Libellule

Libellule: Libre service de liens sur tous les sujets
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 HYGIENE, SANTE, BEAUTE, parfums maison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: HYGIENE, SANTE, BEAUTE, parfums maison   Ven 17 Mar 2017 - 18:05



Dernière édition par Libellule le Lun 20 Mar 2017 - 18:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: HYGIENE, SANTE, BEAUTE, parfums maison   Dim 19 Mar 2017 - 18:17



source https://www.lettre-beaute-au-naturel.com/
Pourquoi vous allez adorer l’huile de coco !
Par Julien Kaibeck/22 mars 2016


Je vous ai déjà parlé de l’huile de coco dans certaines de mes recettes, et vous aurez certainement l’occasion de la retrouver rapidement dans une de mes prochaines lettres. Pourquoi suis-je donc aussi enthousiaste au sujet de l’huile de coco ?

C’est simple, c’est un produit quasiment indispensable en « Slow Cosmétique ».

Nourrissante et antibactérienne, vous allez voir qu’on peut l’utiliser partout et souvent très simplement.

Un vrai passe-partout en Slow Cosmétique
L’huile de coco pourrait bien devenir la nouvelle meilleure amie de votre peau, de vos cheveux ou encore de vos dents ! Bref, elle sera incontournable dans votre salle de bain. Pour profiter au maximum de tous ses bienfaits, pensez bien à prendre de l’huile de coco vierge et bio, de bonne qualité [1].

Elle se prête aussi bien à la réalisation de baumes à lèvres et de crèmes corporelles que de déodorants (qu’ils soient solides ou en gel), de savons à froid ou encore de dentifrices…

Vous vous souvenez peut-être, par exemple, de ma recette de baume fondant pour le corps à l’huile de coco (si ce n’est pas le cas, vous la retrouverez ICI). Aujourd’hui, je voudrais vous présenter une recette d’après-shampooing.

Difficile de faire plus simple puisqu’il contient de l’huile de coco et… c’est tout !

Il vous suffit pour cela de masser vos cheveux avec un peu d’huile de coco (si vous en mettez trop, vos cheveux donneront l’impression d’être gras) en vous concentrant sur les pointes et de laisser reposer pendant 5 à 10 minutes. Vous pouvez l’utiliser solide, telle qu’elle se trouve à température ambiante, en la chauffant dans vos paumes, ou bien la faire chauffer un peu si vous préférez sa texture liquide. Voilà une astuce toute simple pour régénérer votre chevelure.

Personnellement, j’aime bien rajouter 1 goutte d’huile essentielle pour accentuer le côté réparateur et aussi pour parfumer de façon subtile. Si vous voulez en faire autant, je vous conseille l’huile essentielle d’ylang-ylang ou celle d’épinette noire. Avec cet après-shampooing 100 % naturel, vos cheveux secs et cassants retrouveront l’éclat et la vigueur qu’ils méritent.

D’incroyables propriétés nourrissantes
Avec l’huile de coco, dites adieu aux problèmes de sécheresse cutanée. Elle hydrate et assainit votre peau en profondeur grâce à sa richesse en acides laurique et caprique.

Ainsi, l’après-shampooing dont je vous parlais plus haut peut se transformer en soin pour votre cuir chevelu. Tout aussi facilement, il suffit cette fois de masser votre crâne avec l’huile de coco.

Sinon, pour une recette plus élaborée (mais toujours simple !) et qui ne nécessite pas de rinçage, vous trouverez dans le livre que j’ai écrit avec Mélanie Dupuis, Slow Cosmétique : le guide visuel [2], la méthode pour réaliser à la maison un après-shampooing tout terrain. La base est un gel d’aloe vera, mais j’y rajoute 10 % de lait de coco pour changer un peu de l’huile.

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’en cas de peau sèche ou de cheveu sec, il n’y a qu’une solution : nourrir et hydrater. C’est le rôle principal du sébum que produit notre organisme et l’huile de coco l’aide précisément dans cette mission.

Ne craignez pas d’en abuser ; en plus d’être polyvalente, elle sent divinement bon. Pour moi, elle évoque les vacances et le sable chaud.

C’est d’ailleurs un usage de plus où elle pourra vous être bien utile. En bloquant environ 20 % des ultraviolets, l’huile de coco ralentit les dommages infligés à votre peau par les rayons du soleil. À ce titre, le Monoï, par exemple, n’est rien d’autre qu’une macération de fleur de Tiaré dans de l’huile de coprah (une autre huile à base de coco, mais que je trouve moins intéressante car souvent impure). L’huile de coco est donc une bonne alternative à la crème solaire et à ses toxiques si vous avez la peau mate ou que vous vous exposez peu. Son seul inconvénient est d’avoir un indice de protection relativement bas. Mais si vous n’abusez pas du soleil, vous aurez grâce à elle une peau délicieusement dorée et parfumée.

L’huile de coco, une tueuse de bactéries
En plus des acides laurique et caprique, l’huile de coco contient plusieurs autres acides qui boostent votre organisme. Parmi eux, l’acide myristique, essentiel à la régulation cellulaire, l’acide palmitique, importante source d’énergie ou encore l’acide caprylique, réputé pour ses propriétés antifongiques.

Grâce à cela, l’huile de coco n’est pas uniquement relaxante comme dans le cadre d’un massage. Elle tient véritablement du soin et voici quelques façons originales de l’utiliser :
-En dentifrice. En Slow Cosmétique, on l’utilise parfois fondue au bain-marie et mélangée à un peu de bicarbonate de soude. Comptez 1 cuillerée à soupe d’huile pour 1 cuillerée à café de poudre de bicarbonate alimentaire. L’huile de coco, par ses propriétés antimicrobiennes, est en effet efficace contre les bactéries et les caries et son effet est accentué par le caractère abrasif du bicarbonate de soude. Une fois refroidi, ce mélange donne une sorte de baume qui remplacera votre dentifrice classique. Le plus : pas de saletés chimiques dans votre bouche comme c’est le cas avec les dentifrices du commerce. Son petit inconvénient : il ne mousse pas et ne convient pas à tout le monde.

-En « oil pulling ». Vous avez l’impression qu’un dentifrice qui ne mousse pas, c’est un dentifrice qui ne marche pas, essayez autre chose : le « tirage d’huile ». Pour cela, prenez dans votre bouche une cuillère à soupe d’huile de coco et faites-la circuler entre vos dents pendant 15 à 20 minutes. Une partie des bactéries ne parviendra plus à s’accrocher à votre email et va se dissoudre dans l’huile avant même de pouvoir faire des carnages sur votre beau sourire.

Enfin, j’ai même discuté l’autre jour avec un ami qui utilisait l’huile de coco pour cirer ses chaussures. En effet, si elle est capable de régénérer votre peau, pourquoi pas le cuir de vos chaussures ? De mon côté, je la trouve si précieuse que je pense qu’il serait dommage de la « gaspiller » de cette manière, mais cela peut dépanner.

Ainsi, je vous propose pour terminer une façon plus écologique d’obtenir le même résultat : recyclez vos peaux de bananes. Eh oui, ça marche aussi ! Frottez de façon circulaire l’intérieur de votre peau de banane directement sur vos chaussures. Laissez reposer pendant une minute, puis nettoyez vos chaussures avec un chiffon doux et propre en prenant bien soin de ne laisser aucun morceau de banane. Vous verrez, elle est bien plus utile ici que sous vos semelles.

Et d’ici ma prochaine lettre, prenez bien soin de vous !

Julien Kaibeck

Soutenez le mouvement Slow Cosmétique grâce au shopping beauté engagé sur www.slow-cosmetique.com

PS : J’en profite pour vous préciser que l’huile de coco est également excellente en cuisine où elle remplace de plus en plus le beurre du fait de sa consistance solide à température ambiante. Elle a ici l’avantage de résister, en cuisson, à des températures élevées sans générer aucune toxicité et on lui a même trouvé des vertus amincissantes [3].

PPS : D'autres recettes sont possibles, un exemple avec ma recette de baume fondant pour le corps à l’huile de coco (vous la retrouverez ICI).
https://www.lettre-beaute-au-naturel.com/problemes-de-peau-recettes-baumes/

sources
[1] On trouve de l’huile de coco vierge et bio dont la traçabilité est établie ici.
https://www.slow-cosmetique.com/solrsearch/result/?q=coco&utm_source=santenatureinnovation&utm_medium=email&utm_campaign=BEAUTE-AU-NATUREL

[2] Mon livre « Slow Cosmétique : le guide visuel » est disponible partout en librairies et aussi ici.
https://www.slow-cosmetique.com/cosmeto-maison/livres.html?utm_source=santenatureinnovation&utm_medium=email&utm_campaign=BEAUTE-AU-NATUREL

[3] En 2009, l’étude Effects of dietary coconut oil on the biochemical and anthropometric profiles of women presenting abdominal obesity a montré que remplacer l’huile de soja par la même quantité d’huile de noix de coco permettait une légère baisse de poids aux femmes souffrant d’obésité abdominale.



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.





Dernière édition par Libellule le Ven 7 Avr 2017 - 0:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: HYGIENE, SANTE, BEAUTE, parfums maison   Lun 20 Mar 2017 - 17:24



source https://www.lettre-beaute-au-naturel.com/
Ne laissez plus les cernes gâcher votre regard
Par Manon Lambesc/19 août 2016


Tranches de pomme de terre, rondelles de concombre, glaçons au thé vert… Ce ne sont pas les astuces qui manquent pour vous débarrasser de vos cernes. Si ces remèdes de grand-mère offrent généralement des résultats plutôt satisfaisants, ils ont aussi leurs limites. Quand vos yeux sont si cernés que vous avez l’air d’un panda déprimé, il est grand temps de passer à la vitesse supérieure.

On pense souvent que les cernes sont dus à l’absence de sommeil. C’est avant tout un problème de circulation. La zone en dessous de l’œil est par ailleurs très fragile, c’est pourquoi il faut rester prudent et ne pas la maltraiter en cherchant à réactiver la microcirculation.

Voici, pour l’avoir testée avec succès, la recette d’un excellent sérum anticernes que j’emprunte à Julien Kaibeck, dans son livre Adoptez la Slow Cosmétique [1].
Mélangez dans un flacon codigoutte de 20 ml :
1 cuillère à soupe d’huile végétale de calophylle
1 cuillère à soupe d’huile végétale de son de riz (je viens de la découvrir et j’adore ! J’essaie des recettes anti-âge avec. Affaire à suivre…)
2 gouttes d’huile essentielle d’hélichryse italienne

Une simple goutte de ce mélange en massage au niveau des cernes 2 fois par jour, au réveil et au coucher, vous rendra votre regard des beaux jours (et des nuits réparatrices). Pensez bien à mettre la goutte sur votre doigt et non directement sous l’œil, car avec l’huile essentielle vous risqueriez d’avoir une mauvaise surprise si vous visez mal. De même, soyez précis dans le dosage, la dose maximale en HE préconisée à cet endroit étant de 0,5% de la formule finale.

Si vous en êtes à votre premier essai de soin maison, il est peut-être plus prudent d’opter pour cet autre mélange, moins contraignant.
Mélangez à parts égales de l’eau florale de rose, de bleuet et de camomille avec du jus d’aloe vera et de grenade. Vous bénéficierez ainsi des propriétés hydratante, astringente, décongestionnante et relaxante de cette synergie. N’en préparez pas une grosse quantité car ce soin se conserve mal. Placez-le au frais. Vous en imbiberez des cotons à démaquillage pour une pose quotidienne de 20 minutes.

Après, soyons honnêtes, le meilleur des arsenaux ne fera pas de miracles si vous n’y mettez pas un peu du vôtre. Cela commence par de bonnes nuits de sommeil, environ deux litres d’eau par jour pour une bonne hydratation, une alimentation saine dans l’idéal avec de l’exercice physique et moins d’alcool, de cigarettes et de cafés.

Sans ces quelques efforts, je crains qu’il ne vous reste, en dernier recours, que le tour de passe-passe du maquillage.

Amicalement,

Manon Lambesc

sources
[1] Leduc. S Editions, 2012.



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.





Dernière édition par Libellule le Ven 7 Avr 2017 - 0:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: HYGIENE, SANTE, BEAUTE, parfums maison   Lun 20 Mar 2017 - 19:00



source https://www.pure-sante.info/acne-ne-mettez-monsanto-visage/#respond
Acné : ne mettez pas du Monsanto sur votre visage !
Par Gabriel Combris/6 juin 2016


« Mais ça se voit même pas !!! »…
Je me rappelle que c’est ce que m’avait dit mon médecin lorsque j’étais adolescent et que j’avais de l’acné.

Lui prétendait que personne ne voyait rien, et moi je pouvais compter des dizaines de boutons énormes sur mon visage.

Je savais lesquels étaient en train de « mûrir », lesquels diminuaient de taille. Je connaissais les miroirs et les glaces qui limitaient plutôt les dégâts et ceux qui accentuaient la catastrophe ; je savais chaque jour si la situation était meilleure que la veille. Et les jours où ça empirait… j’étais désespéré de devoir me présenter « dans cet état » devant les garçons… et surtout les filles de l’école.

Alors l’acné « ça ne se voit peut-être pas », mais quand vous avez 15 ans, ça peut prendre beaucoup de place dans votre vie.

Le karcher des comédons
Si Internet avait existé lorsque j’étais adolescent, j’aurais passé des heures à chercher les solutions les plus efficaces contre l’acné.

J’aurais voulu aller vite, au plus radical. Trouver le karcher des comédons.

Et il est probable que je n’aurais pas écouté le vieux bonhomme que je suis aujourd’hui, qui m’aurait dit : « Attention, sais-tu vraiment ce que tu mets sur ton visage ? »

Mais si j’écris tout de même cette lettre, c’est que j’ai bon espoir que les jeunes se méfient plus des médicaments qu’à ma génération. Et que contre l’acné, la solution vient de là où l’on ne l’attend pas.

Car voici que la médecine prescrit généralement contre l’acné :
-Des traitements locaux : crèmes ou gels antiseptiques et antibiotiques (rétinoïdes et/ou peroxyde de benzoyle) : ces traitements visent à réduire la prolifération des bactéries responsables de l’acné. Mais ils assèchent, irritent et augmentent la sensibilité de la peau au soleil et peuvent aussi provoquer un effet rebond quand vous les arrêtez.

-Les traitements antibiotiques : un traitement par cures successives d’antibiotiques est généralement prescrit dans les acnés modérées à sévères. Mais c’est inefficace dans 82 % des cas [1] ! Surtout, plus le traitement est long, plus la bactérie impliquée dans l’acné devient résistante [2] et plus vous risquez de développer des résistances à d’autres germes [3].

-Le traitement par isotrétinoïne (ou Roaccutane) : normalement il est réservé aux acnés sévères et résistantes aux autres traitements, mais dans la pratique il est largement prescrit en cas de boutons nombreux et récalcitrants. Pourtant les effets secondaires sont très lourds : sécheresse de la peau et des muqueuses, élévation du cholestérol et des triglycérides, atteinte du foie et des reins et, le plus grave : malformations fœtales en cas de grossesse et apparition de troubles psychiatriques, dépression voire tentative de suicide.

Pour résumer, l’isotrétinoïne est un peu à la peau ce que Monsanto est à la terre, efficace dans 2/3 des cas [4], mais dévastateur !

Maintenant, la bonne nouvelle est que d’autres pistes s’ouvrent aujourd’hui. Et elles commencent avec un étonnant voyage (gratuit) à l’autre bout du monde.

L’île où l’acné n’existe pas
http://www.tresorsdumonde.fr/ile-de-kitava/

Particularité touristique : aucun des 1200 habitants de Kitawa n’a un seul bouton d’acné…

Pourtant, ici comme ailleurs, les adolescents n’échappent pas aux poussées hormonales, ni les femmes aux variations du cycle menstruel.

En étudiant le mode de vie des habitants de l’île, un professeur américain spécialiste du régime paléolithique, le Dr Loren Cordain, a remarqué que ceux-ci ne présentent pas de caractéristique génétique particulière qui expliquerait l’absence d’acné. Il en est arrivé à la conclusion que leur mode alimentaire faisait la différence et les protégeait de la maladie.

L’alimentation des habitants de Kitava est en effet semblable à celle des hommes du Paléolithique il y a 10 000 ans : une belle quantité d’aliments frais, fruits, tubercules, poisson, noix de coco, mais pas de café ni d’alcool et très peu de céréales ou de sucre [6].

L’alimentation anti-acné
L’hypothèse du Pr Cordain se trouve renforcée par un grand nombre d’études qui ont établi la responsabilité de certains aliments dans les changements hormonaux et l’amplification de l’inflammation inhérente à l’acné :
-Les produits laitiers animaux : des dizaines de milliers d’adolescents et d’adultes ont été suivis pendant des années. La conclusion est sans appel : plus la consommation de laitages est importante, plus il y a d’acné et plus l’acné est forte [7]. Cela tiendrait à la teneur en acides gras du lait riche en oméga-6 pro-inflammatoires, la présence des hormones animales, et enfin l’action du lait sur l’élévation de l’insuline et de la testostérone.

-Les aliments à index glycémique (IG) élevé : il existe des interactions nombreuses entre le taux d’insuline, les facteurs hormonaux, l’inflammation et l’acné. L’élévation de l’insuline dans le sang qui a lieu après l’ingestion de glucides facilite les infections cutanées en augmentant la production de sébum [8], en limitant la cicatrisation [9] et en perturbant les hormones, dont les androgènes et la fameuse testostérone [10]. C’est pourquoi maîtriser votre taux d’insuline est absolument indispensable pour diminuer l’acné.

-Les acides gras saturés et les oméga-6 : si les graisses sont de mauvaise qualité, le sébum l’est également. Le statut en acides gras est fortement corrélé au développement d’une acné inflammatoire [11]. Une alimentation riche en graisses saturées et en oméga-6 élève le niveau des androgènes [12] et des facteurs pro-inflammatoires [13]. Evitez aussi de grignoter des graines de tournesol riches en oméga-6, elles ont pour effet rapide d’aggraver les lésions enflammées [14].

-Le sel : peu d’études ont étudié les effets de la consommation de sel sur l’exacerbation de l’acné, mais il semble bien engendrer une recrudescence des lésions, sans que les mécanismes en soient clairs [15]. On remarque que les aliments très salés sont souvent industriels et à IG élevé (fromage, pain, etc.). Pensez aussi à réduire l’ajout de sel dans vos assiettes.

Donc, avant de me tartiner le visage de gels et crèmes et d’avaler des antibiotiques inutiles, voici un régime alimentaire anti-acné que j’adopterais sur le champ si j’avais encore 15 ans et des boutons que le médecin fait semblant de ne pas voir :
*Pas ou peu de laitages

*Pas d’aliments industriels, d’édulcorants, d’aliments raffinés à index glycémique élevé : farine blanche, sucre, riz blanc, pommes de terre, baguette, pain de mie, biscuits, céréales du petit-déjeuner.

*Beaucoup d’aliments à index glycémique bas ou modéré : fruits, légumes crus et cuits, céréales semi-complètes ou complètes, œufs, volaille, oléagineux…

*Des graisses riches en oméga-3 : huile de colza, de cameline, noix de Grenoble, graines de lin, et des poissons gras (hareng, maquereau, sardine)…

Une dernière chose : le niveau de zinc est abaissé en cas d’acné, et ce d’autant plus qu’elle est sévère [16]. La plupart des études montrent des effets bénéfiques avec une supplémentation.

On trouve de multiples formes de zinc. Le picolinate de zinc et le zinc-méthionine [17] sont les plus efficaces, à défaut essayez le gluconate. Pour le dosage, comptez 30 mg de zinc-élément.

Je vous épargne pour conclure le couplet sur la beauté intérieure, sur la personne qui se cache « derrière » ses boutons. L’acné, c’est juste pénible. Alors autant choisir la bonne stratégie, naturelle, pour s’en débarrasser au plus vite et pour de bon.

Êtes-vous addict au sucre ?
La consommation de sucre provoque une hausse des niveaux de dopamine (la molécule qui contrôle les circuits de récompense et de plaisir du cerveau) comparable à celle que connaît le cerveau en réaction à différentes substances addictives, telles que le tabac, la cocaïne ou la morphine.

Avec le temps, ces niveaux de dopamine baissent, ce qui pousse la personne à consommer davantage de sucre. Ainsi s’installe la dépendance.

Des chercheurs en neurosciences de l’université du Queensland, en Australie, ont testé [18] sur des animaux le traitement de la dépendance au sucre au moyen de molécules ordinairement employées pour lutter contre la dépendance à la nicotine… avec succès !

Les molécules en question étaient : la varnicline, la mécamylamine et la cytisine. Un résultat prometteur, mais la route menant à la libération de l’addiction au sucre est encore longue, ses effets étant encore trop peu connus du grand public.

Les 12 fruits et légumes les plus pollués
Chaque année, aux Etats-Unis, le Environmental Working Group (groupe de travail environnemental) publie le classement des aliments végétaux les plus pollués [19].

Après cinq années en tête du classement, les pommes ont laissé en 2016 la première place aux fraises, dont 98 % de celles que l’on trouve dans le commerce américain comprennent des résidus de pesticides.

L’étude ne porte que sur les fruits et légumes produits en élevage, et non pas ceux cultivés de façon biologique. Voici la liste des douze fruits et légumes les plus pollués :

1 – Les fraises

2 – Les pommes

3 – Les nectarines

4 – Les pêches

5 – Le céleri

6 – Le raisin

7 – Les cerises

8 – Les épinards

9 – Les tomates

10 – Les poivrons

11 – Les tomates-cerises

12 – Les concombres

Certes, l’étude ne porte que sur la production que l’on trouve aux Etats-Unis et aucun organisme français n’effectue régulièrement d’enquête analogue, mais celle-ci peut servir d’indicateur. Autre fait alarmant : sur les 48 produits testés par l’EWG, tous sans exception présentaient des résidus de pesticide. Pas sûr que l’on fasse beaucoup mieux en Europe dans la grande distribution… Raison de plus pour consommer bio.

Santé !

Gabriel Combris

sources :
[1] Goulden V, Clark SM, Cunliffe WJ. Post-adolescent acne: a review of clinical features. Br J Dermatol. 1997 Jan;136(1):66-70

[2] Cooper AJ. Systematic review of Propionibacterium acnes resistance to systemic antibiotics. Med J Aust. 1998 Sep 7;169(5):259-61.

[3] Patel M, Bowe WP, Heughebaert C, Shalita AR. The development of antimicrobial resistance due to the antibiotic treatment of acne vulgaris: a review. J Drugs Dermatol. 2010 Jun;9(6):655-64.

[4] Goulden V, Clark SM, Cunliffe WJ. Post-adolescent acne: a review of clinical features. Br J Dermatol. 1997 Jan;136(1):66-70

[5] Acné et alimentation: influence de nos habitudes alimentaires occidentales
http://www.pharma-sphere.be/fr/actualite/acne-et-alimentation-influence-de-nos-habitudes-alimentaires-occidentales

[6] Loren Cordain, PhD; Staffan Lindeberg, MD, PhD; Magdalena Hurtado, PhD; Kim Hill, PhD; S. Boyd Eaton, MD; Jennie Brand-Miller, PhD – Acne Vulgaris A Disease of Western Civilization – Arch Dermatol. 2002;138(12):1584-1590. doi:10.1001/archderm.138.12.1584.

[7] Adebamowo CA, Spiegelman D, Danby FW, et al. High school dietary intake and teenage acne. J Am Acad Dermatol 2005; 52: 207 – 211.

[8] Zouboulis CC, Xia L, Akamatsu H, et al. The human sebocyte culture model provides new insights into
development and management of seborrhea and acne.
Dermatology 1998; 196: 21–31

[9] Smith RN, Mann NH, Braue A, et al. The effect of a high-protein, low glycemic-load diet versus a conventional, high glycemic-load diet on biochemical parameters associated with acne vulgaris: a randomized, investigator-masked, controlled trial. J Am Acad Dermatol 2007; 57: 247 – 256.

[10] Costello M, Shrestha B, Eden J, et al. Insulin-sensitising drugs versus the combined oral contraceptive pill for hirsutism,acne, andriskofdiabetes, cardiovasculardisease, and endometrial cancer in polycystic ovary syndrome. Cochrane Database Syst Rev 2007; 24 (1): CD005552.

[11] Lucky AW, Biro FM, Simbartl LA, et al. Predictors of severity of acne vulgaris in young adolescent girls: results of a five-year longitudinal study. J Pediatr 1997; 130: 30 – 39.

[12] Kaaks R, Bellati C, Venturelli E, et al. Effects of dietary intervention on IGF-1 and IGF-binding proteins, and related alterations in sex steroid metabolism: the Diet and Androgens (DIANA) Randomised Trial. Eur J Clin Nutr 2003; 57: 1079 –1088.

[13] Zouboulis CC. Is acne vulgaris a genuine inflammatory disease? Dermatology 2001; 203: 277 – 279

[14] Mohebbipour A, Sadeghi-Bazargani H, Mansouri M. Sunflower Seed and Acne Vulgaris. Iran Red Crescent Med J. 2015 Sep 14;17(9):e16544. doi: 10.5812/ircmj.16544. eCollection 2015.

[15] El Darouti MA, Zeid OA, Abdel Halim DM, Hegazy RA, Kadry D, Shehab DI, Abdelhaliem HS, Saleh MA. Salty and spicy food; are they involved in the pathogenesis of acne vulgaris? A case controlled study. J Cosmet Dermatol. 2015 Dec 9. doi: 10.1111/jocd.12200.

[16] Pinar Ozuguz, Seval Dogruk Kacar, Ozlem Ekiz, Zennure Takci, Ilknur Balta & Göknur Kalkan – Evaluation of serum vitamins A and E and zinc levels according to the severity of acne vulgaris – DOI:10.3109/15569527.2013.808656

[17] An observational study of methionine-bound zinc with antioxidants for mild to moderate acne vulgaris.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20666829

[18] Treating sugar addiction like drug abuse
https://www.sciencedaily.com/releases/2016/04/160407111828.htm

[19] Strawberries Top The List Of Worst Fruits And Veggies For Pesticide Residues
http://www.ewg.org/enviroblog/2016/04/strawberries-top-list-worst-fruits-and-veggies-pesticide-residues

[20] Shahram Rafie, Forough Namjoyan, Fereshteh Golfakhrabadi, Fatemeh Yousefbeyk, Alireza Hassanzadeh. Effect of lavender essential oil as a prophylactic therapy for migraine: A randomized controlled clinical trial. Journal of Herbal Medicine, Available online 14 January 2016.



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

PureSanté est un service d'information gratuit de SNI Editions.
Service courrier : Sercogest, 44 avenue de la Marne, 59290 Wasquehal - France



On parle aussi sur ces liens
http://mirzoune-ciboulette.forumactif.org/t565-kitava-nouvelle-guinee-lile-ou-lacne-nexiste-pas

http://www.neosante.eu/le-lien-entre-notre-alimentation-et-les-maladies-actuelles-2/



Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Libellule
Admin
avatar

Messages : 2854
Date d'inscription : 27/01/2008

MessageSujet: Re: HYGIENE, SANTE, BEAUTE, parfums maison   Jeu 23 Mar 2017 - 19:13



source https://www.lettre-beaute-au-naturel.com/
Affrontez l’hiver avec 4 recettes bien-être de bains aux huiles essentielles
Par Manon Lambesc/9 janvier 2017


On est en plein cœur de l’hiver avec des températures toujours plus basses. Le froid nous pique et nous n’avons plus qu’une envie (et dans mon cas, elle peut vite virer à l’obsession), celle de nous réchauffer. C’est pourquoi je déclare officiellement ouverte la saison des bains ! Oui, vous m’avez bien compris, le moment est venu de se plonger la tête la première dans une baignoire pleine d’eau chaude et de se laisser enivrer par des vapeurs parfumées d’arômes…

Certes, le geste n’est pas écologique et je ne vous invite pas à prendre un bain chaque soir. Mais l’hiver, les températures sont rudes, les épidémies de virus battent leur plein et la dépression saisonnière nous guette… Autant de raisons qui nous mènent directement dans la baignoire, où les bienfaits de l’eau chaude sur le moral et la santé ont été démontrés depuis belle lurette. Elle chasse le stress et favorise la détente, soulage les muscles et les articulations douloureuses, stimule la circulation sanguine, favorise l’ouverture des pores pour un nettoyage en profondeur… En bref, l’eau est thérapeutique ! Mais pourquoi partir en thalasso lorsqu’on peut à tout moment s’offrir une séance de spa dans sa salle de bains ?

Quelques règles de base
J’en ai déjà parlé dans ma routine hivernale : si le bain peut être thérapeutique, il peut aussi agresser votre peau en fragilisant la barrière cutanée. C’est pourquoi il ne faut surtout pas abuser. Je vous conseillerais presque un bain toutes les deux semaines et le reste du temps une douche tous les deux jours en alternance avec une toilette ciblée à la façon de nos grands-mères. Je sais que certaines et certains vont trouver l’idée un peu crade, mais je pense sérieusement que c’est la meilleure chose à faire pour votre santé comme pour celle de la planète. Je vous proposerai peut-être un article sur les toilettes ciblées mais pour l’instant, c’est l’heure du bain 😉 ! Pour un bain propice à la détente et à la relaxation, la température doit se situer entre 30° et 37°. À cette température, l’eau chaude aide à évacuer les tensions, elle vous apaise et vous prépare à une nuit douce et agréable. En ce qui concerne la durée, ne pataugez pas plus de 20 minutes !

Pour développer les bienfaits de l’eau chaude, nous allons les combiner avec les propriétés relaxantes et thérapeutiques des huiles essentielles. Se détendre, lutter contre l’insomnie, apaiser les irritations cutanées, hydrater les peaux sèches, gommer la cellulite, revitaliser l’organisme… Nous avons l’embarras du choix. Mais attention, toutes les huiles essentielles ne sont pas recommandées pour cet usage : interdiction formelle de plonger des essences dermo-caustiques dans votre bain (cannelle par exemple) ! Et vigilance lors de l’utilisation d’huiles essentielles photo-sensibilisantes comme les agrumes : vous pouvez les utiliser à condition de ne pas vous exposer au soleil dans les heures qui suivent. De plus, peu importe l’essence que vous choisirez, évitez tout contact avec les yeux.

Autre recommandation indispensable : Comme les huiles essentielles ne se mélangent pas dans l’eau, nous devons utiliser un dispersant. En effet, les gouttes d’huiles essentielles non diluées peuvent irriter la peau car elles sont concentrées à un seul endroit. Là aussi, nous avons des possibilités multiples. Je vous propose des dispersants faciles à trouver dans votre cuisine ! Ils sont onctueux, gourmands et vont eux aussi contribuer à l’hydratation de la peau. Je parle bien évidemment du miel, du lait et de la crème fraîche. Vous diluez une vingtaine de gouttes d’huiles essentielles dans deux à trois cuillères à soupe de miel, de lait ou de crème que vous versez dans votre baignoire, et le tour est joué !

Astuce : comme le miel est collant et peut rester accroché à votre baignoire, vous pouvez le mélanger avec une cuillère à soupe d’huile d’argan.

N° 1 : Le bain « antistress »
10 gouttes d’huile essentielle de lavande vraie (apaisante, anti-inflammatoire, décontractante sur le plan musculaire) ;
5 gouttes d’huile essentielle de camomille romaine (apaisante, anti-inflammatoire, analgésique) ;
5 gouttes d’huile essentielle de néroli (équilibrante pour le système nerveux).
Avec ces huiles essentielles, préparez-vous à plonger corps et esprit dans une profonde détente, enveloppés par des senteurs douces et agréables. Si vous aimez varier les plaisirs, partez à la recherche d’autres essences aux propriétés relaxantes et amusez-vous à tenter de nouvelles expériences aromatiques. Orange douce, ylang ylang, mélisse, bergamote, mandarine, toutes ces huiles essentielles se prêteront bien au jeu. Avant d’utiliser une nouvelle huile essentielle, renseignez-vous sur son application.

N° 2 : Le bain « peau de pêche »
10 gouttes d’huile essentielle de rose de Damas (régénératrice, cicatrisante, raffermissante, tonifiante) ;
10 gouttes d’huile essentielle de géranium rosat (cicatrisante, relaxante).
Relaxez-vous dans ces eaux florales et profitez-en pour parsemer votre eau de quelques pétales de rose séchées. Lorsque vous vous enroberez dans votre serviette à la sortie, vous serez détendu et aurez en prime une peau douce et soyeuse.

N° 3 : Le bain « coup de boost »
10 gouttes d’huile essentielle de romarin à cinéole (tonifiante sur le plan général, tonique pour les systèmes circulatoire et musculaire, anti-infectieuse, anti-inflammatoire, décongestionnante) ;
5 gouttes d’huile essentielle de ravintsara (stimulante pour le système immunitaire, anti-infectieuse, expectorante, tonifiante circulatoire) ;
5 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus radié (stimulante pour le système immunitaire, antibactérienne, antivirale, antiseptique, anti-inflammatoire, expectorante et respiratoire).
Vous avez attrapé un coup de froid ou craignez d’être victime d’une épidémie ? Plongez tout de suite dans ce bain aux vapeurs camphrées et mentholées. En cas de rhume ou de sinusite, vos voies respiratoires seront dégagées et si vous souffrez d’une baisse de régime, ce bain va vous revigorer.

N°4 : Le bain « anticellulite »
10 gouttes d’huile essentielle de cyprès (décongestionnante veineuse et lymphatique, astringente et anticellulite) ;
10 gouttes d’huile essentielle de pamplemousse (drainante et detoxifiante, circulatoire sur les plans veineux et lymphatique, anticellulite).
Ces essences ont le don de stimuler le retour veineux et sont de véritables alliées dans la guerre menée contre la cellulite. Bye bye peau d’orange ! Elles sont aussi idéales pour les jambes lourdes, les problèmes de rétention d’eau et les varices.

Bien sûr, les possibilités de bains aromatiques sont infinies, puisque le choix des essences est illimité ou presque. D’ailleurs, si vous le souhaitez, vous pouvez utiliser des infusions à la place des huiles essentielles ou préférer d’autres dispersants tels que les sels de bain ou le bicarbonate de soude. Prenez le temps de choisir le bain qui répondra le mieux à vos désirs et à vos besoins. Ouvrez les robinets, allumez quelques bougies, fermez les yeux, prélassez-vous et embarquez dans un véritable voyage des sens. Mais ne partez pas trop loin, le réveil pourrait être brutal !

Amicalement,

Manon Lambesc



Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.





Dernière édition par Libellule le Ven 7 Avr 2017 - 0:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://libellule.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HYGIENE, SANTE, BEAUTE, parfums maison   

Revenir en haut Aller en bas
 
HYGIENE, SANTE, BEAUTE, parfums maison
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» maison pour poupées mannequins
» MM Blues reso à la maison
» Maison en pain d'épice
» PAS D’NOM, PAS D’MAISON
» Les oeuvres que vous rêvez de voir dans votre maison d'Opéra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Libellule :: SANTE- DIETETIQUE- HYGIENE- BEAUTE- :: Dossiers pour réfléchir à notre manière de vivre et se nourrir-
Sauter vers: