Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alternative santé 2014

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2704
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Alternative santé 2014   Dim 6 Juil 2014 - 12:13



AU SOMMAIRE DE la NEWSLETTER du 13 mars 2014
- Contre l'hémochromatose, un remède de la Renaissance par Michel Dogna
- Hyperactivité : mon enfant est-il génial ou bien fou ? par Clément Pierre



Bonjour,
Je repense à ce pauvre type, au bord du trépas, à qui on a proposé de lui greffer un coeur artificiel. Il a dû se dire "foutu pour foutu...". On lui a greffé la machine, ça a marché quelques jours et puis pffuit... Il est mort.

Le jour de sa mort, le cours de l'action de la société qui fabriquait l'appareil a chuté d'un coup, mais quatre autres patients sont en attente, nous dit-on, et on compte bien réussir à tenir plus de 75 jours cette fois. La Bourse est rassurée, la famille du défunt pleure quand même son disparu...

Quand je pense à cet homme, j'imagine tous les gens à qui l'on propose d'intégrer un protocole de soins particulier. "Vous serez le premier à bénéficier de ce traitement avec les meilleurs professeurs". On leur promet d'être accompagnés d'un aréopage de spécialistes et de machines. On leur vante les consultations plus nombreuses et approfondies, un suivi de chaque instant... Bref, la médecine première classe... Vous refuseriez, vous ? En plus, le patient a bonne conscience car, en acceptant, il "fait progresser la recherche médicale". Même pas besoin de lui glisser un petit billet pour le remercier, c'est lui qui dit merci !

Évidemment si vous refusez le traitement, vous retournez à la case départ. Vous êtes redevenu un malade normal, tarif Éco. Vous êtes à nouveau un anonyme, mais vous ne connaissez pas votre chance...

Car après quelques semaines, ceux qui acceptent se rendent compte qu'ils ont signé sans lire tout à fait. C'est une prison dont ils n'ont pas le droit de sortir sans s'attirer les foudres de tout le monde. Alors ils font ce qu'on leur dit... Point final...

"Mon médicament me donne des vertiges Docteur...". On le note, on en parle aux collègues, on regarde les statistiques, on interroge les autres équipes qui appliquent le protocole... Pendant ce temps, vous avez des vertiges... On vous propose au mieux de diminuer les doses.

Bien souvent, ce n'est même pas la médecine première classe, à peine la classe "business". Car pour le cœur artificiel, on en trouve des financements, mais pour tester tel ou tel type de Pacemaker, il y a moins d'argent en jeu. Et s'il s'agit seulement d'un nouveau médicament, c'est encore moins d'argent.

Du coup vous n'êtes pas beaucoup mieux traité que les autres. On vous rappelle à peine lorsque vous vous plaignez en urgence d'un trouble quelconque. Et surtout, pas de critiques, hein ! "Je vous l'ai dit, c'est un tout nouveau traitement ! Mais c'est très prometteur, on va faire des analyses...ne vous inquiétez pas, soyez patient..."

Et puis il faut garder sa ceinture attachée. Pas question de dévier du protocole accepté au départ sous peine de voir le nombre de consultations diminuer. La secrétaire fait barrage au téléphone... Le Docteur ne peut pas vous recevoir avant...

La machine médicale vous veut docile et silencieux. Et il ne peut en être autrement, sinon, ça ne fonctionnerait pas du tout. Alors tout le monde plie, y compris le personnel médical. Ainsi une infirmière peut se désoler avec vous des effets délétères d'un traitement, mais elle ne prendra jamais la responsabilité de vous aider à vous y soustraire. Même votre famille vous fait la leçon... Enfin, sois raisonnable...

Non, ne soyez pas raisonnables ! Car vous ne pouvez plus être sûr des bonnes intentions de ceux qui promettent de vous soigner. Chaque nouvelle affaire de médicament dangereux vient en apporter une preuve supplémentaire.

Alors puisque les autres se permettent de faire des expériences sur vous, pourquoi ne les feriez pas vous-même ? Vous seriez sans doute plus attentif au traitement, à l'évolution de vos symptômes, non ? Vous allez me dire, mais je ne suis pas médecin... Moi non plus. Mais on peut quand même se renseigner... Faites-le je vous en conjure. En nous lisant au moins.

Nous nous intéressons cette semaine à deux maladies qui explosent ces derniers temps. La première, vous la connaissez, c'est l'hyperactivité des enfants. On a beau faire, aller de psychologue en psychiatre, ils sont de plus en plus nombreux ces enfants agités que rien ne semble pouvoir dompter. Beaucoup de familles sont touchées, de manière plus ou moins aigüe. Le médecin leur proposera un jour une drogue pour calmer l'enfant, n'y avait-il pas d'autre solution ? Lisez l'article de Clément Pierre.

L'hémochromatose est moins connue, mais elle se développe pour des raisons inexpliquées, génétiques sans doute. On stocke le fer dans son foie et les conséquences à moyen terme peuvent être graves. Mais peu de médecins savent identifier la maladie alors qu'un test tout bête leur dirait facilement. On ne trouve rien pour soigner cela, à part un vieux traitement qui date d'Hippocrate et de Galien et qui était courant avant la révolution : la saignée. Michel Dogna adore ça.

Bonne lecture

PS : la semaine dernière j'ai oublié de vous donner le lien où vous pouvez trouver la liste des thérapeutes qui consultent gratuitement les 7 et 8 avril prochain.
Le voici : http://alliance-pour-la-sante.com/trouver-un-praticien



CONTRE L'HÉMOCHROMATOSE ? RIEN DE PLUS EFFICACE QUE LA SAIGNÉE
Cette maladie est une surcharge en fer qui s’accumule avec les années. Elle touche plus de 150 000 Français, soit plus de 3 personnes sur 1 000, et les conduit vers une mort prématurée. Les premiers symptômes de l’hémochromatose se révèlent entre 35 et 50 ans.

Hélas, les médecins sont peu informés sur cette maladie dont le diagnostic peut prendre entre 3 et 5 ans, alors qu’elle est très simple à déceler. Le test de surcharge en fer est pourtant simple et ne coûte qu'une dizaine d'euros.  Pendant ce temps, la surcharge en fer provoque petit à petit des lésions irréversibles au niveau du foie, du pancréas, des glandes endocrines et des articulations, engendrant, à la longue, des maladies mortelles telles que cirrhose, problèmes cardiaques, diabète, cancer.

Dans la pensée populaire, le fer est le signe de santé, c’est la protection contre l’anémie et les maladies. Pourtant, le fer en surcharge est toxique. Ce syndrome fait partie des quelque 6 000 maladies génétiques actuellement connues dont une dizaine seulement bénéficient d’un remède.

Le remède de l’hémochromatose existe pourtant, c’est la saignée pratiquée d’une façon régulière. Mais, ce procédé n’intéresse pas la pharmaco-chimie puisqu’il n’est pas question de médicaments donc de source de profits. Du coup, aucune publicité, aucune information n’est diffusée sur ce sujet.
Souffrez vous des symptômes suivants ?

Si vous avez les symptômes suivants, demandez à votre médecin de faire le test de la surcharge en fer (Coefficient de saturation de la transferrine).
Douleurs dans les mains
  Fatigue chronique inexpliquée
  Foie volumineux
  Etat de détresse morale
  Perte de la libido
  Coloration terne, grise ou bronzée de la peau.

Trois erreurs répandues
- L’hémochromatose est une maladie extrêmement rare, qui ne touche qu’une personne sur 10 000 – Faux : c’est 3 à 4 personnes sur 1 000.

      - L’hémochromatose est une maladie réservée aux Bretons. Faux.

      - L’hémochromatose n’atteint que les hommes. Faux.

La saignée comment ça se passe ?
Les prélèvements sanguins se font chaque semaine au début, à raison de 400 ml chez la femme et 500 ml chez l’homme. En refabriquant de nouveaux globules rouges, l’organisme se désature du fer emmagasiné dans les organes. Après un certain temps, tout rentre dans l’ordre. Il suffira de régler ensuite la périodicité d’entretien des saignées.

Dans ce cas, demander à votre médecin une analyse du coefficient de saturation de la transférine. Il doit être de 30 à 40%. À partir de 45%, on peut confirmer la maladie par un test génétique sanguin en recherchant le C282Y, gène découvert par les Américains en 1996, évitant la biopsie du foie.

Beaucoup d’hépatiques, de diabétiques, de cardiaques ou d’arthritiques peuvent être
des victimes de l’hémochromatose qui s’ignorent. Personne n’y pensera et leur dégradation dans ce cas sera inéluctable en dépit des traitements.
Et il faut aussi régler votre alimentation

  Éviter les viandes rouges et les mollusques.
  Boire du thé au repas parce qu’il a un rôle inhibiteur de l’absorption du fer.
  Éviter la vitamine C qui mobilise le fer stocké du foie et risque d’aggraver les troubles.

Dépistage familal obligatoire
Lorsqu’un cas est décelé, il convient de vérifier le gène en défaut (le C282Y) chez tous les descendants, ce qui pourra éviter beaucoup de misères ultérieures.

Par ailleurs, l’hémochromatose figure sur la liste des maladies graves et de longue durée. Les personnes atteintes peuvent demander à leur médecin de faire valoir leurs droits auprès des organismes concernés pour bénéficier à 100% d’une prise en charge de la Sécurité Sociale.

Michel Dogna



MON ENFANT EST AGITÉ, RÊVEUR, SURDOUÉ...IL EST HYPERACTIF
Autrefois, c'était des enfants agités, des garnements qui faisaient l'école buissonnière et qui étaient vite exclus du système éducatif, orientés vers des filières agricoles ou techniques. Maintenant ils sont dans de nombreuses familles et dans toutes les écoles, on les appelle "enfants hyperactifs".

Environ 5% des écoliers français seraient aujourd'hui atteints du trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H). Les psychologues interviennent, les médecins aussi bien entendu, mais le phénomène se développe sans que nous soyons capables de l'enrayer.
En 25 ans, on en a découvert 16 millions !

Cette maladie a été officialisée il y a 25 ans, pendant le congrès de l’APA (Association Psychiatrique Américaine) en 1987. Très vite on a trouvé un remède, la Ritaline (ou Rilatine) et c’est ainsi que, depuis 1987, plus de 16 millions d’enfants dans le monde ont été diagnostiqués comme atteints du syndrome TDAH.
Nos enfants sont-ils des malades mentaux ?

A-t-on le droit d’enfermer les enfants dans une camisole chimique sous prétexte qu’ils manifestent des comportements qui ne nuisent en rien à la société, à l’école, à leur famille ni à eux-mêmes ?

Je vous laisse juge :
Voici un ensemble de symptômes qui orienteront votre réflexion... Posez-vous la question : en quoi nuisent-ils à la société ?

Le Trouble Déficit de l’Attention / Hyperactivité est défini comme un ensemble de symptômes qui peuvent se classer selon trois axes principaux que sont l’inattention, l’hyperactivité et l’impulsivité.

1. L’inattention : l’enfant présente de gros problèmes de concentration et se laisse distraire très facilement d’autant plus que la tâche proposée lui semble fastidieuse. On pense donc en premier lieu à toutes les obligations scolaires.
2. L’hyperactivité : l’enfant présente un besoin continuel de bouger, il ne sait pas rester en place. C’est de nouveau à l’école que le problème se révèle car l’enfant est en général incapable de suivre une heure de cours en restant à sa place.
3. L’impulsivité : elle se caractérise par des gestes très brusques (attention à la casse), l’écriture est mauvaise, les travaux scolaires sont bâclés et manquent de soin. Cette impulsivité lui colle l’étiquette d’enfant « mal élevé » car il obéit très difficilement et il n’hésite pas à interrompre brusquement les conversations entre adultes.

Bon, mais il est TDAH ou pas mon enfant ?
Il est extrêmement important de ne pas établir un diagnostic de TDA/H à la légère car beaucoup d’enfants…en très bonne santé sont très actifs tout en pouvant présenter une certaine forme d’inattention liée à leurs jeunes âges.

Le diagnostic nécessite 6 ou + des symptômes de la liste suivante (colonne 1 ou 2), manifestés durant les 6 derniers mois à des degrés divers et ne correspondant pas au niveau de développement de l’individu

Inattention
Ne réussit pas à focaliser son attention sur des détails et fait des fautes d’inattention dans des travaux scolaires et autres travaux.
  Difficulté à maintenir son attention dans des tâches ou activités ludique.
  Ne semble pas écouter quand quelqu’un lui parle directement.
  Ne suit pas les instructions et n’achève pas la tâche ou l’occupation (par opposition à une mauvaise compréhension des instruction.
  Difficulté à organiser les tâches et les activité.
  Évite de s’engager dans des travaux qui requièrent un effort mental comme des travaux scolaires ou domestiques.
  Souvent perte des objets nécessaires aux tâches ou aux activités (jouets, crayons, stylo…).
  Facilement distrait par des stimuli extérieurs.
  Souvent oublieux des activités journalières.

Impulsivité -Hyperactivité
Souvent agitation des mains ou remue ou se tortille sur sa chaise.
  Quitte sa chaise en classe ou dans toutes situations à chaque fois que c’est possible.
  Court et grimpe de manière excessive et dans des situations inappropriées.
  Difficulté à jouer ou à s’engager dans des activités calmes.
  Souvent sur le qui-vive, leurs actes sont comme conduit par un moteur.
  Parle excessivement.
  Difficulté à attendre son tour.
  Répondent à côté, avant que la question ne soit terminée.
  S’immiscent et interrompent les jeux, les conversations des autres.

On leur a trouvé un traitement : la Ritaline
Tous les parents d'enfants "hyperactifs" ont entendu parler de la Ritaline qui, depuis 20 ans, constitue le principal traitement de l''hyperactivité.

La Ritaline est un psychostimulant de type amphétamine dont les effets sont semblables à la cocaïne. Comme toutes les drogues, l’utilisation de la Ritaline à long terme est très dangereuse, si suspecte que l'armée américaine refuse désormais de recruter des jeunes ayant été sous Ritaline dans leur enfance ! De toute évidence, à court et à long terme, ce type de thérapie présente de sérieux effets secondaires et délétères comprenant

  L'inquiétude,
  l'irritabilité,
  la dépression,
  l'insomnie,
  les maux de tête,
  les vertiges,
  L’incapacité d’apprentissage,
  les retards de croissance,
  l’altération de la vision,
  la paranoïa,
  la psychose,
  l'anorexie,
  la dyspepsie,
  l'hépatite toxique,
  des crises cardiaques,
  l’infarctus du myocarde,
  les arythmies cardiaques.

Entre 1990 et 2000, 186 enfants sont décédés aux USA suite à l’absorption de ce médicament. De plus ce chiffre ne représente que 10 à 20 % de l’ensemble des cas de décès réels et non divulgués. Il faut que tous les parents concernés par ce problème lisent le livre de Pierre Vican, Nos enfants cobayes de la psychiatrie ? – Enquête sur la médicalisation des problèmes de l’enfance, éd. Anagramme.

Et si le comportement de nos enfants était modifié par des facteurs alimentaires ?
C’est ce que des chercheurs de l’université de Southampton ont démontré en recrutant 153 enfants de 3 ans et 144 enfants de 8 et 9 ans. Dans le cadre de l'étude, les scientifiques ont administré quotidiennement un mélange de jus de fruits naturels à des enfants pour une durée de six semaines. Certains enfants ont reçu des boissons sans colorants alimentaires, d'autres des boissons contenant un mélange d'additifs que l'on trouve souvent dans les sucreries et les boissons sans alcool. Parmi ces colorants figurent le jaune orange (E110), le jaune de quinoléine (E104), la carmoisine (E122) et le rouge allura (E129) ainsi que le conservateur alimentaire benzoate de sodium (E211).
En parallèle, le comportement des enfants a été évalué par les parents et par les enseignants.

Résultat : lorsque les enfants ont consommé la mixture de colorants alimentaires, ils ont présenté davantage de symptômes d’hyperactivité, aussi bien chez les enfants de 3 ans que chez les plus grands de 8-9 ans.

D’autres facteurs interviennent également comme la consommation modérée à excessive de sucres raffinés, particulièrement le sucre blanc contenu dans les produits industriels, ainsi que l’intoxication aux métaux lourds (vaccinations) ou encore l’exposition prolongée à la lumière blanche, froide et fluorescente de l’éclairage artificiel.

L’hypothèse de l'empoisonnement
L’une des autres explications pointées du doigt par nombre de chercheurs européens, serait l’intoxication lente aux métaux lourds due principalement aux rejets de mercure et de plomb en quantités considérables par l’industrie dans l’atmosphère… mais également à la présence de divers métaux dans les amalgames dentaires (mercure, étain, argent…), les cigarettes (cadmium), les vaccins en général (aluminium) et plus particulièrement le vaccin Rougeole-oreillons-rubéole – ROR – (mercure).

De l'opium dans leurs céréales et leur yaourt
Les métaux lourds, en s’accumulant dans l’organisme, ont en effet une action inhibitrice sur une classe d’enzymes, les peptidases, destinées à la dégradation complète d’un ensemble de protéines alimentaires provenant du gluten (les céréales et la plupart des produits alimentaires : conserves de viande, charcuterie, moutarde, mayonnaise, sauces, bière, chocolats, mais aussi certains médicaments) et de la caséine (présente dans les produits laitiers et dans la viande de veau et de bœuf).

Chez certains enfants, génétiquement prédisposés, et atteints de troubles graves du comportement ou d’autisme, on a justement identifié une carence de ces mêmes enzymes. De nombreux chercheurs en déduisent que, lorsque ces enzymes sont inhibées par excès de métaux lourds, des psychopathologies lourdes, ou une hyperactivité constante, ou une dépression grave peuvent apparaître chez des enfants jusqu’alors sains.

Lorsque les protéines des céréales et du lait ne sont pas complètement dégradées, elles franchissent la paroi intestinale et se retrouvent dans le système sanguin. Or ce sont des « peptides opiacés »*. Les peptides provenant du gluten et de la caséine vont alors entraîner des dérèglements du comportement, et favoriser le développement de maladies envahissantes du comportement.

Bien entendu, une alimentation strictement sans gluten et sans caséine peut paraître a priori extrêmement contraignante car ces protéines se retrouvent à peu près partout dans notre alimentation (pain, plats préparés, moutarde…). Mais certains médecins nutritionnistes peuvent être d’excellent conseil.

Traitement de fond obligatoire
Les deux hypothèses (métaux lourds ou malbouffe) n'étant pas incompatibles, le premier traitement naturel passe par l'alimentation. Mais le problème des traitements sans gluten, sans caséine, sans sucres est qu'ils sont rarement suivis à 100%.

Et comme par ailleurs, les effets ne se font pas sentir immédiatement, ils sont abandonnés par la quasi-totalité de ceux qui empruntent ce chemin.

Mais au moins, vous pouvez fixer des règles simples : finis les bonbons, les tartines de Nutella, les pâtes, pizzas et sodas...

Parallèlement, on peut, en traitement de fond, pratiquer une cure détox axée sur les métaux lourds pour s'en débarrasser. Mais le mieux est de ne plus y être confronté.

De la drogue chimique ou bien des plantes
L'avantage de la Ritaline est qu'elle donne des résultats rapides sur les troubles comportementaux les plus difficiles à supporter socialement. Mais à quel prix ! Ne peut-on pas obtenir un résultat identique avec des molécules naturelles ?

Il existe un traitement entièrement naturel du TDA qui peut-être efficace car il a été concu pour englober la plupart des symptômes de l'hyperactivité. Ce remède a été conçu comme on concevrait un médicament : telle plante contient telle molécule qui agit sur telle enzyme qui provoque ça... On peut critiquer la démarche, mais elle a le mérite de proposer une véritable alternative aux parents qui hésitent à se tourner vers la Ritaline.

Ce remède a été mis au point par le Dr Thierry Schmitz, médecin et naturopathe belge que beaucoup de nos lecteurs connaissent déjà.

C'est lui qui nous en a indiqué la formulation (je dois dire que je n'y comprends pas grand' chose sinon qu'en agissant sur le systèmes parasympathique et orthosympatique elle rééquilibre ainsi le système nerveux central), mais je vous la livre

"Ce complexe se compose de :
- menthe poivrée qui est stimulante cérébrale par la stimulation du flux des neurotransmetteurs au niveau des synapses.
- basilic qui agit en tant qu'inhibiteur de l'acétylcholinestérase et de la butyrylcholinestérase entrainant des concentrations supérieures d'acétylcholine dans la fente synaptique qui augmentent la mémoire, les souvenirs et la concentration.
- noix de muscade dont l’huile essentielle contient de la myristicine qui soigne les dommages occasionnés au système nerveux. On l’utilise dans le traitement de l'hyperkinésie et du TDA/H.
- jatamansi dont l’huile essentielle contient de la nardosinone, qui est neurorégénérative. La nardosinone stimule le Nerve Growth Factor, ce qui entraîne une croissance des neurites et une consolidation de la régénération en cas de MDB (Minimal Brain Damage)."

L'avantage de ce traitement est également qu'il ne faut pas faire ingérer des dizaines de gélules ou de cuillères de liquide à votre enfant. Ce sera une gélule au petit-déjeuner et une au goûter, point !

Vous pouvez vous procurer ce complexe de plantes en cliquant sur ce lien
https://www.perfecthealthsolutions.eu/fr/home/32-phytactiv.html?REFCOD=alternativesante

Par ailleurs, parmi les compléments nutritionnels les plus efficaces pour améliorer le syndrome TDAH, on trouve les acides gras de type oméga-3. Les Oméga 3 apportent clairement un contrôle de l'hyperactivité, une amélioration des déficits comportementaux et des facultés d’apprentissage.

Il faut aussi mentionner l'intérêt des phospholipides qui permettent un bon fonctionnement du cerveau (phosphatidylcholine, phosphatidylinositol et phosphatodylethanolamine). Les phospholipides sont fondamentaux pour maintenir une fonction cérébrale correcte et représentent un support aux performances intellectuelles soutenues.

Enfin, si l'enfant est vraiment confronté à des problèmes de sommeil et s'il a atteint au moins sept ans, vous pouvez vous inspirer également d'un de nos précédents articles pour traiter cette difficulté.
http://www.alternativesante.fr/cest-lheure-de-pousserles-somniferes-hors-de-votre-lit/

Clément Pierre



Dernière édition par Libellule le Ven 5 Juin 2015 - 21:32, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2704
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Alternative santé 2014   Dim 6 Juil 2014 - 12:14



source http://www.alternativesante.fr/

AU SOMMAIRE DE la newletter du 20 mars 2014
- Un anti-douleur à 1 € le kilo, trouvez mieux !par Dominique Vialard
- Voulez-vous un remède de cheval contre les douleurs articulaires ? par Caroline Morel

Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien
http://www.alternativesante.fr/recevez-gratuitement-notre-newsletter/



Bonjour,
Nous avons eu, à Paris, un épisode de pollution sans précédent. Je ne sais pas si vous, dans votre coin, vous avez eu la même chose, mais chez nous... c'était comme à Pékin. Et d'ailleurs, il y avait un paquet de gens qui portaient des masques dans la ville. Chacun découvrait, "de visu", le phénomène de la pollution. Et chacun l'a subi...

Je me souviens quand, plus jeune, je faisais des allers-retours sur l'autoroute du sud avec femme, enfants et siège-bébé dans la voiture. Au retour, on distinguait de loin un nuage orangé (de fin de journée d'été) qui planait là-bas, au loin, dans la direction de Paris. On se rapprochait sans y croire, et d'un coup, il avait disparu. En fait, on était entrés dedans... On subissait déjà ce phénomène avec résignation à l'époque.

Quand on a dit il y a quelques jours aux parisiens qu'ils devaient pratiquer la circulation alternée, on aurait pu s'attendre à une fraude généralisée. Ce ne sont pas six cents policiers qui peuvent endiguer un flot de voitures en infraction qui entrent dans Paris... Mais on n'a constaté aucun problème, nulle part... La circulation dans Paris était fluide. Tout le monde avait joué le jeu !

Cette mobilisation instantanée est souvent constatée lors des grandes catastrophes et des guerres. On l'a observée aussi lors des grandes grèves des transports publics. En situation de crise, apparaît autre chose, plus profond et souvent, très généreux.

À Paris, ville réputée pour être le royaume de l'individualisme, cette incroyable discipline collective m'a surpris, je l'avoue. J'ai compris que chacun était prêt à faire un effort pour la collectivité. Par conviction idéologique ? Non. Plutôt par le constat "de visu" du problème.

Tant que nous ne voyons pas, nous ne croyons pas. Pire, tant que nous ne ressentons pas, nous n'y croyons pas. Car des nuages de pollution, on en a vu des tonnes à la télé, mais tant qu'on n'a pas couru après un bus qui s'éloigne dans le smog, tant qu'on n'a pas toussé ensuite comme un tuberculeux, on n'y croit pas.

Tant que l'on pourra boire de l'eau au robinet on ne croira pas qu'on en manque. Tant que l'on pourra manger de la viande et des patates à un prix raisonnable, on ne mangera pas de légumes. Tant qu'on obtiendra gratuitement des médicaments, on ne se tournera pas vers les plantes...

Je finis donc par croire qu'il faudra attendre d'être au pied du mur - peut-être même avec la mer qui monte le long des jambes - pour qu'enfin les hommes prennent en main leur nouveau destin. Et je pense désormais que c'est au pied du mur que nous serons les plus héroïques. Mais jusque-là, nous resterons dubitatifs...

Peut-être ne suis-je pas un héros ? Car je me dis qu'on aurait pu planifier le changement, amortir le choc, peut-être même l'éviter. Mais ce sont des raisonnements de comptable. Le temps presse et je finis par croire que, pour convaincre tout le monde à temps, il faudrait un événement planétaire. Un truc si impressionnant que chacun prendrait conscience du problème. Et puis, si ça se trouve, face à ces conditions exceptionnelles, peut-être même serai-je un héros !

En attendant, moi, je fais mon boulot d'amortisseur de choc et je vous ai dégoté deux remèdes qui vont vous être utiles en situation extrême : le plâtre (rappelez-vous, c'est au pied du mur qu'on voit le maçon) et un remède de cheval que l'on utilisait pendant la guerre de Crimée... Pas mal non !

Bonne lecture

PS : 700 thérapeutes consultent gratuitement les les 7 et 8 avril prochain.
Voici le lien pour consulter la liste. http://alliance-pour-la-sante.com/trouver-un-praticien
Profitez-en pour découvrir une thérapie qui vous intrigue !
 Alexandre Imbert



"Alternative Santé" n°11 est paru (100% numérique)

Au sommaire : Cholestérol, cystite, varicelle, jambes sans repos, arthrose, cure anti-cancer Gerson, cancer de la peau, loi d'attraction, reiki, dépression.

De la vidéo, du son et des articles comme vous n'en avez jamais lus ailleurs.



UN SAC DE PLÂTRE ET DE L'EAU... VOUS ÊTES SOIGNÉ
Il est devenu banal, aujourd'hui, de faire des masques d’argile, des enveloppements d'argile. Tout a été dit sur le sujet… Mais connaissez-vous l’intérêt du plâtre liquide ? En application sur le visage ou en bains de pieds, c’est un précieux remède aux maux articulaires aussi bien qu’un surprenant antirides !
Ce remède naturel, car il s’agit bien d’un remède (universel !), est tombé dans l’oubli.

En présence d’eau se forme un composé naturel soufre/calcium : le gypse. C’est avec ce sulfate de calcium que l’on fabrique le plâtre. Ses composés ont été utilisés dans des traitements naturels dont on retrouve trace dans l’Antiquité.
Mais les anciens Egyptiens n’étant plus là, personne ne vous en parlera car il n’y a rien à vendre (et les marchands de plâtre se moquent bien de votre santé).

Il n’y avait pas mieux pour les fractures…
Jusqu’à une époque très récente on utilisait le plâtre pour immobiliser un membre fracturé. Ça tombait sous le sens, mais…
Le progrès, la nécessité de confort et de mobilité, ont conduit à remplacer le plâtre par de la résine, plus légère, plus résistante… Sauf que si l’emplâtrage consolide l’os en 3 à 4 semaines, avec la résine il faut maintenant compter 5 ou 6 semaines et plus, et avec des apports importants de calcium !

Calcium + Soufre : les deux piliers de la santé
Dilué dans de l’eau, ce composé de calcium et de soufre (et d’oxygène bien sûr) agit sur les nombreux métabolismes impliquant calcium et soufre avec des effets bénéfiques immédiats sur la peau et le système ostéo-articulaire.

Bien employé, le plâtre va agir sur :
les douleurs ostéo-articulaires (lombaires, dorsales, entorses, etc.),
  la capacité de marche,
  la qualité du sommeil,
  les digestions difficiles,
  les règles douloureuses,
  la congestion oculaire,
  la santé de la peau,
  et de près ou de loin tous les métabolismes du corps.

Il y a de quoi rester dubitatif... et pourtant : tout bon chimiste connaît l’importance du calcium dans la physiologie du corps humain.

Le calcium, métal-clé du vivant
Le calcium, comme l’ignorent 98% des gens, est un métal ! On a beau l’imaginer blanc comme la craie ou l’os, le calcium est non seulement le premier métal constituant notre corps (avec le carbone non-métal) mais on le retrouve dans toutes les cellules vivantes.

Cette 1ère place lui confère un caractère vital, on nous le dit souvent, mais on n’imagine pas à quel point : voisin du potassium (K), du magnésium (Mg), du sodium (Na) et du strontium (SR) dans le tableau chimique, il maintient notre santé par l’interaction avec ces éléments, au niveau des os (tout le monde le sait) mais aussi du cerveau et du système nerveux. Et l’on méconnaît surtout sa fonction de transport de l’oxygène (véhiculé par le fer dans le sang) dans tous les tissus blancs, de la thyroïde aux ovaires, aux testicules en passant par le cerveau et ce qui se voit le plus : le blanc de vos yeux.

Le soufre, activateur de vitalité
Le soufre a un énorme pouvoir acide. Il accentue tous les phénomènes alcalins : c’est ainsi qu’il potentialise les propriétés du calcium, élément-clé du vivant, partout dans notre corps, stimulant notre vitalité générale, du sang à la plupart de nos organes.

Le rôle central du soufre sur l’équilibre du pH (taux acido-basique) intervient jusque dans notre cerveau où sans lui apparaissent migraines ou autres pathologies.
Dans les yeux, le soufre maintient l’équilibre de l’humeur vitrée (80% de l’œil).

Le soufre assure le bon fonctionnement de la peau et permet à cette barrière d’assimiler les nombreux éléments extérieurs dont a besoin notre corps.

Un soin quotidien pour quelques centimes d’euros
Pour tirer profit du plâtre, il suffit tout simplement d’en délayer quelques grammes dans un peu d’eau.

Voici la recette telle que me l’a donnée un génial chimiste de la santé naturelle, Philippe Perrot-Minnot (ingénieur géologue de formation)* :

  Procurez-vous du plâtre, tout simple, en magasin de bricolage. Du « plâtre de modelage » ou du « plâtre de Paris ». Il vous en coûtera à peine plus d’1 € le kilo.
  Peu importe la marque, à condition de vérifier que le produit soit garanti 100% sulfate de calcium (genre « Toutprêt », entre autres).
  Pour un bain de pieds ou de mains, prévoyez 3 cuillères à soupe de plâtre pour 5 à 8 litres d’eau. Le plâtre se dilue à raison de 3 g par litre et la solution est efficace quelle que soit la température.
  Pour une application locale, prévoyez en proportion en diluant le plâtre dans une soucoupe par exemple.

Trois rituels faciles
Rien de tel pour commencer qu’un bain de pied.
Relax, installez-vous devant un récipient où vos pieds seront à l’aise dans 5 à 8 litres d’eau (tiède de préférence). Le niveau d’eau doit pouvoir couvrir vos chevilles.
Versez les 3 cuillères de plâtre, remuez, diluez. Pensez à garder un tissu éponge près de vous.
Plongez vos pieds dans l’eau en bougeant doucement les orteils. Au bout de 10 mn de détente et de sensation de douceur, laissez-les sécher naturellement quelques minutes sur le tissu éponge. Une fois les pieds secs, faites ce que vous voulez mais n’essuyez surtout pas le léger dépôt sur votre peau car il va continuer à agir.

Pour des applications locales aux mains et aux poignets.
Pour des douleurs intenses localisées (articulations), appliquez un petit « film » de plâtre humecté d’eau (comme un badigeon blanc) sur l’endroit douloureux. Laissez agir un quart d’heure (le plâtre agit quand il est humide).

Le masque au plâtre
Sur les joues, le front et le visage… Le masque soulage les yeux fatigués en les décongestionnant (il active l’oxygénation de la sclérotique, le blanc de l’œil) et embellit la peau. Le tour est joué en trois-quarts d’heure !

Une efficacité immédiate
Essayez, cela ne coûte rien : vous allez vite constater un meilleur sommeil (parfois dès le premier soir) et assez rapidement (souvent sous huitaine) un soulagement de vos douleurs.

L’effet peut même être spectaculaire sur des douleurs ostéo-articulaires chroniques ou chez des personnes qui ont du mal à marcher.

Un préalable utile
10 mn avant de préparer votre soin, avalez une pincée de sel puis buvez, gorgée par gorgée, de l’eau plate. Lorsque vous ne sentez plus la sensation de soif (quand vous avez bu la quantité correspondant à la pincée de sel), votre organisme est prêt à recevoir du calcium : il se jettera alors dessus et réagira immédiatement.

Ce petit rituel alcalin stimule en effet la thyroïde, la glande régulant le taux de calcium dans le corps. Le sel peut-être contre-indiqué chez vous. Quoi que… Je vous renvoie sur le sujet à l’article de Michel Dogna : « Ce n’est pas le sel qui est dangereux pour la santé mais la carence en potassium ».

A vous de voir ! De toute façon cette prise de sel utile n’est pas indispensable : elle potentialise le soin. Exactement comme le galet de soufre dont l’application en massage sur les zones traitées au plâtre stimule l’action polyvalente du calcium.
Cet usage du plâtre, fort agréable (surtout en bain de pieds) sera d’autant plus efficace qu’il sera pratiqué régulièrement.

Faites-en votre pause « soins et détente » du soir !

*Pour en savoir plus sur les travaux de Philippe Perrot-Minnot, allez voir ici : http://www.chimienaturelle.info

Dominique Vialard



UN REMÈDE DE CHEVAL CONTRE LES DOULEURS ARTICULAIRES
Saviez-vous que Charlie Chaplin, John Fitzgerald Kennedy et Maurice Chevalier souffraient de douleurs affreuses qui leur ont rendu la vie odieuse ?

Charlot avait de l’eczéma ce qui le rendait fou, et pendant des années il a porté des gants blancs pour cacher sa maladie. JFK souffrait atrocement du dos au point de ne pouvoir bouger ni se lever pendant des journées entières et Maurice Chevalier avait des crampes intestinales insupportables. Tous souffraient de maux différents, mais ils utilisaient tous le même produit pour se soigner : le baume de Sébastopol.

Le baume des gitans
Tout a commencé pendant le siège de Sébastopol, au cours de la guerre de Crimée en 1855. Un soldat, du nom de Mathieu Bernard, aussi maréchal-ferrant dans sa vie civile, sauve la vie d’un ami officier-vétérinaire. Pour le remercier, celui-ci donne à Mathieu Bernard la composition d’un baume miraculeux qu’utilisent les Gitans et avec lequel il soigne les chevaux de l’armée de Napoléon III. « Tu verras, lui dit son ami vétérinaire, avec cette pommade, tu pourras soigner tous les chevaux de la région ! ».

Mathieu Bernard, repart en Provence après la guerre et reprend son travail de maréchal-ferrant. Et, parce que dans sa région on trouve tous les ingrédients pour la fabriquer, il se met à préparer la fameuse pommade lui-même. Il utilise la formule donnée par l’officier pour fabriquer un baume avec lequel il soigne les chevaux malades.

Les plaies cicatrisent en quelques jours
Huile essentielle de lavande et de pin sylvestre, cire d’abeille, graisse végétale, huile de cade (genévrier), voilà la base de la composition de la crème gitane. Mais la recette est plus complexe que cela et tout est dans les proportions.

Toujours est-il que les blessures des chevaux cicatrisent en quelques jours. Mathieu Bernard, convaincu de l’effet bénéfique de son baume, le propose un jour à un client qui souffre d’une plaie purulente. Un mois plus tard, la plaie est guérie. Les essais suivants sur d’autres volontaires atteints d’eczéma, de psoriasis et de douleurs rhumatismales sont concluants. Mathieu Bernard fait donc profiter son entourage de son baume gitan et les guérisons se multiplient. Pendant deux générations, la recette du baume est précieusement conservée et utilisée pour la famille, les amis et l’entourage de la famille.

« Œuvrer pour le bien de l’humanité »
C’est Jean Raillon, qui n’est autre que le petit fils de Mathieu Bernard, qui se lance en 1958 dans la commercialisation du baume miraculeux qui prend alors le nom de ses origines : « Le baume de Sébastopol ».

Autour de Jean, ils sont de plus en plus nombreux à réclamer du baume et à envoyer des témoignages de satisfaction. Le produit passe de main en main jusqu’à ce jour de 1959, où le journal « Point de Vue images du Monde » fait un article sur les bienfaits du baume. La demande explose ! On en réclame à Jean, encore et encore. Et lorsqu’un utilisateur satisfait de la pommade déclare : « Si j’étais vous, avec un produit comme celui-ci, j’œuvrerais pour le bien l’humanité », Jean Raillon a un déclic. Il va proposer à tous son baume gitan. Il entame alors la fabrication, en plus grandes quantités, du baume de Sébastopol.

Une formule améliorée de génération en génération
Au début de cette incroyable aventure, la famille fabrique le baume dans la cuisine de l’appartement de façon très artisanale et la recette de Mathieu Bernard est scrupuleusement suivie.

Les premiers petits pots de crème sortent de la cuisine et commencent à se vendre. Jean Raillon est un passionné de plantes médicinales et il décide d’améliorer la formule en faisant des recherches sur les plantes et en compulsant les ouvrages de médecine. Il s’initie avec un cousin médecin et se rend compte qu’il peut agrandir le domaine d’action du baume. Il souhaite proposer sa pommade sous des formes plus diverses et pour des soins plus ciblés. Ainsi, en mettant moins d’huile de cade que dans la version d’origine, Jean Raillon découvre que son baume devient très efficace sur l’eczéma, alors qu’à l’origine, la pommade gitane agissait sur le psoriasis ou les dermatoses importantes.

Un baume légitimé par des résultats scientifiques
Pour éviter la critique, Jean Raillon décide de demander à des « pointures » du milieu scientifique, d’avaliser les vertus de ses crèmes. Il se tourne vers Jean Valnet, qui dans les années soixante était considéré comme le pape de la phytothérapie et de l’aromathérapie, et lui soumet ses produits. Il demande également au Professeur Giorgo Falchi, une sommité en matière de dermatologie, de bien vouloir faire une étude sur ses crèmes.

Les conclusions furent les suivantes :
Les résultats sur les malades traités pour l’eczéma, l’asthme, la sinusite sont excellents.
  La crème est parfaitement tolérée par la peau, saine ou malade.
  Son action anti-inflammatoire est démontrée.
  Elle a aussi une action rapide et efficace sur les lésions et les plaies.

Les autorités ont fait barrage au baume de Sébastopol
Fort de ces conclusions, Jean Raillon décida de monter un dossier afin que son baume puisse être distribué en pharmacie. Son dossier fut rejeté. On lui refusa aussi sa demande de brevet d’invention pour un produit pharmaceutique sous prétexte que les ingrédients contenus dans ses pommades étaient déjà répertoriés et ne pouvaient donc faire l’objet d’un brevet.

Le baume a failli disparaître à jamais
Pourtant, le succès du baume de Sébastopol ne faisait que s'étendre et cela finit par déplaire au lobby pharmaceutique... et les ennuis commencèrent. En 2009, cela se finit au tribunal, l’Afssaps parle de « poison » et la chasse aux sorcières commence. Le petit fils de Jean Raillon pense définitivement abandonner le baume de son grand-père. Mais c’est finalement en faisant considérer le baume non comme un produit de pharmacie, mais comme un cosmétique que Jean Christophe Mandrou peut se remettre à le commercialiser en toute légalité. La guerre est gagnée ! Aujourd’hui, Jean Christophe Mandrou, petit-fils de Jean Raillon, supervise toujours la fabrication du baume gitan.

Il faut lire entre les lignes
Mais, puisque légalement Jean Christophe Mandrou ne peux plus indiquer ostensiblement les vertus médicinales de ses produits, comment savoir à quoi chaque crème correspond et ce qu’elle traite ? Ce n’est pas facile à trouver et c’est un peu confus parfois sur le Net. J'ai donc demandé à Jean-Christophe Mandrou de me le dire en confidence. Et, sans lui demander son accord, je vous le répète.

Allez, je vous explique tout
Pour se souvenir facilement de l’action spécifique de chaque crème, Jean Raillon avait numéroté ses produits.
La crème numéro 1 était contre l’eczéma
La crème numéro 2 apaisait les douleurs articulaires
La crème numéro 3 luttait contre le psoriasis
etc...

Malheureusement, de l'ancienne gamme il ne reste plus que le baume n°2 qui soulage l’arthrose, l’arthrite, les douleurs menstruelles et les séquelles de zona. Vous pouvez vous en procurer ici.
http://www.la-vie-naturelle.com/fre/2/baume-de-sebastopol_n_2/site_partenaire:0a61410828

Le n°7 qui traitait l’eczéma ou le psoriasis n'est plus fabriqué pour l'instant. Les autres ont disparu en raison des contraintes réglementaires qui pesaient sur eux.

D'autres produits existent chez Jean Raillon fabriqués avec le même soin comme l’onguent provençal qui estompe rapidement la gêne causée par les tendinites et les douleurs musculaires ou encore un gel qui soulage très rapidement les douleurs de crise de goutte...

Evidemment, vous ne connaissez pas l'entreprise Jean Raillon, mais quand j'apprends à la veille de faire publier cet article, que le site de la société est en travaux, je ne suis pas étonnée. Je vous donne quand même l'adresse : www.jeanraillon.com

Jean Christophe Mandrou continue à commercialiser ses crèmes avec le même esprit philanthropique que ses aïeux, il y a en lui un réel désir de faire du bien à son prochain et il a su me toucher par son désir de ne pas se soumettre à la folie de la société de consommation pour continuer à fabriquer son produit simplement et à le commercialiser honnêtement et avec sincérité, seulement parce que les autres en ont besoin.

Portez-vous mieux

Caroline Morel



De nombreux lecteurs nous interrogent sur telle ou telle pathologie et son traitement naturel. Il se peut que nous traitions, un jour ou l'autre, leur problème de santé, mais cela reste hypothétique. Pour avoir rapidement des réponses à vos questions de santé, nous vous invitons à consulter l'index des articles parus dans Principes de Santé, le journal de la médecine naturelle en suivant ce lien.
http://soignez-vous.com/index-des-articles.html

  Si vous recherchez un thérapeute pratiquant une des disciplines des médecines alternatives, vous en trouverez une liste près de chez vous en vous rendant sur le site annuaire-therapeutes.com
http://www.annuaire-therapeutes.com/

  Si vous ne souhaitez pas que votre adresse mail soit communiquée, précisez-le nous dans vos mails.



- Vous n'avez pas reçu les 83 premières newsletters d'Alternative Santé. Découvrez-les en allant sur le site alternative-sante.fr
http://www.alternativesante.fr/



"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris

Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.






Dernière édition par Libellule le Ven 5 Juin 2015 - 17:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2704
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Alternative santé 2014   Dim 6 Juil 2014 - 12:16



source http://www.alternativesante.fr/
AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER  du 27 mars 2014
- Les médecins britanniques ne veulent plus des statines par Michel Dogna
- Un anti-inflammatoire trouvé dans l'assiette des Maoris par Caroline Morel



Bonjour,
Michel Cymes est ce que l'on appelle un "journaliste scientifique". Avec Marina Carrère d'Encausse, il forme un couple parfait pour la télé. L'un fait des grosses blagues de carabin sur le plateau et l'autre pouffe de rire. L'un est principalement animateur de télévision, mais c'est un médecin et il consulte parfois à l'hôpital... surtout les amis. L'autre est la fille d'Hélène - l'Académicienne, rien que ça... - la soeur d'Emmanuel, la nièce de Nicolas... elle est issue d'une famille d'aristocrates russes qui a fui les soviets.

L'un et l'autre sont des gens installés et des stars de la télé et en voyant qu'ils invitent le Dr Michel de Lorgeril - un cardiologue qui fait scandale avec ses livres sur le cholestérol - sur le plateau du Magazine de la Santé sur France 5 *, les téléspectateurs se disent peut-être que nos deux oiseaux font bien leur boulot de journaliste.

En fait, ce n'est pas le cas. Michel de Lorgeril venait là pour défendre son intégrité et son honneur. Il fait partie de ces lanceurs d'alerte qui, très tôt, ont osé dire au grand public ce que de nombreux médecins avaient observé depuis longtemps : les statines, prescrites contre le cholestérol sont dangereuses ! Il a écrit un livre sur le sujet, qui a fait beaucoup de bruit, et puis un autre... Il a des preuves scientifiques mais ça ne suffit pas. On l'a mis en doute dans presque tous les médias en lui opposant d'autres avis, d'autres cardiologues. Et Marina elle-même a parfois dépassé les bornes dans son commentaire.

Cette émission est en fait un droit de réponse exigé par Michel de Lorgeril... on ne l'a pas dit aux gens qui regardent la télé. Alors les deux autres, qui n'ont pas le choix, se défendent. Les journalistes commentent souvent le texte du droit de réponse que la personne mise en cause leur fait parvenir. Et sur le plateau, ce jour là, Marina et Michel ne s'en privent pas.... Ils interrogent sèchement MDL et diffusent l'interview contradictoire d'un cardiologue qui défend justement les statines. Vous voyez bien qu'on a des raisons de douter...

Le ton monte... Ils font leur travail de journalistes disent-ils et en font une question de principe... Michel de Lorgeril n'écoute pas leurs questions, et ne dévie pas de sa route tout en restant poli. Sa présence n'est pas un sujet voulu par la rédaction, c'est son droit de réponse...

A la télé, il est clair mais on le sent tendu, impatient, agité... Il a été si souvent attaqué injustement qu'il est prêt à exploser. On voit bien qu'il profite de cet espace de communication comme ces intermittents du spectacle qui bondissent sur scène pour occuper le micro pendant quelques secondes. Un piratage de l'antenne.

Il aborde le sujet de la diffamation... Michel Cymes se défend "Ah non, moi j'ai rien dit", Marina, elle, regarde ses chaussures...

Voilà une petite saynète de la vie des médias qui en dit long sur la manière dont sont traités les médecins qui osent contester les protocoles officiels.

D'autres médecins sont devenus comme Lorgeril, des lanceurs d'alerte. Bernard Debré et le Professeur Philippe Even, en font partie. Ces praticiens reconnus ont accès aux grands médias, alors on a trouvé une bonne manière de les en écarter, l'exclusion de l'Ordre des médecins, c'est ce qui a été décidé pour eux... et c'est ce qui pend au nez de Michel de Lorgeril.

Tout scientifique sait que la contestation de la science officielle est le meilleur moyen de faire progresser la science tout court, mais les médias ne sont pas de cet avis, en particulier dans le domaine de la santé. Alors il faut s'informer ailleurs : en lisant par exemple ce que les médecins anglais pensent de ces fameuses statines (voir l'article de Michel Dogna).

Et il faut surtout chercher comment se soigner autrement qu'avec les poisons de l'industrie pharmaceutique. Parce qu'après les statines viendront les AINS (anti-inflammatoires non-stéroïdiens). Connaissez-vous quelqu'un qui en prend ? Des vertiges, de la somnolence, des douleurs au ventre... demandez-lui... et regardez ensuite la liste des effets secondaires sur Internet... C'est édifiant. Alors cherchons des alternatives. Caroline Morel vous en a trouvé une qui vient du pays Maori et dont on parle beaucoup dans l'underground de la santé alternative.

Bonne lecture

* Michel Dogna dans son article un peu plus bas vous a donné le lien vers cette émission de France 5, vous le trouverez donc facilement.



"Alternative Santé" n°11 est paru (100% numérique)

Au sommaire :Cholestérol, cystite, varicelle, jambes sans repos, arthrose, cure anti-cancer Gerson, cancer de la peau, loi d'attraction, reiki, dépression.



STATINES :UNE GUERRE POLÉMIQUE SANS MERCI
Selon un sondage du journal « Médical Pulse », la plupart des médecins britanniques ne prendraient pas de statines à titre personnel, ou n’en prescriraient pas à leur famille ou leurs proches. Aussi, la majorité des médecins britanniques s’opposent aux propositions des autorités sanitaires (le N.I.C.E.) qui souhaiterait que des millions de patients supplémentaires soient traités par statines. En France, déjà 5 millions de patients sont sous statines A VIE ! (un abonnement qui est la preuve que çà ne guérit pas – et la garantie de 25 milliards par an qui tomberont pour longtemps dans l’escarcelle des grands labos !)

Le Dr Kailash Chand, président de la British Medical Association, qui regroupe médecins et étudiants en médecine au Royaume-Uni met en garde contre la prescription de statines, cette famille de médicaments pour faire baisser le cholestérol. Il explique dans un article publié début mars par le Sunday Express pourquoi il a arrêté de prendre les statines qui lui avaient été prescrites.

Selon le président de la British Medical Association, les futures directives britanniques qui visent à prescrire ces médicaments aux personnes dont le risque de développer une maladie cardiovasculaire est égal ou supérieur à 10% (contre 20% auparavant) « ne bénéficieront qu’aux laboratoires pharmaceutiques. »

Le Dr Kailash Chand, 60 ans, a pris conscience de la toxicité des statines après que son cardiologue lui ait prescrit ces médicaments il y a 5 ans. « Après quelques semaines, j’ai commencé à ressentir des douleurs musculaires épouvantables dans tout le corps, qui me réveillaient même la nuit. Au début, j’ai mis cela sur le compte du stress. » Preuve que même un grand nom de la médecine britannique peut être aussi laissé dans l'ignorance des effets indésirables.

Le Dr Chand a mené ses propres recherches, et un an plus tard, il a arrêté de lui-même de prendre ces médicaments. « C’était le seul moyen de savoir si les statines étaient en cause puisque les médecins et les laboratoires disaient tous le contraire. Or, les choses ont commencé à rentrer dans l’ordre dans les deux ou trois semaines qui ont suivi (la preuve qu’ils mentaient). Aujourd’hui, je n’ai plus aucun symptôme. »

C’est la première fois qu’une sommité médicale britannique élève ainsi la voix contre les statines. Or, le débat sur les statines avait été lancé pour la première fois en France en 2007 avec la parution du livre du Dr Michel de Lorgeril (chercheur au CNRS) « Dites à votre médecin que le cholestérol est innocent, il vous soignera sans médicaments. » Le Dr de Lorgeril a ensuite publié « Cholestérol, mensonges et propagande », qui a convaincu le Pr Philippe Even de l’inutilité de traiter le cholestérol pour prévenir les maladies cardiovasculaires.

Le Pr Even a fait paraître il y a un an « La vérité sur le cholestérol ». Ses prises de position qui vont totalement à l'encontre de la pensée dominante ont jusqu'ici été traitées avec condescendance par les médias français.

Le Dr Michel de Lorgeril, auteur des livres Cholestérol, mensonges et propagande ainsi que Prévenir l'infarctus et l'AVC était l'invité du magazine de la santé le 19 février 2013.

Venu pour apporter des preuves que les statines - notamment le n° 1 qui est le Crestor - sont inefficaces, il s'est retrouvé face à deux journalistes (Michel Cymes et sa comparse Marina Carrère) qui ont agressivement tenté de l’égarer en lui posant des questions hors sujet.

Comprenant que le but était de lui faire perdre du temps, Michel de Lorgeril ne s’est pas laissé disperser et a poursuivi sa démonstration sans sourciller, d'où la tension survoltée sur le plateau de cette émission où il est rare de voir les animateurs perdre le contrôle  du débat.

Petite précision : invité pour s'exprimer trente minutes, Michel de Lorgeril a appris juste avant le début du direct qu'il n'aurait droit qu'à deux minutes, avec interdiction de parler de son livre (le terrain était miné !) En fait, grâce à son forcing, il a eu 11 min. Voyez plutôt dans quelle ambiance il a été reçu
http://www.youtube.com/watch?v=tmUY_YK8Exs#t=244

En France, Michel de Lorgeril et Philippe Even contestent carrément le principe même de donner des statines à des cardiaques ou des diabétiques.

Michel de Lorgeril a montré dans une série d'articles qu'il a publiés dans les journaux médicaux internationaux
http://archinte.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=416101
que les essais les plus récents et les plus rigoureux n’ont pas prouvé que les statines faisaient baisser la mortalité chez ces personnes.

Une vive polémique oppose donc ces deux médecins à la horde de médecins moutons dépendants qui colportent les mensonges de l'industrie pharmaceutique et qui essaient de faire peur en prétendant que l'arrêt des statines chez les patients atteints « auraient de graves conséquences ».

Mais les effets secondaires des statines sont eux, systématiquement passés sous silence : les études financées par l’industrie trouvent des effets secondaires chez moins de 1% des patients, alors que les études indépendantes indiquent qu’au moins 20% d’entre eux sont plus ou moins durement affectés.

Des médecins britanniques écrivent aujourd'hui aux autorités sanitaires de leur pays pour leur demander de reconsidérer les critères de prescription des statines, et de ne pas se fier aux données fournies par les laboratoires pharmaceutiques, qui minimisent systématiquement le risque d’effets secondaires parmi lesquels, outre les douleurs musculaires, figurent le diabète, les cataractes, l’impuissance, les troubles cognitifs et hépatiques.

En France, le ministère de la Santé n'a jamais réagi aux demandes qui lui étaient faites de reconsidérer le rapport bénéfice/risque des statines.

Peut-être prenez-vous une statine sans le savoir – Parmi la liste que vous pouvez trouver sur Internet, en voici quelques-unes couramment prescrites : TAHOR – ZOCOR – VASTEN – LODALES -  CRESTOR – LOVASTATINE – PRAVASTATINE – SIMVASTATINE – FLUVASTATINE...

Il faut souligner que les levures de riz rouge, conseillées par certains prescripteurs, bien que moins agressives ne valent guère mieux. Pourtant, certaines  médecines alternatives offrent depuis longtemps des solutions réellement efficaces contre l’artériosclérose et le risque cardiaque, cela cette fois SANS DANGER D’EFFETS SECONDAIRES et sans être un abonnement à vie ! Mais face au monopole pharmaceutique, ce créneau n’a pas droit à la grande information……et encore tant pis pour les patients consommables et cochons payeurs !

Une dernière chose : Des chercheurs de l’université d’Oxford - avec une bonne dose d’humour anglais - ont voulu tester l'adage «An apple a day keeps the doctor away» (Une pomme par jour éloigne le médecin). A partir des modèles mathématiques qu’ils ont établis, d’après eux, prescrire une pomme chaque jour à tous les adultes de plus de 50 ans préviendrait chaque année 8 500 décès par maladies cardiovasculaires (crises cardiaques et AVC) en Grande-Bretagne. Ils ont oublié de dire tout de même qu'il devait s'agir d'une pomme bio !

Michel Dogna



ON A TROUVÉ UN ANTI-INFLAMMATOIRE DANS L'ASSIETTE DES MAORIS ?

A Christchurch en Nouvelle Zélande, on dit que les Maoris qui vivent sur la côte ne souffrent jamais de problèmes d’arthrose, ni d’asthme, contrairement à leurs frères de « l’intérieur » des terres. Sur la côte Est de la partie Sud de la Nouvelle Zélande, les Maoris prennent un petit déjeuner traditionnel composé de moules vertes, une trentaine environ. Par contre le petit déjeuner des Maoris des terres ressemble au petit déjeuner américain avec des œufs, du bacon et des toasts.

Tout ce qui est bon pour nous vient de la mer
Selon le Professeur Georges Halpern, une sommité médicale et un spécialiste de l’allergie et de l’immunité, si l’on considère que l’être humain vient de la mer, c’est donc tout naturellement dans la mer que l’on peut trouver les aliments qui, sous un faible volume, sont nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme. Les acides gras polyinsaturés, les Omega-3 et les caroténoïdes en font partie. Et c’est vrai, nous le savons tous maintenant que les huiles de poissons sont extrêmement bénéfiques pour notre organisme (morue, thon, saumon) et nous apportent une quantité importante d’Omega-3.

La moule verte de Nouvelle Zélande a quelque chose de plus
Pourtant, en matière d’apport en acides gras Omega-3, on a trouvé encore mieux que la morue et le saumon. La moule verte de Nouvelle Zélande (Perna canaliculus)  possède une composition unique de 4 acides gras Omega-3 qui cohabitent rarement ensemble et dont le pouvoir inhibiteur de l’inflammation est 150 fois plus important que les huiles de lin ou de saumon, pourtant déjà renommées pour leur richesse en Omega-3. C’est le Royal Melbourne Institute of Technology University qui a organisé des travaux autour de la moule verte de Nouvelle-Zélande et qui a réussi à identifier ses éléments actifs anti-inflammatoires.

On vous l’a bien dit que vous mangiez mal !
Combien de fois l’avons-nous dit ? Nous mangeons mal, nous bougeons peu, nos sociétés modernes et notre vie stressante ont totalement bouleversé notre équilibre physiologique.  Notre alimentation occidentale est de moins en moins adaptée à nos besoins et surtout à nos besoins en acides gras polyinsaturés. Nous consommons trop d’Omega-6 (mauvaises graisses, viande rouge, huiles de tournesol, produits industriels) et pas assez d’Omega-3  (poissons, jeunes pousses vertes, oléagineux). Alors que le ratio devrait être à l’équilibre ou au pire de 1 Omega-3 pour 5 Omega-6, nous mangeons 20 à 30 fois trop d’Omega-­6. Le ratio est alors d’1/30. Imaginez les dégâts !

Mais ça vient d’où l’inflammation ?
Pas toujours facile de comprendre l’interaction entre Omega-3 et 6. Les acides gras Omega-6 ont un effet vasoconstricteur et pro-inflammatoire. A l’inverse, les Omega-3 libèrent des substances anti-inflammatoires. Du coup, il y a une sorte de compétition entre les deux acides gras. Résultat, la présence excessive d’Omega-6 va « étouffer » les bénéfices des Omega-3, ce qui conduit à une accumulation d’acide arachidonique pro-inflammatoire. Cet acide au nom barbare entraine une hypersensibilité de notre organisme à toutes les agressions extérieures. Le processus d’inflammation n’est qu’une réaction du corps face à ces agressions extérieures, qu’elles soient physiques, chimiques ou biologiques.

La mère de tous les maux
L’inflammation est un fléau à combattre car elle est impliquée dans nombre de maladies très diverses. C’est l’inflammation dans le cerveau qui provoque l’Alzheimer, c’est de l’inflammation que l’on retrouve dans certaines maladies cutanées et c’est encore l’inflammation qui est liée à certains problèmes vasculaires, d’asthme ou d’arthrose.  Dans les problèmes de déprime, des études ont aussi prouvé que c’était l’inflammation chronique nerveuse qui détruisait les messagers chimiques de la bonne humeur. Quant aux douleurs des sportifs, elles sont souvent le résultat de micro inflammations qui provoquent des traumatismes dus à l’entraînement intensif. Autant dire qu’en soignant la cause, on fait disparaître les terribles conséquences.

La Nouvelle Zélande, un lieu encore protégé
La Nouvelle Zélande est composée de deux îles. C’est sur l’île la plus au Sud que se fait la production de moules vertes, de la pointe Nord et tout le long de la côte Est qui est baignée dans les eaux fraîches et nutritives du Pacifique. Le gouvernement néo-zélandais surveille très attentivement la qualité des eaux dans cette région. Elles sont d’ailleurs cristallines. Pas d’industries, peu d’habitations et toutes doivent posséder leur propre station d’épuration. Le Ministère a délimité une zone de production des moules vertes et l’eau y est constamment surveillée. Les bateaux doivent croiser au large des zones de productions et s’il pleut, la production est immédiatement stoppée.

Comment transforme-t-on une moule en anti-inflammatoire ?
Les moules vertes, appelée aussi moules de Greenshell, sont cultivées sur des cordes, suspendues à des bouées. Ce n’est que lorsqu’elles mesurent 8 cm, après un an de culture, qu’elles peuvent être récoltées.  A deux heures des champs de moules, dans la ville de Nelson, une usine ultra moderne lyophilise à froid la moule verte pour la transformer en poudre. Pendant longtemps, la poudre de moule a été commercialisée sans succès notable car on n’avait pas réussi à trouver quelle était la fraction responsable de l’action anti-inflammatoire.

Le secret de la moule verte n’était pas exactement là où on le cherchait
Certes la moule verte lyophilisée était reconnue pour son efficacité anti-inflammatoire, mais c’est lorsque les chercheurs australiens de Melbourne ont réussi à extraire les principes actifs de la Perna canaliculus qu’ils ont pu améliorer de façon spectaculaire ses effets sur l’inflammation. Grâce à un procédé utilisant le CO2 liquide, la portion lipidique de la moule est extraite de la poudre. Cela donne une huile orangée très visqueuse. Et c’est cette huile-là qui contient toutes les substances actives de la moule verte. Additionnée d’huile d’olive pharmaceutique et d’un peu de vitamine E pour éviter qu’elle rancisse, on trouve donc le précieux liquide sous forme de capsules de Lyprinol.
http://www.la-vie-naturelle.com/fre/2/lyprinol/site_partenaire:0a61410828

Un anti-inflammatoire sans effet secondaire
Avant d’énumérer les nombreuses maladies sur lesquelles le Lyprinol peut avoir un effet bénéfique, il faut signaler que c’est un produit complètement naturel et, par conséquent, contrairement aux anti-inflammatoires allopathiques, il n’a aucun effet secondaire. En outre, des études ont démontré une meilleure pérennité de son action qu’avec des anti-inflammatoires médicamenteux.

C’est un traitement des affections à composante inflammatoire. Il a des effets prouvés sur les troubles suivants :
L’arthrose
  L’asthme
  L’eczéma
  Le psoriasis
  L’acné
  Les risques cardiovasculaires
  Les affections post opératoires
  Les affections du sport intensif
  Les problèmes de dépression et de stress

Des études scientifiques incontestables
Un rapport, publié en 2002 par l’European Respiratory Journal, atteste la capacité qu’a l’extrait de moule verte de Nouvelle Zélande à augmenter la capacité pulmonaire des patients asthmatiques et à réduire les symptômes de l’asthme. Ses qualités anti-inflammatoires ont été comparées à celle de l’Ibuprofen en 1999 dans un rapport de l’Université du Queensland.

Les essais cliniques rapportés en 2011 par des médecins polonais font état des différences notables entre les patients soignés avec des huiles de poissons et ceux soignés au Lyprinol. Le Professeur Georges Halpern lui-même, considère que le Lyprinol « ouvre des perspectives fascinantes pour les traitements des affections à composantes inflammatoires. »

Portez-vous mieux

Caroline Morel



"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris

Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.




Dernière édition par Libellule le Ven 5 Juin 2015 - 21:33, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2704
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Alternative santé 2014   Dim 6 Juil 2014 - 12:16



AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER  du 3 avril 2014
- Restaurer les disques vertébraux, faites-le tout seul par Michel Dogna
- Lombaires : des antalgiques ou bien de la médecine chinoise ? par Caroline Morel



Bonjour,
L'heure d'été est passée, cette année, comme une lettre à la poste. Vous et moi, avons fini par nous habituer, au bout de nombreuses années, à cet impératif catégorique édicté il y a quarante ans au nom des économies d'énergie.

Cette "heure d'été" (et l'heure d'hiver qui en découle) a été décidée, rappelons-le, à l'époque du premier choc pétrolier. On avait pensé alors que c'était une bonne astuce pour diminuer notre consommation d'énergie. Louable intention... On en a connu d'autres , des intentions louables, qui n'ont pas vécu plus d'un mandat présidentiel, mais celle-là a duré... Longtemps...

Comme nous, d'autres pays ont tenté cette expérience à la même époque, et la plupart n'ont conservé qu'une heure de décalage avec l'heure de leur méridien, mais chez nous, c'est deux heures... Va savoir pourquoi !

Chacun sait que dans les domaines de l'électricité et de sa distribution beaucoup de choses ont changé depuis 40 ans. Les sources d'approvisionnement, les systèmes d'exploitation ne sont plus du tout les mêmes, il y a mille autres moyens d'économiser l'énergie. Mais le dogme préhistorique du changement de deux heures est, lui, resté immuable...

Des citoyens se sont mobilisés, des pétitions ont été lancées pour faire cesser cette exception bizarre. Des associations se sont créées, notamment "La Méridienne" qui milite sans défaillir depuis 20 ans à chaque changement d'heure. Tous les gouvernements, tous les partis politiques ont été alertés, mais rien n'y a fait. Le dogme a la vie extraordinairement dure.

Pourquoi un tel entêtement ? Pas à cause des économies car plusieurs études prouvent qu'il n'y en a presque pas. Alors quoi ? L'Europe ? Elle ne fait qu'harmoniser les dates des changements d'heure dans les différents pays, elle n'impose pas le changement. Alors quoi ?? Parce que cela permet de faire correspondre au mieux les heures d'activités humaines et les heures d'ensoleillement répondent les fonctionnaires des ministères concernés... ? Il y a une semaine, je n'avais pas besoin d'allumer la lumière dans la salle de bains le matin. Ce rayon de soleil qui entrait par la fenêtre me faisait un bien fou. Depuis dimanche, je me retrouve en plein hiver. Brrr. Cette nouvelle heure ne correspond pas à mon activité humaine il me semble...

La fatigue occasionnée par ces deux heures de décalage n'a jamais été étudiée, ni chiffrée. Pourtant on imagine qu'il y a des troubles du sommeil, des déprimes et des accidents de la route qui en découlent. Les hôpitaux pourraient avoir des statistiques là dessus, mais personne ne s'intéresse au sujet. Nous-mêmes avons tendance à minorer l'impact du changement d'heure... à l'oublier vite fait... Mais notre organisme, lui, a meilleure mémoire et nous le rappelle en nous imposant bâillements et moments de somnolence pendant quelques jours.

Le pire c'est que cela tombe au début du printemps, justement, la période à laquelle tous les êtres vivants ressentent la même chose : l'allongement de la durée d'ensoleillement. Ce qui se traduit, chez nous par un réveil hormonal puissant. Mais on préfère nous renvoyer deux heures en arrière, en hiver, tant le dogme reste solide : c'est pas grave, les gens s'habitueront.

Il doit y avoir de très bonnes raisons qui expliquent qu'on ait choisi sciemment d'épuiser ainsi les citoyens de France (et aussi ceux du Bénélux et de l'Espagne). Il y a celles qu'on soupçonne : EDF doit y être pour beaucoup. Il y a celles qu'on devine : c'est une mesure "à tendance écolo" dont la mise en oeuvre ne coûte rien (c'est nous qui tournons les aiguilles de nos montres). Et puis il y a celles qui valent dans beaucoup de situations : l'incapacité à dire que l'on s'est trompé et à défaire ce que l'on a fait...

Cet attachement - bien français - à de vieilles théories rancies mais entrées dans les moeurs, ne concerne pas uniquement l'heure d'été, il s'applique à beaucoup de domaines, la santé notamment. Nous le voyons chaque jour, alors nous le connaissons bien.

C'est contre la force de cette immobilité que nous nous élevons souvent car d'autres points de vue sont possibles, nous les défendons ici.

Dans cette newsletter par exemple, nous parlons du mal de dos. C'est la saison... Car le printemps arrive et nous voilà "tout fous". Avec des envies d'entreprendre, de jardiner, de bricoler, de faire de l'exercice... et des douleurs lombaires à la clef.

Là où la médecine officielle vous prescrira des antalgiques, nous vous recommandons de vous intéresser à la médecine chinoise qui préfère remplir l'énergie de vos reins. Le radiologue vous dira peut-être que vos disques intervertébraux sont foutus, nous vous disons qu'ils sont simplement secs.

Et si c'était nous qui avions raison...

Bonne lecture



"Alternative Santé" n°11 est paru (100% numérique)

Au sommaire : Cholestérol, cystite, varicelle, jambes sans repos, arthrose, cure anti-cancer Gerson, cancer de la peau, loi d'attraction, reiki, dépression.



RESTAURER LES DISQUES VERTÉBRAUX, C'EST POSSIBLE, MAIS IL FAUDRA VOUS DÉBROUILLER TOUT SEUL
Le nombre de personnes qui souffrent de discopathies vertébrales chroniques est considérable ; et cela n’atteint pas forcément que les travailleurs de force. Je reçois régulièrement des mails de personnes souffrant le martyr et qui ne savent plus que faire en dépit des séances de kiné ou d’ostéopathie. Les manipulations remettent en place mais ne régénèrent pas les disques, bien au contraire….

Il y a 4 phases dans le processus de dégradation :
phase de contraction et raccourcissement des muscles de soutien
  phase inflammatoire (ite) : tentative organique de brûler les toxines accumulées
  phase éventuelle de déboitement par tension asymétrique (pouvant aller jusqu’à la hernie discale)
  phase d’installation définitive (éventuelle) par le pourrissement (ose) : arthrose

Sur le plan des somatisations du clavier vertébral, il est bon de savoir que :
les lombaires enregistrent l’insécurité matérielle ou affective (le plus courant)
  les dorsales enregistrent les blessures sentimentales (souvent entre les omoplates)
  les cervicales enregistrent les conflits décisionnaires (torticolis)

On entend souvent parler de disques usés ; c’est ce que l’on croit en observant les clichés radio.

En fait un disque ne s’use pas mais se dessèche. Il convient donc de trouver le moyen de le réhydrater. Le problème est que pour cet effet, l’organisme ne peut utiliser l’eau pure ; seule l’eau de mer est biocompatible pour la restauration.

Bien sûr cette eau de mer doit être stérilisée, mais pas par le chauffage car elle contient des micro-organismes vivants indispensables à son efficacité. Cette stérilisation consiste seulement à éliminer les gros pyrogènes (agents de putréfaction) par une micro filtration à 0,22 microns (sic Vidal 1975).

Ensuite cette eau est diluée à l’eau distillée à raison de 1/5 (comme pour  le pastis : 1 volume pour 5 volumes d’eau), ceci pour mettre le produit en isotonie avec le sang (même concentration minérale).

Nous obtenons là le fameux sérum de Quinton qui a servi pour les transfusions sanguines depuis la guerre de 14-18 jusqu’en 1982, là où l’injection a été interdite pour des raisons inavouées de concurrence avec le « trafic » mondial du sang….

En tout état de cause, il s’avère que seule l’eau de mer, berceau de l’origine de la vie, injectée par voie sous-cutanée est capable de réhydrater quasi spontanément les disques vertébraux qui se regonflent lentement tels des éponges, décoinçant du même coup les nerfs collatéraux générateurs des douleurs.

Ce processus de résorption concerne même la pathologie des hernies discales. Il faut généralement 7 séances, mais quelquefois plus pour remettre tout en ordre. La sédation de la douleur commence souvent après la deuxième séance.

Mon expérience personnelle
Vers la quarantaine, j’ai commencé à être atteint de lombalgies récurrentes plus ou moins violentes. En 1991, j’ai « amélioré » mon syndrome en expérimentant  ce qu’est une crise de sciatique monstre de 40 jours avec douleurs insoutenables aboutissant à une insensibilité dermique de la jambe et à la perte de contrôle partielle de motricité pendant plusieurs semaines. La source du mal était bien sûr au niveau L4-L5.

En 1997, j’ai changé de registre avec cette fois les disques L1-L2, par une crise de cruralgie plus violente encore qui m’a cloué, pour ne pas dire vissé, au lit pendant plus de 8 jours avec des douleurs atroces. Depuis, les sensations de coups de couteau dans les reins allaient et venaient au gré de mes activités. J’avais de plus en plus d’appréhension à soulever des choses un peu pesantes telle une bouteille de gaz.

Et puis en 1998, j’ai découvert l’hydrothérapie percutanée au Quinton… C’est ma femme (inexpérimentée) qui m’a fait les injections – il s’agit seulement de sous-cutanées que pratiquent en outre tous les camés (sans formation préalable). Depuis 15 ans, j’ai dû faire deux petits rappels de 2 ou 3 séances, mais je n’en fais plus et j’expliquerai plus loin pourquoi.

Comment cela marche-t-il ?
Si un disque est séché, c’est que le réseau capillaire qui doit le nourrir est tari. Le Quinton isotonique crée un véritable « Wash out », c’est-à-dire un grand lavage lésionnel. De plus, l’eau de mer, par sa biodisponibilité, se comporte tel un réservoir de micronutriments cellulaires, véritable manne de régénération pour les tissus environnants qui se trouvent littéralement noyés dans ce mini-bain primordial de la vie. Des réseaux entiers de capillaires se gorgent immédiatement et se réveillent.

On peut dire que c’est une façon géniale et sans danger de « noyer le problème ». Avec cette réhydratation massive, la dégénérescence s’arrête et le processus morbide s’inverse.

Modus operandi
- En urgence (pour soulager au plus vite).

Se procurer :
1 boite de Quinton isotonique (du vrai qui vient d’Espagne et surtout pas du produit « méthode Quinton » qui a été chauffé) - que vous vous procurerez soit dans les boutiques bio soit chez Source Claire.
 
Quelques seringues de 10 ml avec aiguilles pour sous cutanées (en pharmacie).

Faire 4 injections en carré à 2 doigts à G et à D du disque névralgique : pincer largement la peau – poser la pointe de l’aiguille - donner un petit coup sec – normalement, c’est pratiquement  indolore.

Renouveler l’opération tous les 2 jours.

- Traitement intégral
Commander :
- 7 à 10 pieuvres à 8 branches chez Mésalyse (03 44 74 19 95) .
- 7 à 10 bocaux stériles de Quinton isotonique de 250 ml (usage vétérinaire).
- 1 potence et un socket pour suspendre le bocal de Quinton. On en trouve dans les boutiques de matériel médical.
- 1 saladier pour purger les tuyaux de la pieuvre.

La procédure s’effectue facilement chez soi. Aucun médecin n’acceptera de le faire (interdiction depuis 1982) et d’autant plus que la plupart ne savent même pas que cela existe. Idem pour les infirmières sauf quelques unes de l’ancienne génération.

Procédure
Placer la bouteille dans le socket spécial et la pendre à la potence.
  Piquer la plume d’alimentation de la pieuvre dans le caoutchouc de la bouteille.
  Mettre les sorties des 8 tuyaux dans le saladier et vérifier le serrage des vis de couplage des petites aiguilles.
  Ouvrir le robinet en haut (sortie de la bouteille) et ouvrir la prise d’air – le liquide descend et sort dans le saladier par les aiguilles… sauf s’il y a des bulles – donner alors des pichenettes comme font les infirmières pour évacuer les bulles -  faire vite pour ne pas perdre trop de Quinton – il faut compter 50 ml de perte normale – il reste encore 200 ml ce qui est encore suffisant.
  Fermer le robinet.
  Passer le site à traiter à l’alcool à 90 ou à la teinture de calendula avec un tampon de ouate.
  Piquer une à une les aiguilles à 2 doigts de part et d’autre de la zone vertébrale sensible. Il y en aura 4 de chaque côté à 2 doigts aussi l’une de l’autre.
  Ouvrir le robinet et régler la mollette pour obtenir 3 gouttes à la seconde
  Rester présent pour surveiller l’opération qui devrait durer 25 min – A noter qu’il faudra ouvrir de plus en plus la mollette pour garder le débit de 3 gouttes/ seconde au fur et à mesure que le niveau baisse dans le flacon, sinon la séance risque de s’éterniser…
  Quand le flacon est vide, enlever les aiguilles – le kit ne peut servir qu’une fois.

Les 4 premières séances se font 2 fois par semaine – puis 3 séances à 1 fois par semaine – puis le reste tous les 15 jours. C’est la procédure standard, mais elle peut être adaptée selon le cas particulier.

Attention :
Il peut quelquefois se produire une réaction de type petit œdème inflammatoire local pendant 1 ou 2 jours. Ce n’est pas grave : ce sont des toxines accumulées sur le site qui se libèrent.
Au bout de la 2 ou 3ème séance, on peut ressentir localement des petites douleurs fulgurantes qui témoignent de la libération des petits nerfs qui étaient coincés.

Entretien au long cours
Avec le temps, il est possible que le processus de stagnation de la circulation capillaire dorsale se réinstalle petit à petit, entraînant un nouveau dessèchement discal (le naturel revient au galop !). Pour ne pas avoir à réitérer cette aventure un peu compliquée et un peu coûteuse (environ 250 €), il convient de pratiquer, si vous avez une baignoire, au moins une fois par semaine un bain Salmanov jaune + blanc (voir sur mon site www.micheldogna.fr ).

Que de souffrances et que d’opérations au résultat incertain pourraient être évitées… si l’information n’était pas bloquée ! Mais là, il faut se prendre en main et s’organiser avec quelqu’un de son entourage (conjoint, parent, ami, belle mère…). Alors, c’est vous qui voyez… !

Michel Dogna



DOULEURS LOMBAIRES : ON AURAIT DÛ RESTER À QUATRE PATTES
Le printemps est généralement la saison des douleurs lombaires. Deux causes à cela : il fait beau et on a envie de faire du jardinage, du bricolage, ou un peu d'exercice. On se penche, on force, on soulève, on oublie de boire beaucoup... et les douleurs de dos apparaissent.

Le mal de dos n'est pourtant pas seulement une maladie de saison et, lorsque l'on sait que trois personnes sur quatre souffrent de lombalgie, sciatalgie, cruralgie ou sciatique, au moins une fois au cours de leur vie, on comprend qu'il y a autre chose que le printemps derrière ces douleurs.

Mais avant même de vous lancer dans cette lecture, retenez une chose qui me semble fondamentale : l’évolution a amené l’homme à se tenir et à marcher debout, ce redressement a créé des déséquilibres qui ont nécessité des adaptations de l’organisme humain. Le mal de dos, les douleurs lombaires font donc presque partie de la condition humaine puisqu’elles touchent entre 50 et 70% de la population à un moment ou à un autre.

Tout commence dans le carré des lombes
La lombalgie est une douleur du dos qui naît dans le carré des lombes, un muscle qui se situe de part et d’autre de la colonne vertébrale. C’est ce muscle qui va se spasmer et provoquer une souffrance. Cette douleur, qui commence en dessous de la dernière vertèbre dorsale (d12), peut descendre sur les fesses et l’arrière de la cuisse, parfois jusque derrière les genoux, voire même jusqu’aux orteils. Dans ce cas, on parle plutôt de sciatique ou de cruralgie. On parlera de sciatalgie dans les cas de douleurs qui commencent dans le carré des lombes, mais qui s’arrêtent au niveau du fessier.

Les lombalgies sont la première cause d’arrêts de travail. Le stress, le tabac, la grossesse, la manipulation de charges lourdes, le port de talons hauts ou la musculation intensive, sont des facteurs d’aggravation. Constipation ou douleurs prémenstruelles de femmes avec des utérus antéversés, peuvent aussi entraîner des lombalgies.

Si ne connaissez pas encore, voilà ce qui se passe
Douleur de la région lombaire, souvent en barre, en plaque ou en coup de poignard (en cas de lumbago)
  Survenue brutale lors d'un effort.
  Irradiation possible vers les fesses, les cuisses, les genoux.
  Fortes douleurs lors des mouvements et des efforts.
  Diminution des douleurs lors du ménagement ou du repos.
  Accompagnée de radiculalgies ou sciatique.
  La durée des symptômes est variable, souvent quelques jours (lombalgie aiguë), parfois plusieurs années (lombalgie chronique)

Quelques bons gestes à adopter immédiatement

C'est ce que vous dira tout le monde (médecin, internet, amis...), mais je préfère le répéter ici

  Rester au lit n’est pas la bonne solution, non ! Si vous restez inactifs, vos douleurs risquent de persister en fait. Donc, il faut mieux reprendre vos activités quotidiennes, après 24h de repos, car elles permettront à votre fonction musculaire de se restaurer. Il faut essayer au maximum de conserver une bonne activité.
  Il est important de tout faire pour entretenir et renforcer les muscles qui soutiennent le dos et les abdominaux. Les exercices physiques ne vont pas augmenter les risques de complication, au contraire ! Ce sont le repos et l’inactivité qui risquent, à long terme, de maintenir votre douleur. Marcher 1 heure tous les jours, si possible d’un bon pas, constitue un excellent exercice. Faites des abdos et renforcez la sangle abdominale pour éviter le retour de la lombalgie.
  Dix minutes avec une bouillotte chaude dans la région lombaire peuvent réellement soulager les douleurs.
  Evitez de croiser les jambes.
  Dans un cas de lumbago ou de hernie discale entrainant une lombalgie, prudence sur les exercices physiques.

Et j'ajoute :
buvez très souvent de petites quantités d'eau
  pour soulager la douleur allongez-vous en plaçant des coussins sous vos mollets pour mettre vos jambes comme si vous étiez à quatre pattes...

Les traitements de routine
Votre médecin traitant peut vous prescrire tout ce qu’il faut avec pleins d’effets secondaires :
des antalgiques ;
  des anti-inflammatoires non stéroïdiens ;
  des myorelaxants.

Très rarement, en cas de persistance d'une grande douleur, votre médecin traitant vous prescrira des infiltrations de corticoïdes.

Dans 10% à 15% des cas, la lombalgie est due à une maladie : infection, tumeur, fracture, malformation...

Mais à part des sédatifs de la douleur et du repos, la médecine officielle ne vous prescrira rien... En plus, il ne faut pas abuser des techniques manuelles tant qu'il y a inflammation. Alors que faire...

L’aspect psychosocial de cette pathologie est rarement étudié, mais il est important. Et il y a en effet des gens qui sont plus sujets que d'autres aux lombalgies, en général ou à certains moments de leur vie... On l'observe tout le temps. Une question de tempérament... C'est exactement ce que dit la médecine chinoise...
Petit cours de médecine chinoise sur la lombalgie

En Médecine Traditionnelle Chinoise, l’homme est considéré comme le trait d’union entre la terre (Yin) et le ciel (Yang). La santé est donc garantie par le point d’équilibre entre le Yin et le Yang toujours en mutation, ces deux forces positives et négatives étant aussi indispensables l’une à l’autre que le féminin au masculin, que la nuit au jour ou que le chaud est indispensable au froid. Yang est un qualificatif qui n’a de signification que par rapport à son antithèse le Yin (et vice et versa).

Explication sur le Yin et le Yang
Être en bonne santé, est signe de l’équilibre entre Ying et Yang et c’est justement lorsque cet équilibre n’est plus que l’on tombe malade. Dans ce cas, l’emploi des aiguilles ou l’ingestion d’une formule saura rétablir l’équilibre Yin Yang dans la région de l’organe où il est compromis. Quant aux remèdes, ils auront pour tâche de réguler, compenser ou rééquilibrer le Yin ou le Yang.

On utilisera des remèdes Yin (rafraîchissant) dans le cas de syndrome de Yang-Chaleur et des remèdes Yang (réchauffant) dans le cas de syndrome de Yin-Froid. Cette règle a été entérinée dans le plus ancien livre de médecine traditionnelle chinoise, le « Su Wen », qui indique deux cents ans avant Jésus Christ : « Utiliser les médicaments chauds pour traiter les maladies du Froid et les médicaments froids pour traiter les maladies de la Chaleur ».

Le trajet de la lombalgie en médecine chinoise
En médecine chinoise, la zone lombaire est reliée à un couple d’organes majeurs, le rein et la vessie. Ils sont comme un vrai couple, étroitement liés et marchent ensemble. Le méridien de la vessie descend le long de la colonne vertébrale, passe au milieu du fesser et descend derrière la cuisse et le mollet pour finir sur le côté du pied et le petit orteil, c’est le trajet de la « sciatique ».

Le rein est le pilier de notre corps
Le rein est le thermorégulateur de notre organisme, le siège de l’énergie ancestrale, sexuelle, intellectuelle, l’énergie originelle transmise par les parents. Le rein dirige l’évacuation de l’humidité en surplus dans notre organisme en régulant sa distribution et son excrétion. Le rein joue un rôle important dans le mouvement et l’équilibre de l’eau dans tout le corps, il gouverne les orifices du bas (pénis, prostate, vagin, utérus ...), les os et les moelles (le cerveau est une moelle en médecine chinoise).

La peur l’angoisse peuvent déclencher une lombalgie
Le rein est aussi lié à la mémoire du corps et à la partie somatique. Les émotions qui sont liées à cet organe sont la peur et l’angoisse. Toute forme de surmenage, sportif, sexuel, intellectuel peut vider l’énergie du rein et avoir une incidence sur les lombes, le trajet des méridiens et les organes du bas pour l’homme comme pour la femme.

Le rein est donc l’organe de la peur et des émotions fortes et il s'exprime parfois par la vessie à laquelle il est lié. Lorsque quelqu’un « meurt » littéralement de peur, il se fait pipi dessus. Il faut donc que le rein soit bien portant, car s’il ne fonctionne plus correctement, les douleurs lombaires risquent de s’installer. Un changement de statut personnel ou professionnel, un déménagement qui touche la « stabilité, les fondations du foyer » peuvent par peur inconsciente vider l’énergie du rein et créer par ricochet une lombalgie, voire un lumbago ou pire encore.

Chao Yuan Fang l’avait dit en l’an 610 de notre ère
Dans son « Grand traité des causes et symptômes des maladies », le célèbre physicien de l’Empereur – à l’époque de la dynastie Sui – énumère 5 situations génératrices de lombalgies. Atteinte de la région lombaire par le vent froid, fatigue des reins par travail forcé, traumatisme lombaire, station couchée prolongée et déficience du Yang. On comprend, dès lors, bien mieux les conseils du « Su Wen » selon lesquels s’il y a déficience du Yang, il faut nourrir le Ying et que si le Yang est froid, il faut le rétablir avec des médicaments chauds.

Un conseil de Li Yangcui qui nous arrive du fond des âges
« Pour soigner les lombalgies, on doit d’abord fortifier les reins, ensuite considérer l’énergie nocive en cause et traiter, en conséquence, les branches ou la racine si l’atteinte y est aigüe. Dans les douleurs au début, il faut réduire l’obstruction d’énergies nocives et régulariser les vaisseaux méridiens ; dans les douleurs anciennes, tonifier l’énergie originelle, nourrir le sang et l’énergie. »
Une voiture qui roule sur son fond de réservoir

Quand vous roulez avec une voiture dans laquelle il n’y a qu’un fond d’essence dans le réservoir, le moteur va hoqueter par manque d’énergie. C’est pareil pour le rein qui aura aussi des ratés sur les organes du bas, comme avec une voiture. Le fond du réservoir fait remonter les déchets, ou les toxines ou l’inflammation qui se fixeront sur le bas du dos et des méridiens qui descendent plus bas, dans les cas de sciatique ou de cruralgie.

La formule ancestrale qui remplit le réservoir
Il existe une formule de la pharmacopée chinoise capable de « remplir ce réservoir ». On l'appelle Tan Yao Tong. C'est une formule composée de plantes asiatiques qui va tonifier le QI (énergie yin plus yang) du rein, nourrir le Jing (l’énergie ancestrale), nourrir et mobiliser le sang en permettant une meilleure élimination des toxines et fluidifications. En outre, cette formule renforce les tendons et les os, et calme les douleurs, travaillant ainsi sur la cause et les symptômes. Elle traite l’humidité dans le corps, tonifie les reins et soulage les douleurs des organes bas. Vous pouvez vous la procurer sur Internet chez les spécialistes des formules chinoises (en suivant ce lien par exemple).
http://www.laboratoiresbimont.fr/catalogue/gamme-clinicasie/tan-yao-tong-boite-de-60-comprimes-de-500-mg_509.htm

Mais qu’est-ce qu’il y a dans cette formule ?
Cette formule ancestrale est composée de : cibote, d’angélique chinoise, d’eucommia, de cardère, d’atractylode et d’achyrante entre autres. Ce sont toutes des plantes d’Asie.

  La cibote, aussi appelée Gou Ji ou rhizoma cibotii, tonifie le foie, renforce les tendons et les os. Traite l’humidité, stabilise et réchauffe les reins
  L’eucommia (du zhong), fait partie des cinquante herbes fondamentales de la médecine traditionnelle chinoise. Le du zhong (eucommia) a des propriétés thérapeutiques antihypertenseur qui lui confèrent la possibilité de réduire la pression artérielle. Il protège le foie et les reins, il est un fortifiant des os, des ligaments et des tendons, efficace aussi dans l’arthrite et l’arthrose.
  L’angélique chinoise mieux connu sous le nom de dang gui (nom chinois) et surnommée le ginseng de la femme, cette plante est un tonique du sang féminin principalement. L’angélique chinoise (dang gui) agit sur le fonctionnement de la menstruation elle régularise et rétablit le flux menstruel, élimine les douleurs et les symptômes de la ménopause. L’angélique chinoise (dang gui) est un stimulant de la libido féminine et de la circulation veineuse.
  L’achyrante ou niu xi : soulage les douleurs dorsales et lombaires. C’est un hypotensif et un diurétique.
  L’Atractylode est une herbe que l’on trouve dans l’Est de l’Asie, de la Chine au Japon. C’est un tonique majeur dans la médecine traditionnelle chinoise qui renforce le QI (la force de vie ou aussi notre système immunitaire). Ce sont les rhizomes de la plantes qui sont utilisés en décoction. L’une des propriétés de cette herbe est traiter les maladies causées par l’humidité en renforçant la digestion et l’assimilation, afin de faire circuler cette humidité dans le corps. On utilise l’Actractylodes pour les problèmes associés à une activité pauvre des fluides de l’organisme

La bible de la médecine traditionnelle, le Su Wen, indique : « Les lombes sont le réceptacle des reins, lorsqu’elles sont bloquées, c’est que les reins sont épuisés. » A votre prochain mal de dos, pensez-y et pensez surtout que maintenant, vous savez tout ou presque pour traiter efficacement vos lombalgies.

Portez-vous mieux.

Caroline Morel



"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris

Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.




Dernière édition par Libellule le Ven 5 Juin 2015 - 21:33, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2704
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Alternative santé 2014   Dim 6 Juil 2014 - 12:17



source http://www.alternativesante.fr/
AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER  du 10 avril 2014
- Bisphénol A, vous en avez plein les doigts par Thierry Schmitz
- Le Baume Salmanov débarque de Russie par Michel Dogna



Bonjour,
Vous m'écrivez beaucoup ces derniers mois, et je ne suis pas capable de répondre à tous... malheureusement. En général, vous commencez par une petite phrase de félicitations et/ou d'encouragements, mais pas toujours. La plupart des messages sont polis, même lorsqu'il s'agit de se désinscrire, mais il y a aussi des correspondants virulents... des hommes le plus souvent. Des gens qui vous écrivent en majuscule, comme pour hurler à vos oreilles : "NE M'ENVOYEZ PLUS VOTRE TORCHON !!!". C'est sûr, on ne peut pas avoir que des amis dans mon métier.

Il y a ceux qui contestent pied à pied mes arguments comme ceux qui m'ont écrit dernièrement pour me dire pour quelles raisons ils préféraient l'heure d'été à l'heure du soleil. J'en profite d'ailleurs pour leur répondre : ce que je déplore, c'est le changement perpétuel...

Il y a aussi ceux qui disent que je fais de la rhétorique pour embobiner les gens et qui démontent certaines phrases de cette newsletter qui seraient, pour résumer, "à caractère sectaire". Bon, là je ne sais pas quoi répondre. Je n'abuse pas de l'argent de mes lecteurs, ni ne reçois leur héritage, je ne les abuse pas sexuellement... je ne vois pas ce que vous voulez dire.

Il y a, enfin, des lecteurs qui disent que tout ça c'est pour faire de l'argent. Je leur réponds que oui, bien-sûr, d'autant que cette newsletter est gratuite :-). Mon truc c'est de vendre du contenu, surtout quand il vaut quelque chose, c'est comme ça que je vis. Et je me dis qu'il faut de grands moyens pour défendre de grandes causes. D'ailleurs j'en profite pour vous dire que nous préparons une nouvelle version de notre site. On travaille comme des dingues dessus en ce moment. Vous allez voir ce que vous allez voir...

Mais revenons aux lectrices et lecteurs qui sont gentils, parce qu'il y en a beaucoup. Il y a les gentils/gentils et les gentils/exigeants. Du genre : "Bravo pour votre newsletter. Je suis atteinte d'une sclérose en plaques et je viens d'avoir le résultat des mes analyses, je vous les transmets...". Je vous laisse imaginer la suite... Je comprends très bien que les gens s'inquiètent de leur santé mais demander une consultation par mail à un type qui publie un journal, ça n'est pas raisonnable.

Il y a aussi beaucoup de mails pour me demander ce que je pense de telle ou telle marque de compléments alimentaires et je ne réponds presque jamais à ces messages.

Vous imaginez maintenant le nombre de mails que je reçois chaque jour. Avec des demandes spécifiques... par dizaines, chaque jour... Je les lis et j'y réponds parfois, mais le mieux, c'est d'aller sur le site alternativesante.fr et de commenter les articles de cette newsletter directement en ligne. Là, je réponds plus fréquemment et en plus vous pourrez vous adresser à tous ceux qui ont déjà posté un commentaire et vous lirez peut-être un commentaire comparable au vôtre.

Voilà... je voulais ainsi faire un petit coucou à tous ceux auxquels je n'ai pas répondu. Excusez-moi de ne pas vous aider mieux, personnellement. Mais j'ai le sentiment que vous ne serez pas déçus par ce que nous allons vous dire cette semaine... à chacun d'entre vous, personnellement.

Avez-vous des billets de banque dans votre poche ? Un ticket de caisse, peut-être... Vous avez sans doute entendu parler des tickets de caisse au bisphénol A. Beaucoup de commerçants ont abandonné le procédé, mais pas tous, loin de là... L'imprégnation serait immédiate. Si vous avez gardé un vieux ticket dans votre poche ou avec vos billets, vous en avez eu sur vos mains et vous en aurez pendant longtemps. C'est ce que nous explique le Dr Thierry Schmitz que nous accueillons dans cette newsletter pour la première fois. Pour commenter son article cliquez ici.
http://www.alternativesante.fr/coupdegueule/bisphenol-a-vous-en-avez-plein-les-doigts/

Michel Dogna, lui, est enthousiaste à propos d'un de ces produits dont je vous avais parlé. Un produit russe qui part d'une idée toute simple : il y a une infinité de micro-vaisseaux qui irriguent tous nos organes. Ce baume élaboré selon les principes de Salmanov réveille cette micro-circulation, et c'est nous qu'il réveille ainsi. Pour commenter l'article de Michel, cliquez ici.
http://www.alternativesante.fr/insuffisance-veineuse-coeur-poumon-le-bain-sec-salmanov-passe-la-frontiere-russe/

Bonne lecture



"Alternative Santé" n°11 est paru (100% numérique)

Au sommaire : Cholestérol, cystite, varicelle, jambes sans repos, arthrose, cure anti-cancer Gerson, cancer de la peau, loi d'attraction, reiki, dépression.



BISPHÉNOL A, VOUS EN AVEZ PLEIN LES DOIGTS
Vous pensez peut-être que, pour que les œstrogènes aient un effet, il en faut de grandes quantités, c'est faux !

Depuis maintenant une bonne quinzaine d'années, de nombreux chercheurs s'accordent pour reconnaître la nocivité des perturbateurs endocriniens. Il s'agit de molécules dont la structure chimique est similaire à celle des hormones sexuelles naturelles telles que celles des œstrogènes par exemple.

Ces perturbateurs endocriniens constituent un véritable problème écologique et sanitaire, car ils perturbent aussi bien la faune de nos rivières en féminisant les populations de poissons, que la santé humaine en provoquant des troubles de reproduction, neurologique, immunitaire ou encore de développement fœtal.
Comment éviter ou limiter le contact avec ces perturbateurs endocriniens ?

Celui dont on entend le plus souvent parler est le bisphénol A (BPA). Il est omniprésent puisqu'on le trouve dans de nombreux emballages plastiques, y compris dans le revêtement intérieur des boîtes de conserve et des canettes afin d'éviter le contact des aliments et des boissons avec le métal. On le trouve aussi dans les canalisations en plastique qui véhiculent l'eau de ville. On a aussi identifié, il y a déjà quatre ans, une source inattendue de BPA : les tickets de caisse imprimés sur papier thermique. Mais ce que l'on sait depuis peu, c'est que ces tickets constituent l'une des principales voies d'exposition, la plus rapide et la plus insidieuse...

Vous sortez des magasins avec ce petit bout de papier que vous manipulez beaucoup sans vous en rendre compte. Ce papier thermique est enduit d'un revêtement qui noircit à la chaleur qui émane de l'imprimante des caisses enregistreuses. Ce revêtement qui donne l’aspect glacé à votre ticket contient du BPA. Les recherches actuelles montrent que la manipulation de ce type de papier est suffisante pour augmenter vos niveaux corporels de BPA.

Rappelons que les meilleurs poisons sont ceux auxquels on est exposé très fréquemment à petite dose. C'est le principe de l'infinitésimalité sur lequel repose, entre autres, l'homéopathie.

Sans compter qu'en plus du BPA, l'on cumule généralement d'autres toxiques même si l'on se nourrit avec des aliments biologiques et que l'on a une hygiène de vie irréprochable.

Une volée d'études alarmantes
Des chercheurs de la Harvard School of Public Health ont recruté 24 étudiants et membres du personnel afin de participer à une étude sur la toxicité du BPA.

Avant le début de l'étude, 20 des 24 participants avaient des niveaux de BPA mesurables dans leur urine. Ces personnes ont été invitées à manipuler à mains nues des souches de magasins pendant 2 heures. Après ces 2 heures, on a trouvé du BPA dans les urines de l'ensemble des participants. Et chez les personnes qui en avaient déjà, on a trouvé une concentration encore supérieure de bisphénol A dans leurs urines.

Une semaine plus tard, pour la deuxième partie de l'étude, les participants ont à nouveau manipulé les mêmes papiers durant 2 heures, mais ils étaient alors munis de gants en nitrile. Malgré cette mesure préventive, on a quand même assisté à une augmentation significative des taux de BPA.

Cette constatation est alarmante quand on sait le nombre de papiers de ce type que manipulent les caissiers ou les employés de banque qui devraient la plupart du temps porter des gants lors de ces manipulations. Cette mesure devrait être appliquée particulièrement pour les femmes enceintes ou celles en âge ou désireuses de l’être.

On ne sait pas encore si le latex ou d’autres matières empêcheraient cette contamination.
Par contre, ce que l'on sait, c'est que le BPA migre à travers la peau après avoir tenu ce type de papier durant seulement 5 secondes.

Il a également été constaté que la quantité de BPA qui traverse est 10 fois supérieure si la peau des doigts est humide ou grasse.

Des études concernant la nature du papier ont également été réalisées. C'est ainsi que l'on a constaté que sur 13 papiers d'impression thermiques, 11 contenaient du BPA.

Il existe des contaminations plus subtiles
Par exemple, celles provoquées par le simple contact des billets avec les tickets de caisse glissés dans un portefeuille.

Une étude publiée dans « Environmental Science and Technology » montre que des chercheurs qui ont analysé des monnaies de papier de 21 pays ont trouvé du BPA sur chacune d'entre elles.

Bien évidemment ce type de contact n'est pas le plus dangereux. Manger des aliments en conserve ou contenus dans des barquettes plastiques chauffées au micro-ondes constitue une bien plus grande menace pour la santé.

Le gras et le BPA, une histoire d'amour
Il faut savoir que les toxiques et notamment les perturbateurs endocriniens ont une accointance particulière avec les molécules graisseuses surtout lorsqu'elles sont chauffées. C'est ainsi que lorsque des aliments contenant des graisses sont réchauffés dans un four à micro-ondes à même la barquette, leur contamination est maximale.

Une autre étude relate que boire de la soupe en conserve pendant 5 jours augmenterait de 1 000 % la concentration urinaire en BPA !

Vous aurez très certainement compris qu'afin de se préserver du bisphénol A, mais également de bien d'autres toxiques et perturbateurs endocriniens, il faut éviter les aliments en conserve ou les plats préparés industriellement et contenus dans des barquettes plastifiées et bien sûr les sodas principalement en canettes.

Puisqu'on a constaté que le BPA a la fâcheuse tendance de contaminer tout ce avec quoi il entre en contact, il semble sage de refuser les tickets de caisse le plus souvent possible si vous n'en avez pas besoin.

Il est également conseillé de se laver les mains le plus rapidement possible après avoir manipulé ce type de papiers ou même des billets de banque ou de la monnaie surtout si vous avez la peau grasse.

Bienvenue dans un monde où il va falloir se méfier de tout ce que l'on touche.

Thierry Schmitz



INSUFFISANCE VEINEUSE, PEAU, COEUR, POUMONS : LE "BAIN SEC" SALMANOV PASSE ENFIN LA FRONTIÈRE RUSSE
J’ai déjà largement développé dans mes articles concernant les BAINS SALMANOV jaune et blanc (par voie externe), l’étonnant travail, ignoré par la médecine, de notre gigantesque réseau capillaire ainsi que son implication à tous les niveaux de notre fonctionnement organique. On y découvre que la dihydroquercétone issue de l’écorce de mélèze de Sibérie, vieux secret de santé et de longévité de la médecine populaire sibérienne, et son dérivé direct qui est la térébenthine purifiée sont l’agent majeur des bains Salmanov, térébenthine que l’on retrouve en outre dans le bol d’air Jacquier.

Découvert par une jeune chercheuse en Sibérie
C’est une  étudiante de l’Université à Irkutsk, Nona Tukavkina, qui a repris sans le savoir les travaux du Docteur Salmanov, dont en outre elle n’avait jamais entendu parler. Dans les années 50, les scientifiques débutants s’intéressaient beaucoup à la chimie des polymères. Mais, la jeune collaboratrice à l’Institut de la chimie organique à Irkutsk, au contraire, s’intéressait aux plantes thérapeutiques. Ainsi, elle a commencé à exercer son activité dans la chimie des substances naturelles. Cela lui a ensuite apporté un grand succès, elle est devenue professeur, et finalement doyenne de la Faculté de médecine de l’Université d’Etat de médecine à Moscou.

C’est en s’intéressant à la médecine traditionnelle sibérienne que Nona Tukavkina a découvert les propriétés thérapeutiques du mélèze sibérien. Elle est tombée amoureuse de cet arbre, et a réussi à percer son secret de la « jeunesse éternelle ». Selon les données spectrales des fibres de bois du mélèze, celles-ci contiennent énormément de flavonoïdes. A cette époque, les flavonoïdes étaient déjà utilisés en Europe pour le renforcement des parois vasculaires. L’on tirait les flavonoïdes du  Ginkgo biloba de Chine, des pépins de raisin noir français, et de l’écorce du pin canadien, mais pas du mélèze sibérien qui est beaucoup plus actif.

La préparation médicale à la dihydroquercétine de mélèze de Nona Tukavkina a subi des tests cliniques à l’Université d’Etat de médecine à Moscou, à l’Institut des plantes médicinales, aux hôpitaux de Moscou et aux hôpitaux militaires. Ce n’est qu’après ces tests que l’idée lui est venue de faire des flavonoïdes sibériennes un complément alimentaire bioactif, qui depuis est apprécié par des millions de gens en Russie. Ainsi, en raison de l’exil politique de Salmanov, c’est 50 ans après la création en France et en Italie de ses bains à térébenthine que ses travaux ont fini par entrer dans le domaine public russe par le biais de Nona Tukavkina.

Les résultats des essais officiels russes étrangement occultés par les Occidentaux
Selon les résultats cliniques de l’exploration, le Baume Salmanov s’avère très efficace contre les cardiopathies ischémiques chroniques, la tachycardie, l’insuffisance cardiaque, et l’hypertension. C’est un remède majeur dans le traitement de la pneumonie, de la bronchite et de l’insuffisance rénale. Le Baume montre d’excellents résultats pendant la réhabilitation des malades après l’hémorragie cérébrale et l’infarctus. Il aide contre les céphalées, la migraine, la névrose (qui sont causées par des contractions vasculaires). Autant dire que s'il était vendu largement en France, il ferait beaucoup de mal aux laboratoires sur un de leurs marchés les plus rémunérateurs.

En plus, c’est un agent nettoyant des poumons chez les fumeurs. Les capillaires de gens qui abusent des cigarettes sont pleins de goudrons. En quelques semaines le Baume Salmanov les nettoie et les personnes commencent à respirer à pleine poitrine. Que diraient les fabricants de patchs, chewing-gum, cigarettes électroniques si cela se savait ? Pour les non-fumeurs, le Baume est aussi très utile, parce que nous respirons souvent de l’air pollué, surtout dans les grandes villes.

Des "bains secs" vendus en tubes
Le problème avec les bains Salmanov est que tout le monde ne possède pas une baignoire. Or, les nouvelles technologies ont permis aux scientifiques sous la direction du professeur A. Tukavkina de produire les bains de Zalmanov en tube sous forme d’un baume capillaire que l’on applique sur la peau “à sec”, d’où le surnom. Dans la composition de ce baume il n’y a que des substances naturelles : de la térébenthine très pure, comme dans les bains de Salmanov, du camphre, de l’huile de menthe et de pin. Mais le composant principal, ce sont les bioflavonoïdes spéciales du mélèze de Sibérie.

Ce n’est pas par hasard que ce baume est reconnu parmi les meilleurs défenseurs du système capillaire. Grâce à son coefficient de pénétration exceptionnel, il entre profondément dans la peau, et normalise immédiatement le fonctionnement des micro-vaisseaux, en augmentant leur diamètre et en renforçant la résistance de leurs parois. D’autres études ont aussi montré que le Baume Salmanov fait baisser la viscosité du sang et la formation des thromboses, qu’il contribue à l'élimination des produits métaboliques, et qu’il améliore la nutrition des tissus en général.

Et pour finir, ce baume exceptionnel a un effet analgésique local immédiat, même anesthésique, ainsi qu’un effet anti-inflammatoire, anti-œdémateux, et bactéricide.

On l'applique sur les organes à traiter
Le baume s’applique sur les membres, dans la région frontale du corps face aux organes internes à traiter, ainsi qu’autour des vertèbres associées, soit matin et soir, soit à la demande. Pour obtenir des résultats durables dans les syndromes chroniques, il est recommandé d’appliquer le Baume pendant 2 à 3 semaines, avec des pauses de 1 semaine entre les cures.

Pour les douleurs musculaires
Nous avons testé le baume Salmanov en application locale sur des grosses douleurs musculaires post traumatiques annonçant les changements de temps. L’effet est extraordinaire : le soulagement est obtenu dans les 2 minutes qui suivent et perdure jusqu’au prochain changement de temps.

Pour la peau flétrie du visage
L’application du Baume Salmanov est non seulement au départ très agréable en raison de son délicat parfum de pinède, mais son extrême ductilité lui confère une pénétration presque immédiate qui ne laisse aucune trace de « gras mouillé » si désagréable (et propre à décourager l’entourage à vous faire la bise…). Une sensation de fraîcheur s’ensuit aussitôt en raison de la menthe et votre peau prend rapidement une apparence veloutée.

En fait, il se produit un afflux soudain du réseau capillaire cutané qui réhydrate spontanément toute peau partiellement desséchée, estompant du même coup les ridules. C’est un véritable « coup de jeune » de votre visage ! Hélas l’enchantement ne dure que 24 h. Alors il faudra recommencer le lendemain matin... mais heureusement il suffit de très peu  de baume. A noter tout de même, que selon notre propre expérience, avec le temps, la texture de la peau se stabilise petit à petit dans sa réhydratation.

Attention! Ne pas appliquer le baume sur la peau endommagée, les  muqueuses, les eczémas  et les ulcères ouverts. En cas de contact avec les yeux, rincer abondamment à l'eau.

Contre l'insuffisance veineuse chronique des jambes
Lorsque l’on parle de problèmes de circulation veineuse, on n’envisage classiquement que des remèdes pour essayer de restaurer la paroi veineuse ; ces remèdes, autant phyto-aromatiques qu’homéopathiques sont multiples et variés sur le marché, mais leur efficacité est souvent limitée quand elle n’est pas décevante. L’étape suivante dont la médecine use hélas faute de mieux dans les cas lourds est le « stripping veineux » – le réseau profond prendra le relais, mais étant alors surchargé, un œdème de la jambe risque de  s’installer.  En fait, il faut se poser la question du pourquoi de la dégénérescence vasculaire. Il n’y a pas de mystère, l’origine ne peut être que dans l’alimentation sanguine des tissus, et celle-ci ne s’effectue par rien d’autre que par le micro réseau capillaire nourricier. On en revient donc toujours à la source de la plupart de nos misères, et le fameux cheval de bataille du Docteur Alexandre Salmanov : la capillarothérapie.

Les essais cliniques qui ont été réalisés par l’équipe des docteurs V.Kozlov et A.Britovet et des professeurs G. Azizov et  O.A. Gourova, ont consigné les fluctuations détaillées des paramètres observés. Pour évaluer la microcirculation du sang on a utilisé les méthodes suivantes :

  Mensuration par informatique des capillaires cutanés des jambes.
  Microscopie informatique des vaisseaux de la  conjonctive bulbaire.
  Laser doppler flowmeter (lazma).

Au cours du traitement on a appliqué le Baume Salmanov sur les zones sensibles des jambes sous un film plastique alimentaire pendant une heure, 14 jours de suite sur des malades avec une IVC des membres inférieurs de degré I à III.

Avec  la microscopie informatique on a pu noter :
la disparition des phénomènes stagnants dans les capillaires,
  la diminution de l’œdème tissulaire,
  la diminution de l’agrégation érythrocytaire intra-vasculaire,
  la diminution de la perméabilité des micro-vaisseaux  capillaires,
  l’amélioration du flux sanguin,
  la réduction de l'inflammation des parois vasculaires.

Aussi, beaucoup de malades ont mentionné :
la disparition du  “sentiment de fatigue” aux jambes,
  l’arrêt des contractures musculaires des jambes dans la nuit,
  la diminution de la fatigue et de l’œdème des jambes et des pieds vers le soir,
  l’amélioration subjective du confort dans les membres inférieurs.

Tant de possibilités... ça ne coûte rien de tester
Nous pensons qu’il existe un vaste champ d’application qui n’a pas encore été exploré, en particulier parmi les indications des bains Jaune et blanc de Salmanov, où chacun peut effectuer ses propres essais sans aucun risque et à très bon marché, notamment pour :
Algodystrophies post traumatiques - Artérite des jambes – Asbeste (maladie de l’amiante) - Bronchite – Trachéite –Cataracte - Cicatrices – Adhérences – Coronarite - Douleurs arthrosiques - Douleurs articulaires – Engelures – Escarres – Fibromyalgie - Lumbago - Lupus - Maladie de Raynaud – Mammite - Ménopause (troubles) - Mucoviscidose - Névralgies - Névrites  - Polyarthrite rhumatoïde – Sclérodermie – Vergetures….

En direct de Russie
Ce baume commence à faire parler de lui en France et l'on peut déjà se procurer le produit russe. Il faut cependant craindre que les autorités de santé françaises ne repèrent rapidement ce petit prodige, redoutablement efficace et très peu onéreux afin d'en interdire la commercialisation. Pour en obtenir vous pouvez vous rendre sur cette page.
http://www.arktikaia.com/baume-capillar-boutique-2.html

Et si vous testez ce produit avec succès sur certaines des affections citées dans le paragraphe précédent, n'hésitez pas à nous en faire part.

Michel Dogna



"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris

Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.




Dernière édition par Libellule le Ven 5 Juin 2015 - 21:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alternative santé 2014   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alternative santé 2014
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Avril 2014 - Louis fatigué à cause d'un problème de santé?
» Pour avoir des nouvelles de sa santé.
» La scène alternative française 80-90
» Europa Park 2014
» [Heide Park] Nouveau coaster en 2014 !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: SANTE- DIETETIQUE- HYGIENE- BEAUTE- :: Dossiers pour réfléchir à notre manière de vivre et se nourrir-
Sauter vers: