Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alternative santé 2014

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Alternative santé 2014   Dim 6 Juil 2014 - 12:17



source http://www.alternativesante.fr/
AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER n°88 du 18 avril 2014

- Mon aventure personnelle avec la méthode Gardellepar Michel Dogna

- Le psyllium fait le ménage dans votre intestin par Caroline Morel



Bonjour,
Dans quelques jours, on fêtera la rupture du jeûne chrétien. Quarante jours jusqu'à Pâques... Le régime du carême : du poisson ou des viandes blanches le soir avec quelques légumes, du bouillon..., c'est tout. Pendant des siècles on a pratiqué ce jeûne religieusement dans l'Europe catholique, mais aujourd'hui, on ne pratique presque plus cette tradition chez nous et la rupture du jeûne chrétien se traduit plutôt par une orgie de Kinder Surprise que par un grand moment de spiritualité.

C'est malgré tout, pour les médias, l'occasion de parler de Jésus, alors parlons-en. De nombreux historiens ont étudié les documents fondateurs du christianisme. On connaît désormais les lieux, les paroles, les gestes presque en détail. On émet des hypothèses comme on a l'habitude de faire pour toutes les grandes stars : Jésus était-il avec Marie-Madeleine ? Est-il vraiment mort sur la croix ? Comment a-t-il fait ses miracles ? Toute la vérité sur Jésus...

On dit moins que Jésus avait sans doute appris une ou deux choses avant de se retrouver prédicateur à Jérusalem. On suppose qu'il a passé un certain temps chez les Esseniens (une importante secte juive installée en Syrie et prônant la frugalité et le retrait du monde). On admet maintenant son séjour probable à l'école des Thérapeutes d'Alexandrie, un mouvement qui accueillait tous ceux qui voulaient recevoir l'enseignement et dont les adeptes soignaient les malades au moyen de secrets bien gardés. Des spécialistes de la médecine naturelle, pratiquant la méditation, et convaincus du lien entre maladies du corps et de l'esprit...

Au delà de Jésus, on découvre qu'il y avait à la même époque des centaines de thérapeutes qui oeuvraient dans le monde, autant chez les Grecs et les Egyptiens que chez les barbares. Leur sanctuaire, laïc, se situait près d'Alexandrie, mais leur renommée était mondiale. Ils étaient en général très sollicités et reconnus pour leurs pouvoirs exceptionnels de guérisseurs. Pourtant, malgré leur nombre, malgré leur réputation et malgré les témoignages sur leurs écrits, on n'a quasiment rien retrouvé de leur culture, ni de leurs secrets...

N'est-il pas étonnant de voir que les Catholiques qui vénèrent la moindre esquille de bois prétendument issue de la Croix ne se soient pas intéressés du tout aux remèdes employés par le jeune prédicateur (les Ecritures sont pourtant truffées de guérisons spectaculaires). L'explication miraculeuse empêchait que l'on creuse l'hypothèse d'un simple savoir-faire thérapeutique, même hors du commun. Du coup, tout a été perdu, ou détruit sciemment...

Désespérante disparition, car moi j'aurais bien envoyé mes enfants dans cette école magique d'Alexandrie. Un peu comme à Poudlard, l'école de Harry Potter. J'imagine ces dizaines d'élèves découvrant l'art de guérir, la méditation, le jeûne, la psychologie (guérir les tourments de l'âme faisait partie intégrante de la thérapie), la philosophie.... Ce n'est pas tous les jours qu'on a l'occasion d'apprendre à multiplier les pains ou à réveiller les morts...

Deux mille ans plus tard, on commence à peine à redécouvrir les bienfaits d'une alimentation frugale, à admettre la puissance des remèdes naturels ou à envisager les immenses pouvoirs de l'esprit... Que de temps perdu sous prétexte que Jésus devait absolument être fils de Dieu. Et que de savoirs enterrés pour ne pas entraver l'expansion d'un catholicisme dont la préoccupation principale a longtemps été de faire disparaître tous les rites et toutes les traces des spiritualités qui l'ont précédé.

Alors il nous faut retrouver seuls les trucs simples des thérapeutes itinérants, comme le plantain, l'ami des bords de chemins, dont la graine et le tégument étaient employés par les Egyptiens et les peuples antiques pour soigner tout un tas de pathologies liées à l'intestin. Cela fonctionne comme ces éponges qui triplent de volume dans la baignoire. Ça passe dans l'intestin et ça fait un petit coup de propre, nettoyant en particulier les métaux lourds. Le Christ devait connaître ça... Caroline Morel est son apôtre, lisez son épître.

Dans le genre remède de Jésus, il y a aussi l'eau chaude et l'eau froide. Michel Dogna, grand admirateur des Esseniens (lire son livre paru chez Trédaniel : "Communions esséniennes et pensées pour notre temps") est un fervent adepte de cette thérapie thermique. Lisez son homélie et puis ensuite vous réciterez deux Pater et trois Avé.

Bonne lecture



MON AVENTURE PERSONNELLE AVEC LA MÉTHODE GARDELLE
Pierre Gardelle, cet ancien ingénieur des Arts et Métiers, a passé l’essentiel de sa vie en tant que kinésithérapeute. Cet homme remarquable que j’ai côtoyé dans ses dernières années fut un grand militant des médecines douces et de la naturopathie. En outre, il fut celui qui a introduit Oshawa en France.

Monter les escaliers sans être étouffé
Son esprit d’observation lui a permis de mettre au point diverses méthodes de soins, ainsi que des techniques spéciales dans le domaine du sport. Par exemple, j’ai personnellement retenu une méthode pour monter les étages sans être essoufflé. En effet, j’ai vu Pierre Gardelle faire le pari avec des jeunes à celui qui arriverait frais et dispos en haut de 6 étages d’un immeuble parisien. De fait, en montant d’un bon pas, il est « normal », même en étant en bonne forme, d’être essoufflé voire hors d’haleine en arrivant en haut. Pierre Gardelle partait du principe que lorsque l’on s’essouffle, on est déjà en état d’asphyxie. Si l’effort persiste, on ne peut plus rattraper ce retard d’oxygène. La seule façon d’éviter cela, c’est de respirer et de souffler à fond juste avant l’effort (en bas de l’escalier). La méthode est magique et l’on peut ainsi monter longtemps avec facilité. Je vous conseille d’essayer pour en être convaincu.

L'histoire de Pierre Gardelle
En fait ce n’est pas Gardelle mais moi-même qui ai baptisé sa méthode du nom médico-scientifique de « thermothérapie différentielle », d’autant plus que j’en ai modifié quelque peu les modalités pour des raisons de commodité, car lorsque quelque chose est trop fastidieux, on hésite à le faire.

Avec sa méthode, Pierre Gardelle a résolu en quelques séances des hémiplégies (suites d’AVC), des aphasies (perte de la parole), des tumeurs au cerveau, des abcès osseux, des gangrènes, de nombreuses pathologies inflammatoires lourdes, et même un cas de folie.

Bien que ses expériences fussent limitées en nombre, (selon son expression «je ne suis pas l’hôpital de la Salpétrière »), pratiquement toutes ses interventions furent couronnées de succès.

Depuis près de 20 ans, j’enseigne la méthode Gardelle dans mes conférences et dans mes stages, mais peu de personnes et, plus désolant, peu de praticiens, en prennent l’initiative malgré le total manque de risques. Ils préfèrent s’en remettre prudemment à la médecine orthodoxe bien qu’elle offre pour les cas précités de bien médiocres résultats. Heureusement il y a néanmoins, çà et là, quelques « aventuriers » qui osent prendre quelque responsabilité et qui me rapportent régulièrement des succès inespérés, miraculeux, grâce à cette technique géniale.

Une fois de plus, je tente ici de planter la graine avec l’espoir que parmi la masse inerte, quelques esprits dynamiques en feront une botte secrète judicieusement utilisée. Jamais la médecine ne s’intéressera à la méthode Gardelle car celle-ci ne nécessite aucun appareil, aucun produit, si ce n’est de l’eau chaude et des glaçons.

Donc rien de rentable.
Donc, inutile de demander qui pratique la méthode ; cela reste dans le cadre familial, pour ceux qui ont le courage de sortir de l’assistanat.

Mon aventure personnelle
En 2011, suite à un voyage très éprouvant en avion, j’ai fait un AVC. Avec ma femme, nous avons en regard de mes troubles (troubles spatiaux, impossibilité de trouver mon nez avec la main gauche, difficulté de parole pour articuler) immédiatement pensé à l’AVC. J’ai très vite été acheminé à une clinique qui a constaté une petite thrombose cérébrale avec 3 caillots.

Je suis sorti 2 jours après sur ma demande avec Kardégic pour fluidifier le sang et Tahor (statine) à prendre à vie, mais que je n’ai jamais pris.

Rentrés à la maison, nous avons immédiatement entamé un « Gardelle » à raison de 3 séances par jour de 1 heure.

Le troisième jour, alors que nous recevions des amis, j’ai subitement retrouvé le langage normal – j’en ai pleuré de joie – et je dois dire que pendant les 6 mois qui on suivi, j’ai vécu une période d’hypersensibilité qui me faisait pleurer facilement. Par ailleurs, ma main gauche qui paraissait fonctionner normalement, était devenue incapable de coordonner des mouvements rythmiques au piano et de plaquer des accords précis – il m’a fallu 6 semaines pour la rééduquer à jouer correctement, tout en continuant le Gardelle 1 fois par jour pendant ce temps.

La méthode d'origine
Je vais présenter ici, dans toute son exactitude, la façon dont procédait Pierre Gardelle, et nous allons prendre comme exemple un caillot au cerveau suite à une thrombose ou une rupture d’AVC.

Il faisait aliter le malade pendant 8 heures. Sur la tête, il plaçait des serviettes mouillées trempées dans de l’eau à 10˚, qu’il remplaçait (à cause de l’échauffement), toutes les 3 minutes durant les 3 premières heures, puis toutes les 6 minutes ensuite.

Inutile de dire que cela mobilisait deux personnes pour assurer le petit manège sans compter que ce n’est pas toujours facile de faire de l’eau à 10˚. Normalement, le patient tombe dans une somnolence par le même ralentissement du cerveau que celui que connaissent les montagnards pris par le froid.

Pendant ce temps, Gardelle posait une serviette chaude sur le ventre (40˚) qu’il changeait aussi toutes les 7 à 10 minutes pour compenser le refroidissement. Tout cela pendant 8 heures et en renouvelant la procédure plusieurs jours jusqu’à ce que le miracle se produise.

Explication de la procédure
Lorsqu’une lésion se produit sur un endroit de l’organisme, il y a une augmentation locale de température (inflammation). Parmi les leucocytes et les lymphocytes, il y a ceux que nous définirons à des fins pédagogiques : «service de voirie». Le problème est que ces nettoyeurs vivent des problèmes similaires à ceux des pompiers : la chaleur les empêche d’approcher, ce qui les gène considérablement pour effectuer leur travail correctement. En refroidissant le site atteint, ces petits travailleurs peuvent multiplier par dix leur efficacité, d’où les résultats surprenants.

Mais cela ne s’arrête pas là. D’abord il y a le problème de la régulation thermique du corps qu’il faut équilibrer par une source chaude compensatoire à distance, de préférence dans une zone carrefour des systèmes lymphatique et sanguin. La région englobant le plexus solaire, l’abdomen, le foie et la rate est du premier choix.
Par ailleurs, les leucocytes et lymphocytes nettoyeurs ont besoin d’emmener les déchets métaboliques sur un lieu de décharge adéquat. Ce lieu privilégié est encore le même en raison de la grande densité du réseau lymphatique de cet endroit qui est en relation directe avec l’intestin, celui-ci faisant office de drain. À noter que la différence de température 10°/40° crée un courant de convection du type chauffage central. Aussi, il est courant de constater au niveau de la compresse chaude une formation de petits boutons, voire mêmes de petits abcès de décharge en particulier dans le cas de tumeurs.

Certains pourraient être tentés de remplacer la compresse chaude par une simple bouillotte. Ce serait une erreur car lorsque l’on essore la serviette chaude, il en ressort un liquide blanc prouvant qu’il y a eu une exsudation de la peau favorisée par la présence d’eau.

La méthode simplifiée
La partie la plus contraignante étant les compresses froides, j’ai cherché à trouver une simplification préservant l’efficacité. La solution s’est avérée être la vessie de glace (grand modèle - vente en pharmacie) avec un linge interposé. On peut vérifier avec un thermomètre placé contre la peau que la température est bien proche de 10°. Tant qu’il y a de la glace, aucune manipulation n’est nécessaire.

Au niveau de la compresse chaude, il est commode de placer par-dessus une bouillotte qui freine le refroidissement de la serviette. Par ailleurs, j’ai trouvé les séances de 8 heures trop longues. Aussi, j’ai opté pour des séances de 4 heures maximum. Les résultats ont pratiquement toujours été excellents.

Des applications personnellement testées
Accident vasculaire cérébral (AVC)
Bien sûr, il s’ensuit toujours des traumatismes latéraux de l’arc réflexe, en particulier dans la motricité (paralysies), la parole (aphasie), l’équilibre, ou encore des troubles de comportement (fous rires, pleurs pour rien, agressivité... selon la zone atteinte).
Indépendamment des traitements médicaux officiels qui peuvent être apportés, l’urgence est dans la libération du caillot formé, celui-ci entraînant des zones de compression des cellules nerveuses qui se nécrosent rapidement. Les différents patients que j’ai orientés vers la méthode Gardelle ont pu récupérer leur motricité en quelques semaines et quelquefois en quelques jours selon que l’on a plus ou moins attendu pour appliquer le procédé. Il s’agissait d’hémiplégies diverses souvent accompagnées de grande fatigue.

Mode opératoire :
vessie de glace grand format sur la tête avec linge interposé,
  serviette chaude avec bouillotte sur le ventre.
  Une séance de 4 heures chaque jour jusqu’à restauration complète, ou l’équivalent avec plusieurs séances de 1h ou 1h30.

NOTA :
Le cas le plus étonnant est celui d’un homme de 30 ans en chaise roulante depuis 1 an suite à un AVC. Après une semaine d’hésitation, il accepta l’expérience. Au bout de 8 jours de traitement quotidien, il eut de fortes douleurs dans la tête ; il fustigea alors la femme de sa famille qui l’avait embarqué dans cette aventure. Mais en même temps, il sentit dans ses jambes et ses pieds des débuts de fourmillements et de petites décharges électriques. En 1 mois ses jambes ont refonctionné normalement. Il a ensuite repris son travail.

Tumeur au cerveau
Noter que la méthode peut éviter la trépanation. Idem que pour rupture d’AVC

Migraine
La méthode ne marche pas pour tous les types de migraines.

Mode opératoire :
vessie de glace sur la tête ave avec linge interposé,
  serviette chaude avec bouillotte sur le foie.
  Une séance de 1h30 à renouveler si nécessaire.

Capsulite de l’épaule
Les cas que j’ai eu à traiter ont été réglés en 24 heures, alors que le bras était bloqué vers l’extension verticale depuis des mois.

Mode opératoire :
vessie de glace sur l’épaule avec linge interposé,
  serviette chaude plus bouillotte sur le ventre.
  Séance de 2 heures.

Lumbago
Se rappeler qu’un lumbago est toujours en rapport avec l’intestin, que l’origine soit le stress ou l’intoxication. Il convient donc d’abord de mettre l’intestin au repos en jeûnant pendant 24, 36 ou 48 heures selon l’intensité du trouble. On peut prendre de l’eau chaude un peu miellée alternée avec de l’eau chaude salée pour calmer la faim éventuelle. Normalement (je l’ai expérimenté sur moi-même), 24 à 36 heures suffisent pour être libéré.

Mode opératoire :
vessie de glace sur les lombaires,
  serviette chaude plus bouillotte sur le ventre + bouillotte aux pieds.
  Séance de 3 heures – renouveler plusieurs jours si nécessaire.

Paralysie des jambes
Cette histoire concerne ma propre mère alors qu’elle avait 80 ans. Percluse d’arthrose et vivant de surcroît dans une maison humide, elle fut subitement prise de paralysie totale des jambes. Alerté alors que j’étais à l’étranger, je me rendis chez elle 8 jours après. Au vu du bilan hospitalier négatif au niveau cérébral, il m’apparut logiquement que son problème devait être à un blocage réflexe au niveau sacro lombaire. À noter qu’elle ne souffrait absolument pas. Je décidai de lui faire un Gardelle avec les moyens du bord.
Au bout d’une heure, elle m’appela avec vindict alors que j’étais dans la pièce à côté. Elle était sur ses jambes et se cramponnait au dossier d’une chaise près du lit. Il fallut d’autres séances et plus d’un mois pour qu’elle contrôle à nouveau une partie de son équilibre au niveau des pieds.

Mode opératoire utilisé : idem lumbago

Gangrène de la jambe
Le cas le plus impressionnant que j’ai connu fut celui d’un homme qui atteint d’une gangrène sèche souffrait le martyr et ne réagissait plus à la morphine. Je fus prévenu un mercredi alors qu’une amputation était prévue le samedi suivant. N’ayant pas d’expérience antérieure, je n’ai rien promis au niveau des résultats si ce n’est un probable soulagement de la douleur.
De fait, la douleur s’estompa rapidement (dû à l’effet anesthésiant du froid). Le surlendemain, des bourgeons de chair rose apparurent au milieu des tissus gris nécrosés. Le samedi matin, à l’hôpital, le chirurgien sidéré annulait l’opération.

Mode opératoire utilisé :
vessie de glace sur la partie gangrenée avec linge interposé,
  serviette chaude plus bouillotte sur le ventre,
  bouillotte à l’autre pied.
  Application quasi permanente.

Conclusion
De nombreuses applications de la méthode Gardelle n’ont pas encore été investies et restent à trouver. Le traitement quasi miraculeux de l’otite que je préconise depuis 30 années, avec une compresse froide autour du cou et une chaude sur l’oreille, c’était du Gardelle sans le savoir.

Enfin, je tiens à repréciser qu’aucune assistance médicale ne peut vous venir en aide dans ce genre de technique qui ne rapporte rien à personne.

Michel Dogna



LA FIN DES LAXATIFS AVEC LE PSYLLIUM BLOND
Elie Metschnikoff, prix Nobel de médecine en 1908 disait : « La fatigue et les maux qui s’abattent sur nous sont en grande partie imputables à un empoisonnement des tissus et cette intoxication doit être attribuée aux innombrables microbes qui infestent notre système digestif. » Comme il avait raison ! Presque 30% de la population souffre de constipation chronique ou occasionnelle dans les pays industrialisés et ce sont les laxatifs qui sont le plus souvent utilisés pour traiter cette constipation. Plus de 50 millions de boîtes de laxatifs sont ainsi vendues chaque année !

Le psyllium, une plante indienne au secours de nos entrailles
Pourtant il existe une méthode douce pour réguler l’intestin et le détoxifier. Issu de la famille du plantain, le psyllium est connu depuis l’Antiquité comme laxatif. Les Égyptiens l’utilisaient aussi pour traiter les inflammations des voies urinaires. Le psyllium, que l’on appelle aussi Ispaghul, peut être blond ou noir selon les régions du monde où on le récolte. Le psyllium blond pousse en quantité en Inde et au Pakistan et était traditionnellement utilisé en Chine et en Inde pour soigner les diarrhées, les hémorroïdes et l’hypertension. Ce sont les graines du psyllium et leur enveloppe que l’on consomme. A l’état naturel, il faut faire tremper les graines quelques heures à l’eau tiède avant de les consommer. Sinon, sous forme de poudre, il suffit de le mélanger à de l’eau.

Ne vous trompez pas de psyllium
Soyez vigilants et vérifiez bien que vous consommez le bon produit. Le psyllium noir, qui pousse au Moyen-Orient et dans le bassin Méditerranéen, est différent du blond, il convient donc de bien le démarquer de son cousin asiatique. Les qualités thérapeutiques du psyllium noir sont de bien moindre intérêt que celles du psyllium blond. Les graines du psyllium noir sont d’ailleurs plutôt irritantes pour l’intestin. Et comme on en trouve en magasin diététique, prenez donc bien garde à choisir du Plantago ovata, le psyllium blond (vous en trouverez ici).
http://www.la-vie-naturelle.com/fre/2/psyllium-blond-bio/site_partenaire:0a61410828

Un régulateur universel de l’intestin
L’OMS a reconnu le psyllium blond pour ses qualités régulatrices du transit intestinal. Sa richesse en fibres est exceptionnelle, ce qui lui permet de restaurer un fonctionnement normal du côlon. Il améliore le péristaltisme, régularise la fréquence et la qualité de selles, il apporte aussi les bactéries bienfaitrices à la flore intestinale. Le psyllium contient 15 fois plus de fibres que le son d’avoine. C’est essentiellement dans l’enveloppe que l’on trouve le principe actif du psyllium blond puisque c’est dans le tégument que l’on trouve des mucilages végétaux.

L’effet buvard des mucilages
Les mucilages sont des fibres exceptionnellement efficaces qui gonflent au contact de l’eau, ils ont des propriétés épaississantes, adhésives et adoucissantes. Les mucilages du tégument du psyllium contiennent 70% de fibres solubles qui se transforment en une masse un peu visqueuse, douce et gélatineuse et qui va agir comme une éponge, entraînant avec elle les substances toxiques. Les déchets sont comme absorbés par les mucilages du psyllium, l’intestin va être si bien nettoyé que mêmes les métaux lourds sont éliminés sur leur passage. Enfin, contrairement aux laxatifs chimiques, le mucilage du psyllium n’est pas irritant car il enveloppe l’estomac et le gros intestin.

Comment une plante peut-elle soigner la constipation et la diarrhée en même temps?
Les effets du psyllium blond sur la constipation sont donc évidents, l’OMS le recommande pour aider à rendre les selles plus molles afin de faciliter leur passage, en cas d’hémorroïdes, de fissures anales, de diverticulite, après une intervention chirurgicale, pendant la grossesse ou lors des couches, mais également lors d’alitement prolongé et en période de convalescence.

Plus inattendus, dès lors, sont les effets tout aussi bénéfiques du psyllium blond sur les problèmes de diarrhées ou de dysenterie. Cela semble impossible ! Pourtant, si l’on y réfléchit bien, le psyllium qui n’est pas assimilé par l’organisme, a donc une action mécanique visant à restaurer un fonctionnement normal du côlon, en structurant et en moulant, entre autres, les selles. Glaires, mucus dans les selles, incontinence fécale ou diarrhées causées par la prise de médicaments, voilà autant de problèmes que le psyllium blond peut régler aussi.

Une aide pour perdre du poids
Excellent coupe faim, le psyllium blond peut gonfler dans l’estomac jusqu’à 20 fois sa taille naturelle au contact de l’eau. Forcément, ça doit bien remplir ! Du coup, la sensation de faim disparaît et, pris une heure avant le repas dans un grand verre d’eau, il provoque une sensation de satiété. Et comme le mucilage enveloppe l’estomac, cela réduit le passage des graisses et du sucre dans l’organisme. Tout cela associé à une alimentation saine et à un peu d’activité physique, vous allez vite vous sentir à l’aise dans vos vêtements d’été. Inutile d’ajouter, même si ce n’est pas très poétique, que lorsque le transit fonctionne bien, le corps se débarrasse aussi de matières fécales non éliminées, ce qui contribue à la perte de poids évidemment.

L’EFSA interdit de dire que le psyllium réduit le cholestérol !
L’OMS a également déclaré que le son des graines de psyllium était efficace comme « supplément diététique dans le contrôle de l’hypercholestérolémie ». En 2010, le NIH (National Institutes of Health), l’Autorité de santé américaine, a reconnu l’usage du psyllium dans la prévention de l’excès de cholestérol. En outre, son effet sur le cholestérol alimentaire a été confirmé par plusieurs études cliniques. On peut se demander, dès lors, pourquoi en 2012 les autorités de santé européennes (l’EFSA) ont considéré que les produits à base de psyllium ne pouvaient PAS prétendre contribuer à réduire les taux sanguins de cholestérol. Depuis, aucun produit à base de psyllium en France ne peut plus revendiquer son effet bénéfique sur l’hypercholestérolémie. Pourquoi cela ? Encore une histoire de gros sous ?

Une interdiction vraiment fondée ?
Pourquoi cet acharnement à ne pas vouloir reconnaître les propriétés du son des graines de psyllium dans la prévention de l’excès de cholestérol, alors qu’aux Etats-Unis, depuis 1998, les emballages des aliments contenant plus de 1,7 g de fibres de psyllium par portion, ont le droit de comporter la mention suivante : « Lorsqu’elles sont assorties d’un régime faible en gras et en cholestérol, les fibres solubles provenant des enveloppes de graines de psyllium contenues dans ce produit peuvent réduire les risques de maladies cardio-vasculaires. »

Alors que la US Food and Drug Administration (FDA) a approuvé l’allégation de santé sur l’étiquette signalant que le psyllium réduisait les risques de maladies cardio-vasculaires, on se demande sur quelles études l’EFSA s’est basée pour faire supprimer la mention concernant le cholestérol dans les produits à base de psyllium. Même le Canada a suivi les Etats-Unis en se basant sur un mémoire de l'université de Toronto recoupant 21 études sur le psyllium publiés entre 1996 et 2005 et démontrant les effets du psyllium sur le cholestérol.

À vous de voir qui vous voulez croire
Lorsqu’on lit les études médicales regroupées dans les archives de la NCBI (National Center for Biotechnology Information), on trouve nombre de recherches faites sur le psyllium et toutes prouvent son efficacité sur le cholestérol. La prise de psyllium quotidienne contribue à diminuer le taux de cholestérol total et du « mauvais » cholestérol et de triglycérides pour les personnes qui ne sont pas atteintes sévèrement.

À partir de 5 g de psyllium par jour, la réduction du cholestérol a été observée. Cet effet s’exerce de la même façon pour les personnes qui contrôlent leur taux de cholestérol avec des médicaments à base de statines. En 1999, une étude a démontré (Pubmed – Anderson 1999) que le psyllium réduit le taux global de cholestérol sanguin jusqu’à 8,9% et jusqu’à 13% pour le « mauvais » cholestérol. En outre, tous ces travaux signalent que le psyllium est bien toléré et ne présente pas d’effets secondaires indésirables.

Et puis ça fait plein d’autres choses le psyllium
Diabète : dans la même étude de 1999, une cure de 2 mois à raison de 5,1 g de psyllium par jour faite sur 34 hommes souffrant de diabète de type 2, a contribué à normaliser le taux de lipides dans le sang et à faire baisser la glycémie. L’index glycémique diminue car le psyllium modifie la structure, la texture et la viscosité des aliments dans l’intestin.
  Candidoses : infections fongiques et constipation ne font pas bon ménage. Les matières fécales qui stationnent trop longtemps dans le côlon sont le terrain idéal pour le développement de Candida. De plus, pour survivre dans le côlon, les levures produisent des toxines qui peuvent causer des réactions allergiques. Le psyllium empêche que les déchets métaboliques des levures ne soient absorbés par l’organisme, il absorbe les toxines, apaise les tissus enflammés et aide au développement de bactéries bénéfiques pour le côlon.
  Maladies cardiovasculaires : le psyllium agirait sur la pression artérielle car une étude clinique en 2007 a conclu qu’une supplémentation de 3,5 g de psyllium, 3 fois par jour pendant 6 mois, diminuait de façon significative la pression artérielle de personnes en surplus de poids ou faisant de l’hypertension.

Très digeste et très bien toléré, le psyllium blond est aussi naturellement sans gluten et sans lactose. Il permet à tout le monde de compléter l’apport en fibres végétales dont la consommation est souvent insuffisante par rapport aux recommandations nutritionnelles, tout en contribuant au confort digestif, au maintien du poids et au bien-être cardio-vasculaire. C’est un produit simple à utiliser et il est très accessible en termes de prix.

Portez-vous mieux

Caroline Morel



"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris

Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.






Dernière édition par Libellule le Ven 5 Juin 2015 - 17:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Alternative santé 2014   Dim 6 Juil 2014 - 12:18



source http://www.alternativesante.fr/
AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER  n°89 du 25 avril 2014
- La dangereuse séduction des arômes industriels par Michel Dogna
- Êtes-vous fort en calculs ? par Michel Dogna



Bonjour,
Imaginez que vous ayez... disons 10 milliard de dollars à votre disposition. Pas 300 millions, comme les gagnants du Loto, non, dix milliards... Vous ne sauriez sans doute pas quoi en faire, au début, et puis vous finiriez probablement par en faire profiter les autres, par cercles concentriques de plus en plus larges. Un peu comme Bill Gates, l'ancien patron de Microsoft, qui a dû commencer par être le généreux donateur de dizaines d'associations caritatives et a finalement cru bien faire donnant plus de 2 milliards par an à une fondation qui répand malheureusement la vaccination en Afrique...

Depuis Bill Gates, heureusement, des milliers d'autres nouveaux-riches-entrepreneurs sont apparus sur la planète. Ils ne sont pas riches, ils sont richissimes... en quelques années seulement. Cela rend un peu jaloux. La plupart d'entre eux ont fait fortune dans la techno, sous toutes ses formes, mais notamment dans l'Internet. Les plus connus sont multi-milliardaires, mais les centaines-de-millionnaires sont légions...

Des fortunes colossales, il y en a eu bien avant eux. Dans l'acier, le transport, l'énergie, la chimie... Mais elles sont restées secrètes, familiales. Ces nouvelles fortunes du Net sont, au contraire, des fortunes de sales gosses. De petit morveux qui font des farces... Pas de famille, ignorants des conventions sociales, en short et en tongs, incontrôlables... Et surtout conscients que c'est en brisant les ordres établis qu'ils ont fait fortune : en lançant illégalement le téléchargement de musique, en contournant le tabou des données personnelles ou, plus simplement, en défiant l'oligopole de la téléphonie.

Que croyez-vous que ces multi-milliardaires feront de leur argent, bientôt, quand le fric et le boulot ne les amuseront plus. Eh bien je pense que ces petits cons sont capables de l'investir dans de bonnes et nobles causes. Chacun d'entre eux pèse plus que certains Etats ! C'est insolent, peut être, mais quel potentiel... Plus puissants que les pays ruinés, je crois qu'ils sont capables d'avoir des idées nouvelles, parfois folles et mégalomaniaques, mais souvent étonnantes par leur compréhension de l'intérêt général.

Alors, que feriez-vous une fois passée l'envie d'une nouvelle maison, d'une voiture toute neuve ou du voyage en Egypte ? Les lépreux, les Restos du coeur, les chiens sans collier... Trop petit tout ça... Imaginez un peu, 10 milliards de dollars... Moi j'achèterais des milliers d'hectares de terre, partout. Je mettrai une clôture autour, des gardiens, et j'interdirais qu'on ouvre pendant les cent prochaines années. Malheureusement, j'ai pas un rond...

Ont-ils des idées folles, ces nouveaux riches ? Je le crois. Je m'attends au meilleur parce que leur fortune s'est bâtie sans influences politiques, sans copinage économique. Leur argent vite gagné, c'est un peu comme de l'argent volé, ce n'est pas l'héritage du grand-père ou les ouvriers de l'usine de papa qui sont en jeu, non, c'est une valise de billets de banque, on peut en faire n'importe quoi... et en particulier dire merde aux cons.

Pas besoin d'être riche pour ça me direz-vous, et vous aurez raison. Et d'ailleurs, sans être milliardaires, c'est ce que nous faisons dans notre newsletter... mais imaginez ce que nous pourrions entreprendre avec 10 milliards de dollars... On se marrerait bien en tout cas.

En attendant, on écrit sur Internet parce que ça ne coûte pas cher. Et on donne des idées gratuites pour que les gens se soignent eux-mêmes sans trop dépenser parce qu'ils ne sont pas milliardaires non plus. Comment ? En arrêtant de manger des saloperies ou bien en buvant de l'eau distillée, nous dit Michel Dogna cette semaine.

Et si on envoyait ce message à 10 milliards de personnes ?

Bonne lecture



LA DANGEREUSE SÉDUCTION DES ARÔMES INDUSTRIELS
Il est très bien d’avoir des remèdes efficaces pour se soigner, mais il est encore mieux de ne pas s’exposer à ce qui amène des maladies. Négliger ce dernier point équivaut à essayer de remplir une baignoire avec la bonde ouverte.

L’alimentation prête à l’emploi pour autant qu’elle soit séduisante sous bien des aspects, cache mille pièges qui risquent de faire payer très cher le plaisir et le confort apportés. Les arômes artificiels et édulcorants en sont les pierres d’achoppement. En effet, 2.700 substances servent en combinaison à créer 6.000 arômes artificiels faisant l’objet d’un total mystère et résistant la plupart du temps à l’analyse chimique en raison de leur complexité.

Pourquoi des arômes ?
Il faut savoir que le premier résultat de la technologie alimentaire (à haute rentabilité) est de priver les aliments de leur goût. Les arômes viennent donc rattraper l’arrière goût désagréable de cette technologie alimentaire transformant en plat de régal des produits pratiquement immangeables. Ceci est vrai pour l’alimentation humaine mais aussi animale. Pour appeler cela par leur nom : ce sont des trompeurs de goût.

Les promoteurs de cette industrie sont eux, inodores et sans saveur. Ils ne font aucune publicité et sont totalement inconnus du public bien que financièrement et politiquement très puissants. En particulier, le géant de cette industrie peu avouable puisqu’elle participe à rendre malade à long terme les consommateurs au travers de diverses pathologies dites de civilisation (obésité, allergies, dérives génétiques, cancers, problèmes neurologiques…) s’appelle IFF. L’adresse de son siège social : 521 West 57th street New York, NY 10019. Son rayonnement : la planète entière.

Quelques exemples d'applications
Le brevet IFF n° 4.988.532 protège un procédé qui élimine l’arrière goût des édulcorants artificiels tout en renforçant leurs effets, et dissipe l’amertume des soupes industrielles. Si cela réjouit les fabricants, les consommateurs eux, non avertis de l’alerte amère comme quoi il s’agit d’un produit douteux pour l’organisme, en font les frais.

Par exemple un bouillon de poule au vermicelle de Knorr ne contient que 2 g de « poule séchée » sous forme de granulés, soit à peine 7 g de poule en chair et en os. Evidemment, aucun cuisinier au monde ne pourrait produire par miracle quatre assiettes de bonne soupe avec si peu. Mais Knorr réussit ce tour de passe-passe : il suffit d’un gramme « d’arôme » industriel. Si cela ne donne pas un véritable bouillon de poule, cela permet quand même d’obtenir une « solution comparable », selon les mots d’un chimiste de Knorr. Prix : 69 centimes d’euros.

Maggi ne fait pas autre chose : son « bouillon de bœuf » contient 2,3 g de graisse de bœuf et au plus 0,67 g d’extrait de viande par litre. L’étiquette révèle que l’essentiel du bouillon est constitué d’autre chose : du sel iodé, de l’arôme, de l’exhausteur de goût (glutamate de sodium, E 631, E 627).

Si l’on y réfléchit, il est bien, pour être honnête, de baptiser ce produit d’après les infimes traces d’extrait de viande qu’il contient ; il devrait porter le nom de « bouillon à l’exhausteur de goût, à l’arôme et au sel iodé. »

Oui, la soupe ment. Le pain du boulanger n’est plus tout à fait honnête non plus, ni le petit pain, ni même le gâteau. Même la baguette, les brioches et les croissants si chers aux Français doivent leur saveur à l’habileté des chimistes.

La firme Philxn de Pont de Veyle vend une gamme d’arômes destinés à ces produits. Comme le dirigeant de l’entreprise l’expliquait au cours d’une foire professionnelle, le temps de cuisson est si court de nos jours que le goût de grillé n’a plus le temps de se former. Une pincée de sa poudre règle le problème comme par miracle. Comment est-elle produite ? C’est un secret.

De la même manière, celui qui veut égayer sa journée avec un verre de vin avale peut-être bien des illusions. Depuis 2002, la société suisse Stiernon vend un produit nommé « Oxylent » censé imiter une saveur de grand cru mûri en fût. Cela fait la joie des fraudeurs, qui peuvent vendre cher leur marchandise fabriquée à moindre coût : 4 grammes suffisent pour aromatiser 100 litres. La première année, Stiernon a vendu environ 5 tonnes de son produit et 15 tonnes l’année suivante, en France, en Espagne, en Italie, au Portugal, en Australie, aux Etats-Unis, au Chili, en Afrique du Sud, en Nouvelle Zélande, et en Argentine. Mais le patron de l’entreprise ne veut pas communiquer les noms de ses clients : « les entreprises viticoles veulent garder leur secret. »

L’Union Européenne consomme chaque année 170 000 tonnes d’arômes industriels, auxquels il faut ajouter les 95 000 tonnes du célèbre glutamate (exhausteur de goût), ce qui fait que la moitié des produits alimentaires sont actuellement aromatisés artificiellement.

Curieusement, en dépit des temps de loisirs accrus pour la plupart des consommateurs, ceux ci boudent le fourneau et apprécient de plus en plus les aliments industriels. Près de 40 % des jeunes adultes ne savent plus cuisiner quoi que ce soit. Dans une seule génération, on risque d’avoir oublié tous les tours de main de cuisine transmis depuis des siècles par nos ancêtres. Aux USA, 95 % des denrées sont industrielles. Les plats cuisinés sont relayés au musée. On dit plaisamment que les américains savourent deux fois plus souvent la pizza que les délices sexuels. La nature fait bien les choses pour limiter la reproduction des lignées dégénératives...

Hommes et animaux égaux devant les maladies de civilisation
Les animaux domestiques ont aussi perdu le sens de ce qui est sain. Ils ont désormais lié leur destin à celui des humains, maladies comprises. Celles-ci sont nécessairement très semblables, puisque humains et animaux vivent côte à côte, ingèrent les mêmes aliments provenant des mêmes fournisseurs et les mangent à la même cadence. Maître et chien souffrent des mêmes maladies de civilisation : arthrose, diabète, eczéma, allergies. Ils meurent également des mêmes causes : « au grand âge, le comportement et les causes de mortalité sont de plus en plus semblables chez l’être humain et le chien », déclare la zoologiste Helga Eichelberg, qui a étudié 9 248 causes de décès chez le chien. Le cancer tue 27,3 % des chiens et 24 % des humains, les maladies de l’appareil diges tif tuent 4,8 % des hommes et 7,8% des chiens.

Comme chez les humains, le mal qui tourmente le plus les pauvres bêtes est l’obésité. Selon les estimations des vétérinaires, jusqu’à 40 % des chats et des chiens américains sont trop gros. Aussi a-t-on récemment ouvert à Los Angelès un club de « fitness » pour chiens où Bello et Rex peuvent éliminer leurs kilos superflus en courant sur un tapis roulant. Le Dr Elisabeth Hodgkins, spécialiste américaine d’alimentation animale déclare: «... les chiens ne savent plus distinguer entre leurs besoins et leurs désirs. »

Evidemment, ce n’est pas un hasard, et il a fallu faire preuve de beaucoup d’ingéniosité pour débarrasser les animaux de la sensation instinctive de satiété, frein naturel à la suralimentation.

Prenons le cas de la fabrique d’arômes de Holzmindent. Celle-ci fournit des goûts raffinés aux producteurs d’aliments pour chats et pour chiens et peut leur prouver que les résultats commerciaux sont nettement meilleurs lorsque leurs boîtes incluent des arômes venant de leurs laboratoires. Le fabricant d’arômes a d’ailleurs déposé un brevet auprès de l’Office européen des brevets, sous le numéro 0 043 486 A 2 qui concerne "un nouvel agent aromatisant pour aliments pour animaux". Bien sûr ceci a été amplement prouvé par des tests.

Leur résultat : tous les animaux préféraient les aliments aromatisés. Les chiens consommaient en moyenne 61,3 % de la nourriture aux arômes, contre 38,7 % des aliments normaux. Les chats manifestaient une préférence encore plus nette : ils avalaient 70,1 % des aliments aromatisés contre 42,8 % des autres.

S’ils le pouvaient, les chats achèteraient Whiskas, dit-on. Cela pourrait s’expliquer par le fait que ces boîtes contiennent des goûts de synthèse raffinés : c’est le cas du « Whiskas au bœuf », du « Whiskas à l’agneau et à la volaille » ainsi que du « Sheeba à la sole en aspic. » De même, le « dîner gourmet » de Friskies, filiale de Nestlé, contient des arômes industriels, tout comme la spécialité au bœuf et au poulet pour chats de la même maison. Les propriétaires des animaux pourraient le savoir s’ils lisaient les étiquettes américaines. Mais rien de tout cela n’est mentionné en Europe.

Ainsi, les chats et les chiens sont-ils eux aussi menés par le bout du nez. Mais ils bénéficient d’expériences gustatives dont leurs ancêtres de l'ère pré-industrielle n’auraient pas pu rêver.

L’association de lobbying de l’industrie des arômes le reconnaît elle-même. Dans un document d’information intitulé « Arômes – questions et réponses » l’association écrivait : « Enfin, relevons que l’on n’a pas encore connaissance de problèmes de santé dus à la consommation de denrées alimentaires aromatisées, à l’exception de l’excès de poids ». »

Cet aveu date du 22 janvier 1996 et a été diffusé pendant des années sans que le grand public le sache. Mais, lorsque les questions de goût ont commencé à susciter un intérêt général et que les problèmes d’obésité sont devenus de plus en plus pressants, le lobby des arômes a revu sa position. Il a publié bien plus tard, au mépris de la vérité, un démenti récusant « l’assertion » selon laquelle « les arômes pourraient entraîner l’obésité. »

Nota : La chaîne diététique SATORIZ a entamé une guerre aux arômes et édulcorants artificiels. Bravo ! Comme quoi le bio n’est pas exempt.

MORALITÉ : L’avenir appartient à ceux qui savent encore faire la cuisine.

Sources : « Arômes dans notre assiette » Hans Ulrich Grimi – Editions Terre Vivante

Michel Dogna



"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris

Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.




Dernière édition par Libellule le Ven 5 Juin 2015 - 21:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Alternative santé 2014   Dim 6 Juil 2014 - 12:18



source http://www.alternativesante.fr/
AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER n°90 du 2 mai
- Les effrayants chiffres-clés des vaccins par Michel Dogna
- Du calcium oui, mais au bon endroit par Caroline Morel



Bonjour,
Il y a plus de cent ans, un physicien allemand nommé Max Planck jetait les bases de la physique quantique. L'homme était né au 19ème siècle et ses travaux furent consacrés par un prix Nobel qu'il obtint en 1918 ! On ne peut donc pas dire que la physique quantique soit une science nouvelle... Aujourd'hui, les principes de la physique quantique sont admis par l'ensemble de la communauté scientifique et ont fait l'objet d'applications très concrètes : l’imagerie médicale par résonance magnétique nucléaire (IRM), la diode, le transistor, le microscope électronique, le laser, la nouvelle génération d'ordinateurs, tous issus de cette théorie, font désormais partie de notre quotidien.

Il serait bien prétentieux de prétendre vous expliquer ce qu'est la physique quantique en un paragraphe. Cette nouvelle approche du monde est difficile à concevoir pour l'être humain.

On y apprend en effet que la matière n'existe pas vraiment et que tout ce que nous côtoyons, y compris nous-mêmes, s'apparente plus à une onde qu'à un être de chair et d'os. On découvre grâce à elle qu'une particule peut être à deux endroits au même moment, qu'un photon (une petit morceau de lumière) peut se comporter d'une manière quand on l'observe mais qu'il se comporte comme une onde dès qu'on a le dos tourné, que chaque particule a son jumeau quelque part dans l'univers, parfois à des centaines d'années-lumière, et qu'une modification apportée à l'un des jumeaux modifie immédiatement son double lointain....

Bref, la physique quantique défie l'entendement et si on se prend à essayer de la faire sienne, on est pris de vertige. Imaginer son double à des milliards de kilomètres passe encore, mais s'imaginer en vibration qui, tant qu'elle est observée, montre aux autres une enveloppe différente de ce qu'elle est... Se voir en halo de lumière qui se mélange à ceux des autres... C'est une toute autre manière d'appréhender la vie.

La logique voudrait que cette immense découverte ait, en cent ans, révolutionné autant nos rapport sociaux que nos technologies, mais je n'ai pas vu de grands changements du côté social. Il semble que malgré ce que nous dit la science, nous ne voulions pas admettre cette théorie, c'est trop dur... Et puis cela n'arrange personne.

En matière de santé c'est flagrant. Si nous ne sommes qu'une onde, on imagine qu'une autre onde, si petite soit-elle, doit nécessairement interférer avec la nôtre, de manière positive - ou négative - pour la santé. Cette nouvelle physique aurait ainsi dû amener les chercheurs à s'intéresser de très près à l'homéopathie ou aux traitements par ondes électromagnétiques (type machine de Lakhowsky) par exemple.

Ce monde quantique, découvert il y a un siècle, aurait dû nous contraindre à reconsidérer les fondements des médecines chinoises et ayurvédiques, à reprendre contact avec toutes les médecines dites "énergétiques". Nous aurions dû étudier la méditation et l'auto-guérison, accorder un certain crédit à l'aura, à la mémoire cellulaire, au décodage biologique ou aux travaux de Masaru Emoto...

Rien de tout cela n'est arrivé, vous l'avez compris. Pendant que toutes les sciences faisaient des pas de géants grâce à une nouvelle physique du monde, la médecine est restée engluée dans son approche mécaniste et biochimique de la maladie.

Plus imaginatifs - et moins contraints par la chasse aux profits - les spécialistes des médecines alternatives ont imaginé d'autres voies. Un virus n'est-il pas plutôt une information "négative" qui nous rend malade ? Ne peut-on pas en guérir en s'exposant à des "ondes inverses" comme on le fait pour éliminer un son ? Y a-t-il des moyens de stimuler nos capacités d'auto-guérison ? Nos pensées, nos croyances, nos influences peuvent-elles nous rendre malades, ou nous soigner ?

Toutes ces réflexions sont au coeur du postulat de la médecine alternative : l'individu doit être appréhendé comme un tout dans une perspective globale, le corps, l'esprit... et le reste aussi.

Cette médecine a cependant un défaut majeur qui la disqualifie aux yeux de la science médicale officielle : ses hérauts sont issus de la plèbe, des illuminés rarement diplômés, des bonimenteurs sans poids financier. Nous croyons, au contraire, que ces dissidents inventent peut-être la médecine de demain et nous ne voudrions à aucun prix rater ce train-là.

Imaginez un monde où, pour soigner un proche, vous n'auriez qu'à mettre un peu d'eau de source dans une éprouvette, il suffirait de la charger de votre intention de soigner... et de faire boire le breuvage merveilleux... Moi j'en rêve.

On pourrait ainsi se passer, entre autres, des vaccins qui consistent, soit dit en passant, à injecter au plus grand nombre un morceau de maladie modifiée, pour leurrer l'organisme et l'obliger à produire un contrepoison. Pas très positif tout ça.... Et d'ailleurs ça produit plus de catastrophes que ça ne soigne réellement de gens, ce sont les chiffres officiels qui le disent. Lisez l'article de Michel Dogna sur les chiffres-clés des vaccins. Flippant...

Juste en dessous, vous lirez l'article de Caroline Morel sur le calcium. On croit que c'est bon... et c'est vrai... Mais ce n'est pas bon partout. Si c'est pour en avoir plein les artères ou le foie, ça ne sert à rien, c'est même nocif. Il y aurait un moyen de l'amener pile au bon endroit. Découvrez-comment plus bas. Oui là tout en bas.

Bon scroll



LA SEMAINE MONDIALE DE PROMOTION DE LA VACCINATION S'ACHÈVE
L’OMS est revenue à la charge du 22 au 26 avril avec sa 10ème session de propagande vaccinale dont le thème était cette année : « la vaccination tout au long de la vie ».
Comment se fait-il qu’il n’y ait qu’une seule journée mondiale de l’eau le 22 mars (plus d’un milliard de personnes dans le monde n’ont toujours pas accès à l’eau potable) et une seule journée mondiale de la faim le 15 juin alors qu’il y a TOUTE UNE SEMAINE pour la vaccination ? A croire que se nourrir est moins important pour la santé que d’être vacciné !

L’allongement des calendriers vaccinaux s’est accompagné dans tous les pays du monde de pressions croissantes, de chantages, de harcèlements, de culpabilisations en tous genres. Pourtant cette stratégie de bourrage de crâne semble porter de moins en moins ses fruits dans les pays industrialisés où les ventes de vaccins et les taux de vaccination baissent sans cesse et où les parents s’informent de plus en plus.

Alors, pour justifier toutes ses initiatives, l’OMS brandit systématiquement des chiffres (invérifiables), selon lesquels 2 à 3 millions de vies seraient sauvées chaque année par la vaccination. Notez que cela fait, sur 7 milliards d’individus seulement 0,04% soit 4 pour 10 000 c'est-à-dire PEANUTS !

Cependant, des études sérieuses ont montré que la mortalité infantile est plus élevée dans les pays qui vaccinent le plus, et une étude publiée dans le British Medical Journal a montré que des bébés filles africains, même mal nourris, ont trois fois plus de chance de survie que les bébés filles africains vaccinés et bien nourris. Les enquêtes qui ont comparé des enfants vaccinés à des enfants non vaccinés (0 vaccins) ont toutes montré de façon convergente que la santé des enfants non vaccinés était globalement bien meilleure que celle des enfants vaccinés (moins d’asthme, d’autisme, de diabète, d’infections ORL, de consommation d’antibiotiques, de visites médicales)

Alors que plus de 300 nouveaux vaccins sont encore dans les tiroirs de l’industrie pharmaceutique et que l’OMS promet déjà dans son Plan d’Action Mondial pour les vaccins 2011-2020, que « le présent siècle sera celui des vaccins » , il apparaît légitime de résister avec force à ces pressions qui relèvent bien davantage d’un commerce mortifère que de la santé publique ou de la science.

QUELQUES CHIFFRES-CLÉS EN MATIERE DE VACCINATION :
Plus de 3 milliards de dollars : c’est le montant déjà payé par les autorités américaines aux victimes de vaccins depuis 1986 (alors que 2/3 des plaintes sont rejetées d’emblée).

1 à 10% : c’est le taux d’effets secondaires graves qui est officiellement recensé selon les aveux des revues médicales officielles (comme la Revue du Praticien), alors que 90 à 99% d’entre eux sont laissés dans l’ombre !

33% : c’est le pourcentage des revenus annuels qui découlent en moyenne de l’acte vaccinal pour les pédiatres français, selon un rapport de la Cour des Comptes française d’octobre 2012 (sans compter les effets secondaires pourvoyeurs de nouvelles consultations !).

12,6% : c’est le pourcentage des revenus annuels qui découlent en moyenne de l’acte vaccinal pour les généralistes français selon un rapport de la Cour des Comptes française d’octobre 2012.

825 : c’est le nombre d’effets secondaires possibles, pouvant affecter tous les systèmes du corps, qui sont listés par GSK dans le document CONFIDENTIEL sur son vaccin Infanrix hexa

1/50 : c’est le taux d’autisme actuellement chez les enfants aux USA; il était de 1 sur 25 000 dans les années 70, de 1 sur 2500 dans les années 80 et de 1 sur 250 dans les années 90.

49 : c’est le nombre de doses de 14 vaccins que les Américains ont reçu une fois atteint l’âge de 6 ans, contre 36 doses de 10 vaccins administrés aux enfants belges jusqu’à leurs 6 ans.

21% : c’est le pourcentage des enfants américains (qui sont aussi les plus vaccinés du monde) qui souffrent de handicaps mentaux et neurologiques à des degrés divers et + de 50% d’entre eux souffrent de maladies chroniques !

22 : c’est le nombre d’études scientifiques qui plaident en faveur d’une relation entre vaccins et autisme (il n’y a donc pas eu que la seule étude controversée du Dr Wakefield dont les résultats avaient d’ailleurs été reproduits à 5 reprises par d’autres équipes, non contestées).

5 : c’est le nombre d’études scientifiques qui plaident en faveur d’un lien de causalité entre le vaccin anti-hépatite B et la sclérose en plaques (dont le nombre est passé d’environ 20 000 à + de 80 000 cas en France sans aucune autre explication épidémiologique possible, mise à part la grande campagne vaccinale des années 90, lors de laquelle 1 Français sur 2 a été vacciné.

4 : c’est le nombre de jours sur lesquels les effets secondaires du vaccin hépatite B ont été évalués dans les essais cliniques AVANT sa mise sur le marché, alors que 75% des effets secondaires graves des vaccins se manifestent dans un délai de 60 jours suivant une vaccination ou un rappel, selon un rapport indépendant de 2004 ayant porté sur 1000 cas d’effets secondaires de vaccins.

650 : c’est le nombre, au 14 avril dernier, de médecins français signataires (ainsi que 275 sages-femmes) d’une pétition demandant une mission parlementaire pour réévaluer le rapport bénéfices/risques du vaccin anti-HPV Gardasil, actuellement proposé par la médecine scolaire des écoles néerlandophones.

34.240 : c’est le nombre d’effets secondaires rapportés aux USA avec les vaccins HPV jusque fin mars 2014 dont 162 décès, 11.428 visites aux urgences, 4.732 effets graves et 1.093 jeunes filles handicapées.

Toutes les références sont dûment vérifiables sur http://www.initiativecitoyenne.be

Michel Dogna



LE CALCIUM C'EST BIEN...SAUF QUAND IL SE DÉPOSE N'IMPORTE OÙ !
Il y a sûrement quelqu’un dans votre entourage qui souffre de fragilité osseuse ou d'ostéoporose. C’est un mal très répandu et, même si beaucoup de gens sont attentifs à ne pas souffrir de carence en calcium - les uns en se gavant de lait, d'autres en consommant des compléments - cela ne marche pas si bien, les problèmes subsistent et d'autres, en revanche, apparaissent...

Le calcium a en effet la faculté de se déposer un peu n'importe où, comme un dépôt de tartre, s'accumulant dans les trous et s'accrochant aux aspérités. Il paraît que les médecins qui font des autopsies sur les personnes âgées, constatent que certains tissus ont complètement perdu leur souplesse et qu’ils peuvent parfois être durs comme de la pierre. Cela semble normal finalement puisque de nombreuses maladies liées à l’âge, peuvent être attribuées à la calcification des tissus.

On pense immédiatement aux vaisseaux, qui se durcissent en vieillissant, mais il s’agit également de calcification lorsqu’on parle de calculs rénaux, d’arthrite, de cataracte, de sénilité et même de peau ridée. Le calcium, il faut donc s'en méfier, mais dans le même temps l’homme perd en moyenne 20% de son capital osseux entre 20 et 60 ans et la femme 40% (le moment de la ménopause accélère brutalement la perte). Et pour ralentir la dégradation il faut donc apporter quotidiennement du calcium au corps. Difficile équation à résoudre.

C'est au Japon qu'on a trouvé la solution
Au petit déjeuner, les Japonais consomment traditionnellement du natto : une pâte de soja fermentée que l'on consomme au petit-déjeuner. On l'obtient après avoir enveloppé des haricots de soja bouillis dans des feuilles de riz. Les chercheurs japonais avaient constaté que dans certaines régions du Japon où le natto est consommé plusieurs fois par semaines, les populations sont beaucoup moins touchées par les fractures osseuses, l’ostéoporose et les maladies cardiaques. Les femmes de l’est du Japon, où la consommation de natto est traditionnelle depuis des siècles, sont d’ailleurs réputées pour leur forte ossature.

Comme souvent, le secret du natto tenait dans sa fermentation. Une fermentation qui développait dans la pâte une vitamine également produite par l'organisme humain, la vitamine K2. La K2 est naturellement produite par la flore intestinale dans le côlon, lorsqu'elle est saine et abondante. Son nom vient de l'Allemand Koagulation car elle agit sur la calcification des tissus mous, leur coagulation.

Un nutriment qui joue un double rôle
C’est au Japon que les études les plus poussées sur la vitamine K2 ont été faites. C'est là qu'on a découvert que la vitamine K2, ou ménaquinone, favorise la calcification des os en stimulant l'activité de l'ostéocalcine, une protéine qui retient le calcium des aliments et le place dans la structure osseuse (d'où son nom), ce qui rend les os plus forts.

Mais la vitamine est plus complexe car on s'est aperçu qu'elle permet aussi l’activation d’une protéine, la MGP (Matrix GLA Protéine), qui évacue l’excès de calcium et conduit à la diminution des dépôts. C’est une recherche de l’Université de Rotterdam qui a démontré qu’un régime riche en vitamine K2 conduit à la diminution des dépôts de calcium dans les tissus mous (dont les vaisseaux), et cela en quelques semaines. Les patients qui se suppléaient en vitamine K2 ont vu leur risque de décès par maladie coronarienne, baisser de 50%.

Il apparaît donc que la vitamine K2 agit comme un régulateur du calcium dans les tissus, favorisant d'un côté la fixation du calcium dans la matrice même des os, et nettoyant de l'autre tous les dépôts inutiles.

Les japonaises sont-elles moins ridées ?
Une peau ridée peut être le signe d’un manque de vitamine K2 et il peut être aussi le signe avant-coureur de l’ostéoporose. C’est la conclusion à laquelle est arrivée le Dr Kate Rhéaume-Bleue, célèbre biologiste canadienne et auteur du livre : « Vitamin K2 and the calcium paradox ». Elle a constaté que les femmes ménopausées en carence de vitamine K2 avaient bien plus de rides que les autres femmes et, plus particulièrement, que les femmes japonaises dont le régime diététique est bien plus riche en vitamine K2 que les femmes occidentales. Elle a également remarqué que la carence en vitamine K2 était un facteur favorisant de la formation de varices.

C’est même bon pour les dents
Weston Price, célèbre dentiste et nutritionniste américain dans les années 30, avait sillonné le monde pour étudier la richesse nutritionnelle de populations très diverses ayant encore une alimentation ancestrale tout en ayant une belle dentition. Ses conclusions furent que tous les groupes de population qui avaient une dentition saine, avaient un important apport de vitamine K2 (alors appelé activateur X) dans leur alimentation. Grâce à une combinaison de vitamine A, D et K2 il a pu, à son retour aux Etats-Unis, réparer des dents cariées avec ces 3 nutriments au lieu de forer la dent pour la remplir de plomb ou de mercure. La vitamine K2 renforce donc aussi la structure osseuse qui maintient les dents et, le Dr Kate Rhéaume-Bleue évoque des patients lui disant que le tartre accumulé sur les dents disparaissait aussi lors de supplémentation en vitami ne K2.

Où trouve-t-on de la vitamine K2 si on n’est pas japonais ?
Petit inconvénient, le natto ne sent pas bon du tout et beaucoup d’entre nous risquent d’être incommodés en le cuisinant ou en le consommant. Mais rassurez-vous, trouver des aliments dans lesquels la vitamine K2 est présente, n’est finalement pas trop compliqué lorsqu’on habite sous nos latitudes.

Vous trouverez de la K2 dans :
les blancs et les cuisses de poulet,
  le bœuf haché,
  le bacon,
  le saumon
  le maquereau
  les produits laitiers (bio et non-allégés).

Si aucun de ces aliments ne vous convient (en particulier pour les végétariens) vous pouvez prendre de la vitamine K1 (normalement plutôt dédiée à la coagulation sanguine), que l’on trouve dans les épinards, le chou de Bruxelles, les brocolis ou les blettes, car cette vitamine est transformée par le corps humain en vitamine K2 (en plus faibles quantités).

Et si vraiment aucun de ces aliments ne trouve grâce à vos yeux, la vitamine K2 existe depuis une dizaine d'années seulement sous forme de complément alimentaires (vous en trouverez ici).
http://www.natural-source.fr/index.php/k-perfect.html/?___store=nsi_eu_fr&acc=02e74f10e0327ad868d138f2b4fdd6f0#.U30ahyhAf_K

Cet été : vitamine K2 et soleil
Le soleil est de plus en plus présent en ces mois de printemps, vous allez donc produire de la vitamine D. Cela signifie que votre organisme va avoir plus de facilité à absorber le calcium. Il semble donc que ce soit le meilleur moment pour réaliser tout l'été des menus riches en K2.

Portez-vous mieux

Caroline Morel



- Vous n'avez pas reçu les 89 premières newsletters d'Alternative Santé. Découvrez-les en allant sur le site alternative-sante.fr
http://www.alternativesante.fr/fre/21/newsletters/newsletters/liste/tio:e4cb994608bce3d7fea92146103a4db1/

- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien
http://www.alternativesante.fr/recevez-gratuitement-notre-newsletter/#.U30a0ChAf_I



"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris

Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.




Dernière édition par Libellule le Ven 5 Juin 2015 - 19:52, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Alternative santé 2014   Dim 6 Juil 2014 - 12:19



source http://www.alternativesante.fr/
"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris

Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.




AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER n°91 du 9 mai 2014
- Antioxydants, allez-y doucement par Michel Dogna
- Trempez vos lèvres dans l'eau de Shiva par Caroline Morel  



Bonjour,
Plus de cinq millions de personnes en France ont vu le film "Supercondriaque". Je n'en fais pas partie mais j'imagine qu'on y voit Dany Boon faire des grimaces de souffrance et des yeux de cocker plaintif, et puis de temps en temps, un grand sourire naïf... En tâche de fond on doit comprendre que le type se raconte qu'il est malade et qu'il n'a rien du tout en fait... Bref, une bonne comédie à la Française qui se moque de notre tendance maladive à nous inquiéter de notre santé.  

C'est vrai que nous nous inquiétons de plus en plus de notre santé ces derniers temps. Mais sommes-nous devenus de ridicules hypocondriaques, comme semble le dire le film ? Je ne le crois pas.

Autrefois, c'est sûr, on était moins attentifs à nous-mêmes et peut-être moins douillets, mais on avait aussi moins de raisons de l'être. Les maladies étaient simples, à l'époque, elles ne le sont plus aujourd'hui. Nous parlons d'un temps - pas si lointain - où l'alimentation était encore d'une certaine qualité, où les maladies épidémiques avaient quasiment disparu, où les antibiotiques faisaient encore régner la terreur chez les microbes, où le travail n'était pas associé à la sédentarité...

Les statistiques focalisent encore notre attention sur les maladies cardio-vasculaires, qui représentent encore la plus grande cause de décès en ce moment, mais ce qui fait peur aux gens comme vous et moi, ce n'est pas la crise cardiaque !

C'est plutôt de constater qu'autour de soi il y a maintenant de plus en plus de gens qui souffrent de maladies aux noms bizarres que les spécialistes eux-mêmes comprennent mal et qui ne se traitent que difficilement : dégénératives, antibiorésistantes, auto-immunes... Les démences, les cancers, les infections bactériennes et les allergies sont les "start-up" du moment. Toutes ces maladies sont apparues dans les statistiques depuis cinquante ans. Elles pourrissent la vie pour commencer, et finissent par nous avoir à l'usure.

Je comprends que le personnage qu'interprète Dany Boon ait peur, même si on se moque de lui. Car l'ensemble de ces maladies résulte avant tout d'un mode de vie... Je ne vais pas vous faire le tableau... Nous sommes apparemment tous touchés d'une manière ou d'une autre, même si nous prenons des précautions, même si nous mangeons bio, si nous faisons de l'exercice, même si... Certains y voient une sorte de processus d'autodestruction, d'autres une sorte de malédiction divine (une plaie d'Egypte) j'ai déjà reçu pas mal de témoignages dans ce sens. Notre système immunitaire, nos bactéries, nos cellules... semblent déterminés à nous faire la peau. C'est vrai que c'est confondant.

Je préfère imaginer qu'il s'agit de signaux d'alarme que nous envoient nos organismes, plutôt qu'envisager une attaque en règle destinée à nous éliminer. Mais, "plaie d'Egypte" ou pas, nous voyons poindre à l'horizon un avenir au moins aussi catastrophique que celui que décrivent les observateurs du réchauffement climatique. Un avenir lui aussi fait de souffrance et de crainte. Sauf que personne n'en parle.

Contre cette autre catastrophe planétaire, on n'a pas trouvé de remède et - comme pour le climat - on ne fait rien pour éradiquer la source du problème.

Je comprends alors que les gens cherchent eux-mêmes comment s'en sortir et c'est d'ailleurs pour eux que j'écris. Cette semaine, j'ai pour eux deux conseils. Le premier c'est de ne pas croire tout ce qu'on leur dit. Lisez l'article de Michel Dogna sur le dogme des antioxydants et des causes du vieillissement. L'autre conseil que je peux vous donner c'est de garder l'esprit curieux. Caroline Morel vous propose de tremper vos lèvres dans la même coupe que Shiva, oserez-vous ?

Bonne lecture

PS : le 15 mai (dans une semaine) sort la nouvelle version du magazine numérique Alternative Santé. Pour la recevoir, il faut être abonné. Si vous l'êtes, pas de problème, sinon, je vous engage à rejoindre le cercle de nos lecteurs très vite en cliquant ici. Ne serait-ce que pour soutenir notre démarche. Ça ne coûte que 24 euros par an, il y a plein d'articles sympa, vous allez apprendre plein de choses que vous ne saviez pas. Il y a des vidéos, des interviews, des courriers de lecteurs... On peut lire le magazine sur son PC, son smartphone, sa tablette... on peut charger le PDF pour sa liseuse ou pour l'imprimer... Bref, on s'est bien pris la tête pour le réaliser comme disent les jeunes.

Alexandre Imbert



ANTIOXYDANTS : ALLEZ-Y DOUCEMENT !
Depuis quelques années, c’est la nouvelle mode, L’antioxydant est devenu l’argument de vente numéro 1 de multiples produits de santé parce que l'on a bourré le crâne des gens avec l’analogie : « oxydation = vieillissement précoce ».

En jargon professionnel, on vous parle de « stress oxydatif » (qui vous oxy !) mais restons sérieux, l’oxydation est un phénomène naturel résultant de la présence d’oxygène, et la peroxydation est une oxydation violente par un produit libérant de l’oxygène très réactif. Dans le bio-électronigramme de Vincent, la bonne santé se trouve dans la zone légèrement oxydée et légèrement alcaline du sang, de l’urine et de la salive.

Mais revenons au fameux stress oxydatif et voyons comment cela se passe. Un « intrus » arrive dans un organisme et s’y déplace. Il finit par tomber sur une patrouille de contrôle (cellules tueuses NK) – « C’est quoi toi ?" – « Ben, euh ! » - « Code non-conforme, t’es pas d’ici toi ! » - « Ben, euh !  » - Et c’est le tir à vue sans sommation, ce qui veut dire une giclée d’un vitriol maison (peroxydant puissant) en pleine poire. Et couic ! Mission accomplie. (C’est de la pédagogie médico-scientifique moderne).

Continuons : la présence du produit corrosif étant détectée localement par les surveillances nerveuses, elle déclenche une alarme, ce qui est logique puisque les tissus voisins risquent d’être brûlés aussi. C’est un peu la même chose que lorsqu’on utilise de l’eau de Javel pour enlever des tâches : il faut rincer abondamment après l’opération, sinon le tissu est cuit.

L’organisme, lui, n’effectue pas de rinçage, mais une neutralisation chimique locale avec….un antioxydant naturel, le L-Glutathion fabriqué à partir du sang. Or l’opération Glutathion est devenue aléatoire chez certains - pour des raisons de déprogrammations diverses due à la pollution par les métaux lourds et les poisons chimiques dont beaucoup sont victimes sans le savoir - et cela entraîne souvent des dégâts.

Prenons par exemple le cas de la cataracte et de son associée la DMLA (dégénérescence maculaire). L’œil ayant développé une allergie à la lumière se met à traiter celle-ci comme un agresseur, et déclenche une sécrétion intempestive de peroxydant, en l’occurrence de l’eau oxygénée. Ceci ne serait pas trop grave si l’antioxydant qui doit suivre se présentait à l’appel. Mais s'il ne présente pas, l’eau oxygénée grignote petit à petit le cristallin ou pire, la rétine. Et le processus est enclenché...

Les antioxydants sont donc indispensables, mais il apparaît qu’ils font l’objet d’une nouvelle lubie qui peut s'avérer catastrophique car, de même que lorsqu’on absorbe un antibiotique à large spectre, on extermine la flore intestinale (qui est en première ligne), lorsqu’on prend des antioxydants au long court, on empêche l’organisme d’effectuer son travail de sécurité en neutralisant d’avance toute sécrétion de peroxydant (l'arme que notre système immunitaire utilise contre les intrus, rappelez-vous).

Le résultat, vous l’entrevoyez déjà, cela revient à une mise hors service des défenses immunitaires ! Alors attention, comme toujours, tout est dans le dosage : si une action ponctuelle peut s’avérer bénéfique, la même action prolongée peut être catastrophique.

La guerre aux peroxydants est aussi pernicieuse que la guerre aux microbes. C’est un peu comme si l’on exterminait l’humanité parce que parmi elle il y a des voyous et des criminels.

Méfiez-vous des modes – c’est vous qui en faites les frais.

Michel Dogna



REBOOTEZ VOTRE ORGANISME EN BUVANT L'EAU DE SHIVA
Aimeriez-vous boire le « nectar de l’immortalité » du Dieu indien Shiva ? Cette eau miraculeuse est décrite dans un très ancien livre datant de 3000 ans avant notre ère, le Damar Tantra, qui regroupe plus de cent vers consacrées à cette boisson exceptionnelle. Ces vers sont un dialogue entre le dieu Shiva et son épouse Parvati. Shiva explique à sa femme comment, en buvant ce nectar tous les jours, on finit par se guérir de tous les maux et l’on peut atteindre l’éveil spirituel. Boire ce liquide a un nom : le Shivambu Kalpa, ou l’amaroli. Une technique qui consiste à boire une partie de son urine pour être en bonne santé et pour se soigner le corps et l’esprit...
Cette eau merveilleuse, c'est vous

« Seulement les ignorants se laissent tromper à l’idée que l’urine est impure et contaminée ». Ce sont les mots de Shiva à son épouse. Et c’est vrai que tout le monde pense que l’urine est pleine de déchets du corps et que, si on les élimine, c’est que le corps n’en a pas besoin. Attention, ne confondez pas tout !

Les matières fécales sont des déchets, alors que l’urine est une substance riche en nutriments et en vitamines. L’urine est un « sous-produit » du filtrage du sang et non pas le « résidu » de ce filtrage. Sa dénomination médicale est « ultrafiltré plasmatique ».

Les reins sont en fait le filtre le plus complexe, le plus développé et le plus sophistiqué qui soit. L’urine qui en sort est ce qu’il reste une fois que le sang a été filtré par les reins dont le rôle est de réguler les composants du sang. Trop de vitamines, hop dans les urines ! C'est ainsi que le corps se débarrasse des nutriments dont il n’a pas besoin : des vitamines, des acides aminés, des enzymes, des neurotransmetteurs, de l’insuline, des minéraux et des hormones, mais aussi des protéines, des anticorps, de la créatinine bien sûr, et même de la DHEA...

En fait l'urine est un marqueur fiable de votre fonctionnement biologique. Une photo, à l'instant T, de votre état de santé. Un laboratoire d'analyse en tirerait une foule d'informations, mais ça ne serait rien en comparaison de ce que votre propre organisme peut y lire. Cette eau miraculeuse, c'est le résumé de vous.
Les fœtus se développent dans leur urine

Le Dr. Beatrice Bartnett dévoile dans son étude « Urine Therapy - It May Save Your Life » que nous avons bu de l’urine tout au long de la gestation, parce que l’urine est le fluide principal du fluide amniotique. Ce liquide amniotique dans lequel nage le bébé avant sa naissance, est principalement constitué d’urée qui vient de l’urine du fœtus lui-même. Cela assure la croissance et la protection du bébé, ainsi qu’une bonne cicatrisation de toute plaie à l’intérieur de l’utérus.
Boire du pipi ? Mais c’est dégoûtant !

L’idée peut sembler répugnante évidemment. Pourtant, s’il faut bien admettre que le goût de l’urine n’est pas précisément un nectar, on peut la boire sans que cela soit une torture. Certains mélangent leur urine avec un jus de fruit pour que ça passe mieux. Mais cela n'est pas nécessaire. Il n’en reste pas moins que la meilleure urine pour la santé est celle du matin, pas le tout premier jet... qui a stagné longtemps hors de la vessie, mais plutôt le second. Pour les puristes de l’urinothérapie, en tout cas, c’est l’urine non diluée qu’il faut consommer.
La couleur jaune de l’urine a des propriétés salutaires

A la fin des années 80, les Docteurs Glazer et Stocker, de l’Université de Californie ont découvert que le colorant jaune de l’urine, longtemps considéré comme un déchet corporel sans valeur, semblait avoir une fonction salutaire dans la diminution des dommages causés par le vieillissement, l’inflammation et les maladies cardiovasculaires. En outre, leurs recherches sur la bilirubine, le pigment qui colore votre urine en jaune, les ont amenés à la conclusion qu’il faudrait développer les études sur son rôle salutaire, et plus particulièrement en matière de diminution des dommages des tissus dans le cancer.
Qui sont ces fous qui boivent leur urine ?

C’est en Asie que le Shivambu est le plus répandu. En Inde évidemment où il serait pratiqué par plusieurs millions d’individus. Mais selon Xinhua, l’agence de presse officielle de la Chine, plus de trois millions de Chinois boivent aussi leur urine. Un article du Courrier International de décembre 1992, affirmait que l’urinothérapie comptait alors déjà plus de deux millions d’adeptes au Japon et, selon l’Indian Express de Bombay d’octobre 1992, la mode de l’urinothérapie a ensuite gagné Hong-Kong et Taïwan où plus de 200 000 personnes boivent chaque jour leur urine. Ces chiffres datent, mais on imagine donc facilement qu’ils ont largement augmenté en 20 ans. Aujourd’hui le Shivambu est pratiqué aussi en Europe par un million d’individus aux Pays-Bas et cinq millions en Allemagne . L’engouement semble vouloir gagner l’Italie, l’Espagne et même la France.
Souvenez-vous des remèdes de nos grands-mères

L’urine est un produit secondaire stérile, qui résulte du filtrage du sang. Les anciens ne s’y trompaient pas. Ambroise Paré, père de la chirurgie moderne, recommandait l’urine pour désinfecter et cicatriser les plaies. Au temps de Pasteur, l’urine de jument entrait dans la composition de sérums et de vaccins. Ne vous a-t-on jamais dit qu’il faut faire pipi sur une piqûre de méduse ou d’abeille? Votre grand-mère ne vous a-t-elle jamais dit qu’on pouvait se faire des compresses d’urine sur les plaques d’eczéma, de psoriasis ou sur les plaies ?

Nombreuses aussi sont les histoires de soldats perdus dans le désert, de marins blessés en mer ou d’alpinistes partis à la conquête des sommets qui ont bu leur urine pour survivre. L’urine était aussi utilisée autrefois en usage externe pour faire briller les cheveux et blanchir les dents. La chanteuse américaine Kesha a récemment fait le buzz sur le Net en montrant comment elle se gargarisait avec son urine pour avoir un sourire éclatant.

Mais c’est bon pour quoi l’urinothérapie ?
La liste des substances contenues dans l’urine est longue, comme vous avez pu vous en rendre compte. L'urine agit par ses substances vivantes : enzymes, hormones, neurotransmetteurs, vitamines, anticorps, antibiotiques et autres médicaments naturels, par un processus d'auto-vaccination et de transmutations biologiques. Elle a des effets nettoyants et régénérateurs.

Système digestif :
Dans le système digestif, l'urée est transformée par les bactéries intestinales, ce qui la rend utilisable et absorbable. L'urée est toxique dans le sang, lorsqu'elle est en excès, mais dans l'intestin, elle joue un rôle purificateur. La majeure partie est transformée en glutamine, substance très précieuse pour les systèmes nerveux et musculaires.

Système rénal :
L’urine est un diurétique puissant qui stimule les reins. L’eau éliminée par les reins n’a plus besoin d’être évacuée par la transpiration qui, lorsque votre organisme est intoxiqué, est pleine de toxines et va irriter la peau et engendrer eczéma et troubles cutanées.

Système circulatoire :
L’urokinase, contenue dans l’urine, est un nettoyant souverain et un excellent fluidifiant du système circulatoire. C’est une enzyme précieuse en cas d’artériosclérose, de thrombose artérielle ou d’embolie pulmonaire.

Et aussi :
Dans l’urine, il y a aussi de la DHEA, un stéroïde sécrété par les glandes surrénales, dont les propriétés de régénération sont très connues. La DHEA stimule le développement de la moelle osseuse et accroit sa production de globules rouges. Elle est connue pour ses propriétés antivieillissement et pour son action contre l’obésité et l’anémie.
Il y a aussi de l’allantoïne dans l’urine, qui favorise la cicatrisation. Il y a également des hormones qui permettent de réguler un certain nombre de processus hormonaux.

Pourquoi les autorités n’ont-elles jamais fait de recherches sur l’amaroli ?
Malheureusement, peu d’études existent sur les vertus thérapeutiques de l’amaroli et cela, probablement en raison d’intérêts pharmaceutiques. L’urine est gratuite, disponible à tous et à tout moment et n’a pas d’effets secondaires. Les laboratoires préfèrent la vendre, sans dire ce que c'est. Pendant des années, les pays qui produisaient de l’urokinase, à base d’urine humaine, se sont fait énormément d’argent avec cette substance très utile pour dissoudre les caillots de sang. Parallèlement d’autres produits à base d’urée (synthétique) sont fabriqués par différentes multinationales pharmaceutiques qui en retirent d’énormes bénéfices qui se comptent en millions de dollars par an.
Comment ça marche ? Comme une sauvegarde d'ordinateur

On sait que l’analyse d’urine permet une lecture très fiable de l’état interne d’un organisme. Toutes les informations biochimiques, bioélectroniques et vibratoires de notre organisme sont contenues dans notre urine. C’est une mémoire fidèle et un bilan précis de toute notre histoire biologique et physiologique. Cette eau qui sort du corps, garde avec elle une partie des informations essentielles sous forme de produits du métabolisme. Si les animaux se servent de l'urine comme d’un moyen d'identification aussi précis qu'une empreinte de doigts, c’est bien qu’elle contient des informations essentielles.

En réintroduisant l’eau du corps par voie orale, on déclenche des capteurs d’information dès la bouche qui induisent dans le corps une réponse adaptée. C’est comme si on se ré-informait sur soi-même. L’amaroli permettrait donc une seconde lecture des informations contenues dans l’eau du corps et, comme s'il s'agissait d'une réinitialisation de l’organisme et de l’esprit.
L’amaroli en version homéopathique : l’isothérapie urinaire

Assez proche de l’amaroli, l’isothérapie urinaire consiste à utiliser votre urine diluée et consommée comme de l’homéopathie, à petite dose. Considérée comme une méthode de décontamination profonde et de reprogrammation énergétique, elle efface les miasmes des vieilles maladies mal réglées et les séquelles des vaccinations. Elle nettoie l’organisme de tous les poisons chimiques et médicamenteux et relance les défenses immunitaires affaiblies. C’est également un agent déstressant qui désamorce efficacement les processus de somatisation.

Quelques précautions nécessaires avant de vous lancer
L’amaroli ne doit pas être pratiquée lorsqu’on souffre d’infection urinaire.
  Votre alimentation du soir doit être légère, de type « régime crétois » ou à tendance végétarienne afin d’alléger le goût.
  Limitez les protéines animales, surtout les viandes rouges, les gras saturés, la junk food, les charcuteries, les viennoiseries, le thé noir, le café et le chocolat.
  Revenez aux vraies valeurs, mangez naturel, mangez « terroir », en tout cas le moins transformé possible, évitez le sucre raffiné, la farine blanches et les conserves.
  Si le réflexe de rejet à l’idée de boire de l’urine est trop fort, mélangez le à du jus de fruit ou de légume et pincez-vous le nez.
  Rappelez-vous de choisir l’urine du matin, mais pas le premier jet, où se trouvent les bactéries. Urinez d’abord un peu, puis gardez le deuxième jet pour votre consommation.

Pour bon nombre de gens, le blocage psychologique persiste. Pas facile de se retrouver le matin avec son verre d’urine à avaler, surtout quand on continue à croire que l’urine n’est qu’un déchet toxique. Pourtant, la vérité qui semble être mise en avant par ceux qui pratiquent l’amaroli, est qu’il s’agit d’une panacée universelle, ayant des vertus guérisseuses et régénératrices presque miraculeuses, qui permettent son utilisation avec succès dans le cas de toutes les maladies connues.

A vous de voir, mais c'est bientôt l'été, la saison se prête à ce genre d'expériences. Profitez-en.

Portez-vous mieux

Caroline Morel



- Vous n'avez pas reçu les 134 premières newsletters d'Alternative Santé. Découvrez-les en allant sur le site alternativesante.fr
http://www.alternativesante.fr/fre/21/newsletters/newsletters/liste/tio:e4cb994608bce3d7fea92146103a4db1/

- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien
http://www.alternativesante.fr/recevez-gratuitement-notre-newsletter/tio:e4cb994608bce3d7fea92146103a4db1/



De nombreux lecteurs nous interrogent sur telle ou telle pathologie et son traitement naturel. Il se peut que nous traitions, un jour ou l'autre, leur problème de santé, mais cela reste hypothétique. Pour avoir rapidement des réponses à vos questions de santé, nous vous invitons à consulter l'index des articles parus dans Principes de Santé, le journal de la médecine naturelle en suivant ce lien.
http://soignez-vous.com/index-des-articles.html

Si vous recherchez un thérapeute pratiquant une des disciplines des médecines alternatives, vous en trouverez une liste près de chez vous en vous rendant sur le site annuaire-therapeutes.com
http://www.annuaire-therapeutes.com/
Si vous ne souhaitez pas que votre adresse mail soit communiquée, précisez-le nous dans vos mails.



Dernière édition par Libellule le Ven 5 Juin 2015 - 21:55, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Alternative santé 2014   Dim 6 Juil 2014 - 12:20



source http://www.alternativesante.fr/
"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris

Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction.




AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER n°92 du 16 mai 2014
- Un sel de bain alcalin aux pierres précieuses, hmmmm ! par Michel Dogna
- Fibromyalgie. Non vous n'êtes pas folle! par Clément Pierre



Bonjour,
C'est le moment de vérité. Rappelez-vous, il y a exactement 91 semaines, nous avons expédié la première newsletter d'Alternative Santé. Et dans chacun de nos envois nous avons eu à coeur de vous expliquer deux choses simples :

en matière de santé, la vérité ne se trouve pas toujours dans la presse grand public, ni sur les étiquettes des médicaments, ni dans le cabinet des médecins.
  il existe des méthodes simples, naturelles et sans effets secondaires, qui peuvent résoudre la plupart de vos problèmes de santé, ou au moins les atténuer.

Je comprends, en lisant vos nombreux messages et commentaires, que cet effort de diffusion d'une information "différente" n'a pas été vain et cela ne fait que me conforter dans ma détermination.

Je dois vous dire qu'au lancement de cette newsletter, nous n'avions aucune certitude quant au succès de notre démarche, c'est pourquoi nous avions volontairement limité notre investissement, notamment en vous proposant un site/blog assez rustique et une version numérique en simple PDF.

C'est une toute autre proposition que je vous fais aujourd'hui et j'espère qu'elle recueillera, elle aussi, votre adhésion. On parle souvent du "virage numérique" de la presse, eh bien, nous l'avons pris ce virage... en serrant bien fort le volant... C'est en effet un tout nouveau site et un tout nouveau magazine numérique que nous vous proposons, avec une foule de fonctionnalités qui vont vous plaire. Cela a été long, difficile et coûteux, mais le résultat est chouette, vous verrez.

Pour ceux qui sont abonnés au magazine mensuel, vous trouverez désormais sur notre site plusieurs centaines d'articles du même acabit que ceux que nous vous envoyons chaque semaine : des avis d'experts et des pistes inédites pour vous soigner ou aider vos proches face à la maladie.

Des vidéos, des documents audio, des extraits de films, consultables en un clic, vous attendent. Ils vous permettront de rencontrer, à nos côtés, des thérapeutes et des chercheurs venus de tous les horizons.

Que vous ayez un ordinateur, un smartphone, une tablette, ou une liseuse vous pouvez désormais nous lire n'importe où et tout consulter du bout du doigt ou avec votre souris. Que vous utilisiez Internet Explorer, Safari ou Firefox... peu importe, ça marche avec tout. Plus besoin de conserver précieusement les anciens articles, les newsletters, tout sera là, à portée de main, tout le temps... dès lors que vous avez une connection Internet.

De nombreux lecteurs me demandaient de leur faire parvenir les anciennes newsletter, ils n'auront qu'à se servir... Et si vous préférez quand même la version PDF du magazine, vous pourrez la télécharger à tout moment.

En franchissant la porte de notre magazine vous allez aussi entrer de plain-pied dans la communauté de nos lecteurs : en nous signalant les thématiques qui vous intéressent, en devenant même, si vous le souhaitez, un de nos "référents" sur ce sujet... et surtout en échangeant avec d'autres lecteurs passionnés, comme vous, de solutions alternatives.

Et en plus, cerise sur le gâteau, vous pourrez voir ma trombine en vidéo chaque mois. Ce n'est pas mon métier, mais je commence à y prendre goût ;-)

FAITES-MOI UNE FAVEUR, UNE SEULE. Cliquez dès maintenant sur ce lien, ne serait-ce que pour voir ce qui m'a demandé tant d'efforts et d'énergie. Si vous êtes déjà abonné, vous aurez accès immédiatement aux numéros auxquels vous avez souscrits, si vous ne l'êtes pas, vous pourrez consulter les articles gratuits que nous avons publiés depuis que nous existons.

Je ne vous cache pas que cette nouvelle formule d'Alternative Santé représente un enjeu important pour nous et je vous laisse le soin de juger si vous soutenez votre démarche. L'abonnement au magazine numérique ne coûte que deux euros par mois, le prix d'une tisane ;-)

Vous le savez, notre petit groupe de presse est en permanence dans le collimateur des autorités de santé parce qu'il ose dire ce que l'on préfère cacher. L'Internet est pour nous une chance formidable d'échapper à leur surveillance et à leurs tracasseries. C'est pour cela que nous avons besoin de votre soutien.

Une dernière chose, les abonnés de "Principes de Santé" (notre magazine papier) bénéficient d'un tarif préférentiel. Si c'est votre cas et que vous êtes en possession de votre numéro d'abonné (qui figure sur le film qui entoure le magazine), cliquez ici et vous pourrez en bénéficier immédiatement.

Bonne lecture.

PS : j'en oublie presque de vous parler des articles de cette newsletter. Vous trouverez un peu plus bas un article de Michel Dogna. Il vous propose de vous tremper dans un bain alcalinisant aux pierres précieuses... Si, si... N'aimeriez vous pas avoir la peau douce, vous débarrasser de l'eau que votre organisme retient inutilement et des toxines qu'il contient, et en plus avoir l'esprit libre et détendu ? Moi si.
Quant au deuxième article, il concerne la fibromyalgie. Savez-vous qu'il faut en moyenne trois ans aux médecins pour diagnostiquer la maladie ? Clément Pierre vous dit comment faire votre propre diagnostic et surtout comment vous en sortir. On disait autrefois que c'était une maladie imaginaire de gens instables un peu psychopathes. Eh bien on se trompait.

Alexandre Imbert



UN SEL DE BAIN ALCALIN...AUX PIERRES PRÉCIEUSES
Déjà aux temps de l'Égypte ancienne, de la Grèce antique et des Romains, les soins corporels étaient alcalins. On utilisait la soude, le lait ou du savon alcalin. Et il n'y a pas si longtemps, les soins des personnes âgées étaient effectués avec du savon noir liquide dont le pH était de 9 *. Prendre des bains alcalins pendant des heures faisait aussi partie de la tradition des anciennes cultures japonaises et mexicaines. Cette tradition a été totalement oubliée chez nous alors qu'elle est une méthode de prévention des maladies et de soin du corps extrèmement efficace - et pas chère.

On peut toutefois renouer aujourd'hui avec cette ancienne pratique grâce à des sels de bains venus d'Allemagne et commercialisés sous le nom de AlcaBain.

Le sel de bain AlcaBain a en effet repris les données de cette tradition des soins en respectant des valeurs de pH entre 8 et 8,5 selon la dureté de l'eau utilisée. Il inclut en outre huit sortes de pierres précieuses finement moulues qui sont : l'agate, le carnéol (cornaline), la citrine, la chrysoprase, la calcédoine, le saphir, le quartz et l'onyx

Les effets physiques majeurs de l'AlcaBain
Le pH alcalin modifie la tension superficielle de l’eau et équilibre les pressions osmotiques du derme, ce qui explique l’évacuation de la rétention hydrique du corps. Aucun sel n'est retiré de la peau, seuls les toxines et les acides sont évacués. La peau est nettoyée en douceur et enrichie en lipides. Il se produit en plus un doux gommage qui laisse l'épiderme particulièrement souple et prévient même la formation des rides. En particulier l’AlcaBain active la régulation du sébum de la peau qui se nettoie d'elle-même de façon naturelle.

Propriétés des pierres selon la tradition
L’agate est connue pour donner la joie et la sérénité, elle permet d'effacer les « bleus de l’âme ». Elle est censée protéger des énergies négatives.
  La citrine donne la clarté mentale – c’est un puissant régénérateur d'énergie, qui dissipe aussi les énergies négatives.
  La cornaline lève tous les blocages affectifs et active la circulation du sang.
  La Chrysoprase donne confiance en soi, rassure et stimule les globules blancs.
  La calcédoine rouge, donne force et courage, rose elle porte à la gentillesse et à la compassion.
  Le saphir agit contre la lassitude et le pessimisme, c'est un veinotonique avéré.
  Le quartz clair amplifie toutes les guérisons, il stimule la calcification osseuse.
  L’onyx Active les défenses immunitaires, il relance l’énergie des méridiens et apporte l'harmonie intérieure. C'est aussi un détoxifiant cellulaire

Dans l'AlcaBain, ces pierres précieuses sont dispersées dans un mélange de poudre de :
Bicarbonate de sodium + Carbonate de sodium + Sel de mer

En pratique
Si vous avez une baignoire
Les bains se règlent entre 36 et 40°. Saupoudrer 3 cuillères à soupe de sel Alcabain et mélanger. Si vous avez un rouleau de papier pH (qui se vend en pharmacie) vérifiez si vous avez bien le pH de 8 mini. Temps minimum du bain 30 minutes.

Si vous n’avez pas de baignoire
Vous pouvez faire des bains de pieds bain de pieds chauds avec 1 cuillère à café de sel Alcabain. Temps minimum du bain 30 minutes aussi.
Bien que moins efficace sur le plan général que le bain intégral, le bain de pieds soulage bien la circulation des jambes.

Deux témoignages intéressants
Je m'empresse de reproduire ici le témoignage que j'ai reçu d'une utilisatrice de cet AlcaBain, vous verrez, c'est intéressant :

"Je suis hôtesse navigante et je souffre depuis des années de problèmes circulatoires : jambes lourdes et gonflées, sans oublier qu'avec ce métier nous passons notre temps à gonfler (fameuse loi de Mariotte : la pression diminue en fonction de l'altitude...) et dégonfler après la descente.
Jusqu’ici il me fallait beaucoup de temps pour un retour à la normale avec crème défatigante, jambes surélevées, médicaments pour la circulation, bas de contention etc...C'est lors d'une escale que j'ai découvert le 1ier bain alcalin d'une heure - résultat spectaculaire, avec jambes et ventre immédiatement dégonflés ,très reposée, et suivi d’un meilleur sommeil, sans oublier en prime une peau super douce...
Depuis je suis devenue accro à ce sel magique que j’emmène sur tous mes vols. J’essaie de prendre un bain alcalin tous les 2 jours soit à domicile après mes vols soit en escale).J'en profite pour l'associer au masque alcalin et lire un bon bouquin".

Lisez aussi celui-ci : "Personnellement, je ne suis pas un accro de l’Alcabain parce que je n’ai pas de problème dramatique. Mais il est intéressant de signaler que lorsque j’ai essayé ce bain, j’ai pu constater qu’en plus de la détente qu’il procure et la peau douce à la sortie, j’ai eu droit à un petit cadeau à propos d’une verrue que je « cultivais » dans le dos depuis quelques années. Après 3 bains, elle disparut subitement".

A savoir :
Faites attention qu’il ne s’agisse pas d’une copie plus ou moins inefficace. L’Alcabain est d’origine allemande où il est diffusé depuis de nombreuses années.
  Le prix du produit reste raisonnable et surtout on peut en commander de grosses quantités (le conditionnement peut aller jusqu'à trois kilos).
  Vous trouvez ce produit de la marque Jentschura (du nom d'un médecin allemand devenu une sommité mondiale dans le domaine de l'équilibre acido-basique) en cliquant ici http://www.keimling.fr/alcabain-meinebase.html?utm_source=santeportroyal&utm_medium=Newsletter&utm_campaign=santeportroyal-2014-05-14

* Rappel : pH signifie potentiel hydrogène. Tout ce qui est au dessous de pH 7 est acide – tout ce qui est au dessus de pH 7 est basique ou alcalin – pH 7 est neutre – Plus on s’éloigne de 7 et plus l’acidité ou l’alcalinité est importante.

Michel Dogna



FIBROMYALGIE : MAIS NON VOUS N'ÊTES PAS FOLLE !
Cette maladie existe certainement depuis la nuit des temps, mais sa reconnaissance sous le terme fibromylagie est très récente. Cette appellation, dont il n’est pas sûr qu’elle fasse longtemps consensus, date en effet de 2005. On l’a appelée successivement rhumatisme musculaire chronique (1901), rhumatisme psychogène (1960), syndrome polyalgique idiopathique diffus (SPID), fibrosite (1983), fibromyosite et enfin fibromyalgie (syndrome de) récemment.

Pendant longtemps, le contraste entre l’intensité des signes cliniques décrits par les patients et le résultat négatif des examens biologiques et radiologiques incitait certains médecins à penser que cette maladie était « invisible et invincible » ! N’oublions pas que pendant longtemps, la fibromyalgie a été considérée comme une forme particulière de l’hystérie.
La femme plus touchée que l’homme ?

En apparence seulement
Si on l’a apparentée à l’hystérie (étymologiquement plutôt féminine), c’est parce que les hommes se plaignent rarement de ce type d’affection. On sait désormais pourquoi : les hormones mâles auraient un effet protecteur vis-à-vis de la douleur et les hormones féminines, l’effet inverse ! Mais hommes et femmes sont sans doute aussi touchés les uns que les autres. Et d’ailleurs, dans sa forme localisée à quelques loges musculaires, ce sont les hommes qui y sont les plus exposés, en lien étroit avec l’activité professionnelle ou la pratique d’un sport particulier.

Ma patiente est folle, elle a la Fibromyalgie
Aujourd’hui, de nombreuses preuves scientifiques attestent de la réalité de cette maladie. Ainsi, on a pu mettre en évidence au cours de la fibromyalgie :

  Une réduction du débit sanguin dans certaines aires cérébrales.
  Une amplification de la douleur lors des émotions négatives.
  Une altération de l’activité physiologique du système nerveux.
  Une perturbation de la sécrétion de plusieurs neurotransmetteurs.

Par différents moyens, des chercheurs sont parvenus à montrer qu’au cours de cette maladie, la régulation de l’axe hypothalamus - hypophyse - surrénales est profondément perturbée. On parle d’épuisement de l’axe HHS (hypotalamo-hypophyso-surrénalien). Autrement dit, la fibromyalgie ne serait pas une maladie psychologique mais serait l’expression d’une incapacité du système nerveux sympathique à gérer le stress.

Il n’empêche, pour beaucoup de médecins, la maladie demeure difficile à cerner et beaucoup pensent encore qu’elle atteint principalement des patients (des patientes essentiellement) fragiles psychologiquement, voire même "un peu zinzins".

Ils n’ont pas tout à fait tort car la fibromyalgie est syndrome d’épuisement et de vulnérabilité au stress – c’est d’ailleurs ainsi qu’on l’appelle chez les Anglo-saxons - par épuisement de l’axe hypothalamus - hypophyse - surrénales.

Ainsi il apparaît désormais clairement que :
L’origine de cette maladie est traumatique. Et pas seulement quand elle apparaît dans un contexte de stress psychologique ou à la suite d’un traumatisme physique ou/et émotionnel.
  De nombreux comportements mis en place pendant la petite enfance sont également capables d’induire un tel état comme réprimer ses émotions, viser la perfection en toute chose, ne pas trouver sa place nulle part, renier ses besoins. Cela à la suite d’une situation vécue comme éminemment dangereuse ou injuste.

Mais cela ne fait pas pour autant des fibromyalgiques, des fous à lier !

Du traumatisme à la fibromyalgie
La genèse se ferait en trois temps :

  Suite à un traumatisme vécu pendant la vie intra-utérine ou au cours de la petite enfance, l’axe neuro-endocrinien chargé de réguler la douleur est fortement altéré. Les traumatismes les plus souvent repérés sont la violence entre les parents, leur séparation ou le décès de l’un d’eux, le fait ou le sentiment de ne pas avoir été désiré(e), les abus sexuels.
  L’altération de la régulation devient de plus en plus défaillante avec le temps du fait d’un contexte stressant dans un ou plusieurs domaines de la vie courante : au sein même de la famille, au travail, voire dans la société.
  La soudaine décompensation à l’occasion d’une situation qui réveille - le plus souvent de façon totalement inconsciente - le souvenir des événements de la petite enfance.

Trois ans en moyenne avant d'arracher le diagnostic aux médecins
La fibromyalgie peut commencer à un très jeune âge, dès l’enfance. Cependant, dans la très grande majorité des cas, elle débute entre 30 et 50 ans chez des personnes jusque-là en bonne santé, volontiers hyperactives et anxieuses.

Même déclarée, la maladie n’est pas facile à diagnostiquer. Le médecin est embarrassé face à un patient qu’il suspecte de fibromyalgie car aucun examen biologique ni radiologique ordinaire n’est suffisamment caractéristique. De plus le tableau varie considérablement d’une personne à l’autre. Voilà pourquoi on parle encore aujourd’hui du diagnostic « d’élimination » de fibromyalgie. Le corps médical appelle ainsi tout diagnostic auquel il est obligé d’aboutir après avoir écarté toutes les autres causes possibles.

En fait, cette éventualité - loin d’être rare - révèle le grand désarroi de la médecine officielle face à son incapacité à faire entrer un tableau clinique dans une case prédéterminée. Le caractère extrêmement variable de cette pathologie est la cause principale de l’errance du patient d’un médecin à l’autre : médecin généraliste, rhumatologue, gastro-entérologue, neurologue, chirurgien…

En moyenne, il faut 2,7 années et la consultation de 2 à 4 médecins pour que le diagnostic soit établi ! De toute évidence, il est indispensable que les professionnels de santé soient sensibilisés et correctement formés pour mieux appréhender une telle symptomatologie.

Comment faire votre propre diagnostic ?
Il y a plusieurs méthodes pour établir le diagnostic. Toutes reposent sur le sens clinique du médecin, ce qui ne facilite pas sa tâche.

Le diagnostic par les 18 points
La localisation des douleurs a été à l’origine de la première grille de diagnostic. La symptomatologie est en effet dominée par des douleurs réparties sur l’ensemble du corps, mais localisées au niveau des insertions osseuses de certains muscles bien précis. Ainsi, était reconnue atteinte de la maladie, toute personne qui présentait un tableau douloureux évoluant depuis au moins trois mois et qui ressentait une douleur vive à la pression d’au moins 11 des 18 points retenus (que vous trouverez facilement sur Internet).

Le diagnostic par certains signes
La force musculaire et la mobilité articulaire sont réduites.
  Il existe un dérouillage matinal (comme une ankylose), mais l’amplitude des mouvements articulaires n’est pas limitée.
  Les articulations paraissent gonflées, mais dans la plupart des cas, cela n’empêche pas de continuer à porter des bagues.
  Les muscles ne sont pas atrophiés, du moins tant que l’appétit est conservé.
  Et si un anti-inflammatoire a été prescrit, il n’a eu aucun effet bénéfique.

Le diagnostic à partir du sommeil
Suite aux découvertes récentes, le diagnostic ne repose plus uniquement sur la présence de ces points, mais sur leur association à :

  Une grande fatigabilité qui, à la longue, a altéré la qualité de vie dans un ou plusieurs secteurs (familial, professionnel, social, ludique).
  Et surtout une perturbation du sommeil caractérisé par sa gravité, sa singularité, sa régularité d’une nuit sur l’autre et son extrême fréquence (elle est en effet présente dans 90% des cas). Après un endormissement souvent facile, le sommeil est haché par des réveils fréquents. Toute la nuit, le cerveau reste en état d’hypervigilance et ne peut entrer en phase de sommeil lent profond. La récupération des fatigues de la veille ne peut avoir lieu. Le réveil est pénible car le sentiment de fatigue est immédiat et profond. Au cours de la journée, les fréquents épisodes de somnolence perturbent la réalisation des tâches quotidiennes (autant en quantité qu’en qualité) et altèrent la relation aux autres.
  Plutôt que d’être la conséquence de la chronicité des douleurs, cette altération profonde du sommeil en serait la cause ! Elle trouverait sa propre origine dans le stress généré par la résurgence du souvenir inconscient d’un trauma de l’enfance à l’occasion d’une situation pénible survenue dans les mois précédents les premières douleurs. Ce qui a fait dire au Dr Harvey Moldofsky que la fibromyalgie est un « rhumatisme du sommeil ».

Chez les 10% de fibromyalgiques dont le sommeil est réparateur, les douleurs et autres signes sont améliorés pendant la journée et s’aggravent à l’arrivée de la nuit. De toute façon, il existe un lien entre les symptômes et le cycle veille/sommeil.

Le diagnostic selon l’EULAR (European league against Rhumatism)

Les recommandations, telles qu’elles ont été formulées lors du congrés d’Amsterdam de juin 2006, portent sur la recherche des signes suivants :
Une hypersensibilité à la douleur (hyperalgie) en d’autres points (mains, plantes des pieds, dents) et notamment au pincement de la peau dans la région sus-scapulaire (au dessus de l’omoplate).
  Le ressenti douloureux de certaines stimulations qui normalement ne créent pas de souffrance comme le simple fait d’être touché ou effleuré (allodynie).
  Une hyperhémie (afflux de sang) fréquente lors des émotions et prédominant dans la partie supérieure de la poitrine.
  Une hypersensibilité à toute forme de stress qui est responsable d’une grande irritabilité.
  Une tendance dépressive anxieuse alimentée par un discours intérieur reposant sur des idées dépréciatives de soi et les scénarios « catastrophe » qu’elles induisent.
  Un tempérament souvent plaintif qui porte à exagérer les symptômes.
  Des céphalées chroniques ou migraineuses avec la sensation de tension intérieure (présentes dans 80% des cas).
  Une baisse des capacités cognitives (retrouvées chez plus de 85% des personnes étudiées) : difficultés de concentration, de réflexion, de mémorisation…
  L’existence concomitante d’une pathologie fonctionnelle à quelque niveau que ce soit : abdominal (côlon irritable, douleurs bien localisées ou itinérantes mais répétitives et invalidantes), génital (troubles des règles), urinaire (cystopathie à urines claires)…
  Et conséquence de l’association plus ou moins importante de ces divers symptômes, une baisse de l’appétit et un amaigrissement proportionnel.

Le diagnostic par le traumatisme
La fibromyalgie apparaît parfois après un choc traumatique physique (coup du lapin notamment) ou psychologique (deuil, divorce, séparation, licenciement). Elle s’inscrit alors dans un tableau de syndrome post-traumatique typique.
D’autres fois, aucun antécédent traumatique n’est retrouvé, mais la présence de certains signes évoquent un syndrome post-traumatique :
1. L’hypersensibilité à la douleur.
2. L’état d’hypervigilance diurne et nocturne, responsable le jour des réactions de sursaut au moindre bruit et la nuit des troubles du sommeil et de l’incapacité à récupérer des fatigues de la veille.
3. Et leurs conséquences : l’anxiété majeure, la tendance dépressive, les troubles de l’attention, l’épuisement des capacités d’adaptation, l’émoussement des réponses au stress et la réduction de l’activité physique.
4. Une certaine efficacité des antidépresseurs, notamment de la classe des IRS (Prozac, etc.)

S’il se confirme que l’origine de la fibromyalgie est l’incapacité à gérer le stress, il est possible que ces deux pathologies en soient en fait que deux formes d’expression d’une même souffrance.

Confirmer le diagnostic par un bilan
La pratique de divers examens sanguins et radiologiques permet d’une part d’écarter d’autres pathologies, comme la polyarthrite rhumatoïde, le lupus.

D’autre part, d’autres examens permettent de confirmer le diagnostic de fibromyalgie et d’en apprécier la gravité, car on retrouve le plus souvent :
Dans le sang : d’une part, une forte diminution des taux de cortisol et des vitamine B1 et D dans le plasma et de magnésium dans les globules rouges (marqueurs de l’épuisement) ; de l’autre, une augmentation importante des carbonyls protéiques* (marqueurs d’oxydation).
  Dans les urines, une baisse du taux de cortisol et des métabolites* des neurotransmetteurs : on peut ainsi évaluer le niveau d’activité de la sérotonine, de la dopamine, de la noradrénaline…
  Et si une étude du sommeil est pratiquée, l’absence de phase de sommeil profond récupérateur.

Si certains de ces examens sont de pratique courante, d’autres ne sont réalisés que dans certains laboratoires spécialisés.

Les médicaments, bof, bof…
Le traitement médicamenteux de la fibromyalgie est essentiellement symptomatique. C’est une spécificité de cette maladie : le corps ne réagit pas toujours au médicaments qui n’ont bien souvent qu’une action secondaire. Je ne vous conseillerai donc aucun de ces traitements, mais si vous avez choisi cette voie préférez :
- parmi les antalgiques : le tramadol,
- parmi les antidépresseurs l’amitriptyline (Elavil),
- parmi les myorelaxants, le thiocolchicoside (Coltramyl®, Miorel
- et pour le reste… méfiez-vous car les résultats sont quasi-nuls (avec les effet secondaires en plus)

Se faire accompagner… indispensable
L’accompagnement psychique est fondamental, plusieurs thérapies alternatives présentent plus d’intérêt que les thérapies cognitives et comportementales. Il s’agit de l’EMDR (mouvement des yeux, désensibilisation et retraitement de l’information), si le patient relie sa maladie à un traumatisme précis, de la gestalt-thérapie qui permet de prendre conscience du processus psychologique en jeu et des constellations familiales qui est un des meilleurs moyens de faire émerger à la conscience le souvenir enfoui et de rendre au passé ce qui lui appartient.

D'autres thérapies cognitives et comportementales, relaxation, sophrologie, massages, pourront être proposées. Certains experts recommandent même ces thérapies en première intention car, selon certaines études, elles seraient plus efficaces que tout traitement médicamenteux.

Aux USA, des personnes sont parvenues à se guérir complètement de leur fibromyalgie par une technique de visualisation : s’aidant d’images, parfois symboliques mais toujours signifiantes, elles ont visualisé leur corps retrouvant ses capacités de gérer les situations stressantes auxquelles elles étaient régulièrement soumises.

En complément, des Fleurs de Bach
White Chestnut, de façon systématique : le mental n’est jamais au repos car il rumine toujours les mêmes pensées sans jamais leur trouver une issue favorable.
  Aspen de façon systématique également car le mental est en alerte nuit et jour, toujours dans la crainte d’un danger imminent, mais qu’on est incapable de définir.
  Star of Bethlehem quand à la suite d’un traumatisme intense, on a le sentiment que sa vie est brisée, que ce ne sera jamais plus comme avant.
  Rock Rose lorsque le mental débraie en panique ou en hyperactivité décousue et improductive.

Puis traiter les symptômes un à un
Le sommeil peut être amélioré grâce à un des principes actifs de la bergamote (5-MOP) qui permet de recaler l’horloge bioloqique dans plus d’un cas sur deux . Prendre Calmium à raison de 4 gélules le soir une heure avant le coucher, pendant plusieurs mois.
 
La douleur peut être significativement améliorée par le biofeedback. Grâce à cette technique, le client apprend à s’observer, à reconnaître les petits signes qui précèdent l’arrivée d’une crise et à la contrôler en apaisant le message de fuite ou de lutte que le cerveau réflexe a impulsé face à une situation qu’il juge dangereuse. Il produit un profond sentiment de libération, redonne espoir et développe la confiance en soi. Il permet de redevenir autonome.
 
Un déficit en magnésium ou/et en vitamine D doit être recherché.
Rétablir les réserves de magnésium augmente le seuil de tolérance à la douleur et réduit la prise d’antalgiques d’environ 30%.
Il en est de même avec la vitamine D, surtout chez les femmes, et ce d’autant plus que le repli sur soi et chez soi est plus ancien.
http://www.la-vie-naturelle.com/fre/2/magnesium/site_partenaire:0a61410828
http://www.la-vie-naturelle.com/fre/2/vitamine-d3/site_partenaire:0a61410828

La fatigue liée à la fibromyalgie peut-être réduite grâce au Pycnogenol, extrait de l’écorce de pin des Landes. Pour un effet optimal, on commence par la dose de saturation (1 gélule pour 12 kg de poids) pendant deux mois, avant de diminuer les doses. À prendre pendant les repas
 
Le stress peut être réduit avec une association de magnésium (sous forme de sel soluble dans les graisses) et d’un complexe vitaminique B afin de relancer la production d’énergie. La formule D-Stress qui contient du magnésium liposoluble et des vitamines B est à ce titre particulièrement bien adaptée. On l'associera à la coenzyme Q10 indispensable à la synthèse musculaire et à la réduction des douleurs musculaires (100 mg/j en moyenne).
http://www.la-vie-naturelle.com/fre/2/co-enzyme-q10-100-mg/site_partenaire:0a61410828
 
La dépression sera réduite en résorbant le déficit en sérotonine (toujours avec
  D Stress) avant de stimuler la production de la dopamine et de la noradrénaline (par la L Tyrosine). Si elle sévit depuis plus de trois mois, la prise d’oméga 3 à longue chaîne s’avère également indispensable.
 
Les douleurs d’arthrose des mains peuvent être réduites avec de fortes doses de SAMe (S Adénosyl Méthionine) voisines de 400 mg/j. Traitement malheureusement assez cher. D’autres substances naturelles peuvent être utilisées en remplacement : la glucosamine, le MSM (méthyl sulfonyl méthane), le silicium (G5 de Loïc de Ribault)
http://www.la-vie-naturelle.com/fre/2/silicium-g5-liquide/site_partenaire:0a61410828
 
La composante auto-immune de cette maladie, enfin, ne doit pas être négligée, car la maladie pourrait s’expliquer par un dérèglement du système immunitaire associé à des facteurs environnementaux (pollutions) ou médicamenteux (vaccinations). Les fibromyalgiques pourront donc prendre un immunomodulateur comme le Moduloplex qui protège les cellules des agressions immunitaires.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur cette maladie mais il est important que les personnes qui en souffrent comprennent bien plusieurs points :
la médecine officielle découvre, avec une moue dubitative, l’importance de cette affection et n’a, pour la traiter que des traitement symptomatiques. Le risque est alors de subir un mauvais diagnostic et d’entrer dans un cercle vicieux d’aggravation des symptômes : la fatigue croissante se convertit souvent en syndrome de fatigue chronique, l’arthrose s’installe sur les raideurs articulaires, le mental se focalise sur la douleur qui peu à peu, rend anxieux et dépressif.
  Il ne s’agit pas d’une maladie mentale, mais son rapport avec le psychisme paraît évident. On ne peut pas s’en sortir sans accompagnement psychique.
  Il faut concentrer ses efforts sur le stress et le sommeil, qui sont les clés de l’aggravation de la maladie.

Ce n’est qu’après avoir testé l’effet de ces diverses solutions naturelles que les malades qui pensent souffrir de fibromyalgie pourront envisager de se tourner vers la médecine allopathique.

Clément Pierre



- Vous n'avez pas reçu les premières newsletters d'Alternative Santé. Découvrez-les en allant sur le site alternativesante.fr
http://www.alternativesante.fr/fre/21/newsletters/newsletters/liste/tio:e4cb994608bce3d7fea92146103a4db1/

- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien
http://www.alternativesante.fr/recevez-gratuitement-notre-newsletter/tio:e4cb994608bce3d7fea92146103a4db1/



De nombreux lecteurs nous interrogent sur telle ou telle pathologie et son traitement naturel. Il se peut que nous traitions, un jour ou l'autre, leur problème de santé, mais cela reste hypothétique. Pour avoir rapidement des réponses à vos questions de santé, nous vous invitons à consulter l'index des articles parus dans Principes de Santé, le journal de la médecine naturelle en suivant ce lien.
http://soignez-vous.com/index-des-articles.html

Si vous recherchez un thérapeute pratiquant une des disciplines des médecines alternatives, vous en trouverez une liste près de chez vous en vous rendant sur le site annuaire-therapeutes.com
http://www.annuaire-therapeutes.com/
Si vous ne souhaitez pas que votre adresse mail soit communiquée, précisez-le nous dans vos mails.



Dernière édition par Libellule le Ven 5 Juin 2015 - 21:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alternative santé 2014   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alternative santé 2014
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Avril 2014 - Louis fatigué à cause d'un problème de santé?
» Pour avoir des nouvelles de sa santé.
» La scène alternative française 80-90
» Europa Park 2014
» [Heide Park] Nouveau coaster en 2014 !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: SANTE- DIETETIQUE- HYGIENE- BEAUTE- :: Dossiers pour réfléchir à notre manière de vivre et se nourrir-
Sauter vers: