Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 HYGIENE, SANTE, BEAUTE, parfums maison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2696
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: HYGIENE, SANTE, BEAUTE, parfums maison   Mar 31 Jan 2017 - 19:49



source http://madametruc.blogspot.fr/2012/08/deodorant-naturel.html
Déodorant naturel
Herbe astringente et antibactérienne, la sauge officinale a des vertus antiseptiques et même cicatrisantes. Mêlée à du vinaigre d'alcool parfumé à la lavande, elle donne une lotion efficace contre la transpiration.
Préparation :
5 feuilles de sauge fraîche infusées dans 20 cl d'eau bouillante pendant 10 minutes, le tout filtré et additionné de 50 cl de vinaigre d'alcool parfumé.
Laissez macérer pendant 3 semaines, filtrez et mettez en vaporisateur.

***************************************************

source http://amelioretasante.com/astuces-pour-ce-pas-sentir-sous-les-aisselles/
Astuces pour ne pas sentir sous les aisselles

La première chose à savoir est que la mauvaise odeur sous les aisselles vient rarement d’une mauvaise hygiène. Elle survient souvent à cause de facteurs glandulaires ou hormonaux. Cette odeur est très gênante et désagréable autant pour la personne concernée que pour son entourage.

Pourtant, ce qu’il faut retenir est que cette mauvaise odeur peut se traiter naturellement. Ainsi, vous pouvez réaliser un traitement quotidien pour réduire peu à peu votre transpiration ou même arrêter de faire certaines choses qui peuvent déclencher cette mauvaise odeur. Pour cela, nous vous ferons certaines recommandations dans cet article afin d’éviter cette situation fâcheuse.

Lavez bien vos aisselles
Cela est plus que logique même si il est tout à fait possible que vous vous laviez très bien et que vous sentiez mauvais quand même. Il faut donc bien frotter ses aisselles avec du savon. Il existe des savons qui sentent très fort et qui, au lieu de faire sentir bon, font transpirer plus rapidement et génère cette mauvaise odeur. Essayez de vous procurer un savon neutre.

Assurez-vous qu’il ne reste pas de résidus
Il faut bien se laver les aisselles et être sûr qu’il ne reste pas de résidus de déodorant du jour précédent ou de savon, car cela peut générer des mycoses ou des bactéries. Vous pouvez utiliser un remède naturel après la douche pour que vos aisselles restent propres et sans odeur: mélangez du vinaigre avec de l’alcool et appliquez-le avec un linge pour donner un meilleur effet. Vous pouvez aussi le faire le soir.

Utilisez du bicarbonate
Le bicarbonate est souvent utilisé pour soigner les mauvaises odeurs. Lavez bien vos aisselles dès que vous sentez une mauvaise odeur, appliquez-y un peu de poudre de bicarbonate à l’aide d’un coton. Vous n’avez pas besoin de l’enlever! S’il ne vous gêne pas, laissez le. Une autre astuce efficace est de mélanger une cuillerée de bicarbonate avec le jus d’un citron et appliquez cela après la douche. Leurs effets contre les mauvaises odeurs sont très connus.

Si l’odeur est due à la transpiration excessive
La mauvaise odeur peut être due à différentes facteurs, comme la transpiration excessive. Préparez une infusion avec du thym et du romarin, et appliquez-la sur les aisselles. Cela aide à contrôler l’hyperhidrose —la transpiration chronique— qui affecte les relations personnelles et les activités quotidiennes.

L’aloe vera contrôle aussi la transpiration excessive. Appliquez simplement un peu de gel sur vos aisselles le soir pour un meilleur effet. Cela neutralise la mauvaise odeur. La tomate peut aussi vous aider à réduire la sueur: mettez du jus de tomate sur les aiselles et laissez agir pendant quelques minutes.

Comment choisir ses vêtements ?
Cela est sûrement l’une des choses que vous ne saviez pas: il existe des tissus ou des couleurs qui peuvent faire transpirer et provoquer une mauvaise odeur. Par exemple, si vous avez des antécédents de mauvaise odeur, évitez de porter des vêtements trop ajustés qui vont empêcher votre peau de respirer. Ne portez pas non plus de vêtements synthétiques, mais qui sont fabriqués à partir de matière naturelle. De même, les couleurs sont aussi un facteur important. Le noir, par exemple, même s’il fait paraître plus mince, peut faire transpirer plus que la normale.

Alimentez-vous bien
Même si on ne la prend pas beaucoup en compte, l’alimentation a aussi quelque chose à voir avec les mauvaises odeurs sous les aisselles. Par exemple, si vous mangez beaucoup d’oignons, d’ail, de café et de boissons alcoolisées, l’odeur de vos aisselles sera beaucoup plus forte. En revanche, si vous consommez plutôt des fruits ou des légumes, la mauvaise odeur diminuera. La cigarette également: elle détruit la peau et incite l’organisme à produire de mauvaises odeurs.

Rasez vos aisselles
Les poils sous les aisselles sont non seulement peu esthétiques mais ils peuvent aussi générer la mauvaise odeur. Si vous ne vous rasez pas, des mycoses et des bactéries peuvent s’installer et ainsi sentir.

Utilisez un anti-transpirant au lieu d’un déodorant
Il apparaît que les déodorants couvrent seulement l’odeur de la peau mais ne combattent pas la transpiration excessive. Au contraire, l’anti-transpirant contrôle les excès de sueur et les mauvaises odeurs.

*****************************************************



 source https://christinelapchin.wordpress.com/
Déodorant naturel, 100% efficace et pas cher
19 JAN 2014

Hé bien tout d’abord, je voudrais remercier Manu, grâce à laquelle j’ai testé cette efficacité.

J’avais déjà utilisé des produits en contenant, mais je n’avais jamais testé pur.

Pas besoin de complications ! Mettez dans vos mains un peu de bicarbonate de soude en poudre, appliquez sous les aisselles (voire les pieds) après la douche, et vous constaterez qu’aucune odeur ne se développera.

Merci à Cat pour l’idée : un piceau à poudre (maquillage) peut être « trempé » dans le pot et servir à l’application.

Après avoir testé ça, on se pose vraiment des questions sur les myriades de déodorants dans les supermarchés, qui sont tous d’une efficacité extrêmement relative, et la plupart apportant en plus des produits toxiques au corps.

Ces dernières années, j’avais testé pas mal de produits bio, dont je n’avais pas trouvé l’efficacité très concluante.

J’avais imaginé une formule de déodorant avec des huiles essentielles, bien mais pas parfaite, surtout quand on est allergique aux huiles essentielles sous les aisselles (ce qui est mon cas).

Pour rendre la chose un peu plus glamour, vous pouvez mettre de la poudre de bicarbonate de soude dans un petit pot en verre, y faire tomber quelques gouttes d’une huile essentielle de votre choix (attention à en choisir une qui n’est pas caustique pour la peau : par exemple oubliez la cannelle, l’origan, le thym, le clou de girofle…), et secouez bien après avoir laissé reposer une journée pour bien répartir.

Le geste est simple, rapide, parfaitement efficace, et ne laisse même pas de traces blanches sur les vêtements noirs… que demander de plus ?

Il est probable que l’efficacité du bicarbonate de soude dans ce domaine soit due à la neutralisation de l’acidité.

Donc, encore une fois : merci Manu !

Christine Lapchin – Naturopathe

*****************************************************

source https://www.lettre-beaute-au-naturel.com/
Mes deux recettes pour des déos efficaces et naturels !
Par Julien Kaibeck/31 août 2015


Vous non plus, vous ne trouvez pas votre bonheur dans les rayons déodorants du commerce ? Je crois que j’ai ce qu’il vous faut. Vous devriez aimer mes recettes de déo.

Ces déodorants sont irréprochables : les recettes ont été conçues sans tout ce qui fâche dans la cosmétique conventionnelle. Adieu l’alcool, l’aluminium ou les parfums synthétiques. Soyez tranquille : j’ai aussi évité soigneusement toutes les substances qui contiennent des perturbateurs endocriniens ! Exit aussi l’alcool et les parfums synthétiques qui causent tant de soucis aux peaux sensibles.

Vous allez voir, ce n’est pas si difficile à faire soi-même… Certaines recettes sont même enfantines !

Recette 1 : Si vous transpirez normalement… mon déo douceur à l’aloe vera

Voilà une recette que j’ai testée et retestée depuis belle lurette. Et qui a déjà trouvé pas mal d’adeptes. La formule convient aux hommes comme aux femmes car on peut la personnaliser avec des huiles essentielles faiblement dosées, et sans danger d’irritation.

Pour 25 ml de déo environ (ce qui correspond à un flacon roll-on standard dans le commerce), il vous faudra :
-Un flacon roll-on récupéré, vide et bien désinfecté, de 25 ml au moins

-Un récipient gradué au millilitre avec bec verseur

-15 ml (soit 1 grosse cuillère à soupe) de gel d’aloe vera de bonne qualité.Choisissez-le soigneusement, avec en premier ingrédient dans la liste les mots « Aloe Vera Barbadensis Miller » (comme celui de la marque Bioflore).

-5 ml (ou 1 cuillère à café environ) d’hydrolat d’hamamélis ou d’hydrolat de rose, au choix. L’eau d’hamamélis est plus neutre et plus adaptée aux hommes ou à celles qui n’aiment pas la rose. À vrai dire, la recette marche aussi très bien avec une autre eau florale de votre choix que vous aimez pour son parfum.

-4 ml (soit un peu moins d’une cuillère à café) d’huile de noyaux d’abricot. On la choisit pour sa douceur et parce qu’elle va bien répartir les huiles essentielles dans le gel d’aloe vera.

-1 grosse pincée de bicarbonate de soude alimentaire. C’est peu, mais cela suffit à bénéficier des effets assainissants et anti-odeurs du bicarbonate.

-12 gouttes d’un mélange de 2 huiles essentielles (soit environ 1,5 % de la formule) au choix parmi : laurier noble (idéal pour les hommes et les femmes qui aiment son parfum), petit grain bigarade (feuilles de l’oranger amer, non photosensibilisante), lavande vraie ou cajeput (une cousine du tea-tree). On évite ici le palmarosa et la sauge sclarée, pourtant souvent cités comme ingrédients dans les déos, car il s’agit d’huiles essentielles œstrogène-like.

En option : si vous souhaitez conserver la préparation plus d’un mois (car telle que présentée, elle se conserve 1 mois maximum), il vous faudra ajouter 6 gouttes de conservateur naturel de type cosgard (soit environ 0,5 %).

Préparation : Nettoyez et désinfectez tous les ustensiles, puis versez un à un les ingrédients dans le flacon ou le récipient gradué. Versez ensuite dans le flacon roll-on. Fermez le flacon (fermez bien ;-)) et agitez vigoureusement. Vous pouvez aussi, si vous préférez, mélanger au préalable les ingrédients dans un bol en utilisant un fouet. Versez ensuite dans le flacon roll-on avec un entonnoir ou le bec verseur.

Utilisation : Utilisez le roll-on sous chaque aisselle comme les déodorants classiques. Laissez sécher quelques instants avant de vous habiller. Se conserve 1 mois sans cosgard, et environ 3 mois avec.

Recette 2 : Si vous transpirez plus fort…
Bonne nouvelle ! La recette ci-dessus peut convenir aussi, pour autant que vous augmentiez la dose de bicarbonate de soude. Vous pouvez donc ajouter deux pincées de poudre au lieu d’une.

Sinon, j’ai beaucoup plus simple encore. Sachez qu’il est possible aussi d’utiliser le bicarbonate comme un antitranspirant déodorant maison. Il faut pour cela vous munir dans la salle de bain d’un récipient bien hermétique, contenant le bicarbonate de soude alimentaire. Vous prélèverez chaque matin après la toilette une bonne pincée de poudre dans la main, que vous frotterez sur les aisselles propres et sèches. La sensation est moins agréable car on sent les grains de bicarbonate frottés, mais il faut bien épousseter après la friction avec un gant de toilette sec. Ceci afin de ne laisser aucun grain sous les bras. C’est très important afin d’éviter toute irritation. Cette friction « à sec » est très simple à réaliser et pourtant diablement efficace. Le bicarbonate neutralisera les mauvaises odeurs toute la journée et régulera votre transpiration.

Si vous préférez l’odeur d’un parfum, alors optez pour une friction à l’huile essentielle de laurier noble pure. Ne versez que 2 gouttes sur le bout des doigts et frottez les aisselles. L’effet frais, parfumé et déodorant est immédiat ! Beaucoup de fans d’aromathérapie pratiquent ce geste quotidiennement avec l’huile essentielle de palmarosa qui est bien documentée pour cet usage. Mais je la déconseille à toute personne souffrant de maladies hormonodépendantes, et aussi aux peaux ultrasensibles car l’huile essentielle de palmarosa pure peut irriter au long terme.

Et la pierre d’alun, alors ?
Je n’ai volontairement pas abordé la pierre d’alun dans cette lettre qui est là pour vous donner des recettes de déodorants faits maison. Cependant, je sais que beaucoup d’entre vous se posent des questions par rapport à ce produit. Contient-il de l’aluminium ? Est-il bon ou mauvais ?

Hélas, on ne peut pas vraiment répondre simplement à cette question car toutes les pierres d’alun ne se valent pas : certaines laissent des traces d’aluminium passer la barrière cutanée, d’autres sont absolument sans risque. Mais dans le doute, je vous encourage à opter plutôt pour des solutions moins controversées.

Merci d’avoir choisi de faire la révolution dans votre salle de bain avec moi.

Et, d’ici à ma prochaine lettre, prenez bien soin de vous !

Julien KAIBECK

Vous trouverez aussi sur le site 39 commentaires d'internautes

*****************************************************

source  https://www.lettre-beaute-au-naturel.com/
Déo : d’autres solutions naturelles !
Par Julien Kaibeck/22 septembre 2015


On a vu il y a quelques jours comment fabriquer son flacon de déodorant… Je vous livre ici d’autres astuces en vidéo pour bien maîtriser son odeur corporelle, tout en préservant sa santé !

Spray aromatique, gel d’aloe vera et bicarbonate de soude, ou poudres parfumées : voici des solutions certes naturelles mais vraiment efficaces…

Julien Kaibeck

*****************************************************



Dernière édition par Libellule le Ven 7 Avr 2017 - 0:45, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2696
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: HYGIENE, SANTE, BEAUTE, parfums maison   Mer 8 Mar 2017 - 18:56



Je me suis abonnée à cette lettre et je suis heureuse de partager les prochains dossiers avec vous.

source https://www.lettre-beaute-au-naturel.com/
Conseil beauté N°1 :
Comment vous laver sans vous empoisonner

Chère nouvelle lectrice, cher nouveau lecteur,

Je suis Manon Lambesc, rédactrice en chef de Beauté au Naturel.

Je suis ravie de vous accueillir parmi les lectrices et les lecteurs de Beauté au Naturel, notre lettre d’information gratuite sur la beauté intelligente, respectueuse et saine.

Chaque semaine, vous recevrez des conseils, des alternatives naturelles et des idées pratiques pour prendre soin de vous.

J’espère que ces lettres vous feront découvrir de nouveaux horizons de beauté et que grâce à elles, vous vous ferez votre propre opinion sur ce qui est réellement bon pour vous, vos proches et la planète.

Avec cette première lettre, j’introduis un sujet beauté basique mais indispensable : l’hygiène. Je me réjouis donc de vous offrir un dossier spécial qui regorge de conseils précieux pour que vos gestes d’hygiène quotidienne ne s’accompagnent d’aucun risque pour votre santé.

Ce dossier spécial, entièrement gratuit, s’intitule « Se laver sans s’empoisonner ».  

Après la lecture de ce dossier, vous ne laisserez probablement plus rien au hasard au moment d’aller prendre votre douche.  

Aux cochonneries de l’industrie du shampoing, du gel douche ou des crèmes hydratantes, vous préférerez la délicatesse de produits « artisanaux » : savon de Marseille, savon d’Alep, huiles végétales naturelles de calendula, d’onagre etc.  

Vous allez découvrir que votre peau subit des agressions très violentes, qui dérèglent durablement son fonctionnement (production de sébum plus abondante, odeur corporelle plus marquée, boutons, sécheresse etc.).  

La première chose à faire est de déjouer les derniers pièges des industriels de la beauté. Dans ce Dossier Spécial, vous trouverez la liste des ingrédients toxiques contenus dans les cosmétiques. A fuir absolument.  

Retenez déjà les premières règles de survie :
Les ingrédients écrits en lettres capitales sont très souvent mauvais pour la santé : PEG (polyéthylène glycol), PPG (propylènes glycols), SLS (Sodium Lauryl Sulfate, des tensioactifs), EDTA…

Les mots « parfum » ou « fragrance » désignent toujours un parfum synthétique.
Tout ce qui se termine en « ane », « one », « thiconol », « siloxane » désigne les silicones qui étouffent la peau par leur action occlusive.

Vous trouverez bien d’autres astuces pour éviter les produits toxiques dans le Dossier Spécial « Se laver sans s’empoisonner ». Gardez bien cette liste avec vous quand vous faites vos courses !  

Vous avez peut-être opté pour le naturel ?  
Mais savez-vous que 95% des savons de Marseille vendus sur le marché sont des contrefaçons !!!  

En plus de la recette traditionnelle précise, vous trouverez dans notre Dossier Spécial le nom des deux seules savonneries qui fabriquent le véritable savon de Marseille. Egalement, vous saurez quoi faire absolument si vous lisez la mention « sodium tallowate »  

Le savon d’Alep, lui, est tellement plébiscité pour les peaux sensibles qu’on en trouve partout. Mais comment choisir le bon ?  

Ne vous fiez pas à une quelconque certification, il n’en existe aucune. Le seul indicateur de qualité est la part d’huile de laurier dans sa composition. Vérifiez qu’elle est au minimum de 20 %. Un autre indice vous aidera à ne pas vous tromper.  

Dans ce Dossier Spécial, vous trouverez également de nombreux autres conseils pour se laver sans maltraiter sa peau et risquer de graves problèmes de santé :  
Une technique inhabituelle qui intéressera les sportifs et ceux qui exercent un métier salissant,

Une méthode de nos grands-mères qui fait un retour en fanfare,

Apprenez à choisir la meilleure huile végétale naturelle : huile d’avocat pour tonifier et réparer, huile de macadamia contre les vergetures, huile d’amande douce pour adoucir. Et d’autres huiles encore : après-soleil, anti-âge,  

Il vous suffit de cliquer ici pour télécharger gratuitement votre Dossier Spécial « Se laver sans s’empoisonner ».  
https://static.snieditions.com/external/img/se-laver.pdf

Dans une prochaine lettre, Julien Kaibeck vous donnera également de nombreuses précisions sur la saponification à froid.

Bonne lecture !

Manon Lambesc  

Rédactrice en Chef de Beauté au Naturel



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.





Dernière édition par Libellule le Lun 20 Mar 2017 - 18:35, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2696
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: HYGIENE, SANTE, BEAUTE, parfums maison   Jeu 9 Mar 2017 - 15:34



source https://www.lettre-beaute-au-naturel.com/
Conseil beauté N°2 :
l’indispensable savon à froid


Chère lectrice, cher lecteur,  

Il y a quelques jours, vous avez découvert un dossier consacré à la toilette : savon, shampooing et gel douche sont en effet les cosmétiques les plus utilisés dans nos salles de bain.  

Dans le dossier qui vous a été offert, vous avez pu vous rendre compte que très peu de produits sains nous sont proposés pour se laver au quotidien.  

Je m’empresse donc dans cette lettre de vous présenter une catégorie de produits qui valent le détour pour « se laver sans s’empoisonner » : les savons à froid !  
La magie de la saponification
Ceux qui me connaissent bien savent que je suis un fervent défenseur du savon à froid… Et pour cause ! Il s’agit d’un véritable savon traditionnel, élaboré avec passion dans le respect des matières premières qui constituent normalement tout bon savon : les huiles végétales.  

Pour fabriquer un savon, il faut saponifier un corps gras (de l’huile) avec de la soude.  

C’est là que la magie de la saponification opère : les corps gras saponifiés deviennent des agents « lavants » riches en glycérine naturelle.  

Hélas, l’écrasante majorité des savons du commerce, même ceux des marchés artisanaux, sont aujourd’hui fabriqués en série sans égards pour les corps gras à saponifier. Où sont passées les merveilleuses huiles d’olive, de coco, d’amande douce ?  

Elles ont été remplacées par des graisses animales (vous lirez « sodium tallowate » dans la liste des ingrédients), de l’huile de palme non équitable (vous lirez « sodium palmate »), et bien d’autres ingrédients peu nobles.  

Et la glycérine naturelle ?  
Elle a été retirée de la formule et souvent revendue à l’industrie. Quel dommage !  

On se retrouve avec des savons « morts », trop agressifs pour la plupart et bien loin du véritable savon de Marseille ou d’Alep.  

Heureusement, depuis quelques années un mouvement en faveur de la saponification à froid se fait entendre. Des savonniers passionnés produisent dans les règles de l’art des savons merveilleux, uniquement à base d’huiles végétales et parfois d’un peu d’argile ou d’huiles essentielles. Ce sont les savons à froid.  

Comment reconnaître un bon savon à froid ?
Pour se laver sans s’empoisonner, les savonnettes à l’huile végétale saponifiées à froid restent un des moyens les plus sûrs !  

Bien entendu, ils sont parfois moins jolis, moins réguliers, moins colorés, moins parfumés ! Mais tellement meilleurs et plus doux… Sachez les reconnaître avec ces quelques astuces :

Lisez la liste des ingrédients (ou exigez-la avant achat):
Elle ne doit pas comprendre les mots suivants :
Sodium tallowate
PEG
PPG
EDTA


Elle doit faire figurer en début de liste une huile saponifiée. Par exemple :
Olive : sodium olivate
Coco : sodium cocoate

Le savon sera surgras si vous trouvez en plus dans la formule d’autres noms latins d’huiles végétales :
Amande douce : Prunus dulcis
Karité : Butyrospermum parkii


Touchez le savon
Un savon à froid est bien souvent un peu plus mou et fondant qu’un savon fabriqué à base de bondillons industriels (des copeaux de savons bas de gamme). Si vous le pouvez, touchez votre savon pour ressentir cette douceur.  

Il est moulé en cube, en savonnette rectangle ou ronde, mais il n’a presque jamais une forme oblongue ou ovale comme dans le commerce.  

Ses bords s’effritent un peu si vous le frottez à sec et ses couleurs sont naturelles. Des coloris jaune, beige, sable, éventuellement bleu, ocre ou noir existent, mais jamais de rose fluo, de violet vif ou de vert pomme !

Faites confiance à la mention Slow Cosmétique
L’Association Slow Cosmétique défend les savons à froid et toute la filière depuis 2012. Elle a félicité près de 30 artisans savonniers qui fabriquent des savons d’une qualité hors pair.  

Découvrez ici les savons à froid lauréats et voyez comme l’assortiment en est large.
https://www.slow-cosmetique.com/savons/savons-a-froid.html?utm_source=santenatureinnovation&utm_medium=email&utm_campaign=BEAUTE-AU-NATUREL
Il existe même des savons à froid sans huiles essentielles pour les peaux sensibles ou les bébés.  

Portez-vous bien !  

Julien Kaibeck



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.



Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2696
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: HYGIENE, SANTE, BEAUTE, parfums maison   Jeu 9 Mar 2017 - 16:40



source https://www.lettre-beaute-au-naturel.com/
10 produits à bannir de votre salle de bains !
Par Manon Lambesc/20 décembre 2016


Sur le bord de votre lavabo, à côté du pommeau de douche ou derrière le miroir de la pharmacie… Éparpillés aux quatre coins de votre salle de bains, de dangereux agents doubles ont infiltré vos partenaires santé. Vous ne le savez même pas, mais votre salle d’eau a déjà des allures de scène de crime ! Quels sont ces serial killers de la cosmétique qui, sous l’étendard de la beauté, menacent de vous faire la peau ?

1.Les crèmes solaires : une protection à double tranchant
Rien de nouveau sous le soleil : pour nous protéger des rayons ultraviolets et éviter ainsi le redouté cancer de la peau, nous devons redoubler de vigilance. La crème solaire est, de loin, la solution la plus mise en avant. Pourtant, cette première place sur le podium est loin d’être irréprochable[1]…

Primo, les crèmes solaires ne bloquent pas toujours tous les rayons ultraviolets du soleil ! À moins de contenir un ingrédient spécifique anti-UVA, elles renvoient les bons, à savoir les UVB, et laissent donc passer les dangereux UVA, facteurs de cancer. Les soins solaires vous protègent alors du coup de soleil sans pour autant vous préserver du cancer ! Sans compter qu’en stoppant les UVB, ils empêchent à la peau de produire l’excellente vitamine D[2] dont les effets anticancer dépassent les effets procancer des UVA.

Secundo, les soins solaires dévoilent une palette d’ingrédients hautement polémiques. Au nombre de ceux-ci : le benzophénone, utilisé comme filtre synthétique et réputé pour être un perturbateur endocrinien, et le dioxyde de titane, un filtre minéral soupçonné, sous forme nano, de perturber la santé de l’organisme. En effet, les nanoparticules arrivent à s’infiltrer dans la peau et peuvent ainsi faire plus de mal que de bien. Le dioxyde de titane est donc à éviter sous cette forme ! Pour couronner le tout, ces filtres solaires synthétiques sont responsables d’une grave pollution des milieux marins[3] en contribuant notamment à la destruction des barrières de corail.

Mon astuce :
Je vous rassure, nul besoin de vous transformer en vampire pour avoir la conscience tranquille et la peau saine et sauve. Même si le soin solaire idéal n’existe pas, vous pouvez vous tourner vers des produits labellisés bio ou porteurs de la mention « Slow Cosmétique ».

2.Les gommages : des microbilles dans votre assiette !
L’exfoliation est un soin précieux pour votre peau, et il n’est pas question d’y renoncer ! En revanche, je vous invite à tirer un trait définitif sur les crèmes exfoliantes que vous trouvez dans le commerce et qui contiennent de minuscules billes. Certes, leur petite taille est idéale pour nettoyer en profondeur les pores de notre peau mais lors du rinçage, ces dernières suivent le cours de l’eau et passent entre les mailles des stations d’épuration qui ne sont pas équipées pour les traiter.

Chaque jour, plus de 8 000 milliards[4] (je le réécris en chiffres tant je trouve ce chiffre fou : 8 000 000 000 000 !!!) de microparticules finissent ainsi leur course dans les eaux. Confondues avec le plancton, les billes appâtent les poissons qui n’en font qu’une seule bouchée. Et dans quelle assiette finira ce même poisson ? Je vous laisse deviner…

Mon astuce :
Pour éviter un tel désastre écologique et sanitaire, rien de plus simple : remplacez ces billes par du sucre ou du sel qui sont de très bons exfoliants naturels !

3.Les tampons et serviettes hygiéniques : une culotte sous haute tension !
Nous leur avons fait confiance pendant de nombreuses années ; aujourd’hui, nous pourrions bien nous en mordre les doigts. En effet, les secrets de fabrication de nos produits menstruels ont récemment éclaté au grand jour : pesticides, dioxine[5] (une substance cancérigène mortelle !), parfums synthétiques… tous ces résidus toxiques se retrouvent dans nos dessous, voire directement à l’intérieur de nos parties intimes.

Cerise sur le gâteau, saviez-vous que le tampon absorbait également les « bonnes » sécrétions vaginales, engendrant l’effondrement de notre protection naturelle au point d’entraîner parfois des infections à répétition, des mycoses ou des irritations ?

C’est d’ailleurs une cause potentielle du syndrome du choc toxique (SCT), le tampon permettant à la bactérie Staphylococcus aureus de proliférer, ce qui peut mener à l’amputation, voire, dans le pire des cas, au décès.

Comme si ces chefs d’accusation n’étaient pas suffisants, des filaments de fibre de tampon auraient été retrouvés dans les muqueuses vaginales et les trompes de Fallope de certaines femmes[6]. Des liens avec le cancer du col de l’utérus, l’endométriose et certaines stérilités ne sont donc pas à exclure.

Mon astuce :
Si vous ne l’avez pas encore adoptée, il est temps d’essayer la cup : une alternative aussi économique qu’écologique aux dangers des tampons et des serviettes. Surtout, elle ne perturbe pas votre flore vaginale.

4.Les déodorants : fortement impliqués dans le cancer du sein
Présents dans 90 % des déodorants, les sels d’aluminium sèment le trouble à proximité de notre poitrine ! Dans une étude réalisée par l’université de Genève[7], des chercheurs ont constaté que l’évolution anatomique des cancers du sein se développait de plus en plus à proximité des aisselles. Les déodorants contenant des sels d’aluminium seraient en grande partie responsables. Même s’il est encore tôt pour affirmer que les sels en question provoquent le développement du cancer du sein, une chose est sûre : ils ont des effets nocifs sur les cellules mammaires !

Et la pierre d’alun ? Maintes et maintes fois promue pour remplacer les déodorants conventionnels composés d’aluminium, elle est elle aussi en train de perdre la cote. D’alternative numéro 1 pour conserver des aisselles en bonne santé, elle est passée sur le banc des accusés. Mais que lui reproche-t-on exactement ? Sa teneur en potassium et en aluminium pourrait présenter les mêmes risques que les sels d’aluminium des déodorants vendus dans les commerces ! Le sujet suscite encore la controverse, mais dans le doute, mieux vaut se tourner vers des cosmétiques 100 % garantis sans aluminium ou réaliser son déodorant soi-même.

Mon astuce :
Faites comme moi, inspirez-vous de la recette proposée dans la lettre suivante : https://www.santenatureinnovation.com/en-cas-de-transpiration-excessive/.

5.Les dentifrices au fluor : la contamination silencieuse
Considéré depuis toujours comme le bienfaiteur de nos dents, le fluor est pourtant en passe de devenir l’ennemi public n° 1. Il fait désormais partie de la longue liste de produits chimiques posant un problème sanitaire ! En gros, nous subissons depuis longtemps une intoxication silencieuse massive avec des impacts non négligeables sur notre santé. Le fluor serait entre autres susceptible de fragiliser la structure osseuse de notre corps et d’altérer nos performances intellectuelles[8].

Vous disant cela, je me rends compte que j’ai encore rencontré ce « bon fluor » la dernière fois que j’ai rendu visite à mon dentiste. Il faisait le fier sur une affiche destinée à inciter les enfants à se brosser les dents. J’imagine que ce nouveau combat est loin d’être terminé…

Mon astuce :
Heureusement, aujourd’hui, trouver un dentifrice sans fluor est chose aisée. Vous savez ce qu’il vous reste à faire ! Mais je préfère vous prévenir : le fluor ne se cache pas seulement dans le dentifrice. L’heure est à la vigilance !

6.Les autobronzants : du teint hâlé au vrai danger
Les autobronzants sont de vraies petites bombes chimiques. Si vous les utilisez, votre joli teint hâlé, vous le devez en fait à la dihydroxyacétone (DHA). Cette molécule employée pour colorer la peau est malheureusement suspectée d’effets nocifs sur la santé[9]. Alors un beau bronzage, pourquoi pas… mais un bronzage toxique, merci, mais non merci.

Histoire d’enfoncer le clou, je précise que les autobronzants contiennent en outre du formaldéhyde, un composant reconnu cancérigène par l’OMS. Quant à ceux sous forme de spray, ils comportent des risques d’inhalation et sont donc à proscrire !

Mon astuce :
À choisir, entre mon bronzage et ma santé, il n’y a pas photo. Je préfère – et de loin – un teint légèrement pâlot… Mon nouveau slogan de l’été : « Bronzez léger, bronzez santé ».

7.Les nettoyants intimes : une flore vaginale déboussolée
Notre vagin est incroyablement bien constitué puisqu’il a une fonction autonettoyante grâce à ses sécrétions. Les douches vaginales sont donc à éviter[10], de même que les nettoyants intimes qui bouleversent l’équilibre bactérien et le PH naturel de notre flore, augmentant les risques de développer des mycoses et des vaginoses. Même doux, les nettoyants intimes sont trop abrasifs pour une zone aussi sensible. L’usage de ces produits n’a donc aucun intérêt, sans compter qu’ils ne sont pas exempts de substances chimiques (tensioactifs).

Mon astuce :
Comme Pocahontas, laissons à la nature le soin de notre flore vaginale…

8.Le fond de teint : des puits de saleté
Lorsqu’il est trop couvrant, le fond de teint peut obstruer les pores de notre visage et l’empêcher de respirer comme il le devrait. Boutons, points noirs, production de sébum excessive… voilà les dégâts que peut provoquer notre indispensable allié bonne mine et couvreur d’imperfections. En d’autres mots, il camoufle de vrais puits de saleté qu’il alimente lui-même. De quoi vous tartiner davantage ! Un vrai cercle vicieux…

Mon astuce :
Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, à savoir qu’il ne faut plus se maquiller. Vous pouvez commencer par privilégier des produits moins couvrants et surtout les plus naturels possible… Renseignez-vous sur les alternatives naturelles ! D’autant que les cosmétiques bio, comme vous le savez, ont le vent en poupe.

9.Les crèmes anti-âge : la promesse chimique
Nous aspirons tous à conserver jeunesse et vitalité ad vitam æternam… Ce phénomène a une conséquence directe : le marché des crèmes anti-âge est en plein essor. Vous êtes-vous déjà demandé si, à travers ce vœu de longévité, nous ne nous faisions pas plus de mal que de bien ? Dans le doute, je vous le demande : quel est le prix à payer pour retarder le vieillissement de quelques années ?

Les crèmes antirides sont pleines de composants, dont certains sont loin d’être totalement innocents[11] : parabènes, conservateurs ou filtres UV allergisants, perturbateurs endocriniens… comme souvent, l’étiquette de ces produits est pleine de noms barbares qui n’inspirent pas grand-chose de naturel. Et ces crèmes miracles tiennent-elles vraiment leur promesse ? Bof… Si elles peuvent certes atténuer une ride, elles ne vont pas pour autant l’effacer miraculeusement.

Enfin, au prix que coûtent les produits anti-âge, je suis franchement persuadée que le jeu n’en vaut pas la chandelle.

Mon astuce :
Si vous souhaitez retarder l’apparition de quelques rides, soyez plutôt attentifs à votre hygiène de vie, ne fumez pas et ne vous exposez pas trop longtemps au soleil. Je ne vous apprends rien (enfin j’espère !), c’est le b.a.-ba !
Jugez par vous-même avec le sérum anti-âge de ma routine d’hiver :

10.Le gel antibactérien : le risque du tout aseptisé
Vous vous trimballez partout avec votre flacon antibactérien, persuadé(e) qu’il vous protège des virus et champignons en tout genre ? Vous en usez et en abusez pour conserver la santé ? Et si vous faisiez fausse route ? Les gels hydroalcooliques pourraient-ils être plus dangereux que les bactéries dont ils nous protègent ? C’est possible ! En cause, leur teneur en triclosan. Ce dernier est suspecté d’être un perturbateur endocrinien, d’augmenter la résistance de certains microbes et même de favoriser la résistance aux antibiotiques.

Autre composant tout aussi problématique : le bisphénol A, classé lui aussi perturbateur endocrinien. Selon une étude menée par l’université du Missouri, le gel antibactérien favoriserait l’absorption de bisphénol A par la peau et serait donc dangereux pour la santé sur le long terme. L’Association santé environnement France a appelé à la prudence avec l’utilisation de ces gels et a conseillé de les réserver à un usage exceptionnel[12]…

Si l’usage de ces gels en milieu hospitalier est crucial pour assurer des soins de qualité, c’est loin d’être toujours le cas dans votre sac à main ou a fortiori dans votre salle de bains.

Mon astuce :
À moins de vous prendre pour le Docteur Ross et de vous lancer dans une carrière d’urgentiste, il est peut-être temps d’inviter ce petit gel à prendre gentiment la direction de la poubelle. Un savon de Marseille pour vous laver les mains en sortant des toilettes ou avant d’aller à table, c’est largement suffisant.

Bien sûr, cette liste est loin d’être exhaustive. Je vous invite donc à toujours plus de vigilance lors de l’achat de vos cosmétiques. Lisez bien les étiquettes et armez-vous de patience car je suis persuadée que même après ce nettoyage, votre salle de bains est toujours en terrain miné. Je dirai même plus, le déminage ne fait que commencer !

Manon Lambesc

sources
[1] http://www.consoglobe.com/creme-solaire-sante-substances-chimiques-conservateurs-cg

[2] Godar DE, Landry RJ, Lucas AD. Increased UVA exposures and decreased cutaneous Vitamin D(3) levels may be responsible for the increasing incidence of melanoma. Med Hypotheses 2009;72(4):434–43.

[3] http://www.journaldelenvironnement.net/article/pourquoi-les-coraux-n-aiment-pas-la-creme-solaire,63114

[4] Chelsea M. Rochman et al., « Scientific Evidence Supports a Ban on Microbeads », Environmental Science & Technology, September 2015

[5] http://www.60millions-mag.com/2016/02/23/tampons-et-protections-feminines-une-reglementation-s-impose-10151

[6] http://www.consoglobe.com/substances-que-cachent-protections-intimes-cg/3

[7] André-Pascal Sappino et al., « Aluminium chloride promotes anchorage-independent growth in human mammary epithelial cells », Journal of Applied Toxicology, January 2012

[8] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3491930/

[9] Jung K. UV-generated free radicals (FR) in skin: Their prevention by sunscreens and their induction by self-tanning agents . Spectrochim Acta A Mol Biomol Spectrosc. 2008;69(5):1423-8.

[10] http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=douche-intime-danger-sante-savons-eau-vagin-mycose

[11] https://www.quechoisir.org/comparatif-ingredients-indesirables-n941/

[12] Association Santé Environnement France
http://www.asef-asso.fr/ma-beaute/nos-conseils-pratiques/1911-gel-antibacterien-soyez-prudent



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.





Dernière édition par Libellule le Ven 7 Avr 2017 - 0:51, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2696
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: HYGIENE, SANTE, BEAUTE, parfums maison   Mer 15 Mar 2017 - 18:52



source https://www.lettre-beaute-au-naturel.com/
Pour être beau, dormez
Par Manon Lambesc 19 juin 2016

Des chercheurs suédois ont établi scientifiquement ce que vous saviez déjà : il existe une relation étroite entre votre sommeil et votre apparence physique.

Dans une étude publiée le 15 décembre 2010 dans le British Medical Journal, John Axelsson et son équipe du Karolinska Institute de Stockholm arrivent à la conclusion que les personnes qui manquent de sommeil paraissent en plus mauvaise santé, et sont moins attirantes physiquement que celles qui dorment bien, et suffisamment. (1)

« Le sommeil est le soin de beauté naturel du corps, a déclaré J. Axelsson. C’est sans doute plus efficace qu’aucun traitement que vous puissiez acheter ». (2)

L’étude a été réalisée en montrant à des personnes choisies au hasard des photos de personnes après une nuit de huit heures de sommeil, et après 31 heures de veille, puis en leur demandant de noter sur une échelle de 1 à 100 leur état de santé, leur beauté physique, ainsi que leur niveau de fatigue.

D’autres recherches récentes sont arrivées à la conclusion que le manque de sommeil pourrait augmenter le risque de maladie d’Alzheimer(3) de dépression(4) et de surpoids(5). Mais, en fait, il semble que le risque d’attraper toutes les maladies, ou presque, augmente lorsqu’on dort trop peu, puisque le système immunitaire est fortement affaibli.

Le manque de sommeil provoque les mêmes effets que le vieillissement
Manquer de sommeil a les mêmes effets que le vieillissement sur le physique et sur le cerveau.

Si vous vous regardez dans la glace un lendemain de fête, ou après une nuit agitée ou d’insomnie, votre visage ressemble beaucoup à ce qu’il sera… dans dix ans alors que vous aurez bien dormi.

De la même façon, il est nettement plus difficile de se souvenir de l’endroit où on a mis ses clés lorsqu’on a dormi moins de cinq heures. On risque plus de se cogner, de trébucher sur des objets, de rater une marche, de butter sur les mots, voire de répéter une chose que l’on vient de dire.

Comme votre grand-mère, vous avez parfois tendance à ne plus savoir si vous avez déjà raconté cette (excellente) histoire à cette personne.

Tout cela plaide évidemment pour mieux dormir. Oui mais comment ? Si vous faites partie des 40 % de la population qui a du mal à s’endormir et/ou à rester endormi, vous savez que la solution n’est pas évidente. Or, il faut que vous ayez chaque nuit entre six et huit heures de bon sommeil. (6)

Surtout pas de somnifères !
Si vous souffrez d’insomnie, il peut être tentant de chercher une solution immédiate en prenant des médicaments. Mais sur le long terme, les somnifères ont de fortes chances d’aggraver vos problèmes de sommeil.

De plus, que cherchez-vous en dormant mieux ? A vous sentir mieux, le lendemain, moins fatigué, plus alerte intellectuellement. A avoir meilleur moral.

Or, il se trouve qu’aucun de ces effets ne sera atteint par les somnifères chimiques : tous provoquent l’effet exactement inverse, c’est-à-dire un risque plus grand d’inattention, d’assoupissement, bref, de sentiment général de fatigue. Ces produits vous assomment, mais ne vous reposent pas. Il a même été établi que le sommeil provoqué par les somnifères est en général très agité, traversé de cauchemars, et entrecoupé de réveils fréquents.

11 conseils pour mieux dormir
En recoupant les conseils donnés par les différents guides pour mieux dormir, j’ai repéré 11 conseils que l’on retrouve dans le discours de la plupart des spécialistes :

1 Dormez dans le noir total, ou aussi total que possible. Lorsque la lumière frappe vos paupières, elle interrompt la production de sérotonine et mélatonine (l’hormone du sommeil), en perturbant le rythme circadien de la glande pinéale (qui gère votre horloge biologique). Si vous devez vous lever la nuit pour aller aux toilettes, essayez de ne pas allumer la lumière. Si c’est trop risqué, mettez dans vos toilettes une veilleuse.

2 Pas de télévision juste avant de vous coucher. Mieux encore, pas de télévision dans votre chambre. Mieux encore, pas de télévision dans votre maison ! La télévision excite trop le cerveau. Elle perturbe aussi la glande pinéale, pour les mêmes raisons que ci-dessus. Surtout, la télévision et Internet vous font très facilement aller au lit une ou deux heures plus tard que vous n’auriez dû.

3 Portez des chaussettes au lit. Etant la partie la moins bien irriguée du corps, les pieds sont souvent la première partie à se refroidir. Or, dès que vous avez trop froid, votre corps se met à bouger pour se réchauffer. Il y a un risque de se réveiller, et la qualité de votre sommeil décroît. Une étude a montré qu’avoir les pieds au chaud augmente la qualité du sommeil. Tant pis si c’est moins glamour !

4 Dormez dans une atmosphère fraîche, pas plus chaude que 18°C. Beaucoup de maisons sont trop chauffées, en particulier à l’étage, dans les chambres à coucher. Cependant, en-dessous de 15°C, vous serez sans doute gêné par le froid.

5 Eloignez votre réveil et les autres appareils électriques de votre lit. Leurs bruits et les diodes qui clignotent peuvent vous perturber. Et regarder les chiffres sur votre réveil (2 h, 3h15, 4h…) ne peut qu’ajouter à vos angoisses.

6 Réservez votre lit pour dormir. Si vous êtes habitué à regarder la télévision ou travailler au lit, cela peut augmenter vos difficultés à vous détendre et vous endormir. Donc évitez ces activités dans votre lit.

7 Envisagez de faire chambre à part. De récentes études(7) (et l’expérience de nombreuses générations !) indiquent que, pour beaucoup de personnes, partager son lit avec quelqu’un peut fortement perturber le sommeil, surtout si l’autre personne a un sommeil agité, se lève la nuit, ou ronfle. Le Dr Neil Stanley, spécialiste du sommeil à l’Université de Surrey (Angleterre), conseille fortement de faire chambre à part. Il rappelle que l’habitude de dormir à deux dans la même chambre ne s’est installée que depuis la révolution industrielle, lorsque les populations se sont installées dans les villes où l’espace coûtait cher. A l’époque romaine, le lit conjugal ne servait pas pour dormir, mais pour… vous savez quoi.

8 Faites régulièrement de l’exercice physique. Une étude de la Stanford Medical School a constaté que, après un programme de 16 semaines d’exercices physiques modérés, les sujets étudiés s’endormaient en moyenne 15 mn plus tôt et dormaient 45 mn de plus. Cependant, ne faites pas d’exercice juste avant d’aller dormir car cela vous maintiendrait éveillé.

9 Ne mangez pas de sucrerie juste avant d’aller dormir. Non seulement cela peut provoquer de la nervosité, mais cela peut entraîner aussi une hypoglycémie au bout de quelques heures, qui vous réveillera. En revanche, vous pouvez prendre une nourriture bien protéinée quelques heures avant de dormir. Cela vous aidera à produire de la mélatonine (hormone du sommeil).

10 Couchez-vous toujours à la même heure. Je le sais ce n’est pas toujours simple de s’y tenir (surtout le week-end !).

11 Enfin, pour aller au-delà des simples conseils de bon sens, et vous proposer une solution nouvelle qui semble vraiment efficace si tous les points ci-dessus ne vous aident pas à mieux dormir, envisagez une thérapie cognitive et comportementale (TCC). Une étude réalisée par l’Université de Bergen, en Norvège, a conclu que les TCC sont plus efficaces que les somnifères. En six semaines de traitement, les personnes insomniaques qui ont suivi cette thérapie ont augmenté leur temps de sommeil effectif de 81,4 % à 90,1 %. De plus, elles avaient des phases de sommeil profond plus long, et se réveillaient moins souvent que les deux autres groupes témoins (dont un recevait un somnifère de zopiclone, et l’autre un placebo).(8)

Alors, tentons de revenir aux basiques et dormons pour être beau/belle et préserver notre santé.

Amicalement,

Manon Lambesc

Rédactrice en Chef de Beauté au Naturel

sources
(1) Axelsson J.A., Sundelin T., Ingre M., et al « Beauty sleep : experimental study on perceived health and attractiveness of sleep deprived people », British Medical Journal, 15 décembre 2010.

(2) Interviewé par ABC News, Bradley Blackburn, le 15 décembre 2010, http://abcnews.go.com/Health/beauty-sleep-deprivation-science-beauty-rest/story?id=12402190&page=1 (consulté le 20 décembre 2010)

(3) Selon le Dr David M. Holtzman, président du Alzheimer’s Disease Research Center, Washington University School of Medicine, St. Louis, et le Dr Nikolaos Scarmeas, professeur associé de neurologie, Taub Institute for Research on Alzheimer’s Disease and the Aging Brain, Columbia University Medical Center, New York City, Science Magazine, 24 septembre 2009.

(4) Walker M., « The human emotional brain without sleep — a prefrontal amygdala disconnect », Current Biology, 17(20) pp. R877 – R878, 22 octobre 2007.

(5) Etudes de l’Université de Stanford et de l’Université de Chicago, citées par Ali Mohamadi, ABC News, http://abcnews.go.com/Health/story?id=305906&page=1 (consulté le 20 décembre 2010).

(6) Charumathi Sabanayagam, MD, PhD; Anoop Shankar, MD, PhD, « Sleep Duration and Cardiovascular Disease: Results from the National Health Interview Survey », Sleep, Volume 33, issue 08. http://www.journalsleep.org/ViewAbstract.aspx?pid=27857

(7) http://news.bbc.co.uk/2/hi/8245578.stm

(8) Journal of the American Medical Association June 28, 2006, Vol. 295, No. 24: 2851-2858



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.



Dernière édition par Libellule le Ven 7 Avr 2017 - 0:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HYGIENE, SANTE, BEAUTE, parfums maison   

Revenir en haut Aller en bas
 
HYGIENE, SANTE, BEAUTE, parfums maison
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» maison pour poupées mannequins
» MM Blues reso à la maison
» Maison en pain d'épice
» PAS D’NOM, PAS D’MAISON
» Les oeuvres que vous rêvez de voir dans votre maison d'Opéra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: SANTE- DIETETIQUE- HYGIENE- BEAUTE- :: Dossiers pour réfléchir à notre manière de vivre et se nourrir-
Sauter vers: