Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BOUCHE: dents, dentifrice, dévitalisation, tartre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: BOUCHE: dents, dentifrice, dévitalisation, tartre.   Sam 5 Juil 2014 - 16:49



Bonjour, j'ai été alertée de la dévitalisation des dents, par un tract trouvé au biocoop, et la lecture de deux livres
Quand les dents se mettent à parler de Michèle Caffin chez Guy Trédaniel Editeur
http://www.amazon.fr/Quand-dents-mettent-%C3%A0-parler/dp/2857076584

Les Dents lumière , vers la santé par la médecine dentaire holistique de Yves Gauthier Editions Soleil
http://livre.fnac.com/a27695/Yves-Gauthier-Les-Dents-lumiere

J'ai voulu en savoir plus et je vous invite à vous intéresser à ce sujet car votre santé en dépend
http://www.dentlumiere.fr/
http://www.osteopathie-france.net/biblio/osteo-dents/533-les-dents-lumiere

source http://www.holodent.fr/index.php/energetique/84-dentiste-holistique-dentiste-energeticien
En plus des sites dentaires faits par certains dentistes pour présenter leur cabinet et leur activité, il est possible de cibler sa recherche d'un dentiste holistique ou énergéticien en France de manière plus spécifique à l'aide d'informations disponibles sur internet. Ces informations sont rassemblées ci-dessous.

Attention : la liste proposée  n'est pas exhaustive et s'actualisera à mesure de nos recherches sur le net. N'hésitez pas à la consulter régulièrement.



source http://dents-devitalisees.over-blog.com/
Jeudi 22 mai 2014
La piqûre formidable

Témoignage. Je suis artisan dans les installations pétrolières. A trente ans j’ai fait enlever tous mes amalgames au mercure, une douzaine en tout, ce qui m’a fait beaucoup de bien. Mon torticolis chronique a disparu. J’ai fait enlever ma seule dent dévitalisée ensuite, vers l’âge de 40 ans sur les conseils du Dr J.G. Thomas. Mon dentiste était enseignant à l’Université de Nice et il ne voulait absolument pas le faire car cette dent ne présentait selon lui aucun problème. C’était malgré tout un dentiste assez ouvert car il expliquait à ses patients qu’il fallait enlever leurs amalgames au mercure. Après avoir longuement insisté, il accepta toutefois de m’enlever ma dent dévitalisée. J’ai constaté dès le jour même une amélioration significative de mes maux d’estomac et du mal dos qui duraient  depuis des années. Des problèmes que la médecine n’arrivait pas à améliorer, surtout l’estomac. J’avais très mal à l’estomac, le simple fait d’appuyer un tout petit peu dessus me déclenchait une très forte douleur. J’avais de graves problèmes de digestion aussi. Dès que la dent dévitalisée fut ôtée, la douleur de l’estomac disparut totalement.

J’ai consulté quelques années plus tard un dentiste holistique qui a trouvé que mes zones de dents de sagesse posaient problème. Les dents de sagesse avaient été enlevées jadis sous anesthésie générale lorsque j’avais à peu près une vingtaine d’années. Le dentiste pensait que l’os avait mal cicatrisé. Il a alors ouvert la gencive à ce niveau pour gratter l’os. J’ai constaté ensuite une amélioration de symptômes d’allergies. Mais j’ai aussi eu à la suite de cette opération une douleur résiduelle nouvelle au niveau de la mâchoire. J’ai vu plusieurs stomatologistes ensuite et personne ne voulait ré intervenir sur cette zone douloureuse. Plusieurs années plus tard, j’ai entendu parler du Dr Darmon et de sa fameuse piqure. J’ai ainsi fait une séance avec plusieurs piqures dans la mâchoire.  La première fois, les injections furent faites uniquement au niveau des dents de sagesse, là où le dentiste holistique précédent avait gratté l’os. La seconde séance les injections furent faites au niveau de la dent dévitalisée aussi, juste d’un coté de la mâchoire, le coté gauche. Après chaque séance j’ai constaté une amélioration significative de ma santé. J’ai déjà constaté une bien meilleure digestion et un bien meilleur sommeil. Après la seconde séance, j’ai constaté que j’avais repris beaucoup de force sur mon bras gauche, plus même que sur le bras droit alors que je suis droitier. Etonnant. Je suis impatient de continuer ce traitement car je vois qu’à chaque injection j’ai retrouvé de la vitalité et de la force.  

Lionel Lupi

Tel 06 68 97 25 20  lionel.lupi@gmail.com

Commentaires.Le Dr J.G. Thomas dont parle ce patient est à la retraite aujourd’hui. Il était connu dans la région PACA pour ses résultats thérapeutiques exceptionnels. Il conseillait à tous ses patients d’enlever leurs dents dévitalisées car il pensait que c’était la mesure thérapeutique la plus efficace qui soit. Conserver de la mort dans le vivant était une erreur fondamentale disait-il. Une dent dévitalisée est une dent dont le dentiste a extirpé la pulpe dentaire (nerfs et vaisseaux sanguins de la dent) en la remplaçant par une pate antiseptique. Cet acte ne peut toutefois enlever toute la pulpe dentaire. Des fragments pourriront inéluctablement avec le temps et diffuseront leurs poisons de putréfaction dans tout l’organisme. Le Dr Thomas a prouvé par sa façon de soigner sur  des milliers de patients pendant d’une quarantaine d’années, qu’enlever les dents dévitalisées était plus que tout aujourd’hui, la clef de la santé de millions de personnes malades en France. Il est encore possible de le rencontrer, si ça intéresse un journaliste. Et il serait temps que notre société s’intéresse un peu à lui comme à tous les médecins qui ont aussi fait ce constat.
La piqure formidable est dans la continuité de cette logique car très souvent les dents dévitalisées ont empoisonné l’os qui les contenait et créé des zones d’os mort carrément.
Ces os morts continuent de provoquer des maladies à distance. Ils peuvent même être présents sur des extractions de dents vivantes comme on le voit ici. Cette piqure permet de les éliminer, puis que de l’os sain les remplace.
Elle est très utile en dernier recours quand on a enlevé les dents, gratté les cavités osseuses mal cicatrisées et que malgré tout, il reste un problème énergétique dans ces zones. Il s’agit d’une piqure intra osseuse. Sa composition, un produit naturel quantique, a déjà été donnée dans un précédent texte, du blog précédent. Il est classique que des zones osseuses des mâchoires, souvent non douloureuses continuent de provoquer de multiples problèmes de santé à distance dans tout le corps. Ces os morts constituent aussi souvent des foyers de bactéries qui se disséminent dans l’organisme. Ils sont généralement moins toxiques que les dents dévitalisées toutefois.

Environ 80% de la population française possède des dents dévitalisées, ce qui constitue donc un immense problème de santé publique. Cette piqure évite souvent d’intervenir chirurgicalement au niveau des os abimés des mâchoires ce qui présente toujours un petit risque comme on le voit sur ce témoignage. Les piqures elles, font mal certes, mais n’ont aucun risque ensuite. J’utilise souvent cette piqure après les extractions de dents dévitalisées pour faire disparaitre la mémoire toxique dans l’os contaminée. La santé s’améliore encore de façon importante.



Vendredi 20 décembre 2013
Fauteuil roulant ou dentier, il faut choisir
La guérison mystique en fin de texte.

Témoignage. J'ai évité le fauteuil roulant en enlevant toutes mes dents dévitalisées, sept dents en tout. Cela s'est passé il y a une dizaine d'années. Ces dents dévitalisées étaient sans douleur et selon tous les dentistes étaient correctement soignées. Elles ne devaient donc pas être enlevées selon la dentisterie académique.

J'avais de très graves problèmes de genoux qui ont commencé assez jeune, vers trente ans. A quarante ans, ils étaient tels que je pouvais parfois à peine marcher une centaine de mètres. A l'époque j'habitais à Marseille et j'ai consulté les plus grands rhumatologues sur Sud-Est notamment ceux qui s'occupaient des joueurs de foot de l'O.M. Leur diagnostic était sans appel. L'arthrose avait tellement détruit mes genoux que la seule solution était de me mettre deux prothèses de genoux en titane. C'était selon eux, ça ou le fauteuil roulant dans quelques temps. Cette solution ne m'enchantait guère. Elle ne me permettait pas non plus de comprendre pourquoi j'avais si jeune les articulations de genoux dans un si mauvais état. J'ai alors recherché ailleurs. A force de recherche, j'ai entendu parler du Dr Darmon et je me suis rendue à Cannes où il exerçait jadis en train puis taxis car j'avais du mal à marcher. Ce dernier m'a convaincu d'enlever mes sept dents dévitalisées. C'était une très dure décision à prendre car j'allais ensuite me retrouver avec un dentier et peut-être en plus toujours mal aux genoux. A part le Dr Darmon toutes les personnes que j'avais consultées dans le monde médical me déconseillaient de faire cela. Après mûre réflexion j'acceptais toutefois ce traitement original. Les sept dents dévitalisées furent ôtées en une séance. Je me suis levé du fauteuil dentaire, je n'avais plus mal à mes genoux. Après les extractions aucun médicament chimique ne m'a été donné, juste des huiles essentielles, une bouillotte d'eau chaude et des aiguilles d'acupuncture. Aussi incroyable que cela puisse paraître, le lendemain même, j'ai marché des kilomètres et des kilomètres dans Marseille sans avoir mal aux genoux. Je n'en revenais pas. Cette histoire date d'une dizaine d'années mais je m'en rappelle comme si c'était hier. J'ai d'ailleurs fait quelques semaines après, un témoignage vidéo qui est toujours sur le site sante-dents.com comme une centaine d'autres personnes.

Une année plus tard l'un de mes genoux s'est remis à me faire mal, pas autant qu'avant mais quand même assez mal. J'ai recontacté le dentiste qui sans même me voir m'a dit au téléphone que cela devait venir probablement d'une cavitation dans l'os de la mâchoire, c'est à dire une zone osseuse toxique. Je le revis alors à nouveau et sans aucun examen autre que celui de passer sa main devant mon visage pour localiser l'os toxique, il me fit une injection dans la gencive, ou plus précisément dans l'os de la mâchoire, là où j'avais eu jadis une dent dévitalisée. Il met en place l'aiguille au bon endroit et ensuite vous devez vous même injecter le produit qui fait très mal donc à injecter très lentement. Ainsi vous limitez la douleur. A un moment j'en avais marre de cette injection et alors j'ai accéléré. Je dois dire qu'alors je n'ai jamais eu de ma vie une injection aussi douloureuse. Aussi incroyable que cela puisse être, le lendemain même, je n'avais plus mal à mon genou. Aujourd'hui soit dix ans après mes extractions et neuf ans après mon unique injection, je n'ai toujours plus mal aux genoux. Entre temps, il me fut aussi réalisé une prothèse amovible en mettant dans chaque dent un petit cristal. Peut-être que cela a aussi joué dans la suppression de mes douleurs de genoux, je ne peux le dire. Ce qui est sûr c'est que je prends conscience aujourd'hui que le dentier m'a évité l'opération des genoux pour éviter le fauteuil roulant. D'autre part, j'ai appris par la suite que les prothèses articulaires n'enlèvent pas toujours toutes les douleurs. Parfois de nouvelles douleurs apparaissent et elles sont permanentes souvent. Les patients regrettent alors parfois leurs anciennes douleurs qui n'étaient pas toujours aussi fortes mais qui n'apparaissaient que lorsqu'on sollicitait l'articulation. Bref ce n'est pas toujours l'idéal de remplacer ses articulations par des prothèses en métal et il faut tout faire pour l'éviter. En enlevant mes dents dévitalisées j'ai compris aussi que j'enlevais ce qui était la cause de mes problèmes de genoux. Tout cela m'a permis de devenir professeur de yoga, ce qui m'aurait été impossible avec des douleurs de genoux. J'étais jadis professeur de français. Je suis aussi thérapeute maintenant et je m'intéresse particulièrement à la reconnexion énergétique qui est encore un autre sujet.
Françoise Benard tel 09 50 72 41 64  
froncoise.benardalla@free.fr

Commentaires du Dr Darmon
Sachez que la rapidité de guérison dont il est question dans ce témoignage, s'explique par le fait que cette dame était relativement jeune à l'époque de ses extractions. Quand on est jeune, on guérit toujours plus vite lorsque les causes de la maladie sont ôtées ? N'espérez pas obtenir toujours de telles guérisons si vous faites enlever vos dents dévitalisées à un grand âge, en les ayant gardées pendant de nombreuses années. Mais sachez aussi que même très âgé, ce sera sûrement ce que vous aurez de mieux à faire pour votre vitalité et votre santé si vous avez des dents dévitalisées.

Il ne suffit pas toujours non plus d'une seule injection pour tout guérir. Et parfois, il ne suffit pas d'agir sur la sphère dentaire pour tout guérir non plus, évidemment. Je ne suis pas stupide au point de penser qu'il n'y a qu’enlever les dents dévitalisées et traiter les mémoires qu’elles ont laissées dans l’os pour tout guérir. Il faut aussi notamment penser aux cures de désintoxications dont celles du Dr Clark par exemple. Une des grandes causes actuelles de maladie de notre civilisation est la surcharge de nos organes émonctoires. Les guérisons obtenues en enlevant des dents dévitalisées concernent toutefois tous les domaines de la médecine, et pas juste la rhumatologie comme pour ce témoignage ici. Il a parfois été prouvé que d'enlever des dents dévitalisées était bien souvent plus efficace que les meilleures techniques médicales et cela dans des domaines aussi divers que la cardiologie, la cancérologie, la dermatologie, la psychiatrie etc...Mais les médecins et les dentistes qui ont été témoins de ces preuves ont presque toujours fait comme s'ils ne voyaient rien tant ces informations leur semblaient difficiles à faire passer à une population peu réceptive à l'idée de devoir enlever des dents pour guérir. Ils ont choisi d'ignorer la vérité, de choisir la voie de la prudence qui est en réalité celle de la peur, sans mesurer vraiment les conséquences terribles de ce déni. Et cela a été d'autant plus réalisé que personne quasiment n'avait d'intérêt financier à ce que cette vérité se sache. Il n'est pas question ici de blâmer qui que ce soit car la plupart d'entre vous qui lisez ces lignes auraient réagi exactement de la même manière. Il n'a été fait à la population que ce que la population demandait qu'on lui fasse, d'une certaine façon. Les patients voulaient garder leurs dents à n'importe quel prix, même s'il fallait pour cela conserver en eux de la mort. Les dentistes ont répondu à cette demande, et la clase médicale dans sa globalité ne s’en est pas mêlé, voilà tout.

Mais cela est valable pour bien d’autres sujets de la médecine où les médecins ont fait ce que la population croyait bien. Pendant des années si le médecin ne donnait pas une grosse liste de médicaments, il n’était pas considéré comme un bon médecin. C’était d’autant plus vrai que les médicaments étaient totalement remboursés par le système. Comme de plus, dans le domaine médical, on est payé à l’acte, certains actes sont faits un peu plus qu’il ne le faudrait. Ajoutez à cela que nos médicaments sont aussi des poisons aux effets secondaires redoutables et vous obtenez une civilisation de malades.

Aujourd'hui dans notre société, de plus en plus de personnes sont handicapées et malades de plus en plus jeunes. Pendant des années, nous avons été baignés de discours lénifiants qui nous faisaient croire que grâce à la médecine moderne nous vivrions de plus en plus vieux. Aujourd'hui des études scientifiques internationales officielles émergent pour contredire cette fausse croyance. L'objectif était pour certains, d'éviter que nous remettions en question une médecine qui a pour philosophie d'introduire des poisons dans le corps humain. Une grande étude australienne montre dernièrement que nos enfants sont bien moins robustes qu'avant et vivront donc très certainement moins vieux que leurs aînés. Les scientifiques qui ont réalisé l'étude pensent évidemment que l'alimentation moderne en est la principale cause. Certes l'alimentation moderne intervient mais pourtant, si on s'y penchait vraiment on pourrait prouver que la première cause de la dégradation significative de la vitalité de la population occidentale est notre médecine moderne elle-même. Certes nous vivons aussi dans un environnement de plus en plus pollué notamment par des ondes électromagnétiques, ce qui n'arrange rien non plus. Mais en s'y penchant de plus près encore, on pourrait facilement prouver que la pratique qui a le plus empoisonné les occidentaux est très probablement, la dévitalisation dentaire, bien que les vaccins ne soient pas très loin dans le peloton de tête. C'est d'ailleurs ce que j'ai fait d'une certaine façon dans les sites internet sante-dents.com et dent-devitalisee.com. Mais il est très difficile pour des professionnels de reconnaitre leurs erreurs même dans le domaine médical, alors la vérité est souvent oubliée. Et pourtant la vérité, c’est essentiel.

Voici un petit témoignage instructif.
Témoignage de Serge Noyer, journaliste.
Je suis journaliste en Suisse et j'ai reçu en 2008 le prix du meilleur journaliste localier de Suisse.
J'ai effectué une enquête internationale sur le sujet des dents dévitalisées que je suis sur le point de publier. Il existe en Suisse allemande une célèbre clinique qui est connue pour ses guérisons exceptionnelles. Après avoir interrogé les médecins et les dentistes de cette clinique, ils m'ont tous témoigné que de faire enlever les dents dévitalisées était une mesure essentielle pour redonner la santé à leurs patients. J'ai constaté que de nombreux médecins et dentistes pensent aussi cela en Allemagne et aux États-Unis notamment. Le problème des dents dévitalisées me semble être aujourd'hui pour ces médecins et dentistes, une cause essentielle de nos maladies de civilisation.
Serge Noyer
Journaliste RP – chef d’édition

Guérison mystique.
J'avais dit dans le précédent texte que je vous parlerai maintenant de guérison mystique, alors je vais en parler.

Lorsque nous nous sommes incarnés, nous avions fait un contrat avec les mondes divins pour œuvrer dans l'amour pour le développement harmonieux de la vie. Mais parfois nous avons oublié tout ça et c'est là aussi une cause bien souvent de nos maladies. Il est important de méditer dans le silence car nous savons au fond de nous ce qu’il faudrait faire, il suffit de s’en rappeler et alors de le faire. Et parfois les guérisons reviennent toutes seules. C'est ce que j'appelle la guérison mystique.

Parfois, et je l'ai constaté, dans les situations d'urgence, il suffit juste de faire un contrat c'est à dire de promettre de faire certaines choses et dans l'instant même, des souffrances disparaissent. Plus on désire que l'aide de Dieu soit importante, plus ce qu'on promet doit être important. Mais attention, il vaut mieux ensuite tenir ses engagements car on n'arnaque pas Dieu, sinon mieux valait ne rien promettre, et c'est juste logique.

Une fois, je n'arrivais pas à supprimer une douleur sur une dent extraite malgré tous mes efforts de médecine naturelle. Comme je ne voulais pas me résoudre à donner un antalgique qui est pour moi une drogue qui empêche parfois la guérison à distance de l'extraction de la dent dévitalisée, nous avons cherché avec la patiente la véritable cause de cette douleur persistante. C'était mystique. Cette dent s'était mise à lui faire mal et donc à être dévitalisée jadis à la suite d'un traumatisme psychologique qui voulait lui faire comprendre qu'elle même traumatisait ses élèves ; elle était institutrice. Lorsqu'elle prit conscience de ce message que l'Univers lui avait envoyé à travers le problème sur cette dent, je lui demandais de promettre à Dieu d'être dorénavant gentille avec ses élèves. La douleur disparut dans l'instant même où elle fit cette promesse à voix haute. C'était ma première expérience de guérison mystique.

Voici encore une autre anecdote forte instructive qui démontre à elle seule l'immense importance du problème dent dévitalisée. Un ingénieur marocain est venu me voir du Maroc pour se faire enlever une dent dévitalisée car aucun cabinet dentaire ne voulait le lui faire là bas. Il ne voulait pas non plus se la faire enlever sur la place du marché. Voici ce qu'il m'a appris et qui est fort instructif.

Au Maroc environ 20% de la population bénéficie d'un équivalent de la sécurité sociale. Ce sont ceux qui cotisent avec un bon travail. Ces gens là, vont se faire soigner chez les médecins et les dentistes qui ont un vrai cabinet dentaire, ce sont les plus riches en général. Les autres, les plus pauvres en général, n'ont pas les moyens d'y aller et quand ils ont mal aux dents, ils vont se faire extraire les dents sur la place du marché. Or il se trouve, m'a dit ce patient, que quasiment tous les riches du Maroc sont patraques. Ils sont allergiques au gluten et à d'autres aliments, ils sont obligés de faire des régimes, d'aller voir les naturopathes, les herboristes, les psychothérapeutes et les médecins, ils ont mal au dos, ils ont divers problèmes de santé, connaissent les maladies de civilisation, ils ont souvent besoin de se faire opérer.
Riches et pauvres mangent à leur faim généralement et à peu près la même chose, en gros du couscous. Il n'y a pas de grande misère au Maroc, la vie y est dure certes mais chacun quasiment a un toit sur la tête et de quoi manger tous les jours. Contrairement aux riches, les pauvres sont quasiment tous en forme. Ils sont forts, résistants, n'ont pas mal au dos et n'ont pas toutes les maladies qu'ont les riches. Mon patient s'est longtemps demandé pourquoi existait cette incongruité au Maroc qui est qu'apparemment on est en meilleure santé lorsqu'on est pauvre. C'est en découvrant mes sites sur les dents dévitalisées, qu'il a enfin compris. Intéressant non !

Un autre témoignage un peu instructif pour comprendre comment acquérir du pouvoir, du bon pouvoir bien entendu.

Je m'appelle Antonio C. et j'ai une entreprise de maçonnerie. J'avais divers problèmes de santé : sinusite presque en permanence, mal de dos, apnées nocturnes, démangeaisons, herpès labial, et très grande fatigue. On m'a conseillé de consulter le Dr Thomas qui conseillait à tous ses patients d'enlever leurs dents dévitalisées. J'ai alors extrait quelques dents. Mes problèmes de santé ont alors disparu. Par la suite ma femme a guéri d'une polyarthrite rhumatoïde très grave après que le Dr Darmon lui a extrait ses quatre dents dévitalisées. Mes enfants qui avaient divers problèmes de santé dont migraines et mal de dos ont guéri en extrayant des dents de lait dévitalisées. Puis toute la famille s'est fait enlever ses dents dévitalisées et a nettement amélioré sa santé. Il y a deux ans, ma nièce est venue d'Italie pour de très importantes migraines et comme le Dr Darmon n'avait plus de cabinet dentaire, nous sommes allés voir un dentiste un peu comme lui. Elle a fait de nombreux examens, notamment un scanner, mais il n'a rien été trouvé. J'ai alors recontacté le Dr Darmon. Il lui fit une piqûre dans la gencive sans autre examen que de passer sa main devant elle pour localiser l'endroit de la piqûre. En trois piqûres elle a guéri de ses très fortes migraines. Ma femme avait depuis quelques temps très mal au dos. Elle avait fait des examens et on lui avait dit que c'était une hernie. Il lui fit aussi une piqûre. Aujourd'hui soit un an plus tard, elle n'a toujours plus mal au dos. Dans la foulée, il soigna ma fille d'énurésie en faisant des cautérisations d'acupuncture, sans intervenir dans sa bouche cette fois ci. Cette année, ma mère de 88 ans eut un accident vasculaire cérébral qui l'a cloué au lit. J'ai alors contacté le Dr Darmon pour lui demander s'il pouvait faire quelque chose et il m'a répondu « peut-être ». Mais il fallait aller une semaine dans le sud de l'Italie dans un petit village en Calabre. Il me dit que son déplacement coûterait quand même une certaine somme mais qu'une fois là bas, il soignerait pendant la semaine toutes les personnes malades que je lui présenterais et que les honoraires perçus seraient déduis de la facture initiale. Je fus ainsi motivé à lui faire soigner un maximum de monde. Au final, je n'ai pas payé pour les soins de ma mère mais elle ne peut toujours pas se lever de son lit même si elle va mieux. Son médecin en était d'ailleurs étonné et a voulu savoir ce qu'étaient les poudres que le Dr Darmon lui avait donné à prendre car elle n'avait plus d'eau dans les poumons et avait plus de force. Mais le plus étonnant est que de multiples personnes qu'il a soignées ont été guéries ? J'ai fait le tour de ma famille avec lui. Il voyait les personnes quelques minutes seulement. Cela a commencé avec un enfant qui avait toujours mal aux jambes et qui avait vu de nombreux spécialistes en Italie. Il l'a allongé sur ses genoux, a utilisé des pics en bois pour brochette pour stimuler des points d'acupuncture dans le dos. Cela a duré deux minutes et l'enfant s'est relevé et n'a plus eu mal aux jambes, et définitivement après quelques séances identiques. A la suite de ça, toute la famille présente a voulu se faire soigner. Parfois il plantait un pic de bois dans les gencives et des douleurs disparaissaient. Ma sœur avait très mal au dos, il lui fit une piqûre dans la bouche et aujourd'hui trois mois plus tard, elle n'a toujours plus mal au dos. Il donnait des épices aux malades, des conseils diététiques, des plantes médicinales ayurvédiques et du sulfate de magnésium pour qu'ils fassent des cures du foie en leur expliquant comment procéder. Une fois il a mis des cristaux sur le front d'une jeune fille en les illuminant d'une lumière. Elle avait des difficultés à se concentrer depuis qu'elle avait fumé du haschisch, et ensuite cela a disparu. Mon frère aussi est allé mieux, son dos ne craque plus et il a bien moins mal au dos. Ma nièce par alliance va mieux aussi, elle plus mal au dos ni au cou. J'ai été témoin de tout cela. On disait bien sûr toujours aux patients qu'ils devaient aller voir un dentiste pour enlever leurs dents dévitalisées quand ils en avaient.

M Antonio C. tel : 06 20 34 51 70.

Commentaires du Dr Darmon.
J'ai été moi même assez étonné de guérir aussi vite les patients lors de ce séjour en Italie et je prends conscience que là aussi il existe un côté mystique. Plus on défend la vie, plus la vie nous donnera le pouvoir de guérir. Nous pourrions tous avoir le pouvoir de guérir un jour si nous le voulions vraiment. Certes j'ai appris de nombreuses méthodes de soins, d'acupuncture, d'Ayurvéda, et de réflexologie dentaire notamment. Mais cette fois ci, les personnes guérissait bizarrement vite, je trouvais. J'ai ainsi compris que la guérison mystique fonctionne des deux côtés. Du côté du patient qui doit prendre des bonnes résolutions et du côté du praticien à qui est attribué d'autant plus de pouvoir de là haut, qu'il a prouvé, tout comme son patient, son niveau élevé de conscience. Vous aussi pourriez acquérir ce pouvoir un peu mystique et d'autres encore, pas besoin pour vous d'être médecin ou dentiste. Il suffit juste de prouver au ciel que vous avez beaucoup de conscience. Si par exemple, vous arrivez à convaincre autour de vous les malades de faire enlever leurs dents dévitalisées, vous ferez plus de bien que tous les plus grands médecins qui oublient juste cette évidence essentielle. Et plus vous ferez de bien autour de vous, plus vous prouverez au ciel votre conscience élevée et plus le ciel vous octroiera de pouvoirs. C'est la règle. Il ne vous est pas interdit non plus, et c'est même conseillé d'ailleurs, d'apprendre des techniques de médecine naturelle si vous voulez parfaire votre action et avoir ainsi encore plus le pouvoir de guérir. Pour commencer vous pouvez tout simplement proposer aux malades de faire le petit test de frictionner le collet de leurs dents dévitalisées avec un coton tige avec une goutte d’huile essentielle de girofle dessus. Des douleurs disparaissent souvent dans les minutes qui suivent, surtout si vous demandez au ciel un peu d’aide.

Lorsque j'ai vu la mama, une dame très âgée, sans la moindre force dans son lit, je me suis dit que d'arriver à la faire se relever serait vraiment mission impossible, et cela même si j'ai quand même fait tout mon possible pour que cela se réalise. Il m'était certes arrivé de guérir des suites d'accident vasculaire cérébral avec hémiplégie mais là, je n'avais jamais vu un cas aussi difficile. J'ai alors eu l'intuition qu'il fallait absolument l'aide de Dieu dans son cas et j'ai su précisément ce qu'il fallait faire pour que cette aide se réalise, après j’t’explque... J'ai alors réuni tous ses enfants qui avaient été plus ou moins guéris par l'extraction des dents dévitalisées en venant jadis en France. J'avais juste fini le travail pendant la semaine par mes injections dans les os des mâchoires. Il m’est alors venu l’intuition de leur dire que s'ils voulaient que Dieu fasse remarcher leur mère, il fallait qu'ils prient pour ça certes mais aussi et surtout qu'ils diffusent la vérité, le message grâce auquel ils avaient guéri. Qu'ils devraient donc faire par exemple des tracts et les distribuer dans les villages environnants pour expliquer le danger des dents dévitalisées. Ils m'ont écouté mais je sais qu'ils n'ont rien fait dans ce sens. Je ne suis donc pas étonné que leur mama ne se soit pas encore relevée même si elle va mieux. Mais s'ils le faisaient et qu'elle se relevait, tout cela pourrait aussi être une coïncidence, c’est sûr, car la preuve n’est pas la voie, m’a-t-il été dit une fois.

En résumé la dent dévitalisée c’est une grosse cochonnerie. Plus vite on s’en débarrasse et on informe sur ce sujet autour de nous et mieux on se portera. Il serait temps de le comprendre avant que notre civilisation soit complètement détruite par la maladie et les coûts qu’elle occasionne.

J’ai toutefois pris conscience que de répéter cela et de le démontrer par A plus B ne suffirait pas à le faire savoir.  J’ai compris que même si en réalité il serait démontré un jour que la dent dévitalisée était dans les chiffres la première cause de cancers, de mal de dos et de maladies graves, la véritable première cause de toutes nos maux était le manque de spiritualité, le manque d’amour en quelque sorte. Alors il s’est passé un miracle dont je vous parlerai au prochain texte qui m’a fait comprendre que tout ce que le monde a vécu de douleur est juste, qu’il n’y a pas de victimes innocentes aussi incroyable que cela puisse paraitre même si leurs bourreaux auront un jour de terribles comptes à rendre à la vie car ils n’avaient pas à faire ce qu’ils ont fait. Qu’il existe toujours une justice divine de toute façon. J’ai compris que comme le disait en quelque sorte Jésus, la clef de la libération de chacun et notamment des victimes, est d’arrêter d’en vouloir à leurs bourreaux et donc de vouloir se venger. La clef est aussi de continuer à défendre la vérité et la vie qui est à l’origine de tout, même de l’univers. Que Dieu ne veut pour nous que la paix et le bonheur. Si certains parlent de guerre sainte en pensant que ce serait le souhait de  Dieu, c’est en réalité un mensonge de Satan qui est une civilisation extraterrestre qui a pour rôle de tester le bon sens des êtres humains en se faisant passer pour Dieu. Dieu est aussi une civilisation extraterrestre mais d’êtres ayant des corps de lumière qui vivent sur le Soleil. Dieu veut avant toute chose préserver et développer la vie, sa création et donc surtout qu’il n’y ait plus de nucléaire sur notre planète. Mais bon, vous en saurez plus si vous vous inscrivez sur la news-letter de dent-devitalisee.com. Ce dernier texte vous proposera aussi très concrètement une fabuleuse opportunité de vie, encore plus clairement que ce texte vous l’a déjà proposée d’ailleurs, si tant est que vous savez lire entre les lignes.
Fin
Bruno Darmon,  docteur en chirurgie dentaire  
drbrunodarmon@yahoo.fr

source: http://dents-devitalisees.over-blog.com/article-fauteuil-roulant-ou-dentier-il-faut-choisir-121692772.html



Mardi 4 juin 2013
Le joker d'un grand guérisseur breton
( en fin du texte, stage du 12 au 22 juillet 2013 sur « les enseignements essentiels pour la vie en pleine santé » dans le centre de la France.
Pendant 40 ans, à Vannes en Bretagne, j'ai délivré des conseils alimentaires et naturopathiques et pratiqué aussi différentes méthodes de thérapies naturelles comme la cellulothérapie, la thymus thérapie, l'organothérapie à très basses dilutions. Ce sont des traitements qui s'effectuent aussi en Allemagne et en Suisse mais à des tarifs très élevés comme ceux de la Clinique La Prairie à Genève par exemple.

J'ai aussi pratiqué la phytothérapie, l'ozonothérapie, l'iridologie pour le diagnostic et même l'homéopathie. J'observais toutefois que dans les maladies lésionnelles l'homéopathie était le plus souvent pratiquement inopérante.

J'ai obtenu une grande proportion de réussite dans des cas d'artérite, arthrose, polyarthrite, asthme, bronchite récidivante, stérilité, fibrome, impuissance, dépression nerveuse. A plusieurs reprises, j'ai pu réduire des tumeurs du sein qui nécessitaient au début selon les médecins une ablation totale du sein. Ma réussite ne fut que partielle mais évita toutefois l'ablation du sein.

Lors de l'année 1974, j'ai suivi un séminaire de neuralthérapie à Paris donné par des médecins, les Drs Richand, Lernout, et Têtau. Ils démontrèrent, nombreux cas cliniques à l'appui, que les dents dévitalisées perturbaient souvent la santé. Convaincu de cette réalité, peu de temps après, j'ai alors fait enlevé mes dents dévitalisées et j'ai pu constaté un net regain de vitalité. Je suis arrivé ensuite à convaincre quelques dentistes de ma région d'enlever les dents dévitalisées des patients que je leur adressais. Je conseillais alors à bon nombre de mes patients, d'enlever leurs dents dévitalisées. Dans certains cas résistants à toutes les thérapeutiques, c'était un plus indéniable, c'était mon joker en quelque sorte.

Dans mes réussites j'ai souvent constaté que l'extraction de dents dévitalisées optimisaient mes résultats de façon spectaculaire tout particulièrement dans les migraines, maladies de peau, psoriasis, démangeaisons pruriantes, rhumatismes, polyarthrite, épaules bloquées depuis des années, locomotion réduite avec engourdissement voire rétraction des doigts de pied notamment du gros orteil.

Parmi les façons de remplacer les dents dévitalisées, j'ai aussi observé que mes patients les plus riches qui faisaient des implants avaient aussi plus de problèmes de santé par la suite que ceux qui faisaient des prothèses amovibles tout simplement pour remplacer les dents absentes. Je dois avoir fait enlevé leurs dents dévitalisées à quelques centaines de patients, je parle donc en connaissance de cause.

J'ai eu deux procès pour exercice illégal de la médecine. De nombreux patients sont venus témoigner et je ne fus pas empêché d'exercer. Je suis actuellement à la retraite en France, mais j'enseigne et je conseille quatre fois par an en Espagne. Un jour par semaine, je donne bénévolement des conseils. Téléphone 02 97 54 31 21. M Blanc.

Témoignage complémentaire d'une patiente de M Blanc.
J'ai 73 ans, j'habite en Bretagne et je connais M Blanc depuis presque vingt ans. Il m'a toujours guéri de multiples pathologies par des méthodes naturelles. Je connais de nombreuses personnes qu'il a aussi guéri de multiples pathologies, et toujours avec des traitements de médecine naturelle. Il est très connu dans la région pour ses talents de guérisons et des personnes viennent même de très loin pour le consulter. J'ai assisté à son dernier procès à Quimper pour exercice illégal de la médecine que des médecins jaloux de son succès lui avaient intenté. De très nombreux patients s'étaient alors déplacés pour le soutenir et ont exprimé avoir retrouvé la santé grâce à lui alors que la médecine n'avait pu les guérir. Il y avait des personnalités de la région et même des cas de cancers. Dernièrement mon état de santé s'est détérioré gravement et je suis à nouveau allé le consulter. Il a fait un examen de mon œil, de l'iris plus précisément, puis il m'a-t-il dit que cette fois ci, il n'arriverait pas à me guérir si je n'enlevais pas mes dents dévitalisées. Il m'en avait déjà parlé mais cette fois ci, il a vraiment insisté. Le problème est qu'il ne connaissait plus dans les environs, de dentiste qui accepte d'enlever les dents dévitalisées. Il me fallait traverser la France pour les Alpes Maritimes pour aller voir le Dr Darmon qui collabore avec un dentiste qui accepte d'enlever les dents dévitalisées.

M Blanc était tellement certain que je guérirai après avoir enlevé mes neuf dents dévitalisées, qu'il m'a même promis de me rembourser tous mes frais de déplacement et de soins si je n'avais pas d'amélioration très significative de ma santé pas après les avoir fait enlever. Cela peut paraître étonnant car ces dents ne me faisaient pas mal et étaient bien dévitalisées selon les dentistes

Comme j'étais un peu stressé avant les extractions, il me fut fait une chromothérapie pendant une heure de telle sorte que je sois étonnamment détendue ensuite. Un dentiste m'a ensuite extrait toutes mes dents dévitalisées en une séance qui a duré deux heures. Après l'intervention et les jours suivants, des soins naturels ont été effectués pour que je n'ai pas besoin de prendre d'antalgiques ou un quelconque médicament chimique. J'ai alors croisé chez le Dr Darmon une patiente qui m'a témoigné ne plus avoir de maux de dos depuis que lui ont été faits des traitements pour les os des mâchoires qui avaient contenues des dents dévitalisées, des traitements de mémoire toxiques a-t-elle dit. Avant cela, elle avait si mal au dos qu'elle ne pouvait parfois même plus marcher. Dans son cas, les extractions de dents dévitalisées n'avaient pas suffi apparemment.

Dans les jours qui ont suivi mes extractions dentaires, ma santé s'est améliorée très significativement et elle continue aujourd'hui encore de s'améliorer, soit deux mois après les extractions. Je n'ai plus d'insomnies. J'avais des douleurs terribles dans divers endroits du corps qui m'obligeaient à prendre trois Doliprane 1000 par jour. Un bras me lançait aussi terriblement et ses veines étaient très apparentes alors que tout est rentré dans l'ordre à ce niveau aussi. Mon infection urinaire chronique a disparu et dorénavant je me sens bien, même très bien, dans ma tête. J'avais des acouphènes, un bruit dans les oreilles comme un sifflement. Depuis l'extraction des dents je l'entends bien moins fortement.
J'avais aussi des démangeaisons à l'intérieur de l'oreille, comme un eczéma. J'avais envie de les déboucher, ça a disparu aussi.

J'ai vu une amie dernièrement qui m'a trouvée bonne mine, avec un teint beaucoup plus clair, plus de couleur, malgré le temps très frais de chez nous. J'avais du mal à tourner la tête du coté gauche, aujourd'hui c'est fini, je suis beaucoup plus souple en général. Je me réveillais le matin j'avais les yeux collés, la carotide du coté gauche gonflait souvent dans la journée. Le dernier médecin homéopathe que j'ai consulté m'a dit que c'était un terrain allergique. Tout cela a disparu aujourd'hui. Je me sens beaucoup plus détendue, plus calme. C'est difficile à expliquer, c'est comme si je me sentais plus vivante. Même si pour l'instant je n'ai plus aucune occlusion au niveau des dents du fond, (il ne reste de l'occlusion que sur les dents de devant) ce qui m'oblige à manger tout mixé, je me sens bien mieux pourtant. Je vais maintenant faire des prothèses amovibles, de préférence sans métal si c'est possible et avec des cristaux dans les dents prothétiques, comme cela m'a été conseillé.

Aujourd'hui je ne prends plus aucun médicament ni même de phytothérapie. Même si j'ai encore quelques petites douleurs parfois, elles sont très supportables.
Micheline Ledorze email : micheline.ledorze@laposte.net
Je téléphonerai volontiers pour parler à toute personne qui m'en fera la demande par email.

Commentaires du Dr Darmon.
Les traitements de cellulothérapie que M Blanc utilisait lorsqu'il exerçait encore étaient carrément interdits en France par le Conseil de l'Ordre des médecins, tout comme l'extraction des dents dévitalisées d'ailleurs par le Conseil de l'Ordre des dentistes français.

Ces thérapies interdites en France sont pourtant régulièrement pratiquées à l'étranger notamment en Suisse et en Allemagne. Pour la cellulothérapie, on injecte dans l'organisme des cellules vivantes issues de nouveaux nés d'animaux (chèvre, porc, veaux ). Elle fut inventée par le Suisse, le Dr Niehans. On injecte grosso modo les cellules animalières correspondant aux organes déficients chez le patient. J'ai connu jadis un médecin français, le Dr Dornier, qui pratiquait une telle thérapie. Il avait d'ailleurs eu des problème avec son ordre des médecins. Il avait sauvé grâce à cette technique, des patients très gravement malades, perdus pour la médecine. La thymusthérapie en est une variante. Elle consiste à injecter des extraits de thymus qui est l'organe immunitaire par excellence. Elle fut faite la première fois par le Dr Sandberg en Suède dans les années 70 et a eu des résultats très intéressants sur le cancer. M Blanc utilisait aussi l'ozonothérapie. Il s'agit d'injections d'ozone, aussi appelé aujourd'hui trioxygène. C'est aussi une technique plus ou moins interdite par le Conseil de l'Ordre des médecins. Ce gaz se dissocie dans l'organisme en oxygène une fois introduit et revitalise l'organisme. Toutes ces techniques peuvent être classées parmi les techniques de régénération. L'extraction des dents dévitalisées est plutôt une technique d'assainissement du corps comme les techniques de nettoyage des organes émonctoires et de déparasitage de la célèbre naturopathe outre atlantique feu Hulda Clark. La logique est de nettoyer avant de régénérer car on reconstruit mieux sur un terrain propre. Hulda Clark prônait d'ailleurs l'extraction systématique des dents dévitalisées.
Suite sur le site
http://dents-devitalisees.over-blog.com/



source http://dents-devitalisees.over-blog.com/article-confession-d-une-assistante-dentaire-105208310.html

Confession d'une assistante dentaire.
Je suis assistante dentaire depuis 25 ans chez un dentiste assez traditionnel mais qui accepte toutefois d'enlever les amalgames au mercure aux patients qui le demandent, même si lui même continue à en poser. Cela peut sembler paradoxal mais c'est ainsi. Il y a pourtant une logique puisqu'il remarque parfois des reprises de carie sous ses propres composites qui conduisent alors souvent à dévitaliser les dents ensuite, ce qui en définitive est encore pire.

Concernant les dents dévitalisées, il fait le nécessaire pour les conserver le plus longtemps possible et ne les extrait que lorsqu'elles sont vraiment trop abîmées et qu'on ne peut même plus les couronner.

Un patient a demandé une fois de lui extraire une dent qui paraissait bonne car il était convaincu que cette dent dévitalisée l'empoisonnait. Peut-être était-il tombé sur les sites internet du Dr Darmon ? Le dentiste a accepté de le faire et le patient a d'ailleurs rapidement guéri de son problème de santé.

Je me rends compte en fait que mon dentiste fait un peu ce que les patients lui demandent.

C'est au hasard de mes lectures sur internet que j'ai découvert les sites du Docteur Darmon. Comme ce praticien, j'ai eu l'occasion un peu par hasard, de voir de surprenantes guérisons qu'on n'observe pas en enlevant seulement les amalgames au mercure. J'aurais de nombreuses histoires à raconter sur ce sujet mais je vais juste vous en raconter quelques unes:

1- Un patient souffrait d'une chute de cheveux localisée à l'arrière du crâne depuis des années sans que personne n'ait trouvé d'autre explication que le frottement sur l'oreiller. Un jour, une dent dévitalisée a été extraite et les cheveux ont repoussé aussitôt.

2- un autre patient souffrait de tendinite aux deux tendons d'Achille si douloureuse qu'il peinait à se déplacer. Il a consulté le Kinésithérapeute, fait des injections locales, rien ne le soulageait ou alors temporairement. Là encore, une extraction de dent dévitalisée a résolu le problème…

3- Plus récemment, j'ai eu l'occasion de discuter avec une patiente dont l'état dentaire était exceptionnel. Pas une seule carie. Sauf, une molaire qui a du être dévitalisée. Et comme par hasard, elle consulte quelques années plus tard pour l'apparition de ganglions "inexpliqués" dans le cou justement du même côté que cette dent et sa santé commence à se dégrader. La panoplie d'examens réalisés ne révèle aucune anomalie. Je lui ai fait remarquer qu’il pouvait y avoir un lien entre ces symptômes et cette dent dévitalisée, qui ne lui fait pas mal et qui apparemment n'a aucune infection et que la solution serait de l'enlever. Mais elle n'y croit pas, d'autant plus qu'aucun médecin n'a évoqué cela.

4- Un patient souffrait depuis des années de céphalées et douleurs diffuses qui sont apparues peu de temps après avoir dévitalisé une dent. Il a été trimballé de médecins en médecins, d'examens en examens sans qu'aucune cause ne soit trouvée. On l'a même traité de "PSY". Trois ans après, la dent s'est mise à faire mal et mon dentiste l'a extraite. Tout est rentré dans l'ordre presque du jour au lendemain.

5-  Deux dents sont dévitalisées à un patient et quelques mois plus tard comme par hasard, apparaissent des kystes et nodules sur les cordes vocales ainsi que des douleurs musculaires diverses. Séances d'orthophonie (la personne ne pouvait plus parler), kiné, anti-inflammatoires sur une longue durée et les choses se sont améliorées. Quelques années passent, et c'est une endométriose très invalidante et d'énormes kystes sur les ovaires qui font leur apparition. Opérée plusieurs fois, elle récidive pourtant. Les médecins avouent ne pas connaître les causes de ces troubles. Là aussi, j'ai informé la patiente qu’il pouvait exister un rapport entre ces différentes manifestations et ses dents dévitalisées et là aussi elle ne me croit pas.

6- Enfin, il y a mon propre cas. C'est celui-là bien sûr qui m'a le plus ouvert les yeux. Il y a quelques années, j'étais constamment malade, très fatiguée avec des douleurs dans tout le corps. Mon patron m'a extrait 6 dents dévitalisées sur une période d'un an, même si selon ses examens, certaines ne montraient aucune toxicité.
Depuis, j'ai retrouvé une énergie incroyable. J'ai jeté tous mes traitements à la poubelle. Ma qualité de vie a été multipliée par mille. Cette amélioration ne peut être expliquée que grâce à ces extractions puisque je n'ai rien changé d'autre à ma façon de vivre.

J'ai interrogé mon patron sur la théorie de la toxicité des dents dévitalisées. Il m'a répondu que tout ça pouvait se discuter. Il ne nie pas les répercussions des dents dévitalisées sur notre organisme puisqu'il a, comme moi pu constater des problèmes de santé résolus après extractions. Mais de là à l'admettre et à en informer les patients remettrait trop de choses en question dans sa pratique... Ce serait trop compliqué.

Voici quelques chiffres qui vous permettront de comprendre un peu la gestion d'un cabinet :
Un soin classique est réalisé en une demi-heure environ. Il sera facturé 16,87, 28.92 ou 40.97, disons 30 euros en moyenne pour une demi heure. Ce qui fait une rentabilité grosso modo de 60 euros de l'heure pour des soins et encore moins si le patient revient plusieurs fois pour le soin d'une même dent..

Une extraction coûte entre 16,72 et 33.44 euros pour un rendez vous de 30 minutes environ, rentabilité moyenne, 50 euros de l'heure.

La rentabilité des soins est la même partout puisque les tarifs sont bloqués sur tout le territoire français.

En revanche, en ce qui concerne la prothèse, le praticien est libre d'appliquer les honoraires qu'il juge adéquats. Ce qui amène parfois une grande disparité selon les cabinets et leur position géographique.

Une couronne en métal est réalisée en 2 ou 3 rendez-vous d’une demi-heure et facturée environ 300 euros et coûte environ 50 euros de prothésiste. Donc rentabilité 160 euros de l'heure en moyenne. Et c'est plus encore pour une couronne en céramique. Les tarifs de prothèses sont plutôt bas chez nous en zone rurale, mais en ville ils peuvent être bien plus élevés.

Il est donc au minimum trois fois à quatre fois plus rentable de faire des couronnes sur dents dévitalisées que de garder les dents vivantes.

La rentabilité du dentier vaut à peu près celle de la couronne sauf s’il faut extraire des dents au préalable. La rentabilité sera alors bien moindre.

Au vu de ces données et si l'on tient compte des nombreuses charges d'un cabinet dentaire, force est de constater que c'est la réalisation des couronnes sur dent dévitalisée qui rentabilise un cabinet, notamment pour les patients pauvres qui ont la CMU.

Très souvent, le dentiste pourrait garder vivantes certaines dents qu’il dévitalise pourtant systématiquement. Il ne peut pas toujours se permettre de revoir un patient plusieurs fois pour la pose d'un pansement sur une même dent sachant qu'il n'existe pas de cotation (donc de facturation) pour ces multiples séances.

L'acte de dévitalisation est devenu très banal, un peu trop donc.

Depuis que j'ai pris conscience du problème des dents dévitalisées, chaque jour, j’ai envie de dire aux patients qu'à cause de leurs dents dévitalisées, ils risquent d'avoir mal au dos, tomber malade, avoir peut-être un cancer et certainement souffrir dans le futur. Je constate que la plupart sont assez sceptiques quand je leur en parle. Et même si certains sont d'accord, l'idée de devoir porter un dentier par la suite ne les enchante guère...

Le système de remboursement incite le dentiste à dévitaliser des dents, le patient veut à tout prix conserver ses dents mortes car il ne se rend pas compte à quel point l'empoisonnent ses dents dévitalisées et il ne veut pas porter de dentier. Le sujet est donc complexe.

Chacun est libre de croire ou non à cette théorie sur les dents dévitalisées qui rendent tout le monde malade, mais sachez qu'à mon niveau ce n'est plus une question de croyance, c'est une observation de faits sur de nombreuses années et de nombreux cas. Je me suis penchée sur les dossiers médicaux d'une centaine de patients. C'est peu je vous l'accorde, mais ils me montrent que les patients du cabinet dentaire  malades ou manquant d'énergie ont tous en commun des dents dévitalisées. C'est vrai aussi chez les enfants à qui on dévitalise encore plus les dents de lait. Les patients porteurs de dentiers présentent moins de pathologies que les autres, s'ils n'ont plus de dents dévitalisées. Et, les premiers maux apparaissent quelques fois peu de temps après l'acte de dévitalisation.

Bien sûr, les patients ne tombent pas tous malades juste après la dévitalisation mais j'ai aujourd'hui conscience qu'ils vont tous vers les ennuis bien plus vite. Et cela même si les maladies n'apparaissent que bien plus tard. C'est bien pourquoi justement personne ne fait le lien entre ces dents dévitalisées et toutes ces pathologies qui se développent aujourd'hui.

La comparaison peut sembler terrible, mais je me sens un peu comme la complice d'un tueur en série, même si ce n'est qu'un tueur de dents en séries certes qui n'a lui même pas conscience qu'il est un tueur en série. Car dévitaliser des dents c'est les tuer aussi et tuer aussi un peu le patient... Je sais que mon dentiste pense bien faire son travail et qu'il croit qu'il est mieux de garder des dents mortes qui évitent le dentier aux patient qui n'en veulent pas mais je vois aussi qu'il ne veut pas vraiment en savoir plus quand il constate que les patients retrouvent la santé quand on leur enlève des dents dévitalisées.

Je sais qu'aucun dentiste, même s'il reconnaît ce problème ne pourra le dire ouvertement sous peine de problèmes avec son Ordre professionnel. C'est pourquoi je désire tant m'exprimer.

Si nous tous, patients, ne nous intéressons pas au sujet, ou nous intéressons seulement à des sujets secondaires comme les amalgames au mercure notamment, les praticiens ne nous informeront pas de l'empoisonnement insidieux causé par la dent dévitalisée d'autant plus que la plupart des dentistes n'en ont pas vraiment conscience.

J'ai écrit au journal local pour l'informer sur le problème des dents dévitalisées. A la suite de mon action, un article a été rédigé.
http://dents-devitalisees.over-blog.com/article-confession-d-une-assistante-dentaire-105208310.html

Le dentiste parisien interviewé par le journal s'est voulu rassurant en affirmant que la dent dévitalisée n'est pas un organe mort, que c'est juste le nerf qui est retiré pour supprimer la douleur. Mais ce dentiste ment à l'évidence car c'est tout le paquet vasculo nerveux (les nerfs et vaisseaux sanguins internes à la dent) qui est extirpé dans l'acte de dévitalisation et la dent dévitalisée est bien une dent morte. Ce dentiste parisien nie aussi que la dent dévitalisée puisse provoquer une quelconque maladie quand elle est correctement dévitalisée. Mais moi je constate tout le contraire au cabinet dentaire.

Vous aussi, vous pourriez contacter comme je l'ai fait, les journalistes de votre région pour les interpeller sur ce sujet immense pour la santé publique, et leur transmettre ce texte par exemple. Ils pourront me rencontrer s'ils le souhaitent. Et, peut-être qu'enfin on parlera dans les médias de ce qui pourrait être aujourd'hui la plus grande cause de maladies et dont on n'entend pourtant jamais parler.

C'est sûr, je ne suis qu'une assistante dentaire mais pas moins apte à réfléchir pour autant ! Les faits sont là et ils dépassent toutes les explications qui se veulent rassurantes.

Pour finir, je dirai à ceux qui prônent tant la conservation des dents dévitalisées : qu'ils apportent aussi la preuve de leur innocuité.

Je resterai anonyme car je n'ai pas envie de perdre mon emploi. Mais si un journaliste voulait me rencontrer et uniquement un journaliste,  j'accepterai de le recevoir s'il garantit mon anonymat. Il lui faudra toutefois passer au préalable par le Dr Darmon lui même pour avoir mes coordonnées.

Commentaires du Dr darmon
es soins de conservation donc de conservation des dents vivantes sont en France les moins chers d'Europe. Voir pour confirmation http://www.dentisfuturis.com/modules/news/article.php?storyid=1102

Comme par hasard les français ont aussi le plus de dents dévitalisées d'Europe, il faut bien que les dentistes français se rattrapent en couronnant des dents dévitalisées donc qu'il faut dévitaliser au préalable. Pour confirmation http://www.lefigaro.fr/conso/2012/04/04/05007-20120404ARTFIG00724-poker-menteur-autour-du-prix-des-protheses-dentaires.php

Et comme par hasard les français sont aussi ceux qui ont le plus de maladies et de cancers d'Europe. La simple prise de conscience de ce que je viens d'écrire confirmé par le texte précédent est la clef plus que tout de la santé de la population française. Mais si c'était vrai, ça se saurait évidemment......

Dr Bruno Darmon drbrunodarmon@yahoo.fr



http://dent.devitalisee.free.fr/?p=27

https://www.psiram.com/fr/index.php/Bruno_Darmon

http://www.editionsluigicastelli.com/editionsluigicastelli/index.php?sp=page&c=488



Dernière édition par Libellule le Mar 31 Jan 2017 - 21:38, édité 23 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: BOUCHE: dents, dentifrice, dévitalisation, tartre.   Sam 5 Juil 2014 - 17:30



source http://www.sante-dents.com/
Ce site traite principalement de la toxicité des dents dévitalisées.
Il traite également de tous les éléments en bouche qui peuvent avoir des retentissements néfastes sur la santé.

Un collectif de scientifiques s’est penché sur le sujet, sous la coordination d'un Docteur ès Sciences, Maître de Conférences à l'Université.

Ce collectif de scientifiques s’est senti concerné en tant que citoyens responsables d’autant plus qu’ils appartiennent officiellement au monde censé posséder le savoir, pour se positionner sur ce thème qui nous semble constituer à lui seul un problème majeur de santé publique pourtant totalement ignoré actuellement par les autorités sanitaires françaises.

Nos dentistes au cœur d’une grave
question de santé publique avec les
dents dévitalisées.

Des scientifiques donnent l’alerte sur un sujet qui dérange beaucoup nos dentistes.
On a entendu parler ces dernières années de la polémique concernant la toxicité des amalgames dentaires au mercure (« les plombages »). La Norvège en a d’ailleurs interdit l’usage début Janvier 2008.
Or il existe un problème d’empoisonnement, à cause des dentistes, bien plus grave selon notre enquête : les dents dévitalisées. Un problème qui pourrait surpasser la plupart des empoisonnements actuels et qui pourtant n’est jamais pris en compte en France.
La quantité de dévitalisations dentaires, aussi appelée traitements endodontiques, a subi une augmentation phénoménale ces dernières décennies dans le monde occidental(*)

Des établissements médicaux à l’étranger font systématiquement extraire les dents dévitalisées de leurs patients avec des résultats époustouflants.
La question de l’extraction des dents dévitalisées dans un objectif thérapeutique a été défendue en France, en 2004, par l’avocate Corinne Lepage (Ministre de l’environnement de 95 à 97), lors d’un procès contre le Conseil de l’Ordre des dentistes. Procès qu’elle qualifia de « procès en sorcellerie » pour « une grave question de santé publique » (*) et qui aboutira, pour un chirurgien dentiste, à l’interdiction d’exercer.
Un chirurgien dentiste qui a pourtant guéri des centaines de personnes atteintes de diverses maladies, en enlevant leurs dents dévitalisées.

La plupart de nos couronnes dentaires ou de nos bridges sont réalisés sur des dents dévitalisées.
La dent dévitalisée est une dent dont le dentiste a ôté nerfs et vaisseaux sanguins et dont il a obturé l’espace vide avec une pâte antiseptique.
Grâce à cette technique, on évite souvent d’extraire des dents qui auraient dû l’être. C’est évidemment le grand intérêt de cette pratique apparue au début du vingtième siècle aux Etats-Unis.
   Forte de ce succès qui supprime son image « d’arracheur de dents », la profession dentaire ne s’est jamais vraiment intéressée aux éventuelles conséquences toxiques de la présence en bouche de dents dévitalisées et la dévitalisation des dents est devenue une pratique courante dans tous les cabinets dentaires. Pourtant la dent dévitalisée est un organe mort comme son nom l’indique et normalement notre médecine n’accepte jamais de conserver d’organes morts car ils empoisonnent tout l’organisme. Pour la dent dévitalisée, nous avons fait une exception.
   Mais y aurait-il des conséquences fâcheuses sur l’organisme, qu’on aurait refusées de voir ? C’est une question que nous sommes en droit de poser à la suite de notre enquête.
   De multiples publications scientifiques au niveau international traitent de ce sujet polémique inclus dans un domaine plus large appelé l’infection focale dentaire (*).

   On y explique que les foyers infectieux dentaires peuvent provoquer toutes les maladies possibles et imaginables. Le grand problème est que la dent dévitalisée peut aussi être considérée comme un foyer infectieux même lorsqu’elle semble ne pas poser de problème pour le dentiste.
   Le professeur Boyd Haley, un scientifique américain renommé, qui s’était aussi positionné sur la toxicité des amalgames au mercure, a montré, que la dent dévitalisée (root canal en anglais, abrégé de root canal treated tooth), constitue une niche de diverses bactéries extrêmement toxiques. Il a observé que les critères normalement utilisés par les dentistes (l’absence de douleur ou de signes infectieux à l’examen radiologique notamment), pour affirmer qu’une dent dévitalisée n’est pas toxique ne sont pas valables (*).

   Cela signifie que des dents dévitalisées même apparemment saines selon les critères actuels de la dentisterie peuvent se révéler toxiques pour l’organisme. Une toxicité qui soit n’est pas prise en compte par notre médecine soit est gravement sous estimée aujourd’hui. La dent dévitalisée qui est une dent momifiée en quelque sorte est un cas particulier dans le domaine de l’infectiologie. Elle peut ne pas poser de problème localement tout en provoquant des maladies à distance. C’est pourquoi la pensée académique médicale a du mal à comprendre, donc à reconnaître, ce mécanisme d’empoisonnement qui sort totalement de la norme.
   Mais les faits sont là. Des médecins ont constaté que les dents dévitalisées sont, très souvent, une cause déterminante d’un grand nombre de maladies chroniques.
Preuve en est que les patients qui veillent à faire extraire leurs dents dévitalisées guérissent bien mieux que les autres.
Certaines équipes médicales l’ont vérifié sur des milliers de patients, aussi bien pour des pathologies chroniques graves que bénignes comme, par exemple mal de dos ou dépression.
Pour ces médecins, l’élimination des dents dévitalisées est même souvent considérée comme l’outil le plus efficace de leur arsenal thérapeutique.
   En France, la dent dévitalisée constitue très probablement une cause importante de maladies graves et notamment de cancers. Nous pensons même que ce serait la première cause. Voici des éléments qui confortent cette affirmation :
   On sait que les français consomment bien plus de médicaments et ont plus de cancers que les autres européens.
Ce qui est moins connu est que les français possèdent aussi deux à trois fois plus de dents dévitalisées que les autres européens. C’est une enquête de terrain auprès de dentistes étrangers qui a permis d’établir ces chiffres.
Les remboursements de la sécurité sociale française et des mutuelles, pour la couronne sur dent dévitalisée, y ont pour une large part contribué.
Ce phénomène s’est encore accentué en 2002 à cause de remboursements particuliers incitant à dévitaliser les dents.
La CNSD, le plus grand syndicat dentaire s’exprimait alors ainsi sur cette mesure qui « … fera augmenter le montant des soins sur les dents dévitalisées : bravo pour cet accord qui n’améliore pas la santé publique …. »(*).
Même si ce sujet est très tabou et très controversé dans la profession dentaire, on voit ici que certains dignitaires de la profession dentaire osent toutefois écrire que quantité de dents dévitalisées et santé publique sont en contradiction. Mais en mesurent-ils vraiment l’importance ?
   Le cancer est très fréquent dans nos pays modernes, même chez les jeunes. Le cancer est même la première cause de mortalité en France, alors qu’il est très rare dans les sociétés traditionnelles (voir article de Zac Goldsmith : « cancer : une maladie de civilisation », revue L’Ecologiste N°1).
Certaines de ces sociétés traditionnelles ont toutefois quand même une alimentation et un niveau de pollution qui ressemblent à peu près aux nôtres. Ils boivent aussi du coca cola par exemple. Une des grandes différences est toutefois que la majorité de la population y est résolument trop pauvre pour faire autre chose qu’enlever ses dents lorsqu’elles sont trop abimées. Ils n’ont donc quasiment pas de dents dévitalisées.
   A l’Étranger, notamment aux Etats-Unis, en Allemagne et en Suisse allemande, comme certains médecins francophones l’ont observé (*), il existe des courants de médecins et dentistes qui proposent aux personnes malades l’élimination des dents dévitalisées.
Par exemple, les médecins d’une clinique suisse allemande, la clinique Paracelsius qui a traité des dizaines de milliers de personnes malades, proposent systématiquement à leurs patients d’extraire leurs dents dévitalisées (*) (ou texte originel en allemand). Cette clinique privée, très orientée dans les médecines douces, est connue dans des milieux européens assez aisés comme arrivant à guérir des affections pour lesquelles la médecine conventionnelle a échoué. Cette pratique dentaire a probablement influencé celle d’autres dentistes du canton. Canton d'Appenzell (AI) qui possède aussi, comme par hasard, les plus faibles dépenses de santé de toute la Suisse (*).
   Un éminent cancérologue allemand, feu le Dr Joseph Issels, qui fut aussi responsable du programme de lutte contre le cancer du gouvernement fédéral allemand, insistait pour faire systématiquement enlever toutes les dents dévitalisées de ses patients en plus de ses divers autres traitements d’immunothérapie.
Il permettait ainsi la guérison de nombreux patients cancéreux. Une clinique mettant en pratique ses principes existe encore avec des résultats fort intéressants. Voici ce qu’il a écrit sur son site http://www.issels.com/publications/FocusOnFoci.aspx The emphasis I place on the removal of devitalised teeth ….. is one of the better-known aspects of my work…(l’importance que j’attache à l’élimination des dents dévitalisées…..est un des aspects les plus connus de mon travail).
   Dans un esprit un peu similaire, une scientifique canadienne le Dr Hulda Clark, Professeur de biologie en université et auteur de nombreux best sellers originaux aux Etats-Unis sur la santé a initié le développement de diverses cliniques privées.
Ces cliniques prennent en charge dans différents pays des cas médicaux graves avec diverses méthodologies visant tout d’abord à éliminer les polluants et les parasites de l’organisme.
Elles obtiennent elles aussi des résultats forts intéressants là où la médecine conventionnelle échoue. L’élimination de toutes les dents dévitalisées y est aussi une priorité.
Le Dr Hulda Clark précise : All root canals and dead teeth must be extracted (toutes les dents dévitalisées et necroses doivent être extraites). Dans son site http://www.drclark.net/fra/cleanses_clean-ups/dentalwork.php

En France, quelques rares médecins ont fait de l’élimination des dents dévitalisées, le critère essentiel de réussite de leurs traitements médicaux.
En milieu hospitalier à Paris, feu le DR Lepoivre, chef de service de stomatologie a même écrit un ouvrage (*) qui justifiait l’extraction de toute dent dévitalisée quelque soit la pathologie générale, car il considérait leur stérilité illusoire (*).
Dans le privé le Dr J.G. Thomas médecin rhumatologue à Grasse est connu dans sa région pour inciter fortement tous ses patients à enlever leurs dents dévitalisées depuis une quarantaine d’années (*).
Ce médecin est aussi connu pour des réussites hors norme dans divers domaines médicaux. Quelques rares dentistes français ont poursuivi ou poursuivent également ce genre de démarche comme feu le Dr D. Koubi auteur d’ouvrages sur le sujet. Un dentiste connu pour avoir guéri de multiples patients en enlevant des dents dévitalisées sans d’ailleurs prendre en compte le problème des amalgames dentaires au mercure.
Un autre dentiste, le Dr B.Darmon a aussi alimenté notre site internet, notamment de plusieurs heures de vidéos d’améliorations de santé surprenantes après extractions de dents dévitalisées (*).
   La pratique consistant à faire extraire les dents dévitalisées pour redonner la santé aux patients est donc une pratique largement éprouvée, justifiée scientifiquement et très efficace.
Certes, nombre de personnes ont des dents dévitalisées sans développer  de maladies. Mais des observations montrent que ces mêmes personnes diminuent alors leur vitalité et vieillissent plus précocement.
Elles augmentent aussi leur risque d’être malades tout comme le fumeur augmente ses risques de développer un cancer du poumon sans que tous les fumeurs soient toutefois malades.
Malheureusement, cette information est aujourd’hui très peu prise en compte en France. Elle est toutefois plus connue à l’étranger notamment dans les pays anglo-saxons et germanophones mais c’est paradoxalement encore très peu par rapport à la gravité du sujet.
   
Quelles sont les raisons de ce paradoxe ?
- Tout d’abord, nous vivons dans un monde où les apparences sont très importantes. Les dents dévitalisées sont des dents saines en apparence même si dans la réalité biologique, elles constituent des bouillons de culture qui empoisonnent l’organisme à petit feu.
Les patients préfèrent à priori garder de telles dents que de voir des trous dans leur bouche, même s’ils peuvent ensuite mettre des prothèses. Et cela d’autant plus qu’ils ne se rendent pas compte des risques qu’ils prennent pour leur santé.
Ce sujet n’est pas très facile à comprendre pour le public car les maladies apparaissent des années après la dévitalisation des dents et les maladies provoquées sont très diversifiées.
Enlever des dents dévitalisées rentre plutôt dans une logique d’assainissement global que de traitement spécifique de telle ou telle maladie.
Généralement ces dents ne font pas mal et ne présentent aucune infection apparente. Lorsque les rares dentistes convaincus de l’importance du sujet expliquent à leurs patients qu’il faudrait extraire ces dents et les remplacer en général par un dentier, la tâche n’est pas des plus aisées vis-à-vis des patients d’une part et vis à vis des collègues pour qui la dévitalisation est une pratique courante.
   - Notre médecine moderne est cloisonnée en spécialités, où chacune s’occupe de son domaine. La médecine se mêle d’autant moins du sujet « dents dévitalisées » qu’il rentre apparemment dans la zone de compétence des dentistes.
Mais comme les dents dévitalisées ne donnent pas vraiment de problèmes dans la bouche, mais dans le reste du corps, le sujet ne semble pas vraiment non plus être du domaine des dentistes.
C’est un problème analogue et cependant bien plus grave que celui des amalgames au mercure. La toxicité des amalgames était connue par une minorité de dentistes et de médecins depuis le début mais elle a mis un siècle à être prise en considération.
Mais surtout, ce sujet bouscule aussi trop les dentistes. Il est très culpabilisant pour la corporation dentaire, y compris pour les universitaires qui sont avant tout des dentistes.
En dévitalisant des dents, les dentistes pourraient bien en effet devoir assumer un jour une très lourde responsabilité dans nos pathologies actuelles, et notamment le cancer.
Ils n’ont pourtant fait que répondre à une demande, à savoir conserver les dents le plus longtemps possible.
Notre société entière a donc sa part de responsabilité car nous avons collectivement accepté de conserver des organes morts dans le vivant, sans vraiment vouloir s’intéresser aux conséquences éventuelles de cette transgression.
   Ce communiqué de presse est cosigné par : Jean Pierre Garel, Dr Es Sciences, Biologiste et Directeur Honoraire de Recherche au CNRS ; Michel Raynaud, Dr es Sciences, enseignant à l’Université des Sciences de Toulon.

   Pour plus de renseignements contacter : Michel Raynaud, email : michelraynaud98@yahoo.fr
Pour y accéder aux références, il suffit de cliquer sur les (*) de ce même texte présent sur le site.

Ce site vous informe par des articles et conférences (audio et vidéo) scientifiques, des vidéos de témoignages de guérison, et d'autres vidéo écrits sur cette problématique.

   Mal de dos, hernies discales, asthme,dépressions, adénomes prostatiques, pertes de mémoire, problèmes de peau, allergies, vertiges et bien d'autres pathologies tout aussi graves (selon certains auteurs il n’y a pas un seul domaine de la pathologie générale qui ne soit concerné par les dents dévitalisées) peuvent parfois guérir uniquement avec l’extraction des dents dévitalisées ou bien permettre aux traitements médicaux d’être bien plus efficaces.

www.sante-dents.com (e-zone.fr ; wanadoo.fr)



   Des millions de personnes possèdent des dents dévitalisées et sont très contentes d’avoir évité d’extraire leurs dents très cariées grâce à la technique de la dévitalisation dentaire.
Elles semblent en excellente santé et considèrent donc cela comme un grand progrès de notre chirurgie dentaire moderne.
Un progrès que notre collège de scientifiques n’a nullement l’intention de nier comme il n’a pas non plus l’intention de nier les effets toxiques des dents dévitalisées, ce que la profession dentaire aurait pourtant une certaine tendance à vouloir faire.

1- Dent dévitalisée : dent utile ou dent toxique ?
C’est là tout le problème et tout le paradoxe. En effet, la dent dévitalisée même traitée de la meilleure façon possible, ressemble dans sa structure au niveau microscopique à une éponge avec des milliers de canaux, plus ou moins imprégnée de bactéries. Une éponge qui libèrent inévitablement plus ou moins de toxines et de bactéries dans le sang et que les organismes supportent plus ou moins bien.

D’un point de vue philosophique ce sujet nous interpelle aussi. En effet, la dent dévitalisée est le seul organe mort (c'est-à-dire qui était auparavant vivant, contrairement aux prothèses) que la médecine moderne a accepté de conserver dans l’organisme.
Et cela depuis un peu plus d’un siècle, car elle permet bien souvent de conserver des dents cariées (en enlevant le nerf et les vaisseaux sanguins), que le dentiste aurait du sinon extraire.

Mais en fait ce ne sont pas des dents, ce sont des dents dévitalisées et c’est une différence qui pourrait se révéler déterminante pour la santé comme vous allez le constater.
Une différence qui est aussi peut-être une transgression à des lois de la vie, dans la mesure où il s’agit de conserver de la mort dans le vivant. Lorsqu’on a voulu donner des aliments carnés à des herbivores, des vaches en l’occurrence, cela a conduit à de graves problèmes de santé transmis ensuite aux humains qui consommaient cette viande.
C’est toute l’histoire de la vache folle. Là aussi des éleveurs avaient transgressé à l’évidence, une loi de la vie et cela depuis de nombreuses années sans que personne dans le monde agricole ne s’en émeuve vraiment jusqu’à ce que des drames de santé apparaissent.
Ce sont des scientifiques et des médecins qui après coup ont mis en évidence la folie d’une telle transgression. Il aurait fallu attendre longtemps pour que les professionnels, ici des éleveurs de vaches, acceptent de reconnaître leur responsabilité.
De même on peut se demander si les dentistes, « les éleveurs de dents dévitalisées », n’auraient pas aussi transgressé une autre loi de la vie en conservant dans l’organisme des dents mortes ?
C’est une question philosophique qui méritait de se poser avec le regard du scientifique, d’autant plus qu’il concerne une grande partie de la population des pays civilisés et surtout en France qui serait selon certaines sources, le pays européen où il y a le plus de dents dévitalisées par habitant.

On est toujours content quand après avoir vu son dentiste parce qu’on avait très mal à une dent, ce dernier nous conserve notre dent en la dévitalisant et évite ainsi de nous l’extraire comme l’auraient fait les dentistes au début du 20ième siècle.
C’est ce qu’on pourrait appeler un progrès de civilisation. C’est en tout cas ce que pensent les dentistes qui grâce à cette technique pensent avoir moins l’image d’arracheurs de dents et plus l’image de micro-chirurgiens conservateurs de dents.

De nombreuses études scientifiques démontrent aussi indéniablement le caractère toxique de certaines dents dévitalisées et leurs conséquences néfastes sur l’organisme même si elles ne font pas souffrir en bouche et ne présentent en apparence aucune infection, ni même sur une radio.

   On comprend donc que ce sujet est en lui-même un paradoxe et que le traiter correctement sera subtil. On peut très bien aussi imaginer que certaines dents dévitalisées puissent ne pas être toxiques.
Encore faudrait-il en apporter la preuve, ce qui n’a jamais été réalisé à notre connaissance et nous semble difficile voire impossible à réaliser.
Par contre, le contraire nous a été souvent prouvé puisque si on guérit de choses et d’autres après les avoir extraites, c’est bien qu’elles étaient toxiques.

   Il n’existe par contre pas à notre connaissance, de scientifiques qui affirment que les dents bien dévitalisées ne font pas prendre de risque à la santé, si ce n’est les dentistes qui fabriquent eux même les dents dévitalisées.
Mais les dentistes sont-ils des scientifiques ? En tout cas, ils semblent le penser puisque ceux du Conseil de l’Ordre ont interdit d’exercer plusieurs fois un de leurs confrères et définitivement en 2004, celui là même qui nous a fourni les vidéos que nous vous présentons sur le site.
Le prétexte invoqué par le Conseil de l’Ordre était toujours que le fait de proposer d’enlever des dents dévitalisées n’était pas en accord avec les données scientifiques. La première fois il s’agissait d’un an d’interdiction d’exercer en l’année 2000.
   C’était une première en France et probablement en Europe. Et cela sans même qu’aucune institution scientifique ne s’exprime jamais en ce sens. Seuls quelques vieux dentistes académiciens ayant dévitalisé des dents toute leur vie ont été utilisés pour donner leur avis sur le sujet, et même pas la première fois.
Une condamnation qui ressemble plutôt à un abus de pouvoir dont le but était d’éliminer un confrère gênant qui remettait en question une de leurs pratiques quotidiennes qui pourrait bien être lourde de conséquence sur la santé des patients.
Un abus de pouvoir d’autant plus grave qu’en refusant du même coup d’informer la profession sur ce sujet épineux, comme serait le rôle du Conseil de l’Ordre, cela pourrait bien revenir par là même à détourner des centaines de milliers de personnes malades d’un espoir thérapeutique bien réel, grâce à l’élimination de leurs dents dévitalisées.
Car peut-être que de nombreux patients et de nombreux dentistes préfèreraient enlever ces dents dévitalisées s’ils savaient ce que ces dents sont susceptibles de faire dans les organismes.
On pourrait alors qualifier un jour cet abus de pouvoir, non seulement d’atteinte au libre choix thérapeutique mais aussi de mise en danger de la santé publique. Mais l’avenir nous le dira.

   Il nous apparaît toutefois concevable que dans de nombreux cas et même lorsqu’on est correctement informé, on puisse vouloir conserver ses dents dévitalisées, surtout si on n’est pas malade, et si l’idée du dentier est insupportable.
Le traumatisme psychologique du à une dent en moins pourrait être parfois pire que la toxicité biochimique de la dent dévitalisée. Mais il apparaît aussi concevable à la vue de documents scientifiques que chaque patient a le droit de vouloir posséder le corps le plus sain possible en se débarrassant de ses dents dévitalisées.
   Cela s’appelle le libre choix thérapeutique.
   Ce libre choix pourra d’autant mieux s’exercer lorsque d’une part vous serez correctement informé et c’est bien le but de ce site, et d’autre part lorsque vous trouverez aussi des dentistes pour vous enlever vos dents dévitalisées.
Il faudra alors que le Conseil de l’Ordre cesse de les interdire d’exercer car ils sont encore très rares en France.

   Le caractère thérapeutique de l’élimination des dents dévitalisées est confirmé en pratique par les témoignages de dentistes et de médecins qui se sont intéressé au sujet dans le monde et sont de plus en plus nombreux notamment en Suisse allemande, en Allemagne et aux Etats-Unis. Ils affirment avoir traité ainsi des dizaines de milliers de patients.
Certains médecins estiment même que l’élimination des dents dévitalisées est une des clefs essentielles et primordiale pour la guérison de nombreuses maladies, certaines graves mais aussi certaines assez anodines en apparence comme le mal de dos.
   Certains médecins ont fait de l’extraction des dents dévitalisées, en collaboration avec des dentistes, l’élément le plus important de leurs traitements depuis de nombreuses années afin de guérir de multiples pathologies dans tous les domaines de la médecine. Un cancérologue allemand, obtenait environ 37% de guérisons supplémentaires que ses collègues et avait fait de l’extraction des dents dévitalisées, un des éléments incontournables de ses traitements du cancer.
Les extractions des dents dévitalisées semblent aussi avoir permis selon des médecins, d’éviter bien souvent diverses interventions chirurgicales.

   Certains médecins estiment même que toutes les dents dévitalisées sont trop toxiques pour être conservées et particulièrement dès qu’une maladie un peu trop grave apparaît.
Si cette position est scientifiquement défendable, nous pouvons aussi comprendre qu’elle puisse paraître incompréhensible et extrémiste pour la majorité des patients et des dentistes qui savent bien les services que peuvent leur apporter cette technique.
En plus le professeur Boyd Haley n’est pas arrivé à démontrer que toutes les dents dévitalisées étaient toxiques.
Il semblerait logique aussi selon certaines études qu’avec le temps, les dents dévitalisées deviennent de plus en plus toxiques et donc que des dents dévitalisées pas ou peu toxiques à un certain moment puissent le devenir ultérieurement.
Néanmoins, on peut donc imaginer qu’en enlevant toutes les dents dévitalisées, on pourrait aussi en enlever certaines qui ne seraient pas trop toxiques. C’est donc au patient de choisir ce qu’il veut faire car nous ne disposons pas actuellement de méthodes infaillibles pour affirmer l’absence de danger d’une dent dévitalisée.
   C’est pourquoi ce site a été réalisé, dans un esprit d’objectivité scientifique pour vous permettre de mieux choisir en connaissance de cause car sinon vous avez peu de chance actuellement d’être correctement informé sur le sujet.
   S’il existe des publications scientifiques convaincantes pour le scientifique sur la toxicité des dents dévitalisées, pour le public, le vécu, ici exprimé sous forme de témoignages vidéo de patients nous a semblé plus précieux que tout, et encore plus que des écrits compliqués, pour vous aider à prendre conscience de la dimension toxique des dents dévitalisées.
Des vidéos ont donc été introduites dans ce site.

   Après enquête, nous observons que certains patients regrettent toutefois d’avoir fait cette démarche et après coup auraient préféré garder leurs dents dévitalisées. Ils semblent toutefois être une minorité mais ils existent indéniablement, c’est un fait. Certains ayant même été convaincus que c’était indiscutablement une mutilation peuvent parfois s’en rendre malade prouvant par là même que le mental est plus fort que tout et même que les dents dévitalisées.
   Les médecins et les dentistes qui prônent l’extraction des dents dévitalisées sont aussi une minorité dans le monde médical. Ils restent assez discrets en général car cette pratique est très contrariante pour les confrères dentistes puisque la plupart dévitalisent souvent un peu facilement des dents, voire des dents parfaitement saines pour faire plus facilement des bridges.
Il faut dire à leur décharge, que peu de dentistes sont conscients des conséquences de tels actes puisque les effets toxiques des dents dévitalisées ne sont pas enseignés actuellement en université ou bien sont largement sous évalués.

   Les enseignants universitaires sont aussi des dentistes qui ont dévitalisé des dents durant de nombreuses années, ce qui ne favorise pas l’introduction de ces enseignements dans le milieu universitaire. Il est difficile, même lorsqu’on est universitaire, de reconnaître parfois qu’on a pu effectuer des actes qui pourraient d’une certaine façon mettre la santé de ses patients en danger alors qu’on appartient au corps médical qui est censé « d’abord ne pas nuire ».
En plus, ce qu’on a réalisé a fait plaisir aux patients et leur a donc évité des extractions qui sont aussi une forme de mutilation.
   Car c’est là tout le paradoxe. Les patients sont contents de conserver leurs dents dévitalisées plutôt que les extraire.
Cela revient à dire que d’un point de vue biologique ils sont contents d’être empoisonnés, même s’ils n’en n’ont pas conscience, plutôt que d’être mutilés d’un point de vue anatomique par l’extraction d’une dent, ce qu’ils ne peuvent que constater facilement. Mais qu’est-ce qui est le plus grave pour la santé : l’empoisonnement biologique du aux bactéries et aux toxines des dents dévitalisées ou la mutilation anatomique due à l’extraction et le traumatisme psychologique qui peut en résulter ?
   Scientifiquement parlant, rien actuellement ne nous permet d’affirmer ce qui est le plus grave, alors que la profession dentaire se permet elle d’affirmer qu’il vaut mieux une dent dévitalisée qu’une dent remplacée par une prothèse.
On peut très bien considérer, comme le fait la profession dentaire, que l’empoisonnement biologique soit moins grave que la mutilation anatomique consécutive à la perte d’une dent. En apparence c’est une certitude.
Mais on pourrait très bien considérer aussi le contraire, en regardant avec un microscope et en étudiant des analyses biochimiques, et en observant les guérisons après élimination des dents dévitalisées.
Et cela d’autant plus qu’on possède un nombre important de dents dévitalisées. Ce n’est pas notre rôle en tant que scientifique d’apporter une réponse cette question. C’est à notre société dans sa globalité d’y répondre. Nous scientifiques, n’avons que pour mission d’attester de faits et rien d’autre.
   Il nous semble que c’est donc à chacun correctement informé de décider, sachant toutefois que s’il existe des prothèses qui peuvent remplacer des dents extraites, il n’existe pas encore à notre connaissance de produits qui peuvent annihiler les toxines émises dans l’organisme par les dents dévitalisées, 24 heures sur 24 et 365 jours par an.
   On comprend donc bien la complexité du sujet où c’est plus l’ignorance des conséquences, le souci de préserver les apparences et de faire plaisir aux patients, en oubliant de considérer la toxicité biologique, qui est plus que qui ce soit responsable de la situation, c'est-à-dire des millions de personnes qui possèdent des dents dévitalisées et qui ignorent totalement qu’elles comportent un aspect d’empoisonnement plus ou moins important.
Si elles en étaient conscientes, elles pourraient par exemple décider de s’en débarrasser dans certaines situations où elles estiment que leur santé est en danger à cause de leurs dents dévitalisées.
C’est d’ailleurs tout l’objectif de ce site que d’améliorer la conscience sur le sujet.

2- Les méthodes de remplacement des dents.
Lorsqu’on enlève des dents dévitalisées, la façon la moins risquée et la plus thérapeutique pour la santé de les remplacer semble être sans conteste, la prothèse amovible, le dentier.
   Tout le monde est d’accord pour dire qu’avoir en bouche une prothèse amovible n’est pas ce qu’il y a de plus extraordinaire et qu’il vaut mieux avoir ses vraies dents.
C’est d’ailleurs ce qui a contribué à faire tout le succès de la dent dévitalisée et ce qui a toujours fait avorter toutes les tentatives visant à informer de sa toxicité. Certaines personnes semblent à l’évidence mécontentes de leur prothèse amovible tandis que d’autres semblent pleinement satisfaites.
Peut-être cela vient–il de la qualité du travail du dentiste et du prothésiste ainsi que des matériaux utilisés ? La prothèse amovible permet en tout cas de restaurer les fonctions masticatoire, esthétique et phonétique très correctement lorsque les patients sont satisfaits.
Le seul vrai problème semble-t-il, serait que si tout le monde faisait enlever rapidement toutes ses dents dévitalisées, nous manquerions alors cruellement de dentistes et de prothésistes pour faire des dentiers tellement ils seraient débordés de travail.
   Néanmoins on peut aussi concevoir que la simple idée du dentier et l’image associée à la vieillesse que le public en a, fait que la plupart des personnes veuillent conserver leurs dents dévitalisées pour l’éviter.
Ce choix nous apparaît lui aussi respectable car certaines personnes extrêmement soucieuses des apparences pourraient être gravement perturbées psychologiquement par l’idée même de posséder un dentier.
   Mais attention car ce site et notamment sa vidéo de témoignages, pourrait créer ici même une telle prise de conscience sur la toxicité des dents dévitalisées que les inconvénients du dentier pourraient alors paraître négligeables à côté de la conservation des dents dévitalisées, surtout en cas d’affection chronique ou grave et cela même si on est encore jeune.

3- Les autres pratiques sujettes à polémique en dentisterie.
Pour remplacer les dents absentes, il existe aussi maintenant les bridges sur dent vivante et parfois et les implants bien sûr si vous avez un peu d’argent.
   Il parait que les bridges ont des petits inconvénients en ne s’appuyant pas sur la zone édentée et ils nécessitent souvent de tailler les dents indemnes en leur faisant ainsi prendre des risques.

   Les implants sont aussi un peu controversés par certains médecins qui s’intéressent aux rapports entre la santé et les dents et qui sont assez réputés pour guérir des affections sur lesquelles leurs confrères avaient échoué.
Toutefois et contrairement aux dents dévitalisées, la littérature scientifique ne possède pas assez d’éléments pour pouvoir affirmer le caractère toxique des implants. Nous ne pouvons donc pas prendre position sur les implants en tant que scientifiques comme nous pouvons par contre nous positionner sur le sujet des dents dévitalisées.

   Certains dentistes pensent aussi que les amalgames dentaires au mercure posent problème, malgré ce qu’en dit aussi le Conseil de l’Ordre en France.
Pas uniquement par le mercure qui s’en dégage mais aussi et surtout pas les petites piles produites par effet galvanique.
Là aussi après enquête, le problème semble être considéré différemment en fonctions des pays.
Certains pays semblent considérer que les amalgames au mercure constituent un danger, alors que d’autres tels la France estiment qu’il n’y a pas vraiment de problème. Le problème semble toutefois moins grave que celui des dents dévitalisées, hormis dans quelques cas particuliers, il faut bien l’avouer, où l’effet de pile semble très important.
On parle pourtant de plus en plus de ce sujet dans les milieux français de santé alternative et on oublie le problème des dents dévitalisées qui semble généralement bien plus grave et pour lequel la littérature scientifique est bien plus abondante et inquiétante.

   Pour en finir avec les dents et la santé, les quelques médecins qui s’y intéressent nous font part aussi d’observations d’une problématique liée aux dents de sagesse.
Elles sont souvent trop loin dans les bouches devenues trop petites et parfois pire elles sont incluses.
Il faut alors parait-il selon eux les enlever très souvent. Nous ne disposons toutefois pas de publications scientifiques sur ce sujet mais juste de témoignages.
   Le tartre est aussi un sujet qui commence bien à intéresser la profession dentaire comme cause de maladies à distance.
Il existe de multiples études scientifiques qui le confirment, études réalisées par la profession dentaire elle-même.
Il faut dire que le tartre n’entraîne aucune culpabilité chez les dentistes contrairement aux dents dévitalisées et donc qu’il n’existe pas de frein à ce qu’ils s’y intéressent.

   Beaucoup de matériaux utilisés en bouche sont controversés par certains dentistes sans qu’il y ait toutefois à notre connaissance d’études scientifiques.
Il s’agit de tout ce qui est métallique et sujet à subir un effet galvanique notamment mais plus particulièrement des visses mises dans les racines appelées screw-posts dont la pointe pourrait produire un effet comparable à celui que les physiciens connaissent sous la dénomination d’effet de pointe.
Les prothèses amovibles (les dentiers) possèdent aussi souvent une partie métallique en acier, qui ne semble pas trop problématique néanmoins car ce sont des aciers inoxydables bien sûr.
Avant, seul l’or était utilisé mais c’est beaucoup plus cher. De nouveaux matériaux plastiques semblent cependant pouvoir constituer des solutions alternatives à ce petit problème galvanique et éviter les inconvénients esthétiques parfois de certains crochets métalliques.
   Il y a encore bien des sujets qui font polémique chez les dentistes (pâtes endocanalaires aux anti-inflammatoire, javel dans les racines, arsenic sur la pulpe, pulpotomies des enfants qui revient à leur dévitaliser les dents aussi, mélanges de métaux induisant des courants galvaniques, couverture antibiotique systématique, pâtes formolées utilisées pour les alvéolites etc…) mais ils semblent moindres par rapport à ce qui a été énoncé auparavant et nous n’avons pas trouvé non plus de publications scientifiques sur ces sujets c’est pourquoi nous en resterons là en ne faisant que les citer.
Nous resterons donc concentrés sur le sujet qui lui possède vraiment de multiples preuves scientifiques de son caractère polémique au niveau mondial, les dents dévitalisées.

 4- Les vidéos , plus précisément.
4-1 La vidéo de la conférence de Boyd Haley.

   Elle dure quelques minutes et reprend une petite partie d’une conférence lors d’un congrès dentaire en France, à Cannes, en 1998, d’un scientifique, le Prof. Boyd Haley (Dr es Sciences, Directeur de département universitaire américain de biochimie).

   Le Professeur Boyd Haley s’est le plus penché sur les dents dévitalisées (Root Canal teeth en anglais) avec des techniques scientifiques modernes.
Il n’y a qu’une petite partie de la conférence qui a été mise, car la conférence est d’une part en anglais et donc peu de français pourraient la comprendre et d’autre part elle est difficilement compréhensible pour quelqu’un d’autre qu’un biochimiste.
Toutefois voici ce que le petit passage explique sur les dents dévitalisées.
Tout d’abord il explique que les examens cliniques (l’examen réalisé lors de la consultation) et notamment radiologiques ne permettent pas de déterminer le degré de toxicité de la dent dévitalisée.
   Or, selon la dentisterie actuelle, ce sont les seuls critères dont disposent les dentistes et donc ce sont aussi les seuls critères qui leur permettent de dire si une dent dévitalisée n’est selon eux pas toxique.
Le Professeur Boyd Haley contredit donc tout de suite cette croyance présente chez les dentistes.
Cela signifie que des dents dévitalisées que des dentistes peuvent penser saines selon leurs critères peuvent en fait être tout à fait toxiques.
Ensuite le Professeur Boyd Haley parle de la méthode d’électrophorèse pour la mise en évidence de la toxicité des dents dévitalisée mises au préalable en solution pour recueillir leurs toxines.
Il explique ensuite que les toxines issues des dents dévitalisées peuvent détruire des protéines du cerveau.
A la fin de sa conférence, qui n’est pas mise sur la vidéo, il explique toutefois que dans certains cas, il n’est pas arrivé à démontrer de toxicité à certaines dents dévitalisées, ce qui ne veut pas dire d’ailleurs non plus qu’elle ne le sont pas.
   Voici donc pour l’essentiel de sa conférence qui se résume à dire qu’il existe des dents dévitalisées en apparence sans problème pour la dentisterie qui peuvent en fait détruire le cerveau.

4-2 Les vidéos des témoignages.
Elles traitent d’une nouvelle façon de concevoir la dentisterie mais principalement de l’importance de l’extraction des dents dévitalisées pour retrouver la santé lorsqu’on est malade.
Ces vidéos ne présentent certes qu’un des aspects de la question, celui des patients contents d’avoir fait enlever leurs dents dévitalisées. Pour un autre des aspects, il vous suffit de demander autour de vous si les gens sont heureux de conserver leurs dents dévitalisées plutôt que de posséder un dentier, car la majorité de la population française possède au moins une dent dévitalisée et en est visiblement contente.

   Ces vidéos recueillent les témoignages d’une centaine de patients d’un dentiste qui semble faire un peu partie des extrémistes de la profession qui pensent que toutes les dents dévitalisées devraient être enlevées.
Scientifiquement parlant, on ne peut dire si cette attitude est juste ou fausse d’ailleurs.
Peut être donc que « l’extrémiste » n’a pas tort, mais peut-être a-t-il tort, qui sait ? La réponse est plus du ressort de notre société que de notre science et les données acquises de la science nous semblent un bien mauvais argument pour l’avoir interdit d’exercer. C ’est pourtant ce qui s’est passé en 2004.

   C’est d’ailleurs lui qui nous a fourni des témoignages montrant des patients qui ont guéri de choses et d’autres parfois très graves en enlevant principalement des dents dévitalisées tout simplement.
Cela ne peut qu’interpeller. On observera parfois sur la vidéo d’autres traitements dont certains assez subtils ont été effectués en bouche. Des traitements que n’effectuent encore qu’une minorité de dentistes qui s’intéressent à l’énergétique.
Des traitements qu’on pourrait dire faire partie d’une dentisterie qu’on pourrait qualifier de dentisterie énergétique et que vous trouverez sûrement intéressants si vous vous intéressez aux médecines alternatives.
   Cet aspect présent sur la vidéo, qu’on peut trouver extrême de proposer d’enlever toutes les dents dévitalisées parfois assez rapidement semble-t-il, est à mettre en parallèle avec un autre aspect que l’on peut trouver aussi extrême et plus que discutable, celui de dévitaliser des dents saines juste pour faire des bridges.
Une pratique qui a l’air assez courante dans la profession dentaire et que personne ne condamne paradoxalement au Conseil de l’Ordre. Qui sont donc les vrais extrémistes ?
   Dans la vidéo des témoignages, vous verrez que l’esprit d’authenticité ressort nettement.
Les images ont volontairement rétrécies pour ne pas qu’on puisse reconnaître les personnes qui témoignent.
Mais le son a été conservé de qualité. Une version très nette numérisée et où les patients se présentent, pourra être montrée aux journalistes qui s’intéresseront au sujet.
Par conséquent écoutez bien tout ce qui est dit et vous en retirerez très certainement de grands enseignements pour votre santé. Inutile de tout voir en une fois, c’est trop long. Regardez en un petit peu à la fois et laissez vous le temps de réfléchir sur ce qui est dit.
   Après avoir regardé cette vidéo, vous demanderez probablement à votre dentiste ce qu’il pense des dents dévitalisées.
Il vous répondra généralement alors, soit qu’il ne croit pas que cela puisse rendre malade et soit que ses traitements endodontiques (de dévitalisation) à lui sont tellement bien faits qu’ils ne rendent pas malade.
   Personne ne doute un seul instant de sa sincérité d’ailleurs car les informations qui montrent le danger pour la santé des dents dévitalisées ne sont pas enseignées en faculté et rares sont ceux qui remettent en question ce qu’on leur a appris.
Mais ce n’est pas parce qu’il est sincère qu’il a raison.
   Adoptez alors vous aussi la démarche du scientifique, c'est-à-dire une démarche qui se base sur des faits et des preuves. Demandez lui par exemple alors de vous présenter deux ou trois patients qui ont guéri d’une maladie chronique juste après qu’il ait bien redévitalisé des dents qui étaient mal dévitalisées auparavant.
S’il ne peut le faire cela tendrait à prouver que de dévitaliser tel qu’il le fait, ne permet pas de guérir grand-chose.
Et s’il vous présente un seul patient qui aurait guéri durablement d’une maladie, éloignée de la bouche, sans extraction et par un ou des retraitements endodontiques, s’il vous plait, donnez nous ses coordonnées pour vérification.
   Les dentistes spécialistes d’endodontie (de la dévitalisation dentaire) disent eux mêmes qu’en redévitalisant le plus parfaitement possible les dents, il n’observent pas de guérison de maladies à distance.
Ils observent certes des améliorations locales si les dents présentaient un abcès, une douleur ou quelque chose dans le même genre et des améliorations régionales de certaines petites affections dans la zone de la tête et du cou mais cela s’arrête là.
   Dire donc comme l’affirme le Conseil de l’Ordre et la plupart des dentistes même universitaires, que ça ne sert à rien d’enlever les dents dévitalisées, et que c’est même mutilant, c’est facile mais le prouver c’est autre chose.
   Cette vidéo par contre, présente une centaine de faits probants qui démontrent la puissance thérapeutique de l’élimination des dents dévitalisées sur des pathologies souvent graves et à distance de la bouche.
Et si cette vidéo est livrée au grand public aujourd’hui, c’est bien parce que les professionnels généralement et pire, certaines institutions qui sont responsables en France de la protection de la santé publique, dans le domaine dentaire notamment, ne s’y sont pas intéressés jusqu’à présent.
Vous y verrez des pathologies qui apparemment n’avaient rien à voir avec les dents, tels même des problèmes de pieds, des hémorroïdes, des problèmes de prostate, d’impuissance sexuelle ou de poids.
On peut difficilement être plus éloigné des dents.

   La vidéo du témoignage de l’assistante d’un médecin des Alpes-Maritimes.
   Cette vidéo témoigne clairement que les résultats étonnants obtenus par ce praticien depuis 40 ans, sont principalement le résultat du fait qu’il faisait enlever les dents dévitalisées de ses patients.

5- La toxicité des dents dévitalisées.
La littérature scientifique sur les dents dévitalisées ne se limite pas uniquement à la toxicité sur le cerveau bien que les études du prof. Boyd Halley aient analysé les effets sur les enzymes du cerveau. En fait, il n’y a pas un seul domaine de la médecine qui ne soit pas concerné par la toxicité des dents dévitalisées.
   Le tout est de quantifier le degré de toxicité des dents dévitalisées, car en fait il existe bien des choses toxiques que l’on peut supporter sans trop de problème. Tout est donc relatif.
Et c’est là tout l’intérêt des témoignages de patients dans la vidéo qui montrent toute la puissance thérapeutique de l’élimination des dents dévitalisées. Des témoignages confirmés par des observations faites par notre collège scientifique auprès de patients équivalents.
   Des médecins ou des dentistes qui ont visionné cette vidéo ont même été surpris par les témoignages de guérisons qui montrent des résultats bien plus percutants que ce qu’ils constatent généralement en thérapeutique habituelle.
On est donc en droit d’en déduire une toxicité des dents dévitalisées par conséquent qui est loin d’être négligeable et qui mériterait d’être systématiquement pris en compte par la médecine, en tout cas dans les affections graves.
Tous les services hospitaliers, qui voient des affections graves, devraient être en relation étroite avec un service dentaire hospitalier pour éliminer les dents dévitalisées. Le bénéfice sur la santé des patients permettrait sans aucun doute de faciliter les guérisons et d’éviter les récidives.
   Le petit passage vidéo de conférence du professeur Boyd Haley qui explique qu’on ne peut jamais être sûr qu’une dent dévitalisée ne soit pas toxique, justifie donc à lui seul le principe de précaution, et le libre choix thérapeutique sur le sujet, à savoir qu’on puisse ne pas vouloir prendre le risque de posséder dans l’organisme une dent qui peut détruire le cerveau, c'est-à-dire une dent dévitalisée.
   Cela semble justifier donc qu’il est éthique pour un dentiste de proposer à un patient l’élimination de toutes ses dents dévitalisées car on ne pourra jamais être sûr qu’une d’elles ne lui détruit pas la santé.
On voit bien que cette attitude possède donc un cautionnement scientifique et on pourrait donc même dire que lorsqu’un dentiste dévitalise une dent sans informer de ce risque cela revient à faire prendre un risque à son patient.
Mais lorsqu’on ne sait pas, on ne peut être condamnable.
   Face à une dent très cariée qui devrait être dévitalisée, il nous semble donc que le dentiste devrait proposer deux choix : l’extraction de la dent ou la dévitalisation de la dent.
Ce devrait être au patient de choisir, quitte à ce qu’il choisisse d’autoriser le dentiste à choisir pour lui.
Mais là encore ce serait son choix. Ne pas proposer ce choix au patient c'est-à-dire soit d’enlever la dent soit de la dévitaliser, revient donc à refuser au patient le droit de choisir.
Cela revient aussi à refuser de considérer que la dent dévitalisée présente un caractère toxique que le patient a le droit de vouloir éviter en demandant au dentiste l’extraction de sa dent.
   Le problème est que les patients et les dentistes aussi ignorent que la dent dévitalisée présente un caractère toxique très important et les universitaires ainsi que le conseil de l’ordre ne semblent pas vouloir en entendre parler non plus car ils sont composés de dentistes qui ont dévitalisé des dents toute leur vie.
Le Conseil de l’Ordre français a pourtant eu en sa possession, suffisamment de documents pour le comprendre. Il était donc essentiel qu’un collège de scientifique indépendant du milieu dentaire se penche sur le sujet.
   Nous savons bien aussi qu’il existe de nombreuses personnes qui possèdent des dents dévitalisées et qui ne sont pas malades, tout comme il existe aussi de nombreuses personnes qui fument et qui boivent de l’alcool et qui ne sont pas malades.
Néanmoins si elles ne fumaient pas et ne buvaient pas, elles seraient encore plus en forme.
Et bien, pour les dents dévitalisées cela pourrait être un peu pareil et le problème n’est peut-être pas moins grave que celui des erreurs alimentaires, de l’alcool, du tabac et de la pollution.
Pour certains médecins, il serait même généralement plus grave que tout cela et même bien souvent une des causes essentielle dans la genèse de la plupart des maladies.
Ces médecins estiment que l’élimination des dents dévitalisées est un élément essentiel dans la démarche thérapeutique actuelle face à des pathologies graves.
   Etonnant non ! Si cela se révélait exact, cela pourrait changer beaucoup de choses dans l’idée que l’on se fait de la médecine. Les dentistes pourraient alors devenir des partenaires privilégiés et incontournables de nombres de traitements médicaux notamment en France qui est le pays européen qui selon certaines sources possède la population qui serait celle qui possède le plus de dents dévitalisées par habitant.
Cela pourrait d’ailleurs bien expliquer pourquoi les français prennent environ trois fois plus de médicaments que les autres européens. On manquerait alors cruellement de dentistes.
Des dentistes qui accepteraient bien sûr de modifier la façon actuelle de considérer leur exercice, notamment vis-à-vis des dents dévitalisées.

   Tout ce qui est écrit sur ce site n’est pas juste le fruit de la pensée d’un individu quelconque.
Ce qui est écrit sur ce site est en accord avec la pensée de multiples scientifiques, médecins et dentistes du monde entier mais plus précisément en France, d’un collectif de scientifiques de médecins et de dentistes qui pourra prouver son existence à tout journaliste sérieux qui garantira leur anonymat.

   Il y a notamment :
   Un biologiste, Dr es Sciences Directeur Honoraire de Recherche au CNRS,
   un Dr es Science Maître de conférence honoraire à la faculté de médecine de Nice,
   un scientifique, Expert en Environnement auprès d’un programme de préservation de l’environnement financé par l’O.N.U.,
   un Dr es Sciences, Maître de Conférences à l’Université de Toulon.
   Ainsi que d’autres scientifiques (un chercheur à l’Inserm, un autre au CNRS)
   et plusieurs médecins et dentistes français dont un est un ancien spécialiste et enseignant d’endodontie, c'est-à-dire la science des dents dévitalisées.

   Certains scientifiques, médecins et dentistes, surtout ceux encore en activité, désirent encore rester anonymes car il n’existe pas toujours encore, même dans le milieu scientifique, et pire dans le milieu médico dentaire, suffisamment de liberté d’expression sur certains sujets qui remettent trop de choses en question, pour qu’ils soient garantis de n’avoir pas de problème dans leur exercice professionnel, voire leur vie privée.
Un médecin de Grasse qui devait participer à un symposium intitulé « La toxicité relative des dents dévitalisées » a été convoqué par son Conseil de l’Ordre informé par celui des dentistes, pour y subir des menaces d’interdiction d’exercer et a du annuler sa participation. Un dentiste hospitalier, enseignant à l’Université de Nice, a du lui aussi refuser d’y participer pour des raisons qui sont du même ordre. Quand à l’organisateur du congrès, un dentiste, le Dr Darmon, il a comme par hasard été interdit d’exercer à vie un peu avant le congrès. Le congrès a du donc être annulé en fin de compte. Tout cela n’est donc pas qu’une vue de l’esprit.



Dernière édition par Libellule le Lun 23 Mar 2015 - 16:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: BOUCHE: dents, dentifrice, dévitalisation, tartre.   Sam 5 Juil 2014 - 18:05



source http://www.yabiladi.com/forum/temoignage-extraordinaire-d-un-medecin-dents-79-3750045.html

Nixa Bonix [ MP ] [ Ajouter à mes amis ]
18 avril 2010 07:42
Le témoignage extraordinaire d’un médecin sur les dents dévitalisées

assalaam,
Citation
 a écrit:
   J’ai personnellement demandé à un certain médecin de réaliser ce témoignage en vue de le diffuser ultérieurement.
Avec mon aide, il accepta de réaliser le texte ci-dessous qui est le reflet exact de sa pensée. Néanmoins, fortement influencé par son entourage, il refusa de le signer pour des raisons qui se résument à de la peur.
Ce vieux médecin sait très bien de quoi sont parfois capables les êtres humains lorsqu’on révèle certaines informations qui les dérangent. On ne peut donc que comprendre ses réticences mais je ne pouvais pas non plus passer sous silence ce texte que j’estime d’une importance capitale pour la santé publique.
En respectant son anonymat, je ne peux donc qu’attester avec ma bonne foi que ce témoignage est authentique tout comme je peux aussi attester de la véracité des informations qu’il recèle. Je peux aussi attester que les patients venaient de toute la France consulter ce médecin, tant ses résultats étaient probants sur les maladies graves.
Ce témoignage est aussi tout à fait en accord avec ce que m’a exprimé un jour le Dr Rau, Directeur de la Clinique Paracelsus en Suisse Allemande, dans le canton suisse où les personnes sont probablement les moins malades d’Europe.
Après que sa clinique ait vu environ 20 000 patients, il me dit un jour : « Tout ce qu’on fait d’extraordinaire dans cette clinique serait négligeable dans les pathologies graves, si on ne faisait pas enlever au préalable toutes les dents dévitalisées de nos patients ». Dr Bruno Darmon.

   Médecin à la retraite depuis peu, je désire aujourd’hui témoigner de la toxicité des dents dévitalisées car c’est un sujet qui me tient particulièrement à cœur.
J’ai exercé la médecine pendant quarante quatre ans dans le Sud-est de la France. Très tôt, je me suis orienté vers des médecines qu’on peut qualifier de médecines douces ou naturelles qui complétaient mes acquis universitaires.
Je pratiquais notamment la phytothérapie, l’aromathérapie, l’ozonothérapie, l’auriculothérapie, l’homéopathie, la gémo-litho-organothérapie, la vertébrothérapie, la physiothérapie et des corrections alimentaires.
Je collaborais même parfois avec des psychothérapeutes, certains mettant notamment en pratique des enseignements qui font le lien entre cancer et chocs psychologiques, ainsi que des médecins effectuant des traitements de chélation des métaux toxiques dits métaux lourds.
Néanmoins, j’étais surtout consulté pour l’efficacité de traitements d’acupuncture traditionnelle qui duraient parfois jusqu’à une dizaine d’heures.
Je les commençais toujours en plaçant des aiguilles dans la bouche pour neutraliser les effets toxiques de ce qui s’y trouvait. Une méthodologie qui ne fait pourtant pas partie de l’acupuncture traditionnelle chinoise mais qui, je l’ai constaté, renforçait nettement l’efficacité de mes traitements.
Il est à souligner à ce sujet que la dentisterie traditionnelle chinoise ne comportait pas non plus de dévitalisation dentaire qui est une pratique moderne.
Une pratique datant du début du vingtième siècle, le siècle qui a vu s’accroître considérablement la quantité de cancers dont la première cause est sans l’ombre d’un doute pour moi la dent dévitalisée.
La dent dévitalisée est une dent dont on a retiré la pulpe dentaire c’est-à-dire nerfs et vaisseaux sanguins. C’est donc une dent morte.

   Les patients qui me consultaient étaient dans l’immense majorité des cas, des patients qui constituaient des échecs de la médecine.
Je voyais souvent des pathologies très graves, indépendamment d’ailleurs de ma spécialité médicale.
Mes patients étaient généralement prêts à supporter des traitements éprouvants pour guérir, comme rester parfois très longtemps sur des tables de massage inconfortables avec leurs aiguilles d’acupunctures et régler des honoraires en grande partie non remboursés.
Mais s’ils acceptaient cela, c’est qu’ils fondaient beaucoup d’espoir sur cette démarche thérapeutique hors norme, grâce aux témoignages encourageants préalablement recueillis par « le bouche à oreille ».
L’élément essentiel qui m’a permis de mieux traiter mes patients est que je travaillais en collaboration avec des dentistes particuliers.
Certains proposaient d’enlever toutes les dents dévitalisées.
D’autres effectuaient des tests destinés à déterminer les zones nocives de la bouche, généralement représentées par certaines dents dévitalisées qu’il fallait alors extraire.
Ces dents avaient aussi intoxiqué l’os qui les entourait puisque même une fois extraites, j’observais toujours un certain dérèglement énergétique au niveau des zones d’extraction.
Un problème qu’il serait fort utile d’ailleurs de chercher à résoudre.
Le premier dentiste avec qui j’ai collaboré était feu le Dr Davo KOUBI à Cannes, assez réputé à l’époque, pour guérir seul nombre de maladies.
Pour information, il n’enlevait pas les amalgames dentaires au mercure et néanmoins, il obtenait des résultats thérapeutiques étonnants.
Certains dentistes parlent pourtant plus de l’intoxication des amalgames au mercure alors que mon expérience me montre que c’est en général bien moins grave que l’intoxication due aux dents dévitalisées.

   Au cours de ma carrière, je me suis aussi penché sur les effets secondaires problématiques des vaccins.
Ils touchent aujourd’hui surtout certaines personnes fragiles telles que par exemple, les personnes dont l’immunité a été affaiblie par leurs dents dévitalisées ou les enfants dont les parents avaient des dents dévitalisées.
Sans nier l’existence d’accidents post-vaccinaux parfois dramatiques, mon expérience me fait néanmoins comprendre que ce sujet est moins problématique encore une fois que le problème des dents dévitalisées qui elles, peuvent affecter même les personnes les plus robustes.
Les dents dévitalisées sont des organes morts et les tissus morts ou gangrenés sont plus toxiques que tout autre poison biochimique car ils distillent leur jus de cadavre en permanence dans le sang.
On sait qu’un membre gangrené doit être amputé en urgence car il constitue un foyer infectieux qui va provoquer une septicémie mortelle.
Le foyer infectieux que représente la dent dévitalisée est toutefois plus sournois qu’une gangrène classique car le dentiste a supprimé le caractère aiguë et l’effet local, de cette gangrène, en dévitalisant correctement la dent.
Un traitement qui laisse toujours néanmoins un peu de pulpe dentaire même dans les dents les mieux dévitalisées.
Cette pulpe résiduelle deviendra toujours putride avec le temps, mais sa faible quantité fera que la dent dévitalisée mettra parfois des années à provoquer une maladie grave à distance de la bouche.

   J’expliquais à mes patients qu’enlever les éléments morts du corps, donc les dents mortes, était la première chose à faire pour retrouver la santé.
J’avais constaté que chez ceux qui n’acceptaient pas ce nettoyage dentaire particulier, mes traitements fonctionnaient bien moins, particulièrement sur les pathologies graves et chroniques.
Il est bien sûr difficile de faire admettre le projet de faire extraire des dents indolores et qui en plus sont censées être correctement soignées, pour ensuite faire mettre des dentiers à la place en général.
On contrarie en outre la plupart des dentistes qui mettront probablement un certain temps à admettre le problème qu’ils ont généré, bien involontairement toutefois, il faut le reconnaître.
Pourtant les dentistes pourraient constituer une aide considérable pour redonner la santé s’ils acceptaient d’enlever les dents dévitalisées. On peut bien sûr souvent guérir sans enlever de dents dévitalisées.
Mais en gardant ces dents qui ne sont en fait que des cadavres de dents, vous l’aurez compris, j’ai constaté qu’on n’obtenait jamais la même vitalité en fin de compte.
En enlevant les dents dévitalisées, on peut même faire éviter la plupart des interventions chirurgicales prévues par nos chirurgiens.

   Aujourd’hui, je peux affirmer avec l’expérience de plusieurs centaines de patients soignés sur une quarantaine d’années d’exercice, que l’élimination des dents dévitalisées, même en apparence saines pour la pensée académique dentaire, constitue une mesure thérapeutique extrêmement utile.
Toutes les pathologies sont concernées, des bénignes comme le mal de dos aux pathologies graves diverses psychiques ou neuro-psychiques, ainsi que les états de dévitalisation et les tendances suicidaires.
Dévitaliser les dents dévitalise l’organisme et y introduire la mort (la dent morte) pousse aussi les personnes à se donner la mort. Extraire les dents dévitalisées est même plus efficace à long terme que la plupart des autres traitements médicaux car même si la technologie médicale a réalisé d’immenses progrès ces dernières décennies, nous ne devons pas pour autant en oublier mes amis, que nous sommes des êtres vivants.
Et les organes morts, telles les dents mortes ou dévitalisées, ne sont pas faits pour demeurer à l’intérieur des êtres vivants.

   Pour plus de renseignements : www.sante-dents.com et www.dent-devitalisee.com





Dernière édition par Libellule le Lun 21 Déc 2015 - 21:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: BOUCHE: dents, dentifrice, dévitalisation, tartre.   Sam 5 Juil 2014 - 18:07



source http://www.amessi.org/faut-il-arracher-les-dents-devitalisees#.U7gifrFAda8
Faut-il arracher les dents dévitalisées ?
Mercredi 11 janvier 2012, par  Docteur Bernard MONTAIN ,
D’un côté les tenants (minoritaires mais très actifs) de « l’infection focale », hypothèse très sérieuse selon laquelle les dents dévitalisées, donc mortes, constituent un formidable réservoir de germes dangereux et à l’origine de très nombreux troubles de santé sans lien apparent Pour eux, on extrait.

   De l’autre les tenants (majoritaires) de la conservation à tout prix des dents dévitalisées, seul moyen de conserver une bonne occlusion, garantissant une bonne mastication. Pour eux, les différences de dureté entre les dents naturelles et les prothèses entraîneront une accélération de l’usure de ces dernières, sans parler des nouvelles contraintes exercées sur la gencive. Pour eux, on garde.

   Entre les deux : les patients, peu désireux de porter un dentier le reste de leur vie, et les praticiens qui ont longtemps travaillé pour se défaire de leur réputation « d’arracheurs de dents ». Arracher des dents est irréversible et cette décision ne se prend pas à la légère... En tous cas, la question mérite d’être posée.

Faut-il arracher les dents dévitalisées ?
« DENT DÉVITALISÉE = DENT TOXIQUE »
La dévitalisation dentaire, les toxines et l’infection focale
Le sucre blanc ou roux (mais pas le sucre complet) et donc bien sûr tous les produits qui en contiennent provoquent la carie dentaire. Lorsqu’une carie atteint le nerf, la médecine conventionnelle enseigne à nos dentistes à dévitaliser pour soigner. Cette technique est apparue au début du XXe siècle aux États-Unis avant de se propager dans tout le monde occidental. Elle évite alors d’enlever la dent tout en supprimant la douleur, Mais la douleur constitue aussi un signal d’alarme qui n’est peut-être pas toujours sans intérêt. Bio signifie Vie. En dévitalisant une dent, on place par définition dans le corps, un organe mort : la dent dévitalisée.

La médecine enseigne qu’un organe mort doit être enlevé. La gangrène, par les toxines qu’elle dissémine dans le corps, peut tuer le patient. Notre médecine moderne a fait une exception pour la dent dévitalisée. La dent est très minéralisée et la pâte antiseptique et anti-inflammatoire, mise à l’intérieur du canal dentaire, évite les réactions aiguës de rejet Mais il existe aussi des canaux accessoires inaccessibles aux instruments de soins, donc impossibles à nettoyer. De plus, l’ivoire qui constitue la dent est une éponge contenant des millions de petits canaux (les tubulis dentinaires) suffisamment gros pour y nicher des germes toxiques hors d’atteinte de tous les antibiotiques et antiseptiques possibles. Des études scientifiques ont montré qu’il était impossible de stériliser la dent dévitalisée qui se révèle donc être inévitablement un réservoir de germes, planté dans l’os de la mâchoire.

La découverte de Weston Price
Au début du siècle aux Etats-Unis, le mécanisme d’intoxication à distance à partir de foyers infectieux, surtout dentaires, donc notamment de dents dévitalisées, a été mis en évidence scientifiquement. Un éminent dentiste, le Professeur Weston Price, eut un doute sur l’innocuité de cette nouvelle pratique de dévitaliser les dents. Etait-elle bien en accord avec le serment d’Hippocrate Primum non nocere (d’abord ne pas nuire) ?

Par de multiples études scientifiques, il mit en évidence la toxicité des dents dévitalisées et le mécanisme d’infection à distance qu’elles provoquaient On nomma ce mécanisme, « l’infection focale ». Certains médecins admirent alors que les dents dévitalisées pouvaient provoquer de multiples maladies.

Puis des détracteurs sont arrivés. Cela arrangeait beaucoup de monde, alors on les a cru et ce savoir s’est plus ou moins perdu. Les travaux sur l’infection focale ne parlent toutefois pas que des dents dévitalisées. Celles ci peuvent laisser aussi persister des zones osseuses toxiques, les cavitations, même après l’extraction de la dent. Les dents de sagesse aussi représentent très souvent des éléments irritatifs, dans nos bouches devenues trop petites. Même le tartre qui est une niche calcifiée de bactéries a des répercussions à distance. Toutefois il vaut mieux éviter les ultrasons pour l’enlever car ils peuvent créer des micro- fractures de la surface dentaire.

Ces mécanismes d’infection focale, notamment à partir des dents dévitalisées apparemment saines, n’ont jamais été reconnus par la majorité des dentistes. Notre dentisterie officielle parle encore aujourd’hui de la « théorie de l’infection focale » et notre médecine n’en tient quasiment jamais compte.

Des faits scientifiques
Il existe indéniablement des travaux scientifiques qui attestent de la toxicité des dents dévitalisées, même si celles-ci ne présentent aucun signe apparent d’infection (signes radiologiques ou douleur). Selon la littérature, il n’existe pas un domaine de la médecine où les relations avec les dents dévitalisées n’aient été évoquées.

Des scientifiques américains voient une corrélation significative entre la propagation du cancer et des maladies de civilisation d’une part et le succès de la dévitalisation dentaire d’autre part.

Un médecin de Grasse a observé depuis 25 ans, sur des centaines de cas médicaux, que ses traitements fonctionnaient bien mieux lorsque les patients avaient fait enlever leurs dents dévitalisées. Le Dr. Davo Koubi avait constaté de même pendant toute sa carrière. Il a d’ailleurs écrit un livre sur le sujet « La santé dans votre bouche ».

Le Dr. George Meinig, un dentiste américain, fondateur de la société américaine d’endodontie (la science des dents dévitalisées) et spécialiste toute sa vie de dévitalisation dentaire, a écrit dernièrement un ouvrage « Root canal cover-up » (traduire root canal par dent dévitalisée) rassemblant les travaux scientifiques américains (Price, Shakman, Billings, Rosenow : bactériologiste de renommée mondiale) sur l’infection focale et arrive à la conclusion que toutes les dents dévitalisées, quelle que soit la qualité de leur traitement, sont des réservoirs bactériens qui empoisonnent l’organisme. Il a envoyé à l’académie de chirurgie dentaire américaine un exposé de ses travaux et leurs conclusions, mais rien ne bouge. Le Dr Bruno Darmon a fait la même chose pour l’académie française de chirurgie dentaire, la CNAM, le Ministère de la santé et le Conseil de l’Ordre. Même résultat pour l’instant

Un autre dentiste américain le Dr. Hal Huggins, un précurseur dans le monde sur la toxicité sur le mercure des amalgames dentaires, a aussi écrit un livre sur le sujet, « The price of root canal », qui aboutit à la même conclusion. Les Américains s’intéressent beaucoup au sujet. Les progrès de la dentisterie et l’utilisation d’huiles essentielles permettent certes de diminuer, un peu, la toxicité de la dent dévitalisée, mais les études scientifiques montrent que, dans le temps, la dent dévitalisée deviendra de toutes façons de plus en plus imprégnée d’éléments toxiques.
Les freins psychologiques

Tout cela devrait suffire à nous interpeller sur le danger que représentent les dents dévitalisées. Mais il existe aussi des freins à cette information. Il est parfois difficile de comprendre qu’une dent dévitalisée puisse intervenir dans diverses maladies. il n’est pas toujours évident d’admettre qu’il faut enlever une dent qui ne fait pas mal car la dégradation de l’état de santé se produit parfois longtemps après la dévitalisation dentaire.

Il est donc subtil de voir le lien de cause à effet. En plus, les dentistes qui gardent les dents, même dévitalisées, ont toujours beaucoup plus de succès que ceux qui les extraient. Bref il y a peu d’éléments qui encouragent une telle démarche de dépollution de l’organisme.

Des résultats étonnants
Personnellement, je souffrais du dos, depuis des années, malgré tous les thérapeutes que j’avais consultés. Après l’extraction de trois dents mortes (avec curetage de l’alvéole dentaire), la santé de mon dos s’est très nettement améliorée.

En outre, certains points sur les gencives ont été cautérisés pour traiter des cicatrices d’extraction... Mon dos va nettement mieux et j’ai retrouvé une vitalité supérieure.

Mais avant que j’accepte des extractions dentaires en apparence barbares, le Dr Bruno Darmon, mon dentiste à Cannes, a dû m’informer au préalable des travaux scientifiques qui existaient sur le sujet. Il avait pris soin en plus de recueillir, avec l’accord de ses patients, des témoignages vidéo que j’ai pu analyser. J’ai constaté une cinquantaine de cas édifiants, d’améliorations très significatives de maladies chroniques qui avaient résisté aux traitements conventionnels et qui confirment donc la littérature sur l’infection focale.

Tous ces résultats ont été obtenus principalement par des extractions de dents dévitalisées qui, dans l’immense majorité des cas, ne faisaient pas souffrir. Les cas présentés étaient maladie d’Alzheimer, douleur post-infarctus, problèmes gynécologiques ou de prostate, problèmes rhumatologiques divers tels polyarthrite rhumatoïde, polyarthrite évolutive, hernie discale paralysante ou même des cas de fracture mal consolidées avant l’extraction des dents dévitalisées, migraines, diabète, asthme, hypertension, dépression grave avec antécédent suicidaire, acouphènes, ulcère, colite, problèmes de prostate, eczéma, taches de vieillesse, états proches de la cécité, dérèglements hormonaux qui faisaient grossir, impuissance sexuelle. De plus, ces témoignages font très souvent état d’une diminution de fatigue. Certaines améliorations ont même permis d’éviter des interventions chirurgicales.

Récemment, le professeur de biochimie Boyd Haley (Chairman à l’Université du Kentucky aux Etats-Unis) a analysé, in vitro, les effets dévastateurs des toxines émises par des dents dévitalisées, même si celles-ci ne présentent aucun signe clinique, ni radiologique d’infection. Elles détériorent notamment les enzymes qui synthétisent l’ATP (l’adénosine triphosphate), un élément essentiel au fonctionnement énergétique de la cellule. Lorsque la dent dévitalisée comporte en plus un amalgame dentaire, les bactéries anaérobies de la dent dévitalisée transforment le mercure de l’amalgame en diméthyl-sulfuremercure qui est un poison redoutable.

Une prévention efficace, un véritable espoir thérapeutique
Fatigue, douleurs, baisse prématurée des facultés physiques et mentales. Autant de signaux d’alerte avant une détérioration grave, voire la destruction d’une fonction organique, en fait une maladie déclarée. C’est à ce stade qu’on observe le plus de résultats positifs par l’élimination des foyers dentaires car après c’est parfois trop tard si les dégâts occasionnés sont trop graves. Souvent, l’élimination des foyers n’est pas suffisante et on doit adjoindre les thérapeutiques adéquates pour retrouver la santé.

On évitera l’apparition de multiples pathologies en adoptant par conséquent une attitude préventive, par l’élimination des dents dévitalisées comme d’ailleurs de tous les foyers infectieux ou irritatifs de la bouche, et du corps en général. Ces foyers détériorent probablement d’abord notre système immunitaire à force de trop le solliciter.

Il existe certains tests de mise en relation entre les dents et les symptômes, notamment la douleur. Voici d’ailleurs un test simple que chacun peut effectuer et qui peut vous motiver à entreprendre une thérapeutique d’élimination des foyers dentaires. Faites un tout petit peu de pâte (une noisette) constituée d’huile d’olive, de sel fin et d’argile. Rajouter éventuellement une à deux gouttes d’huile essentielle de girofle. Frictionner avec cette pâte la gencive de vos bridges, couronnes, dents dévitalisées, dents entartrées et même les anciennes zones d’extraction qui comportent peut-être des cavitations. Si vos symptômes s’améliorent sur le moment ou dans la journée qui suit, il y a beaucoup d’espoir que vos problèmes de santé s’améliorent rapidement après l’élimination de vos foyers dentaires.

Les solutions de reconstruction, l’important c’est le respect de la vie
La radio panoramique dentaire est l’examen indispensable pour voir ce qui se passe dans les os des mâchoires. Parfois, le scanner peut s’avérer nécessaire pour voir les cavitations infectieuses.

Les faits scientifiques me font dire que la dent dévitalisée doit être biologiquement considérée en fait, comme une épine infectée et empoisonnée plantée dans le corps. Elle peut être tolérée un certain temps par un organisme robuste, mais elle fera toutes sortes de ravages dans un organisme fragile. Il me semble donc fortement conseillé de s’en débarrasser.

Ensuite, si on ne remplace pas les dents dévitalisées extraites, on engendre certes des problèmes d’occlusion dentaire. L’expérience clinique montre toutefois qu’ils sont moins graves pour la santé que de conserver ses dents dévitalisées. Il vaut mieux ne rien avoir en bouche qu’avoir des sources de poison.

La prothèse amovible avec des dents exclusivement vivantes reste la solution de reconstitution la plus simple et la plus sûre pour la santé. Il existe même aujourd’hui des systèmes qui permettent d’avoir des crochets en plastiques blanc, très solides (système dental D), de la couleur de la dent, qui n’ont pas l’effet d’usure et d’inesthétisme des crochets métalliques. Le bridge sur dent vivante est déjà une opération plus délicate. Quant aux implants, ces structures de métal, vissées dans l’os de la mâchoire, qui peut garantir leur totale innocuité ?

Lorsqu’on utilise des farines de cadavres d’animaux pour nourrir des herbivores, le bon sens est perverti. Le bilan des prions va finalement coûter très cher. Il existe des lois de la vie qu’il vaut mieux éviter de transgresser. N’en transgressons-nous pas une encore, en conservant, dans nos organismes vivants des organes morts ?

On évitera l’apparition de multiples pathologies en adoptant par conséquent une attitude préventive, par l’élimination des dents dévitalisées comme d’ailleurs de tous les foyers infectieux ou irritatifs de la bouche, et du corps en général. Ces foyers détériorent probablement d’abord notre système immunitaire à force de trop le solliciter.
Les dents dévitalisées nous détournent peut-être de l’essentiel, c’est-à-dire « le goût de la vie »

   · Professeur Jean-Pierre Garel
   Dr. ès sciences, biologiste conseil, directeur de recherche honoraire au CNRS, professeur de génétique moléculaire à l’Université BIaise-Pascal de Clermont-Ferrand. Auteur d’ouvrages grand public : « Le goût de la vie » (Ed Diamante !, 1998) et coauteur de « Nouvelles approches sur le cancer » (Ed. Albin Michel-Sully » 1993), coauteur de « Les réseaux géobiologiques » (Ed. Trois FontaineJouvence, 1992, 6e édition 2000).

Organisation, dans le sud de la France, de week-ends d’information sur les diverses pollutions issues de nos technologies modernes, notamment les foyers dentaires, les moyens pour les délecter et de s’en protéger.

Pour de plus amples renseignement : Professeur Jean-Pierre Garel, Lou Jas- Vède, 1339O Auriol, tél./fax : 04.42.04.41.76.

Références citées :
« La santé dans votre bouche », Dr. Davo Koubi, éd. Grancher.
   « Root canal cover-up » du Dr. George Mein, disponible chez PPNF, PO Box 23614, La Mesa C4 91943-2614, Etats-Unis
   « The price of root canal », du Dr. Hal Huggins, disponible chez HDC, PO Box 2589, Colorado Springs, CO 80901, Etats-Unis.

Biocontact Mai 2000

« OUI, IL FAUT CONSERVER LES DENTS DÉVITALISÉES »
De façon récurrente, depuis le début du siècle, des voix s’élèvent pour dénoncer la toxicité des dents obturées.
La réalité de cette toxicité m’était apparue lorsque, étudiant au début des années 60, un ouvrage du Docteur Paul Carton, véritable fondateur de la naturothérapie française, et intitulé « Soins dentaires individualisés », m’était tombé sous la main. Dans ce livre, daté de 1937, on pouvait lire : « nous rappelons à ce sujet que les dents, transformées en éponges antiseptiques par des pansements antérieurs violents, peuvent donner lieu à des troubles généraux importants, sans que toutefois la dent en elle-même soit douloureuse ».

Dans ce même ouvrage on pouvait encore lire « rappelons d’abord qu’il faut se garder de la dévitalisation systématique dans tous les cas de carie pulpaire. Ajoutons qu’il faut éviter l’arrachage systématique de toutes les dents atteintes de caries pénétrantes et la pose de bridge qui, trop souvent, impose aux dents de support de trop gros efforts de résistance. Simplicité, douleur et patience sont de bonnes règles en dentisterie comme en tout ».

Ces principes du Docteur Paul Carton ont guidé mon exercice professionnel de chirurgien-dentiste tout comme les autres principes cartonniens ont éclairé mes pensées, mes recherches et ma pratique en naturothérapie.

On parlait beaucoup, à cette époque, des ravages de la notion d’infection focale « focal infection » qui, aux Etats-Unis, avaient fait de millions d’édentés sans que les chiffres indiquent une amélioration générale de la santé publique !

On a beau faire, on a beau dire, les statistiques, dont on peut parfois critiquer l’élaboration, restent la meilleure approche de la vérité. Rappelons que la statistique des anciens faisait partie de la mathématique.

Depuis quelques années, une nouvelle vague se fait jour pour dénoncer, de nouveau avec virulence, les inconvénients des obturations canalaires de la dent

   Extraire les dents dévitalisées considérant qu’elle sont une cause de troubles locaux et à distance : pourquoi pas, à condition, évidemment, que la personne ne soit pas victime d’autres pollutions telles le café, l’air des grandes villes, les excès médicamenteux, l’alcool, certaines vaccinations, les ondes ultracourtes pulsées des téléphones portables et des fours à micro-ondes, etc.

Mais après ?
Comment remplacer les dents absentes ? (car ne pas les remplacer c’est se trouver en malocclusion avec des effets à distance parfois dramatiques).
- Par un appareil partiel et mobile ?

C’est également déséquilibrer la stabilité des dents naturelles restantes, porteuses des crochets n’ayant rien à voir avec celle des dents artificielles, donc usables, montées sur une base qui déprime la gencive sous-jacente à chaque effort, entraînant le sujet dans une malocclusion parfois très cruelle !
- Elaborer un bridge pour remplacer une ou plusieurs dents est certainement une des meilleures solutions cependant critiquable car elle soumet les dents- piliers à des contraintes que la nature n’avait pas prévues !

Se pose aussi dans ce cas le problème de la dureté de ses constituants. La grande majorité des céramiques réalisées sont en effet d’une dureté bien supérieure à celle de la dent Au bout de quelques années ces dents artificielles subissent des contraintes parfois fatales pour elles, l’ensemble de dents s’usant sauf elles. De plus, elles peuvent user des dents antagonistes
- La pose d’implants,
outre qu’elle n’est réservée qu’à certains cas du fait de la nécessité d’une masse osseuse satisfaisante et de son coût, pose parfois le problème électrolytique du métal dans lequel ils sont réalisés.

- L’utilisation de prothèses complètes
(une fois toutes les dents enlevées) est un pis-aller incontournable cependant chez certaines personnes mais qui entraîne, à la longue, une diminution verticale de l’occlusion par des phénomènes de tassement avec des destructions osseuses (lyses osseuses) et dans certains cas un inconfort notoire, en particulier lorsqu’elles sont posées à la mandibule.

Mutilation et malocclusion
Je travaille depuis 25 ans sur les répercussions locales et à distance des problèmes dentaires. La malocclusion est l’une de mes sources d’intérêt. Je me suis exprimé sur ce sujet dans de nombreux livres.

L’équipe avec laquelle je travaille a été formée à la naturothérapie et à l’occlusovigilance. Nous avons reçu des personnes victimes d’extractions dentaires « curatives » (sensées soigner des troubles à distance), voire même prophylactiques. Elles n’avaient constaté aucune amélioration de leur pathologie à distance, se sentaient inutilement mutilées et étaient fréquemment dépressives. A la suite d’articles, d’émissions radio et d’émissions télé, j’ai également reçu des lettres témoignant du même désarroi.

En pratique, fidèle à l’enseignement de mes maîtres Hippocrate, Carton, Valnais, Fonder, Passebecq, etc. j’essaie d’appliquer les règles suivantes

   la prophylaxie par l’hygiène alimentaire, telle que l’enseigne Passebecq, le pédiatre suisse Begin (lire « Les dangers des plombages »), l’enseignement de l’hygiène dentaire par l’utilisation correcte de la brosse à dent, mais aussi du fil de soie et des écouvillons par l’hygiéniste de l’équipe.

   le maintien de la vitalité pulpaire sous les inlays, les couronnes, compris supports de bridge (sauf impossibilité technique),

   en cas d’atteinte pulpaire, la dépulpation à base d’une pâte de ma composition basée sur des huiles essentielles ne contenant donc pas d’antiseptique violent ni d’anti-inflammatoire ! Malgré toutes les insuffisances de l’obturation canalaire, j’ai eu la chance pendant de nombreuses années de ne pas m’entendre rapporter de problème locaux ou à distance de ces traitements

Docteur Bernard MONTAIN

Conférencier et auteur
(chez Guy Trédaniel, éditeur) de :
« Les dangers des plombages ».
« La santé à pleines dents ».
« Des bruits dans les oreilles : les acouphènes ».

(Article paru dans le journal Biocontact de mai 2000)



Dernière édition par Libellule le Lun 21 Déc 2015 - 21:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: BOUCHE: dents, dentifrice, dévitalisation, tartre.   Sam 5 Juil 2014 - 18:33



Encore quelques liens
http://www.onnouscachetout.com/forum/topic/12799-la-toxicite-des-dents-devitalisees/

http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=dent-devitalisee-ou-traitement-de-canal

http://fibroetmetaux.canalblog.com/archives/2013/01/04/26063813.html

http://santenaturelle.over-blog.net/article-24273591.html

http://www.energie-sante.net/ps/?p=670

source http://www.holodent.com/article-13697558.html
Dent dévitalisée : alternatives aux extractions
Attention: les pâtes placées dans les canaux des dents dévitalisées sont bien plus toxiques que la dent elle-même. Demander au dentiste une pâte naturelle est une mesure indispensable de prévention. Ce sujet est traité en détails dans le Pratikadent à la rubrique Toxicité des pâtes d'obturation.
Il est possible de se procurer la liste des spécialités de pâtes canalaires à éviter car contenant des substances indésirables : pâtes à éviter : http://www.editionsluigicastelli.com/editionsluigicastelli/index.php?sp=page&c=1613

source http://www.nutriliberte.com/
Nutrition & Liberté est le site professionnel de Ursula, une interface entre recherches, découvertes et applications ; la quintessence dans le vaste domaine du conseil nutritionnel.
Il est nourri par des enseignements et informations donnés par des médecins naturopathes, professeurs de renommé internationale, experts nutritionnistes, agriculteurs, amis et tous ceux qui ont apporté leur contribution à cette synergie globale et globalisante.

Je tiens à les remercier profondément pour cet éclairage, qui ont fait de mon métier, une véritable passion ! Je les mets en évidence sur mon site, j'écoute, j'intègre, je transmets ; et surtout j'applique et je le deviens dans ma vie de tous les jours, dans mon essence...
Je remercie et je soutiens activement tous ceux qui osent mettre en lumière l'état actuel des choses, et qu'investissent leur énergie pour apporter des solutions afin de créer, enfin, le nouveau monde de demain.
Soyons des co-créateur et devenons le changement que nous attendons !
Ce site bénéficie d'une mise à jour constante, et se propose comme
-support d'information pour des nouveaux visiteurs et de
-rappel pour ceux qui suivent des consultations - accompagnements (coachings).

source http://www.nutriliberte.com/inconforts/dents-d%C3%A9vitalis%C3%A9es/
Première cause de cancers et de maladies graves :
Les dents dévitalisées, très probablement.
On parle beaucoup aujourd’hui de nourriture « bio » pour la santé. « Bio » signifie vivant en grec, c’est donc le contraire de « mort » ou « dévitalisé ». Sachez qu’avec le « dévitalisé », vous pourriez bien perdre aussi la santé en vous faisant soigner les dents.

Dévitaliser les dents est une pratique si courante chez les dentistes que la plupart des français ont aujourd’hui des dents dévitalisées. La quantité de dévitalisations dentaires, aussi appelées traitements endodontiques, a subi une augmentation phénoménale ces dernières décennies dans le monde occidental (*). Parallèlement, les maladies graves ont aussi augmenté de façon très importante. Paradoxalement, des médecins à l’étranger font extraire les dents dévitalisées de leurs patients avec des résultats thérapeutiques étonnants. Pourtant en France, cela n’intéresse quasiment personne alors qu’aujourd’hui on y dépense des sommes faramineuses pour soigner, dans des traitements souvent très discutables en plus, à cause des effets secondaires occasionnés.

La dent dévitalisée est une dent dont le dentiste a ôté nerfs et vaisseaux sanguins qui se trouvent à l’intérieur de la dent en les remplaçant par une pâte antiseptique. Grâce à cette technique, on évite souvent d’extraire des dents qui auraient dû l’être. C’est évidemment le grand intérêt de cette pratique apparue au début du vingtième siècle. Forte de ce succès qui supprime son image « d’arracheur de dents », la profession dentaire ne s’est jamais vraiment intéressée aux éventuelles conséquences toxiques de la présence en bouche de dents dévitalisées et la dévitalisation des dents est devenue une pratique courante dans tous les cabinets dentaires. En France, presque tout le monde a donc en bouche au moins une dent dévitalisée. Pourtant la dent dévitalisée est un organe mort comme son nom l’indique et normalement notre médecine n’accepte jamais de conserver d’organes morts car ils empoisonnent tout l’organisme. Pour la dent dévitalisée, nous avons fait une exception. Mais y aurait-il des conséquences fâcheuses sur l’organisme, qu’on aurait oubliées de voir ?

De multiples publications scientifiques au niveau international traitent de ce sujet polémique inclus dans un domaine plus large appelé l’infection focale dentaire (*). On y explique que les foyers infectieux dentaires peuvent provoquer toutes les maladies possibles et inimaginables. Le grand problème est que la dent dévitalisée peut aussi être considérée comme un foyer infectieux même lorsqu’elle semble ne pas poser de problème pour le dentiste. Le professeur Boyd Haley, un scientifique américain renommé, a observé que les critères normalement utilisés par les dentistes (l’absence de douleur ou de signes infectieux à l’examen radiologique notamment), pour affirmer qu’une dent dévitalisée n’est pas toxique, ne sont pas valables (*). Des médecins ont constaté que les dents dévitalisées sont très souvent la cause déterminante d’un grand nombre de maladies chroniques et graves, puisque les enlever constitue aussi selon eux, la mesure essentielle pour retrouver la santé. En France, la dent dévitalisée constitue très probablement une cause importante de cancers. Aussi incroyable que cela puisse paraitre, ce pourrait même être la première cause, bien plus que l’alimentation, les pesticides, la pollution, l’amiante, le tabac, l’alcool, l’hérédité et les traumatismes psychologiques. Voici des éléments qui confortent cette opinion :

Le cancer est très rare dans les sociétés traditionnelles (*) dont certaines sont pourtant soumises à des niveaux de pollution à peu près équivalents aux nôtres. Mais les populations y sont vraiment trop pauvres pour avoir des dents dévitalisées. A l’étranger, notamment aux Etats-Unis, en Allemagne et en Suisse allemande, comme certains médecins francophones l’ont observé (*), il existe des dentistes qui proposent aux personnes malades l’élimination des dents dévitalisées. C’est aussi ce que fait une clinique suisse allemande qui a traité des milliers de personnes malades (*) et qui se situe dans le canton où les personnes sont les moins malades de toute la Suisse (*). Un éminent cancérologue allemand, feu le Dr. Joseph Issels, qui fut aussi responsable du programme de lutte contre le cancer du gouvernement fédéral allemand, insistait pour faire systématiquement enlever toutes les dents dévitalisées de ses patients (*). C’est aussi ce que conseille une scientifique canadienne le Dr. Hulda Clark, professeur de biologie et auteur de nombreux best-sellers aux Etats-Unis. (*).

On sait aussi que les français consomment bien plus de médicaments et ont plus de cancers que les autres européens. Etonnement, ils possèdent aussi deux à trois fois plus de dents dévitalisées que les autres européens comme une enquête nous l’a appris. En France, quelques rares médecins et dentistes ont fait de l’élimination des dents dévitalisées, le critère essentiel de réussite de leurs traitements médicaux. En milieu hospitalier à Paris, un chef de service de stomatologie a même écrit un ouvrage (*) qui justifiait l’extraction de toute dent dévitalisée quelque soit la pathologie générale, car il considérait leur stérilité illusoire (*). Un médecin de Grasse a fait de même pendant une quarantaine d’années (*). Un dentiste de Cannes a aussi alimenté notre site internet, notamment de plusieurs heures de vidéos d’améliorations de santé surprenantes après extractions de dents dévitalisées (*). Il a été interdit d’exercer par l’Ordre des dentistes.

Les dépenses de santé sont aujourd’hui devenues gigantesques. La dent dévitalisée nous semble en être la principale cause, même si paradoxalement elle est aussi la moins connue du grand public. Face à l’inaction des corporations médico-dentaires, voire parfois à leurs tentatives d’occultation de ce sujet très contrariant pour certains, et face au scepticisme des médias et des politiques noyés sous une pléthore d’informations médicales de moindre importance, il nous est donc apparu essentiel de soutenir cette information.

Jean Pierre Garel, Dr. es Sciences, biologiste et Directeur Honoraire de Recherche au C.N.R.S. et Michel Raynaud, Dr. es Sciences, enseignant à l’Université des Sciences de Toulon. Pour plus de renseignements contacter : Michel Raynaud, email : michelraynaud98@yahoo.fr

toute l'info sur le site du Dr Bruno darmon www.sante-dents.com



Dernière édition par Libellule le Lun 21 Déc 2015 - 21:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: BOUCHE: dents, dentifrice, dévitalisation, tartre.   Sam 5 Juil 2014 - 18:41



source http://reveillezvous.lightbb.com/t799-dechaussement-dentaire-et-danger-des-dents-devitalisees
NTRO (Michel Dogna 'Prenez votre santé en main- tome 2') :
Pour reconstituer l'os, le corps doit avoir à sa disposition 3 éléments : de la silice (argile, prêle, ortie, Silicium organique G5) + du calcium naturel (le mélange oeuf/citron, le calcium de Versailles, graines de sésame bio) + du magnésium (Eau magnésienne Nigari ou Chlorumagène, algues)

Lire le topic sur l'Activateur dentaire :
http://reveillezvous.lightbb.com/t725-dents-une-alternative-au-port-de-bagues-et-a-l-arrachage

Concernant le déchaussement dentaire, la lecture du livre de Raymond Dextreit 'L'argile qui guérit' sera très utile http://www.vivrenaturel.com/achat/produit-details-1473-238.html :
*Application d'argile dans la bouche
*Cure d'argile par voie interne sur 3 semaines
http://reveillezvous.lightbb.com/t716-la-cure-d-argile
*Cure de mélange oeuf/citron Mettre tremper toute une nuit un oeuf dans une tasse avec un jus de citron - Boire le jus le matin à jeun, garder l'oeuf pour la cuisine. En cure de 10 jours/mois
*Prendre 1 cuillère à soupe d'huile de courge/jour avant un repas en cure pendant 3 semaines (en dehors de la cure d'argile)
*Cure de calcium de Versailles en pharmacie (Recommandé par Michel Dogna)
*Elixir minéral de quartz clair
http://www.jacquesdavid.fr/elixirs-mineraux.aspx
*Bain de bouche à l'eau salée (1/2 à 1 cuillère de sel dans un verre d'eau) sauf si vous avez des métaux en bouche car le sel est corrosif
*Un produit de plus en plus utilisé en dentisterie pour renforcer les gencives (par voie interne et en bain de bouche) et aider à soigner les abcès dentaires : Le Régulat, complexe enzymatique
Retrouvez toutes les indications du Régulat dans le livre 'Diagnostic, non merci !'
http://www.regulat.fr/default/pourquoi-le-regulat/effets-bienfaits-br-du-regulat.html
http://www.regulat.fr/default/livre-diagnostic-non-merci.html
*Pour le dentifrice : Acheter un dentifrice ayurvédique MESWAK (magasin bio), ou au moins un dentifrice sans fluor acheté dans un magasin bio.
Dentifrice ayurvédique MESWAK :
http://www.le-comptoir-des-saveurs.com/boutique/index.php?main_page=product_info&cPath=32_36&products_id=208
Dentifrice ayurvédique VICCO :
http://www.le-comptoir-des-saveurs.com/boutique/index.phpmain_page=product_info&cPath=32_36&products_id=203
Dentifrice à l'extrait de pépins de pamplemousse et propolis :
http://www.pepin-de-pamplemousse.com/achat/cat-pepin-de-pamplemousse-3.html
Dentifrices naturels faits maison :
http://www.eco-echos.com/wordpress/?p=222
*Tisane reminéralisante prêle ou ortie
*Cure de Silice organique G5 sans conservateur
http://www.vivrenaturel.com/achat/categorie-37.html
*Faire une cure d'eau magnésienne Nigari ou de chlorumagène
http://reveillezvous.lightbb.com/t717-l-eau-magnesienne-nigari
*Consommer des céréales lacto-fermentées comme le muesli sans fruit du dr Kuhl et des graines germées :
http://reveillezvous.lightbb.com/t1032-transit-et-muesli-du-dr-kuhl-bienfait-des-cereales-lacto-f
Le déchaussement dentaire peut être en relation avec un dérèglement intestinal ou la présence de parasites au niveau du foie.
D'où l'importance en parallèle de déparasiter avec l'ayur 73 ou le zapper du Dr Clark pendant au moins 40 jours consécutifs et supprimer café/alcool/tabac et de faire les nettoyages du foie & VB pour éliminer les calculs biliaires.
*Consommer tous les jours du Gomasio, des graines des sésame bio :
http://reveillezvous.lightbb.com/t1030-le-gomasio
*Cure d'huile ozonée pour détoxiner l'organisme en profondeur (On peut en prendre en voie interne et faire de temps en temps un brossage des dents avec un peu d'huile ozonée sur la brosse à dents pour détoxiner dents & gencives)
http://www.sante-detox.com/elimination-candida-albicans/30-huile-ozonee.html
*Cataplasmes d'argile en alternance sur le bas-ventre/foie pour dépolluer l'organisme en profondeur et ainsi favoriser une meilleure assimilation des nutriments (Voir les recommandations dans le livre 'L'argile qui guérit')
*Penser à faire une cure anti-parasitaire du Dr Clark avec du brou vert de noix noire/Absinthe/clou de girofle
http://www.vivrenaturel.com/achat/categorie-186.html (Brou vert de noix noire d'excellente qualité)
http://www.erichamel.com/documents/doc_CureAntiparasites.html
http://www.vivrenaturel.com/achat/produit-details-1424-223.html
http://www.sante-detox.com/elimination-candida-albicans/333-huile-ozonee.html
Et à faire un nettoyage du foie/vésicule biliaire tous les mois jusqu'à élimination de tous les calculs biliaires
http://reveillezvous.lightbb.com/t715-comment-eliminer-les-calculs-biliaires
+ Utiliser le zapper du Dr Clark ou l'antiparasitaire Ayur 73
http://www.sante-detox.com/dr-clark-appareils/336-varizapper-modular-system.html
+ Le Polar Cleaner pour éliminer les métaux lourds, lesquels font concurrence dans le corps avec le calcium & magnésium et empêchent leur bonne assimilation.
Et si possible une hydrothérapie du colon chez soi ou dans un institut
http://www.colon-net.com/
*Préférer les laits végétaux comme le lait d'amande, d'avoine, de riz, de noisette, au lait de vache qui déminéralise en réalité.
*Topic sur le calcium naturel
http://reveillezvous.lightbb.com/t296-calcium-naturel
*Attention à la pollution électro-magnétique qui déminéralise : http://reveillezvous.lightbb.com/post?p=6268&mode=editpost
*Opter pour un oreiller végétal en graines bio pour éviter les tensions dans la nuque/les mâchoires
http://reveillezvous.lightbb.com/t713-oreillers-vegetaux-pour-pb-de-dos-migraine-etc
*Pour aider à fixer le calcium : Consommer de la vitamine C naturelle (Acérola, baies de Goji, chou, citron, persil bio) et prendre un peu le soleil (en toute modération) pour la vitamine D (soleil, saumon, hareng, maquereau, sardine, oeuf cuit à la coque) + Une gousse d'ail par jour pour l'apport en souffre
*Amaroli
http://reveillezvous.lightbb.com/t999-amaroli-l-elixir-de-vie
*Pensez à changer votre brosse à dents en moyenne tous les 3 mois et après chaque maladie infectieuse (grippe, gastro-entérite etc...)


En complément :
algues (salade du pêcheur) + spiruline bio + pollen congelé, propolis, gelée royale + graines germées + Plasma de Quinton.

Evidemment, il est essentiel d'avoir une alimentation saine et équilibrée pour fournir à l'organisme tous les minéraux, vitamines et nutriments dont il a besoin.
Eliminer tous les produits acidifiants comme les plats industriels, alcool, café, tabac, pain blanc, sucre blanc, sodas. Si vous ne pouvez vous passer de pain, chosissez du pain bio au Kamut ou épeautre, ou faîtes-vous des tortillas agrémentées à votre goût, ou encore des galettes/faluches à base de farine d'orge par exemple. Si vous optez pour un müesli au petit déjeûner, éviter les flocons de blé à cause du glutten, prendre plutôt des flocons de chataigne (magasin bio) que vous pouvez faire chauffer quelques instants dans un peu de lait d'amande & de noisette (que l'on peut couper avec moitié eau) et dans lequel vous pouvez ajouter autant de fruits que vous voulez. Ainsi vous obtenez un petit déjeûner copieux et savoureux très digeste car composé d'une seule catégorie d'aliments (Les fruits), ce qui facilite le travail digestif, et vous apportez en plus fibres, vitamines & sels minéraux à l'organisme.
http://wikipedia.orange.fr/wiki/Tortilla
http://wikipedia.orange.fr/wiki/Tortilla_de_patatas
http://wikipedia.orange.fr/wiki/Tapas

Un article sur le décodage dentaire :
http://www.onpeutlefaire.com/l-art-de-decoder-le-langage-des-dents

Cartographie des dents (en anglais) :
http://www.drwolfe.com/dentistry/tooth_chart

Quelques remèdes naturels pour soigner la gingivite :
http://www.medicinales.fr/Gingivite

Quelques livres de références :
'Nos dents, une porte vers la santé' du Dr Michel Montaud
'De la dent à l'homme, un parcours bouleversant' du Dr Michel Montaud
'La santé à pleine dents' du Dr Bernard Montain
'Amalgame dentaire : les dangers des plombages' du Dr Bernard Montain
'Traité d'aromathérapie buccodentaire' du Dr Bernard Montain
'Maux de bouche, aphtes, gingivite, rage de dent...' de Sophie Lacoste
'Les vérités sur les maladies émergentes' de Françoise Cambayrac
'L'argile qui guérit' de Raymond Dextreit

Le gratte-langue en plastique Halita :
http://www.newpharma.fr/pharmacie/dentaid/45801/dentaid-halita-nettoie-langue-spatule.html?gclid=CL-J5ODCtrYCFfLLtAoddSIAew
Utilisation quotidienne matin & soir avant de se brosser les dents. Elimine les toxines pour réduire la formation de la plaque dentaire ce qui diminue le risque de caries et évacuer les bactéries génératrices de la mauvaise haleine, stimuler les points réflexologique situés sur la langue et réguler les fonctions du métabolisme, en particulier celles liées à la digestion.

Neuvaine à sainte Apolline, patronne des dentistes :
http://www.spiritualitesagesse.com/2013/02/priere-sainte-apolline-contre-les-maux.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Apolline_d%27Alexandrie



"Les dents dévitalisées dévitalisent les organismes généralement plus que tous les autres poisons chimiques et ça pourrait bien être aujourd'hui la première cause de cancers et de maladies graves dans la civilisation occidentale (...)
En France, 8 français sur 10 sont concernés."(Dr Clark)
http://artdevivresain.over-blog.com/article-quand-le-nucleaire-vous-met-sur-les-dents-69727476.html

Témoignage : Arthrose guérie grâce à des piqûres osseuses dans les gencives (Technique d'injection osseuse pour traiter les mémoires toxiques laissées par les dents dévitalisées extraites - Dr Darmon)
NB : Beaucoup de cancers et de problèmes de dos trouvent leur cause dans la présence de dents dévitalisées ou d'amalgames dentaire au mercure en bouche
http://artdevivresain.over-blog.com/article-temoignage-arthrose-cervicale-guerie-par-des-injections-dans-les-gencives-101940287.html

Témoignage d'une enseignante qui retrouva la santé après l'extraction de ses dents dévitalisées :
http://artdevivresain.over-blog.com/article-un-enseignement-souvent-non-appris-dans-l-enseignement-officiel-107163805.html

Témoignage d'une patiente ayant guéri ses problèmes cardiaques après l'extraction de ses dents dévitalisées :
http://artdevivresain.over-blog.com/article-dents-mortes-contre-coeur-tout-neuf-108484257.html

Pourquoi y-a-t-il autant de dents dévitalisées en France :
http://artdevivresain.over-blog.com/article-devitaliser-des-dents-saines-pour-mettre-des-bridges-107416531.html

Confession d'une assistante dentaire :
http://artdevivresain.over-blog.com/article-confession-d-une-assistante-dentaire-105209456.html

Momie égyptienne et dent dévitalisée :
http://artdevivresain.over-blog.com/article-momie-egyptienne-et-dent-devitalisee-114024724.html

Solution naturelle pour 'revitaliser une dent dévitalisée' :
"Quand la dent est dévitalisée. C’est à dire quand le dentiste a remplacé  le nerf (le paquet vasculo-nerveux) par une pâte contenant un métal (du minium) et des corticoïdes.
Pour revitaliser la dent, pour que l’énergie repasse, il faudrait enlever la pâte qui est dans la racine, autant que cela se peut.
Puis déprogrammer la mémoire des produits utilisés et refaire circuler l’énergie de la dent, en mettant des huiles essentielles dans les racines.
La dent n’étant plus un blocage dans la matière, un nouvel équilibre vous attend."
http://www.energetiquedentaire.fr/fr/questions-reponses

NB : Il faut savoir que les dents dévitalisées ont été interdites depuis déjà plusieurs années dans certains pays comme le Canada. La France est à la traîne...alors tournez-vous vers un dentiste (énergéticien) qui les évite, il y en a en principe dans tous les départements. Il suffit de téléphoner aux dentistes et de poser la question, vous pouvez aussi vous renseigner par exemple auprès des homéopathes et magasins bio près de chez vous. En ce qui concerne le soin des carries, certaines contiennent du bisphénol A reconnu perturbateur endocrinien et cancérigène : demander quelle est la composition des résines utilisées, s'agit-il de bio-matériaux ? Peut-il soigner la carrie avec de la silice ? La Suisse dans ce domaine est assez à la pointe et fournit à certains dentistes énergéticiens français des bio-matériaux pour soigner sainement les carries.

Grincements de dents : Selon Michel Dogna, ce problème est dû à la présence d'oxyures/ascaris dans le corps - faire les cures du Dr Clark + Zapper (Voir le topic sur l'élimination des calculs biliaires)
De même que des paupières gonflées en continu est toujours, selon le Dr Clark, un signe net de la présence d'ascaris dans le corps.

Un article intéressant sur l'intoxication des métaux lourds par les amalgames dentaires :
http://www.exquidia.com/metaux-lourds-et-leurs-effets-sur-sante.htm

Témoignage passionnant à lire d'une électro-Hyper-sensible :
http://artdevivresain.over-blog.com/article-ehs-quand-la-medecine-repond-absente-58370495.html

Un témoignage sur les dents :
http://santeglobale.monic.pagesperso-orange.fr/sadam.html

Interview du dentiste Gérard Dieuzaide sur l'intéraction sur la santé entre les dents et les matériaux en bouches au niveau électromagnétisme, la salive générant un phénomène d'électrolyte avec le contact des métaux, et l'intéraction entre les dents et la posturologie (capteurs au niveau des dents, des pieds, des yeux, des organes) : http://www.youtube.com/watch?v=NtFlyl6EtGI&feature=relmfu

SITE D'INFORMATION HOLISTIQUE SUR LES DENTS : http://www.holodent.com/
http://www.holodent.com/article-15738865.html
SITE ODENTH (ODontologie ENergétique et THérapeutique) :
http://www.odenth.com/public/
SITE ENERGETIQUE DENTAIRE:
http://www.energetiquedentaire.fr/
SITE DU DECODAGE DENTAIRE:
http://www.dentsvivantes.net/
http://dentsvivantes.forumpro.fr/
http://www.eugenol.com/eugenol/
http://www.abcdent.fr/cycles/occlusodontie/f/5004
SITE DU DR BERNARD MONDAIN :
http://www.bernardmontain.net/
SITE DENTOSOPHIE :
http://www.dentosophie.com/
DENTISTERIE HOLISTIQUE :
http://dent.devitalisee.free.fr/?p=109
http://dent.devitalisee.free.fr/?page_id=2
http://dent.devitalisee.free.fr/images/diffuser.pdf

Cancer, infarctus, Alzheimer..., nombre de pathologies peuvent provenir de dents dévitalisées.
Association NON AU MERCURE DENTAIRE :
http://www.non-au-mercure-dentaire.org/



Comment choisir un bon dentiste : assurez-vous qu'il ne pratique ni dévitalisation, ni pose d'amalgame au mercure. Pour soigner les caries, l'idéal étant de trouver un dentiste holistique/énergéticien qui soigne les caries avec de la silice (NB : Contrairement à ce qui est généralement dit sur les soins dentaires effectués avec de la silice, ils sont durables dans le temps (en moyenne une carie soignée avec de la silice tient 10 ans) et la silice a même tendance à se renforcer avec le temps, à devenir presque aussi dure que de l'émail. (Source : Un dentiste qui pratique avec de la silice depuis de très nombreuses années et qui a donc du recul)
Pour poser les bridges & couronnes, on peut très bien soigner sans dévitaliser : il suffit d'endormir la dent.

Un point sur les alternatives à l'amalgame au mercure : Préférer la silice (matériau naturel) à la résine (contient du Bisphénol A) et surtout éviter les amalgames au mercure !
http://www.santedentairelarose.com/materiaux_alternatifs.htm
http://wikipedia.orange.fr/wiki/Odontologie_conservatrice
http://www.sourirelarose.com/holistique/fr/conseils3.php

Un livre à lire sur le parcours d'une femme qui s'est guérie de la fibryomalgie, en travaillant notamment sur les dents :
Françoise cambayrac "Les vérités sur les maladies émergentes'
http://www.vivrenaturel.com/achat/produit-details-1384-238.html
http://www.vivrenaturel.com/achat/produit-details-1721-238.html

Association Filariane pour chélater le corps des métaux lourds pour les cas importants comme les autistes suite à des vaccinations : http://www.filariane.org/

Dentifrices naturels faits maison pouvant être utilisés 2 fois par semaine pour un nettoyage en profondeur (trop abrasifs pour être utilisés tous les jours) :
*Recette « le dentifrice de sorcière » ou du charbonnier
Vous pesez 35 g de charbon végétal que vous mettez dans un bocal
Vous ajoutez 10 g de feuilles de sauge que vous réduisez en poudre dans un moulin à café. Ici elle a un rôle désinfectant.
Et 5 g d’argile blanche surfine.
Vous fermez le bocal, vous secouez et vous en avez pour plus d’un an ! Pour l’utilisation quotidienne, vous prenez une jolie boîte.
*Pour ceux qui aiment le blanc, en voici un autre très simple à faire qui est blanchissant et raffraichissant :
20 g de bicarbonate de soude. Blanchissant et antiseptique
20 g d’argile surfine
5 g de sel fin, qui tonifie les gencives
4 gttes d’huile essentielle de citron ou 2 gouttes d’huile essentielle de menthe si vous préférez la menthe.
2 gouttes d’huile essentielle de tea-tree pour son pouvoir désinfectant.

Idem : dans un bocal puis dans une petite boîte
http://www.eco-echos.com/wordpress/?p=222



LES BARRAGES ENERGETIQUES D'ORIGINE DENTAIRE (Par le Dr. Estelle Vereeck) :

"Le thérapeute énergéticien se heurte régulièrement à des blocages d’origine dentaire. En cas d’échec ou quand le traitement n’aboutit pas à l’amélioration escomptée, il est important de penser à une étiologie dentaire. En effet, la zone orale se situant en amont, elle s'impose comme une zone de contrôle et de gouvernance des territoires corporels situés en aval. Les répercussions d'un barrage dentaire, aussi nombreuses que non spécifiques, peuvent générer ou aggraver des troubles variés tels que problèmes de dos, tendinites, entorses, fatigue chronique, constipation, stérilité, insomnie, allergie. Superposés à d’autres, les blocages dentaires contribuent à dégrader le terrain et à miner ses ressources énergétiques pouvant conduire à des désordres plus graves.
Les barrages énergétiques dentaires sont facilement visualisables. L’examen d’une radio panoramique permet de suspecter leur existence et oriente le diagnostic qui sera précisé à l’aide d’autres outils d’investigation spécifiques à l'approche énergétique (biorésonance en particulier).

Les Différentes causes des barrages dentaires
Causes structurelles ou mécaniques :
Une dent en surocclusion (légèrement trop haute) est responsable d’une surcharge occlusale qui provoque à la longue la compression du ligament (zone fibro-élastique qui relie la dent à l’os et amortit les contraintes de mastication).
À terme, la surpression génère une stase énergétique qui peut se traduire par l’apparition d’un abcès de la racine (granulome) sur une dent dévitalisée.
Une occlusion dentaire déséquilibrée doit être considérée comme un blocage majeur  dont les effets se répercutent sur la posture toute entière, via l’articulation temporo-mandibulaire qui est un centre énergétique important, avec de multiples conséquences (ostéoarticulaires, dorsalgies, compression d’organes, syndrome dépressif).

Causes chimiques :
Un barrage chimique est induit par l’emploi d’un produit d’obturation dont les composants sont irritants, nocifs ou mal tolérés par l’organisme. Les pâtes d’obturation placées dans les racines après dévitalisation sont à cet égard particulièrement nocives quand elles contiennent (ce qui est fréquent) des dérivés formolés (formaldéhyde), des anti-inflammatoires corticoïdes ou des anti-biotiques. Ce type de barrage chimique a un impact d’autant plus grand qu’il agit au sein même de la structure osseuse. En cas de dépassement de pâte (qui n’est pas rare), l’irritation chimique se double d’un effet de compression sur les terminaisons nerveuses du nerf trijumeau, nerf hautement réflexogène. On obtient dans ce cas une véritable épine irritative responsable de réactions réflexes à distance par brouillage du système trigéminal. L’émission de signaux nerveux parasitent le fonctionnement du nerf trijumeau, dont le caractère réflexogène explique les réactions à distance générées par ce type de barrage.

Causes électrochimiques :
Tout métal inséré en bouche se comporte à des degrés divers comme un perturbateur électrochimique. C’est lié à la propriété qu’à tout métal, y compris le titane réputé neutre, de se corroder au contact de la salive en présence de métaux de natures différentes. À cet égard, le nickel ou encore le béryllium, très employés en dentisterie, sont particulièrement réactifs. Il en résulte la production de micro-courants électriques par effet pile (électrogalvanisme buccal) qui sont des perturbateurs du biomagnétisme humain. Ces courants électriques parasites causent la distorsion du champ énergétique, entraînant selon les cas une surtension ou au contraire un vide énergétique. Le problème est plus crucial encore lorsqu’il s’agit d’implants en titane qui sont comme autant d’aiguilles d’acupuncture implantées à demeure dans l’os, lui même conducteur électrique.

Barrage cicatriciel :
Suite à une intervention chirurgicale, un défaut de cicatrisation génère une sorte de vide qui empêche l’énergie de circuler dans la zone opérée.
C’est fréquemment le cas après une extraction. Le blocage est induit par le traumatisme des tissus lié à la technique opératoire (emploi d’un anesthésique local contenant un vasoconstricteur, échauffement de l’os lié au dégagement chirurgical). Le traumatisme psychologique que représente l’intervention subie comme une amputation joue également un rôle déterminant. La plaie semble cicatrisée en apparence mais la radio montre un manque.
La section du paquet vasculo-nerveux ou pulpe de la dent lors de la dévitalisation peut également représenter un barrage cicatriciel, d'autant plus si l'intervention est subie dans la peur, la colère ou la frustration. L'abcès (granulome ou kyste) qui survient dans les années qui suivent la dévitalisation est la manifestation concrète du blocage énergétique."
Pratikadent : dictionnaire holistique des atteintes dentaires et de la biocompatibilité des soins.



Mal remboursés, les soins dentaires font l'objet de "dérives" tarifaires

"Les soins dentaires coûtent cher : peu remboursés par l'assurance-maladie, ils font souvent l'objet de 'pratiques tarifaires excessives' voire de "dérives inacceptables", ce qui peut conduire à renoncer aux soins, souligne lundi une étude publiée par 60 millions de consommateurs.
Soulignant que le reste à charge constitue la "principale raison de renoncement aux soins auquel déclare être confronté près du tiers des consommateurs", elle relève que pour les passages chez le dentiste ce reste à charge est "élevé", même après l'intervention des complémentaires santé.
Cette étude, au sommaire du numéro de décembre de 60 millions de consommateurs, a été réalisée à partir des données enregistrées par la Sécurité sociale par l'Observatoire citoyen des restes à charge en santé, créé début 2013 par 60 millions de consommateurs, le CISS (collectif de patients) et Santéclair, filiale de plusieurs complémentaires santé.
Principaux soins incriminés: les prothèses, comme les couronnes, bridge, inlay ou reconstitutions, qui en 2012 ont représenté 5 milliards d'euros de dépenses, dont un milliard seulement est remboursé par l'assurance-maladie.
La somme qui reste à la charge du patient après remboursement par la Sécu s'élève à plus de 290 euros en moyenne par acte de prothèse, avec des variations en fonction des départements: elle ne descend "quasiment jamais" en dessous de 200 euros et grimpe jusqu'à plus de 400 euros à Paris.
Ce reste à charge peut être remboursé par les complémentaires mais "il est très difficile d'avoir une estimation précise de leur niveau de prise en charge global", souligne l'Observatoire.
Selon l'étude, les sommes demandées pour une couronne céramo-métallique dépassent les 600 euros, alors que la prise en charge de l'assurance maladie n'est que de 75,25 euros, soit 70% de la base de remboursement.
Pour la pose d'un implant, peu prise en charge par l'assurance maladie, le coût moyen est supérieur à 2.000 euros.
Plus grave, il existe dans certains cas des solutions moins onéreuses pourtant peu pratiquées par les dentistes.
Cette "dérive préoccupante" concerne notamment les inlay-core, des reconstitutions partielles de dents apposées sous couronne.
Pour ce dispositif, élaboré par des prothésistes dentaires, le praticien fixe librement ses honoraires, qui varient entre 150 et 300 euros (la Sécu rembourse 70% de 122,55 euros).
Pourtant une autre solution, la reconstitution "au fauteuil", présente l'avantage d'être moins chère car elle est fabriquée par le dentiste lui-même à un prix fixé par la Sécurité sociale: 79,53 euros, soit un reste à charge de 24 euros pour l'usager.
Syndicats et assurance maladie reconnaissent que les deux techniques se valent en termes de qualité des soins, mais les reconstitutions à tarifs libres se développent: "la situation a même empiré et on assiste à une réelle généralisation des inlay-core", souligne 60 millions de consommateurs.
En revanche, l'Observatoire constate que les soins courants (carie, dévitalisation, détartrage, etc.), dont les tarifs sont encadrés par l'assurance maladie, font peu l'objet de dépassements, en dehors de Paris qui représente 57% des dépassements constatés pour ce type de soins.
Toutefois, ces dépassements "illégaux" atteignent 34 millions d'euros en 2012.
Autre traitement pointé du doigt, l'orthodontie. Les soins d'orthodontie ont représenté en 2012 plus d'un milliard d'euros, dont près de 80% constituent des dépassements d'honoraires, selon l'étude.
Ce type de traitement, qui se pratique le plus couramment par semestre, est d'autant plus coûteux qu'il peut durer jusqu'à trois ans.
Il a été facturé en moyenne 650 euros par trimestre l'an dernier, avec de fortes variations géographiques: près de 1.000 euros en moyenne à Paris contre 400 en Ariège.
Or la Sécurité sociale rembourse 193,50 euros par semestre si le traitement débute avant 16 ans."
http://actu.orange.fr/france/mal-rembourses-les-soins-dentaires-font-l-objet-de-derives-tarifaires-afp_2687672.html

suite sur le site
http://reveillezvous.lightbb.com/t799-dechaussement-dentaire-et-danger-des-dents-devitalisees



Dernière édition par Libellule le Lun 23 Mar 2015 - 18:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: BOUCHE: dents, dentifrice, dévitalisation, tartre.   Lun 23 Mar 2015 - 18:05



source http://www.consoglobe.com/hygiene-choisir-dentifrice-bio-3276-cg
Hygiène – Choisir un dentifrice bio (ou pas)
Le 17 nov 2014    Rédigé par Elwina

En matière de produits bio pour la salle de bain, il n’y a pas que les crèmes bio, ou le coton bio, ou les shampoings bio. Les soins dentaires sont également concernés avec le dentifrice, bio de préférence. Voici des conseils pratiques pour bien choisir un dentifrice.

Pourquoi choisir un dentifrice bio ?
Pour les mêmes raisons que l’on choisit un produit bio en général : pour éviter des substances indésirables, des composants chimiques.

Les dentifrices habituels contiennent des colorants, des arômes synthétiques, des conservateurs que ne contiennent pas les pâtes dentaires bio.

L’inconvénient des dentifrices de synthèse
La muqueuse buccale étant très perméable, il est difficile de ne pas l’imprégner des composants indésirables du dentifrice (conservateurs, colorants, …) quand on se brosse les dents. Il est même quasi impossible de ne pas avaler du dentifrice. D’où l’intérêt de choisir un dentifrice bio.

Qu’est-ce qu’un dentifrice bio ?
C’est un dentifrice qui répond aux critères habituels des Cosmétiques bio : un dentifrice bio porte un label certifié comme Cosmébio, BDIH ou Nature et progrès.

Un dentifrice bio contient 95 % d’ingrédients d’origine biologique ou végétale (ou plus) et ne contient pas de conservateur chimique de synthèse.

· Un dentifrice labellisé Cosmébio  contient au moins 95 % d’ingrédients cultivés de manière biologique et d’origine végétale.

Choisir un dentifrice assez fluoré
Regardez bien l’étiquette et préférer un dentifrice qui contient 1.000 ppm (100 mg/100 g) de fluor, sachant que c’est mieux quand il y en a plus : donc prenez un tube qui affiche de 1.000  jusqu’à 2.500 ppm.  Notez que la plupart des dentifrices bio ne contiennent pas de fluor.

> Les dentifrices est à base de peroxyde de calcium sont plutôt destinés à reminéraliser l’émail et à le renforcer.

> Les dentifrices est à base de flluorinol ou de perméthoont sont plutôt destinés à former une couche protectrice sur les dents en se fixant à la surface de la dentine. Ils sont généralement proposés dans des dentifrices ou gels peu abrasifs.

A qui sert un dentifrice à la chlorhexidine ?
Un dentifrice qui contient de la chlorhexidine (en quantité suffisante) sert dans le cas où on veut spécifiquement lutter contre la plaque dentaire. La chlorhexidine est en effet une substance anti-bactérienne efficace qui va aider à éliminer les bactéries et limiter l’apparition de gingivites. Elle agit longtemps après le brossage.

Rappelons que la plaque dentaire, c’est une accumulation de débris alimentaires et de bactéries qui s’installe sur les dents et tandis que les sucres vont se transformer en acides agressifs pour l’émail des dents.

Quel goût doit avoir un dentifrice ?
Peu importe ; ça n’a pas d’importance !

Les dentifrices bio
Ceux qui n’aiment pas les dentifrices bio parlent du goût. Il faut reconnaître que le goût ne ressemble pas au goût très « artificiel » et typé des dentifrices modernes industriels. Leur texture est moins lisse, moins « plastique ».

Les habitués des dentifrices bio déclarent ne plus remarquer le goût et s’y être habitué très vite. Et effectivement, nos testeurs ont confirmé ce fait : au bout de 2 semaines (environ), on ne remarque plus que le dentifrice bio a un goût différent.

Les composants d’un dentifrice bio
On l’a dit, que des ingrédients naturels et issus d’une culture biologique. Les arômes d’un dentifrice bio proviennent d’huiles essentielles, d’extraits aromatiques de plantes ou d’ingrédients particuliers (pépins écrasés, amica, anis, citron, racine d’iris, …)

- On retrouve souvent les arômes suivants : le thé vert ou le pépin de pamplemousse qui sont purifiants et anti-infectieuse. Fraise, menthe sont les parfums les plus courants des dentifrices bio pour enfants.

Les extraits de plantes donnent une haleine parfumée mais ont également un effet apaisant et antiseptique (thym) ou vivifiant (romarin).
La sauge et l’hamamélis préviennent le saignement des gencives et
luttent contre les inflammations tout en renforçant les gencives.
L’extrait de camomille bio a un effet apaisant et traitant.
Les composants des dentifrices bio

Prenons l’exemple des matières actives du dentifrice bio Logona enfants :
* Les extraits d’échinacée, d’anis et de thé vert, l’huile essentielle de clou de girofle et l’ester de saccharose qui détruisent les bactéries causes des caries et de la plaque dentaire.
* La myrrhe, l’hamamélis et la camomille tonifient les gencives et préviennent l’infection.
* Les extraits végétaux contiennent du fluor naturel et des sels minéraux.
* La silice en poudre très fine et le sel marin constituent les agents nettoyants. Ils combattent la plaque dentaire si nocive pour les dents, sans attaquer l’émail.

Il y a-t-il du fluor dans un dentifrice bio ?
Ce n’est pas interdit mais c’est plutôt rare car on n’a pas besoin de complément de fluor si on mange équilibré (poissons, fruits, raisins, …). De plus, il faut faire très attention à ne pas surdoser le fluor.La plupart des références bio, même celles destinées aux adultes, n’ont pas de fluor dans leur formule.  

La teneur en fluor est importante
Veillez donc à choisir un dentifrice suffisamment fluoré.  Car se brosser les dents avec un dentifrice avec du fluor prévient l’apparition de caries.

Avec une teneur de 1 000 ppm (100 mg/100 g), les résultats sont déjà probants et l’efficacité augmente avec la teneur, au moins jusqu’à 2 500 ppm.
La plupart des dentifrice en vente contiennent de 1 000 à1 500 ppm de fluor (sur l’emballage on voit souvent  mg » de fluor pour 100 g de dentifrice (100 à 150 mg/100 g).

Les dentifrices pour enfants
Pas de fluor pour les enfants : pendant la période de minéralisation de la dentition, tropde fluor peut créer une fluorose dentaire, qui concrétise par des taches sur les dents.

Jusqu’à 6 ans au moins, préférez un dentifrice « spécial enfant » avec moins de 500 ppm (50 mg/100 g) de fluor .



Fabriquer son dentifrice bio maison
source http://www.consoglobe.com/fabriquer-dentifrice-bio-maison-3281-cg

L’intérêt d’un dentifrice bio est évident : il ne contient pas de composants chimiques, pas de colorants, ni arômes synthétiques, ni conservateurs. Un dentifrice bio contient 95 % d’ingrédients d’origine biologique ou végétale (ou plus) et ne contient pas de conservateur chimique de synthèse. Vous pouvez fabriquer un dentifrice bio vous – même.

La recette du dentifrice bio
Voici une petite recette maison pour faire un dentifrice naturelle… et efficace :

Mélangez 20g de carbonate de calcium à 30g d’argile blanche,
Ajoutez 1/2 petite cuillère de poudre de racine d’iris
Mélangez 2 grammes de bicarbonate de soude (abrasif doux, pour la blancheur)
Pour parfumer cette base de pâte dentaire, ajoutez 25 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse avec 6 à 8 gouttes de l’huile essentielle du parfum de votre choix (lavande, citron, pamplemousse, menthe).
Pour la couleur et la fraîcheur, ajoutez 1 g de poudre de chlorophylle avec 50 ml de menthe poivrée (ou 30 mg de feuilles de menthe fraîche écrasée menu)
N’oubliez pas que le dentifrice bio ne remplace pas le brossage qui est la base d’un nettoyage des dents quel que soit le dentifrice.

Une 2ème recette de dentifrice bio
Pour fabriquer un dentifrice bio encore plus simple, mais efficace :

Versez 1 cuillerée à soupe de bicarbonate de soude dans un bol
Ajoutez une dizaine (ou plus) de gouttes de citron
Mélangez : cela va mousser. Continuez jusqu’à obtenir une pâte un peu compacte
Et voilà, le dentifrice est prêt à l’usage ; à utiliser rapidement car il ne se conserve pas évidemment.

Ces deux recettes sont très bonnes pour la blancheur des dents. Mais il faut signaler que pour remplacer un dentifrice commercial chimique par un dentifrice naturel, il est les bâtonnets de salvadora persica (ou siwak) qui ont des qualités parfaites pour l’hygiène buccale et dentaire.

3ème recette de dentifrice bio
Voici une recette de dentifrice bio que nous livre un de nos fidèles lecteurs.

« Je vous livre là une recette de dentifrice bio 100 % naturel et diablement efficace » :

Coupez des morceaux de racine de Salvadora Persica (ou siwak) ; se trouve facilement sur le web et pas cher) à l’aide d’un sécateur propre (nettoyez la lame à l’alcool) et mettez -es dans un moulin à café (ou tout autre ustensile capable de réduire en poudre), vous pouvez aussi acheter de la poudre de Salvadora Persica mais ce sera moins bon marché.

Mélangez la poudre avec quelques gouttes d’huile essentielle d’origan, de girofle, de niaouli, saro, poivre noir, etc. selon votre goût (c’est juste pour aromatiser car les propriétés du Salvadora Persica sont amplement suffisantes) ; quelques gouttes d’huile de colza et d’eau pour faire une émulsion (il faut touiller pour obtenir une crème onctueuse) et le tour est joué !
pac Vous avez là le top des dentifrices les moins chers du monde et d’une efficacité remarquable ! Mais n’oubliez pas, c’est le frottement qui fait l’efficacité, plus encore que le dentifrice.

Le dentifrice au siwak, pourquoi, comment ça fonctionne ?
Les Romains avaient trouvé un remède efficace pour blanchir les dents : l’urine !

fleche-suiteDe nos jours, le produit utilisé par les dentistes est le péroxyde de carbamide. Point commun ? L’urée (dont la dénomination internationale est carbamide). [Petite anecdote: l’empereur romain Vespasien avait trouvé le moyen de récupérer l’urine qui était également transformée en produit de blanchiment du linge, en créant les fameuses vespasienne. La collecte payante de l’urine est à l’origine de l’expression  » l’argent n’a pas d’odeur «

Le Salvadora Persica contient des dérivés souffrés de carbamide, de benzylcarbamide, d’éthylènebisdithiocarbamates, ainsi que des alcaloïdes -1-[ 3,4-( méthylènedioxy )benzoyl ]-3-[2-( 1-benzyl-4-pipéridinyl )éthyl ] thiocarbamide, et -1,3-bis-( 3-méthoxybenzyl ) carbamide, qui ont une odeur de triméthylamine. Dérivé du thiocyanate d’ammonium, la thio-urée (également appelée Thiocarbamide ou Sulfourea) est le diamide de l’acide thiocarbonique qui ressemble à l’urée mais contient du soufre au lieu de l’oxygène. C’est cette chimie complexe qui donne au Salvadora Persica toute son efficacité au niveau du blanchiment de la dentition.

Le peroxyde de carbamide est certe un produit très efficace, mais la plupart des produits vendus sur le web sont soit des arnaques. D’autre-part, c’est un procédé agressif qui nécessite absolument une reminéralisation après traitement sous peine d’obtenir l’effet inverse au résultat recherché, en effet, les dents devenues « poreuses » vont absorber très rapidement les produits jaunissants ( thé, café, tabac, vin, fruits… ). Le Salvadora Persica présente l’avantage de contenir le principe blanchissant et simultanément reminéralisant, il agit en douceur pour un résultat durable.

Comment fonctionne le blanchiment des dents avec les produits chimiques réellement efficaces ?
Peroxyde de carbamide ou peroxyde d’hydrogène agissent comme des acides qui dissolvent les sels minéraux (la plupart des taches résistantes sont la coloration naturelle de sels minéraux). Les dents deviennent alors poreuses. Non seulement les taches reviendront plus vite (car elles s’y accrocheront mieux), mais le plus inquiétant c’est que les dents se fragilisent à cause de la déminéralisation.



Dernière édition par Libellule le Lun 21 Déc 2015 - 21:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BOUCHE: dents, dentifrice, dévitalisation, tartre.   

Revenir en haut Aller en bas
 
BOUCHE: dents, dentifrice, dévitalisation, tartre.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» la vérité sort de la bouche des enfants
» Martin et ses Antécédents - L'Homme Nouveau
» [QUENOTTES] Opérations des dents de sagesse & compagnie.
» Bouche de métro + sac plastique = art
» Martin et ses antécédents

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: SANTE, BEAUTE, Ménage, ENVIRONNEMENT :: ALIMENTATION-SANTE-BEAUTE--
Sauter vers: