Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Réflexions pour prendre soin de soi et de sa santé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 11 ... 16  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2625
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Réflexions pour prendre soin de soi et de sa santé   Jeu 23 Fév 2017 - 0:04



source https://www.pure-sante.info/
Vivre mieux quand on a la migraine

Chère lectrice, cher lecteur,
J’ai beaucoup de chance, je ne souffre pas de migraine. Parfois un léger mal de tête mais, je touche du bois, c’est à peu près tout.

Pourtant, en observant autour de moi, je me rends compte à quel point les personnes qui sont victimes de migraines subissent une double injustice. Il y a la douleur, bien sûr, et en plus le regard des autres : vous, moi, leur entourage, qui les observons souvent avec l’air de dire : « Bon ça va, il va pas nous emm… avec son petit problème, là ! »

Seulement la migraine, ce n’est pas un « petit problème».
C’est comme un voile noir qui se pose sur la vie entière. Il y a l’existence normale, et puis il y a la vie… avec la migraine. Ce qui faisait dire à Lewis Caroll, l’auteur d’Alice au pays des merveilles, et lui-même migraineux :

« D’habitude je suis très courageux, mais aujourd’hui, j’ai mal à la tête… »
Tout va bien et soudain, il n’y a plus rien d’autre que cette douleur insupportable, comme si un pivert cognait dans tous les recoins du crâne. «Toc-Toc » quand vous faites un pas. « Toc-toc » si vous restez immobile. « Toc-toc » si vous pensez. « Toc-toc » si vous ne pensez rien. Toc-Toc tout le temps !

Et la migraine ne fait pas seulement mal à la tête. Avant même de ressentir la douleur, certaines personnes éprouvent des idées terriblement noires, en proie à un pessimisme morbide : le monde va à sa perte, leur vie est un échec, personne ne les aime, l’humanité est un tas de boue etc.

Face à une telle agression dans la vie de tous les jours, il est vrai que des médicaments – aspirine ou paracétamol, seuls ou associés – peuvent être efficaces s’ils sont utilisés exceptionnellement.

Mais leur consommation prolongée peut transformer le mal de tête en un état permanent (sans parler de leurs effets secondaires). On parle alors de « céphalées par abus d’antalgiques », beaucoup plus difficiles à soigner ! Ces maux de tête incessants représentent 15 à 20 % des consultations auprès des centres spécialisés dans le traitement des céphalées.

Il est d’autant plus dommage d’en arriver là que des solutions douces existent : relaxation, yoga, hypnose, acupuncture, homéopathie et phytothérapie peuvent prévenir et soulager les maux de tête (céphalées) aussi bien que les migraines.

Première chose à faire : fuir !
Si certains combats réclament courage et engagement, la lutte contre la céphalée appelle une autre stratégie : la désertion. Fuir le bruit et l’agitation.

Dans le cas d’une céphalée, la douleur s’installe au niveau du front et de la nuque avec le sentiment d’une pression ou d'une tension. Parmi les causes les plus fréquentes, on trouve :
Un rhume tenace

Une infection des sinus ou sinusite dont la douleur s’accentue quand on se penche en avant

Une grippe ou syndrome grippal

Une infection dentaire non soignée

Un abus d’alcool ou alimentaire (repas très riche, plutôt gras et pris de façon inhabituelle)

Un manque de sommeil (l’apnée du sommeil est un facteur déclenchant des maux de tête chroniques)

Des douleurs pendant les règles

Une insolation ou un coup de chaleur

Une fatigue visuelle lorsqu’on fixe par exemple un écran d’ordinateur ou la télévision trop longtemps

Des verres correcteurs mal adaptés, parfois une divergence ou convergence oculaire qu’il faut corriger par des séances adaptées chez l’orthoptiste, très efficaces !
Etc.

La fuite, donc, c’est s’allonger au frais dans la pénombre, un gant frais et humide (éventuellement imprégné d'hydrolat de lavande vraie) posé sur le front. Avec généralement de bons résultats. Dans une etude de 1986, 71 % des patients qui utilisaient une poche de glace ont ete soulages, et la moitie d’entre eux ont declare que leur douleur avait immediatement diminué [1].

En phytothérapie, choisissez des plantes contenant des dérivés salicylés (saule blanc, ulmaire ou reine des prés en gélule, 1 gélule 3 à 4 fois par jour) associées à des plantes à caféine (thé, maté, guarana, Kola…), mais aussi des huiles essentielles sédatives comme lavande, marjolaine à coquilles, camomille romaine, ylang ylang…

L’huile essentielle de menthe poivrée est également efficace pour un massage du front, du lobe des oreilles, des tempes et de la nuque.

Et maintenant, que faire face à la vraie torture : la migraine.
Symptômes impressionnants des vraies migraines
La migraine vient du grec êmikranion, qui veut dire demi-crâne. Les migraines se manifestent par des douleurs lancinantes du côté droit ou gauche de la tête, parfois pendant des heures, voire des jours…

La douleur sourde augmente petit à petit jusqu’à atteindre toute la tête. Elle est pulsatile (avec des battements) : c’est l’horrible toc-toc, cette sensation de « clou » qui s’enfonce et peut s’accompagner de nausées, de vomissements, de photophobie (la personne ne supporte plus la lumière).

Certains symptômes sont plus impressionnants encore, comme des hallucinations auditives, ou encore des paresthésies (fourmillements, picotements) au niveau du visage, bras, mains, jambes… Certains patients sont si inquiets que les médecins font parfois effectuer un scanner pour les tranquilliser et éliminer l'hypothèse d'une tumeur ou d'une ischémie (vaisseau bouché).

Vous voyez ce que je vous disais au début de cette lettre : la migraine, ce n’est pas un « petit bobo ».
Lorsqu’elle arrive, vous pouvez faire la même chose qu’en cas de céphalée : commencer par rester allongé dans une demi-obscurité, appliquer une vessie de glace (cela resserre les vaisseaux) là où vous avez mal, masser les tempes, le dos, et surtout essayer de repérer le « déclencheur » pour mieux agir en conséquence :
Le cycle menstruel : avant les règles à cause des variations hormonales – on parle alors de migraines cataméniales (il se produit une baisse du taux d’œstrogènes)

Les facteurs psychologiques : soucis, surmenage entraînant du stress

Les facteurs physiques : efforts physiques ou intellectuels entraînant une forte fatigue

Excès ou manque de sommeil, décalage horaire

Facteurs environnants : vent, froid ou brusque variation de température, luminosité…

Odeurs fortes, parfums…

Facteurs alimentaires :
• Allergies alimentaires : œufs, chocolat, fraises, fruits de mer, charcuteries, alcools ; repas trop riches, jeûne de longue durée, changement de rythme alimentaire…

• Aliments contenant de la tyramine comme la banane, le chocolat et certains fromages ; mais aussi les sulfites que l’on trouve dans le vin comme agent de conservation, et le glutamate de sodium très utilisé comme exhausteur de goût, en particulier dans l’alimentation asiatique.

• Gluten et lactose : une eÌtude de 2001 menée à l’hôpital de Sheffield, au Royaume-Uni, sur un petit nombre de personnes sensibles au gluten a reÌveÌleÌ que la plupart souffrent depuis longtemps de maux de teÌte. Lorsqu’un reÌgime sans gluten a eÌteÌ instaureÌ chez 9 de ces patients, 7 ont immeÌdiatement arreÌteÌ de souffrir et les 2 autres ont dit ressentir des améliorations [2]. Des chercheurs de l’université de Cardiff ont relevé pendant 48 heures les symptômes de l’intolérance au lactose chez 133 patients après que chacun d’eux eût reçu 50 g de lactose, soit l’équivalent de ce que contient un litre de lait. Résultat : on trouve des maux de tête dans 86 % des cas.

Revoir son alimentation, c’est aussi s’interroger sur d’éventuels déficits, en magnésium notamment (qui pourrait expliquer les migraines des femmes qui souffrent de syndrome prémenstruel). On trouve du magnésium dans les légumes verts et secs, les oléagineux, les céréales complètes. Contre les migraines, une cure de trois à quatre mois est nécessaire avant de voir une amélioration.

Autres nutriments à considérer, les vitamines du groupe B et notamment la B2 ou riboflavine, qui intervient dans la production cellulaire d’énergie. Les cellules nerveuses des migraineux pourraient souffrir d’un défaut dans cette production d’énergie, d’où l’idée d’utiliser des suppléments pour améliorer l’efficacité des centrales énergétiques cellulaires (les mitochondries).

Dans une étude contrôlée, la riboflavine à la dose (élevée) de 400 mg/j pendant 3 mois a divisé par deux la fréquence des attaques de migraine, alors que la diminution n’était que de 15 % dans le groupe placebo [3].

Mais quelle que soit la cause de la migraine, il y a une plante qu’il faut absolument découvrir.

80 % de soulagement avec cette plante

La partenelle (Tanacetum parthenium) est également connue sous le nom de grande camomille. Mais avant de vous écrire cette phrase très académique, je trouvais personnellement qu’elle ressemblait à une « super marguerite », avec son beau coussin jaune et ses pétales blanc lumineux.

Je dis super car ses « sommités fleuries » contiennent une substance, le parthénolide, dont on comprend aujourd’hui le rôle étonnant de prévention des crises migraineuses. C’est simple, et fascinant :

Revenons une seconde sur le mécanisme de la migraine : à la suite d’un facteur favorisant (stress, émotion, aliments, cycle menstruel…) il y a libération de sérotonine, qui induit une alternance de contractions et de dilatations des petites artères cérébrales à l’origine de la douleur. Le parthénolide, lui, bloque la libération de sérotonine et prévient ainsi la crise.

Un traitement sur 3 mois permet de diminuer nettement la fréquence et l’intensité des migraines.

Posologie : 2 gélules de partenelle ou 5 ml (1 cuillerée à café) d’EPS (extrait phytostandardisé) dans une tisane de sauge tous les matins pendant 3 mois [4]. De nombreux médecins phytothérapeutes l’utilisent avec 80 % d’effets positifs si le traitement est poursuivi assez longtemps.

Guy de Maupassant parlait de la migraine avec ces mots : « La migraine qui broie la tête, rend fou, égare les idées et disperse la mémoire ainsi qu'une poussière au vent, la migraine m’avait saisi. Pendant dix heures, j’ai dû endurer le supplice contre lequel il n’est point de remède. »

Point de remède ? Il est vrai qu’il n’était pas abonné à PureSanté .
Plus sérieusement, j’espère que ces informations seront utiles à ceux qui sont régulièrement confrontés aux migraines. Et qu’aux autres, ceux qui ont la chance d’avoir la tête libre et tranquille, elles feront mieux comprendre à quel point ce n’est pas un mal exagéré.

Santé !

Gabriel Combris

Sources :
[1] Diamond S, Freitag FG. Cold as an adjunctive therapy for headache. Postgrad Med. 1986 Jan;79(1):305-9. PubMed PMID: 3941818.

[2] Hadjivassiliou M, Grünewald RA, Lawden M, Davies-Jones GA, Powell T, Smith CM. Headache and CNS white matter abnormalities associated with gluten sensitivity. Neurology. 2001 Feb 13;56(3):385-8. PubMed PMID: 11171906.

[3] Schoenen J, Lenaerts M, Bastings E. High dose riboflavin as a prophylactic treatment of migraine: results of an open pilot study. Cephalagia 1994;14: 328-329

[4] Contre-indications : femmes enceintes et allaitantes.



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

PureSanté est un service d'information gratuit de SNI Editions.
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France



mais aussi
source https://www.pure-sante.info/acne-ne-mettez-monsanto-visage/
Flash
++ La lavande contre la migraine.
Dans une nouvelle étude sur des personnes migraineuses, un traitement à l’huile essentielle de lavande diminuerait la fréquence et l’intensité des crises.

On peut utiliser l’huile essentielle en inhalation quotidienne de 15 minutes, mais dans l’étude les chercheurs ont obtenu d’excellents résultats en faisant avaler 10 gouttes d’huile diluées dans un verre d’eau chaque soir.

Dans cette étude c’est la Lavande Stoechas qui a été utilisée [20].
source [20] Shahram Rafie, Forough Namjoyan, Fereshteh Golfakhrabadi, Fatemeh Yousefbeyk, Alireza Hassanzadeh. Effect of lavender essential oil as a prophylactic therapy for migraine: A randomized controlled clinical trial. Journal of Herbal Medicine, Available online 14 January 2016.



Dernière édition par Libellule le Dim 19 Mar 2017 - 22:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Moa

avatar

Messages : 540
Date d'inscription : 05/02/2011

MessageSujet: Re: Réflexions pour prendre soin de soi et de sa santé   Ven 24 Fév 2017 - 15:43



source https://www.santenatureinnovation.com/la-prison-invisible-autour-de-nous/

Chère lectrice, cher lecteur,
Imaginez-vous dans une prison glaciale et humide.

Votre seul moyen d’en sortir est de résoudre une énigme soumise par le gardien.

Il vous a donné un crayon et un papier avec la figure suivante :
* * *
* * *
* * *
Vous devez relier les neuf points en ne traçant que quatre traits droits, sans soulever le crayon.

Les quatre traits doivent donc se toucher. Vous ne pouvez repasser sur un trait que vous avez déjà fait.

Bon courage. Vous avez l’éternité devant vous.

Si vous réussissez, à vous la liberté et le bonheur. Sinon, vous resterez pour toujours enfermé dans cette cellule froide face à votre crayon et votre feuille de papier.

Je vous invite à essayer. La solution se trouve en bas de ce message électronique. Ne descendez pas tout de suite si vous souhaitez trouver par vous-même.

Pourquoi ce test est à l’image de la vie en général
Vous pouvez essayer en tous sens, vous ne pouvez réussir que si vous vous affranchissez des contraintes et limites que vous vous imposez à vous-même.

La seule solution est de penser plus grand, plus large. De voir plus loin que les idées et préjugés que vous avez vous-même créés.

Il m’arrive de recevoir des commentaires désabusés d’internautes qui affirment rejeter toutes les solutions des médecines naturelles : « Remèdes de bonnes femmes ! », disent-ils.

Dès qu’on creuse, on s’aperçoit que ces personnes n’ont pas réellement étudié la santé naturelle.
Elles ont parcouru des articles, en privilégiant les sujets les plus polémiques, les plus controversés. Elles sont allées chercher sur Internet, où l’on trouve de tout, les informations qui les arrangeaient pour conforter une opinion négative qu’elles avaient déjà a priori.

Et elles ont fébrilement évité de se mettre dans la position inconfortable où il aurait fallu se poser des questions, réfléchir, douter.

Moyennant quoi, elles ont gardé leur certitude mais elles ont aussi gardé leurs problèmes de santé, si elles en avaient.

Cette attitude n’est pas raisonnable. Mais elle est fréquente.

Parce que remettre en cause nos habitudes est dur, pénible.
Nous avons l’impression de contrôler notre cerveau mais celui-ci est à 99 % sur « pilote-automatique ». Il reproduit les mêmes pensées, selon des schémas que nous nous sommes créés des années, des décennies plus tôt.

Confronté à une situation nouvelle, il va essayer d’appliquer les mêmes recettes, celles qui marchaient autrefois, celles qui correspondaient à la situation d’autrefois.

Mais le monde change. Les savoirs évoluent. Les lignes bougent.

Surtout, le monde est plus complexe qu’il n’y paraît. Il offre plus de solutions que notre imagination ne peut en concevoir.

Avoir conscience de ses limites, faire confiance au monde qui nous entoure et aux possibilités qu’il recèle, est une des capacités les plus importantes qui explique la différence entre les personnes à succès et celles qui se résignent à une existence ennuyeuse et triste.

« Y a une erreur dans l’énoncé »
Nous le savons, et pourtant il est toujours étonnant de constater la vitesse à laquelle nous concluons qu’il n’y a « pas de solution » à un problème. Pire, nous avons une aptitude incroyable à en conclure qu’il y a une « erreur dans l’énoncé ».

« On me demande la solution à ce problème mais c’est clair, il y a une erreur dans l’énoncé, parce que j’ai bien réfléchi et je ne vois pas de solution. »

Il est vrai qu’il arrive parfois (dans 0,001 % des cas aux épreuves du Baccalauréat), qu’il y ait une erreur dans l’énoncé. Cela s’est vu.

Mais c’est l’exception qui confirme la règle. Tant de fois, c’est l’élève, ou nous-même, qui avons cru à une erreur, à un « piège », alors qu’il n’y avait ni erreur ni piège, mais une simple difficulté de notre part à trouver la solution.

La solution de l’énigme
Le moment est venu de vous donner la solution de l’énigme : (voir sur le lien)
https://www.santenatureinnovation.com/la-prison-invisible-autour-de-nous/

Ce n’était pas compliqué mais il fallait accepter de poursuivre le trait au-delà du troisième point sur la ligne.

Nulle part il n’était dit que c’était interdit.

Et pourtant, selon les expériences faites par les psychologues, 95 % des personnes soumises à cette épreuve s’étaient auto-imposées cette contrainte… qui n’existait pas.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France

Revenir en haut Aller en bas
Moa

avatar

Messages : 540
Date d'inscription : 05/02/2011

MessageSujet: Re: Réflexions pour prendre soin de soi et de sa santé   Ven 24 Fév 2017 - 15:47

Revenir en haut Aller en bas
Moa

avatar

Messages : 540
Date d'inscription : 05/02/2011

MessageSujet: Re: Réflexions pour prendre soin de soi et de sa santé   Ven 24 Fév 2017 - 16:03



J'ai beaucoup apprécié la conclusion de Gabriel Combris, nous ne sommes pas sur terre seulement pour consommer

source https://www.pure-sante.info/jeune-secret-manchot-empereur/#respond
Jeûne : le secret du manchot empereur
Le jeune ministre de l’économie, M. Macron, à l’inauguration des soldes d’hiver, Centre commercial Baugrenelle à Paris.

C’est en observant le manchot empereur que les scientifiques ont mieux compris le jeûne.

Petite précision : le manchot ne désigne pas le personnage de cette photo, vous allez comprendre un peu plus loin pourquoi nous avons choisi ce cliché pour illustrer notre article…

Mais revenons d’abord à notre oiseau de l’Antarctique.

Il paie sa RTT au prix fort
Lorsqu’arrive la mue et le remplacement du plumage, le manchot ne peut pas plonger dans l’eau glaciale pour trouver du poisson. Il se retrouve, en quelque sorte, en RTT (Réduction du temps de travail). Sauf que dans le monde des manchots, la RTT se paie au prix fort, et voilà notre empereur contraint à un jeûne sévère qui peut se prolonger jusqu’à 4 mois et diviser son poids par deux !!!

À ce compte là, on penserait l’affaire dangereuse, voire mortelle : l’organisme puise dans ses protéines, donc dans ses muscles, pour continuer à fonctionner. Le cœur étant un muscle, il y a effectivement de quoi craindre le pire.

Mais il s’agit en réalité d’un mécanisme en plusieurs étapes, pour lequel le corps est… parfaitement programmé !!

Nous allons le résumer simplement : en premier lieu, l’organisme puise dans ses réserves de glucose, épuisées en 24 heures. Alors le métabolisme opère une transformation : les lipides (graisses) sont réquisitionnés puis transformés pour produire des corps cétoniques, venant remplacer les glucides nécessaires au fonctionnement du cerveau.

Les corps cétoniques sont la seule substance énergétique, avec le glucose, qui peut être utilisée par notre cerveau, notre cœur et nos muscles pour fonctionner [1].

Ce mécanisme a été régulièrement utile à nos ancêtres du Paléolithique qui vivaient de chasse, de pêche et de cueillette alors que les fruits, les baies ou les tubercules (des glucides) n’étaient pas disponibles toute l’année.

Et c’est ce même fonctionnement qui a rendu possible l’une des plus grandes aventures humaines : la conquête des étendues enneigées des zones nordiques où la nourriture était quasiment introuvable…

Aujourd’hui, le jeûne est reconnu par la science pour son incroyable puissance régénératrice :
Jeûner affûte les fonctions cognitives
Jeûner améliore les défenses immunitaires
Jeûner régénère la peau face à l’acné et à l’eczéma
Jeûner ralentit la croissance des tumeurs cancérogènes
Jeûner permet de perdre du poids et de mieux contrôler l’appétit
Jeûner combat le diabète
Jeûner apaise la dépression [2].
Le jeûne est une réponse formidable à toutes ces pathologies du « trop » qui délabrent nos organismes : allergies, rhumatismes, maladies auto-immunes, hypertension, diabète, cancers, dégénérescence cérébrale… Toutes ces maladies ont un lien direct avec l’alimentation ou l’exposition à des produits chimiques.

Il faut avoir conscience de cette intoxication pour accepter de se soigner par le vide, sans écouter les sirènes médicales qui se réfèrent encore à l’obligation vitale d’une alimentation trois fois par jour, riche en céréales et en produits laitiers.

Si vous voulez en savoir plus sur la force du jeûne, je vous conseille de regarder le documentaire « Le jeûne, une nouvelle thérapie », où le réalisateur, Thierry de Lestrade, nous fait découvrir les vertus du jeûne dans le traitement des maladies graves, notamment le cancer [3].

Mais c’est d’un autre type de jeûne dont je voudrais vous parler maintenant.

Le jeûne de l’esprit.

Photo du ministre : enfin l’explication…(voir sur le site)
https://www.pure-sante.info/jeune-secret-manchot-empereur/#respond

Et cela nous ramène à la photo de notre ministre de l’Économie, M. Macron, choisie pour illustrer cet article. Après tout, c’est vrai, que vient faire ce dirigeant politique, une couronne sur la tête, dans une lettre consacrée à la santé naturelle et à l’équilibre de vie ??

Eh bien, il se trouve que cette photo a été prise lors de l’inauguration des soldes d’hiver, le 6 janvier dernier, dans un centre commercial parisien.

Entre un découpage de galette et une visite à des boutiques de vêtements, les journalistes ont interrogé le ministre sur la croissance, l’emploi, les risques que font peser sur notre économie les menaces d’attentat. Et il a répondu : « Il faut consommer, sortir, vivre. [4] »

Je dois dire que c’est une phrase qui m’a longuement fait réfléchir.

Sortir, vivre, consommer… Consommer pour vivre. Consommer pour montrer qu’on est en vie. Consommer pour « soutenir l’économie » et « augmenter le produit national brut ». Consommer parce que c’est pratique, que c’est facile (enfin, quand on en a les moyens) et que ça soulage…

Je ne sais pas si vous penserez comme moi, mais il y a quelque chose dans cette réponse qui ne peut pas nous satisfaire.

Est-ce vraiment pour cette raison que nous sommes sur terre : consommer ?

Une carte bleue, un billet, une lettre au porteur, une créance, est-ce donc tout ce qui nous relie les uns aux autres ? Ou est-ce l’idée que la société de consommation obsessionnelle veut nous imposer, même inconsciemment ?

Je sais bien sûr que le commerce est indispensable, qu’il n’est pas seulement question d’argent mais aussi d’un échange de techniques, de savoirs, d’expériences, d’une façon de progresser et d’apprendre des autres.

Mais pourquoi ne prendrait-on pas, de temps à autre, exemple sur le manchot empereur, en faisant jeûner notre esprit de consommateur ?

Les religions traditionnelles elles-mêmes ont parfaitement saisi l’importance de prévoir un temps différent sur le temps habituel.

C’est le repos dominical, le « jour du Seigneur » chez les chrétiens, le shabbat du samedi avec son absence totale d’activité chez les juifs, ou encore le vendredi que les musulmans consacrent à la prière.

En Occident aujourd’hui, ce temps de repos et même de repli est de plus en plus menacé, même chez les croyants.

Et si nous décidions au contraire de le remettre au cœur de nos vies ?
Le « jeûne de consommation » (l’agriculteur Pierre Rahbi parle de « sobriété heureuse ») devient une réponse au toujours plus que notre société réclame : plus d’argent, d’efficacité, de productivité, de compétition. Toujours plus de quoi ? De nouveaux portables dans nos poches et de baskets dans nos placards ?

Jeûnons.

Apprenons à nous libérer de ce dont on n’a pas besoin. Je vous rappelle que le manchot empereur arrive à se séparer de 50 % de… lui-même ! On devrait arriver à se passer de la dernière collection de chez H&M ou du dernier I-phone !

Évidemment, ce genre de discours ne plaît pas à tout le monde. « Naïfs ! Décroissants ! Irresponsables ! » répondent les gens sérieux, les prévisionnistes, les analystes financiers.

Ou simplement les gloutons.

Mais tant pis. Comme il est bon de jeûner pour la santé de notre corps, je suis convaincu qu’il est excellent aussi de jeûner pour l’équilibre de notre esprit.

Alors oui, cela requiert de faire un effort. Cela demande d’aller chercher dans la relation à l’autre, dans des amitiés sincères, dans des rapports de chair et d’os, dans le silence, la méditation ou la prière, la plénitude que la consommation ne donnera jamais.

Santé !

Gabriel Combris

Sources :
[1] Hemingway C, Freeman JM, Pillas DJ, Pyzik PL. The ketogenic diet: a 3- to 6-year follow up of 150 children enrolled prospectively. Pediatrics. 2001;108:898–905.Kossoff E. The fat is in the fire: ketogenic diet for refractory status epilepticus. Epilepsy Curr 2011; 11: 88–89.

[2] Comment jeûner ?
https://www.neo-nutrition.net/comment-jeuner/

[3] Le jeûne, une nouvelle thérapie ?
https://www.youtube.com/watch?v=V2rY0hD8NXI

[4] Macron : «Il faut consommer, sortir, vivre !»
http://video.lefigaro.fr/figaro/video/macron-il-faut-consommer-sortir-vivre/4687454480001/



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

PureSanté est un service d'information gratuit de SNI Editions.
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France

Revenir en haut Aller en bas
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2625
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Réflexions pour prendre soin de soi et de sa santé   Sam 25 Fév 2017 - 17:38



source https://www.pure-sante.info/cest-quavec-nom-pareil/
C’est sûr qu’avec un nom pareil…
Par Gabriel Combris/28 octobre 2016
Quel drôle de nom : la coenzyme Q10…
On dirait une planète éloignée, un peu comme l’astéroïde B612 d’où débarque le Petit Prince. Ou un personnage de La Guerre des étoiles, le genre C-3P0 ou R2D2.

Les scientifiques, il faut le dire, ont un peu manqué de sens de la formule lorsqu’ils ont décidé de nommer ainsi cette molécule, également connue sous le nom d’ubiquinone (décidément !).

Le résultat, c’est que tout le monde a entendu parler de la vitamine D, du magnésium ou du zinc, mais alors la coenzyme Q10…inconnue au bataillon (ou presque) !

Et c’est TRÈS dommage.

Car la coenzyme Q10 est une molécule antioxydante qui joue un rôle clé dans la production d’énergie.

Plus un organe a besoin d’énergie, plus ses tissus ont besoin d’un fort taux de coenzyme Q10. Ce composé est en partie apporté par l’alimentation (viande : cœurs de bœuf et de poulet notamment, poissons, huiles de soja et de canola, chou-fleur, épinards, oranges etc.) et également synthétisé par notre organisme. Nos taux sanguins de coenzyme Q10 diminuent naturellement avec l’âge, à partir de 25 ans.

Ce sont les Japonais qui ont été les premiers à compléter leur alimentation en coenzyme Q10, en particulier pour les personnes touchées par des problèmes cardiaques.

Les premiers essais d’extraction sur des cœurs de bœuf furent très couteux. Mais à partir des années 70, ils trouvèrent une manière de produire la coenzyme de manière naturelle, en faisant fermenter de la betterave et de la canne à sucre dans des souches spécifiques de levures.

La Super puissante Coenzyme Q10
Le déficit profond en coenzyme Q10 est rare, il ne concerne qu’une maladie génétique rarissime dans laquelle la production de coenzyme Q10 dans l’organisme est nulle. On observe alors des problèmes musculaires et nerveux.

Mais les chercheurs ont identifié plusieurs maladies qui pourraient être provoquées par un déficit chronique en coenzyme Q10, et d’autres qui peuvent être notoirement améliorées par une supplémentation :
-En cas d’insuffisance cardiaque (infarctus) qui se caractérise par une grande fatigue et une gêne respiratoire. 50 à 75 % des patients cardiaques manquent de CoQ10 [1]. Le cœur ne pompe pas assez de sang pour irriguer tout l’organisme. La coenzyme Q10 améliore la production d’énergie du cœur et bloque ainsi le cercle vicieux de l’insuffisance cardiaque. La coenzyme Q10 est aujourd’hui communément prescrite en adjuvant aux traitements classiques (inhibiteur ACE, bêtabloquants) au Japon, en Russie, en Israël. Dans une méta-analyse de 2005 [2], elle allongerait la durée de vie des patients de 3 ans. La dose recommandée est de 100 à 300 mg par jour.

-En cas de maladie de Lapeyronie : cette pathologie, qui provoque des déformations du pénis accompagnées de douleurs, n’a pas de traitement médical réellement efficace. La coenzyme Q10 semble être une des substances les plus prometteuses pour les malades, avec 89 % de personnes améliorées après 24 semaines de traitement, à la dose de 300 mg par jour [3].

-En cas d’hypertension artérielle. La coenzyme Q10 est parmi les traitements non médicamenteux les plus efficaces de l’hypertension artérielle, sans effet secondaire. Une méta-analyse [4] datant de 2007 montre que la prise journalière de coenzymes Q10, avec des dosages allant de 34 mg à 225 mg par jour, pouvait faire baisser la pression au moment de la contraction du cœur (pression systolique) de 11 à 17 mm Hg, et celle au moment du relâchement du muscle cardiaque (pression diastolique) d’environ 8 mm Hg. La CoQ10 ne peut pas se substituer au traitement contre l’hypertension mais elle peut permettre d’en abaisser les doses et minimiser ainsi les effets secondaires. Cet ajustement entre les dosages doit être fait par un médecin.

-Avec les médicaments anticholestérol : si malgré les nombreux effets secondaires qu’elles entraînent [5] vous prenez des statines, alors n’oubliez pas de prendre aussi de la coenzyme Q10 ! En effet, les statines diminuent fortement la synthèse de coenzyme Q10 dans l’organisme, ce qui occasionne fatigue, douleurs musculaires et effets secondaires divers… [6]

-En cas de sclérose en plaques : la maladie s’accompagne souvent d’une profonde fatigue et d’une dépression qui sont la conséquence directe des attaques neurologiques rencontrées dans la maladie (et pas simplement du fait « d’être malade” »). Des chercheurs ont ainsi montré que la coenzyme Q10, qui agit en soutenant l’activité énergétique des neurones, était très efficace pour diminuer la fatigue et les symptômes de dépression de cette maladie. La dose conseillée est de 500 mg par jour (par exemple 200 mg le matin, 200 mg le midi et 100 mg le soir) [7]  [8].
A lire aussi aujourd’hui, d’autres informations issues de la recherche en santé naturelle :

Sciatique, force d’intervention rapide
Ce qu’on appelle « sciatique » est en fait une inflammation du nerf sciatique, le nerf qui relie la moelle épinière aux muscles de la jambe et en particulier du mollet. Lorsque le nerf est compressé au niveau des vertèbres, cela crée des douleurs fulgurantes qui peuvent parfois paralyser la jambe entière.

L’huile essentielle de gaulthérie couchée (Gaultheria procumbens) est probablement la plus efficace pour réduire les douleurs liées à l’inflammation.

Elle contient une molécule qu’on peut apparenter à l’aspirine, le salicylate de méthyle, qui fait d’elle un antidouleur hors pair qui pénètre la peau.

Diluez l’huile essentielle de gaulthérie couchée dans une huile végétale avant de l’utiliser. Vous pouvez compter 8 gouttes d’huile essentielle pour 1 cuillerée à café d’huile végétale.

Massez les vertèbres lombaires (dans le bas du dos) avec cette lotion en cas de douleurs aiguës.

Ne sautez pas dans ce bain toxique !
Le point commun entre les M&M’s, les Mentos, les chewing-gums Hollywood, Freedent, Malabar mais aussi les gâteaux LU, les raviolis Panzani, le hachis parmentier William Saurin, les blanquettes de veau Leader Price et encore beaucoup d’autres produits ?

Leurs fabricants leur ont fait prendre le même bain toxique, à base de dioxyde de titane, utilisé pour stabiliser les couleurs des aliments. Les dentifrices sont aussi désormais plus blancs, plus brillants, grâce à cet additif magique.

Aujourd’hui on en retrouve aussi sous forme de nanoparticules dans les compléments alimentaires et même dans certains médicaments.

Il n’existe à l’heure actuelle aucune étude scientifique qui puisse statuer sur la toxicité des nanoparticules de dioxyde de titane.

MAIS…

Leurs effets in vitro et in vivo sur les animaux de laboratoire (rats, cochons, etc.) font froid dans le dos. Et dans les jambes, et partout ailleurs !

Une étude américaine de 2009 sur des souris vivantes a montré que ces nanoparticules causent un stress oxydatif et une réaction inflammatoire qui peut aller jusqu’à casser l’hélice de l’ADN [9].

Cette réaction inflammatoire a aussi été notée au niveau des poumons [10], de la bouche et des intestins [11].

Les chercheurs ont montré qu’à dose massive (au-delà de 5 microgrammes par millilitre), les particules peuvent endommager la barrière hémo-encéphalique du cerveau avec, à la clé, dérégulation des cellules et apoptose (la mort cellulaire).

Bien sûr, l’homme n’est ni un rat ni un cochon, il est donc difficile de conclure à partir de ces seuls éléments. Et c’est ce qui fait les affaires des industriels. Mais les nôtres ?

Personnellement, je dirais qu’en attendant d’en savoir plus (dans 10, 15 ou 20 ans) sur la toxicité du dioxyde de titane, on peut s’abstenir.

Alors notez bien également son « nom de scène », celui qu’on trouve sur les emballages pour mieux cacher sa vraie identité : E 171.

Ces légumes qui font vraiment maigrir
Vous voulez savoir tout de suite de qui il s’agit ?

Un peu de patience, il faut d’abord comprendre pourquoi ça marche.

Les plantes ont en effet la capacité de transformer l’énergie du soleil en énergie organique grâce à des composés spéciaux, les thylakoïdes.

Des chercheurs [12] ont découvert que ces derniers avaient une autre propriété : celle de ralentir la digestion des graisses alimentaires et ainsi de mieux couper la faim.

Leur effet a été testé sur des volontaires : après un repas riche en épinards, un légume à forte concentration en thylakoïdes, l’appétit se trouve limité lors du repas suivant.

En plus d’être intéressants pour la santé (antioxydants notamment), les légumes verts à feuilles (épinards, blettes, choux, navets, etc.) permettraient donc de perdre du poids. C’est ce qui s’appelle faire d’une pierre deux c(h)oups :-).

Et n’oubliez pas le dicton : Suis ton cœur, mais prends ton cerveau avec toi.

Santé !

Gabriel Combris



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

PureSanté est un service d'information gratuit de SNI Editions.
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France



Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réflexions pour prendre soin de soi et de sa santé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réflexions pour prendre soin de soi et de sa santé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 11 ... 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» [RCT3] Quel logiciel faut-il pour prendre des photos et videos sur rct3
» CONSEILS pour les mises en vente
» Flight Case pour l'avion
» Un Netbook qui va bien
» La caisse claire et ses copains les toms

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: SANTE, BEAUTE :: SANTE- DIETETIQUE- HYGIENE- BEAUTE--
Sauter vers: