Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Semis, bouturage, marcottage (à ranger)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Semis, bouturage, marcottage (à ranger)   Ven 4 Juil 2014 - 16:43



Voila un premier site avec des graines pour semis
source http://kokopelli-semences.fr/
Semences potagères et aromatiques Bios, libres de droit et reproductibles (non-hybrides F1 et non-OGM)
Kokopelli, Pour la Libération de la Semence et de l’Humus

Présentation de l’association
KKokopelli est une association à but non lucratif, fondée en 1999 par Dominique et Sofy Guillet, qui a pris le relais de Terre de Semences et du Jardin Botanique de la Mhotte fondés, dans l'Allier, respectivement en 1992 et en 1994.

Les militants de l’association œuvrent pour la Libération de la Semence et de l’Humus et la Protection de la Biodiversité alimentaire, en rassemblant tous ceux et toutes celles qui souhaitent préserver le droit de semer librement des semences potagères et céréalières, de variétés anciennes ou modernes, libres de droits et reproductibles. Et en rassemblant aussi tous ceux et toutes celles qui souhaitent chuchoter, à l’oreille de leurs voisins, les recettes des purins de plantes (ortie, prêle...) et d'autres ingrédients naturels et peu onéreux, sans se voir accuser de concurrence déloyale envers les multinationales vendeuses de poisons, celles qui s'auto-qualifient de "sciences de la vie", celles-là même qui détruisent inexorablement et impunément la biosphère, incluant l'humanité, depuis des dizaines d'années, celles-là même qui ont fait de notre belle planète, la Terre, une poubelle génératrice de cancers.

La Semence
C’est grâce à notre propre réseau de producteurs et avec la participation active des adhérents, parrains et marraines, que nous maintenons une collection planétaire unique de plus de 2200 variétés, à savoir plus de 650 variétés de tomates, près de 200 variétés de piments, 150 variétés de courges...

L’association propose ainsi deux gammes de semences :
- la gamme Boutique, avec 1700 variétés de plantes potagères, céréalières, médicinales, condimentaires et ornementales. La très grande majorité des semences de cette gamme est produite en France par nos producteurs professionnels certifiés en Agriculture Biologique. Le reste provient de Suisse, d'Italie ou des USA.
- la gamme Collection rassemble des centaines de variétés très peu cultivées, peu connues et parfois en voie de disparition. Les semences de cette gamme sont produites par nos adhérents jardiniers et jardinières. Elles sont offertes aux membres “Actif” et “Bienfaiteur” de l’association. Cette gamme n’est accessible que sur demande au siège de l’association.

L’Humus
En organisant, plusieurs fois par année, des stages et des séminaires sur différents thèmes de l’agro-écologie, nous espérons réintroduire les vrais valeurs agricoles et jardinières et libérer, ainsi, l’humus en libérant la Terre de la tyrannie des techniques d’agricultures modernes toxiques.
Nous proposons, également, dans notre boutique plusieurs ouvrages sur les différentes techniques de culture génératrices de sol fertile.

Notre champ d’action ne se limite néanmoins pas à la préservation des variétés libres : nous intervenons de part et d’autre du globe, pour aider les paysans du monde à retrouver leur autonomie semencière confisquée par les vendeurs de poisons. C’est ainsi que, dans le cadre de notre campagne “Semences sans Frontières”, nous distribuons gratuitement et annuellement près de 350 colis de Semences de Vie aux communautés rurales, associations ou ONGs qui nous en font la demande.

Ces semences sont produites — dans la plupart des cas — par les adhérents de l’association Kokopelli via notre campagne de “Parrainage”, soutenant ainsi la création de jardins de production de semences amateurs, de réseaux de semences paysannes et de centres de conservations.

Afin de guider les jardiniers, l’association propose l’ouvrage de Dominique GUILLET intitulé “Semences de Kokopelli”, un manuel de production de semences pour le jardin familial avec des informations détaillées permettant aux jardiniers et maraîchers de produire leurs propres semences en toute pureté variétale.



 source http://plandejardin-jardinbiologique.com/bouturage.html
Les boutures
Le bouturage est le mode de multiplication des plantes le plus simple pour obtenir des plants ayant les mêmes caractères que le pied-mère.

Il existe plusieurs types de boutures:
-bouture herbacée :
rameaux de plantes non ligneuses en aout et début septembre

-bouture sur bois de l’année :
rameaux de l’année de mai à juillet. Elles s’enracinent rapidement.

-bouture semi-aouté :
pousse de l’année dont la base est aoutée et le sommet de la tige en croissance (été et fin d’été)

-bouture aouté :
rameaux dormants à la fin de l’automne, en hiver ou au début du printemps.

-bouture à l’étouffé :
Si cette méthode permet de bouturer, quelque soit l’époque, elle demande une  bonne surveillance car, et c’est le but, le taux d’humidité peut atteindre 100% . Les risques de pourriture sont donc grands. Pensez à aérer vos boutures tous les 3 ou 4 jours. L’enracinement est en principe très rapide.

-bouture de feuille :
feuille de certains bégonias rex, de saintpaulia que l’on positionne face sur le substrat et dont on sectionne les nervures principales. Attention aux arrosages excessifs, préférez la brumisation. Le papyrus lui se bouture dans l’eau

-Quelles plantes bouturer ?
Toutes les plantes peuvent être bouturées à partir d’un morceau de tige, de racines ou même de feuilles. (à savoir : les hormones naturelles d’enracinement se trouvent en plus grande quantité près des attaches de  feuilles et les embranchements de rameaux)

-Comment piquer les boutures ?
Le mélange terreux sera composé d’une part de tourbe, une part de vermiculite et d’une part de terreau de rempotage celui-ci permettant aux boutures de rester plus longtemps avant leur rempotage (n’employez pas d’hormones de bouturage car souvent son excès provoque la pourriture,  employez là pour les boutures difficiles telles que les conifères, secouez bien vos boutures après pour enlever la poudre en trop). Le terreau doit être parfaitement sain, ne prenez que des terreaux de bonne qualité. Avant de remplir vos contenants vous devrez, la veille les désinfecter minutieusement (javel diluée)

Prenez des récipients assez profonds (préférence pour les caissettes en polystyrène à poisson), remplissez les à 5 mm du bord et tassez le terreau à l’aide d’une planchette (ou mieux une petite taloche de maçon )

Ensuite arrosez vos caissettes la veille, puis piquez vos boutures en faisant un  trou avec un petit morceau de bois du diamètre d’un crayon. Votre terreau étant déjà humide arrosez les boutures à l’aide d’un brumisateur.

Traitez les boutures régulièrement contre la pourriture avec un fongicide

-Où placer vos caissettes de boutures ?
Vous devez les placer dans un endroit très éclairé, mais à  l’abri total du soleil direct.
Soit vous les laissez à l’air libre ou vous pouvez les placer sous un petit tunnel à l’étouffé (mais attention à la condensation )

-L’enracinement :
L’enracinement, si toutes ces conditions sont réunies, se fera en quelques jours ou plusieurs semaines pour les conifères. Surtout soyez patient n’arrachez pas une bouture pour voir si elle est enracinée car vous l’aurez endommagée définitivement. Attendez le démarrage de la végétation, signe de reprise de vos boutures.

 

Bouturage des saxifrages, sedum, arabette et ibéris
 http://www.rustica.fr/articles-jardin/fleurs/bouturage-saxifrages-sedum-arabette-et-iberis,2822.html



 source http://www.jardinage.net/jardinage-pratique/?id=le-bouturage-des-plantes-d-interieur
Le bouturage des plantes d'intérieur
Par Albert Mondor

Pour multiplier nos plantes d'intérieur, le bouturage demeure une technique à la portée de tous, facile, rapide et économique. Voici comment procéder avec des plantes à jeunes tiges, à tiges longues et à tiges succulentes.

Bouturage des jeunes tiges
De nombreuses plantes d'intérieur, souvent cultivées en pots à l'extérieur durant l'été, telles que les bougainvillées (Bougainvillea), les pélargoniums (Pelargonium), aussi appelés géraniums, les lantanas (Lantana camara), les lauriers (Nerium oleander), les marguerites arbustives (Argyranthemum frutescens), les coléus (Solenostemon scutellarioides), les fuchsias (Fuchsia) et les hibiscus (Hibiscus), peuvent être facilement propagées par bouturage de leurs pousses terminales. On prélève les jeunes pousses tendres non lignifiées qui sont situées à l'extrémité des tiges et qui ne portent pas de fleurs, soit à la fin de l'été, au moment de rentrer les plantes à l'intérieur, soit de la mi-février à la mi-avril.



Dernière édition par Libellule le Ven 27 Jan 2017 - 23:23, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Semis, bouturage, marcottage (à ranger)   Lun 6 Oct 2014 - 1:18

 source http://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/ananas-plantation.php
Une fois mangé, voilà un fruit qu'on peut facilement recycler en plante d'intérieur pour peu que l'on soit un peu patient. Selon les conditions de culture, tous les ananas replantés ne donneront pas forcément de fruit. Mais rien que le panache exotique de sa touffe verte vaut le coup de tenter l'essai!
Dans l'eau ou dans le terreau, deux écoles
Une fois dégusté, le mieux est de libérer la couronne de feuilles de la chair restante. Ou bien de tourner directement cette couronne sur elle-même pour la détacher du fruit, et ensuite... de déguster!  Certains jardiniers, conseillent aussi d'enlever la première rangée de feuilles pour permettre une ramification plus facile.

Dès lors deux méthodes peuvent s'appliquer.
La première, la plus rapide,  est de disposer la couronne d'ananas dans un verre d'eau. Une fois les racines formées à la base du "tronc", il sera possible de le planter directement en terre.
  Les plus patients d'entre nous pourront plutôt choisir de déposer directement le haut de l'ananas ( toujours sans chair) dans  un terreau préalablement humidifié.

Dans les deux cas, il est conseillé de couper légèrement le bout des feuilles afin de ne pas fatiguer la plante outre mesure lors de la reprise. Cette méthode qui peut-être appliquée pour bon nombre de boutures lui permettra d'avoir moins de surface à faire transpirer la nuit.

Arrosage et milieu de culture
L'ananas est une plante issue de la famille des broméliacées. Elle demande une humidité constante, mais surtout beaucoup de luminosité. En été, il ne faut pas hésiter à mettre le plant dehors, même en plein soleil. Sans toutefois oublier de l'arroser régulièrement car le manque d'eau retardera à coup sûr sa croissance, déjà bien longue.

En milieu tropical, la plante a besoin d'un cycle de 18 mois pour atteindre la fructification. Dans notre hémisphère, ce temps sera nettement plus long. D'autant, qu'il n'est même pas sûr qu'au final, on puisse récolter un fruit!

Néanmoins, si toutes les conditions optimales sont réunies, à savoir une température moyenne en intérieur de 18°C, une forte luminosité et un arrosage fréquent, il se peut qu'un fruit délicat se forme au sommet de la houpette de feuilles. Il sera certes d'une plus petite taille que ceux trouvés dans le commerce, mais dès qu'il commencera à avoir une couleur jaune-doré et qu'au toucher il semblera plus souple, on pourra dire qu'il sera  fin prêt à être dégusté.

Après récolte, la plante se desséchera alors complètement pour laisser place à d'autres repousses. Cependant, ce bonheur de "l'ananas maison" peut tout aussi bien se faire attendre quatre ou cinq ans! Alors patience!

>> A lire aussi : Fruit, légume, quelle différence ?

Un dernier conseil
A l'achat de l'ananas, il sera intéressant de pouvoir se procurer un fruit issu de l'agriculture biologique pour multiplier les chances d'avoir une plante saine.
Mais surtout, il sera indispensable de vérifier que le centre du "plumeau" de l'ananas n'ai pas été arraché voire brûlé avant exportation.
On peut en effet trouver dans le commerce traditionnel des ananas "brûlés" afin que la touffe de verdure ne cherche pas à puiser de l'énergie dans le fruit pour se régénérer.
Ainsi les producteurs sont sûrs de garantir au gourmand un fruit savoureux... Tout en privant les jardiniers d'une nouvelle expérience!



 source http://sweetrandomscience.blogspot.fr/2013/04/10-fruits-tropicaux-manges-10-plantes.html
10 fruits tropicaux mangés = 10 plantes tropicales à faire pousser !
Je ne sais pas s'il y a un nom pour cette manie : systématiquement recueillir les graines et les noyaux des fruits que l'on vient de manger pour tenter de faire pousser quelque chose.
Je fais ça depuis que je suis tout petit, mais ces dernières années, je donne plutôt dans les fruits exotiques.
L'hiver est la saison parfaite (oui, je sais, le printemps est sensé avoir pointé son nez frileux le mois dernier) : litchis, kiwis, mangues, papayes, dattes, fruits du dragon..
Les étales débordent de ces fruits multicolores au petit goût de paradis.
Tout ça pour dire qu'aujourd'hui, on ne va pas faire d'équations !

Je vous propose plutôt de découvrir comment simplement transformer votre appartement de 30m² en jardin botanique tropical !

Faire pousser une plante..et la garder en vie!

Le plus dur n'est pas de faire germer la graine : souvent, il suffit de la mettre en terre et d'arroser régulièrement pour voir apparaître une pousse.
Faire de cette pousse une vraie plante et la garder en vie quelques années est une autre paire de manches.
J'ai donc organisé ce petit article selon la difficulté à obtenir une belle plante qui connaîtra quelques printemps.

1 - L'avocat
Pour l'avocat, pas de soucis : ce machin pousse tout seul. D'ailleurs, avec les haricots, c'est une des plantes que l'on fait pousser à l'école, en utilisant la bonne vieille technique des allumettes : si vous ne l'avez jamais fait, réparez cette injustice au plus vite.
Il suffit de nettoyer grossièrement le noyau, d'y planter vigoureusement quelques allumettes et de faire baigner la partie basse (la plus large) dans de l'eau.
Il faut ensuite attendre quelques semaines (deux en général) que les premières racines apparaissent, en veillant à ce que le noyau ne pourrisse pas : changez l'eau régulièrement.
Attention, le noyau gonfle un peu, ne prenez pas un verre trop petit.
Vous pouvez suivre plus ou moins scrupuleusement les instructions données sur cette page
http://www.jardiner-malin.fr/fiche/avocat-avocatier.html
(ou jeter le noyau dans votre jardin et voir ce qui se passe).

Une fois lancée, la plante pousse à une vitesse fulgurante. En quelques mois, elle peut atteindre plus d'un mètre.
Le problème c'est qu'elle pousse droit comme un I, en distribuant régulièrement les feuilles.
Pour l'aider à se ramifier, il faut tailler la plante : laissez quelques paires de feuilles (au moins une paire) et coupez la tige principale à environ 1 cm au dessus de la dernière paire.
La tige se divise alors en deux branches que vous pouvez tailler de la même façon par la suite.
Vous pouvez ainsi façonner la plante à votre goût.
Arrosez copieusement et mettez la plante à la lumière, si ce n'est au soleil.
Pensez également à changer le pot de temps en temps !
Vous pouvez sortir l'avocatier dès que les températures se font douces, ou même, si vous êtes assez veinards pour habiter une région chaude, le planter dans votre jardin.
Il vous faudra de la patience et beaucoup de soleil pour récolter les premiers fruits (comptez 8 ans dans le meilleur des cas).
Sachez aussi que certaines variétés sont auto-fertiles, d'autres non ; si vous avez pour ambition d’inonder le marché avec votre production, choisissez mieux que moi le noyau que vous planterez !

2 - Le citron vert
Comme pour l'avocat, il suffit de récupérer quelques pépins pour faire pousser une jolie plante. Bien sûr, ça marche aussi avec les citrons normaux, les oranges, les pamplemousses et les clémentines.
Vous serez peut-être tentés par des variétés plus exotiques, comme le kaffir thaïlandais, le cédrat, le kumquat ou le célèbre citron cobawa.
Si ça ne vous dit rien, regardez cette page !
http://exploratricedesaveurs.com/2009/10/17/beau-comme-un-citron-baches/
Plantez ceux que vous préférez, j'ai choisi le citron vert car, dans mon expérience du moins, c'est la plante qui connait le développement le plus rapide en appartement.
A vrai dire, elle pousse même un peu trop vite, j'ai du tailler les branches, pour favoriser l'apparition de ramifications et donner une forme à l'arbuste.
Le tronc boisé apparait très tôt, et il faut, le cœur serré, se résoudre à éliminer les branche basses.
Une fois en terre (en intérieur ou en extérieur), il faut arroser régulièrement pour déclencher la germination.
Vous trouverez en ligne quantité de tutoriels
http://mag.plantes-et-jardins.com/conseils-de-jardinage/fiches-conseils/planter-les-agrumes-orangers-citronniers
mais, comme pour l'avocat, inutile d'y mettre trop d'efforts.
La plante pousse moins vite que l'avocatier, mais ses tiges sont plus robustes.
Faites attention au gel, rentrez la plante durant l'hiver les premières années.
Pour le reste, les conseils habituels sont de rigueur.
Il faudra aussi attendre pour avoir des fruits comestibles, au moins cinq ans !
Dans l'intervalle, vous apprécierez sans doute le parfum délicat du feuillage et des fleurs.

3 - Les dattes
http://alsacepalmiers.skyrock.com/584336406-palmier-dattier.html
Un dattier plus âgé
Ah! Ça commence à devenir intéressant !
Pas la peine d'acheter 3 noyaux à 4,95 € chez Truffaut.
Gardez quelques noyaux de dattes (fraîches, séchées ou gluantes de sucre, ça ne change rien) et plantez les directement dans un pot qui doit être au chaud (en intérieur donc quand on habite Paris).
Il faut parfois attendre jusqu'à deux mois pour voir pousser le dattier, mais ça vaut la peine.
La croissance du dattier est lente, surtout en appartement.
Les premières années, il ne supporte pas bien l'exposition directe au soleil.
En grandissant, il changera d'avis.
Sortez-le alors dès que possible (quand il fait un peu plus de 7-8 degrés) pour qu'il profite pleinement de la lumière du jour.
Il atteint quand même une taille respectable au bout d'une dizaine d'années et peut être planté en terre si vous habitez le sud de la France.
N’espérez pas pour autant pouvoir récolter des fruits de bonne qualité, il faut trop froid..enfin pour l'instant, on en reparlera dans 30 ans.
Le dattier est une espèce dioique, c'est à dire que les fleurs mâles et femelles éclosent sur des plantes différentes.
Seules les plantes femelles donnent des fruits, à condition d'avoir été pollinisés par un individu mâle.
Dans le bassin méditerranéen, les dattiers sont rarement issus d'un noyau ; on les cultive en "clonant" des plantes femelles, en prélevant des drageons.
Le dattier n'est pas fragile et vit très longtemps : au moins, vous aurez une belle plante d'ornement !
En 2008, une équipe de chercheurs a trouvé un noyau de datte d'une variété aujourd'hui éteinte, plus de deux fois millénaire, sur le site archéologique d'un palais du Roi Hérode à Masada (Israël).  
Le noyau a été planté, et contre toute attente, il a germé, établissant un nouveau record (article disponible ici en anglais).
http://www.theguardian.com/science/2008/jun/12/ancient.seed

L'arbre fait aujourd'hui plus d'un mètre cinquante !
Précision : on m'a indiqué que les noyaux des fruits vendus dans le commerce sont parfois stériles, jusqu'ici, j'ai pourtant eu 100% de réussite :)  

 4 - le gingembre
Ouiiiiii je sais, le gingembre n'est pas un fruit, mais quand même, c'est bon, c'est exotique et ça pousse.
Le gingembre est un rhizome (une racine, comme celle des iris) qui donne une plante vivace et des fleurs assez jolies, selon les variétés.
Certaines ne sont pas comestibles, alors ne mangez que des racines dont vous connaissez l'origine.
Vous avez probablement déjà vu un bout de gingembre germer comme une vieille pomme de terre.
Cependant, mieux vaut planter les rhizomes lorsqu'ils ne sont pas trop vieux.
S'ils sont sur une étagère à épices depuis 3 mois, ils ne pousseront pas très bien voire pas du tout.
Choisissez un beau rhizome tout frais, avec quelques pousses si vous y tenez, et plantez le très près de la surface, à environ 2 centimètres de profondeur. La terre doit être bien drainée pour éviter que le rhizome ne pourrisse.
Arrosez fréquemment mais pas trop, en gardant le pot au chaud.
Dès que la plante commence à se développer, vous pouvez arroser un peu plus. Gardez la à l'intérieur et moyennement exposée au soleil.
La plante pousse très rapidement et fleurit occasionnellement.

Cette fois, pas besoin d'attendre cinq ans pour manger ! Vous pouvez récolter votre gingembre lorsque la plante jaunit, ce qui se produit à la fin de l'été.
Plus vous récoltez tard, plus le gingembre sera fort et possiblement fibreux.
Replantez une partie du rhizome qui se détache facilement pour une prochaine récolte.

 5 - L'ananas
Pour cultiver un ananas, procurez vous un fruit dont la partie supérieure (la couronne de feuilles) a été conservée.
Découpez cette partie, en éliminant éventuellement la première rangée de feuilles à la base ainsi que les résidus de fruit.
Mettez ensuite la couronne à tremper dans un verre d'eau, un peu comme pour le noyau d'avocat, les allumettes en moins.
Lorsque les racines se sont développées, plantez-la dans un pot assez large.
Des instructions détaillées et en images sont disponibles sur cette page.
http://www.caboucadin.com/jardinage-enfant/faire-pousser-un-ananas.php

Mettez le pot en plein soleil et arrosez régulièrement. Il est possible de sortir le pot lorsque les températures atteignent environ 18 degrés, c'est à dire, en région parisienne, du 24 Juillet au 3 août.
Il faudra attendre deux ans ou plus pour avoir un fruit.
Celui-ci sera probablement plus petit que celui que vous avez acheté mais, comme la rose du petit prince, c'est le temps que vous aurez perdu pour l'ananas qui le rendra important.

 6 - Le litchi
Comme pour les dattes, on peut planter les noyaux directement dans un pot.
Cette première étape n'est pas bien compliquée, les litchis poussent facilement, pourvu que l'on maintienne une humidité suffisante.
Les premières feuilles sont rouges et verdissent en grandissant.

C'est après qu'il faut faire attention, car la plante est un peu capricieuse.
Quand la plante est jeune, les feuilles brûlent au soleil.
Cependant, il faut maintenir des conditions "tropicales" : chaleur, lumière et humidité, sans quoi les feuilles peuvent sécher rapidement et se craqueler.
Si vous habitez le sud, vous pouvez tenter de le planter dans un jardin en espérant que les températures ne descendent pas trop en dessous de 0° C.
En hiver, la plante ne pousse pas et peut même perdre ses feuilles mais cette étape est nécessaire pour déclencher la floraison.
Elle redémarre dès qu'il y a un peu plus de jour. L'idéal est d'avoir une serre ou une véranda bien sûr.
L'arbre peut pousser jusqu'à 20 mètres dans la nature mais l’arbuste d'un mètre que vous obtiendrez, avec son feuillage délicat, est très agréable en intérieur. Pour obtenir des fruits, il faut attendre entre 4 et 6 ans, et surtout, habiter une région tropicale.
Si vous avez énormément de chance et une serre tropicale à 30 000 euros, c'est jouable parait-il.
Si vous avez réussi cette prouesse, n'hésitez pas à me contacter pour partager l'expérience ici, et à m'inviter à boire un earl gray dans votre domaine.

 7 - Le kiwi
Dans un premier temps, récoltez une vingtaine de graines (un fruit en contient des centaines), essayez d'éliminer la pulpe pour éviter d'éventuelles moisissures et étalez les à la surface de la terre.
Recouvrez d'une fine couche de terreau et arrosez régulièrement.
Les graines germent assez facilement au bout de quelques semaines et vous devriez avoir un taux de réussite important.
Plus tard, vous obtiendrez une liane assez robuste que vous pourrez planter dehors, à l’abri du vent, après une ou deux années passées au chaud à l'intérieur. Elle ne craint pas trop le froid, on la cultive d'ailleurs dans le sud-ouest de la France, qui est figurez vous, le 5ème producteur mondial !
Prévoyez un support pour la croissance de la liane, elle ne se débrouille pas très bien toute seule.
Vous pouvez par exemple tendre des fils pour supporter la liane lorsqu'elle porte des fruits.
Pour les fruits d'ailleurs, c'est comme le dattier : il faut des plants mâles et femelles.
Comment savoir si votre kiwi porte des fleurs mâles ou femelles ? Hem, pour ces questions délicates, je vous renvoie à cette page.
http://cl.ivert.pagesperso-orange.fr/kiwi.htm
La plante peut produire des kiwis dès la troisième année; si c'est ce qui vous intéresse, lisez les conseils de culture sur cette page par exemple.
http://www.jardiner-malin.fr/fiche/kiwi.html

  8 - Le fruit du dragon (pitaya)
De loin mon préféré ! Comme les figues de barbarie, le fruit du dragon pousse sur un cactus.
Les fleurs éphémères sont très belles et sentent bon la vanille, dommage que le cactus fleurisse la nuit.. Tiens d'ailleurs, pourquoi la nuit ? Il doit préférer les insectes nocturnes ou les chauves-souris..Bref.

La première étape est similaire à celle décrite précédemment pour les kiwis.
Pour la terre, on peut acheter un terreau spécial pour plante grasse ou préparer soi-même un mélange de terreau et de sable (à peu près moitié-moitié).
Tenues au chaud, les graines germent facilement et les cactus poussent vite et bien.

Il faut prendre soin de ne pas trop les arroser, surtout en hiver.
Bien sûr, les cactus adorent le soleil, il faut donc les mettre près d'une fenêtre si possible, voire les sortir lorsqu'il fait doux (plus de 20°).
Il existe trois grandes variétés dont les fleurs et les fruits sont de couleurs différentes (consulter la page wiki).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pitaya
Les cactus peuvent s'accrocher à des supports grâce à des racines aériennes.
Cultivés en pots en intérieur, les cactus peuvent donner des fruits dans les deux ans qui suivent, à condition qu'ils soient pollinisés par un autre individu (la plante ne peut pas s'auto-féconder).

 9 - La  Mangue
Bon, pour le manguier, ça va être un peu plus compliqué, car c'est l'amande, protégée par une carapace dure et gluante qu'il faut faire germer.
Si vous êtes flemmard et patient, plantez directement le noyau tel quel dans une terre humide et chaude (à l'intérieur donc).
Au préalable, nettoyez tout de même un peu le noyau, de façon à éviter les moisissures.
Si vous êtes un peu moins patient, faites comme pour le noyau d'avocat ; faites tremper la partie inférieure (élargie) dans de l'eau.
Enfin, si vous êtes fan de l'ouverture des huîtres, ouvrez le noyau avec un couteau pour dégager l'amande et plantez celle-ci.
Dans tous les cas, prévoyez un pot large et profond.
Les fleurs ne sont pas particulièrement belles mais l'arbre est agréable.
Il ressemble un peu à celui du litchi et ses feuilles sont parfumées. Vous pouvez le mettre dehors lorsqu’il fait chaud et pourrez espérer une récolte après 7 ans environ.

 10 - La papaye
Comme pour les autres graines, vous pouvez les préparer soigneusement en les faisant sécher puis germer dans un sopalin humide et plié.
Mais les jeter dans un terreau chaud et humide marche aussi.
Les graines mettent entre une et deux semaines à germer.
La plante est assez fragile, elle a besoin de beaucoup de lumière.
Un peu comme le litchi, elle risque de faire la tête en hiver et de perdre ses feuilles.
Il faut alors diminuer les quantités d'eau. Elle repartira quand les beaux jours arriveront.
Elle est aussi sensible au taux d'humidité, ses feuilles sèchent facilement, surtout en appartement.
Ici aussi, l'idéal est d'avoir une serre ou une véranda où l'on maintient un taux d'humidité important.
Alors pourquoi en faire pousser ? Et bien pour le défi d'une part..et aussi parce que c'est bon ! Y a-t-il encore des histoires de pieds mâles et femelles ?
Bien sûr que oui ! C'est même plus compliqué, car c'est une espèce trioïque
https://fr.wikipedia.org/wiki/Di%C3%A9cie
qui peut être mâle, femelle ou bien hermaphrodite.
Priez donc les dieux du fruit ou les frères Tang pour qu'ils vous refilent un spécimen hermaphrodite !

Si vous avez des photos, des idées ou des précisions à apporter, n'hésitez pas à me contacter ou à laisser un commentaire. Je rajouterai vos contributions :) Miss C par exemple, m'a fait découvrir cette vidéo, qui explique comment fabriquer un substrat d'hydrogel biodégradable à partir de couches :)
https://www.youtube.com/watch?v=sXb8rJ8Rm3I



Dernière édition par Libellule le Ven 27 Jan 2017 - 22:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Semis, bouturage, marcottage (à ranger)   Mar 29 Sep 2015 - 21:08

 source http://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/noyau-pepin-germination-plantes-exotiques.php
Pépins, noyaux... Faites pousser !
Nombre de fruits exotiques contiennent un noyau ou des pépins qu'il est facile de faire germer en intérieur : avocat, litchi, datte, fruit de la passion, autant de plantes à faire pousser au chaud ! Sans oublier la patate douce, qui vous étonnera par sa jolie floraison. Récupérez les graines et faites germer : c'est amusant... et peu coûteux !

Chaleur, humidité... et laissez la magie opérer !

Toutes les graines ont besoin de chaleur et d'humidité pour germer : celles issues des fruits exotiques ne font pas exception. Elles demandent même une température plutôt élevée, entre 20 et 30°C selon les espèces. Certaines germent rapidement, d'autres prennent davantage leur temps... mais quelle satisfaction de voir naître la plantule ! Essayez, et parions que vous vous prendrez au jeu !

Faire germer un noyau d'avocat
Le noyau d'avocat (Persea americana), c'est un grand classique du genre. Il germe presque à coup sûr, en toute saison, et donne très vite une jolie plante verte que vous pourrez cultiver en pot durant de nombreuses années. Pour la germination, c'est simple : récupérez un noyau d'avocat (après en avoir dégusté la chair) et rincez-le à l'eau. Ensuite, deux méthodes pour la germination :

Dans l'eau : piquez 3 ou 4 cure-dents autour du noyau, et installez-le, pointe vers le haut, dans un verre d'eau. Placez-le dans un lieu tempéré (en hiver, une pièce chauffée), et veillez à ce que la base du noyau soit toujours immergée. Changez l'eau régulièrement pour éviter tout risque de pourrissement. Patientez quelques semaines (parfois, cela peut aller très vite), le temps de voir apparaître une petite racine blanche. Dès que la jeune tige pointe son nez au sommet du noyau, plantez-le dans un pot de terreau bien drainé.

Directement dans du terreau : installez le noyau pointe vers le haut, dans un pot assez profond, en laissant dépasser la partie supérieure du noyau. Placez le pot dans une pièce chaude et maintenez le terreau humide (mais non détrempé, ce qui ferait pourrir le noyau). Patience : la petite pousse devrait apparaître au bout de quelques semaines.
La particularité de l'avocatier est qu'il développe une vigoureuse tige verticale qui peut monter très haut avant de se ramifier. Pour éviter d'avoir une plante toute en hauteur avec simplement un toupet de feuilles au sommet, pincez-la très tôt, au-dessus des premières feuilles, afin de favoriser sa ramification.

>> Lire aussi : Faire germer un noyau d'avocat
http://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/faire-germer-noyau-avocat-culture-avocatier,1307.html

Planter des noyaux de litchis
Quoique moins courante, la germination des noyaux de lichees (Litchi sinensis) est tout aussi aisée. Récupérez les noyaux, débarrassez-les de la fine pellicule blanchâtre qui les entoure, et plantez-les dans un pot de terreau bien drainé, en les recouvrant complètement. Gardez le substrat humide et placez le pot dans une pièce chaude. La germination est assez rapide, en revanche, la croissance des jeunes plants est assez lente une fois les premières feuilles apparues.
Conseil : plantez plusieurs noyaux dans une même pot, pour prévenir les quelques échecs de germination et avoir une potée un peu touffue !

Lire : Faire germer un noyau de litchi
http://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/faire-germer-un-noyau-de-litchi,1134.html

Réveiller les noyaux de dattes
Et pour les plus patients... Les noyaux de dattes ! Commencez par les faire tremper dans de l'eau tiède (selon les écoles, de plusieurs jours... à plusieurs semaines, c'est-à-dire jusqu'à l'apparition de la petite racine), en changeant souvent l'eau, et en plaçant le récipient près d'une source de chaleur. Placez-les ensuite dans un pot plus haut que large, rempli de substrat humide mais très drainant et léger (type substrat pour cactus), en les enterrant à 3 cm de profondeur.
La partie aérienne, à partir de laquelle se développeront des feuilles longues, fines et brillantes (de jeunes palmes en quelque sorte) sort de terre au bout de deux mois. Ensuite, la croissance est très lente : n'espérez pas obtenir un petit palmier avant quelques années !
Le palmier dattier (Phoenix dactylifera) a besoin, plus encore que des autres plantes exotiques, de chaleur, notamment pour la germination des noyaux. Une température élevée (de l'ordre de 30°C au démarrage, 20°C ensuite) est requise.

Attention : les noyaux issus de dattes pasteurisées ne germeront sans doute pas. Préférez les dattes fraîches (on en trouve parfois au rayon des fruits exotiques des grandes surfaces, ou dans les épiceries orientales), ou sèches et branchées, de type deglet nour, vendues en boîte : elles sont plus rarement pasteurisées que celles vendues en sachets ou en barquette sous plastique.

Faire pousser une patate douce
Les graines de fruits exotiques ne sont pas les seuls à pouvoir donner de jolies plantes d'intérieur : parmi les tubercules, citons aussi la patate douce ! Comme son nom botanique l'indique, Ipomoea batatas est une ipomée : elle produit de longues tiges rampantes (pouvant atteindre plusieurs mètres) que l'on peut fort bien faire grimper autour d'un tuteur. Les tubercules de patates douces germent facilement en pot ou en vase (sur des graviers, avec un peu d'eau) : la croissance de la plante est rapide et on obtient vite une jolie plante fleurie (floraison blanche et/ou violette selon les espèces). Hélas, bien que vivace (sous son climat d'origine), elle est éphémère : après la floraison, la plante commence à produire ses tubercules souterrains et les feuilles jaunissent et s'étiolent.
Le meilleur moment pour démarrer la germination est le mois de mars, car la plante, bénéficiant ainsi de la lumière et de la chaleur estivales, sera plus vigoureuse et vous pourrez profiter de votre "patate douce" jusqu'à l'automne.
Le petit plus : les jeunes feuilles de Ipomoea batatas se consomment comme des épinards.

>> Lire : Patate douce : plantation, culture et récolte
http://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/patate-douce-planter-cultiver-recolter,1560.html

Et aussi...
D'autres pépins et noyaux issus des fruits exotiques peuvent aussi être semés : citons
les pépins d'agrumes (très facile),

les pépins de fruits de la passion (les fleurs de passiflore sont extraordinaires),
http://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/passiflore-fruit-passion-semis.php3

les noyaux de nèfles,

les noyaux de mangue,
http://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/mangue-faire-germer.php

les pépins de pitaya (ou fruit du dragon),

ou encore les "têtes" d'ananas...
http://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/ananas-plantation.php

Où installer les jeunes plantes ?
La plupart des plantes citées ici doivent être gardées à l'intérieur (à l'exception des agrumes, un peu plus rustiques).
D'origine souvent tropicale, elles ont besoin d'une chaleur constante et de lumière.
Placez-les donc près d'une fenêtre (en évitant cependant le soleil direct), et dans une pièce chauffée, surtout durant l'hiver.
Si l'atmosphère est sèche, et c'est souvent le cas en intérieur, installez le pot sur un lit de billes d'argile baignées d'eau, et vaporisez régulièrement le feuillage (le palmier-dattier, lui, se satisfait fort bien d'une ambiance sèche).
En été, vous pourrez les sortir à l'extérieur, mais attention à la fraîcheur nocturne et aux coups de vent (lire : Plantes d'intérieur : mettez-les dehors !).
http://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/plantes-vertes-dehors,1185.html



Dernière édition par Libellule le Ven 27 Jan 2017 - 22:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Semis, bouturage, marcottage (à ranger)   Mar 3 Nov 2015 - 13:59

J'ai acheté une Anone au biocoop et j'ai cherché des renseignements pour semer ses grosses graines noires

Conseils de Jean06 qui a un arbre de 32 ans dans le jardin
http://www.aujardin.org/faire-pousser-une-anone-t160369.html

source http://www.ethnoplants.com/annona-cherimola_CHERIMOYA/
Semez vos graines sous 1cm de tourbe humide.
Ensuite, placez votre pot sous mini-serre, et a température très élevée (40/50°c) au soleil par exemple.

Laissez germer durant environs 20 à 40 jours.
Plus la température de la mini-serre sera chaude, plus les graines germeront vite!

Ne pas oublier d'humidifier la tourbe si besoin.

A savoir:
Toute plantation de graines d'Annona cherimola sans ces conditions préalables (type de terre, température et humidité) ne donneront que très peu de résultat!

source http://gardenbreizh.org/forum/viewtopic-4411-12-anone.html
>Le semis est facile. Il faut juste de la chaleur. Idéalement il faut 20 ° la nuit et 30° le jour.
Si tu exposes tes pots au soleil et les couvres d'un plastique, c'est suffisant.
Tu peux tremper les graines 24 h dans de l'eau tiède pour ramollir la coque.
Oli

>bonjour,
semis très facile, ne pas ouvrir les graines mais les mettre dans du terreau humide au soleil , aérer les jeunes plantules (sinon fonte possible), les graines fraîches germent mieux que les anciennes.
les arbres supportent bien d'être tenus en pot et supportent bien d'être taillés....les arbres issus de semis donnent des fruits un peu plus petits mais tout à fait du même gout (contiennent peut être plus de graines aussi...)que les fruits issus de plants greffés.
françoise

>Hello,
Tu écris 'quelques temps déja', attention les graines d'Annonaceae en général ont une durée de vie assez courte, si tu ne les conserves pas au frais et à l'abri de la lumiére (en bas du frigo c'est parfait)
JJ

>Bonjour,
Je confirme ce que dit oli, il faut de la chaleur ( chez moi, germination à 30°C )
Par contre, je relativiserai le remarque de JJ :
J'ai retrouvé il y a quelques semaines des graines de cherimolier. Ayant mangé le fruit, je voulais planter quelques graines. C'était il y 3 ans !! Les graines sont restées sur une étagère dans le garage non chauffé ( forte amplitude thermique ) près d'une fenêtre exposée plein sud, donc au soleil.
Je n'y croyais pas, mais j'ai eu 6/6 germination au bout de 2 mois environ. J'ai surement eu beaucoup de chance
Rico

>visiteur
Bonjour à tous,
Quelques renseignements sur l'anone :
Anona cherimolia est originaire du Pérou
Elle est cultivée jusqu'à 1500 m d'altitude.
En Europe, les zones principales de l'anone sont le sud de l'Espagne et les Canaries.

Au sud de l'Espagne, elles sont parfois cultivées en hauteur et peuvent résister à des températures basses de l'ordre de -6C. En cas de fraîcheur les feuilles tombent comme pour les caduques.

Culture:
Bonne terre et arrosage fréquents l'été.
Les plans issus de graines ont un avenir incertains,il pousse mais la mise à fruit est longue etles fruits sont souvent de petite taille, le mieux est d'acheter un plant greffé.
L'anone est rare sur les marchés car le fruit est très fragile, aussi ceux que l'on peut trouver en France sont cueillis pas encore assez mûr et il sera difficile de retrouver le goût du fruit dans sa zone de production.

source http://leabotanique.canalblog.com/archives/2011/08/07/21751145.html
07 août 2011
Chirimoya
J'ai découvert ce fruit lors d'un voyage en Bolivie.
Appelé chirimoya, cherimoya, churimoya ou bien encore anone, il est cultivé dans les Andes (Pérou, Bolivie, Argentine). Le chirimoya a une chaire très tendre parsemée de grosses graines noires très brillantes.

J'ai adoré ce fruit et j'ai voulu le trouver en France. J'en ai trouvé chez Tang Frères à Paris !

J'ai d'abord essayé de faire germer les graines dans de l'eau chaude sans succès, je les ai planté en laissant les pots à l'intérieur pour les garder au chaud mais ça n'a pas marché non plus.

J'ai enfin réussi à les faire pousser en les laissant dans un sac de terre fermé en plein soleil ce qui a reproduit un climat sub-tropical chaud et humide. Elle ont germés au bout de 2 mois environ puis je les ai replanté dans des pots :

Il faut bien planter les graines germées en laissant la graine en dehors de la terre *

La graine va ensuite tomber pour laisser place à une petite feuille*

J'ai découpé des bouteilles d'eau pour faire des petites serres *
*photos sur le site

Deux mois après, il me reste deux Chirimoya survivants, un des deux pousse beaucoup plus vite que l'autre : le premier mesure 15 cm et le deuxième 5 cm seulement.



Dernière édition par Libellule le Ven 27 Jan 2017 - 22:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Semis, bouturage, marcottage (à ranger)   Lun 19 Déc 2016 - 23:01

Bouturage, jardinage, plantation et taille
 ICI



 http://grainesdejardiniers.free.fr/index.php?view=article&catid=9%3Adossiers-thematiques&id=80%3Ales-boutures&option=com_content&Itemid=3

http://doigtsvertsjardin.forumgratuit.org/t1517-sauvegarder-vos-boutures?highlight=boutures

http://www.lefigaro.fr/jardin/2014/07/25/30008-20140725ARTFIG00070-au-jardin-ce-week-end-bouturez-les-plantes-que-vous-aimez.php



J'ai trouvé cette idée judicieuse
source http://imgur.com/gallery/KzEKDAZ
Saviez-vous que vous pouvez cultiver des roses à partir de boutures? Il suffit de couper les tiges en bonne santé, les placer dans grosses pommes de terre, puis les enterrer 3-4 cm de profondeur dans un mélange de sol sain de la mousse de tourbe et de terre végétale. Les pommes de terre gardent les tiges humide et aider à développer les systèmes racinaires. C'est une façon très simple de multiplier votre jardin de roses sans dépenser beaucoup d'$$$. Amusez-vous!

Ce dossier avec des photos est encore plus complet
source http://www.feroce.co/patate-rose/
Les pouvoirs régénérants de la pomme de terre sur les fleurs.
Nous offrons ou recevons des fleurs pour tous types d'occasions : la Fête des mères, des pères, les anniversaires, etc. Ce qui est triste avec les fleurs cueillies c'est qu'elles fanent et sèchent très vite. Cette astuce va vous permettre de faire repousser les racines de vos roses et ainsi, de les garder plus longtemps.

Ce dont vous avez besoin :
Une rose coupée
Une pomme de terre
Une bouteille en plastique
De la terre
Un pot

Ce que vous devez faire :
Choisissez la rose que vous voulez planter dans votre pot. Commencez par couper la tige à un angle de 45° à environ, 4 cm en-dessous de la fleur et retirez toutes les feuilles.
Conseil : Si la fleur est intacte, vous pouvez la mettre dans un petit verre d'eau et en profiter encore quelques jours.

Puis, il vous faut vous occuper de la pomme de terre. Faites-y un trou de la taille exacte de la tige de la rose. Assurez-vous que la tige soit fermement tenue et qu'elle ne parte pas dans tous les sens une fois enfoncée dans la pomme de terre.

Remplissez le fond de votre pot avec 6 à 8 cm de terre et placez votre pomme de terre au-dessus.

Ensuite, rajoutez de la terre tout autour de la tige. Vous avez presque fini.

Il ne vous manque plus que la petite "serre" : une bouteille en plastique recyclé qui sert d'endroit chaud et confortable à la rose pour pousser.

Coupez le bas d'une bouteille en plastique et placez-la ensuite délicatement autour de la rose. Lorsque vous voulez arroser, prenez garde à mettre l'eau sur la terre autour de la bouteille et non à l'intérieur de cette dernière.

Il ne vous reste plus qu'à croiser les doigts et espérer que vous allez voir un signe de vie. Les premiers devraient apparaître au bout de quelques semaines.

Vous pouvez essayer cette astuce avec tous types de roses. Ne vous faites pas du mouron si cela ne marche pas du premier coup : les premières pousses mettent du temps à montrer le bout de leur nez. Vous allez laisser vos proches complètement ébahis lorsque vous leur montrerez votre belle rose auto-régénérative. C'est mignon que ces plantes puissent vivre encore et refleurir au lieu d'être jetée à la poubelle comme de vulgaires déchets !



Les dossiers sur ce sujet ne manquent pas
http://www.bouturerosier.fr/bouturer/bouturer-ses-rosiers-patates-cest-possible/

http://www.webjardiner.com/index.php?mod=forum&ac=voir&id=10656

 http://doigtsvertsjardin.forumgratuit.org/t1965-comment-voyager-avec-ses-boutures



Dernière édition par Libellule le Ven 27 Jan 2017 - 22:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Semis, bouturage, marcottage (à ranger)   Ven 30 Déc 2016 - 14:00

Voila de nouveaux liens pour semer un noyau d'avocat

http://www.consommerdurable.com/2013/08/je-fais-pousser-un-noyau-davocat/

source http://www.jardins.biz/comment-faire-pousser-un-avocatier-a-partir-dun-noyau-davocat/
Quand obtient-on les premiers fruits : Les avocats ?
Soyez patient pour voir des fruits. Si vous avez acheté et planté un arbre, vous pouvez probablement déguster votre premier fruit dans 3 à 4 ans après la plantation. Si vous faite pousser votre avocatier à partir d’un noyau, cela peut prendre de 5 à 13 ans avant que l’arbre soit assez mûr pour donner des fruits. Quand l’arbre fleurit, attendez-vous à ce que beaucoup de fleurs tombent de l’arbre sans obtenir le fruit. C’est naturel.



source http://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/faire-germer-noyau-avocat-culture-avocatier,1307.html
Faire germer un noyau d'avocat
Faire germer un noyau d'avocat, voilà l'une des germinations exotiques les plus faciles à réussir en intérieur ! Oui, mais encore faut-il s'y prendre correctement : dans l'eau, ou semis dans le terreau ? Et comment entretenir l'avocatier en pot pour le conserver durant de nombreuses années ? Faisons le point...

L'avocatier, arbre fruitier... ou plante d'intérieur
L'avocatier grandeur nature
On en a rarement conscience, mais l'avocatier est, dans son milieu naturel, un grand arbre !
Persea americana est un effet un arbre fruitier appartenant à la famille des Lauracées, originaire du Mexique et d'Amérique Centrale, et pouvant atteindre allègrement 15 à 20 mètres de haut et vivre 70 ans.
Dans de bonnes conditions, il fructifie à partir de l'âge 4 à 6 ans et produit plusieurs centaines de kilos d'avocats par an.
Cet arbre donne l'impression d'avoir un feuillage persistant, or, ses feuilles tombent chaque année, mais seulement après le développement des nouvelles feuilles : ses branches ne sont donc jamais nues.
L'avocatier ne peut renier ses origines tropicales et subtropicales : il est frileux.
Certes, certaines variétés mexicaines (notamment la variété 'Hass' que l'on trouve fréquemment sur les étals) peuvent supporter des gelées de l'ordre de -5°C à -10°C, mais la plupart des autres variétés ne tolèrent pas le gel.
Voilà pourquoi, en France, l'avocatier (dans 99% des cas, issu du semis d'un noyau après dégustation d'un avocat !) est généralement cultivé en pot, en intérieur, au moins durant l'hiver.
Sous les climats les plus doux, notamment dans le Sud de la France et sur le littoral atlantique, on peut l'installer en pleine terre en choisissant une variété relativement rustique (paillage du pied et voile d'hivernage bienvenus en hiver).

Et en pot ?
L'avocatier en pot garde évidemment des proportions beaucoup plus raisonnables : 2 ou 3 mètres de haut maximum (et encore, cela dépend de la taille du pot ou du bac !).
Il survit aussi moins longtemps, disons 20 ou 30 ans dans le meilleur des cas.
Et avant de devenir un arbre miniature, il aura plutôt l'apparence, les premières années, d'une plante verte : c'est d'ailleurs cette image que l'on a généralement de l'avocatier.

Faire germer un noyau d'avocat : comment procéder ?
Avant de songer au futur arbre, il faut prendre les choses par leur commencement : faire germer ce fameux noyau d'avocat !
La germination est très facile et à la portée de tous ; c'est d'ailleurs une expérience pédagogique et ludique pour les enfants.
2 méthodes peuvent être utilisées, avec, dans les deux cas, d'excellentes chances de réussite.

Germination du noyau dans un verre d'eau
C'est la méthode la plus classique, et sans doute la plus amusante, car on assiste au développement de la racine et de la jeune pousse.
Il suffit de récupérer le noyau d'un avocat, de le nettoyer à l'eau claire pour bien le débarrasser des restes de pulpe, et de planter horizontalement 3 ou 4 allumettes ou cure-dents autour du noyau (enfoncés sur 5mm, c'est suffisant), au niveau du tiers supérieur de sa hauteur (pointe vers le haut).
On place le noyau (pointe vers le fait toujours) sur un verre rempli d'eau, la base du noyau devant être plongée dans l'eau.
Placez éventuellement un petit morceau de charbon de bois pour éviter que l'eau croupisse.
Installez le verre dans une pièce chaude (20°C environ) : il ne reste plus qu'à patienter, en ajoutant un peu d'eau lorsque celle-ci s'évapore (la base du noyau doit constamment être immergée).
Au bout de quelques semaines (parfois plus), le noyau se fend verticalement, une racine apparaît, puis une tige : c'est le moment de planter le jeune avocatier dans un pot rempli de terreau léger, en veillant à ne pas casser les racines.
Remarque : le séchage du noyau avant mise en germination n'apporte rien, la technique du coton humide parfois décrite est aléatoire, et l'épluchage du noyau est inutile (il ne sert à rien de débarrasser le noyau de sa pellicule marron).

Germination dans du terreau
Installez directement le noyau (nettoyé) dans du terreau léger et drainé (pensez à garnir le fond du pot d'une couche de billes d'argile) que vous garderez constamment humide (mais pas détrempé !).
Le noyau doit être à moitié enterré, pointe vers le haut. Après quelques semaines passées au chaud (20°C), le noyau se fend, signe que la racine commence à se développer ; la jeune pousse apparaîtra quelques semaines plus tard.
Avantage de cette méthode : l'étape de l'installation du jeune plant dans du terreau est évitée, ce qui supprime du même coup les risques (faibles...) liés à la reprise.

Entretenir un avocatier en pot
Le premier geste consistera à pincer la plantule au-dessus de la première paire de feuilles, dès que celles-ci sont suffisamment développées.
A défaut, l'avocatier risque fort de pousser tout en hauteur, sans se ramifier, portant seulement quelques feuilles au sommet d'une tige grêle.
Pour éviter cela, veillez aussi à ne pas trop l'arroser : beaucoup d'eau + chaleur = croissance trop rapide, surtout si la plante manque un peu de lumière ! Maintenez donc le substrat légèrement humide, et placez le pot près d'une fenêtre.
Dès la fin du printemps, vers fin mai, vous pourez le sortir en extérieur, un séjour au grand air lui sera très bénéfique (lire : Plantes d'intérieur : mettez-les dehors !).
Exposez-le très graduellement aux rayons du soleil, sinon, gare au brunissement du feuillage tendre !
A l'automne (octobre), rentrez-le à l'abri, dans une pièce pas trop chauffée et lumineuse.
Brumisez son feuillage régulièrement et diminuez les arrosages (laissez le substrat sécher entre deux apports d'eau), car ses besoins en eau sont plus faibles durant l'hiver.
Il faudra envisager un rempotage au bout de 2 ou 3 ans, dans un pot un peu plus grand.
Entre deux rempotages, apportez de temps en temps de l'engrais pour plantes vertes du printemps à l'automne pour lui conserver un beau feuillage.
Si tout va bien, et si son pot est assez grand, au bout d'une dizaine d'années, il fleurira peut-être (la patience est une vertu précieuse chez le jardinier !).
Pour la récolte de fruits, n'y comptez guère si la plante est en pot et si vous n'habitez pas une région méditerranéenne...

Mon avocatier est-il malade ?
Souvent, en intérieur (mais également en extérieur), les feuilles de l'avocatier ont tendance à brunir, voire à tomber, notamment en hiver. Plusieurs causes possibles :
-Brunissement normal s'il s'agit des feuilles âgées (les feuilles se renouvellent) ;
-Choc thermique (extérieur - intérieur par exemple) ;
-Manque d'eau ou atmosphère trop sèche si ce sont surtout les extrémités qui sont concernées ;
-Excès d'eau (asphyxie voire pourrissement irrémédiable des racines entraînant une chute du feuillage et la mort des jeunes rameaux, puis de la plante) ;
-Brûlures causées par le soleil ou le vent (les feuilles de l'avocatier sont sensibles aux vents froids ou desséchants) ;
-Enfin, si le feuillage devient intégralement grisâtre et sec, avec de fines toiles recouvrant les feuilles et les pétioles, il s'agit sans doute d'une attaque d'araignées rouges.



http://www.ciloubidouille.com/2010/07/12/faire-pousser-un-noyau-davocat

http://www.lepotiblog.com/legumes/avocat/culture-avocat/

http://www.caboucadin.com/jardinage-enfant/faire-pousser-noyau-avocat.php

http://www.rustica.fr/articles-jardin/semer-planter-avocat,1751.html

 http://www.jardiner-malin.fr/fiche/avocat-avocatier.html

 http://www.deco.fr/jardin-jardinage/travaux-entretien/actualite-811610-comment-pousser-noyau-avocat.html

http://www.toutpratique.com/11-Jardin-sport/5788-Faire-pousser-un-avocat.php

http://jardinage.lemonde.fr/dossier-1016-pousser-noyau-avocat.html

https://amelioretasante.com/comment-faire-germer-un-noyau-davocat-en-utilisant-4-cure-dents/



Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin


Messages : 1979
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: Semis, bouturage, marcottage (à ranger)   Ven 30 Déc 2016 - 14:27

Liens pour semer un noyau de mangue

http://twd.free.fr/moambe/Fiches_techniques/manguier_fiche_technique.htm

https://jardinage.ooreka.fr/plante/voir/1032/manguier


http://blog.hortik.com/2012/11/12/comment-faire-pousser-un-manguier/

  http://patiencecapousse.canalblog.com/archives/2015/05/11/32036188.html

http://www.jardinier-amateur.fr/reportages-jardin/plantation_d_un_noyau_de_mangue,34.html

  http://blog.jasmineandco.fr/faire-germer-un-noyau-de-mangue/

http://www.mademoiselleblume.com/2014/07/faire-germer-un-noyau-de-mangue.html

source http://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/mangue-faire-germer.php
Même si le manguier est un arbre tropical, il est possible de le faire pousser sous nos latitudes. L'hiver est pour cela une bonne période, car on profite de la chaleur intérieure pour le faire naître et croître avant de lui faire prendre le soleil estival. Une opération souvent récompensée par un bel arbuste exotique dans son salon.

Généralités
Le manguier est un grand arbre originaire d'Asie qui peut atteindre 40 mètres de haut avec un port très étendu. Ses jeunes feuilles peuvent être jaunes, rouges ou orange et prennent ensuite une jolie teinte vert brillant. Appelé également Mangifera indica ou « mango tree », il est cultivé pour son fruit charnu à la chair sucrée que les asiatiques dégustent à maturité, ou encore vert et râpé avec du citron vert.

Ce n'est pas un arbre d'une culture délicate, mais étant donné son continent d'origine, il demande humidité et chaleur, surtout en période de croissance.

Son feuillage est persistant, mais l'arbre meurt dès que la température est inférieure à 0°C. Sous nos latitudes, on peut donc d'ores et déjà se résigner à garder cette plante en pot et la rentrer dès que les nuits descendent en dessous de 5°C.

Comment procéder
Dans les régions indigènes, la plante se cultive surtout par semis. C'est également la meilleure méthode en Europe. Après avoir dégusté une mangue, il suffit de planter la graine. Plusieurs écoles se disputent d'ailleurs l'art et la manière de la germination. Toutes se valent et pour la réussite de l'expérience mieux vaut tenter de faire germer 2 graines de deux manières différentes.

La première méthode consiste à enlever la cosse du noyau pour récolter l'amande protégée. Avec un couteau, on ouvre les deux parties du noyau. L'amande est alors disponible. Il faut la planter à 4 cm de profondeur dans un terreau bien humide et riche en éléments nutritifs, comme des algues, du fumier ou du compost. Prévoir un pot assez profond et large, car le manguier possède une racine pivot ainsi qu'un système racinaire de surface assez développé et étendu. Le mieux est alors de disposer ce pot sur un radiateur ou sous une fenêtre sud / sud-ouest.

Pour favoriser la germination, on peut également recouvrir le pot d'un film plastique cellophane qui gardera une humidité constante, ainsi qu'une chaleur conséquente. Sinon il faut veiller à l'humidité du terreau très régulièrement. La chaleur et l'hygrométrie étant les deux facteurs principaux de la germination.

Ensuite, tout peut aller très vite, de quelques jours à un bon mois, suivant la qualité de la graine mise en terre. Au départ, les feuilles ont l'air un peu fatiguées et leur couleur oscille entre le rouge et le jaune. Mais après que la plante se sera régalée des éléments nutritifs du sol, elles se redresseront enfin et prendront une couleur vert.

Les autres méthodes
On peut également placer le noyau directement dans du coton humidifié. Il faut alors attendre un peu que le germe soit bien vigoureux pour replanter le tout dans un substrat drainant. Ou encore utiliser la technique de l'avocat et ne laisser que le cul du noyau (là où le germe sort) dans un verre d'eau, là encore posé près d'une source de chaleur et à la lumière.
Une fois la pousse bien installée, les mêmes conditions de culture prévalent sauf qu'en grandissant la plante a besoin d'une humidité moindre.



 http://laclamartoise.blogspot.fr/2015/04/diy-comment-faire-pousser-une-mangue.html

  http://www.aujardin.org/comment-faire-germer-noyau-mangue-t119997.html

http://sweetrandomscience.blogspot.fr/2013/04/10-fruits-tropicaux-manges-10-plantes.html

http://gardenbreizh.org/forum/viewtopic-26855-3-germination-d-un-noyau-de-mangue.html




Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Semis, bouturage, marcottage (à ranger)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Semis, bouturage, marcottage (à ranger)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Béranger
» François Béranger
» Ou ranger les billets ?
» Conseils pour ranger ses disques
» Chanson bleue de Fr. Béranger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: PLANTES :: Jardinage - Visite de jardins-
Sauter vers: