Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dossiers Alternative santé 2014

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Dossiers Alternative santé 2014   Dim 7 Juin 2015 - 16:31



source http://www.alternativesante.fr/
"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris

Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.





AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER n°n°114 du 16 octobre 2014
Pourquoi diable le Pape a-t-il pris de la papaye ?‏




Bonjour,
Une fois n'est pas coutume, j'ai regardé il y a quelques jours le Magazine de la Santé sur France 5. Je suis tombé sur l'interview du Pr Philip Gorwood, psychiatre à l'hôpital Sainte-Anne à Paris et chercheur à l'INSERM, qui venait révéler à l'antenne les résultats d'une étude menée sur 2 000 patients dépressifs.

Le but de l'étude du Pr Gorwood était de démontrer que la dépression ralentissait les facultés intellectuelles et que plus on faisait d'épisodes dépressifs, plus on était ralenti. Pour preuve : un exercice simple comme celui de relier des chiffres par un trait est réalisé en 30 secondes par une personne bien portante alors qu'il faut une minute trente à un dépressif chronique pour en venir à bout. Ben zut alors...

Mais tout en l'écoutant parler je me suis demandé si ces patients avaient été traités à coup d'antidépresseurs, de régulateurs de l'humeur ou de je ne sais quelle substance psychotrope. La réponse était forcément positive, puisque ces patients s'étaient adressés au service de psychiatrie de Sainte-Anne pour être traités, pas pour relier des chiffres avec un crayon.

Donc - vous connaissez le mauvais esprit qui m'anime - je pense pouvoir affirmer avec une assurance égale à celle du bon Professeur Gorwood, que les traitements antidépresseurs ralentissent durablement les facultés intellectuelles et que, plus on en prend, pire c'est. Je ne nie pas qu'une dépression laisse une cicatrice dans le cerveau comme l'affirme le chercheur, mais je conteste que ce soit cela la cause du ralentissement cognitif observé par l'étude.

Michel Cymes - qui n'était pas en train de tweeter des blagues sur le football à ce moment-là - lui a pourtant posé la question : "Ce ralentissement n'est-il pas dû aux traitements ?". Ce à quoi notre chercheur a répondu avec aplomb que c'était pour cela qu'il fallait se faire soigner au plus vite au moyen de traitements "adaptés". Je ne vois pas le rapport, mais à la télé, on est habitué aux gens qui ne répondent pas aux questions et d'ailleurs, Michel Cymes n'a pas insisté.

Le Pr Gorwood a conclu : « Consulter pour rien, ce n’est pas très grave, mais consulter avec trois mois de retard, cela réduit les chances d’efficacité ». Pour être encore plus clair que lui : prenez vite des antidépresseurs, dès le premier soupçon de déprime. Beau conseil.

Je ne sais pas qui finance les recherches du Pr Gorwood, mais je m'en doute. Je ne sais pas comment une étude d'une aussi faible portée fait l'objet d'un sujet au Magazine de la Santé, mais j'ai une idée là-dessus. Je ne sais pas si vous regardez cette émission, mais si vous croyez tout ce qu'on y dit, je vous plains.

C'est d'ailleurs ce qui nous amène à créer, avec Nathalie Lefèvre, Le Journal de la Santé sur Radio Médecine Douce.
http://radiomedecinedouce.com/channel/1-Radio-Medecine-douce
Cela commencera la semaine prochaine, jeudi exactement, et ce sera tous les jours (sauf gros coup de flemme), en direct, à 12h50. Je vous le redirai la semaine prochaine.

Nous y parlerons de toute l'actualité de la santé. Si nous avions commencé aujourd'hui je vous aurais parlé d'Ebola, mais comme Dominique Vialard le fait dans cette newsletter, je ne regrette rien.

Son article s'intéresse à un "fait divers" survenu il y a douze ans. Rappelez-vous du jour où le Pr Montagnier (prix Nobel) a rencontré le Pape pour lui glisser un traitement de deux mois contre Parkinson. Qu'y avait-il dans cette pochette violette ? Dominique n'était pas là, mais le Pr Montagnier lui a raconté. Tout comme il dit maintenant que le même traitement pourrait protéger d'Ebola.

Prenez soin de vous

PS : Le N°17 d'Alternative Santé a été mis à jour. Deux nouveaux articles attendent nos abonnés. Les propriétaires de chiens apprendront comment soigner leur animal avec des huiles essentielles.
http://www.alternativesante.fr/aromatherapie/l-aromatherapie-et-le-chien-un-excellent-menage

Et ceux qui souffrent d'hypertrophie de la prostate pourront lire l'article très complet du Dr Luc Bodin sur cette affection, ses traitements naturels, les examens et leur interprétation.
http://www.alternativesante.fr/prostate/prostate-surveiller-et-traiter-l-hypertrophie

Alexandre Imbert



MAIS POURQUOI DIABLE UN PAPE A-T-IL PRIS DE LA PAPAYE FERMENTÉE ?
(et pourquoi il est bon de le savoir face à la menace Ebola)
Depuis l'affaire de la "papaye papale" (comprenez le traitement qu'a pris Jean-Paul II à l'invitation du Pr Montagnier en 2002), la papaye fermentée traîne une réputation disons… peu catholique. L'affirmation, corroborée par de nombreux médecins et scientifiques, selon laquelle cette poudre fermentée ralentit l'évolution de la maladie de Parkinson et nous protège de plusieurs maux, surtout des virus, est régulièrement taxée de "charlatanisme".

De la papaye pourrie pour soigner un Parkinson ?
Vous imaginez… de la papaye pourrie pour soigner une maladie aussi complexe qu'un Parkinson, une dégénérescence contre laquelle la médecine ne peut rien ou presque ?

Vous imaginez… une poudre blanche sucrée pour vous protéger d'Ebola ? Je n'invente rien car à en croire le Pr Montagnier, l'homme par qui tout est arrivé, virologue (découvreur du virus du sida), Nobel, c'est la meilleure solution du moment en l'absence d'antiviraux spécifiques et de vaccin.

A première vue tout cela est risible ! Oui, mais j'espère vous apporter ici des éléments suffisamment sérieux pour ne pas, bêtement, passer à côté d'une solution qui peut améliorer la vie de nombreux malades à défaut de nous protéger de l'Ebola (ce qui reste à vérifier).

Un remède miracle ???
Il faut bien admettre que l'utilisation commerciale hâtive et souvent artisanale qui a suivi cet épisode papal n'est pas rassurante, y compris pour ceux qui comme vous et moi privilégient les solutions naturelles.

Sur la base des travaux de recherche menés, il faut bien le dire, par un seul laboratoire - Osato (qui commercialise le produit donné au Pape) - toutes sortes de marques d'extrait de papaye fermentée (ou de produits à base de) ont conquis le marché. Avec souvent des argumentaires téléphonés (le pape, Montagnier toujours) accolés à des poudres d'origines incertaines vendues à des prix qui vont aujourd'hui du simple au triple…

Pourtant, pour choisir sa papaye fermentée, il suffit de poser les bonnes garanties. Nous allons voir lesquelles.

La papaye "Urbi et Orbi" !
Souvenons-nous : au printemps 2005, Jean-Paul II, Parkinsonien le plus célèbre de la planète n'en finit plus d'agonir sous les caméras du monde entier. Le spectacle est pathétique. Cette agonie met fin à des années de lutte acharnée contre la maladie.
Le Pape avait enchaîné les problèmes de santé depuis l'attentat dont il avait été victime : immunodépression (due au pénible cytomégalovirus probablement contracté via une transfusion), cancer du côlon (qui lui avait valu l'ablation d'une partie des intestins), problèmes articulaires, de fractures de l'épaule puis de la hanche suite à une chute dans sa baignoire (sort que connaissent de nombreux profanes), pose d'une prothèse et vieillissement accéléré avec pour conséquence... un Parkinson.

Encore un effort de mémoire : Jean-Paul II allait déjà très mal début 2002, au point qu'on le disait mourant. Quelques mois plus tard, dans l'été, lors du rassemblement de la jeunesse à Toronto, il était apparu dans une forme qu'on ne lui avait pas vue depuis longtemps. A la surprise générale, du jour au lendemain le Pape parlait distinctement, ne tremblait plus ! Et cette forme a duré deux ans.

Le vrai traitement donné au Pape
Un miracle ? Un sursaut ? La rage de vivre qui animait cet ancien athlète, sa force autant physique, spirituelle que politique (n'a-t-il pas fait tomber le Mur de Berlin ?) ne permettent pas d'écarter cette possibilité. Mais tout porte aussi à penser que le traitement que Montagnier avait remis la même année au Pape lors d'une audience privée y a fortement contribué.
Si le Vatican n'a jamais communiqué sur l'affaire, des journalistes italiens proches de son entourage ont confirmé que Jean-Paul II avait non seulement pris ce traitement mais qu'il continuait à le prendre avant sa mort.

Que contenait le petit sac violet tendu à un Pape recroquevillé dans sa chaire ? Deux produits et non un (ce que personne n'a dit) pour deux mois de traitement : de l'extrait de papaye fermentée d'Osato et du glutathion (mais les journalistes n'ont pas retenu ce nom compliqué) produit par une firme de biotechnologie new-yorkaise, Thyogen. Deux remèdes qui vont très bien ensemble (on va le voir).
Deux remèdes que Montagnier avait déjà testés sur des malades du sida et de Parkinson et sur lesquels il avait constaté des améliorations. Il savait donc ces produits non toxiques et utiles.

On comprend mieux pourquoi le médecin papal d'un jour a été submergé de lettres de Parkinsoniens venant de toute l'Europe. Dans son livre "Les combats de la vie" paru en 2008, il revient sur l'affaire : " Soit je me taisais et faisais valoir la confidentialité, soit je m’expliquais. Je choisis cette dernière option, estimant qu’il n’était pas éthique de me taire : dans la mesure où ce traitement pouvait améliorer l’état de santé du Pape, il fallait faire partager ce bénéfice à tous ceux qui en avaient besoin. "

Les experts ont condamné,
des milliers de gens ont acheté quand même
Que n'a-t-on pas dit, vu, lu ou entendu dans la presse ou dans la bouche des experts (des autorités sanitaires) à propos de la "papaye papale" ou "papayamobile" ? Les uns ont crié au mercantilisme, les autres ont nié tout fondement scientifique à la démarche !

Dès 2002 les Italiens se sont rués sur le produit, puis les pharmacies françaises, s'y sont mises, harcelées qu'elles étaient de demandes de Parkinsoniens.

Affolement à la Direction des Fraudes, branle-bas de combat à l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa). Quelques mois plus tard, en 2004, le produit est retoqué au motif "d'allégations non fondées". Comme d'habitude sans l'amorce d'un débat scientifique. Montagnier juge l'avis de l'Afssa "emberlificoté", il n'a pas tort car celle-ci reconnaît que "quelques résultats obtenus via des études in vitro ou in vivo montrent des effets antioxydants et immunostimulants" tout en affirmant qu'ils sont "difficilement interprétables"…

Mais la menace a porté : les pharmaciens ont reculé. Quelques mois… Car très vite la valeur d'usage l'a emporté tandis que les preuves scientifiques ont continué de s'accumuler : des milliers de personnes se sont mises à consommer de la papaye fermentée et c'est toujours le cas.
Ce ne sont pas des milliers d'idiots.

Beaucoup de témoignages
pour toutes sortes de maux…
Que la papaye soit une sorte d'élixir de jouvence, un remontant et un produit de beauté naturel, ça, les Anciens le savaient.
"La papaye est l'arbre de la jeunesse éternelle", disait Vasco de Gama. En Amérique du Sud, le "fruit des anges" entre dans de nombreux remèdes populaires. Comme en Asie où sa forme fermentée est utilisée depuis des siècles. Aux Philippines, on mange depuis longtemps le fruit presque pourri pour bien vieillir. Comme au Japon où la papaye est prisée sous la forme lacto-fermentée.

Mais l'observation la plus intéressante ne remonte qu'à une quinzaine d'années, quand les Japonais qui recouraient à l'extrait de papaye pour toutes ces raisons ont constaté d'autres bienfaits, inattendus…

Ce que les Japonais ont découvert par hasard
L'invention de l'extrait de papaye fermenté est partie d'une observation : on avait constaté qu'aux Philippines, les gens qui consommaient ce fruit fermenté vivaient plus vieux. C'est ainsi que la préparation, bardée de propriétés antioxydantes validées en laboratoire, s'est diffusée au Japon dès la fin des années 90 en tant que complément alimentaire "anti-âge".

Quadras et quinquagénaires japonais ont plébiscité l'extrait après avoir observé qu'il leur donnait un meilleur tonus et une peau plus souple, élastique. On a parlé de "cosmétique qui se mange", on a dit que la famille impériale en faisait usage et dans ce pays qui nous a habitués aux pratiques insolites, des femmes appliquaient l'extrait dilué dans un peu d'eau directement sur leur peau…

Et puis très vite ont afflué les témoignages de personnes souffrant de maladies cardiovasculaires, neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson), chronique,s inflammatoires (bronchite, hépatite, gastrite), de cancer, de diabète… Tous ces témoignages de malades rapportaient un mieux, un regain d'énergie, de forme.

Et c'est bien ce qui a poussé des scientifiques aussi prestigieux que l'Américain Lester Packer (spécialiste du stress oxydatif et des antioxydants), l'hématologue israélien Eliezer Rachmilewitz ou le Pr Tsunataro Kishida de l'Institut Pasteur de Tokyo à approfondir les recherches. Et à découvrir, finalement, qu'aux propriétés purement antioxydantes de la papaye fermentée s'ajoutaient des effets immunostimulants qui conféraient à ce produit un spectre d'action aussi surprenant qu'inattendu.

Comment la papaye ralentit les processus de vieillissement...
Tous les essais cliniques (randomisés en double aveugle), toutes les études (elles se comptent en dizaines) menées à l'époque et depuis, notamment aux Etats-Unis, toutes les observations recueillies chez les utilisateurs, vont dans le même sens.
L'extrait de papaye est aussi utile devant la fatigue physique et psychologique liée à un trop plein d'activité, des problèmes de sommeil, un stress, des comportements néfastes (alcool, tabac) que pour contrer les processus dégénératifs liés à l'âge et à la pollution.

Grâce au processus de fermentation lactique et à la richesse nutritionnelle du fruit Carica papaya, la poudre obtenue est une "bombe" antioxydante au pouvoir inégalé. Elle ne le doit pas à son pouvoir intrinsèque (pas de valeur ORAC) mais à sa capacité d'induire et de stimuler nos défenses antioxydantes endogènes en stimulant la production de nos deux enzymes majeures : le glutathion et la superoxyde dismutase (SOD).
Multiplié par 5 par rapport au jus frais, ce pouvoir antiradicalaire indirect de l'extrait est 20 fois plus actif que celui de la vitamine E prise isolément.

Cet antioxydant d'exception neutralise donc les radicaux libres, inhibe l'oxydation des lipides et retarde certaines pathologies liées aux radicaux libres. Ainsi :

il retarde le vieillissement,
il diminue l'impact de la pollution environnementale,
il ralentit l'évolution des maladies dégénératives : Parkinson (son utilité chez les patients résistant au traitement L-Dopa a été démontrée), Alzheimer, sclérose en plaques, maladie de Charcot… et de toutes les affections liées à un stress oxydant (il protège par exemple les lipides des membranes cellulaires, notamment chez les sujets atteints d'hépatite B ou de diabète insulinodépendant ou améliore l'état de thalassémie, anémie de type héréditaire).
... Et remonte nos défenses : antioxydantes et antivirales
Outre cette capacité à moduler dans l'organisme l'équilibre oxydant/antioxydant, l'extrait de papaye stimule et module le système immunitaire en activant la production de tous nos "petits soldats" : cellules macrophages, lymphocytes T et B, cellules "tueuses naturelles" (NK), interféron.

Cette double activité, qui a fait l'objet d'une énorme documentation scientifique (résumée dans le livre "Vivre longtemps en bonne santé" du Dr Mantello et du Pr Montagnier), en fait un complément efficace pour tout problème de santé mêlant fort stress oxydant et immunodépression. Du plus évident au plus complexe :
-infections respiratoires à répétition,
-fatigue et affaiblissement dus à une chimiothérapie intensive,
-inflammations artérielles liées à la pose de stents dans les coronaires,
-maladies auto-immunes,
-sida, cancer, diabète.

C'est dans la même veine un complément puissant pour contrer toute attaque infectieuse, qu'elle soit bactérienne ou virale.

Il n'existe pas qu'un seul extrait de papaye !
L'épisode papal a fait les beaux jours du laboratoire Osato, qui s'est vite imposé comme le fournisseur officiel et mondial d'extrait de papaye, booster de forme et de beauté, avec le concours de personnalités telles que Sharon Stone aux Etats-Unis ou plus près de nous Claudia Cardinale, Jean Alesi ou l'équipe du Milan AC.

Et au motif que ces données scientifiques ne valent que pour ses produits fabriqués selon le procédé FPP, le labo a longtemps fait la guerre aux concurrents qui ont exploité le filon, y voyant une démarche "peu scrupuleuse" et des "copies".

D'un point de vue purement juridique, cela se défend : les nombreuses publications scientifiques de la marque ne peuvent être exploitées à des fins commerciales par ses concurrents.

D'un point de vue technique, cependant, rien ne nous interdit de penser que toute papaye ayant subie un processus de fermentation dans les règles présente des propriétés équivalentes à peu de choses près de celles d'Osato.

C'est ça, la papaye fermentée : du sucre ?
Je me souviens du jour (c'était quelques mois avant la mort du Pape), où Luc Montagnier m'a tendu un sachet d'extrait de papaye à la fin d'un entretien poussé sur le sujet. Et de ma déception une fois que j'ai eu la poudre en bouche !

Je ne m'attendais à rien de précis mais cet extrait, dont le Prof venait de m'expliquer les formidables propriétés me faisait l'effet d'avaler une pincée de sucre. Je me suis abstenu de tout commentaire mais je n'en pensais pas moins.

Vu le prix du sachet (1,50 euros déjà à l'époque), à chaque fois que je prends ce produit (je m'en sers pour enrayer un rhume l'hiver), je ne peux m'empêcher de penser que j'avale une sorte de bonbon super cher sans rien dedans, comme ces poudres à 10 ct vendues dans les bureaux de tabac dont raffolent les enfants (mais ces dernières, au moins, piquent la langue de façon rigolote).

C'est que l'extrait fermenté, s'il renferme des protéines, des acides aminés et des vitamines contient surtout beaucoup de sucre… Osato ou pas.

Un produit fermenté très différent des autres
Cette banalité affligeante ne joue pas en faveur de l'extrait de papaye fermentée. Bon, un Pape est passé par là, et la renommée de la papaye joue aussi. Mais précisons quand même les choses tant la confusion persiste : on ne trouve dans l'extrait ni les grands principes actifs du fruit comme la papaïne dans l'extrait, ni les probiotiques classiquement issus de la fermentation.

La papaïne et la chymopapaïne, enzymes formidables que l'on utilise en rhumatologie (on en a fait un médicament pour traiter les hernies discales), pour le confort digestif ou dans les régimes amincissants, ont disparu.

En réalité l'extrait de papaye n'a pas les qualités d'un produit de fermentation qu'il n'est pas vraiment (c'est un produit brut obtenu après fermentation) et son mode d'action antioxydant et immunomodulant (indirect on l'a vu) passe par d'autres nutriments, surtout des acides aminés à travers des processus biochimiques subtils et très complexes.

L'extrait Osato est obtenu par fermentation alcoolique de longue durée (9 mois selon le fabricant) de pulpe de papaye. Le produit brut obtenu subit ensuite une dessiccation complète et le produit final consiste en une poudre blanche qui ne contient plus d'enzymes et plus de fibres mais qui se compose (pour 100 g ) de :
- 97 g de glucides (rajoutés, majoritairement oligosides),
- 0,3 g de protéines (une quinzaine d'acides aminés),
- 3 vitamines : B6, B9 et niacine,
- 6 minéraux : calcium, magnésium, potassium, fer, cuivre et zinc.

Il existe d'autres extraits de qualité, à des prix raisonnables
La fermentation est un processus à la fois complexe (qui impose des précautions de microbiologie) et simple (le temps fait son œuvre) dont Osato n'a pas le monopole. Osato affirme utiliser un procédé spécifique secret (en appliquant des normes ISO) mais la composition de base de son produit ne diffère pas fondamentalement de celle d'un autre extrait fermenté réalisé selon les règles même si la poudre finale varie ; et chacun d'ajouter pour la rendre agréable et mangeable telle dose de maltodextrine, de dextrose et éventuellement d'arôme (voire de probiotique : il existe un extrait enrichi de la sorte).

Notons qu'en matière de sucre la "papaye papale" n'est pas la plus légère, ce qui fait que son taux de concentration ne dépasse pas les 10% de papaye fermentée pure (sur un sachet de 3 g) que revendiquent d'autres laboratoires.

Au final, le Fermented Papaya Preparation (FPP) d'Osato est incontestablement un excellent produit mais il se trouve que c'est aussi, et de loin, le plus cher (il faut bien financer les études scientifiques). Son prix prohibitif le rend peu accessible à une bourse modeste, surtout pour de longues cures.

Vous pouvez vous payer de l'extrait Osato, tant mieux, je vous le recommande. Vous ne pouvez pas ? Il y a d'autres solutions. Les paysans philippins dont s'est inspiré Osato ne respectent pas les normes ISO, que je sache !

Alors quelles garanties exiger ?
Il n'y a rien de plus difficile à identifier qu'une poudre blanchâtre ou légèrement orangé (ou de comprimés du même tonneau) sans autre goût que celui du sucre. Rien de plus facile à copier et à vous vendre, surtout si un éminent scientifique vous dit que c'est bon.

D'où la nécessité de ne pas aller systématiquement vers le produit le moins cher possible (compte tenu de l'origine lointaine du produit et de son processus de fermentation, coûteux) et de vous assurer :
-que la papaye utilisée pour l'extrait n'est pas OGM (attention cette espèce pullule dans certaines régions d'Asie comme la Thaïlande), que sa culture est exempte de pesticides, d'engrais et qu'elle n'a pas subi d'irradiation.
-que les graines (toxiques) ont été éliminées dans le processus.
-que la formulation finale ne contient rien d'autre que de la papaye fermentée et des excipients (cités plus haut). Il se peut qu'il y ait aussi un arôme d'origine végétale et un enrichissement en vitamines A, C et E. Cela ne gâte rien, à condition que leur origine soit naturelle et plutôt d'origine végétale,
-que la poudre une fois le sachet ouvert ne dégage pas une odeur forte, ce qui trahit immanquablement un défaut de fabrication (le goût en revanche peut être âcre, c'est le goût naturel avant rajout de sucre).

Quelques marques apportent ces garanties et peu importe qu'elles s'approvisionnent auprès de grandes exploitations à Hawaï ou aux Philippines ou chez de petits agriculteurs en Inde (comme ici avec l'une des meilleures concentrations du marché, à 10%, et un prix raisonnable).
http://www.la-vie-naturelle.com/fre/2/papaye-fermentee/site_partenaire:0a61410828

Quelle forme, quelle dose, comment et pour quel usage ?
Rien ne vaut l'extrait sous forme de poudre en sachet de 30 g ou la forme comprimé éventuellement. En revanche je ne vous conseille pas les gélules car pour pouvoir déployer toutes ses propriétés, l'extrait ne doit pas être avalé (ou croqué) immédiatement : il faut mettre en effet ses glandes salivaires à contribution afin que les enzymes salivaires puissent "catalyser" les composants, surtout les acides aminés. C'est aussi pour cette raison qu'il est déconseillé de boire après, pendant au moins 10 mn.

La posologie est la suivante :
Pour un effet anti-âge (prévention du stress oxydant et du vieillissement accéléré de la peau) : 1 sachet par jour, le matin à jeûn (ou 3 cp pour des cp dosés à 100 mg de papaye fermentée pure). Cures de 2 à 3 mois 2 à 3 fois par an (selon l'âge et l'environnement).
Pour la prévention des maux d'hiver (toux, rhume, mal de gorge, grippe) : prendre 1 sachet par jour (pendant 2 à 3 mois).
Pour une affection hivernale en cure d'attaque : 2 à 3 sachets par jour (jusqu'à disparition) puis pendant 2 ou 3 jours.
Pour un stress oxydant installé (forte pollution, stress, tabac, alcool mais aussi sport intensif, régimes alimentaires) : 1 à 3 sachets par jour jusqu'à diminution de la fatigue et sentiment de bien-être.

Dans le cadre de pathologies telles que cataracte, diabète, rhumatismes, maladie cardiovasculaire, tumeur, Alzheimer, Parkinson, en complémentation :
2 sachets par jour, voire (en fonction de la gravité) jusqu'à 3 ou 4.
3 sachets par jour après une chimiothérapie pendant 1 semaine puis 2 sachets durant au moins 3 mois.

Du glutathion en renfort ?
Je vous le conseille vivement : ce que l'on appelle le "glutathion réduit" renforce notre taux de glutathion (élément-clé de nos défenses antioxydantes, j'en ai déjà parlé dans un précédent article),
http://www.alternativesante.fr/glutathion/le-seul-antioxydant-dont-on-ne-nous-parle-jamais/
combat l'oxydation lipidique et régénère la vitamine C oxydée qui retrouve ainsi sa forme active. Pour cela il doit être accompagné de sélénium et de vitamine C : le glutathion "Ultrathione" de la firme US Thyogen/Global Cell Signaling offre la meilleure formulation à ce jour mais il est quasi impossible de s'en procurer en France. A chacun donc de gérer au mieux cet apport glutathion-sélénium-vitamine C.

Le glutathion est même tout indiqué pour les plus malades qui souhaitent améliorer durablement leur état général.

Voici à ce propos "l'ordonnance" qu'avait donné Montagnier au médecin du Pape : 3 sachets de 300 mg d'extraits de papaye fermentée par jour, 3 capsules de 500 mg de glutathion.
C'est exactement ce que je prendrai quand l'Ebola sera là (voir mon PS).

Prenez soin de vous

P.S. : Papaye contre Ebola : le dernier coup d'un Nobel farfelu ?...
Montagnier a ses marottes et on peut toujours en rire. Mais à la différence de la plupart des scientifiques qui le stigmatisent (sur la mémoire de l'eau par exemple ou l'antibiothérapie pour l'autisme) ce Nobel virologue ne reste pas enfermé dans la recherche fondamentale : c'est aussi un clinicien de terrain qui mouille sa chemise dans des essais cliniques en Afrique et ailleurs (en tant que Président de la Fondation Mondiale Recherche et Prévention Sida).
Les antioxydants et immunostimulants qu'il préconise, comme l'extrait de papaye ou le glutathion, il les éprouve au contact des malades, en accompagnement par exemple des thérapies du sida. L'immunodéficience, il connaît…
En tant que virologue de terrain il a toujours dit que la première et la seule façon de se prémunir des épidémies et des virus passe par :

Une excellente hygiène, pour réduire tout risque de contact avec le virus,
une alimentation riche en fruits et légumes, pour éviter toute carence nuisible à nos défenses,
la prise d'antioxydants puissants de type glutathion ou SOD, pour remonter nos défenses antioxydantes endogènes (qui reposent sur ces deux piliers) et réduire le stress oxydatif qui nous affaiblit par ailleurs,
La prise d'immunostimulants pour mettre nos défenses immunitaires en ordre de bataille.
La papaye fermentée vantée par Montagnier n'est pas le seul immunostimulant existant (le trio de champignons japonais maïtaké- shitaké-reishi est très fort), mais celui-ci a la particularité de remonter aussi les défenses antioxydantes, et c'est le seul qui a été autant étudié. Je sais qu'il en prend en cures régulières et plus qu'à l'accoutumée quand il a un début de rhume ou qu'il voyage dans des zones à fort risque épidémique. Et cette efficacité antivirale que chacun peut expérimenter face aux virus du rhume (rhinovirus) s'applique selon lui à tous les virus : VIH, H5N1 (il l'avait déjà dit haut et fort à l'époque de la grippe aviaire) et même aux pires virus que l'on connaisse, j'ai nommé ce terrifiant trio Ebola, Marburg, Lassa. Ces virus très contagieux (au contraire de ce que l'on nous dit actuellement avec Ebola en nous montrant toujours les mêmes images de soignants en scaphandre !), tous mortels à plus de 80%, tous à l'origine de fièvres hémorragiques fatales.

Alors si notre Nobel affirme depuis quelques jours que l'extrait de papaye est avec le glutathion le meilleur moyen de se protéger de l'épidémie d'Ebola, pourquoi continuer à l'ignorer ? Faute de mieux, les autorités de santé feraient bien de tester ce genre de solution en Afrique de l'Ouest, ou en Ouganda où un cas de Marburg vient aussi d'être déclaré !!!

Dominique Vialard



- Vous n'avez pas reçu les 113 premières newsletters d'Alternative Santé. Découvrez-les en allant sur le site
http://www.alternativesante.fr/fre/21/newsletters/newsletters/liste/tio:e4cb994608bce3d7fea92146103a4db1/

- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien
http://www.alternativesante.fr/recevez-gratuitement-notre-newsletter/#.U30a0ChAf_I



De nombreux lecteurs nous interrogent sur telle ou telle pathologie et son traitement naturel. Il se peut que nous traitions, un jour ou l'autre, leur problème de santé, mais cela reste hypothétique. Pour avoir rapidement des réponses à vos questions de santé, nous vous invitons à consulter l'index des articles parus dans Principes de Santé, le journal de la médecine naturelle en suivant ce lien.
http://soignez-vous.com/index-des-articles.html

Si vous recherchez un thérapeute pratiquant une des disciplines des médecines alternatives, vous en trouverez une liste près de chez vous en vous rendant sur le site annuaire-therapeutes.com
http://www.annuaire-therapeutes.com/
Si vous ne souhaitez pas que votre adresse mail soit communiquée, précisez-le nous dans vos mails.



Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Dossiers Alternative santé 2014   Dim 7 Juin 2015 - 17:17



source http://www.alternativesante.fr/
"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris

Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.





AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER n°115 du 23 octobre 2014
- La confiscation de la santé, étape par étape par Michel Dogna
- L'eau de Sainte Rita, au secours des désespérés par Caroline Morel‏




Bonjour,
L'histoire que je vais vous raconter n'a rien d'exceptionnel, elle se reproduit régulièrement, méthodiquement depuis plusieurs années. Cette histoire n'est en effet que l'épisode d'un plan d'épuration scrupuleusement suivi par l'Ordre des médecins. Un plan visant a éliminer systématiquement tous les médecins déviants (entendez qui pratiquent aussi les méthodes alternatives).

Cette fois c'est le Docteur Pascale Delechenault qui était dans la charette. Ancien interne des hôpitaux de Rouen, ancien chef de cinique, Pascale Delechenault est proctologue. Un confrère lui envoie une patiente avec comme instruction de traiter ses hémorroides. Elle lui fait donc de classiques séances d’électrocoagulation par infra-rouges espacées d’1 mois. Mais constatant que la patiente (alcoolique et anorexique) souffre également d'une mycose oesophagienne importante et d'une œsophagite ulcérée (due à ses vomissements), elle propose une aromathérapie anti-infectieuse et un régime alimentaire adapté.

La patiente décède quelques semaines plus tard d'un cancer du corps du pancréas, qui se cachait derrière les autres pathologies digestives. Mise en cause par le fils de la patiente devant le Conseil de l'Ordre, le Dr Pascale Delechenault pense être défendue par ses pairs. Mais c'est une dissidente, une traitre... Sur son site web elle parle du traitement des hémorroïdes par infra rouges, de la prise en charge allopathique bien sûr, mais aussi phyto, aroma, homéo et psychocomportementale des troubles digestifs. Elle évoque aussi les fleurs de Bach, la mémoire de l’eau, et la biorésonnance ! Et ça, il ne faut pas.

Résultat, le Dr Delechenault échappe de peu à la radiation définitive. Elle est finalement radiée pour un an. Dégoutée, elle est partie s'installer à Girone, en Espagne, où on l'accueille bien volontiers. Elle va s'adresser à la Cour Européenne de Justice espérant un jugement favorable "pour aider les confrères qui se font massacrer régulièrement par l’Ordre et pour les patients qui veulent pouvoir se faire soigner par de "vrais" médecins à ouverture large d’esprit et de pratique". Mais si je comprends bien le message qu'elle m'a adressé, peu importe la décision finale. Elle ne reviendra pas. Vous pouvez lui envoyer un message de soutien en passant pas moi, je lui transmettrai.

L'histoire de Pascale Delechenault est un avertissement supplémentaire aux praticiens qui croient qu'ils sont encore libres de leurs prescriptions et de leurs choix thérapeutiques. Cornaqués par la Sécu, surveillés par leurs instances ordinales, un jour il ne restera plus parmi eux que des fonctionnaires soumis.

Je n'ai qu'un message pour ceux qui revendiquent une certaine liberté. Dévissez votre plaque ! Tirez-vous de là !

L'épuration systématique ne vise pas seulement les praticiens, elle vise aussi les remèdes. C'est ce que Michel Dogna nous rappelle dans son coup de gueule de la semaine. Michel, qui voit le mal partout, pense même que les établissements bancaires sont complices de ce nettoyage au Kärcher. Je crois qu'il se trompe, mais ce ne serait pas si étonnant. Lisez plus bas le premier article de notre newsletter. Le second article, écrit par Caroline Morel, évoque un remède qui a 600 ans d'âge : l'eau de Sainte Rita, destinée aux causes désespérées. Lisez-le avant que ça ne soit interdit.

Prenez soin de vous

PS : J'apprends que Masaru Emoto est décédé lundi soir des suites d'une infection pulmonaire.
https://www.youtube.com/watch?v=rZOtK2elLSA&feature=youtu.be
Son dernier mot a été "Arigato"... Il avait l'habitude de dire : "La vie est AMOUR qui est un cadeau de Dieu et de nos parents, et la mort est GRATITUDE pour aller dans l'autre dimension".

PPS : le n°17 d'Alternative Santé a encore été mis à jour. Vous y trouverez un article sur les traitements naturels du zona
http://www.alternativesante.fr/virus/le-zona-douloureux-mais-pas-contagieux
et un autre sur l'obésité chez les animaux.
http://www.alternativesante.fr/surpoids/l-obesite-chez-l-animal

PPPS : le Journal de la santé, animé par Nathalie Lefèvre et moi-même, démarre aujourd'hui à 12h50 sur Radio Médecine Douce. Il sera rediffusé ce soir à 19h50 et demain matin à 7h50. Connectez-vous !

Alexandre Imbert



LA CONFISCATION DE LA SANTÉ, ÉTAPE PAR ÉTAPE
Cela a commencé avec la suppression du diplôme d’herboriste pendant la dernière guerre sous le régime de Pétain – aucun gouvernement de gauche ou de droite ne l’a depuis réhabilité.

Puis il y a eu l'interdiction de vente publique des plantes médicinales : sur 200 000 plantes répertoriées, il n’en reste plus que ….je crois 35 en phytothérapie !

Puis cela a été le tour de l’homéopathie qui fonctionnait merveilleusement depuis plus d’un siècle (Hahnemann et Korsakov). Les homéopathes compétents ont peu à peu été remplacés par des bricopathes opportunistes formés en trois week-ends, et fonctionnant comme en allopathie (un trouble = un médicament).

On a institué pour la partie "organo" des règles stupides de fabrication pour des raisons irréalistes de sécurité sanitaire (chauffage à 90°, puis à 131° alors qu’on sait depuis toujours que le signal homéopathique est détruit à 70°)

Pendant ce temps, on a culturellement occulté les formes homéopathiques les plus efficaces (triturations – gouttes – hautes dilutions). Et comme cela ne suffisait pas, de 4 500 souches de base, on est passé à 1 500, ce qui a fait mollement râler praticiens et consommateurs. Puis l’on a continué par petits coup de sapes itératifs en vue d’atteindre doucement la prochaine étape restrictive : les 50 polychrestes (remèdeS pouvant avoir plusieurs indications). À force, je ne sais même plus où l’on en est actuellement.
En clair, le formatage officiel en cours c’est : « L’homéo et les tisanes c’est pour la bobothérapie »

Mais il restait encore un dernier bastion : les teintures mères (à partir desquelles chacun pourrait en outre fabriquer de l’homéopathie artisanale….). Les teintures mères sont devenues illégales, et le pharmacien, vous laisse simplement tomber sans état d’âme : « Çà ne se fait plus » point barre. Il s’en fout, ses meilleurs revenus, ce sont les génériques, bien qu’il s’en défende.

Il restait encore une échappatoire : Internet. À condition bien sûr d’avoir du discernement pour tomber sur les bonnes adresses. C’est ainsi que l’on peut encore allègrement s’approvisionner en Belgique, en Allemagne, en Angleterre, au Canada, etc., avec la plupart des produits disparus dans notre beau pays de France…..et tant pis pour ceux qui n’ont pas d’ordi !

Et là, contre toute attente (comme dans les bons thrillers), voilà que la partie se corse un peu plus. Pour vendre sur Internet, des milliers de sites dans le monde emploient le système Paypal. Mais en septembre dernier, on m'apprend que la société Future Health s’est vue interdire sur le champ par Paypal la vente d'un de ses produits phares, le MMS. Un mois après c’est au tour du DMSO. C’est simple, si vous achetez, Paypal n’enregistre pas votre paiement. Je ne vois pas pourquoi cela ne toucherait que la société Future Health et j'imagine que cela va continuer sur tous les bons remèdes qui dérangent l’industrie pharmaceutique.

Alors c’est foutu ? Non mes amis, pas encore ! Car il se pointe une aubaine inattendue.

Vous savez que la nouvelle guerre froide USA - Russie bat son plein, et qu’à titre de « punition », la France et l’Europe appliquent un embargo envers la Russie. Qu’à cela ne tienne, la Russie a créé un axe commercial intense avec la Chine compensant aisément les importations du bloc atlantiste. Big brother joue alors sa dernière chance : bloquer sur la Russie toutes les cartes de paiement classiques (Master card,Visa, etc.) afin de figer toutes les transactions commerciales russes.

Mais Poutine a affilié la Russie à nouvelle carte chinoise complètement indépendante du carcan américain : elle s’appelle China Union Pay. Cette carte est déjà fonctionnelle pour les paiements et retraits dans 140 pays dont la France (Crédit Agricolen Banque Populaire, Crédit Lyonnais, Caisse d’épargne). Mille commerçants français affiliés l’acceptent des touristes étrangers. Hélas, pour l’instant, je n’ai pas connaissance de banques françaises qui proposent cette carte de paiement alors qu’elle est actuellement délivrée par une trentaine de pays à l’étranger.

Il convient donc pour chacun d’effectuer des recherches pour savoir comment l’obtenir. Car instruit par l'histoire de la médecine alternative de ces cinquante dernières années, je suppose que l'accès aux meilleurs traitements des maladies lourdes et l’opportunité d’échapper aux protocoles de poisons chimiques, vont devoir passer obligatoirement par ce nouveau mode de paiement.

Michel Dogna



L'EAU DE SAINTE RITA POUR REMETTRE L'ORGANISME EN ÉTAT DE MARCHE
Il y a à Lyon un magasin qui n’est vraiment pas comme les autres, un paradoxe, un pied de nez à l’industrie pharmaceutique et aux laboratoires de tous genres. Il s’agit d’une herboristerie qui a pignon sur rue, mais qui pourtant est à la limite de la légalité. Son patron, Patrice de Bonneval, Docteur en Pharmacie, y vend depuis quarante ans des herbes, des huiles essentielles, des tisanes et des mélanges thérapeutiques. Parmi ses remèdes, un élixir dont la recette remonte au XVème siècle et que les apothicaires se sont passés de génération en génération, gardant la liste des ingrédients secrète : l'eau de Sainte Rita.

Vendetta et Sainte Rita, une association qui fit des miracles
Sainte Rita est née en Italie en 1381 dans une famille que l’on considérait dans la région comme des « conciliateurs ». Ils réconciliaient les familles fâchées et calmaient les querelles de villages, dans un pays où la vendetta était traditionnelle. Rita apprit beaucoup de ses parents et, elle-même, parvint à calmer les désirs de vengeance autour d’elle, intercédant auprès de familles ennemies, pour éviter de nouveaux morts et de nouveaux deuils. Après une vie d’abnégation et de patience, elle put enfin accéder à la vie monastique dont elle avait toujours rêvé. Elle souffrit d’une blessure au front qui ne cicatrisa pas pendant des années, elle soigna des invalides, on dit même qu’elle fît des miracles, elle aida les indigents tout au long de sa vie et mourut après de longues et pénibles souffrances.

Les apothicaires ont mis au point l’élixir pour les désespérés
Sainte Rita fut appelée la sainte des impossibles et elle est aujourd’hui la patronne des désespérés. Sa renommée de sainteté dans la région fit grand bruit et à la même époque, les apothicaires de sa région mirent au point un élixir, sûrement pour offrir aux désespérés qui venaient voir Rita, un dernier espoir de guérison. On ignore si l’Eau de Sainte Rita porta son nom dès l’origine, mais ce que l’on sait c’est que les apothicaires qui mirent au point sa recette, la gardèrent jalousement, ne la dévoilant qu’à des gens du sérail. C’est cette recette que Patrice de Bonneval a décidé de révéler et de proposer sous le nom d’Eau de Sainte Rita.

17 plantes qui règlent le taux d’hormones dans l’organisme
Les connaissances actuelles permettent maintenant de comprendre que l’action des 17 plantes n’est pas miraculeuse, mais les principes actifs rassemblés dans la préparation agissent sur la régulation du fonctionnement des glandes endocrines qui agissent à distance sur les organes, par la sécrétion de substances (hormones, protéines…) qui influent sur le bon fonctionnement organique. Les plantes peuvent stimuler ou réguler le fonctionnement des glandes endocrines.

-La myrrhe et l’encens agissent sur l’hypophyse dont le dérèglement peut entraîner des troubles mentaux, des tensions d’ordre obsessionnelles et perturber la récupération en empêchant la relaxation profonde.
-L’acore, la cannelle et la menthe agissent sur la thyroïde qui est liée aux troubles allergiques, à la fatigue intense, au stress et à une mauvaise gestion de l’émotivité.
-L’angélique, le gingembre, la vanille, la cannelle et le safran régulent les sécrétions des glandes sexuelles. Les hormones qui leurs sont liées peuvent influer sur la capacité à se concentrer, sur les troubles menstruels et les perturbations liées à l’adolescence : prise de poids, maladie de peau…
-Le genièvre, l’acore et le citron stimulent les glandes surrénales et favorisent ainsi la résistance à l’effort, l’élimination des déchets liquides et aide à la protection naturelle du corps contre l’oxydation des cellules.

Tous les émonctoires au garde à vous
Parallèlement au rééquilibrage endocrinien, l’élixir de Sainte Rita permet de faire fonctionner tous les systèmes d’excrétion : poumon, peau, intestin, foie et rein pour permettre une détoxication complète et durable. Le fonctionnement optimum des organes émonctoires permet une meilleure assimilation des nutriments. L’Eau de Sainte Rita agit directement sur les énergies qui animent le corps humain en les équilibrant et en les stimulant d’une manière à la fois douce et efficace.

L’élixir qui rétablit l'équilibre
La recette de l’Eau de Sainte Rita s’est transmise de maître à élève pendant cinq siècles, avec la recommandation de ne la prescrire que lorsqu’aucune des « ficelles » du métier n’avait pu venir à bout de la maladie. C'est la raison pour laquelle elle n'a été, pendant longtemps, connue que des spécialistes. Mais les temps changent et Patrice de Bonneval a jugé que l'heure n'était plus au secret pour des remèdes aussi essentiels que celui-ci. Grâce à lui, on peut maintenant s'en procurer sans qu'il soit nécessaire de se dissimuler (vous en trouverez sur Internet ici).
http://www.la-vie-naturelle.com/fre/2/eau-de-sainte-rita/site_partenaire:0a61410828

Attention, bien que l'eau de Sainte Rita ait la réputation de venir à bout de nombreux maux qui n’ont pu être guéris par la médecine traditionnelle, il ne faut pas y voir un traitement miracle. Il s'agit tout bonnement d'un remède qui rétablit les fonctions basiques de l'organisme : équilibre hormonal, capacité de nettoyage.

On l'emploiera particulièrement en cas de :
Fatigue physique et intellectuelle.
Préparation à une opération chirurgicale
Convalescence (notamment après une chimiothérapie)
Périodes difficiles (stress, émotions fortes, traumatismes, examens et concours).
Grands cycles de la vie (passage de l'enfance à adolescence, cycles féminins, mais aussi masculins).
L’eau de Sainte Rita va tonifier et rééquilibrer l’organisme. On peut l’employer en prévision de périodes agressives pour le physique, le mental et l’émotivité. Elle se prend également au moment des changements de saisons. En résumé dès que l'organisme est déstabilisé, l'eau de Sainte Rita permet de retrouver l'équilibre.

Portez-vous mieux !

Caroline Morel



- Vous n'avez pas reçu les 114 premières newsletters d'Alternative Santé. Découvrez-les en allant sur le site
http://www.alternativesante.fr/fre/21/newsletters/newsletters/liste/tio:e4cb994608bce3d7fea92146103a4db1/

- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien
http://www.alternativesante.fr/recevez-gratuitement-notre-newsletter/#.U30a0ChAf_I



De nombreux lecteurs nous interrogent sur telle ou telle pathologie et son traitement naturel. Il se peut que nous traitions, un jour ou l'autre, leur problème de santé, mais cela reste hypothétique. Pour avoir rapidement des réponses à vos questions de santé, nous vous invitons à consulter l'index des articles parus dans Principes de Santé, le journal de la médecine naturelle en suivant ce lien.
http://soignez-vous.com/index-des-articles.html

Si vous recherchez un thérapeute pratiquant une des disciplines des médecines alternatives, vous en trouverez une liste près de chez vous en vous rendant sur le site annuaire-therapeutes.com
http://www.annuaire-therapeutes.com/
Si vous ne souhaitez pas que votre adresse mail soit communiquée, précisez-le nous dans vos mails.





Dernière édition par Libellule le Dim 7 Juin 2015 - 17:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Dossiers Alternative santé 2014   Dim 7 Juin 2015 - 17:18



source http://www.alternativesante.fr/
"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris

Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.





AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER n°116 du 30 octobre 2014
Le simple fait de lire ce mail peut vous soigner‏




Bonjour,
Connaissez-vous le Limousin ? C'est une région où, traditionnellement, on pratique la polyculture et l'élevage. Jusqu'à une période assez récente, les exploitations étaient petites et plutôt familiales mais, rentabilité oblige, celles-ci se sont peu à peu transformées pour se tourner vers la culture céréalière et la culture intensive des pommes. Deux activités où l'on emploie de grosses quantités de pesticides.

Pierre-Michel Périnaud, médecin généraliste à Limoges, et son confrère, le docteur Joseph Mazé (généraliste à Bujaleuf), exercent dans cette région depuis longtemps et, en quelques années seulement, ils ont remarqué chez leurs patients une multiplication des cas de cancers du sein, de la prostate, de Parkinson, d'Alzheimer, de troubles de la puberté précoce, de leucémies... Aussi bien en ville qu'à la campagne. Pour eux, cela ne fait pas de doute, l'utilisation intensive de produits phytosanitaires est la cause de cette augmentation. Alors ils se sont tournés vers les autres médecins de la région et ont recueilli des témoignages identiques. Et, tous ensemble, ils ont décidé de lancer un appel aux autorités locales afin qu'elles prennent des mesures de prévention. Ils étaient, au début, 85 médecins de la région à signer cet appel.

Mais de proche en proche, leur démarche a fait des émules et ils sont aujourd'hui 1 400 médecins, dans toute la France, à avoir signé un appel national afin que les collectivités, l'État et l'Europe prennent la mesure des risques sanitaires liés aux pesticides.

Chaque nouvelle étude qui sort sur le sujet leur donne raison. La dernière en date est l'enquête Agrican sur la santé en milieu agricole, présentée il y a quelques jours lors d'un colloque organisé par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). D'ordinaire très prudente, cette enquête, menée chaque année, concluait jusqu'ici qu'il n'y avait pas de risque particulier à exercer le métier d'agriculteur. Mais cette année, le ton est différent car elle révèle, par exemple, que les agriculteurs spécialisés dans la culture des pois fourragers, dans la taille des arbres fruitiers ou la culture des légumes ont deux fois plus de risques d'attraper un cancer du poumon. Les agriculteurs spécialisés dans le tournesol, le tabac, les fruits et les pommes de terre sont 20 fois plus exposés au cancer de la prostate.

Malgré ces signes alarmants et malgré l'avis des médecins de campagne, nos agriculteurs restent férocement attachés à l'emploi des pesticides. En France, ils utilisent le tiers des quantités de pesticides consommées en Europe. On les voit d'ailleurs manifester bruyamment leur mécontentement lorsque les "gens des villes" demandent qu'on cesse les épandages près des habitations ou lorsqu'un agriculteur bio refuse de traiter ses vignes. Ils meurent de cet aveuglement, mais, apparemment, ils s'en moquent... seul compte le remboursement de leurs emprunts. Chacun son choix me direz-vous, sauf que ce choix individuel implique beaucoup de monde autour d'eux : quand on a recherché la présence de trois classes de pesticides dans un échantillon représentatif de la population française, on en a retrouvé chez 90 % des gens. Et je ne parle pas des conséquences sur les insectes ou les oiseaux.

Parfaitement informée du problème, mais noyautée par les industriels de la filière agrochimique, l'Europe a récemment pondu une règlementation obligeant les industriels à présenter des études de toxicité avant de mettre en vente leurs poisons. Bien entendu, il n'y a dans les études présentées aucune étude indépendante et, de toute façon, on n'y mesure que les effets toxiques aigus, jamais les effets chroniques liés à une exposition prolongée à de faibles doses de produits toxiques. En résumé, c'est seulement du flan pour contenter la populace.

Vous me connaissez, j'ai souvent la dent dure contre les médecins et je me bats contre leur allégeance criminelle aux laboratoires pharmaceutiques, mais je veux bien reconnaître que certains d'entre eux font bien leur boulot. Je tire donc ici mon chapeau à ces 1 400 praticiens qui osent signer de leur nom cet appel contre les pesticides. Je dis bien "osent" car je vous rappelle que l'Académie de médecine dans un rapport publié en 2007, a estimé qu'aucun pesticide n'avait de caractère cancérigène reconnu et que depuis, elle ne semble pas avoir changé d'avis.

Oui, je dois l'admettre, certains médecins assument plus que d'autres leur responsabilité en matière de santé publique (voilà qui contentera ceux d'entre vous qui me reprochent d'être sans pitié pour leur corporation). C'est le cas notamment du Dr Patrick Lemoine, docteur en neurosciences, ancien membre de la commission de transparence de la Haute Autorité de Santé (HAS).

Sa conviction ? Que "notre cerveau est un fantastique laboratoire pharmaceutique capable de lancer la fabrication de tous les médicaments dont a besoin le corps". Comment utiliser cette faculté ? Dominique Vialard est revenu de cette rencontre avec un protocole à mettre en place pour se sevrer des somnifères ou des antidépresseurs.

Faites circuler autour de vous et prenez soin de vous.

PS : Je viens de faire la dernière mise à jour du n°17 d'Alternative Santé (le n°18 paraîtra jeudi prochain). Quatre nouveaux sujets attendent nos abonnés. Un article sur les traitements naturels des nodules thyroïdiens.
http://www.alternativesante.fr/thyroide/la-medecine-chinoise-contre-les-nodules-thyroidiens
Une vidéo sur maître Kunlin Zhang, docteur en médecine traditionnelle chinoise, reconnu pour ses travaux en Qi Gong médical, responsable du Comité permanent et Conseiller de la Commission Scientifique de l’Institut du Yunnan. Notre journaliste, Claude Corse, lui a demandé de nous parler de son art. Et puis aussi deux articles sur des remèdes classiques : le magnésium
http://www.alternativesante.fr/magnesium/le-magnesium-indispensable-a-la-vie
et le baume du tigre.
http://www.alternativesante.fr/douleur/le-baume-du-tigre-trop-efficace-pour-qu-on-le-laisse-libre

PPS : Le Journal de la Santé sur Radio Médecine Douce a commencé la semaine dernière. Avec Nathalie on se marre bien à le faire ensemble, tous les jours en direct à 12h50 (rediffusé à 19h50 et 7h50 le lendemain). Cliquez sur le lien ci-dessus ou téléchargez l'application (Apple ou Androïd) pour vous connecter à la radio. Le journal dure 10 minutes, montre en main.

Alexandre Imbert



LA MÉTHODE "PLACEBO" POUR SE SEVRER DES SOMNIFÈRES, DES ANTIDÉPRESSEURS...ET DE TOUS LES AUTRES MÉDICAMENTS
Les partisans de la médecine allopathique snobent l'effet placebo dont ils croient tout savoir. A la Faculté, les futurs médecins apprennent qu'il intervient pour 30% dans les guérisons. Et de nous ressasser ce chiffre, qui remonte à 1959 et aux observations d'un médecin allemand (Haas).
En vérité, à la lumière des dernières études, l'efficacité de l'effet placebo n'est pas de 30% mais s'élève jusqu'à 90% selon les cas et les pathologies. Voilà de quoi ébranler le dogme mécaniste et chimique de la médecine moderne… Et pousser les médecins à revoir leur façon de travailler.

Certains, justement, voient dans l'usage du placebo l'une des plus nobles façons de soigner qui soient. C'est le cas du Dr Patrick Lemoine, l'un des meilleurs spécialistes du placebo (et de son revers le nocebo). Psychiatre, docteur en neurosciences, ancien membre de la commission de transparence de la Haute Autorité de Santé (HAS), ce médecin qui n'a rien d'un fantaisiste estime que le placebo est une voie d'avenir pour la médecine, une alternative au "tout chimique". A condition de l'employer de façon éthique et pas dans le mensonge.

Une gélule de sucre peut ainsi vous aider à vous défaire très facilement d'une addiction toxique aux anxiolytiques ou aux somnifères. La méthode que m'a expliquée ce médecin hors norme est aussi simple à mettre en pratique qu'efficace…

Le placebo : un puissant remède négligé
Pour le Dr Lemoine, qui a écrit l'un des rares livres sur le sujet, "Le mystère du placebo", la médecine s'égare en dédaignant l'effet placebo. Elle oublie que si l'homme n'était pas capable de se débrouiller sans l'armada chimique il y a bien longtemps qu'il aurait disparu. Et nombre de médecins ignorent surtout que ce phénomène placebo, cette part d'irrationnel qui leur échappe (beaucoup vous font comprendre que l'effet placebo n'est qu'imaginaire), est précisément ce qui fait la grandeur de leur art. S'ils creusaient un peu, ils découvriraient que la science l'explique de façon rationnelle : l'être humain dispose de grandes capacités d'autoguérison qu'il peut commander par l'esprit. Pas besoin de l'intoxiquer systématiquement, il suffit d'activer ces ressources naturelles par l'empathie, la capacité d'écoute et le pouvoir de suggestion...

La croyance, plus forte que le principe actif
Ecoutons le Dr Lemoine : "On a tort de parler de l'effet placebo de manière péjorative, ce devrait être tout le contraire. Quand quelqu'un est capable de mettre en route un effet placebo cela veut dire que son organisme fonctionne bien, qu'il est capable de s'auto-soigner avec des substances qui seront objectivables un jour et même si l'on ne parvient pas à les objectiver toutes, c'est très noble. Un médecin qui induit un bon effet placebo est un médecin excellent. L'effet placebo est la marque de la bonne médecine, la preuve que la relation entre le médecin et le patient est bonne, qu'il y a une confiance réciproque et une conviction partagée."

Patrick Lemoine raconte volontiers cette histoire du Dr Stewart Wolf : confronté à un patient asthmatique très malade, ce médecin américain réputé a l'idée de faire appel à un médicament non commercialisé mais qui avait fait l'objet de publications le présentant comme révolutionnaire. Il contacte donc le labo, qui lui envoie un échantillon de comprimés. Le malade, qui enchaînait les crises depuis 17 ans, voit tous ses symptômes disparaître. Surpris, le Dr Wolf veut vérifier cette efficacité et demande au labo un placebo, de même couleur et de même présentation. Le placebo ne fonctionne pas : le patient rechute… Après 5 allers-retours entre placebo et vrai médicament, les résultats plaident tous en faveur du vrai comprimé. Le médecin fait part de ces résultats au labo, où on lui répond… qu'il ne s'agissait que de placebo depuis le début. L'histoire remonte aux années 60 mais dit bien à quel point la conviction du médecin, sa propre croyance, pèse dans la guérison !

Plus efficace que tous les médicaments ?
Cet effet est surtout efficace contre la douleur sous toutes ses formes, la toux, la dépression, la maladie de Parkinson, l'hypertension, l'hypercholestérolémie, bref, toutes les maladies fonctionnelles. Mais on ne peut l'écarter pour autant dans les infections ou les cancers. Une récente étude estime le taux d'efficacité du placebo à 70% dans le traitement de maladies telles que l'ulcère de l'estomac, l'angine de poitrine ou l'herpès.

En 1978 déjà le chercheur John Levine, de l'université de Californie (San Francisco) avait mis en évidence, dans une étude sur la douleur (extraction dentaire) avec utilisation de morphine contre placebo, l'efficacité de ce dernier à travers la sécrétion d'endorphines qui calmaient la douleur aussi bien que la morphine.
Ce n'était qu'un début. Trois études, menées au début des années 2000, apportent un nouvel éclairage :

- Le Dr Jon Stoessl, de l'université de Colombie britannique, a été le premier à montrer l'action d'un placebo sur le cerveau grâce à l'imagerie médicale (tomographie par émission de positons, TEP). Cette étude publiée en 2001 et réalisée sur des malades de Parkinson a prouvé, images cérébrales à l'appui, que de l'eau salée peut au même titre que la dopamine pharmaceutique entraîner la sécrétion de dopamine endogène !

- L'année suivante, en 2002, Martin Ingvar, de l'Institut Karolinska (Stockholm) s'est mis en tête de brûler légèrement une zone de peau de volontaires puis a observé, par tomographie aussi, ce qui se passait dans le cerveau de ceux qui avaient reçu un antalgique et dans le cerveau de ceux qui n'avaient reçu qu'un placebo : les zones cérébrales impliquées dans le soulagement de la douleur par les endorphines et les opioïdes se sont "allumées" de la même façon dans les deux cas !

- Enfin, la même année, Helen Mayberg, psychiatre et neurologue à l'université de Toronto, a testé l'effet placebo dans la dépression à travers une étude Prozac contre placebo menée en double aveugle. Là aussi, comme le produit actif et à peu de différences près, le placebo a provoqué une activation de l'activité dans le cortex et une diminution de l'activité dans les régions liées aux émotions…

On peut toujours pérorer autour du mystère de l'effet placebo. Mais retenons l'essentiel : la "preuve physiologique" de son efficacité a été faite et on découvre qu'il peut intervenir à différents degrés dans toutes les maladies. Si bien que toutes ces études menées depuis dix ans laissent penser que l'effet placebo n'est pas un phénomène marginal mais la base de toute bonne médecine. C'est en tout cas plus scientifique que de répéter bêtement que le placebo ne compte que pour 30% des guérisons.

Pas de bonne médecine sans action placebo
Au contraire, les médecins seraient inspirés de revoir leurs connaissances et… leur triste façon de travailler. "Placebo" signifie "je plairai" en latin, sous entendu "je ferai plaisir à mon médecin". On sait que la qualité du soin dépend d'abord de la qualité de la relation patient-médecin. Le pouvoir de guérison du médecin tient plus à son attitude aimable (aimante), à sa force de suggestion et de conviction qu'à l'arsenal pharmaceutique qu'il utilise. Un simple "ce n'est rien ça va aller vous allez voir" peut suffire à mettre le patient sur la voie de la guérison quand un "vous n'êtes pas sorti d'affaires" conduit (par effet nocebo) à d'inévitables complications.

Tout le talent des chamans, sorciers et guérisseurs repose pour une grande part sur la qualité et la force de la relation qu'ils établissent avec leur patient. C'est par la croyance qu'ils soignent, et par leur capacité à transmettre, par le rite, par l'émotion, un message de guérison aux parties les plus "archaïques" du cerveau (reptilien et limbique) de la personne soignée.
Le placebo est un excellent moyen de parvenir au même résultat et Hippocrate lui-même devait s'en servir, lui qui affirmait que le premier rôle du médecin était d'actionner les capacités d'autoguérison du malade.

Notre corps sait sécréter tous les médicaments du monde
D'où vient l'efficacité d'un placebo ? Le Dr Lemoine a son explication et elle mérite que l'on s'y arrête :
"L'organisme peut sécréter tous les médicaments de la création et bien plus. On connaît depuis longtemps les endorphines encéphaliques que le corps sécrète devant la douleur et on sait maintenant que ces mécanismes sont très subtils : si quelqu'un a été conditionné à traiter ses douleurs avec de la morphine, par exemple, il va fabriquer des endorphines sous placebo mais s'il a été conditionné à répondre à des médicaments du type aspirine ou doliprane, les endorphines n'agissent pas et ce sont d'autres types d'antalgiques, des endo-antalgiques qui sont activés. Tout dépend du conditionnement. Cette capacité extraordinaire de l'organisme a également été montrée dans le Parkinson et dans la dépression."

"A partir de ces trois exemples, très documentés, je suis convaincu que notre cerveau est un fantastique laboratoire pharmaceutique capable de lancer la fabrication de tous les médicaments dont a besoin le corps : antidouleur, antifièvre, antibiotiques, cicatrisants, anti-inflammatoire, antistress, somnifères, antidépresseurs, tranquillisants, anticholestérol, antifatigue, antihypertension, anticancéreux… La liste est sans doute infinie. J'extrapole, mais trop peu de gens s'intéressent à la pharmacologie du placebo qui pourtant est un domaine majeur de la médecine. On dit toujours que l'effet placebo compte pour un tiers, au moins, du toutim thérapeutique mais si on se donnait la peine on trouverait des endo-hypnotiques, des endo-antihistaminiques, des endos ceci cela.
On connaît un peu les endo-antimitotiques. Mais nous avons beaucoup à découvrir encore."

"Le placebo n'est rien d'autre que l'activation de la pharmacie intime."
Pour le Dr Lemoine, les "miracles" ne s'expliquent pas autrement, la force de la foi pouvant déclencher un puissant effet placebo, y compris une action antimitotique dans les cas de cancers. Notre corps a la capacité de produire des endo-antimitotiques (l'interféron, avec le soutien des lymphocytes T et d'autres substances) et cette défense ("efficace puisque tous les jours se développe en nous un début de cancer") explique probablement les rémissions spectaculaires.

Sans aller jusque-là, sa méthode pour le sevrage médicamenteux est une excellente façon, aussi rapide qu'élégante, d'expérimenter le pouvoir du placebo.

Utiliser un placebo pour se sevrer d'un somnifère :
le mode d'emploi:
Cette méthode ne s'applique pas uniquement aux somnifères, elle s'applique aussi aux antidépresseurs. C'est dans ces deux domaines qu'elle est le plus efficace. Mais si vous vous sentez dépendant d'un médicament quel qu'il soit, vous pouvez l'appliquer à l'identique.

Vous êtes sous tranquillisants mais toujours anxieux ? Sous hypnotique mais insomniaque ? Ou las et déprimé malgré cet antidépresseur que vous prenez depuis un an ? Vous êtes à bout, vous voulez essayer autre chose mais vous ne savez pas comment lâcher ces drogues et on ne veut pas vous aider pour un sevrage ? Dites à votre médecin que penser que l'on ne soigne qu'avec des médicaments n'est qu'une croyance parmi d'autres et que son blocage est "psychologique", et allez en voir un autre, plus subtil.

Une fois bien épaulé et une fois que le processus de sevrage est engagé (vous n'avez plus qu' ¼ de comprimé et le plus dur reste à faire…), vous allez fabriquer vous-même le placebo que vous allez utiliser. C'est le meilleur moyen de supprimer le facteur psychologique ("j'ai peur de ressentir un manque", "je vais me taper une nuit blanche").

Prenons l'exemple d'un somnifère :
- Achetez chez le pharmacien 30 gélules vides (préparation magistrale).
- Une fois à la maison, ouvrez les et remplissez les de sucre en poudre (ou de ce que vous voulez) en glissant à l'intérieur de 25 d'entre elles le ¼ de comprimé avant de les refermer.
- Mélangez les 25 gélules actives et les 5 gélules de placebo pur.
- Il suffit ensuite d'avaler chaque soir une gélule pendant un mois.

Le 2ème mois, préparez le mélange de la même manière mais avec 20 gélules actives et 10 de placebo,

le 3ème mois, avec 15 gélules actives et 15 de placebo,

et ainsi de suite jusqu'au jour où vous n'aurez plus qu'à avaler des gélules de placebo.

Le truc fonctionne presque toujours. Certains (celles et ceux qui ont pris un somnifère pendant des années) peuvent être confrontés à un blocage à la fin. C'est que l'idée de ne prendre qu'un placebo terrorise. Dans ce cas, laissez ¼ de comprimé parmi 30 gélules placebo. Chaque soir vous vous direz que vous aurez peut-être la chance de tomber sur ce comprimé actif… et vous dormirez comme un bébé.

Version amusante pour couple complice
Il existe une deuxième méthode, plus amusante et plus intéressante. Pour cela il faut former un couple qui tienne la route, en tout cas avoir un complice qui soit respectueux et pas moqueur, ce qui ficherait tout par terre.

Là aussi l'intéressé(e) confectionne ses 25 gélules actives et ses 5 gélules placebo mais SANS LES MÉLANGER. Il fait donc deux tas de gélules, les met dans deux flacons à part que son complice va cacher dans une armoire. Puis il confectionne 30 petits papiers : sur 25 il marque S comme Stilnox (par exemple), sur 10 il marque P comme Placebo. Il mélange ensuite ces petits papiers et les met dans un chapeau.

Chaque soir le conjoint ou complice va alors tirer au sort P ou S, prélever la gélule qui correspond, la placer sans un mot sur la table de nuit sans oublier de noter ce qu'il a donné.

Le lendemain matin, l'intéressé fait son pari : s'il a bien dormi, il va parier en général qu'il a eu l'hypnotique, s'il a mal dormi le placebo. Il le note et au bout d'un mois les deux vont ensemble chez le médecin pour comparer les deux listes. Evidemment ça ne correspond jamais.

Pourquoi le placebo est-il aussi efficace que le somnifère ?
Le Dr Lemoine le confirme : avec cette méthode, les gens passent systématiquement d'excellentes nuits sous placebo et de très mauvaises nuits sous produit actif. Et c'est bien en prenant conscience de ce désaccord entre réalité et effet supposé que l'on se rend compte que le réflexe médicament ressemble à celui de la cigarette : on y recourt souvent plus pour le geste (qui rassure) que pour le principe actif.
Cette méthode permet de dissocier l'insomnie du médicament et de la rattacher à des événements de vie (contravention, tracas avec son employeur, problème avec les enfants..). C'est donc non seulement amusant mais rapide, efficace et très éducatif.

Le placebo active la production d'endo-hypnotiques ou d'endozépines (des benzodiazépines naturelles que les chercheurs ont détecté dans le plasma), du gaba (le meilleur remède endogène contre l'anxiété et les troubles du sommeil) ou peut-être encore une anti-hypocrétine qui bloque l'hypocrétine dans le thalamus, une substance dont on a récemment découvert qu'elle maintient l'éveil, ou ses récepteurs. Une hypothèse que le Dr Lemoine qualifie de "très smart" : "Cela confirmerait que notre organisme sait faire depuis toujours ce que nous découvrons à peine à travers la nouvelle génération d'hypnotiques à base d'anti-hypocrétine qui, depuis les Etats-Unis, s'apprête à déferler en France".

Bien d'autres substances, dont on ne soupçonne même pas l'intérêt, peuvent expliquer cet effet. Bien des processus aussi, et pas seulement cérébraux… David Servan-Schreiber a expliqué, sur la base des travaux du Pr Candace Pert, que le corps tout entier est capable d'engager la production de remèdes endogènes. Le Pr Pert a montré que les peptides (qui assurent la transmission de messages entre les neurones) affectent aussi le comportement de la quasi-totalité des cellules du corps, qu'elles soient immunitaires, digestives, vasculaires… Ce que l'on appelle l'esprit serait localisé non pas dans le cerveau mais partout dans le corps.

Même sans chaman, même sans guérisseur, chacun peut profiter de ce remède subjectif qu'est le placebo.
Seule importe la magie relationnelle que le thérapeute entretient avec vous ou que l'on entretient soi-même avec un produit. A condition de ne pas s'intoxiquer et de ne pas se laisser abuser par le premier charlatan venu.

D'où l'importance de trouver un thérapeute dont la personnalité, les mots et le comportement réconfortent.

Finalement, on peut se soigner avec tout et n'importe quoi : si votre esprit croit dur comme fer que ça va marcher, ça peut très bien marcher, le Dr Lemoine nous le montre. Et si comme moi vous donnez foi à ses affirmations, il y a fort à parier que votre pharmacie intime a déjà produit une petite dose d'endo-euphorisants…

Dominique Vialard



- Vous n'avez pas reçu les 115 premières newsletters d'Alternative Santé. Découvrez-les en allant sur le site
http://www.alternativesante.fr/fre/21/newsletters/newsletters/liste/tio:e4cb994608bce3d7fea92146103a4db1/

- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien
http://www.alternativesante.fr/recevez-gratuitement-notre-newsletter/#.U30a0ChAf_I



De nombreux lecteurs nous interrogent sur telle ou telle pathologie et son traitement naturel. Il se peut que nous traitions, un jour ou l'autre, leur problème de santé, mais cela reste hypothétique. Pour avoir rapidement des réponses à vos questions de santé, nous vous invitons à consulter l'index des articles parus dans Principes de Santé, le journal de la médecine naturelle en suivant ce lien.
http://soignez-vous.com/index-des-articles.html

Si vous recherchez un thérapeute pratiquant une des disciplines des médecines alternatives, vous en trouverez une liste près de chez vous en vous rendant sur le site annuaire-therapeutes.com
http://www.annuaire-therapeutes.com/
Si vous ne souhaitez pas que votre adresse mail soit communiquée, précisez-le nous dans vos mails.





Dernière édition par Libellule le Dim 7 Juin 2015 - 17:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Dossiers Alternative santé 2014   Dim 7 Juin 2015 - 17:18



source http://www.alternativesante.fr/
"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris

Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.





AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER n°117 du 6 novembre 2014
Les chemtrails, vous y croyez, vous ?‏




Bonjour,
Depuis le 11 septembre et la désormais célèbre "théorie du complot" qui voudrait que les avions n'aient jamais existé, on a vu fleurir sur Internet tout un tas de théories, plus ou moins crédibles, remettant en cause la version officielle des faits. Il y avait autrefois le mystère de Roswell, le meurtre de Kennedy et le faux alunissage des astronautes américains mis en scène par Stanley Kubrick. Maintenant ce sont des milliers de vidéos contradictoires qui apparaissent sur Internet.

Alors au début, on se dit que c'est de la blague. Et puis cela dure, les témoignages s'empilent inexorablement et l'on finit, un jour ou l'autre, par être convaincu.

Statistiquement, il y a sûrement dans ces légendes urbaines un certain nombre de grosses blagues. Mais il doit y avoir des histoires vraies aussi. La manipulation ultime pourrait d'ailleurs consister à créer des fausses informations pour discréditer toutes celles qui sont vraies et que l'on préférerait taire. En général, tant que la télévision et la presse écrite n'en parlent pas, cela reste douteux pour la plupart des gens. Mais c'est loin d'être la bonne manière de se faire une opinion.

Nous le constatons chaque jour dans notre travail. Si nous avions attendu la confirmation des médias "officiels", nous n'aurions pas publié le dixième des articles qui alimentent aujourd'hui - dix ans après - une partie des reportages "santé" qui font sensation auprès du grand public.

C'est la raison pour laquelle nous sommes très attentifs à tout ce qui se publie. En général, nous avons tout de même remarqué que les infos qui perdurent un certain temps et autour desquelles les preuves s'accumulent une à une, méritent qu'on s'y arrête.

C'est ce qui s'est passé avec les chemtrails. Il faut dire que, maintenant, il y a des filaments blancs qui tombent sur des villes entières et je peux témoigner que ça n'arrivait pas auparavant. Ce sont des produits chimiques, des polymères, disons des filaments de plastique pour être clair.

Alors il n'y a que trois solutions. Soit ce sont les moteurs d'avion qui recrachent ces saloperies, mais j'imagine que les industriels sont très sourcilleux sur le plan des rejets de leurs moteurs d'avions, comme le sont les industriels de l'automobile... Soit c'est la pollution mondiale qui se cristalise d'un seul coup et si c'est le cas, nous sommes foutus. Soit ce sont les chemtrails (prononcez Kemtrails). Des épandages chimiques, réalisés par des avions, destinés à nous protéger du rayonnement solaire. Je me souviens qu'Hubert Reeves a raconté que le 11 septembre, justement, on a fait poser tous les avions dans le monde entier et on a constaté ensuite que cela avait eu un effet sur la température de toute la planète. Cela a dû en intriguer plus d'un.

J'ai donc demandé à Michel Dogna de vous en dire plus sur ces filaments tombés du ciel et surtout, sur l'existence des chemtrails.

Prenez soin de vous

Alexandre Imbert



LES CHEMTRAILS, VOUS Y CROYEZ, VOUS ?
Peu de gens se soucient de ce qui se passe au dessus de leur tête. Pourtant, il s’y passe des choses étranges et inquiétantes depuis plus de dix ans en France et en Europe, et depuis plus longtemps encore aux Etats-Unis. C’est ainsi que d’une façon régulière, on peut observer haut dans ciel au-dessus des grandes villes de larges quadrillages de traînées d’avions, qui stagnent des heures et se rejoignent lentement en une couche laiteuse diminuant notablement la luminosité du ciel. On appelle cela les chemtrails (prononcer Kemtrails), des "traînées chimiques".

Aux curieux, il est répondu que c’est un phénomène naturel de condensation par le froid de la vapeur d’eau résultant de la combustion des réacteurs d’avions en haute altitude dans certaines conditions météo ; et monsieur tout le monde rentre chez lui tranquillisé. Pourtant, il y a quelques années, on ne voyait jamais dans le ciel cette persistance des traînées blanches. Pourquoi ?

De fait, les avions « honnêtes » laissent derrière eux une traînée blanche, mais qui ne persiste que quelques minutes. Pour comprendre ce processus, il suffit de revenir à la définition du point de rosée. Il s'agit de la température à laquelle il faut refroidir un volume d'air, à pression et humidité constantes, pour qu'il devienne saturé en vapeur d’eau, ceci donnant lieu à la formation de microgouttelettes d’eau (comme la rosée)

C’est ce qui se passe à la sortie de l’air très chaud des réacteurs qui est saisi par l’ambiance atmosphérique moyenne de -50° à 35 000 pieds d’altitude.

Mais dès que la pression et la température se diluent et s’homogénéisent dans l’atmosphère, on se retrouve rapidement en dessous de la valeur du point de rosée, et les gouttelettes repassent à l’état de vapeur – ce qui n’est pas le cas pour les chemtrails qui perdurent des heures entières. Ceci prouve que les chemtrails ne sont pas faits de vapeur d’eau.

Mon témoignage personnel
Au mois de mai dernier, pendant un vol au petit matin en tant que passager, nous avons aperçu par le hublot avec mon épouse, un quadriréacteur qui nous croisait à un niveau en dessous, c'est-à-dire 1000 pieds réglementaires (300m), et dont s’échappait une épaisse fumée blanche….de l’arrière de la carlingue, alors que rien ne s’échappait des réacteurs. Bizarre !!! Non ?

Un ingénieur allemand témoigne en public
On peut voir en vidéo sur YouTube (ici)
https://www.youtube.com/watch?v=w-dBo6qgFYc&feature=youtu.be

le témoignage de cet ingénieur aéronautique qui milite maintenant dans une association en faveur de la paix. « Je travaillais sur la base militaire spéciale d’Oberpfaffenhofen où nous installions dans un avion un matériel destiné à effectuer des pulvérisations dans le ciel. Nous devions vider tout l’avion, installer les réservoirs, et effectuer tous les branchements. J’étais là en tant que civil sous contrôle militaire. Quand nous avons eu terminé, on nous a dit que c’était un test conduit par l’aéronautique et l’administration de l’espace allemand. Cet avion ainsi équipé était soi-disant destiné à voler devant un deuxième avion qui devrait prendre des mesures… Quelque chose comme : nous voulons seulement savoir comment les particules épandues se comportent et se propagent dans le ciel.

Après avoir terminé les installations, des gars de l’armée sont venus nous conseiller de mettre des combinaisons de protection pour tout le corps et des masques à gaz parce qu’ils allaient remplir les réservoirs avec des substances comme du sulfure d’aluminium et des oxydes de baryum, et aussi des polymères de nanoparticules hautement toxiques.

Scandalisé, je suis allé voir le représentant local du parti écologique, avec la preuve en main du fait que les populations allaient être traitées ni plus ni moins que comme des insectes nuisibles. Je lui ai dit que j’étais prêt à témoigner devant une commission d’enquête… Ce qui s’est passé ensuite, c’est que mon patron, trois jours plus tard, est venu me voir chez moi, et m’a dit : « Je suis désolé, mais je dois vous licencier. Je reçois tellement de pressions du haut de la hiérarchie que je ne peux plus tenir ».

Depuis, je ne peux absolument plus trouver de travail dans l’aéronautique. Je tiens à préciser que nous nous dirigeons vers une catastrophe écologique. Et à ceux qui ne me croient pas, s’il vous plait, venez voir et je vous montrerai la preuve de tout ce que j’avance. Je répète : je suis prêt à témoigner devant toute commission d’enquête. »

Qu'est-ce que la géo-ingénierie ?
Ce que l’on appelle la géo-ingénierie a officiellement deux buts. D’une part, la manipulation du climat pour soi-disant contrecarrer les effets du réchauffement climatique dus à l’émission de gaz à effet de serre, et d’autre part la protection des populations contre les rayons solaires qui ne seraient plus suffisamment filtrés par la couche d’ozone défaillante.

La technique utilisée est l’épandage aérien avec des aérosols classés « top secret ». A noter que ces aérosols ne font l’objet d’aucune autorisation légale et n’ont été votés par aucun pays États concernés par les épandages aériens. Non seulement cela, mais les gouvernements feignent d’ignorer l’existence des avions épandeurs et nient avec véhémence cet état de fait. Bien sûr, les médias officiels restent muets sur ce sujet.

Il n'y a qu'en Serbie que le président du mouvement écologique Nicolas Aleksic s’est levé pour accuser le gouvernement de complicité de génocide par empoisonnement collectif. Il veut savoir qui sont les traîtres ayant donné le feu vert à cet empoisonnement organisé. Il en appelle à l’armée pour abattre ces avions épandeurs de maladies et de mort, et demande au Procureur général serbe d’engager immédiatement des poursuites contre les responsables de cette autorisation violant la Constitution qui s’engage à protéger le peuple.

Des retombées suspectes
Depuis plusieurs années, nombreuses sont les personnes de différentes régions qui témoignent de l’existence de retombées récurrentes du ciel dans leurs jardins, de milliers de filaments en polymères blancs. Là encore, il y a des vidéos partout (comme ici).
https://www.youtube.com/watch?v=ISnUTHphgzo&feature=youtu.be
Ces semeurs d’alerte s’inquiètent à propos de la salubrité de leurs légumes, ainsi que de pathologies nouvelles qu’ils subissent souvent au niveau des bronches ou de la peau. Est apparue récemment une maladie appelée la morgellose qui, bizarrement, se traduit par l'apparition de plaies sur la peau et de petits fils blancs qui en sortent. Y a-t-il un lien avec les chemtrails ?

A Miserey-Salines dans le Doubs, un habitant a fait procéder par le laboratoire Qualio de Besançon, à des analyses d’eau de pluie recueillie tous les 8 mois environ au même endroit et dans des conditions similaires. Le résultat est fort préoccupant puisqu’il atteste d’une augmentation de 800% du taux d’aluminium en 16 mois (environ 9 fois plus) et d’une augmentation de 100% des taux de baryum, strontium et titane en 8 mois (2 fois plus).

Ces résultats d’analyse ont fait l’objet d’une communication au maire de Miserey-Salines, lequel a transmis ce rapport d’analyses à l’Agence Régionale de Santé (ARS-Besançon)

Des alertes officielles se multiplient, mais sans réaction au niveau des autorités

Pétition au Parlement européen.
Film documentaire sur la géo-ingénierie projeté en avril 2013 au parlement européen.
Question à l’Assemblée nationale par le député Joël Giraud.
Article dans le journal Nexus.
Courrier au député du Doubs.
Extrait du rapport Case Orange Belgique sur les techniques de manipulation du climat.

Des analyses officielles incontournables
Les analyses réalisées par le laboratoire AnAlytika
http://www.labo-analytika.com/documents/20131010_ACSEIPICA_Rapport_analytique.pdf
représentent le chaînon manquant pour prouver de manière irréfutable à la fois la réalité et la dangerosité des Chemtrails. Les résultats sont éloquents. Il faut noter que le coût des analyses a été supporté par les citoyens, car les autorités se moquent éperdument de la santé publique. Au contraire, on peut affirmer sans l'ombre d'un doute qu'ils participent activement à cette mascarade.

Heureusement, certains députés, comme Gérard Bapt, ont déjà fait part du problème à l'Assemblée nationale fin 2012. C’est l'association citoyenne pour le suivi, l'étude et l'information sur les programmes d'interventions climatiques et atmosphériques (ACSEIPICA)
http://www.acseipica.fr/
qui avait attiré l'attention de ce député sur les résultats de ces analyses afin qu'il en parle à l'Assemblée nationale. Mais il ne faut pas s'y tromper, des sujets sensibles sont régulièrement abordés à l'Assemblée (comme la toxicité de l'aluminium vaccinal) et les réponses évasives du ministère de la Santé ont à chaque fois conduit à enterrer les polémiques pour passer à autre chose…

Les conclusions des analyses du laboratoire.
On retrouve des composants non identifiés, ce qui montre bien que de la recherche militaire a été pratiquée pour mettre au point certain de ces composants qui sont inconnus du monde scientifique actuel. Les différents composés organiques engendrés dans une série de huit expériences ont chaque fois été séparés par chromatographie gazeuse et identifiés par spectrométrie de masse (GC/MS). Tous les échantillons étudiés contenaient plusieurs composés aromatiques toxiques synthétiques (phtalates) et trois d'entre eux contenaient du DEHP, un représentant de cette famille de produits chimiques particulièrement redouté à cause de ses propriétés de perturbateur endocrinien.

Toutes les molécules organiques, en particulier les composés hétérocycliques, présents dans ces échantillons de filaments aéroportés, sont préoccupantes, à la fois sur le plan de la santé publique et celui de leur impact environnemental. Ce rapport, ainsi qu'une lettre de l'ACSEIPICA et une déclaration du comité scientifique italien Galileo qui confirme la présence de métaux toxiques dans les prélèvements ont été envoyés, entre autre, au ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'énergie et à celui de la Santé. On ne pourra donc pas dire qu'ils n'étaient pas au courant !

Michel Dogna



- Vous n'avez pas reçu les 116 premières newsletters d'Alternative Santé. Découvrez-les en allant sur le site
http://www.alternativesante.fr/fre/21/newsletters/newsletters/liste/tio:e4cb994608bce3d7fea92146103a4db1/

- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien
http://www.alternativesante.fr/recevez-gratuitement-notre-newsletter/#.U30a0ChAf_I



De nombreux lecteurs nous interrogent sur telle ou telle pathologie et son traitement naturel. Il se peut que nous traitions, un jour ou l'autre, leur problème de santé, mais cela reste hypothétique. Pour avoir rapidement des réponses à vos questions de santé, nous vous invitons à consulter l'index des articles parus dans Principes de Santé, le journal de la médecine naturelle en suivant ce lien.
http://soignez-vous.com/index-des-articles.html

Si vous recherchez un thérapeute pratiquant une des disciplines des médecines alternatives, vous en trouverez une liste près de chez vous en vous rendant sur le site annuaire-therapeutes.com
http://www.annuaire-therapeutes.com/
Si vous ne souhaitez pas que votre adresse mail soit communiquée, précisez-le nous dans vos mails.





Dernière édition par Libellule le Dim 7 Juin 2015 - 17:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Dossiers Alternative santé 2014   Dim 7 Juin 2015 - 17:18



source http://www.alternativesante.fr/
"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris

Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.





AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER n°n°118 du 15 novembre 2014
Du magnésium vieux de 250 millions d'années‏




Bonjour,
Je crois que c'est une Première ! La première fois que les patients apportent eux-mêmes la preuve scientifique de la dangerosité d'un médicament. Ce n'est pas moi qui l'affirme, c'est l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) qui se félicitait, il y a quelques jours, d'une réduction de 11 % des hospitalisations pour embolie pulmonaire de femmes en âge de procréer. Cette diminution, s'enorgueillit l'Agence, est due à l'abandon des pilules de 3ème et 4ème génération !

L'ANSM s'attribue sans vergogne ce résultat étonnant. Mais, rappelons-le, le "scandale des pilules" est apparu au grand jour grâce à une certaine Marion Larat qui a osé déposer, en 2012, une plainte en justice. Marion Larat, victime de la pilule de troisième génération, est aujourd'hui handicapée à 65% après avoir fait un AVC...

Le résultat est tout de même là : les jeunes femmes qui ont abandonné les pilules de nouvelle génération ont fabriqué beaucoup moins de caillots de sang, donc elles ont eu moins d'embolies pulmonaires. Chez les jeunes femmes, 341 hospitalisations ont pu être évitées en une seule année !

Cette preuve scientifique de la dangerosité des pilules ne résulte ni de la réaction des Institutions de santé, ni de la mobilisation des gynécologues ou des médecins (25% des pilules vendues aujourd'hui sont encore des pilules de 3ème et 4ème génération). Elle résulte tout bêtement de la réaction des patientes qui n'ont plus voulu de ces pilules là en apprenant le combat de Marion Larat. Elles n'ont eu qu'à lire la notice d'emploi de leur pilule pour savoir que c'était vrai. Car l'effet secondaire (le risque de thrombose) est connu, répertorié et dûment spécifié sur les notices des pilules mises en cause... Sauf qu'il n'était pas, jusqu'ici, considéré comme dangereux par cette même ANSM qui fanfaronne aujourd'hui.

Mais tout le monde est content c'est le principal... Patientes, institutions, praticiens... même les laboratoires sont contents. Enfin... ceux qui n'avaient pas tout misé sur les nouveautés. Depuis plusieurs années on se plaint que leurs vieilles pilules d'autrefois contiennent trop de progestatifs (le lévonorgestrel) et que cela empoisonne non seulement les femmes (avec des risques accrus de cancers hormono-dépendants) mais aussi toute la planète (via les eaux usées). Aujourd'hui ils font figure de héros : "Vous voyez bien qu'on avait raison".

On croit qu'on a gagné et, finalement, ce sont les autres qui l'emportent. Le risque de thrombose l'a emporté sur le risque de cancer et on ne parlera plus du vrai danger des pilules avant un bon bout de temps. C'est dommage mais ça reviendra, soyez-en sûrs, car le ver est dans le fruit. La méfiance envers les contraceptifs hormonaux est installée. De plus en plus de jeunes femmes cherchent des solutions alternatives... et elles existent. Elles finiront bien par s'y mettre.

Au moins finiront-elles par cesser de demander la pilule pour ne plus avoir d'acné ou pour réduire les désagréments du syndrôme prémenstruel. Ce sera toujours ça de gagné. D'ailleurs savent-elles, les femmes, que quand le taux d'œstrogènes augmente, celui de magnésium baisse ? C'est ce qui explique en partie le syndrome prémenstruel (rétention d'eau, irritabilité). Mais c'est la pilule qu'on leur prescrit.

Alors je leur fais ma propre prescription : supplémentez-vous en magnésium. Ah je sais ce que vous allez me dire : "Je ne le supporte pas...". Eh bien, moi non plus, je ne le supporte pas (entendez, ça me donne des diarrhées terribles). Mais Caroline Morel vient de trouver la parade : un magnésium à l'état préhistorique, qu'on s'applique sur la peau. Je vous laisse lire.

PS : Je viens de faire la première mise à jour du n°18 d'Alternative Santé. Trois nouveaux sujets attendent nos abonnés. Un article sur le curcuma. On croyait que son secret c'était la curcumine, eh bien non, c'était la turmérone. Un article sur les moyens de renforcer le système immunitaire de nos animaux de compagnie avant l'hiver. Et un article sur la sclérose en plaques. Ou plutôt sur un traitement qui semble fonctionner mais dont on ne parle presque pas.

Alexandre Imbert



DU MAGNÉSIUM VIEUX DE 250 MILLIONS D'ANNÉES
Si vous êtes en carence de magnésium depuis longtemps, vous avez sans doute essayé toutes les formes de ce minéral que l’on peut trouver dans le commerce. Magnésium marin, chlorure de magnésium, malate, glycérophosphate, nigar, oligo-élément… Et si vous êtes comme moi, rien ne passe. Diarrhées, douleurs dans l’intestin, nausées, vertiges parfois… c’est intolérable !

Pourtant, le magnésium est absolument nécessaire à l’organisme. Sans magnésium, les enzymes de notre organisme ne peuvent pas fonctionner. Le magnésium aide au maintien d’un rythme cardiaque régulier et à la régulation de la tension artérielle, du taux de sucre dans le sang... Sa présence est déterminante dans nos cellules car il aide à normaliser la transmission nerveuse. Il joue aussi un rôle relaxant sur les muscles, dilatant sur les vaisseaux et il est impliqué dans la cascade des réactions dues au stress.

Si cet élément est aussi vital, comment expliquer, alors que l’organisme soit si réticent à en absorber… C’est une chose que je n’ai jamais comprise, jusqu’à aujourd’hui...

Comment apporter du magnésium à l’organisme ?
Il y a des tas d’aliment qui nous apportent naturellement du magnésium : chocolat, céréales complètes, légumes secs, arachides, noix, épinards, avocats et fruits secs. Les huîtres sont également riches en magnésium.

Mais il faut savoir que seul un tiers du magnésium que nous ingérons sera absorbé par les intestins. Le reste part avec les selles ou les urines. Il faut donc manger des quantités considérables de ces aliments pour apporter quelques milligrammes de magnésium à l’organisme.

J’en profite pour vous prévenir : inutile de vous jeter sur le chocolat (la compulsion au chocolat trahit une forte carence en magnésium !), car la teneur en sucre et en graisses du chocolat nécessite une telle énergie digestive que tous les bénéfices de l’aliment sont annihilés.

Quant aux différentes formes galéniques qui sont proposées, on a vu plus haut la difficulté qu’il y a à les absorber. Si le magnésium entre facilement dans le sang, sa biodisponibilité (capacité à pénétrer dans les cellules) est faible.

Pour expliquer cela, il faut comprendre que le sang ne peut contenir qu’1 % du magnésium total (65 % du magnésium se trouve dans les os, 34 % se trouve dans les cellules). Il arrive donc vite à saturation. Au delà, il ne sait pas quoi faire du magnésium qui lui est apporté.

Lorsque nous prenons des cachets ou des gélules de magnésium, le magnésium, filtré par la paroi intestinale, pénêtre dans le sang. Mais au-delà des 1%, il ne serait pas étonnant que l’organisme considère cet apport excessif comme un empoisonnement et commande aux organes d’expulser le poison. D’où les diarrhées et les vomissements.

Il faudrait que le magnésium entre plus facilement dans les cellules, là où il est indispensable et sans passer par la voie sanguine. Et c’est ce qui se produit lorsque l’on prend un bon bain dans la mer. Un litre d’eau de mer contient en effet 1,3 g de magnésium, c’est énorme. Et cela devrait suffire à nous apporter tout le magnésium dont nous avons besoin. Car, par osmose, le magnésium pénètre dans la peau et est absorbé directement par les muscles et les os, sans passer exclusivement par la distribution sanguine. Cette absorption trans-dermique des nutriments est d’ailleurs ce qui fait le succès des cures de thalasso thérapie.
Bon mais si on n’habite pas près de la mer, comment faire ?

Vous êtes probablement carencé sans le savoir
Peut-être pensez-vous que vous n’avez pas besoin de vous supplémenter en magnésium ? Ce n’est pas l’avis du docteur Carolyn Dean, médecin canadien et naturopathe de renom, qui travaille depuis 15 ans sur le magnésium. Elle a d’ailleurs écrit plusieurs ouvrages sur le sujet dont le plus connu est sans doute « The magnesium miracle » dans lequel elle dénonce la carence généralisée en magnésium. Selon elle, 80% des gens sont carencés en magnésium.

Parce que si les apports sont limités , les fuites sont, au contraire, très nombreuses. Le magnésium est éliminé par les reins, mais aussi par la peau. La sudation – les fortes chaleurs, l’effort, le sport, les bouffées de chaleur et les dérèglements pancréatiques (qui font transpirer la nuit) – épuisent nos ressources minérales. Mais d’autres facteurs provoquent également sa fuite :

Certaines affections rénales (pyélonéphrite répétitives et autres pathologies rénales),
L’alcool et le café (qui augmentent son élimination par les reins),
Les stress physiques ou émotionnels (le cortisol sécrété en cas de stress augmente la fuite magnésique),
La malbouffe (générant une quantité colossale de toxines et donc la mobilisation faramineuse des minéraux dont le magnésium essentiellement),
Certains traitements médicamenteux : diurétiques, anti-inflammatoires, pilules, corticoïdes et psychotropes (antidépresseurs, etc.).

Le manque de magnésium, voilà ce que ça fait :
Anxiété, nervosité
Troubles du sommeil, fatigue
Douleurs musculaires, crampes, fourmillements
Palpitations
Acouphènes
Oppression respiratoire
Troubles de l’hypersensibilité en général
Brûlures ou aigreurs d’estomac

Il a récemment été découvert que le magnésium prévient aussi de l’infarctus du myocarde, de la formation de calculs rénaux et joue un rôle dans le traitement du syndrome prémenstruel. En outre il a un léger effet hypotenseur, propriété utilisée pour le traitement de l’hypertension, de l’arythmie et de la tachycardie. Le sulfate de magnésium est aussi utilisé pour traiter les femmes enceintes présentant un risque d’éclampsie.
La solution se trouve peut-être dans une mer préhistorique
À la fin du Permien débute ce que l'on appelle le Zechstein (à l'ère Paléozoïque). A cette époque (il y a 260 millions d'années), le continent primitif appelé Pangée fut submergé dans sa partie nord par un bras de mer arctique qui sépara l'actuelle Europe de l’Amérique. La mer ainsi créée, dans le fossé de l'Elbe, couvrait alors une surface d’environ 1 million de mètres carrés, qui s’étendaient de l’Allemagne du Nord, en passant par le Danemark et les Pays-Bas jusqu’à l’Est de l’Angleterre.

C'est à cette époque que les grands dinosaures disparaissent et la mer subit une évaporation progressive qui forme de profonds dépôts minéraux, protégés de toute pollution. Enfoui sous la terre à près de 2000 mètres de profondeur, le magnésium de l’ancienne mer du Zechstein, sous forme de chlorure de magnésium d’une grande pureté, est exploité depuis quelques années au nord des Pays Bas.

Le magnésium que l’on trouve aujourd’hui dans cette région a été protégé par une isolation souterraine pendant 250 millions d’années et est exempt de tous métaux lourds, de tous polluants et de toute radiation... et même de toute "information" négative.

Les Hollandais savent transformer la roche en huile
C’est en envoyant de l’eau de source (informée avec sous la mer, à 2km de profondeur sous terre, que le mélange avec la mer pétrifiée va se faire.

Le mélange récupéré en surface possède généralement une dilution à 31% de chlorure de magnésium et est enrichi naturellement d’une vingtaine d’oligo-éléments.

La concentration de l’un et des autres rend la solution naturellement visqueuse, comme une huile sèche. Elle est ensuite embouteillée telle quelle, sans aucun ajout, ni aucun raffinage. C'est sous cette forme qu'on la trouve aujourd'hui sous la forme d'huile de magnésium certifiée Zechstein Inside® (vous en trouverez ici). Les bouteilles en verre de couleur bleue sont le meilleur contenant pour l’huile de magnésium, la couleur bleue protège de la lumière et le verre, contrairement au plastique, n’engendre pas de pollution pétrochimique. En outre, le verre évite la contamination du produit par les phtalates du plastique. C’est le gouvernement Hollandais qui supervise et participe financièrement à l’extraction écologique de l’huile de magnésium.

La texture de l’huile de magnésium est visqueuse, non-lipidique et laisse sur la peau un film minéral transparent, sans odeur.

L’huile c’est mieux que les comprimés !
Outre le fait que des chercheurs de l'Université de Cardiff ont démontré que l'absorption de magnésium est de 10 à 12 fois plus efficace par voie cutanée que par voie orale, il y a plein de bonnes raisons d’utiliser l’huile de magnésium plutôt que d’autres formes galéniques.

Les flocons de chlorure de magnésium sont beaucoup moins purs que l’huile car ils ont été raffinés et l’huile qui a servi à faire le floconnage a été chauffée à 160°, ce qui engendre une production d’acide chloridrique qui peut être nocive pour les reins. L’huile est un produit brut, un produit « cru » pourrait-on même dire. Elle a l’immense avantage de pouvoir être utilisée localement pour traiter un endroit particulier du corps, contrairement à un comprimé oral, elle peut être utilisée en massage ou en spray on peut même la boire ou l’utiliser en intraveineuse dans les cas d’urgence.

Comment l'utilise-t-on ?
Pour commencer votre cure, mettez un bouchon par jour d'huile de magnésium dans un ramequin, puis trempez vos doigts et appliquez avec les deux mains sur l'abdomen 3 soirs de suite. Et laissez agir au moins 20 minutes. vous pouvez aussi adapter un bouchon pulvérisateur sur la bouteille pour une application plus facile.

Après cette introduction, vous pouvez appliquer en massage sur d'autres parties du corps selon votre besoin. Plus vous en mettez et plus vous laissez agir (au minimum 20 minutes), meilleur sera l'apport.

Les enfants à partir de 5-6 ans et les femmes enceintes peuvent l'utiliser sur le bas des jambes dilué avec 50% d'eau.

Attention, il est possible que certaines personnes ressentent des picotmements à l'application. Ne vous inquitez pas, le picotement signale un besoin en magnésium. Si toutefois, le picotement est trop intense, il est conseillé de diuler l'huile avec de l'eau de source (type Mont Roucoux) jusqu'à apaisement puis remontez progressivement la dilution arriver à une utilisation 100% pure.

Certaines personnes, enfin, souhaitent utiliser l'huile de magnésium dans un bain, c'est tout à fait faisable, mais cela consomme d'importantes quantités d'huile (une demi-bouteille soit 100 ml au moins). SI vous faites ce choix, mélangez l'huile à l'eau du bain chaud et faites trempette au moins vingt minutes.

Qui a besoin d’huile de magnésium ?
Les sportifs : L’huile de magnésium en massages locaux soulage les courbatures et les jambes lourdes, favorise la récupération musculaire, c’est aussi un antidouleur car elle est anti-inflammatoire. Si vous êtes sportif, massez les muscles qui ont été sollicités avec l'huile de magnésium pour les détendre. Si vous souffrez de douleurs articulaires massez les zones concernées.

Les gens stressés : On a mis en évidence une relation entre le niveau de magnésium et une mauvaise réponse de l’organisme au stress. Le déficit magnésien ou la déplétion cellulaire entraînent une hyper vulnérabilité et une hyperréactivité au stress.
La tétanie est une pathologie du magnésium avant d’être celle du calcium, le manque de magnésium entraîne une hyperexcitabilité neuro - musculaire. Une supplémentation en magnésium va permettre une meilleure résistance au stress. Un massage profond de la totalité du corps est un traitement efficace pour rééquilibrer le système nerveux et favoriser le sommeil.

Pour ceux qui ont des problèmes de peau et de cuir chevelu : l’acné est atténuée par l’huile de magnésium, ainsi que nombre de problèmes cutanés, certaines mycoses, l’eczéma ou le psoriasis. Des bains chauds additionnés d’huile de magnésium (dilution à 1%) sont recommandés pour traiter les problèmes de peau ainsi que les problèmes capillaires (cuir chevelu irrité, démangeaisons). L’huile est une aide précieuse pour favoriser la disparition des pellicules.

Pour l’hygiène dentaire de tous : Considérée comme un cosmétique, l’huile de magnésium n’est pas souvent indiquée pour une consommation par la bouche. Pourtant, le Docteur Mark Sircus, célèbre acuponcteur américain qui a écrit de nombreux ouvrages sur les médecines naturelles et les bienfaits de l’huile de magnésium (« Magnesium : the ultimate heart medicine » ; « Transdermal magnesium therapy »), affirme que l’on peut ingérer l’huile de magnésium. 5 sprays d’huile de magnésium dans un verre d’eau, le tout à boire, permettra de renforcer dents et gencives. Pour Mark Sircus, même les enfants peuvent aussi en consommer dans un verre de jus de fruit. Attention toutefois à l’effet laxatif de l’huile de magnésium prise par voie interne !

Pour ceux qui n’ont pas une hygiène de vie irréprochable : Café, cigarettes, pilule contraceptive, travail, ordinateur, stress, voilà qui pioche dans notre stock de magnésium et qui finit par créer des carences. Pour ces raisons, il convient de se suppléer.

Pour ceux qui anticipent : Une cure de 2 mois à raison de 30ml d’huile de magnésium par jour en massage sur l’ensemble du corps pendant une heure, est ce que nous propose le Docteur Sircus. La cure permet de prévenir de nombreuses maladies dues aux carences.

L’huile anti métaux lourds
L’un des effets les plus étonnants de l’huile de magnésium est sans aucun doute son action détoxifiante sur l’organisme.

Un document de l’« European Journal for Nutraceutical Research », rapporte qu’à la suite d’une étude sur 9 patients, l’apport en huile de magnésium appliquée sur le pied en massage avait permis à 7 d’entre eux de se débarrasser des métaux lourds qui se trouvaient dans leur organisme. Certes, la petite échelle de cette étude peut mettre en doute la certitude de ce taux de réussite (78%), mais il n’en reste pas moins que ce que l’on sait, c’est que les minéraux ont deux sortes d’interaction les uns avec les autres, ils coopèrent ou se combattent. Cet antagonisme des minéraux se cristallise le plus souvent dans l’intestin et dans les cellules.

Le magnésium est un antagoniste des métaux lourds, comme le plomb, l’aluminium ou le cadmium, qu’il déloge des endroits où ils sont stockés afin qu’ils puissent être éliminés.

Portez-vous mieux.

Caroline Morel



- Vous n'avez pas reçu les 112 premières newsletters d'Alternative Santé. Découvrez-les en allant sur le site
http://www.alternativesante.fr/fre/21/newsletters/newsletters/liste/tio:e4cb994608bce3d7fea92146103a4db1/

- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien
http://www.alternativesante.fr/recevez-gratuitement-notre-newsletter/#.U30a0ChAf_I



De nombreux lecteurs nous interrogent sur telle ou telle pathologie et son traitement naturel. Il se peut que nous traitions, un jour ou l'autre, leur problème de santé, mais cela reste hypothétique. Pour avoir rapidement des réponses à vos questions de santé, nous vous invitons à consulter l'index des articles parus dans Principes de Santé, le journal de la médecine naturelle en suivant ce lien.
http://soignez-vous.com/index-des-articles.html

Si vous recherchez un thérapeute pratiquant une des disciplines des médecines alternatives, vous en trouverez une liste près de chez vous en vous rendant sur le site annuaire-therapeutes.com
http://www.annuaire-therapeutes.com/
Si vous ne souhaitez pas que votre adresse mail soit communiquée, précisez-le nous dans vos mails.





Dernière édition par Libellule le Dim 7 Juin 2015 - 17:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Dossiers Alternative santé 2014   Dim 7 Juin 2015 - 17:18



source http://www.alternativesante.fr/
"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris

Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.





AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER n°119 du 21 novembre 2014
Le Yin et le Yang pour les nuls‏
- Aliments irradiés : toujours aucun changement par Michel Dogna
- La voie du Tao pour les nuls par Michel Dogna




Bonjour,
Vous m'écrivez beaucoup et, vous l'avez peut-être constaté, je réponds à la plupart des mails ou commentaires qui nous sont envoyés. Mais, par pitié, lisez les lignes qui suivent avant de m'interroger.

Vous avez souvent des conseils très spécifiques à me demander. Du genre je prends tel ou tel médicament, qu'en pensez-vous ? Ou plus dur encore : "Pensez-vous que l'huile de lin soit compatible avec mon traitement hypertenseur". Plus grave : "Mon épouse a appris qu'elle avait une tumeur et je me demandais si le chlorure de magnésium...".

Pas facile pour moi, comprenez-le Je me sens comme un candidat de "Questions pour un champion". Car le temps presse par ailleurs, il faut que je buzze à toute vitesse. Je vais continuer à le faire, mais je vous réponds ici par avance à tous : "Il y a, pour prendre conseil, tout un tas de thérapeutes qui ont des compétences qui dépassent les miennes. Bien souvent, ils nous lisent eux-mêmes depuis très longtemps et savent tout ce que nous savons".

J'ai une autre réponse pour vous. Car l'autre manière de s'informer est de regarder sur Internet ce qui s'y publie. Il y a à boire et à manger bien entendu mais sans aller chercher bien loin, regardez déjà ce qui se publie chez nous. Il y a des dizaines d'articles gratuits et de nombreux commentaires et témoignages.

Pour ne vous citer que les articles les plus lus :
Un article qui me vaut des embrouilles juridiques mais que je laisse en ligne. Cet article concerne l'Uvestérol
http://www.alternativesante.fr/bebe/uvesterol-un-complement-empoisonne-pour-vos-enfants
(un supplément de vitamine B donné aux nourissons). Le laboratoire qui le fabrique panique... 500 000 vues depuis le début de l'année (on le comprend).

Plus concret, le deuxième article le plus lu (250 000 fois) concerne un de ces remèdes universels que nous dénichons pour vous.
Le vinaigre de cidre.
http://www.alternativesante.fr/vinaigre-de-cidre/vingt-recettes-pour-vous-soigner-avec-le-vinaigre-de-cidre
Il ne s'agit pas de vous raconter des salades, promis... Lisez-le si vous ne l'avez pas encore fait.

Ensuite il y a toute une série d'articles sur les produits star de la médecine alternative :
l'argent colloïdal,
http://www.alternativesante.fr/antibiotiques/l-argent-colloidal-antibiotique-interdit

le pépin de pamplemousse,
http://www.alternativesante.fr/pepin-de-pamplemousse/la-verite-sur-le-pepin-de-pamplemousse

le silicium organique...
http://www.alternativesante.fr/silicium-organique/pourquoi-des-milliers-de-gens-utilisent-ils-le-silicium-g5-illegalement

Environ 100 000 vues chacun.

Les polémiques font quand même un carton. Il faut dire qu'on s'amuse bien avec les titres et les photos :
"Le lait, de la colle, des hormones et du pus" ;
http://www.alternativesante.fr/manger-sain/le-lait-de-la-colle-des-hormones-et-du-pus

"Fibromyalgie, c'est la faute à l'aluminium, point final" ;
http://www.alternativesante.fr/fibromyalgie/la-fibromyalgie-c-est-l-aluminium-point-final

"Les tampax, armes chimiques mortelles" ;
http://www.alternativesante.fr/alerte/les-tampax-arme-chimique-mortelle

Mais le gros de la lecture se porte sur les centaines d'autres articles que nous avons publiés jusqu'ici. Cinq millions de pages ont été lues sur notre site depuis le début de l'année et il a été fréquenté par 4 millions de visiteurs. Cela veut-il dire que nous détenons la vérité absolue ? Pas du tout, mais cela signifie que vous trouvez que notre approche de la santé, globalement, a un sens pour vous.

Bien entendu quand vous m'écrivez, vous êtes souvent préoccupé par votre cas personnel ou celui d'un de vos proches. Je vous comprends. Et d'ailleurs, je vous réponds...

Mais j'ai maintenant une troisième remarque qui vaut pour tous les cas personnels du monde : la santé c'est un état d'esprit, une préoccupation intelligente et respectable. Accordons-y au moins autant d'attention qu'au fonctionnement, disons... de notre lave-linge. Un bruit différent, une odeur, une température un peu particulière nous alertent. Si le linge est moins doux, rétéréci ou trop humide, on s'inquiète. Alors on cherche... et parfois on retrouve une chaussette bêtement égarée en dehors du tambour. On l'enlève et ça remarche comme avant. Faisons au moins la même chose avec nous-mêmes.

La santé c'est simple et c'est une question d'attention. D'attention à soi et aux autres. C'est un chemin plein de questionnements et de sujets de curiosité. C'est pourquoi il faut voir dans notre magazine et dans cette newsletter plus qu'un lieu de polémique contre l'establishment médical, plus qu'une formule d'huiles essentielles, plus qu'un docteur virtuel. Prenez-le comme une distraction qui vous parle de vous.

Dans cette newsletter vous trouverez (plus bas) deux articles de Michel Dogna. Dans le second, il vous explique comment mettre les principes du Tao au service de votre santé. Et comme Michel ne peut pas être zen trop longtemps sans attraper des crampes, il consacre l'autre article à l'irradiation des aliments. Je reconnais bien là son caractère curieux.

Prenez soin de vous

PS : le numéro 18 (novembre) d'Alternative Santé a été mis à jour. Vous y trouverez deux nouveaux articles.
Le premier concerne ceux qui prévoient de se faire arracher une dent bientôt. Nous vous y proposons une série de remèdes homéopathiques à prendre avant ou après l'opération.
http://www.alternativesante.fr/dents/extraction-dentaire-et-homeopathie

Le second article est écrit par Robert Masson, une des stars de la naturopathie. Il s'en prend violemment au régime dissocié et nous dévoile ses dangers.
http://www.alternativesante.fr/alimentation/regime-dissocie-une-alimentation-autodestructrice

PPS : Offre réservée aux abonnés. Vous pouvez maintenant accéder à l'intégralité des archives du site pour 15 euros.
http://www.alternativesante.fr/acheter-les-archives
Elles vous seront acquises définitivement. Cette offre est valable jusqu'à la fin de l'année. S'il vous manque plus de 5 numéros dans votre collection, c'est une bonne affaire. Sinon, laissez tomber...

Alexandre Imbert



ALIMENTS IRRADIÉS : TOUJOURS AUCUN CHANGEMENT !
Depuis un bon nombre d'années, on pratique la méthode de l'ionisation afin de détruire les micro-organismes et insectes dans les fruits et légumes, entre autres. Cette technique consiste à passer les fruits et légumes aux rayons gamma d’une source radioactive, (cobalt 60 ou césium 137, ou rayons X ou faisceaux d’électrons à très haute énergie). Ce procédé a par ailleurs pour effet de ralentir le mûrissement, inhiber la germination et, mieux, donner aux aliments une apparence de fraîcheur éternelle... Une aubaine pour les transports longues distances et le stockage de longue durée.

Par contre, l’irradiation « explose » pratiquement toutes les vitamines (A, B1, B6, B12, C, E, K, PP et acide folique….) et elle altère le goût en raison des transformations chimiques par radiolyse, jusqu’à quelquefois un léger goût de rance caractéristique.

Avez-vous déjà acheté des abricots secs ?
Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi ces derniers sont toujours aussi orange alors qu’ils sont supposés être… secs ? C’est l’irradiation ou bien un traitement au soufre qui a permis à l’abricot de conserver sa couleur orangée, là où un abricot sec bio a viré carrément au brun… tout en restant délicieux.

L'ionisation serait inoffensive. Un vieux doute !
Le cas des aliments pour chats australiens pose question : l’irradiation des aliments pour animaux y a longtemps été obligatoire ; pourtant, en 2008, la firme Orijen a dû retirer du marché ses aliments destinés aux chats, en raison des troubles neurologiques graves relevés sur de nombreux chats nourris avec ces aliments copieusement irradiés. Une trentaine en sont morts. Du coup, l’obligation d’irradiation a été ensuite levée.

Quels risques pour l'homme ?
Même si l’irradiation des aliments ne les rend pas radioactifs, de nombreux scientifiques s’interrogent sur de possibles risques de cancérogénèse et de mutagénèse. En effet l’ionisation des aliments peut faire apparaître dans ceux-ci des composés appelés cyclobutanones, qu’on ne trouve jamais dans les aliments non ionisés. De très nombreuses études scientifiques ont montré que chez l’homme ces composés créent des dommages aux cellules et aux gènes.

Enfin, après exposition aux rayons gamma on obtient d’autres composés dits de radiolyse tels que des radicaux libres, du benzène ou du toluène : ces composés sont connus pour favoriser l’apparition de cancers, et de maladies cardio-vasculaires… Les radicaux libres, quant à eux, sont très réactifs et cherchent naturellement à se recombiner. Soit ils se recombinent de manière à reconstituer la molécule originelle, soit de manière aléatoire, formant ainsi des produits néoformés (cancérogènes).

Entre trop et pas assez, la marge est étroite
Si nous prenons l’exemple du botulus, tant redouté dans l’ancienne marine marchande car mortel, une irradiation insuffisante tuerait les micro-organismes précurseurs qui annoncent la dangerosité de l’aliment par des odeurs suspectes, mais n’atteindrait pas le botulus lui-même. Ceci rendrait le dosage insuffisant encore plus dangereux que l’absence de traitement. Mais comme nous l’avons vu, une irradiation trop importante pour une sécurité totale, en plus de rendre les aliments complètement morts et vidés de leurs éléments vitaux, les rend répulsifs à la consommation. Inutile de dire que le réglage optimum s’avère donc assez « pifométrique » pour chaque cas.

L'irradiation chez nous et chez les autres
Au niveau européen, environ 20 000 tonnes ont été irradiées en 2002, qui sont passées à environ 40 000 tonnes en 2003 - deux fois plus. Depuis on ne sait pas… On sait seulement que l’Allemagne irradie 10 fois moins que la France. Quant aux contrôles, en prenant l’exemple de l’année 2007, il y avait eu en Allemagne 3 744 échantillons testés qui avaient révélé 1,47% de fraude, pendant qu’en France où le laxisme en matière de contrôle semble être la règle, il y avait eu seulement 117 échantillons prélevés révélant 5,13% de fraude – les gouvernements français successifs préfèrent mobiliser le contrôle des fraudes sur le bio….

Dans l’Union européenne, deux directives déterminent la liste des produits pour lesquels l’irradiation est autorisée : herbes aromatiques séchées, épices et condiments végétaux. Il y a par ailleurs obligation d’étiquetage : un logo existe pour informer le consommateur, mais qui le connaît ? Le logo du nucléaire semblerait plus approprié et plus clair pour tous, non ?.

Les aliments qui ont subi cette irradiation doivent aussi présenter la mention « Traité par ionisation » ou « Traité par rayonnement ionisant » sur leur étiquetage. Mais ce n’est pas le cas d’autres pays qui exportent leurs produits ionisés dans la plus grande opacité pour le consommateur.

Que dit la loi en France ?
Il y a environ 3 000 tonnes d’aliments irradiés chaque année en France. Le dernier rapport de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) sur l’irradiation des aliments, en 2007, prétend que cette technologie nucléaire est sans danger. S’ajoutent bien sûr les aliments irradiés importés des 34 états non membres de l’UE qui pratiquent l’irradiation. Parmi ceux qui ont autorisé l’irradiation d’un nombre élevé de produits, on peut citer l’Afrique du Sud, le Brésil, la Turquie, les USA, le Ghana, la Fédération de Russie, l’Inde, le Mexique et la Croatie.
Huit états membres de l‘Union européenne autorisent l’irradiation d’aliments autres que les trois catégories spécifiées par l’Europe : la France, la Belgique, les Pays-Bas, la Pologne, le Royaume-Uni, la Tchéquie, la Hongrie et l’Italie. Ainsi la France autorise l’irradiation de nombreux produits supplémentaires : oignon, ail, échalote, légumes et fruits secs, flocons et germes de céréales pour produits laitiers, farine de riz, gomme arabique, volaille, cuisses de grenouilles congelées, sang séché et plasma, crevettes, ovalbumine, caséine et caséinates (additifs alimentaires).

Roland Desbordes (président de la CRIIRAD) rapporte :
« Dernièrement, nous avons pu repérer la mention "Pasteurisation à froid" sur certains jus de fruits vendus à la terrasse des cafés. Cette appellation (autorisée aux Etats-Unis) désigne le traitement par « rayonnements ionisants » mais elle est illégale en France… Il s’agit visiblement d’une traduction littérale de l’étiquette par des intermédiaires peu au courant de la législation. Nous avons alerté la DGCCRF (la répression des fraudes) à ce sujet, lors d’un entretien que nous avons eu avec eux début janvier. Cela n’avait même pas attiré leur attention et ils ont été totalement désarmés par notre interrogation ! »

Quelles actions sont menées ?
En 2005, le Mouvement pour le Droit et le Respect des Générations Futures (MDRGF) a manifesté devant des usines d’ionisation des aliments avant de donner une conférence sur ce problème.
La même année, la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD ) a lancé une campagne « Pas de radioactivité dans nos assiettes » assortie d’une pétition. Ils se sont fait entendre au niveau européen, retardant ainsi l’adoption de la nouvelle réglementation autorisant le commerce international des aliments dits « contaminés par des radionucléides artificiels ». Hélas, en 2006, toute la procédure fut accélérée et est parvenue à son terme l’année suivante.
En 2007, le Collectif français contre l’irradiation des aliments interpella quatre commissaires européens et quatre ministres français, en s’appuyant sur sa lecture critique du rapport de l’Afssa et sur des questions à la DGCCRF. Seul Michel Barnier, le ministre de l’Agriculture de l’époque, a répondu. Il n’a cependant apporté aucune réponse concrète.
En 2010, plus de 35 associations écologistes ont fait parvenir une lettre ouverte aux parlementaires européens, leur demandant de « réellement évaluer l’ensemble des risques liés à l’irradiation des aliments ».
En 2014…..toujours rien à l’horizon ! On prêche dans le désert...
Pour info voici une liste non exhaustive des mouvements, collectifs, et associations qui luttent contre l’ionisation :
Action Consommation – Adéquations – Agir Pour l’Environnement – Les Amis de la Terre – Association Léo Lagrange pour la Défense des Consommateurs – Association pour l’Information sur la Dénaturation des Aliments et de la Santé (AIDAS) – ATTAC – Biocoop – Collectifs Bure-Stop – Confédération Paysanne – CRiiRAD – Ecoforum – Ekwo – Fédération Nature et Progrès – Food and Water Watch Europe – Mouvement pour les Droits et le Respect des Générations Futures (MDRGF) – RECit (Réseau des écoles de citoyens) – Réseau “Sortir du nucléaire”.

Michel Dogna



UNE SANTÉ INTELLIGENTE PAR LA LOGIQUE DU ZEN
Ce qui me plait dans le concept du Zen, c’est qu’il est une vision holistique du monde, expliquant tout. Depuis plus de 5 000 ans qu’il existe, le principe de la dualité universelle du Zen n’a pas pris une ride, et s’applique d’une façon systématique à tous les aspects de notre vie personnelle, et à la vie en général. C’est ce qu’enseignait déjà Zoroastre (l’ancêtre de Zorro, selon certains) 600 av. JC, disant que tout ce qui existe peut s’expliquer par le résultat de l’équilibre constant entre deux forces antagonistes primordiales : le Yin et le Yang, et que rien ne peut exister sans son contraire. Par exemple : le haut et le bas – le chaud et le froid – le beau et le laid – la lumière et l’obscurité…

Tout ce qui se conçoit peut être classé dans le Yin ou dans le Yang. Afin de vous aider à construire votre logique Zen, et comprendre comment trouver ou retrouver l’équilibre, je vais d’abord établir un pré-classement simple :

Ce qui est yin :

Froid, sucré, piquant, doux, acide, féminin, humide, léger, hiver, lent.

Ce qui est yang :

Chaud, salé, amer, dur, alcalin, masculin, sec, dense, été, rapide.

La santé, c’est la faculté de maintenir l’équilibre Yin/Yang
Ainsi, il existe des troubles par excès de Yin et des troubles par excès de Yang, ou encore par vide de Yin ou vide de Yang. L’alimentation est le principal vecteur des déséquilibres quand on ne prend pas en compte les apports de yin et de yang. La modernité nous a coupés des rythmes naturels des saisons et des traditions associées au climat ; avec les transports longues distances, on mange n’importe quoi à n’importe quel moment, d’où problèmes. Je m’explique avec quatre grands principes du Tao :

1er principe : Yang dans yin et yin dans yang
Dans les pays chauds (yang), les arbres sont gorgés d’eau (yin)
Dans les pays froids (yin), les arbres sont durs et secs yang pour ne pas geler
En été (yang), il est bien de boire frais et manger sucré et acide (yin) pour retenir l’eau.
En hiver (yin), au contraire, il faut boire chaud et manger salé, alcalin et amer (yang). En fait il faut consommer tout ce qui se garde naturellement l’hiver, sinon vous, et plus encore vos enfants, serez fragilisés (ex : yaourts, pâtisseries, bonbons…)
Il est parfaitement déraisonnable de consommer en hiver des produits des pays chauds qui sont prévus pour lutter contre la chaleur !
Je me souviens encore d’une amie qui était allée en vacance au Brésil et qui y avait fait une cure d’ananas ; cela lui avait fait tellement de bien qu’elle en ramena une cargaison en France pour continuer un moment ce miraculeux régime. Et là au bout de 2 jours, elle fut prise d’une crise de sinusite épouvantable. Elle me téléphona pour m’appeler au secours ; je lui fis remarquer que l’on était en France au mois de février… Je lui demandai de stopper ses ananas (yin++) et de compenser immédiatement avec du Gomasio et des soupes de Miso (yang++). En moins de 12 heures, la crise de sinusite fut complètement réglée.

2ème principe : Grand yin attire petit yin,
et grand yang attire petit yang
Pour mieux comprendre, il faut comparer yin et yang aux pôles nord et sud d’un aimant.

Tout le monde sait que deux aimants s’attirent quand on présente Nord/ Sud et se repoussent quand on présente Nord/ Nord ou Sud/ Sud.

Mais si l’on prend un gros aimant et un petit aimant, Nord/Sud s’attirent mais aussi Nord/ Nord et Sud/Sud. C’est ce qui a fait découvrir le principe de base de l’homéopathie par Hahnemann : la dilution d’un poison ou d’un exsudat toxique les attire magnétiquement et active leur élimination.

C‘est aussi par ce principe que les radioparticules par irradiation sont piégées, neutralisées et éliminées par l’argile qui est, elle, naturellement légèrement radioactive.

3ème principe : Aux extrêmes, Yin produit Yang,
et Yang produit Yin – Yin et Yang se rejoignent
C’est le principe de la réaction par effet inverse. Par exemple, si vous jouez à mains nues avec la neige, vous aurez d’abord très froid aux mains, voire l’onglée, puis 10 minutes après, celles-ci deviennent très chaudes.

Le grand Yin et le grand Yang produisent des effets similaires. Remarquez que la suralimentation crée des carences par encombrements métaboliques identiques à la sous nutrition – la preuve est qu’au bout de 7 jours de jeûne, toutes les carences minérales et vitaminiques disparaissent (voir les travaux du Dr P.V. Marchesseau).

4ème principe : La nature essaye toujours de revenir
à l’équilibre (la voie du milieu)
C’est toujours ce qui se passe lorsque l’on n’intervient pas – mais cela peut prendre du temps pour certaines choses.

En naturopathie, le principe du TAO se vérifie encore :

Un tempérament carbo-sulfurique (qui est Yang) est normalement attiré par tout ce qui est Yin : eau froide, fruits acides, sucré, crudités, pour s’équilibrer.
Un tempérament phospho-muriatique (qui est Yin) est attiré par tout ce qui est Yang : eau chaude, légumes alcalins, salé, cuit, céréales, pour s’équilibrer.
Classification partielle des aliments
Les légumes :
D’une manière générale, les racines sont yang (dures) et les parties aériennes sont yin (molles).

les plus yang : potirons, carottes, salsifis, bardanes, cresson, betteraves rouges,
les plus yin : aubergines, tomates, piments, haricots verts, concombres, asperges, oseille, épinards, artichauts, courges, pousses de bambou, champignons , petits pois, céleri.
Les céréales :
Elles sont globalement équilibrées quand elles sont bio comme le riz complet.

Tendance yin : maïs, seigle, orge, avoine,
Tendance yang : sarrasin.
Les fruits :
D’une manière générale, ils sont yin sauf les pommes et les coques. Les plus yin : ananas, pamplemousse, oranges, bananes, figues, citrons.

Les laitages :
Ils sont tous yin sauf le roquefort et les fromages de chèvre qui sont très yang.

Les condiments :
Les plus yin : gingembre, paprika, curry, poivre, piment.
Le plus yang : sel marin brut.
Les boissons :

Les plus yin : café, coca cola, sodas, jus de fruits, champagne, bière, vins blancs et rosés.
Les plus yang : thé Mu, chicorée.
Les divers :
La plupart sont Yin. Les plus yin : miel, sucre roux, mélasse, graisses.

Compresses et cataplasmes
Les principes du Zen s’appliquent aussi aux compresses et cataplasmes - dont les effets sont immédiats (normalement en 20 minutes).

A noter que les compresses qui apportent du chaud humide n’ont pas le même effet que les bouillottes qui apportent du chaud sec.

On distingue 2 catégories d’organes : les organes pleins (foie, reins, poumons, cœur, etc.) qui sont Yang, et les organes creux (intestins, vessie, vésicule biliaire, estomac, etc., le cerveau pour certains…) qui sont Yin.

Exemples classiques de dysfonctionnements :
Gastrites – colites (organes Yin trop yin) : il faut apporter du Yang = compresse chaude.
Foie engorgé (organe Yang pas assez Yang) = compresse chaude.
Bronchite (organe Yang pas assez Yang) – il faut brûler les agents infectieux = compresse chaude, ou mieux cataplasme chaud au gingembre râpé infusé.
Appendicite (organe yang trop yang) = compresse très froide avec glaçons.
Angine – amygdalite – extinction de voix : Nos grands-mères, pour une fois, avaient tort avec la croyance qu’il faut tenir le cou au chaud. C’est le meilleur moyen pour entretenir les bouillons de culture, surtout en plus avec un cache-col rouge – donc vive le décolleté. Concernant le traitement (tant pis pour les grands-mères), compresse trempée dans de l’eau avec glaçons à refroidir toutes les 5 minutes – total 20 min comme d’habitude. Il faut avoir essayé une fois pour être convaincu de l’efficacité de cette méthode venant de l’empire du soleil, et aussi : secret des chanteurs d’opéra !

Bon hiver à tous !

Michel Dogna



- Vous n'avez pas reçu les newsletters d'Alternative Santé. Découvrez-les en allant sur le site
http://www.alternativesante.fr/fre/21/newsletters/newsletters/liste/tio:e4cb994608bce3d7fea92146103a4db1/

- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien
http://www.alternativesante.fr/recevez-gratuitement-notre-newsletter/#.U30a0ChAf_I



De nombreux lecteurs nous interrogent sur telle ou telle pathologie et son traitement naturel. Il se peut que nous traitions, un jour ou l'autre, leur problème de santé, mais cela reste hypothétique. Pour avoir rapidement des réponses à vos questions de santé, nous vous invitons à consulter l'index des articles parus dans Principes de Santé, le journal de la médecine naturelle en suivant ce lien.
http://soignez-vous.com/index-des-articles.html

Si vous recherchez un thérapeute pratiquant une des disciplines des médecines alternatives, vous en trouverez une liste près de chez vous en vous rendant sur le site annuaire-therapeutes.com
http://www.annuaire-therapeutes.com/
Si vous ne souhaitez pas que votre adresse mail soit communiquée, précisez-le nous dans vos mails.



Dernière édition par Libellule le Dim 7 Juin 2015 - 18:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Dossiers Alternative santé 2014   Dim 7 Juin 2015 - 17:18



source http://www.alternativesante.fr/
"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris

Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.





AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER n°120 du 27 novembre 2014
- Les OGM nous transmettent leur ADN par Michel Dogna
- Psoriasis : êtes-vous sûr(e) d'avoir tout tenté ? par Dominique Vialard




Bonjour,
Quand on est écolo, on se préoccupe de nucléaire, de pollution, de développement durable, de dérèglement climatique, de protection des espèces... mais pas beaucoup de santé humaine apparemment. Si vous avez lu, par le passé, le programme des partis qui se réclament de cette tendance politique, il n'y a souvent que quelques lignes en matière de santé qui concernent l'organisation des services hospitaliers ou encore le périmètre des bénéficiaires de la Sécu, mais on ne parle jamais de santé naturelle.

Pourtant, le rapport entre écologie et santé est visible à l'oeil nu. Rappelez-vous ces photos prises à Paris, il y a un an exactement, où l'on voyait la Tour Eiffel noyée dans un nuage de pollution. Pour tous les Parisiens, cette journée a été identique à une journée passée avec huit fumeurs enfermés dans un ascenseur... La santé environnementale, une discipline née il y a quelques années, est pourtant un enjeu à peine cité par les écologistes qui préfèrent parler de la santé de la planète que de celle de l'homme.

A l'inverse, on ne peut pas nier que toute notre pharmacopée synthétique est un polluant majeur. On sait que les antibiotiques, les résidus d'oestrogènes et les perturbateurs endocriniens sont disséminés dans l'eau aussi largement que la matière plastique dans le monde. Il est aussi prouvé que le nucléaire médical est beaucoup plus polluant que celui des centrales.

De même aucun écologiste ne pourrait nier qu'une alimentation saine et équilibrée ou des traitements phyto sont une manière de se soigner plus "écolo" que celle qui consiste à avoir recours aux molécules des labos pharmaceutiques. Mais la disparition de nos bactéries amies semble moins les préoccuper que celle des escargots Partula gibba.

Si l'écologie est bien la science des conditions d'existence, une autre approche de la santé semble s'imposer. On se mobilise contre la maltraitance des animaux, mais pas contre celle des personnes âgées en institution. On s'insurge contre l'inhumanité supposée des patrons de cirques, mais pas contre celle de certains dirigeants de centres hospitaliers. On explique qu'il faut remonter à la source des problèmes écologiques pour les résoudre, mais on reste attaché à une médecine aveuglée par les symptômes.

Dès l'année prochaine, nous entrerons à nouveau en campagne électorale et je suis prêt à parier que, malgré la quantité phénoménale d'électeurs convaincus par les médecines alternatives (au sens large), aucun parti n'osera enfourcher ce cheval de bataille, même pas les écolos... Si vous, lecteurs, avez assez d'influence pour leur faire comprendre qu'il y a là un argument politique fort à défendre, faites-le vite avant qu'ils ne rédigent leur programme.

Faites-leur lire cette newsletter par exemple. Il y a un article sur les OGM (ça, ils voient ce que c'est) et sur les preuves accumulées de leur nocivité pour la santé humaine. Ils seront forcément d'accord avec Michel Dogna qui a rédigé cet article. Et puis il y a un article sur le psoriasis. Là, ils ne vont pas voir le rapport. Mais si l'écologie est la science des conditions d'existence, faites leur comprendre ce que vivent les patients atteints de cette pathologie que la médecine ne sait pas soigner. Et s'il y avait une solution pour en sortir, sans employer de corticoïdes (que l'on retrouve ensuite dans l'eau), ne faudrait-il pas l'explorer ? Dominique Vialard l'a fait pour vous.

Bonne lecture

PS : Ultime mise à jour pour le numéro 18 (novembre) d'Alternative Santé. Trois nouveaux articles. Le premier concerne un remède inventé par les alchimistes : l'huile de Haarlem (c'est du soufre biodisponible, donc c'est bon pour la peau et les articulations).
http://www.alternativesante.fr/remede-de-grand-mere/l-huile-de-haarlem-contre-les-douleurs-articulaires-et-les-problemes-de-peau

Le deuxième parle des parasites internes des animaux et de la manière de les soigner naturellement.
http://www.alternativesante.fr/animaux/les-parasites-internes-des-chiens-et-des-chats

Le troisième explique comment remonter son niveau vibratoire.
http://www.alternativesante.fr/medecine-energetique/comment-remonter-son-energie-vibratoire

PPS : Attention ! L'accès à l'intégralité des archives du site pour 15 euros (offre réservée aux abonnés en cours) n'est valable que jusqu'au 31 décembre prochain. En janvier, le prix passe à 19 euros.

Alexandre Imbert



LES OGM NOUS TRANSMETTENT LEUR ADN
La revue « Public Library of Science » a publié une nouvelle étude dans laquelle les chercheurs soulignent qu’il existe maintenant des preuves suffisantes selon lesquelles des repas ayant des fragments d’ADN génétiquement modifiés portent des gènes qui peuvent entrer dans le système humain, confirmant ce que beaucoup de gens ont soupçonné depuis des années.

« Public Library of Science » est une revue scientifique à libre accès, très respectée, qui couvre la science et la médecine. Quatre études indépendantes ont été effectuées sur plus de 1 000 échantillons humains, plus précisément, des échantillons sanguins.

Echangez vos gènes avec une pomme
Dans les échantillons étudiés, on a trouvé des concentrations d’ADN végétal supérieures à celles d’ADN humain. Les généticiens ont du mal à imaginer un être humain échangeant des gènes avec une pomme, une banane ou une carotte. Mais les conditions et les règles biologiques qui s’appliquent au transfert vertical des gènes (par la descendance) ne s’appliquent pas nécessairement au transfert horizontal des gènes (entre espèces).

On sait aussi qu'une petite mutation dans un être humain peut entrainer des phénomènes inattendus, à tel point que lorsqu’on déplace un minuscule gène d’un organisme dans un autre, il n’existe aucun moyen de prédire comment il va se comporter et ce qu’en sera le résultat.

Il est également assez clair que l’ADN de la nourriture OGM peut réellement aboutir dans les tissus animaux et les produits laitiers que les gens consomment.

Même les bactéries intestinales sont modifiées
Il y a aussi des études qui démontrent que quand les humains ou les animaux digèrent les aliments génétiquement modifiés, les gènes artificiellement créés transfèrent et modifient la nature des bactéries bénéfiques dans l’intestin.

Les chercheurs rapportent que les microbes trouvés dans l’intestin grêle de personnes ayant certains désordres intestinaux sont capables d’abriter des séquences d’ADN provenant de plantes génétiquement modifiées. En outre, des études ont relié les aliments OGM pour animaux à des inflammations graves de leur estomac et à des utérus élargis chez les porcs.

Les super-mauvaises-herbes existent déjà
Il est également important de noter que le transfert de gènes entre des cultures génétiquement modifiées et des espèces classiques voisines a donné lieu à des nouvelles espèces très résistantes appelées « super-mauvaises-herbes ».

Aux États-Unis, on a pu constater que ce risque est réel lorsque des traces d’un type de maïs, qui avait été approuvé seulement pour l’alimentation animale, sont apparues dans du maïs environnant destiné à la consommation humaine. « Watrud et al » (2004) ont constaté que des transgènes résistant aux herbicides se sont propagés par le pollen sur un rayon de 21 km autour de la zone de contrôle et avaient pollinisé des agrostides stolonifères sauvages.

Les Chinois abandonnent les OGM
En 2009, le comité de biosécurité du ministère chinois de l'Agriculture avait délivré des autorisations pour développer expérimentalement deux cultures : le riz et le maïs. Mais il était illégal de vendre du riz génétiquement modifié sur le marché libre en Chine. Cependant, en juillet, du riz OGM a été trouvé en vente dans un grand supermarché à Wuhan, qui est juste en face de la rizière Yangtze de l’Université agricole de Huazhong, où le produit OGM était développé, ce qui a provoqué un tollé général.

Le ministère chinois de l’Agriculture a donc fait volte-face en décidant le 17 Août dernier de ne pas continuer le programme de recherche sur le riz et le maïs OGM. Les autorisations de sécurité émises en 2009 étaient seulement des permis pour cultiver le riz à des fins de recherche, mais jamais pour sa vente sur le marché libre. Dr Zhang Oifa, professeur à l’Université agricole de Huazhong a déclaré au South China Morning Post : « Il n’est pas improbable que les semences aient contaminé les alentours. On ne sait pas pourquoi ces graines se sont répandues. Il est aussi possible que des entreprises de semences aient volé des graines pour les reproduire illégalement »
Dans tous les cas, la Chine ayant atteint l’autosuffisance avec sa production de riz, il n’y avait pas lieu de produire des variétés OGM.

Michel Dogna



PSORIASIS : ÊTES-VOUS SÛR(E) D'AVOIR TOUT TENTÉ ?
Le psoriasis est une maladie de "peau-prison", qui vous enferme dans la gêne, le mal-être et parfois, la dépression. Sournois, minant, le "pso" pourrit la vie d'un million de Français. Chaque année rejoints par 100 000 nouveaux cas.
En formes chroniques, "on n'en sort pas" nous dit le corps médical, surtout quand tout semble fait pour l'entretenir sans le guérir (il faut bien faire tourner l'industrie).

Ce que le psoriasis a de terrible
Les désagréments directs de cette maladie sont non contagieux mais vilains (irritations, grattages, complications), et lourds de conséquences : la honte d'un mal que l'on porte sur soi comme un lépreux ou un pestiféré. On lorgne vos croûtes, vos rougeurs, on évite de vous faire la bise. C'est l'image et l'estime de soi qui partent en pellicules, en suintements gras… Cette maladie se nourrit d'elle-même, son impact social l'aggrave. On finit par le traiter par le mépris...

C'est vrai, on n'en guérit jamais vraiment malgré les traitements, comme on vous le répète (au lieu de dire que ce sont ces traitements qui ne guérissent pas).
Les médicaments classiques, bien sûr, sont plutôt efficaces, mais au prix d'effets intempestifs et parfois dangereux, et pour des rémissions passagères.
En vérité, quand on souffre du pso, on passe son temps à chercher la solution. Une vraie quête, parfois d'une vie.

Enfin, le psoriasis plonge ses racines dans un terreau mêlant hérédité, causes environnementales, émotions et psyché. Et au final tout se rejoint sur le terrain immunitaire dans ce qui ressemble bien à un emballement auto-immun. Un corps étranger, un non-soi se tapit quelque part...

Aussi déprimant que mystérieux
En gouttes, en plaques, pustuleux, aux ongles, sur les paumes des mains, les plantes de pieds, les parties intimes ou le cuir chevelu, le psoriasis est insupportable. Et doublement sévère quand on le porte sur son visage ou en forme généralisée.

Je ne vais pas répéter ici ce que le Dr Luc Bodin explique déjà en détail sur notre site (voir ici)
http://www.alternativesante.fr/problemes-de-peau/le-psoriasis-comment-peut-on-s_en-debarrasser

mais je résume :
Le pso, c'est souvent héréditaire (dans au moins un tiers des cas).
Le pso est un dérèglement du système immunitaire.
Le pso se déclenche, s'active ou se réactive sans que l'on sache toujours pourquoi. Il peut ainsi apparaître à la suite d'une banale infection (la gorge chez l'enfant, les voies respiratoires chez l'adulte), d'une dysbiose intestinale (l'alimentation toujours !), d'une subluxation articulaire, d'une vaccination ou de la prise d'un médicament (bêtabloquants, antipaludéens, lithium...).
Le pso est lié au stress. La pression nerveuse en est le ressort et son expression aggrave à son tour le stress. Cercle vicieux...
Le pso à la longue peut générer des complications sévères, rhumatismales (arthrite psoriasique...), mentales aussi.
Il fait quoi le dermato ?
L'approche conventionnelle est invariablement la même. Elle consiste à s'attaquer aux effets visibles du psoriasis en agissant sur le plan immunitaire, en combattant l'inflammation, en calmant l'irritation.

Dans le pso, les lymphocytes T s'excitent, et à leur tour ces cellules stimulent les kératinocytes, les cellules superficielles de la peau. Cela entraîne une sorte de prolifération du derme comme si les cellules n'arrivant pas à "mûrir" correctement, "tombaient" avant d'arriver à maturité. D'où ces grands lambeaux, ces squames. On se gratte, ça pèle, forme des couches successives et plus on se gratte plus il y en a, plus l'épiderme est à vif.

Réponse médicale logique : on fait chuter l'immunité, histoire d'éviter que les lymphocytes ne s'expriment de la sorte ; on éteint l'inflammation. Les armes : les corticoïdes et corticostéroïdes, des formes dérivées de vitamine D, le méthotrexate (un anti-métabolite utilisé dans les maladies auto-immunes et certains cancers) ou, invention récente la biothérapie (qui n'a rien de bio).

Le génie génétique au secours !
La biothérapie, méthode récente et coûteuse, consiste à injecter des substances qui vont bloquer l'immunité à la source. Je passe sur la nature de ces substances fabriquées par génie génétique à partir de recombinants (regardez sur Internet, à "biothérapies" pour avoir une idée de la chose... souris transgéniques et compagnie).

Ces remèdes sont par nature dangereux car sans guérir le psoriasis (ils le calment certes mais l'entretiennent en même temps et vous rendent dépendants), ils ouvrent la porte de vos défenses à tous les vents laissant votre organisme désarmé face à la moindre infection comme à la menace cancéreuse.

La mer Morte, c'est pas la porte à côté !
Autrefois on soignait le psoriasis par des bains réguliers, avec des sels de mer, du bicarbonate. C'est une façon d'alcaliniser la peau et de faire tomber les squames. Dans les cas sévères on allait en cure en Israël au bord de la mer Morte, où cet effet est renforcé, et c'est toujours le cas. Comme cette mer curieuse est située 400 m en dessous du niveau habituel de la mer, il s'y produit un phénomène d'évaporation qui alimente un nuage de vapeur d'eau chargée de sels. Ce nuage filtre les UV si bien que les rayons du soleil peuvent jouer leur rôle thérapeutique sans effets néfastes.

En renfort de cette héliothérapie la concentration saline de cette mer (10 fois supérieure à la Méditerranée) ainsi que sa forte teneur en magnésium, calcium, brome et potassium, agissent visiblement sur la santé du derme en diminuant la prolifération des kératinocytes.
Une cure de bains quotidiens dans la mer Morte sur une durée de 3 semaines améliore généralement la santé du malade et lui procure des périodes de rémission de plusieurs mois. Mais loin de la mer Morte, l'effet disparaît et on a beau acheter des sels de la mer Morte, ça ne fonctionne pas aussi bien... on n'a pas mis le soleil en boîte...

Des solutions naturelles, il y en a... pour calmer
Les solutions traditionnelles, pour être honnêtes, permettent plus souvent de soulager (et de stopper la desquamation) que de traiter en profondeur. Mais il faut commencer par là !

Le psoriasis correspond à une pathologie d’élimination de déchets par la peau, au niveau des cheveux, des genoux, des coudes… Une faiblesse du foie et des intestins peut y être associée puisque ces organes sont chargés d’éliminer les toxiques. Une cure de 3 semaines de décoction de chardon-Marie ou de tisane de mauve (voir ici) peut atténuer le mal.
http://www.plantes-et-sante.fr/article/soigner-phytotherapie-psoriasis-traitements-naturels.html?page=2

Cette maladie étant typiquement psychosomatique, tout ce qui peut améliorer la gestion du stress en soutenant le système nerveux est à prendre. Un petit geste régulier comme l'inhalation de camomille romaine équilibre le système nerveux (et ramène au calme dans les moments d’anxiété et de peurs).

Evitez de faire empirer les choses
En période de poussées, quelques gestes simples permettent d’empêcher que la situation n’empire :

Évitez absolument de gratter les plaques.
Après le bain ou la douche, hydratez en appliquant sur la peau mouillée une goutte d’huile de rose musquée en massant doucement.
N’utilisez pas de produits à base d’alcool sur la peau.
Appliquez de l’argent colloidal en compresse sur les plaques, 2 fois par jour. Cela favorise la cicatrisation.
http://www.alternativesante.fr/antibiotiques/l-argent-colloidal-antibiotique-interdit

Pour le cuir chevelu, massez-le avec de l’hydrolat de bois de santal .
Exposez-vous au soleil.
De bons gestes alimentaires aussi :
Adoptez un régime alimentaire hypotoxique (si possible, sans gluten) et consommez au minimum chaque jour 3 cuillères à soupe d’une huile crue et biologique de première pression à froid riche en oméga-3 (périlla, colza ou cameline).
Gare aux gâteaux secs, chocolat, sucres, charcuteries, poissons et crustacés, sans oublier alcool et cigarette qui aggravent le pso.
Voici une cure facile à faire
Avec un peu de volonté, vous ferez une monodiète de pommes cuites (on rapporte au moins 50% d'amélioration) : choisir des pommes de qualité bio, les faire cuire dans une casserole en morceaux ou entières au four, les manger sans rien ajouter pendant 5 à 7 jours (fade au début le goût vous paraîtra terriblement sucré à la fin)..

Le chaînon manquant ?
Dans la moitié des cas, l’apparition du psoriasis fait suite à un événement : accident, grosse frayeur, deuil… qui remonte parfois jusqu’à six mois avant la première atteinte. Le stress d'une séparation (au sens large) est le principal facteur déclenchant.

La recherche la plus avancée, la psycho-neuro-immunologie (étude du lien entre le psychisme, les nerfs et les cellules immunitaires), tend à démontrer que lorsque nos hormones du système neurovégétatif ne parviennent plus à tempérer la tension mentale nerveuse, quand la fabrication de neurotransmetteurs calmants n'est plus possible, la peau, principal émonctoire et frontière du soi, déraille. Ce n'est qu'une hypothèse mais tout se passe comme si les plaques de pso apparaissaient quand les capacités de réponse du système nerveux atteignaient leurs limites.

Ils avaient tout essayé...
sauf la phosphatidylcholine
Cette explication offre un point d'appui pour agir contre la maladie. Comment ? En mettant de l'huile dans les rouages : traduisez de bons acides gras dans le réseau cellulaire pour une meilleure transmission nerveuse.

C'est en tâtonnant pendant plus de 20 ans que le Dr Paul Dupont, dermato, ancien chef de clinique, a fini par découvrir empiriquement un remède qui emprunte cette voie nerveuse : la lécithine marine. Et cette solution ne ressemble pas à un placebo car elle a d'abord été appliquée à des patients qui ne s'en sortaient pas et que l'on avait fini de convaincre que leur pso était incurable.

La lécithine est une substance naturelle composée de plusieurs phospholipides. Ces phospholipides alimentent notre système nerveux, notre cerveau, entre autres.

La lécithine marine extraite de poissons sauvages qu'utilise le Dr Dupont contient en particulier un phospholipide (la phosphatidylcholine) qui est le précurseur de l'acétylcholine à la jonction neuro-cutanée. D'où peut-être l'étonnante efficacité de cette substance, mise en lumière par deux petites études*.

Dans ces tests où les patients avaient stoppé tout traitement (sauf émollients), une diminution des symptômes a été observée après 3 mois de traitement et une cicatrisation des plaques, chez la grande majorité des sujets, après 6 mois.

Le protocole lécithine marine
L'avantage de la lécithine marine serait d'être bien mieux assimilée au niveau de la peau que les seuls oméga-3. Cependant, il faut en prendre en quantité suffisante et sur la durée pour en bénéficier pleinement. A l'état brut, c'est une pâte dure qui sent le poisson, elle se prend donc sous forme diluée.

On en trouve sous différentes formes galéniques :
en gélules pour le traitement de fond,
https://boutique.oemine.com/fr/gamme-lecithine-marine-pso/59-pso-60-gelules-3760234291809.html?refpromomail=santeportroyal20141126

en liquide pour le traitement d'attaque.
https://boutique.oemine.com/fr/gamme-lecithine-marine-pso/62-pso-1000-flacon-125ml-3760234291823.html?refpromomail=santeportroyal20141126

Et en crème pour appliquer directement sur la peau.
https://boutique.oemine.com/fr/dermo-cosmetique-naturelle-et-biologique-/205-pso-creme-100-ml-3760234292103.html?refpromomail=santeportroyal20141126

Le remède central du protocole reste les gélules de lécithine marine d'origine naturelle (vous en trouverez ici).
https://boutique.oemine.com/fr/gamme-lecithine-marine-pso/59-pso-60-gelules-3760234291809.html?refpromomail=santeportroyal20141126

L'effet sur les nerfs est marqué, si bien qu'il n'est pas rare que la personne se sente plus cool au bout de quelques semaines de traitement.

PSO... Patience, Soleil, Optimisme...
Il est toujours possible de guérir d'un psoriasis. Des magnétiseurs le prouvent tous les jours. C'est plus magique et plus rapide que ce que je vous propose mais ça cloue le bec aux pessimistes.
Car il en faut un peu, de l'optimisme, pour s'en sortir. Un peu de patience aussi (en tout cas sans magnétiseur chevronné), et un peu de soleil si possible.

Prenez soin de vous.

Références :
* Dupont P. Traitement du psoriasis par la lécithine marine, Phytothérapie, vol. 4, no 1, 2006, pp. 15-22.
Dupont P. Intérêt de la lécithine marine (Pc-DHA) dans le psoriasis. Officiel santé. 2006; Septembre-octobre, 35: 30-31.

Dominique Vialard



- Vous n'avez pas reçu les newsletters d'Alternative Santé. Découvrez-les en allant sur le site
http://www.alternativesante.fr/fre/21/newsletters/newsletters/liste/tio:e4cb994608bce3d7fea92146103a4db1/

- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien
http://www.alternativesante.fr/recevez-gratuitement-notre-newsletter/#.U30a0ChAf_I



De nombreux lecteurs nous interrogent sur telle ou telle pathologie et son traitement naturel. Il se peut que nous traitions, un jour ou l'autre, leur problème de santé, mais cela reste hypothétique. Pour avoir rapidement des réponses à vos questions de santé, nous vous invitons à consulter l'index des articles parus dans Principes de Santé, le journal de la médecine naturelle en suivant ce lien.
http://soignez-vous.com/index-des-articles.html

Si vous recherchez un thérapeute pratiquant une des disciplines des médecines alternatives, vous en trouverez une liste près de chez vous en vous rendant sur le site annuaire-therapeutes.com
http://www.annuaire-therapeutes.com/
Si vous ne souhaitez pas que votre adresse mail soit communiquée, précisez-le nous dans vos mails.





Dernière édition par Libellule le Dim 7 Juin 2015 - 18:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dossiers Alternative santé 2014   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dossiers Alternative santé 2014
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Avril 2014 - Louis fatigué à cause d'un problème de santé?
» OVNIS et dossiers secrets
» Pour avoir des nouvelles de sa santé.
» Musique à Rome. Les dossiers d'Archéologie n°320
» La scène alternative française 80-90

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: SANTE, BEAUTE, Ménage, ENVIRONNEMENT :: ALIMENTATION-SANTE-BEAUTE--
Sauter vers: