dire intelligent ! En effet, sa ténacité risque fort de lui donner la chance de trouver la sortie du goulot, celle qui sert de nasse !

Alors la parade est simple, il suffit de profiter de l’attractivité du piège, nettement supérieure aux autres modèles, pour ne le mettre en place, ou le rafraîchir en appât, que lorsque l’on peut le surveiller régulièrement. Par exemple le samedi et dimanche entre 11h00 et 16h00 si les températures s’y prêtent (>13°C). Et rassurez-vous, ça suffit amplement pour attraper toutes les frelonnes du quartier ! Ne croyez pas que les frelonnes font des kilomètres pour se restaurer, celles qui passeront dans les environs sont à la recherche de sucres et elles seront très attirées par le menu que vous leur proposerez au moment ou vous leur proposerez. Alors n’hésitez pas, maitriser son piège est « bénéfique pour la Biodiversité » mais aussi « encore plus méritoire » !

Une fois prise au piège, la frelonne doit être éliminée ou maîtrisée rapidement. Plusieurs possibilités s’offrent à vous :

1 – élimination de la frelonne :
- passage bref au micro-onde (10 à 30 secondes) après avoir ôté les armatures métalliques du piège et avoir pris les précautions d’hygiène (la précaution d’hygiène consiste à mettre le piège dans une poche plastique, style poche de congélation, afin d’éviter d’éventuelles projections ou propagations inadaptées à un milieu alimentaire) :
- la couper en deux avec une paire de ciseaux, une fois endormie pendant 1 heure au réfrigérateur et après avoir pris les précautions d’hygiène,
- ou l’écrabouiller après une heure au réfrigérateur ou au congélateur, toujours après avoir pris les précautions d’hygiène,
- Remettre cette frelonne assurément morte dans le piège, devrait attirer un peu plus encore les autres frelonnes ? C’est ce qui se dit et qui a été constaté, surtout par ceux qui en capturent beaucoup !

2 – maîtrise de la frelonne comme appât vivant à l’intérieur du piège :
- après une heure au réfrigérateur, certains préfèrent leur couper une aile, afin qu’elle attire les autres en s’agitant dans le piège, une fois réveillée. Même si elle trouve la sortie, elle ne pourra plus générer de colonie.
- à moins qu’une fois endormie au réfrigérateur, vous ne préfériez lui passer un fil autour de la taille afin de la retenir dans la nasse, mais attention elle risque fort de couper le fil avec ses mandibules et trouver la sortie.

A vous de voir et bonne chasse !

Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven

Sélectivité à la sortie du piège
Posté le 7 mars 2013
Les appâts liquides sucrés attirent bon nombre d’insectes : mouches, moucherons, guêpes et compagnie. Un dispositif sélectif tel que le montre la photo ci-dessous permet aux insectes plus petits que le frelon asiatique, de sortir sans encombre. Ce piège est très très très sélectif comme le dit « Le Blog de JP33″ il a été conceptualisé et mis au point par AAAFA.



Dernière édition par MOA le Jeu 5 Mar 2015 - 15:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Moa

avatar

Messages : 538
Date d'inscription : 05/02/2011

MessageSujet: Re: Lutter contre le frelon asiatique   Jeu 5 Mar 2015 - 15:36



Like a Star @ heaven source http://www.breizh-info.com/23516/sante/frelons-asiatiques-piegez-les-jusquau-1er-mai-pour-sauver-les-abeilles-mode-demploi/
Frelons asiatiques. Piégez-les jusqu’au 1er mai pour sauver les abeilles [mode d’emploi]
01/03/2015 – 07h00 Bretagne (Breizh-info.com) ‑ La Vespa Velutina est une espèce asiatique de frelon géant. Introduite en Europe, dans un biotope qui n’est pas le sien, l’espèce décime les abeilles de manière alarmante. Il est pourtant possible d’enrayer ce massacre. En effet du 15 février au 1er mai il est possible d’agir contre ce prédateur vorace qui conquiert la France depuis 2004.
L’association « Action anti frelon asiatique » propose ainsi sur son site Internet plusieurs astuces et conseils pour le piégeage de ces insectes qui s’attaquent à nos abeilles.

Le frelon asiatique évolue naturellement en Chine, mais il fut importé par hasard en Europe vers 2004. Le site Mr Mondialisation – qui consacre un long article à ce fléau – explique : « la première reine européenne Vespa velutina se trouvait probablement à bord d’un chargement de poteries chinoises. Avec son climat similaire à certaines régions de Chine, la France va constituer une terre d’accueil idéale pour l’animal. La bête aurait colonisé 70% du pays en 10 ans. Le nombre de colonies est passé de 40 à 400 de 2011 à 2013. La propagation semble devenir incontrôlable. Ce n’est pourtant pas le risque pour l’Homme qui constitue le plus gros problème. Le frelon asiatique trouve dans l’abeille une victime faible et idéale pour se nourrir. L’abeille se voit affublée, en plus de l’activité humaine, d’un ennemi mortel. En effet, la Vespa velutina est le Terminator des butineuses ainsi que des guêpes et autres pollinisateurs qu’elle croise. »

Entre le 15 février et le 1er mai pour les piéger

Affublée d’un dard capable de traverser une épaisseur de 6 mm, cette espèce est agressive envers l’homme : ses piqûres sont très douloureuses et, suffisamment nombreuses, elles peuvent être mortelles.

Comment reconnaître ce frelon ? Long d’environ 3 cm, Vespa velutina est un peu plus petit que le frelon commun (Vespa crabo). Il s’en distingue aussi par sa coloration brun-noir, ses pattes jaunes et ses ailes fumées.

Comment combattre ce frelon ? Si une solution biologique fût envisagée, cette dernière n a pas été jugée efficace pour lutter contre le frelon. Elle consister à introduire des larves parasite capable de tuer la reine d’un nid de frelons, entrainant la mort des autres frelons rapidement.

Reste alors la solution du piège. Il faut le faire entre le 15 février et le 1er mai, car la reine pondeuse – clé du problème – s’envole à la mi-février en quête de sucre puis afin de créer un nouveau nid et se retrouve ainsi vulnérable. Si elle n’est pas piégée à temps, 150 nouvelles reines s’envoleront pour créer leur propre nid. Un cycle inquiétant et proportionnel à la décimation des abeilles.

Face à l’immobilisme des pouvoirs, l’Association action anti-frelon asiatique souhaite créer un vaste mouvement national en France (et ailleurs) pour l’éradication de la créature dans nos contrées. Pour se faire, ils proposent, depuis 2015, un piège « maison » présenté comme 100% sélectif. A voir sur le terrain si cette assertion est réelle. La piste d’atterrissage et une « porte » de sortie permettraient aux autres espèces (dans la majorité des cas) de s’échapper. Le fond de la bouteille est à imprégner jusqu’à saturation de bière + miel ou cidre + sirop. La mousse est utile pour éviter la noyade aux petits insectes trop curieux. Une fois capturé, l’association conseille de congeler l’animal pour éviter les manipulations dangereuses.

Les apiculteurs bretons ont lancé un cri d’alarme

Comme l’indique le site Weedemain, pour le réaliser, rien de plus simple : il vous suffit de rassembler 2 bouteilles d’eau (identiques de préférence), 2 abaisse-langue (demandez-en à votre médecin, mais si vous n’en trouvez pas, des bâtonnets de glace peuvent faire l’affaire), 1 paire de ciseaux, de la colle, de la ficelle, une éponge, un peu de bière brune et du miel.
photo sur le site http://www.breizh-info.com/23516/sante/frelons-asiatiques-piegez-les-jusquau-1er-mai-pour-sauver-les-abeilles-mode-demploi/

– Découpez les tiers supérieurs des deux bouteilles et collez les ensemble par la base pour former une sorte de toupie.

– Percez-y une ouverture de 9 mm de haut et de la largeur de votre premier abaisse-langue, que vous introduirez à l’intérieur.

– Fermez le bouchon du haut, afin d’éviter que la pluie ne pénètre dans votre piège, mais laissez celui du bas ouvert pour créer une nasse qui empêchera le frelon asiatique de remonter.

– Découpez une ouverture de 5,5 mm de haut dans la partie basse d’une de vos chutes de bouteille. Introduisez votre second abaisse-langue comme précédemment.

– Installez l’éponge, découpée à la forme voulue, et arrosez la d’un mélange de miel et de bière brune, qui repoussera les abeilles mais attirera les frelons asiatiques. Si des abeilles venaient malgré tout à s’égarer dans votre piège, vous pouvez rajouter du vin blanc pour accroitre la dissuasion.

– Refermez votre piège, sans colle, afin de pouvoir facilement le nettoyer. Vous n’avez plus qu’à l’accrocher en plein soleil avec votre ficelle. N’oubliez pas de renouveler l’appât tous les 15 jours.

– Lorsqu’une première reine frelon sera prise au piège, laissez-la à l’intérieur afin que ses phéromones attirent d’autres reines. Si elle ne meure pas, vous pouvez passer votre piège 10 secondes au micro-onde, ou le congeler une heure afin de l’endormir, puis la découper avec des ciseaux.

Notons cependant que cette solution associative d’urgence reste critiquée par certains biologistes qui estiment qu’il faudrait développer un système de piège sélectif avec un appât phéromonal, qui n’existe pas à ce jour.

La Bretagne est touchée depuis 2008 par le frelon asiatique, et sa prolifération implique une mobilisation de tous, notamment pour sauver les abeilles. Les apiculteurs bretons avaient d’ailleurs lancé un véritable cri d’alarme, l’an passé.

Crédit photo : creative commons / Danel Solabarrieta
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.





Dernière édition par MOA le Jeu 5 Mar 2015 - 15:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Moa

avatar

Messages : 538
Date d'inscription : 05/02/2011

MessageSujet: Re: Lutter contre le frelon asiatique   Jeu 5 Mar 2015 - 15:38



Like a Star @ heaven source http://www.nicematin.com/article/cote-dazur/le-frelon-asiatique-a-debarque-dans-les-alpes-maritimes.582626.html
Publié le mardi 19 juillet 2011
Importé accidentellement en France, il y a sept ans, cet insecte colonise désormais tout le pays. Il n’a pas aucun prédateur et menace dangereusement les abeilles
Introduit accidentellement dans le Sud-Ouest de la France en 2004, lors d’une importation de poteries chinoises, le frelon asiatique vespa velutina est en passe de coloniser tout le pays. Comme dans une trentaine d’autres départements, sa présence est avérée dans les Alpes-Maritimes depuis septembre 2010. Inquiétant…

Une menace réelle

La sonnette d’alarme fut tirée par Chantal Aimé, apicultrice à Carros, qui a attrapé dans ses ruchers le premier spécimen de cet indésirable, reconnaissable par la couleur orange fluo de sa tête et de ses pattes. Elle l’a transmis au laboratoire de l’Agence française de sécurité sanitaire de Sophia Antipolis, qui l’a formellement identifié. Il n’y a donc plus de place au doute sur la colonisation réelle. Aux portes de Nice, les captures se font maintenant par dizaines !

L’installation de cet envahisseur n’ira pas sans poser de problèmes. Car même s’il semble peu agressif envers l’homme, même s’il est plus petit que notre « bon » vieux frelon européen vespa crabo, le risque de piqûre et de possibles complications médicales (allergie) est réel.

La bête a un dard qui peut atteindre 6 millimètres et une force de percussion plus forte que le frelon local. Pour leurs interventions, les pompiers doivent d’ailleurs porter des tenues renforcées.

Heureusement, cet insecte n’est guère attiré par la lumière. Il ne devrait pas s’inviter de nuit dans les habitations éclairées.

« Comme pour toutes les espèces invasives, son arrivée pose des problèmes écologiques. Il se reproduit facilement et n’a pas de prédateur », explique le docteur Jacques Lamothe, vétérinaire conseil du groupement de défense sanitaire de l’abeille.

Ruches en danger
Pour les apiculteurs, c’est une nouvelle tuile. Déjà qu’ils devaient lutter contre le varroa – un acarien qui suce le sang des abeilles – et contre l’étrange et méconnu « syndrome d’effondrement » qui a décimé, l’an dernier, un tiers des ruches installées dans les Alpes-Maritimes. Maintenant, vespa velutina va croquer par milliers les abeilles.

« Il les guette à l’entrée de la ruche et les attrape au vol », explique Philippe Vallée, apiculteur à Vence. « Il leur coupe la tête avec ses mandibules, les emporte au pied d’un arbre où il enlève les pattes et les ailes, et fait une sorte de boulette qu’il transporte ensuite dans son nid pour nourrir ses larves ». Sympa.

Sachant qu’une dizaine de frelons peut anéantir une ruche, et qu’un seul nid de l’envahisseur compte 2 000 individus, on mesure l’étendue du problème. Mais il mange aussi d’autres insectes (mouches, papillons), et des fruits mûrs (pommes et poires).

Piégeage artisanal
Pour l’heure, des opérations de piégeage sont menées dans le 06. Moins pour éradiquer cette sale bestiole que pour mesurer sa progression territoriale. Car, en voulant attraper le frelon, on risque aussi de capturer des abeilles, ce qui n’est pas le but recherché.

Comme il n’existe pas de produit spécifiquement ciblé contre le vespa velutina, la seule solution efficace consiste à détruire les nids. Et aussi précocement que possible en saison, pour empêcher les reines fécondées d’accomplir leur œuvre de reproduction. L’habitat du frelon peut mesurer jusqu’à un mètre de haut pour 80 centimètres de diamètre.

Pas de chance : il se cache très haut dans le feuillage des arbres, ce qui rend le repérage et la destruction difficiles !

Like a Star @ heaven http://www.fredonpaca.fr/Frelon-Asiatique

Like a Star @ heaven http://www.am-insectes.com/lutte-anti-frelon.php

Like a Star @ heaven https://www.cg06.fr/plan-apicole-departemental-durable/la-lutte-contre-le-frelon-asiatique-3282.html

Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven http://guepes.fr/societe/06-Alpes-Maritimes.htm

Like a Star @ heaven http://www.adapi.itsap.asso.fr/infos/frelon_asiatique.php

Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven http://france3-regions.francetvinfo.fr/cote-d-azur/2014/08/26/le-frelon-asiatique-terrorise-les-abeilles-537932.html
Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven Pour le reportage FR3 cliquez ici

 

Revenir en haut Aller en bas
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2791
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Lutter contre le frelon asiatique   Mer 22 Mar 2017 - 17:26

Je fais remonter ce dossier car c'est le moment d'installer les pièges.
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lutter contre le frelon asiatique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lutter contre le frelon asiatique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» savent plus quoi inventer.......
» Danger, frelons asiatiques
» [NEWS] Bill et Tom dans une campagne de publicité contre les animaux de cirque !
» POUR OU CONTRE
» Pour ou Contre : La "grande" musique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: ANIMAUX :: Sauvages et autres animaux-
Sauter vers: